astronaute

  • L'astronaute chinoise Wang Yaping entame le premier cours depuis l'espace

    132470432_21n.jpg

     

    Un cours très spécial pour des élèves sur Terre a commencé jeudi matin, donné par un professeur depuis le module spatial Tiangong-1.

    L'astronaute chinoise Wang Yaping, une des trois membres de l'équipage du vaisseau spatial Shenzhou-10, a salué environ 330 écoliers et collégiens rassemblés dans un lycée de Beijing, par un système de diffusion vidéo en direct.

    Plus de 60 millions d'enseignants et élèves de 80.000 collèges à travers le pays sont en train de suivre ce cours à la télévision.

     

    132470432_81n.jpg

    132470432_61n.jpg

    Wang Yaping expliquera le mouvement des objets et la tension superficielle des liquides dans un environnement de microgravité et aidera les élèves à comprendre les concepts de poids et de masse ainsi que les lois de Newton.

    Née dans la province orientale du Shandong, pays de Confucius (551-479 av. J.-C.), le plus célèbre enseignant chinois , Wang Yaping, âgée de 33 ans, est la deuxième astronaute chinoise après Liu Yang.

     

     

    Le tout premier professeur au monde à aller dans l'espace était Christa McAuliffe, 37 ans, enseignante dans un collège américain. Elle avait embarqué pour la 10e mission de la navette Challenger le 28 janvier 1986, mais cette dernière s'était désintégrée après 73 secondes de vol. L'enseignante et les six autres membres de l'équipage ont perdu la vie dans cette tragédie.

     

    132470432_101n.jpg

    Barbara Morgan, doublure de McAuliffe pour cette mission est devenue plus tard astronaute professionnelle et a finalement donné la première leçon depuis l'espace en 2007, lorsqu'elle a été envoyée dans la Station spatiale internationale à bord de la navette Endeavour. Elle a alors montré aux élèves comment s'entraîner et boire de l'eau dans l'espace.

    Les cours depuis l'espace sont destinés à rendre l'espace plus populaire et à stimuler l'enthousiasme des gens pour l'univers et les sciences, a expliqué Zhou Jianping, concepteur en chef du programme spatial habité de la Chine.

    "L'esprit des sciences chez les jeunes est un important moteur pour le progrès de l'humanité", a estimé Zhou.

     

    132470432_101n.jpg

    132470432_131n.jpg

      
  • Les astronautes chinois pourraient cultiver des légumes sur la Lune

    untitled.png

    Les astronautes chinois pourraient dans le futur obtenir des légumes frais et de l'oxygène grâce à l'horticulture dans les bases extraterrestres, a déclaré un responsable à Beijing à l'issue d'une expérience en laboratoire.

    Les astronautes chinois pourraient dans le futur obtenir des légumes frais et de l'oxygène grâce à l'horticulture dans les bases extraterrestres, a déclaré un responsable à Beijing à l'issue d'une expérience en laboratoire.

    Deng Yibing, vice-directeur du Centre de recherche et de formation des astronautes de Chine, basé à Beijing, a indiqué que cette expérience était centrée sur l'établissement d'un mécanisme d'équilibrage dynamique de l'oxygène, du dioxyde de carbone et de l'eau entre les hommes et les plantes dans un système clos.

    Selon M. Deng, une cabine de 300 mètres cubes a été conçue pour fournir de l'air, de l'eau et des aliments aux deux personnes participant à l'expérience.

    Quatre types de légumes ont été cultivés dans la cabine pour absorber le dioxyde de carbone et créer de l'oxygène pour les deux personnes vivant en confinement. Les participants ont également pu cueillir des légumes frais pour leur repas, a fait remarquer M. Deng.

    L'expérience, la première du genre en Chine, est extrêmement importante pour le développement à long terme du programme spatial habité chinois, a-t-il ajouté.

    La cabine, un système de support de vie (CELSS, Controlled ecological life support system), construite en 2011, est un modèle de troisième génération de CELSS qui devrait être utilisé dans les bases extraterrestres sur la Lune ou Mars.

    L'installation d'un CELSS vise à assurer aux astronautes un approvisionnement durable en air, en eau et en aliments, grâce aux plantes et aux algues, afin qu'ils ne soient plus dépendants des stocks emmagasinés à bord.

