apn

  • La Chine abolit le système de rééducation par le travail et permet formellement à plus de couples d'avoir deux enfants

    apl,laojiao,enfant unique

    Le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN) a voté et adopté samedi, lors de sa session bimestrielle, une résolution pour l'abolition de la rééducation par le travail, "laojiao" en chinois.

    La résolution de l'APN souligne que toutes les peines légales de rééducation par le travail avant l'abolition du système resteront valides.

    Après l'abolition du "laojiao", ceux qui purgent de telles peines seront libérés. Leur temps de peine restant ne sera pas exécuté.

    "La résolution de l'APN entrera en vigueur dès la date de promulgation", selon la même source, soit samedi.

    La résolution invalide une décision de 1957 du Conseil des Affaires d'Etat sur la rééducation par le travail et une résolution de le même année du Comité permanent de l'APN pour adopter la décision du Conseil des Affaires d'Etat. Elle annule également les règlements supplémentaires relatifs votés en 1979.

    La rééducation par le travail permettait à la police de garder jusqu'à quatre ans en détention des personnes, en général arrêtées pour des délits mineurs, sans procès public.

    Yang Huanning, vice-ministre chinois de la Sécurité publique, avait indiqué auparavant que les amendements à la Loi criminelle et les nouvelles règles sur la sécurité publique et la lutte contre la drogue avaient progressivement rendu le "laojiao" redondant.

    La mission historique du "laojiao" est terminée.

     

     

     

    La Chine permet formellement à plus de couples d'avoir deux enfants

     

    Le Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) a aussi formulé samedi une résolution visant à permettre aux couples dont l'un des deux conjoints est enfant unique d'avoir deux enfants.

    Le Comité permanent de l'APN a voté et adopté, lors de sa session bimestrielle qui s'est clôturée samedi, une résolution sur l'ajustement et l'amélioration des politiques relatives au planning familial.

    La résolution, équivalente à un document légal en Chine, délègue aux gouvernements locaux la mise en oeuvre de la nouvelle politique.

    "Ils devront modifier les politiques locales relatives au planning familial, ou publier une mesure spéciale, à terme, sur la base de l'évaluation de la situation démographique locale, conformément à la loi sur la population et le planning familial, et à cette résolution", a-t-on appris du document.

    Le Parti communiste chinois (PCC) a décidé d'assouplir la politique de l'enfant unique lors de la 3e session plénière du 18e Comité central du PCC.

  • Pour l'ancien premier ministre français Michel Rocard,la Chine pourrait contribuer grandement à améliorer la gouvernance du monde

    Michel-Rocard.jpg

    L'Occident s'attend à ce que la Chine, avec ses nouveaux dirigeants, joue un plus grand rôle dans le monde, car la participation de Beijing est essentielle pour résoudre le ralentissement de l'activité économique et pour créer un nouvel ordre pour le système financier mondial, selon l'ancien premier ministre français Michel Rocard.

     

    « Le dysfonctionnement du système financier mondial actuel est si profond que les recettes classiques ne marchent pas. L'Occident ne peut pas appliquer des stratégies pour résoudre la crise économique sans les Chinois », a indiqué M. Rocard au China Daily.

     

    L'Occident « cherche à ce que la Chine joue un plus grand rôle »

     

    Il s'est exprimé alors qu'il assistait à l'Assemblée populaire nationale qui est en cours à Beijing, laquelle élira les nouveaux dirigeants de l'État.

     

    M. Rocard a indiqué que, déjà, la Chine représente environ 9 à 10 % du commerce mondial, et il pense que ce pourcentage doublera en dix ans. Il a ajouté que le pays sera le joueur le plus actif au sein des organismes internationaux tels que l'Organisation mondiale du commerce et le Fonds monétaire international.

    Camille Gutt, ancien ministre des Finances de Belgique, fondateur et premier Directeur-général du FMI

     

    M. Rocard a aussi indiqué que la Chine assume une responsabilité internationale croissante et pourrait contribuer sensiblement à l'amélioration de la gouvernance du monde. « Mon souhait est que les nouveaux dirigeants de la Chine puissent le reconnaître et agir », a-t-il dit.

