alunissage

  • La sonde spatiale Chang'e-3 s'est posée aujourd'hui sur la Lune, la Chine devenant la troisième nation mondiale à réussir un alunissage en douceur après les Etats-Unis et l'URSS

     

    lune.jpg

    La sonde lunaire chinoise Chang'e-3, avec à son bord le premier rover lunaire du pays, s'est posée samedi 14 décembre à 21h12 sur la Lune, marquant la première fois que la Chine a envoyé un engin spatial atterrir en douceur sur un corps extraterrestre.

    lune1.jpg

    La sonde lunaire a entamé son atterrissage en douceur sur la Lune samedi vers 21h00 et a touché le sol dans le Sinus Iridum, soit la Baie des arcs-en-ciel, environ douze minutes plus tard, a précisé le Centre de contrôle aérospatial de Beijing.

    Lors de ce procédé, la sonde a commencé à ralentir à 15 km de la surface lunaire et a effectué un vol stationnaire à 100 mètres d'altitude pour évaluer et éviter les obstacles et localiser le point final d'atterrissage.

     

    lune2.jpg

     

    Cette réussite a fait de la Chine le troisième pays à réaliser un atterrissage en douceur sur la Lune après les Etats-Unis et l'ancienne Union soviétique.

    En comparaison avec les deux autres pays qui ont mené avec succès 13 atterrissages en douceur sur la Lune, la mission chinoise a compris des étapes de vol stationnaire et d'évaluation d'obstacles pour surveiller plus précisément la zone d'atterrissage, ont expliqué des scientifiques.

     

    L'atterrissage en douceur de la sonde, décrit comme les "douze minutes noires", est la tâche la plus difficile de cette mission, a affirmé Wu Weiren, designer en chef du programme lunaire chinois.

    La mission de Chang'e-3 représente la deuxième phase du programme lunaire du pays, qui comprend la mise sur orbite, l'atterrissage sur la Lune et le retour sur Terre du module. Elle s'inscrit dans la continuité du succès des missions Chang'e-1 et Chang'e-2, menées respectivement en 2007 et en 2010.

    Le succès de cet atterrissage en douceur montre que la Chine possède les capacités d'exploration in-situ d'un corps céleste, a noté Sun Huixian, ingénieur en chef adjoint chargé de la deuxième phase du programme lunaire.

    Une nouvelle fièvre pour la lune s'est répandue ces dernières années après la mode des sondes lunaires des années 1960-1970.

    lune 3.jpg

     

    Chang'e-3 est la première sonde au monde à se poser en douceur sur la lune en quatre décennies. Celle qui l'avait précédée était une sonde de l'ancienne Union soviétique en 1976.

    "Le programme lunaire de la Chine est une composante importante des activités de l'être humain pour l'exploitation pacifique de l'espace", a commenté M. Sun.

    Pour une civilisation ancienne comme celle de la Chine, l'alunissage comporte également un autre sens. La Lune, importante source d'inspiration, est l'un des thèmes principaux de la littérature et des mythes chinois, dont la légende de Chang'e. Cette jeune femme, accompagnée de son lapin en jade, "Yutu", avait volé vers la Lune où elle était devenue une déesse.

    "Outre l'exploration scientifique, la sonde lunaire est un écho de la culture et de l'imagination traditionnelles du pays. Les progrès du programme lunaire de la Chine seront accompagnés de légendes magnifiques", a indiqué Zhang Yiwu, professeur à l'Université de Pékin.

     

  • Chang'e-3 ,la sonde chinoise, devrait comme prévu se poser sur la lune ce samedi après-midi

     

    sans-titre.png

    F201312120845233538158472.jpg

    La sonde lunaire chinoise Chang'e-3 devrait se poser en douceur sur la Lune samedi après-midi ( le soir ,heure de Beijing), ont révélé samedi des sources en charge de la mission.

    L'ensemble du processus d'atterrissage en douceur devrait durer 12 minutes et sera effectué par la sonde elle-même, avec une chance "quasiment nulle" d'intervention manuelle, ont indiqué samedi les sources, ajoutant que la mission de Chang'e-3 se déroulait pour l'instant comme prévu.

     

    La sonde décélérera à 15 km de la surface lunaire jusqu'à ce que sa vitesse relative passe de 1,7 km/s à zéro. Elle restera en suspens à 100 m au dessus de la surface de la Lune pour évaluer la zone où elle se posera afin d'éviter les obstacles et de repérer le point final d'atterrissage.

     

    Chang'e-3 devrait se poser dans le Sinus Iridum, soit la Baie des arcs-en-ciel, une zone lunaire qui reste non étudiée et qui devrait permettre une communication aisée et un ensoleillement suffisant grâce à son terrain plat.

