alya

  • L’ancienne communauté juive de Chine renoue avec son identité

    Shavei Israël est une organisation à but non lucratif qui assiste les communautés juives perdues ou cachées dans le monde entier afin de les reconnecter avec leur héritage juif.

    Tuvia Gering est de Jérusalem, il a été nommé pour servir de nouvel émissaire en Chine.

    Ce jeune homme de 22 ans a récemment été déchargé de ses fonctions d’officier dans les rangs de Tsahal et de professeur dans les commandements du front intérieur.

    Tuvia Gering est profondément intéressé par la Chine depuis le lycée après avoir étudié le Mandarin grâce à des vidéos en ligne.

    Il parle aujourd’hui suffisamment couramment chinois pour se charger de cette mission. Il étudiera en complément le chinois à l’université de Henan Kaifeng.

    « Les descendants juifs de Kaifeng représentent un lien vivant entre la Chine et le peuple juif, » a expliqué le président et le fondateur de Shavei Israël, Michael Freund.

    « Après des siècles d’assimilation, un nombre croissant d’entre eux ont récemment chercher à retrouver leur racine et à embrasser leur identité juive » a-t-il déclaré.

    « Tuvia est la personne idéale pour ce travail, avec sa passion pour la Chine et son expérience de professeur, il aura très certainement un impact durable sur les juifs de Kaifeng » a ajouté Michael Freund.

    Tuvia Gering enseignera la culture juive et l’hébreu. « Je veux me concentrer sur le noyau de l’éducation juive, les questions sur la foi et la philosophie, l’histoire, le sionisme et la Shoah, » a expliqué le jeune missionnaire.

    Les membres de cette communauté chinoise historique « essayent de comprendre pourquoi c’est important d’être juif. Nous souhaitons qu’ils aient une identité juive plus forte, » explique Tuvia Gering.

    Les chercheurs croient que les premiers juifs se sont installés à Kaifeng, qui était une des capitales impériales, aux 8e et 9e siècle.

    Ils étaient, apparemment, des juifs séfarades marchands de Perse ou d’Irak et qui ont été vers l’est le long de la route de la soie et se sont établis dans cette ville avec la bénédiction de l’empereur chinois.

    En 1163, les juifs de Kaifeng ont construit une large et magnifique synagogue, qui a été rénovée et reconstruite à de nombreuses occasions à travers les siècles.

    A son sommet, pendant la dynastie Ming (1368-1644), la communauté juive de Kaifeng comptait 5 000 personnes.

    Mais la généralisation des mariages mixtes et l’assimilation, ainsi que la mort du dernier rabbin de la communauté, ont débouché sur la disparition de la communauté juive au milieu du 19e siècle.

    Néanmoins, beaucoup de familles ont cherché à préserver leur identité juive et l’ont transmise à leurs descendants qui continuent à observer diverses coutumes juives.

    Aujourd’hui, un nombre approximatif de 1 000 personnes seraient des descendants de ces juifs.

    Récemment, Shavei Israël a aidé des jeunes juifs chinois de Kaifeng à faire leur alyah en israël.

     

  • Sept descendants des Juifs de Kaifeng, ancienne communauté de la Chine sont venus en Israël pour revenir au judaïsme et faire leur Alya

    Juifs-de-Kaifeng.png

    Sept descendants des Juifs de Kaifeng, une ancienne communauté de la Chine dans la province du Henan sont venus en Israël pour revenir au judaïsme, en allant dans les bains rituels et en pratiquant la circoncision. Ils respectent aussi le devoir de manger casher.

    Yaakov rêve de devenir le premier rabbin à diriger la communauté juive de Kaifeng, une petite communauté juive de Chine, dans la province du Henan qui a plus de 200 ans. Cette semaine, il s’est un peu plus approché de cet objectif. Après s’être immergé dans le Mikvé de Hod Hasharon, un bain rituel et confirmant son acceptation des mitsvot, il a été officiellement converti au judaïsme.
     
    Yaakov n’était pas seul. Cinq de ses amis qui sont tous dans la vingtaine ont également participé aux rituels de conversion, devenant ainsi le premier groupe d’hommes de cette communauté juive à accepter la religion juive après des centaines d’années.
     
