amarrage spatial

  • Succès du premier amarrage spacial réalisé par la Chine entre Shenzhou-9 et Tiangong-1

    Les trois astronautes à bord du vaisseau spatial habité Shenzhou-9 ont accompli avec succès dimanche midi le premier amarrage manuel du pays entre Shenzhou-9 et le module laboratoire Tiangong-1 en orbite.

    Ce succès illustre la maîtrise complète par la Chine des technologies de rendez-vous et d'amarrage et montre que le pays est tout à fait capable de transférer des hommes et des cargaisons à un orbiteur dans l'espace. Ces compétences sont essentielles pour la construction d'une station spatiale.

     

    sans-titre.png

    L'astronaute Liu Wang, assisté de ses coéquipiers Jing Haipeng et Liu Yang, a contrôlé Shenzhou-9 pour l'amarrer à Tiangong-1 à 12h42.

    Shenzhou-9 et Tiangong-1 sont de nouveau connectés.

    Environ une heure et demie avant cet amarrage, Shenzhou-9 s'était séparé de Tiangong-1 et s'était placé à 400 mètres du module laboratoire.

    F201206241302182263290427.jpg

    Dans le but de permettre des ajustements, les ingénieurs avaient établi pour le vaisseau quatre points situés sur une même orbite, à 5 km, 400 m, 140 m et 30 m du module laboratoire.

    Shenzhou-9 a été lancé dans l'espace le 16 juin depuis un centre de lancement situé dans le désert Gobi, dans le nord-ouest de la Chine. Il s'était amarré à Tiangong-1 par un amarrage automatique le 18 juin.

     

    F201206241302182298123359.jpg

    L'amarrage manuel, manoeuvre spatiale très délicate, exige des astronautes qu'ils relient deux orbiteurs se déplaçant dans l'espace à 7,8 kilomètres par seconde.

    Les astronautes à bord de Shenzhou-9 retourneront dans Tiangong-1 quelques heures après la procédure d'amarrage manuel pour poursuivre leurs tests et recherches dans l'espace.

    F201111142036112544719864.jpg

     

     

  • Les trois astronautes chinois entreront dans le module laboratoire Tiangong-1 à 17h22

    Shenzhou-9 s'amarre à Tiangong-1131660419_41n.jpg

    L'anneau d'amarrage du vaisseau spatial habité Shenzhou-9 a touché le module laboratoire Tiangong-1 et le vaisseau a été doucement poussé par l'allumage du moteur pour s'amarrer à Tiangong-1, a annoncé le Centre de contrôle aérospatial de Beijing.

    Les trois astronautes chinois entreront lundi vers 17h22, 11h 22 Belgique,  dans le module laboratoire Tiangong-1 en orbite après l'amarrage automatique entre le vaisseau spatial habité Shenzhou-9 et Tiangong-1, a annoncé un porte-parole du programme spatial habité.

    Après quatre changements d'orbite depuis son lancement de samedi, le vaisseau spatial se rapproche de Tiangong-1, a indiqué ce porte-parole.

    Les membres de l'équipage de Shenzhou-9 sont dans de bonnes conditions physiques, tandis que Tiangong-1 est prêt pour l'amarrage et à accueillir les astronautes.

    Tous les systèmes, y compris le système de communication au sol, fonctionnent correctement et sont prêts pour la mission d'amarrage et l'hébergement des astronautes, a ajouté le porte-parole.

    001fd04cfc221147d2771a.jpg

  • Accomplissement du deuxième amarrage spatial chinois

    Le vaisseau spatial inhabité de la Chine, Shenzhou-8, s'est amarré lundi soir pour la deuxième fois au module laboratoire spatial Tiangong-1, a annoncé le centre de contrôle de la mission.

    Une demie heure avant cet amarrage, le Shenzhou-8 s'est détaché avec succès du module Tiangong-1 où il est resté amarré pendant douze jours.

    Le Shenzhou-8, lancé le 1er novembre, a réussi son rendez-vous spatial et s'est amarré au module Tiangong-1, déjà en orbite, accomplissant ainsi le premier amarrage spatial de la Chine.

    F201111142036092629432384.jpg

    Le Tiangong-1 a été placé en orbite après son lancement le 29 septembre.

    Le mécanisme d'amarrage, composé de plus de 10 000 pièces, et 600 instruments à bord du Shenzhou-8 ont tous été développés et fabriqués par la Chine, a indiqué Wu Ping, porte-parole du programme spatial habité de la Chine, lors d'une précédente conférence presse.

    Le Shenzhou-8 devrait revenir sur Terre dans la soirée du 17 novembre, a indiqué Mme Wu.

    La Chine compte effectuer deux autres missions d'amarrage spatial en 2012 et établir son premier laboratoire spatial vers 2016 et une station spatiale habitée vers 2020, a-t-elle ajouté.

    Mme Wu Ping, porte-parole du programme aéronautique habité de Chine, a présenté les informations générales concernant cette mission lors de la conférence.

    F201111142036112544719864.jpg