     

    Alors que les gouvernements européens recherchent plus d'investissement de la part de la Chine pour aider à régénérer la croissance et les emplois, la Chine vit une transformation économique avec un accent sur la consommation et la durabilité, et l'Europe a une riche expérience à partager à ce sujet.

     

    Selon M. Rocard « pour M. Xi Jinping et les nouveaux dirigeants de la Chine, il y a donc une occasion fantastique d'expliquer au peuple chinois que l'Europe et la Chine partagent un avenir commun. »

     

    Rocard, 83 ans, a servi comme premier ministre français de 1988 à 1991 sous la présidence de François Mitterrand. Il est également cofondateur du Forum Chine-Europe, une tribune de dialogue pour les fonctionnaires et les chercheurs européens et chinois, fondée en 2005.

     

    Il a visité souvent la Chine, démontrant ainsi son vif intérêt pour ce qui se passe dans le pays.

     

    Tout en applaudissant le développement rapide du pays, M. Rocard a fait une mise en garde contre la bulle immobilière et contre une trop forte dépendance envers les exportations, ce qui pourrait mettre en danger l'économie de la Chine.

     

    « La Chine ne peut plus jouer la carte des exportations, a-t-il dit. Le problème que vous affrontez est de réorienter votre économie vers la demande intérieure et de créer un mécanisme à cet égard. »

     

    Présentant ses observations sur les relations sino-françaises, M. Rocard a indiqué que la visite prévue du président François Hollande en Chine est « symboliquement très importante », car elle préparera l'amélioration de la coopération entre les deux pays pour résoudre la crise économique.

    13209909_11n.jpg

     

  • Yang Jiechi : la Chine espère et croit que l'Europe transformera la crise en opportunité

    001aa0c6c27e12a525d04f.jpg

    En marge de la première session de la 12e APN, une conférence de presse sur la politique étrangère et les relations extérieures de la Chine a été organisée aujourd'hui à 10 heures au Grand Palais du Peuple à Beijing.

     

    Alors qu'il répondait aux questions posées par Caroline Puel, journaliste de l'hebdomadaire français Le Point, sur la crise de la dette, l'investissement chinois en Europe et le développement des relations sino-européennes, Yang Jiechi a indiqué que la Chine était confiante en l'avenir de l'Europe. La crise de la dette en Europe influence non seulement la situation européenne, mais également la reprise économique mondiale. La Chine soutient depuis toujours l'Europe dans cette lutte contre la crise, et espère par ailleurs qu'elle la transformera en opportunité pour parvenir à un nouveau développement.

     

    D'après Yang, la relation sino-européenne est une des relations bilatérales les plus importantes du monde. De plus, l'année 2013 marque le 10e anniversaire de l'établissement du partenariat stratégique global entre la Chine et l'Europe. Au deuxième semestre de cette année, le 16e Sommet Chine-UE aura lieu et sera l'occasion pour les deux parties d'entreprendre des négociations sur l'édification du mécanisme de coopération Chine-UE à moyen et long terme. Les partenaires dynamiseront la coopération dans certains domaines clés, tels que l'urbanisation, les nouvelles énergies, les innovations scientifiques et technologiques, le développement vert, etc.

     

    En ce qui concerne le développement futur des relations sino-européennes, Yang Jiechi a rappelé que ces échanges touchaient à de nombreux domaines et qu'il y avait des problèmes concrets à résoudre. La Chine s'oppose au protectionnisme, et notamment à l'enquête anti-dumping lancée par l'Europe sur les produits du secteur solaire en provenance de Chine. D'autre part, la Chine espère que l'Europe réglera les problèmes en question de façon appropriée, par le dialogue et la consultation.

    L'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) a approuvé dimanche le rapport d'activité du gouvernement présenté par le Premier ministre Wen Jiabao.

     

  • "Xi Jinping, l'espoir de la Chine" (Les Echos)

    132153187_41n.jpg

    Le nouveau président qui doit prendre les rênes de l'Etat chinois, Xi Jinping, représente "l'espoir de la Chine", titre mardi le journal économique français Les Echos, qui résume son profil d'homme d'Etat en trois mots : "proximité, réformisme et probité".