    « Il s’agit de la fermeture d’un cercle historique », a déclaré Michael Freund, le directeur de Shavei Israël, une organisation à but non lucratif qui tend la main aux membres des communautés juives à travers le monde, parmi lesquels les Juifs de Kaifeng, qui sont aidés à renouer avec leurs racines.
     
    Yaakov et ses amis sont membres d’un petit groupe de descendants des Juifs de Kaifeng, qui ces dernières années ont exprimé leur intérêt dans l’exploration de leurs racines religieuses et devenir de véritables Juifs. Ils ont été précédé en 2007 par un groupe de quatre femmes de Kaifeng qui ont terminé le processus de conversion en Israël.
     
    « Mes grands-parents nous ont toujours dit que nous étions les descendants des Juifs, » a déclaré Yaakov, alors qu’il se préparait à entrer dans le mikvé. « Nous n’avons pas mangé de porc dans notre maison, et nous n’avons pas mangé le sang des animaux. J’ai décidé que je voulais en savoir plus. »
     
    La communauté juive de Kaifeng existe depuis près de 1.000 ans, depuis qu’un groupe de commerçants juifs, probablement de Perse, se sont installés dans cette région de la Chine à côté de la route de la soie. Les Juifs vivaient entre eux dans une communauté séparée pendant des centaines d’années avant que ne commence l’assimilation et les mariages avec les chinois.

    Les-Juifs-de-Chine-Kaifeng.jpg

    Deux petits Juifs de Chine.

     
    À son apogée, la communauté comptait pas moins de 5.000 Juifs. Aujourd’hui, environ 1.000 Chinois peuvent retracer leurs racines à travers eux. Seule une petite fraction de ce nombre cependant sont des participants actifs dans la communauté.
    En Octobre 2009, Shavei Israël a reçu l’autorisation du ministère de l’Intérieur pour amener sept hommes de Kaifeng en Israël afin qu’ils puissent explorer les possibilités de conversion et de l’Aliya.
     
    Le septième membre du groupe a été en mesure d’achever le processus de conversion il y a quelques semaines, car contrairement aux autres, il était déjà circoncis et n’a donc pas eu besoin d’attendre le temps nécessaire pour être accepté parmi le peuple juif.
     
    Le rabbinat israélien s’abstient généralement de convertir les individus qui ne sont pas admissibles à la citoyenneté en vertu de la Loi du Retour – en d’autres termes, les personnes qui n’ont pas au moins un grand-parent juif. En effet, une demande d’un autre jeune membre de la communauté Kaifeng, Wang Jiaxin, qui est arrivé en Israël à la même époque que le groupe actuel a été rejetée par le rabbinat.
     
    Jiaxin a ensuite fait une conversion aux États-Unis (réformiste), puis a demandé la citoyenneté israélienne en vertu de la Loi du Retour. Il y a deux mois, sa demande a été refusée par le ministère de l’Intérieur. Le ministère de l’Intérieur n’a pas répondu à la question des raisons de sa demande qui avait été rejetée.
     
    L’été dernier, cependant, un comité spécial a statué sur les demandes de conversion présentées par Yaakov, Shai, Yonatan, Moshe, Tzuri, Gédéon et Osée – comme on les appelle aujourd’hui – qui ont étudié pendant ces dernières années à Givat Hamivtar, un yeshiva dans la colonie de Gush Etzion d’Efrat. Il y a deux mois, ils ont tous réussi leurs examens oraux au tribunal rabbinique, et six d’entre eux se sont ensuite circoncis.
     

    Yonatan et ses amis ont l’intention de déménager à Jérusalem avant de rejoindre l’armée israélienne. Yonatan, qui a pratiqué la dentisterie en Chine a dit qu’il voudrait devenir dentiste en Israël. Tzuri, lui veut devenir un abatteur rituel et par la suite ouvrir peut-être un authentique restaurant chinois à Jérusalem.

    2-juifs-kaifeng1.jpg

    Juifs de Kaifeng