apl

  • Chine: démonstration de force mais discours résolument pacifiste du Président Xi Jinping

    134583999_14412516769841n.jpg

    La Chine souhaitait célébrer avec éclat l'anniversaire de la fin de la guerre la plus vaste et la plus meurtrière de l'histoire, qui a duré près d'une décennie et fait des centaines de millions de victimes, dont 35 millions de Chinois.L'envergure de la cérémonie, au cours de laquelle 12.000 militaires et 500 pièces d'équipements militaires ont défilé devant la place Tian'anmen survolés par près de 200 avions, a suscité l'admiration dans beaucoup de pays.

    FOREIGN201507280814000273807510893.jpgEn permettant de réfléchir à l'histoire et de rendre hommage aux sacrifices et à l'héroïsme, cette grande cérémonie devrait lancer un avertissement à ceux qui tentent de déformer et de manipuler l'histoire de la Seconde Guerre mondiale pour servir leurs intérêts politiques à court terme.

    Pour la paix, la Chine poursuivra résolument la voie du développement pacifique et ne recherchera jamais l'hégémonie, ni l'expansion, a déclaré jeudi le président chinois Xi Jinping.

    Il s'est ainsi exprimé lors d'un rassemblement commémorant le 70e anniversaire de la victoire de la Guerre de résistance du peuple chinois contre l'agression japonaise et de la fin de la Guerre mondiale antifasciste dans le centre-ville de Beijing.

    Quel que soit son niveau de développement, la Chine ne recherchera jamais l'hégémonie ni l'expansion, et elle n'imposera jamais à autrui les tragédies qu'elle a vécues, a noté M. Xi.

    Le peuple chinois vivra toujours en bons termes avec les autres peuples du monde, défendra fermement les acquis de la victoire de la Guerre de résistance contre l'agression japonaise et de la Guerre mondiale antifasciste et apportera une nouvelle contribution encore plus importante à l'humanité, a indiqué le président.

    sans-titre.png

    La Chine ne veut pas ,comme un autre grand pays le fait, devenir le gendarme du monde. Elle veut sauvegarder ses acquis révolutionnaires mais est tout le contraire de l'URSS, elle ne cherche pas et ne cherchera jamais à imposer son modèle aux autres pays. Le discours du président Xi Jinping est sans ambigüité :que l'on respecte le peuple chinois et la Chine est prête et souhaite vivre en bonne entende avec tous les peuples de la terre.

  • Corruption en Chine :le général Gu Junshan va être jugé pour corruption

    sans-titre.png

    En arrivant au pouvoir, Xi Jinping avait prévenu ," la corruption est un problème tel que ne pas le combattre mettrait en péril notre pays et l'existence même du Parti Communiste" et il promit de ,selon son expression , de s'attaquer aux tigres et aux mouches.

    La tournure des événements nous prouve qu'il tient parole. En fait de tigres, il en a débusqué un fameux.

    Le Général  Gu Junshan , chef de l'armée , qui supervisait toute la logistique de l’armée chinoise, va être jugé pour corruption. Il est soupçonné d’avoir touché des pots-de-vin, détourné des fonds publics et abusé de son pouvoir. L'une des accusations les plus graves à l’encontre de Gu Junshan concernerait la vente de promotions : Gu Junshan aurait monnayé jusqu’à 3,5 millions d’euros le passage du grade de colonel à celui de général. Dans cette affaire sans précédent pour l’armée, les détails cocasses ne manquent pas. Entre autres folies que se seraient achetées Gu Junshan figureraient de nombreuses maisons, des bouteilles de liqueurs très prisées, mais aussi une statue en or de Mao… Les estimations de sa fortune personnelle vont de plusieurs centaines de millions de dollars à quelques milliards.

    L’enquête contre Gu Junshan constitue également un signal politique extrêmement fort envoyé par le président Xi Jinping. Alors que Hu Jintao semblait avoir eu bien du mal à faire progresser l’investigation à l’encontre de Gu Junshan, dans un bras de fer qui illustrait le pouvoir et l’indépendance dont jouissait le haut commandement de l’armée à l’égard des instances centrales du Parti Communiste, le nouveau chef de l’Etat, au contraire, a tout fait pour frapper fort et démontrer ainsi sa détermination à reprendre en main une institution à la dérive. Tout à son projet de redorer le blason de la Chine, y compris aux plans diplomatique et militaire, Xi Jinping veut une armée forte et crédible, et il doit pour cela débarrasser l’ALP de pratiques qui y sont monnaie courante. Jusqu’à récemment, dans les rues des grandes villes du pays, il était très fréquent de voir des voitures de grand luxe munies de plaques d’immatriculations militaires. Ces dernières ont disparu depuis un an environ.

