ali baba

  • Avec AliExpress, l'e-commerce chinois conquiert la Belgique

     

    Un site de commerce électronique chinois, Alixepress, fait une percée en Belgique, si l'on en croit le classement publié par l'association Becommerce, à l'occasion d'un Cross-Border Summit qui se tient ce 20 novembre. Le dernier classement établi qu'un acteur chinois est devenu le numéro 10, AliExpress une filiale du géant Alibaba. Il était absent du classement des 100 premiers magasins en ligne publié par l'association, le BeShopping 100, l'an dernier.Le classement indique aussi une forte progression de Media Markt, qui passe de la 30e à la 8e place. Et le léger recul de Zalando, de la 2e à la 4e place (comparaison du top 10 2014 vs top 10 2015 plus bas). La majorité des acteurs classés sont étrangers.

    Le cas d'Alixepress est intrigant. Il s'agit d'une plateforme développée par le géant chinois Alibaba, qui met en contact les grossistes asiatiques avec des consommateurs du monde entier. On y trouve de tout : des jouets, des vêtements, des smartphones, avec l'argument des petits prix et, souvent, de la livraison gratuite. Le site séduit manifestement le public belge. C'est la version internationale d'un site développé en Chine par Alibaba, Taobao.

    Alibaba est un acteur qui a pignon sur rue. Il est côté à New York, avec une capitalisation boursière de plus de 190 milliards de dollars (à comparer aux 300 milliards de dollars d'Amazon), son patron Jack Ma est un des patrons chinois les plus connus dans le monde. Ces circonstances augmentent la confiance que peuvent avoir les consommateurs vis-à-vis d'un site de commerce électronique chinois.

     Le consommateur prend des risques à acheter des articles contrefaits qui pourraient être saisis à la douane disent certains détracteurs , mais AliExpress cherche à rassurer les clients avec un label "genuine products", où le fournisseur garantit l'authenticité du produit. En cas de contrefaçon AliExpress assure que le produit est remboursable, frais de livraison éventuels inclus.

    Le site est toutefois rempli de milliers d'articles qui n'ont rien à voir avec des marques : des bijoux bon marché, des téléphones pas chers, et même des cheveux. Parmi les meilleures ventes figure un correcteur de posture, un brassard pour maintenir le dos dans les activités sportives (homme ou femme), vendu 2,23 euros, une souris optique à 2,58 euros et un sous-vêtement sexy pour homme, un boxer à 2,76 euros, aux dessins affriolants.

    AlixEpress a été lancé en 2010 et est actif sur des marchés aussi différents que la Russie, les Etats-Unis, le Brésil. En 2014, AliExpress réalisait 285 millions de dollars de ventes, en hausse de 88%.

    TB1wWDoHFXXXXXVaXXXVpvE2pXX-750-400.jpg

     

    source: Trends Tendances

     

    Les classements tirés du BeShopping 100 :

    TOP 10 de 2015

    1. Amazon

    2. 3suisses

    3. Bol.com

    4. Zalando

    5. Coolblue

    6. Colruyt Group

    7. Proximus

    8. Media Markt

    9. Vente-Exclusive.com

    10. Aliexpress

  • Jack Ma , fondateur d'Ali Baba , devenu l'homme le plus riche de Chine

    Jack Ma, l'homme le plus riche de Chine

    Jack Ma, fondateur du groupe Alibaba, est devenu l'homme le plus riche de Chine avec un patrimoine de 150 milliards de yuans (19 milliards d'euros ), selon la liste des grandes fortunes chinoises de 2014 publiée mardi par l'Institut de recherche Hurun.

    Jack Ma, 50 ans, arrive en tête de la liste annuelle, détrônant Wang Jianlin, fondateur du promoteur immobilier Dalian Wanda Group, malgré une croissance de 7% de sa richesse. Wang Jianlin arrive cette année à la deuxième place avec une fortune de 145 milliards de yuans.

    C'est la première fois que Jack Ma arrive en tête de la liste, en grande partie grâce à l'introduction d'Alibaba à la bourse de New York. Il devrait atteindre la 25e place du classement des fortunes mondiales de Hurun.

    Cinq des dix personnes les plus riches de Chine sont issues de l'industrie des technologies de l'informatique, illustrant son essor. Pony Ma du géant de l'Internet Tencent arrive à la cinquième place avec un patrimoine de 108,5 milliards de yuans, suivi par Robin Li, PDG de Baidu.com, avec 105 milliards de yuans, Liu Qiangdong, PDG de JD.com se classe à la 9e place avec 53 milliards de yuans, et Lei Jun, fondateur et PDG de la marque chinoise de smartphones Xiaomi à la 10e place avec 45 milliards de yuans.

    Le seuil des dix premières fortunes s'élève à 45 milliards de yuans cette année, soit 20% de plus que l'année dernière.