    Après avoir été nommé secrétaire général (SG) du Parti communiste chinois (PCC) à l'automne dernier, Xi Jinping doit être officiellement désigné président de la République populaire de Chine par l'Assemblée nationale populaire, s'ouvrant ce mardi à Pékin.

     

    À l'occasion de cette nomination officielle imminente des membres de l'exécutif chinois, Les Echos s'est intéressé aux parcours et projets des deux futurs hommes forts du pays émergent : Xi Jinping et Li Keqiang, devant respectivement occuper les fonctions de président de la République et de chef du gouvernement.

     

    Concernant le futur chef d'Etat, le quotidien financier français souligne que sa volonté de se rapprocher du citoyen chinois s'est reflétée dans le discours qu'il a prononcé à l' occasion de la prise de ses fonctions de SG, "axé sur les besoins du peuple et prenant ses distances avec le jargon éculé du parti".

    132058608_11n.jpg

     

     

     

    Quant aux réformes, Xi Jinping envisage, selon Les Echos, de prendre une série de mesures visant à libéraliser davantage l' économie chinoise et à "faire disparaître plusieurs injustices ancrées dans le système", en améliorant notamment l'indemnisation des populations expropriées.

     

    Enfin, souligne le journal français, "le nouveau numéro un a (. .) fixé un cap très clair : l'exemplarité des fonctionnaires de l' Etat", qui constitue pour les Chinois un thème présidentiel " essentiel".

     

    "Lorsqu'il lance une campagne de lutte contre la corruption des cadres du parti, Xi Jinping met le doigt sur l'un des principaux points faibles du système", constate le quotidien, qui considère que le futur président "a eu, en moins de quatre mois ( depuis sa nomination comme SG du PCC), le temps d'insuffler une dose d'espoir sans précédent" à son pays.

     

    "Avec un ton neuf et proche du peuple, il a fait la preuve, dans son discours, de son souhait de s'attaquer à tous les sujets sensibles", poursuit-il, saluant la volonté de réformes d'ordre économique et social et d'assainissement des pouvoirs publics de cet adepte du pragmatisme, Xi Jinping.

     

    S'agissant du futur Premier ministre chinois, Li Keqiang, qui doit succéder à Wen Jiabao à ce poste, il a, selon Les Echos, défendu "son projet pour le pays, centré autour de l'urbanisation".

     

    Cet économiste de 57 ans a, par ailleurs, fait preuve d'une certaine "habileté tacticienne" et "su attirer l'attention sur les énergies renouvelables, le changement climatique, la sécurité alimentaire ou encore la lutte contre l'envolée des prix de l' immobilier".

    131653926_11n.jpg

     

    Alors que, comme le souligne le journal économique hexagonal, la Chine a besoin de donner un coup de fouet à sa croissance en dynamisant sa consommation intérieure, ces deux prochains dirigeants semblent avoir "une volonté et un cap"."L'assemblée qui s'ouvre aujourd'hui doit conférer au nouvel exécutif chinois les moyens de passer aux actes", conclut Les Echos.

     

    132058635_291n.jpg

  • L'environnement sera le sujet brûlant des deux sessions politiques annuelles pour les autorités chinoises

    F201302261546341816418169.jpg

    En Chine, la question de la pollution de l'eau et de l'air va attirer l'attention «sans précédent» lors des prochaines deux grandes réunions politiques du pays.

    Les questions environnementales devraient être les sujets brûlants de l'actualité, au cours des deux prochaines sessions, ont expliqués les représentants qui sont chargés de préparer les propositions et lois.

    «Cette année les deux sessions pourront mesurer l'importance des questions environnementales à un niveau sans précédent", a souligné Zhao Jindong, un expert en biologie et universitaire en lien avec l'Académie chinoise des sciences.

    «Je travaille sur une proposition concernant la protection des ressources de l' eau du fleuve Yangtze et des deux plus grands lacs d'eau douce du pays : Le lac Poyang et le lac Dongting» , a déclaré Zhao, un membre du Comité national de la Conférence consultative politique du peuple chinois (CCPPC).