    Xi Jinping, contrairement à son prédécesseur, a pris la tête de la Commission militaire centrale dès sa prise de fonction et il s’emploie à se rendre très régulièrement dans les locaux de la Commission militaire centrale pour signifier sa détermination à ne pas y faire de la figuration. Il aurait pointé du doigt un « phénomène Gu Junshan » au sein de l’armée, et menacé de s’attaquer « aux petits et aux grands Gu Junshan ». Au cours de ses entretiens avec les enquêteurs, ce dernier aurait d’ailleurs donné les noms d’autres figures centrales de la hiérarchie militaire, en particulier celui de Xu Caihou. Celui-ci était jusqu’à sa retraite, en 2012, le deuxième général de l’armée, et un protégé de Jiang Zemin, l’ancien président, dont le réseau continue d’être l’un des plus puissants dans les hautes sphères politiques chinoises. Si Xi Jinping veut aller au bout de sa logique et véritablement faire le ménage dans une armée gangrenée par la corruption, il va devoir s’attaquer à des figures jusque-là intouchables.

     

    xi_jinping_wife.jpg

  • La Chine dément les allégations de piratage informatique visant l'APL

    Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei a déclaré mardi que les allégations concernant des attaques informatiques menées par des pirates chinois étaient sans fondement, réitérant au passage la position du gouvernement en matière de lutte contre la cybercriminalité.

     

     

    virus-pc.jpg

    M. Hong s'est exprimé ainsi lors d'un point de presse, alors qu'il était invité à commenter un rapport publié par l'entreprise de sécurité américaine Mandiant dans lequel la compagnie attribue des cyberattaques contre des entreprises américaines et des organismes du gouvernement des Etats-Unis à une unité de l'Armée populaire de libération (APL).

     

    D'après lui, la cybercriminalité est un problème mondial et doit être résolue au travers de la coopération internationale et sur la base d'une confiance et d'un respect mutuels.

     

    "Ces critiques infondées sont irresponsables et illustrent un manque de professionnalisme. Elles ne contribueront pas à résoudre le problème", a-t-il expliqué.

     

    sans-titre.png

     

    La Chine est l'une des plus grandes victimes des cyberattaques et s'oppose à ces pratiques sous toutes leurs formes, a indiqué M. Hong, ajoutant que le pays avait adopté des lois pour lutter contre ce problème.

     

    Le porte-parole a également cité un rapport publié par le Centre national de coordination et de réponse d'urgence du réseau informatique de Chine montrant que 73.000 adresses IP étrangères avaient été impliquées dans des attaques contre 14 millions d'ordinateurs chinois.

     

    Il a indiqué que les attaques provenant des Etats-Unis était les plus nombreuses.

     

    La Chine, la Russie et plusieurs autres pays ont présenté en 2011 un code de conduite international sur la sécurité de l'information à l'ONU, a-t-il fait savoir.

     

    "La Chine a appelé la communauté internationale à établir un code de conduite pour le cyberespace, sur la base de cette proposition, et à réaliser des efforts conjoints afin de construire un cyberespace pacifique, sécurisé, ouvert et coopératif", a présenté le porte-parole.

     

    Selon lui, le gouvernement dément également les allégations de certains médias affirmant que la source de ces attaques informatiques est un immeuble de Shanghai appartenant à l'APL.

     

    Le porte-parole a indiqué ignorer comment une telle preuve pourrait même être découverte, car les cyberattaques sont le plus souvent menées de manière internationale et anonyme.

     

    4771307270539.jpg

  • Chine , l'armée met en garde les Philippines au sujet de l'île Huangyan:" N'essayez pas de prendre ne serait-ce qu'un centimètre du territoire chinois".

    67026087.jpgLe Quotidien de l'APL, journal officiel de l'Armée populaire de Libération (APL) de Chine, a mis en garde jeudi les Philippines au sujet de l'incident de l'île Huangyan, déclarant que les forces armées chinoises ne permettront jamais à quiconque d'ôter à la Chine sa souveraineté sur l'île Huangyan.

     

    Sur cette banderole: Navires philippins HORS DES ILES HUANGYAN

    Des pêcheurs philippins naviguent dans la zone du récif de Scarborough.



