amour

  • Un trafiquant de tigre de Sibérie a été condamné à sept ans et demi de prison en Chine

    tigre_siberie_03.jpgUn trafiquant de tigre de Sibérie a été condamné à sept ans et demi de prison par un tribunal dans l'est de la Chine pour achat illégal d'espèces menacées.

    Wang, âgé de 31 ans, originaire de la province du Jiangxi, a été condamné à une amende de 50.000 yuans (6.000 €) par le Tribunal populaire du district de Lucheng à Wenzhou, dans la province du Zhejiang.

    Wang et un autre homme, Yang, s'étaient fait prendre avec un tigre mort le 8 janvier dans le centre-ville de Wenzhou. Wang avait été capturé par la police mais Yang s'était enfui.

    Yang avait acheté le tigre le 5 janvier dans la province de l'Anhui pour 190.000 yuans et l'avait transporté à Wenzhou, où il comptait le vendre à Wang pour 250.000 yuans.

    Le Bureau national des forêts a confirmé que l'animal, actuellement dans une chambre froide du zoo de Wenzhou, était un tigre de Sibérie, cependant la cause du décès et l'origine du tigre restent inconnues, car le vendeur dans l'Anhui n'a pas encore été retrouvé.

    Yang, finalement arrêté peu après, attend son procès à Wenzhou pour les mêmes chefs d'accusation.

    Le tigre de Sibérie, l'un des mammifères les plus rares au monde, vit principalement dans l'est de la Russie, le nord-est de la Chine ainsi que les parties du nord de la péninsule coréenne. Moins de 500 tigres de Sibérie vivent encore à l'état sauvage.

    La Chine estime à entre 18 et 22 le nombre de tigres de Sibérie à l'état sauvage sur son territoire.

     

    images.jpg

     

     

  • Des vidéos de léopards de l'Amour sauvages dans le Nord-Est de la Chine

    F201312281023153126424958.jpg

    Une des vidéos montre clairement un léopard de l'Amour sauvage avec des taches sombres en forme de pièces de monnaie sur sa peau, qui a marché devant la caméra et est resté pendant 10 secondes. La vidéo haute définition d'un léopard de l'Amour a été prise à 9h52 le 23 mai 2013, dans le Comté Suiyang. dans la Province du Heilongjiang en Chine du Nord. L'organisme de surveillance de la faune de la province du Heilongjiang a annoncé le 27 décembre qu'il avait pris trois vidéo de trois léopards de l'Amour. [Photo / Xinhua]

     

    Les autorités forestières de la province du Heilongjiang, dans le Nord-est de la Chine, ont diffusé vendredi trois vidéos de léopards de l'Amour, une espèce menacée.

    Les trois vidéos haute définition (HD) ont été enregistrées dans une réserve naturelle de la commune de Suiyang, dans le Comté de Dongning, le 23 mai et le 1er septembre respectivement. selon le bureau de l'industrie forestière de la province.

    Le bureau a également publié une vidéo HD de tigres de Sibérie le 18 décembre.

    « C'est la première vidéo HD en direct de léopards de l'Amour sauvages enregistrée dans le Heilongjiang ». a déclaré le Dr Feng Limin du Groupe de Spécialistes des Félins de la Commission de survie des espèces de l'Union internationale pour la protection de la nature.

    Les animaux ont été confirmés comme étant deux léopards mâles adultes. a déclaré M. Feng. qui est également biologiste de la faune à l'Université Normale de Beijing.

    Les léopards vus dans la vidéo étaient forts et agiles. ce qui montre qu'ils étaient en bonne santé. a déclaré Zhang Shusen. un responsable du Bureau de l'industrie forestière de la province.

    La population sauvage est en augmentation dans les forêts du Heilongjiang, du fait des projets de protection des forêts naturelles ont permis d'améliorer l'écosystème. a-t-il dit.