    La pollution des sols est le sujet sur lequel Wang Mingwen travaille actuellement pour pouvoir faire des propositions lors des deux prochaines sessions.

    RTEmagicC_usine-sulfure-Yangtse_PeterAlbrecht_txdam34209_4d40ce.jpg

    «Avec ce sujet controversé, haut combien d'actualité : la pollution atmosphérique et la pollution des eaux souterraines, le ministère de la Protection de l'environnement doit connaître une grande pression cette année», a déclaré Wang, un expert en droit de la province du Sichuan et membre de l'Assemblée Nationale Populaire (ANP).

    Les questions environnementales ont suscité fortement l'attention du public, à commencer par les PM2.5, ces particules de moins de 2,5 microns qui peuvent pénétrer dans les poumons et la circulation sanguine.

    « La Chine est entrée dans l'ère des "trois P" : PIB, IPC et les PM2.5," a expliqué le ministre de l'Environnement, Zhou Shengxian, lors d'une conférence environnementale au niveau national en janvier.

    Pour la première fois, les PM2.5, l'indicateur clé de la qualité de l'environnement, a été mentionné par un responsable au même niveau que le PIB, le produit intérieur brut, qui illustre le développement économique, et de l'IPC, l'indice des prix à la consommation.

    beijing-air-polllution-1-1358182202.jpg



    «Le public est exigeant concernant une amélioration de la qualité de l'environnement tout autant qu'il demande un niveau de prix stable», a fait remarquer Zhou Shengxian.

    Contrairement aux autres formes de pollution, la pollution atmosphérique peut affecter un grand nombre de personnes, indépendamment de leur revenu et du statut social.

    De vastes régions du pays ont été enveloppées d'un smog important et ce quatre fois au mois de janvier, pour atteindre plus de 1,4 million de mètres carrés.

    Dans certaines régions, la pollution a atteint des niveaux records, notamment, supérieure à 900 microgrammes par mètre cube dans la capitale, le plus haut niveau enregistré depuis que la ville de Beijing a commencé à publier les données au début de l'année 2012.

    Depuis lors, les résidents de Beijing sont conscients du fait que la pollution de l'air est inévitable tant qu'il n'y a pas de vent fort.

    Les masques vendus dans la ville, et le prix des purificateurs d'air continue d'augmenter. A noter que les ventes des feux d'artifice pendant la Fête du Printemps ont baissé de 35% par rapport à l'année dernière.

     

    air-pollution-in-Beijing--006.jpg



    Alors que la population essaie par ses propres moyens de lutter contre la pollution atmosphérique, de plus en plus de personnes placent leurs espoirs dans les mesures du gouvernement.

    Le remède possible est la prévention de la loi sur la pollution atmosphérique, qui est en cours de révision.

    Le projet a été remis au Conseil d'Etat il y a trois ans, mais n'est pas encore cette année sur la liste des législation prévues.

    « Comme moi, de nombreux experts, ont appelé à accélérer le processus législatif de cette loi, dans l'espoir de la voir sur la liste l’année prochaine», c’est ce que vient de déclarer à China Daily, Chai Fahe, vice-président de l'Académie chinoise de recherche pour les sciences de l'environnement, qui a participé à la rédaction du projet.

    Alors que l'attention du public se porte sur la pollution atmosphérique, les spécialistes de l'environnement ont mis en garde par rapport aux problèmes environnementaux existant dans tout le pays, soit dans: le sol, l'air, l’eau en surface, les eaux souterraines et les terres agricoles.

    Le 11 février, les allégations selon lesquelles des entreprises de la province du Shandong pompaient dans le sol l'eau polluée à près de 1000 mètres de profondeur, sont apparues sur Internet, suscitant l'attention des médias locaux et des services environnementaux.



    Après une enquête qui a duré une dizaine de jours, ces cas n'ont pas encore été révélés.