    "Nous souhaitons indiquer qu'aucune tentative d'ôter à la Chine sa souveraineté sur l'île Huangyan ne sera tolérée par le gouvernement, le peuple ou les forces armées de la Chine", a indiqué le quotidien dans un article signé intitulé "N'essayez pas de prendre ne serait-ce qu'un centimètre du territoire chinois".

    Au contraire, il serait sage de renoncer à ce genre de tentative et de respecter les règles internationales afin d'obtenir le pardon du peuple chinois et de la communauté internationale.



    La Chine a fait preuve de retenue au sujet de l'incident de l'île Huangyan. "Si certains confondent la bonté de la Chine avec de la faiblesse et considèrent le pays comme un 'dragon en papier', ils se trompent lourdement", ajoute l'article.

    La Chine a trop été humiliée, sa souveraineté violée et son territoire découpé, lorsque le pays était pauvre et faible.

    La Chine mène actuellement une politique étrangère indépendante et pacifique. Elle n'usera pas de sa force pour intimider les plus faibles, ni ne tolérera aveuglement les tours joués par autrui, tout particulièrement en ce qui concerne son intégrité territoriale, sa dignité nationale et sa stabilité sociale.

     



    Il est évident que la partie philippine n'a pas réalisé qu'elle commettait de graves erreurs, bien qu'un mois se soit écoulé depuis le début de l'incident, indique l'article.

    A l'inverse, les Philippines renforcent leurs efforts pour intensifier les tensions. Le pays a en effet continué d'envoyer des vaisseaux du gouvernement dans la lagune de l'île Huangyan et a fait à plusieurs reprises des remarques erronées ayant induit en erreur le public philippin et la communauté internationale et provoqué la colère du public, nuisant ainsi aux relations bilatérales.



    La situation est peu encourageante, indique l'article.

    La souveraineté de la Chine sur l'île est basée sur des fondements à la fois historiques et juridiques. Peu importe les tours que les Philippines chercheront à jouer, le fait que l'île Huangyan appartienne à la Chine ne changera jamais, rappelle l'article.

     

    La Chine est prête à l'escalade des tensions sur l'île de Huangyan

    La vice-ministre chinoise des Affaires étrangères Fu Ying a confié que la Chine n'est pas optimiste quant à la situation concernant l'île de Huangyan, et que le pays est pleinement disposé à répondre à toute action que feront Philippines pour désamorcer la situation.

     

    Mme Fu a fait ces remarques lors de sa rencontre avec Alex Chua, chargé d'affaires de l'Ambassade des Philippines en Chine, hier, selon un communiqué de presse du ministère chinois des Affaires étrangères publié aujourd'hui.

    Mme Fu a souligné lors de la réunion que l'île Huangyan appartient à la Chine.

    « La partie chinoise a également fait tous les préparatifs en vue de répondre à toute escalade de la situation initiée par le côté philippin », a prévenu Mme Fu.

     

    Mme Fu a déclaré que la partie chinoise maintient sa position de recherche de solutions diplomatiques à la situation actuelle, et que la Chine demande à nouveau instamment à la partie philippine de répondre sérieusement aux préoccupations de la Chine et de traiter correctement la question.

     

  • La Chine confirme la construction de son premier porte avions

    La Chine est en train de construire un porte-avions, vient de confirmer un haut responsable militaire chinois. C'est la première reconnaissance officielle de l'existence de ce navire.

    « Le porte-avions est en cours de construction, mais il n'est pas achevé », a dit Chen Bingde, Chef d'état-major de l'Armée Populaire de Libération, lors d'un entretien avec le Hong Kong Commercial Newspaper. Mais il a refusé de donner davantage de détails sur le navire.

    Hier, le même journal citait les propos de Qi Jianguo, l'adjoint de M. Chen, disant que ce porte-avions, le premier jamais construit par la Chine, n'entrerait jamais dans les eaux territoriales d'aucun pays.

    Il a dit que ce scénario était « impossible », compte tenu de la stratégie militaire de la Chine, qui est défensive.

    Il a dit au journal que tous les grands pays du monde, à commencer par les autres Etats membres permanents du Conseil de Sécurité des Nations-Unies, possèdent leurs propres porte-avions, et que la Chine doit aussi passer par cette étape. La Chine fait face à de grandes menaces et à de fortes pressions venant des mers entourant le pays, a dit M. Qi, une situation plus compliquée que celle à laquelle font face les autres puissances mondiales.