     

    Cependant, les sources ont noté que des facteurs inconnus, tels que des roches lunaires, des puits et des tranchées pourraient malgré tout influencer le résultat de l'atterrissage.

     

    Si l'atterrissage est réussi, le rover lunaire "Yutu" quittera la sonde pour mener une exploration mobile tandis que la sonde effectuera des relevés topographiques depuis sa position fixe.

     

    La Chine a lancé le 2 décembre la sonde Chang'e-3 avec à son bord le premier rover lunaire, marquant un important pas vers l'exploration de l'espace lointain.

    F201312120845212716212672.jpg

  • La mission d'alunissage chinoise , à la fin de cette année,va utiliser des « armes secrètes »

    001ec92b90291392899405.jpg

    Des « armes secrètes » multiples seront utilisées sur la sonde lunaire chinoise Chang' e-3 dont le lancement est prévu à la fin de cette année pour une mission d'alunissage, a déclaré un scientifique participant au projet , mercredi.

    Durant cette mission, un orbiteur chinois se posera en douceur sur un corps céleste pour la première fois.

    En plus de plusieurs caméras, Chang' e-3 transportera un télescope astronomique à ultra-violet proche pour observer les étoiles, la galaxie et l'univers à partir de la Lune, a indiqué Ouyang Ziyuan, conseiller chevronné pour le programme lunaire chinois.

    Le télescope observera l'univers « plus loin et de façon plus claire », et il suscitera probablement de nouvelles découvertes, puisqu'il n'y aura aucune perturbation de l'aérosphère, de l'ionosphère et de la magnétosphère sur la Lune, offrant ainsi des vues libres des interférences de l'activité humaine, de la pollution et du champ magnétique, a dit M. Ouyang.

     

    PB190366.JPG

    PB190367.JPG

    Photos prises lors de la présentation à la presse des avancées technologiques chinoises

    dans l'exploration spatiale. J'ai aussi photographié les panneaux explicatifs pour ceux qui peuvent lire le chinois ou l'anglais.

    Au premier forum international de Beijing sur l'exploration lunaire et l'exploration de l'espace lointain qui se tient du 3 au 6 septembre, ce dernier a déclaré que l'atterrisseur transporte également une caméra à ultra-violet extrême qui sera utilisée pour la première fois sur la Lune pour surveiller la transformation de la plasmasphère de la Terre et le changement de l'environnement de la planète.

    Le rover lunaire Chang' e-3 déambulera sur la surface de la Lune pour patrouiller et explorer le satellite.

    Un radar sera fixé au fond du rover pour explorer de 100 à 200 m sous la surface de la Lune, ce qui est sans précédent, selon M. Ouyang.

    Chang' e-3 est officiellement entré dans l'étape de son lancement, à la suite des périodes de recherche et de fabrication. Il sera lancé du Centre de lancement de satellites de Xichang, en Chine du Sud-Ouest.

    PB190360.JPG

    PB190361.JPG

     

    « La mission Chang' e-3 utilise une foule de technologies innovatrices. C'est une mission extrêmement difficile présentant un grand risque », a déclaré le mois dernier Ma Xingrui, directeur de l'organisme d'exploration spatiale de la Chine et commandant en chef du programme lunaire.

    La mission Chang' e-3 est la deuxième phase du programme lunaire chinois, lequel inclut la mise sur orbite, l'alunissage et le retour sur Terre. Elle fait suite aux succès des missions Chang' e-2 qui incluent tracer une carte lunaire de haute résolution couvrant toute la surface.

    La fusée porteuse Chang' e-3 a subi avec succès son premier essai, alors que la plateforme de lancement, ainsi que les systèmes de contrôle et d'application au sol sont prêts pour la mission.

     

    PB190364.JPG

    PB190365.JPG

    L'exploration de l'espace lointain par la Chine devrait se rendre au-delà de la Lune, et les scientifiques du pays se préparent activement à appliquer des plans pour explorer Mars, Vénus et les astéroïdes, a indiqué Ye Peijian, scientifique en chef du programme Chang' e-3.

    « Les scientifiques sont toujours disposés à effectuer l'exploration de l'espace lointain, et ils le feront lorsque les conditions le permettront », a déclaré M. Ye.

    Selon M. Ouyang, les objectifs scientifiques de l'exploration du système solaire incluent rechercher la vie extraterrestre; approfondir la compréhension de la Terre en explorant Mars, Vénus et Jupiter; étudier l'impact sur la Terre de l'activité solaire et des attaques d'astéroïdes; chercher de nouvelles énergies et de nouvelles ressources; et préparer le développement futur de l'humanité.

    PB190362.JPG

    PB190363.JPG