    La forme avancée du CELSS comprend également l'élevage d'animaux pour fournir de la viande aux astronautes et l'utilisation de microbes pour le recyclage des déchets.

    Des scientifiques allemands ont également participé à cette expérience.

     

     

     

    untitled.png

     

  • Les trois astronautes chinois entrent dans le module laboratoire Tiangong-1(Vidéo)

    sans-titre.png

    Le taïkonaute Jing Haipeng a ouvert l'écoutille et est entré dans l'habitacle du module laboratoire spatial de Tiangong-1 lundi après-midi, devenant ainsi le premier Chinois à entrer dans un orbiteur spatial.

    Des scientifiques et ingénieurs ont travaillé durement pour trouver les techniques de communication innovantes qui ont contribué au succès de la première mission d'amarrage entre le vaisseau spatial habité Shenzhou-9 et le module laboratoire spatial Tiangong-1, a déclaré Wang Ruijun, ingénieur en chef chargé des systèmes de localisation et de communications.

    Selon lui, les ingénieurs ont trouvé de nouveaux moyens d'intégrer de multiples canaux de contrôle télémétrique et de communications, ce qui a facilité le guidage à longue distance de Shenzhou-9.

    Les taïkonautes sont entrés dans Tiangong-1 lundi après-midi, et ont commencé à y mener des essais et des exercices puis s'y reposeront.

     

    Afin d'assurer une bonne communication entre les taïkonautes et le contrôle au sol, les ingénieurs ont utilisé un système de communication télémétrique utilisant les satellites de relais, ainsi que des stations de localisation terrestres et maritimes, a ajouté Wang Ruijun.

  • La première femme astronaute chinoise rencontre les médias

    131655895_41n.jpg

    La première femme astronaute chinoise, Liu Yang, et ses deux compagnons d'équipage, Jing Haipeng et Liu Wang, ont rencontré vendredi les médias.

    Les trois astronautes monteront samedi à bord du vaisseau spatial Shenzhou-9 pour accomplir la première mission d'amarrage spatial habité du pays.

    "Je suis reconnaissante envers ma patrie et mon peuple. Je me sens honorée de voler dans l'espace au nom des centaines de millions de citoyennes chinoises", a déclaré Liu Yang.

    Elle a indiqué que pour être astronaute, il faut acquérir de nombreuses connaissances théoriques, subir un entraînement très éprouvant d'adaptation à la vie en environnement spatial et réussir sans erreur les examens portant sur les compétences opérationnelles.

    chine,taikonaute,liu yang,chinoise,astronaute

     

     

    "Le sentiment d'avoir une mission à remplir et une responsabilité, ainsi que la passion pour l'aérospatial sont sources de courage pour surmonter les difficultés", a-t-elle expliqué.

    "Quand j'étais pilote, je volais dans le ciel. Maintenant que je suis astronaute, je volerai dans l'espace. Ce vol ira plus haut et plus loin", a indiqué Liu Yang.

    Elle a souligné que de nombreuses tâches ont été fixées pour ce voyage spatial. "Outre accomplir ces tâches, je souhaite découvrir l'environnement spatial fantastique et contempler la Terre et notre patrie depuis l'espace."

    Elle s'est engagée à noter de manière détaillée ses sentiments et expériences afin de les partager à son retour avec les scientifiques et les futurs astronautes. Elle a également exprimé sa gratitude envers le peuple entier.

    "Je répondrai à vos attentes et collaborerai avec mes coéquipiers pour accomplir cette mission spatiale", a-t-elle affirmé.

    Les trois astronautes sont tous d'anciens pilotes de l'Armée populaire de libération (APL) et sont membres du Parti communiste chinois.

    Enrôlée dans l'armée en 1997, Mme Liu est une pilote expérimentée comptant 1 680 heures de vol à son actif et était directrice adjointe d'une unité de vol des forces aériennes de l'APL avant d'être recrutée comme candidate astronaute en mai 2010. Elle est actuellement commandante dans l'armée de l'air.

    Après deux ans de formation visant à consolider ses capacités d'astronaute et son adaptabilité à l'environnement spatial, Mme Liu a réussi avec brio ses examens et a été choisie en mars de cette année comme candidate pour l'équipage de Shenzhou-9.