    En février dernier, la Grande-Bretagne a rejeté une offre de 5 millions de Livres (8,23 millions de Dollars US) pour un porte-avions désaffecté faite par un homme d'affaires chinois exerçant au Royaume-Uni, Lam Kin-bong, qui avait dit à l'époque qu'il envisageait de faire du navire de guerre une école internationale flottante amarrée au large des côtes de la Province du Guangdong.

    M. Lam, qui a quitté le Guangdong il y a près de vingt ans pour Londres, il exploite une chaîne de restaurants à Birmingham.

    Il se peut que les autorités britanniques aient suspecté que le Gouvernement chinois ou les autorités militaires soient derrière la proposition, avait rapporté plus tôt le journal hongkongais Wen Wei Po.
    Le bâtiment en question, le HMS Invincible, désarmé en 2005 et vendu depuis pour être ferraillé, pouvait embarquer 22 avions de guerre et près de 1 100 marins.

     

  • LE PATRIMOINE CULTUREL CHINOIS

    Protection du patrimoine culturel chinois
     

    aL'organe législatif de Chine, l'Assemblée populaire nationale, a délibéré mercredi sur le projet de loi portant sur la protection de l'héritage culturel immatériel du pays. Ce projet de loi a été soumis en première lecture par le Conseil des affaires d'Etat.

    Le projet de loi propose la création de listes de représentants du patrimoine culturel immatériel au niveau national et local afin de protéger le patrimoine qui a une valeur historique, artistique, ou scientifique.

    Selon le document, le Conseil des affaires d'Etat et les gouvernements provinciaux doivent constituer séparément des listes des éléments du patrimoine immatériel tandis que les gouvernements au niveau des districts doivent effectuer des enquêtes sur la protection du patrimoine.

    F201008261323321785023713.jpg


    Les organisations étrangèrent ne peuvent mener ce genre d'enquêtes en Chine qu'après avoir obtenu l'approbation du gouvernement chinois et à condition de coopérer avec les institutions de recherche académique chinoise.

    Le projet de loi comporte six parties, qui portent notamment sur la définition du patrimoine culturel immatériel, les mécanismes des enquêtes, les règles concernant la transmission et les pénalités pour la destruction.

    Le patrimoine culturel immatériel est défini comme étant les expressions culturelles traditionnelles et les pratiques des différents groupes ethniques de Chine qui sont transmises de génération en génération et font partie du patrimoine culturel d'un groupe.

    Les objets et les sites de ces expressions et pratiques sont également reconnus par le projet de loi en tant qu'éléments du patrimoine culturel immatériel.

    Certaines cultures traditionnelles disparaissent vite, et l'absence d'une telle protection pose des difficultés dans la prévention de leur disparition.

    Les statistiques du Ministère de la Culture montrent qu'en 2009 le Conseil des affaires d'Etat et le ministère avaient désigné plus de 2500 éléments du patrimoine culturel national et plus de 1400 héritiers de ce patrimoine.

    Le projet de loi sur le patrimoine culturel immatériel a été soumis à la session bimensuelle du Comité permanent de l'Assemblée populaire nationale qui a débuté lundi.

     

     

  • PARADE MARINE POUR LES 60 ANS DE L'APL.

    La marine chinoise célébrera le 60e anniversaire de sa fondation.

    La marine de l'Armée populaire de Libération (APL) de Chine organisera une grande cérémonie célébrant le 60e anniversaire de sa fondation, 21 vaisseaux de 14 pays et des délégations de 29 pays y participeront, a annoncé samedi le ministère chinois de la Défense nationale.

    La cérémonie se déroulera du 20 au 23 avril dans la ville de Qingdao dans la province orientale du Shandong et au large de cette ville, avec pour thème "un océan pacifique", appelant à une coopération plus approfondie et plus harmonieuse en matière de sécurité océanique.

    Lors de cet événement, seront organisés des séminaires, un défilé de vaisseaux et une course de sampans (bateaux chinois), dans le but de renforcer la compréhension mutuelle et l'amitié entre les officiers et les soldats, et de promouvoir la paix, la stabilité et le développement régionaux et mondiaux.

    L'APL a été fondée le 23 avril en 1949, avec neuf navires de guerre et 17 bateaux obtenus après qu'une troupe de la deuxième flottille de défense côtière du Kuomingtang ait fait défection