    Le léopard de l'Amour et le tigre de Sibérie vivent principalement dans l'Est de la Russie. dans le Nord-est de la Chine et dans le Nord de la péninsule coréenne de part et d'autre de la rivière Amour.

    Un nombre estimé à environ 500 tigres de Sibérie et 40 léopards de l'Amour vivraient actuellement à l'état sauvage.

     



  • De jeunes chinoises recherchent l'amour et qui peut les aider à le trouver

    F201310281626231688115671.jpg

     

    Les cosmétiques sont une composante importante de la formation rencontres.

    F201310281626312334171521.jpg

     

    Un groupe de jeunes femmes sur le pont Liede à Guangzhou, capitale de la Province du Guangdong déclare : « Je veux me marier ! ». Elles ont participé à un atelier de formation rencontres. Photo Xia Shiyan / pour le China Daily

     

    Ne voulant pas être étiquetées comme des shengnü, ou « femmes abandonnées », les Chinoises célibataires utilisent tous les moyens pour trouver l'âme-sœur.

    La Chine a parcouru un long chemin depuis l'époque où les parents avaient l'habitude de recourir aux services d'une personne tierce pour trouver le « partenaire parfait » pour leurs enfants adultes. Aujourd'hui, nous avons la liberté d'être notre propre marieuse, mais ce n'est pas toujours une tâche facile. Pour assurer un taux de réussite plus élevé, certaines femmes célibataires ont recours à l'aide de coaches en rencontre professionnels. Les frais dépendent de la nature des services, qui comprennent des consultations personnelles et des transformations pour être à la mode. Il existe également des « visites sur le terrain », où les coaches observent l'interaction de leurs clientes avec le sexe opposé dans un cadre social et leur fournissent des commentaires. Mais le but ultime est d'aider leurs clientes à perfectionner leurs capacités de séduction pour réussir dans le monde souvent frustrant des rencontres.

     

    Est-ce parce qu'ils sont timides, est-ce par tradition , mais la drague n'existe pas en Chine. Pourtant les belles en Chine ne sont pas insensibles aux avances des occidentaux , qu'elles attribuent au romantisme.

     

    L'atelier aide des employées de bureau à trouver un partenaire parfait. Plus de 600 femmes y ont participé depuis décembre 2012.

     

    F201310281626279842350726.jpg

    Certaines participantes à l'atelier cherchent à perdre du poids pour mettre la main un petit ami.

     

     

    F201310281626251450126191.jpg

    Chaque stagiaire dispose d'un livret destiné à recueillir les timbres des classes qu'elles ont suivies.

     

     

     

  • Ye Xiao, jeune fille chinoise en quête de l'amour en France

    001aa0c6c27e126dc2ed4a.jpg

    中国要阅读的文章:

     

    Reading the article in Englishhttp://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6866/en/archive/2013/01/29/ye-xiao-jeune-fille-chinoise-en-quete-de-l-amour-en-france.html

    Différente de la plupart des autres personnes qui partent vivre à l'étranger, Ye Xiao, une jeune fille du Shandong, a choisi de partir en France pour une raison très simple : « J'y suis tout simplement allé pour trouver l'amour. »

    Toutes les histoires d'amour commencent de la même manière. Un jeune homme a gagné le cœur de Ye Xiao avec un poème lorsqu'elle faisait ses études au lycée. Ayant réussi son examen d'entrée à l'université, le jeune homme est entré sans à-coups dans une école de grande renommée, tandis que Ye Xiao commençait des études professionnelles dans son pays natal à cause de ses notes trop peu élevées.

    À la fin de ses études, le jeune homme voulait poursuivre ses études en France, ce qui obligerait les deux jeunes amoureux à continuer à vivre loin l'une de l'autre. « Ce sera fini pour nous si tu ne peux pas venir en France », ces mots prononcés par le jeune homme ont incité Ye Xiao à prendre une décision surprenante : partir en France pour le rejoindre.