    Mais la situation de la pollution des eaux souterraines en Chine est toujours préoccupante. Les médias ont rapporté que la qualité des eaux souterraines dans 55% des 200 villes ont été gravement polluées, citant une enquête menée par le ministère du Territoire et des Ressources en 2011.

    Les experts estiment que la pollution dans le sol des terres agricoles n'est pas meilleure que dans l'eau et l'air. Les chiffres du ministère de la Protection de l'environnement, dans les années 90, montraient que plus d'un dixième des terres arables du pays étaient polluées. Mais selon les experts, la situation actuelle a certainement empiré depuis ces deux décennies.

    Les ministères ont lancé une enquête sur la pollution des sols du pays en 2006, mais les résultats n'ont toujours pas été publiés.

    L’autre signe inquiétant est l’augmentation sans cesse des protestations déclenchées par les questions environnementales, environ 29% par an depuis 1996, a révélé Yang Zhaofei, vice-président de la Société chinoise pour les sciences de l'environnement, lors d'une réunion au niveau national en octobre 2012.

    2012 a vu des manifestations à Ningbo, la province du Zhejiang, à Shifang dans le Sichuan et à Qidong, la province du Jiangsu, entre juillet et octobre, toutes déclenchées par les inquiétudes concernant les projets locaux pouvant présenter des risques environnementaux pour la communauté et de savoir si les projets ont subi des tests officiels ou non.

    Ces trois cas ont finalement vu les gouvernements locaux promettant d'annuler définitivement les projets.

    Gao Jixi, directeur de l'institut écologie de l'Académie chinoise de recherche en sciences de l'environnement, a indiqué à China Daily qu'il travaille sur une proposition quant à la manière de résoudre la contradiction entre le développement et l'environnement.

    «Les deux sessions cette année peuvent résoudre les problèmes environnementaux, par rapport à plusieurs aspects, comme la contribution des consommateurs et des industries, plutôt que de se focaliser sur les fonctions des services de la protection de l'environnement», a déclaré le membre de la Conférence politique consultative du peuple chinois.

  • Pierre Picquart, sinologue français : La Chine offre au monde entier un nouveau mode de développement

    Les deux sessions annuelles chinoises sont entrées une fois encore dans le champ de vision de l'opinion internationale. À l'heure actuelle où « les deux sessions » sont devenues un terme consacré, il est certain que la compréhension de la communauté internationale sur le régime politique chinois s'est approfondie.

    Il existe beaucoup de vitrines pour observer la Chine, et celle des deux sessions est apparemment indispensable. Tout étranger qui connaît un peu les deux sessions pour les avoir observées, fera peu d'erreurs sur l'évolution politique et économique de la Chine, et ne risque pas de faire des prévisions trop éloignées de la réalité.

    Monsieur Pierre Picquart, spécialiste français de la Chine, lors d'une conversation au sujet des deux sessions, a indiqué que la Chine avait offert au monde un nouveau mode de développement tout à fait différent. Selon lui, ce mode de développement est important pour le monde, parce qu'il repose sur le respect des différents pays et sur la multipolarité.

     

    M. Pierre Picquart, sinologue français

    Mais les Chinois eux-mêmes hésitent à employer le terme de « modèle chinois », puisqu'il s'agit, en fin de compte, d'une exploration des plus grandes et des plus difficiles dans l'histoire de l'humanité. Pourtant, la vue générale dans le monde est que la Chine marche sur une voie de développement tout à fait nouvelle, et que c'est la structure de son système politique et le monde de fonctionnement de celui-ci qui décideront de la direction de cette voie.

    À travers les derniers reportages et commentaires des médias étrangers sur les deux sessions, on peut noter, grosso modo, deux centres d'attention. En premier lieu, la direction prise par l'économie chinoise, surtout pour cette année. À un moment où l'on ne sait même pas comment évolue l'économie mondiale qui rencontre plus de difficultés pour sa reconversion, on s'interroge sur l'impact des futures mesures économiques de la Chine qui est la deuxième économie mondiale.

    Combien d'obligations européennes la Chine va-t-elle acheter ? Quelles mesures prendra la Chine pour stabiliser ses exportations ? Beaucoup de détails sur l'économie chinoise sont saisis et analysés par l'opinion internationale à travers les points de presse organisés au cours des deux sessions et les débats des députés et représentants.