    Ye Xiao, obligée de jouer le tout pour le tout par amour, devait faire face au double défi financier et intellectuel. Ses parents, loin d'être riches, ont emprunté 80 000 yuans (9600 euros) à différents membres de leurs familles pour aider Ye Xiao à réaliser son projet. Cette dernière, avec des notes peu prodigieuses en anglais, s'est mise à apprendre le français jour et nuit, travaillant cent fois plus dur que pour son concours d'admission dans un établissement d'enseignement supérieur en Chine. Ye Xiao est arrivée en France en 2005 après avoir réussi son test de français du premier coup.

    La vie dans un pays étranger, loin de ses origines, a vite perdu de son romantisme pour laisser entrevoir une réalité toute différente et empreinte de difficultés. Ye Xiao avait envisagé, au début, d'accompagner son petit ami dans ses études, mais les 80 000 yuans empruntés par ses parents ont tous été dépensés au bout d'un an et le jeune homme avait du mal à joindre les deux bouts après avoir payé ses frais de scolarité. « Finalement, qu'est-ce que je peux faire en France, moi, une jeune Chinoise sans compétence particulière et sans emploi ? » Se demandait sans cesse Ye Xiao.

    Ye Xiao a dû faire face à des revers et des échecs non seulement dans la vie quotidienne, mais également sur le plan sentimental. En 2007, elle a fini par quitter son compagnon qui avait raté son année et passait son temps à jouer aux jeux vidéo. Or, elle n'a jamais abandonné son rêve parisien : « Je vais m'inscrire dans une école de langues, je vais travailler, je vais subvenir aux besoins de ma famille ».

    Une jeune fille chinoise en quête de l'amour en France

    Alors, Ye Xiao a commencé à adopter un rythme de vie rappelant celui d'une chaîne de production : elle suivait des cours dans la matinée, faisait la plonge dans un restaurant à midi et travaillait comme baby-sitter le soir. « Je ne mangeait qu'une fois par jour », avoue-t-elle. Ye Xiao a pris beaucoup moins de photos cette année là, si ce n'est quelques clichés à l'occasion de la fête du Printemps et de son anniversaire. Sur les photos, elle semble avoir pris un coup de vieux. « L'émotion et les illusions que je ressentais à mon arrivée en France ont disparu pour céder la place aux réalités de la vie », confie-t-elle.

    En 2009, les efforts de Ye Xiao paient puisqu'elle termine ses études de maîtrise. En raison de la crise économique mondiale, il était très difficile de trouver un emploi et elle ne voulait pas se résigner à retourner en Chine dans de telles circonstances. Elle a donc introduit une demande dans plusieurs universités pour faire des études de gestion en maîtrise.

    Quand elle n'avait pas cours, Ye Xiao participait souvent aux activités organisées par l'Association des étudiants de Nantes. « Le sentiment patriotique jaillit spontanément de notre for intérieur quand on se trouve à l'étranger, explique-t-elle. Notre patrie est vraiment comme notre mère. Nous la défendrions au prix de notre vie si elle venait à être malmenée, et même si elle a des tas de défauts ».

    « J'ai par exemple été à Paris pour participer à la manifestation organisée par les étudiants chinois le 19 avril 2008, contre l'indépendance du Tibet et les informations erronées publiées par les médias occidentaux, pendant le passage de la torche olympique à Paris. J'ai également versé des dons pour les opérations de secours après le séisme de Wenchuan le 12 mai 2008, et j'ai pris part à des séances d'information pour sensibiliser le public à l'histoire du Tibet », raconte Ye Xiao.

    « J'ai un autre compagnon maintenant, poursuit Ye Xiao. Je l'ai rencontré dans le RERi. J'ai toujours confiance en l'amour bien que j'ais été blessée sentimentalement et, maintenant, je sais mieux quel type d'homme je cherche ».

    Une jeune fille chinoise en quête de l'amour en France
  • A la recherche de l'âme sœur en Chine

    00016c42d95c0e45d6cf01.jpg

    Une grande rencontre est organisée dans une zone pittoresque de Nanning, chef-lieu de la région autonome Zhuang du Guangxi, attirant quelque dix mille hommes et femmes célibataires

    Les Zhuang sont la plus importante minorité ethnique de Chine

    00016c42d95c0e45d71102.jpg

    Un cocktail de rencontre est tenu par un site internet à Beijing.

    00016c42d95c0e45d71a03.jpg

     Concours de rencontre des célibataires charmantes » organisée par un site internet à Beijing.

    00016c42d95c0e45d72504.jpg

    Deux jeunes femmes portent une pancarte où sont inscrits les caractères chinois « ne pas rester célibataires », lors d'une activité de rencontre à Weifang, dans la province du Shandong.

    00016c42d95c0e45d74606.jpg

    De jeunes hommes consultent les petites annonces dans un rassemblement de l'ethnie Tu organisé à Enshi, dans la province du Hubei.

    Les Tu sont une des 55 erthnies minoritaires de Chine.

    00016c42d95c0e45d73805.jpg

    Le « bus de l'amour » part de Gongzhufen, sur le troisième périphérique de Beijing. Les passagers qui s'inscrivent en avance peuvent le prendre gratuitement.

  • UNE HISTOIRE D'AMOUR

    Un homme chinois et une femme française se sont mariés à l'âge de 80 ans après une séparation de plus de 50 ans
     
    La photo du couple maintenant

    Voici un couple qui vient de se marier. Cependant, ce sont tous les deux des vieillards aux cheveux blancs. La femme est âgée de 83 ans et l'homme de 82 ans.

    Il ne s'agit pas d'un amour qui a commencé à la vieillesse. Les nouveaux mariés se sont connus et sont tombés amoureux dans leur jeunesse. Cependant, ils ont été obligés de se séparer pendant plus d'une moitié de siècle, en pensant l'un à l'autre à l'autre bout du monde. Pourtant, une lettre reçue il y a 5 mois a fait que la femme s'est envolée vers Xiamen en Chine depuis Lyon pour continuer leur amour interrompu il y a plus de 50 ans.

    Elle a dit : « Je ne me suis pas mariée jusqu'à cet époque. Les étudiants et les collègues de l'Université Lyon 3 ne croyaient pas que personne ne courait après moi. Mais je leur ai dit : 'Il n'y a qu'un homme qui m'aimera pendant toute ma vie et il vit en permanence dans mon cœur.' »

    Cet homme est celui qui a écrit la lettre, un de ses étudiants d'autrefois et maintenant son mari.

    L'homme s'appelle Yuan Dibao et est originaire de Xiamen (sud-est de la Chine). La femme s'appelle Danni Li. Le couple s'est installé à Xiamen.

    L'amour dans la jeunesse au bord du Lac de l'Ouest

    En 1953, dans la rue Jishanlu, N.1, à Gulangyu dans la ville de Xiamen, Yuan Dibao, âgé de 25 ans s'est marié avec Huang Xiuxue. Une mois après, Yuan s'est rendu à Hangzhou pour continuer ses études à l'institut de médecine du Zhejiang.

    A l'institut, ce qui a attiré l'attention de Dannie Li, professeur en langue russe, c'était peut-être les bons résultats de Yuan Dibao, qui obtenait toujours les notes maximales en examen de langue russe.

    Le père de Danni Li était professeur à l'institut des beaux arts du Zhejiang, et sa mère était française. Danni Li est née à Beijing et est diplômée du département chinois de l'Université de Zhejiang. Titulaire d'une maîtrise en français, en anglais, en russe et en chinois, elle a été embauchée comme professeur de russe par l'institut de la médecine du Zhejiang. La beauté et la sagesse d'une eurasienne se révélaient bien évidemment en elle.