    En second lieu, l'attention se porte sur l'évolution politique du pays. Sans stabilité politique, il n'y aura pas de stabilité économique. Les médias étrangers attachent beaucoup d'importance à la politique. Leur télescope sur l'économie chinoise finit très souvent par se concentrer sur la politique chinoise. Sous le concert de l'intérêt pour les informations économiques, se cache une soif de « s'informer » sur la politique chinoise.

    Sous cet angle, les deux sessions constituent une excellente vitrine d'observation de la politique chinoise. À en juger par tout ce que l'on sait à l'étranger et les études faites sur les deux sessions, de plus en plus de spécialistes et de chercheurs commencent à accorder de l'importance au rôle des deux sessions, et tentent de déchiffrer la politique chinoise à partir de cet événement. Dernièrement, Monsieur Maestro, spécialiste espagnol de la Chine, a indiqué que le système de l'assemblée populaire est un régime politique correspondant aux réalités chinoises, un régime qui avance avec son temps, plein de vitalité et favorable à la stabilité et au développement de la Chine.

    Un tel jugement repose sur une connaissance approfondie du rôle des deux sessions dans la politique chinoise. Bien sûr, il n'est pas réaliste d'espérer que la plupart des étrangers partagent le point de vue de ce spécialiste espagnol sur les deux sessions. Nombreux sans doute seront ceux qui continueront à comprendre la politique chinoise à partir d'une conception politique occidentale, et beaucoup resteront dans la phase de recueil des informations et d'observation. Il y aura un long chemin à faire pour comprendre les deux sessions et la Chine. On peut tout de même espérer qu'avec l'accumulation des informations, de plus en plus seront ceux qui auront une vue plus complète du développement de la Chine.

    Voilà ce qui fait l'importance des deux sessions comme vitrine.

    Les deux sessions annuelles progressent dans la réforme. Tout en reflétant de façon plus complète la volonté du peuple chinois et en unissant les points de vue, elles font petit à petit comprendre au monde les raisons de la stabilité et du développement de la Chine. La Chine et le monde se rapprochent de plus en plus à travers une compréhension mutuelle sans cesse approfondie.

  • La Chine va maintenir la paix, faciliter la coopération et promouvoir le développement

     

    Les priorités de la diplomatie chinoise pour cette année sont de maintenir la paix et de traiter de manière responsable les questions épineuses régionales et internationales par la dialogue, la consultation et la négociation, a indiqué mardi le ministre chinois des Affaires étrangères, Yang Jiechi, lors d'une conférence de presse en marge de la session annuelle parlementaire du pays.

    La Chine renforcera davantage la coopération amicale avec les autres pays, et les organisations régionales et internationales pour élargir les intérêts communs et traiter conjointement les défis mondiaux, afin de préserver la paix dans le monde et de promouvoir le développement, a déclaré M. Yang.

    Le travail diplomatique de la Chine vise à créer un environnement extérieur plus favorable cette année en traitant de manière appropriée les risques et défis extérieurs afin de servir l'objectif premier du pays consistant à transformer à un rythme rapide le mode de développement économique.

    "La Chine va poursuivre une action diplomatique variée, reposant sur ses multiples composantes, et continuera d'innover tant sur le plan théorique que pratique afin d'apporter des contributions positives à l'ouverture du 18e Congrès du Parti communiste chinois et à la mise en oeuvre complète du 12e Plan quinquennal", a poursuivi M. Yang.

    Il a également noté que le monde avait connu des changements profonds et complexes.

    "La tendance à la paix et au développement s'accélère tandis que le monde est étroitement interdépendant, mais nous continuons de ressentir les impacts de la crise financière internationale. L'économie mondiale se rétablit lentement. Les défis du changement climatique, de l'énergie, de la sécurité alimentaire demeurent conséquents. Toutes ces questions auront un impact majeur sur la situation mondiale et la diplomatie chinoise dans l'avenir", a-t-il indiqué.