    Un matin où la neige tombait, Yuan Dibao tremblait de froid dans la classe. Après les cours, Danni lui a doucement donné un paquet. Lorsque Yuan l'a ouvert, il s'est aperçu que c'était un pull-over bleu. La douceur et l'amour ont immédiatement chassé le froid en dehors des fenêtres et de son cœur.

    Une malheureuse séparation de plus de 50 ans

    Cependant, les deux amoureux n'ont pas pu rester ensemble.

    Un jour, Yuan a ranimé son courage pour révéler son mariage à Danni. Malgré une vive douleur, Danni souhaitait toujours que Yuan puisse se rendre en France avec elle. Cependant, Yuan n'a pas eu le courage d'abandonner sa femme.

    En avril 1956, Danni est rentrée en France avec ses parents. C'est à ce moment-là que leur séparation a commencé et a duré plus de 50 ans.

    Une lettre arrivée tard renoue les fils de leur amour

    Des années après, la femme de Yuan Dibao est décédée, alors que Danni Li qui habite en France ne s'est toujours pas mariée. Ayant perdu le contact pendant des années, bien qu'ils pensent l'un à l'autre, ils ne savaient tous pas si leurs amoureux étaient encore vivants, jusqu'à cette année, où la femme du 3e fils de Yuan l'a persuadé d'écrire une lettre à Danni. Après avoir écrit 5 lettres de même contenu, Yuan les a envoyées aux adresses dont il était familier.

    Le 1er mai, avec des mains tremblantes, Yuan Dibao a reçu la première lettre de réponse en provenance de France. A l'intérieur de l'enveloppe se trouvaient 3 pages pleines de caractères et une photo en couleur. En contemplant la personne en photo et les caractères chinois familiers, Yuan a laissé couler ses larmes...

    La main dans la main, passons ensemble le reste de nos jours

    « Ensuite, nous avons commencé à nous écrire. Une fois, je lui ai dit que je rencontrais tour les jours des religieuses et j'ai décidé de rester chez elles jusqu'à la mort. 'Jusqu'à la mort', ce mot l'a rendu triste, et il m'a demandé d'aller à Xiamen pour le rejoindre. » a dit Anni. Sa main est serrée par Yuan Dibao.

    Le 18 septembre 2010, à l'aéroport de Gaoqi à Xiamen, avec 55 roses dans les mains et entouré par ses 3 fils qui portaient chacun dans leurs bras un bouquet de fleurs, Yuan Dibao a attendu avec impatience dans le hall.

    Danni qui s'est dirigée vers la sortie, elle était très nerveuse. Elle a demandé sans cesse à son compagnon Ouyang : « Qu'est-ce que je dois dire à la première phrase ? » A peine ces mots ont été prononcés, les deux personnes âgées se sont embrassées.

    Même maintenant, Danni se sens encore dans un rêve. Elle a dit : « Je souhaitais obtenir une autre famille. C'est génial ! Les fils et leurs femmes sont tous très gentils avec moi. »

  • UNE BELLE HISTOIRE D'AMOUR SI ELLE SE TERMINE BIEN.

    Une fille tente de se suicider pour donner son foie à son père

    Une fille de 13 ans se trouvait dans un état critique mercredi 4 février, 11 jours après avoir avalé 200 pilules d'hypnotique dans une tentative de se suicider afin de donner son foie à son père qui souffre du cancer du foie en dernier stade, a rapporté un journal de Nanjing, capitale provinciale du Jiangsu dans l'est de la Chine.

    Sa mère a découvert sa fille étendue sans bouger sur le lit chez elle à Wuxi du Jiangsu, le 24 janvier, à midi, deux jours avant la Fête du Printemps (le Nouvel An chinois). A côté d'elle, il y avait une feuille de papier écrite et deux bouteilles vides pouvant contenir 200 pilules d'hypnotique.

    “Maman, je m'excuse de ne plus pouvoir rester avec vous. Je demande de donner mon foie au père après ma mort”, a ainsi écrit Lin Lin, le pseudonyme qu'on adopte souvent pour désigner une étudiante secondaire, sur le papier, selon le Modern Express.

    Selon le diagnostic en décembre dernier, le père est atteint du cancer du foie et des docteurs ont dit qu'il lui restait seulement quelques mois à vivre. Lin Lin ne savait cet état de choses que quand elle a vu un jour le certificat du diagnostic dans le sac à main de sa mère, en janvier.

    Voyant sa fille inconsciente, la pauvre mère avait des vertiges et des étourdissements, quand elle est rentrée chez elle après la visite de sa fille à l'hôpital. “Plus de dix heures sont passées, depuis que ma fille avait mangé à l'hôpital après 05H de l'après-midi”, a-t-elle dit au journal, en laissant entendre que sa fille avait pris des médicaments il y a plus de 10 heures.

    Lin Lin a été transportée à l'hôpital du Peuple de Wuxi où elle a reçu un traitement d'urgence.

    Quatre jours après, elle a repris conscience, mais elle perdait connaissance de temps en temps. Elle demeure dans un état critique maintenant et a besoin des soins intensifs, selon le journal.
    Bien qu'il soit dans le même hôpital, le père ne sait rien de ce qui s'est passé.

  • L'AMOUR TOUJOURS L'AMOUR

    Un professeur de 81 ans se marie avec son amie treize jours après leur première rencontre sur Internet

    Dix jours après leur rencontre sur Internet, M. Wu Jieqin, professeur de l'Académie centrale des Beaux Arts de Chine et âgé de 81 ans, est tombé sous le charme de Jiang Xiaohui, une femme de ménage de 58 ans vivant dans le Sichuan. Trois jours après s'être rencontrés dans la vie réelle, ils se sont mariés. Le mariage de style occidental a eu lieu le 26 octobre à Beijing. De nombreuses personnes ont assisté à la cérémonie et leur ont adressé tous leurs vœux de bonheur. « Je suis âgé de 80 ans mais j'ai l'habileté d'un homme de 30 ans et la mentalité d'un jeune de 20 ans », a déclaré en souriant le Professeur Wu.

    Le 13 septembre 2007, M. Wu a fait la connaissance de Jiang Xiaohui, vivant à Chengdu, sur un site de rencontre. « A la simple vue de sa photo, j'ai immédiatement su que c'est elle que je recherchais », a révélé Wu Jieqin. Depuis son divorce à l'âge de 63 ans, M. Wu était resté célibataire. Afin de mieux communiquer avec sa fille installée aux Etats-Unis, il a fait l'acquisition d'un ordinateur et a appris à l'utiliser. Qui aurait pu penser que cet ordinateur allait bouleverser son destin.

    Issu d'une famille travaillant dans le domaine cinématographique, Wu Jieqin, était chargé de la création artistique professionnelle pour l'Institut d'étude sur l'art sculptural de l'Académie centrale des Beaux Arts de Chine. Il se rendit ensuite à l'étranger où il enseigna pendant une dizaine d'années avant de retourner en Chine en 1998. Il travailla alors comme enseignant d'anglais et se lança dans la création musicale. Doté d'un caractère très optimiste, il semble en apparence n'être âgé que d'une soixantaine d'années.

    Dix jours après sa rencontre avec Jiang Xiaohui, Wu Jieqin n'a pas hésité à se rendre à Chengdu, chef lieu de la province du Sichuan. « A la vue de Jiang Xiaohui, j'ai immédiatement réalisé que je venais de trouver le véritable amour », a fait savoir Wu, « trois jours après notre rencontre, nous avons décidé de nous marier. Je ne me préoccupe guère de ce que l'on peut dire car Internet n'est pas uniquement réservé aux jeunes. »F200810300927472464431129[1]