    Dans un long examen de la diplomatie chinoise au cours de la dernière décennie, il a affirmé que la Chine avait activement participé à la gouvernance mondiale, encouragé le développement du système international dans une direction favorable pour les pays en voie de développement, et avait consacré ses efforts à accroître la représentation et l'influence de la Chine et des pays en voie de développement dans les affaires internationales.

    "Au cours de la dernière décennie, la Chine est devenue un participant actif, qui a largement contribué à faire face aux défis régionaux et internationaux, et à traiter en particulier les dossiers chauds. Elle est également devenue un moteur de la croissance économique mondiale", a-t-il souligné.

  • Wen Jiabao: Rapport d´activité du gouvernement chinois , in extenso

    Afin d'être éclairé sur la Chine de manière objective et sincère , éloigné de la propagande des médias occidentaux , voici le discours du premier ministre chinois Wen Jiabao . Ceci est le discours d'un premier ministre responsable d'un grand pays qui utilise la vraie démocratie . Jamais vous n'entendrez un tel discours dans une dictature.

    Ceci est donc une preuve en plus que J.P. Raffarin , ancien premier ministre français, quand il disait que la Chine avait quitté la voie de la dictature , il disait vrai.


     

     

     

     

     

     

     

     

  • Chine : décès de la fondatrice et ancienne dirigeante du parti démocratique, à l'âge de 106 ans

    La fondatrice et ancienne dirigeante de l'Association chinoise pour la promotion de la démocratie (ACPD), Lei Jieqiong, est morte des suites d'une maladie dimanche à Beijing, à l'âge de 106 ans.

    Mme Lei, diplômée d'un master de l'Université de Californie du Sud, est à la fois une érudite réputée en droit et sociologie ainsi qu'un professeur émérite.

    Elle était présidente du septième et neuvième Comité Central de l'ACPD et présidente honoraire du dixième et onzième Comité Central de l'ACPD.

    Entretenant une profonde amitié avec le Parti communiste chinois (PCC), Mme Lei a travaillé comme vice-présidente à la sixième Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC), et comme vice-présidente du comité permanent de la septième et huitième Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois).

    Ayant vécu la révolution du pays, la construction  de la République Populaire de Chine et  la poitique de réforme, Lei a créé le CAPD avec ses pairs et courageusement lutté contre le régime autocratique du Kuomintang à «rechercher la paix, la démocratie et l'unification» .Elle a choisi de coopérer avec le PCC et discuté de la fondation de la Nouvelle Chine .

    Lei a joué un rôle important dans le développement de la démocratie , la défense et l'amélioration du système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction de CPC.

    Elle a également réalisé en sociologie, Jia a ajouté, en saluant Lei en tant que représentant du «front uni et les partis démocratiques."

    Jia a encouragé tous les membres des partis démocratiques à apprendre de Lei "contribution désintéressée» et la poursuite de ses causes dédié à la nation, le peuple et sa carrière.

    Lei, né dans la ville méridionale de Guangzhou en 1905, était auparavant vice-présidente de l'Assemblée populaire nationale Comité permanent du Congrès et le Comité national de la CCPPC .

    L'Association pour la construction démocratique de la Chine est l'un des huits partis démocratiques de Chine.

  • LA PROTECTION DU DALAI LAMA PAR DES PERSONNALITES AMERICAINES EST INTOLERABLE.

    Qiangba Puncog critique la tolérance et la protection accordées au Dalaï Lama par certaines personnalités politiques américaines.

    10322zzl01

     La protection, le soutien et la tolérance à long terme accordées au Dalaï Lama par certaines personnalités politiques américaines sont indispensables à l'impact et l'écho du message du Dalaï Lama ». C'est ce qu'a déclaré Qiangba Puncog, le président du Comité permanent de l'APN de la région autonome du Tibet le 22 mars à Sydney, en Australie.

    Qiangba Puncog a indiqué que certaines personnalités politiques américaines avaient joué un rôle peu reluisant dans les affaires du Tibet. « Il ne faut pas écarter la possibilité de l'utilisation de la carte du Dalaï-Lama pour tenter de juguler le développement chinois