     

  • La visite en France de la délégation des entrepreneurs chinois pour des résultats gagnants-gagnants

    le-president-francais-francois-hollande-d-accueille-des-responsables-economiques-chinois-le-25-juin-2013-a-paris.jpg




    Lors de la visite en France de la délégation du club des entrepreneurs chinois, qui a duré environ une semaine, ces derniers ont eu divers échanges avec les milieux politique, commercial et éducatif de France. La visite a non seulement poussé certaines entreprises à signer des contrats de coopération, mais a aussi suscité de vives répercussions en France. Jusqu'au 1er juillet, le journal « Figaro » a toujours continué à faire des reportages sur les sociétés et les entrepreneurs chinois de la délégation.

    Une visite en masse qui exerce une influence de la diplomatie populaire

    « Ce type de visite est vraiment rare dans les relations sino-françaises » a remarqué ainsi le journal « Le Figaro ». Différente des visites normales, où les sociétés individuelles se rendent à l'étranger pour trouver les opportunités et négocier les affaires, cette fois-ci, les entrepreneurs privés ont formé une délégation, qui a exercé une influence de la diplomatie populaire, pour raconter à plus de Français, et même d'Européens, l' « histoire de la Chine ».

    L'accueil en grande pompe accordé à la délégation chinoise par la France est également remarquable. Selon Le monde, la Présidence française et le Ministère des Affaires étrangères ont accueilli avec tous les honneurs les entrepreneurs chinois privés. L'Elysée a déroulé le tapis rouge pour eux, alors que le président François Hollande a non seulement offert un banquet, mais a aussi répondu à une série de questions des commerçants chinois, en demandant par ailleurs aux ministres d'aider à résoudre les problèmes des sociétés chinoises dans les investissements et les coopérations.

    Selon le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, il y a 20 ans et même 10 ans, c'était inimaginable que le Ministère des Affaires étrangères donne une réception à une délégation chinoise d'entrepreneurs privés. Il a déclaré « être très honoré ».

    L’hôtel Lutetia a hissé le drapeau national chinois pour accueillir les entrepreneurs chinois privés.

    Renforcer la confiance et faire disparaître les doutes

    La France est favorable à la recherche d'opportunités commerciales par les sociétés chinoises

    L'investissement des entreprises chinoises privées a représenté à peu près 40% des investissements totaux non financiers à l'étranger de la Chine. Cependant, plus d'un membre de la délégation a révélé au journaliste du Quotidien du Peuple que les Français connaissent peu la Chine et son économie, surtout le statut des sociétés privées du marché. Il faudrait que la délégation clarifie sans cesse pour lever les doutes.

    M. Wu Jianmin, conseiller du club des entrepreneurs chinois et ancien ambassadeur de Chine en France, a mentionné à plusieurs reprises le mot « méfiance ».Selon lui, la méfiance provient de l'inconnu. Il faudrait adopter une attitude positive pour que l'action vainque la méfiance de l'étranger envers nous. Quand la méfiance aura disparu, la coopération s'installera.

    Lors de la visite en France, le PDG d'Aigo Digital Technology Co. Ltd, Feng Jun, a révélé que la compagnie installera une boutique de marque Aigo sur les Champs-Elysées pour exposer la marque chinoise et les produits « made in China ».  

    Le PDG et directeur général de Yongyou Software Co., Ltd., Wang Jingwen, a parlé de ses expériences pour présenter comment sa société a diffusé, avec l'appui de techniques de sociétés américaines et européennes, leur produits sur les marchés étrangers, dont le Moyen-Orient, l'Afrique et même l'Europe et l'Amérique. Selon le directeur général, la coopération favorise une complémentarité et peut enfin donner un résultat gagnant-gagnant.

    La visite en France n'est qu'un début

    Le deuxième jour de la visite de la délégation en France, Fosun International Ltd. et Axa Private Equity ont déclaré une augmentation de leur offre d'achat du Club Med. La presse française a couvert l'événement avec beaucoup d'informations, et le PDG de Fosun International Ltd., Guo Guangchang, également membre de la délégation, a fait l'objet d'interviews.

    En parlant des coopérations sino-françaises, l'ancien Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin a adopté une attitude optimiste, en disant que bien que la France ne connaisse pas assez la Chine, elle a un regard avancé et positif. Les succès ont une condition : le respect de la Chine. C'est une condition importante pour la coopération, comme Fosun International Ltd. et le Club Med. Le partenariat entre la France et la Chine sera de plus en plus étroit.

    « On peut qualifier cette visite avec deux mots : le tonnerre et la pluie » a confié Liu Chuanzhi, ancien PGD de Lenovo et célèbre entrepreneur chinois. Faire connaître à l'Europe la force des sociétés chinoises privées, c'est le « tonnerre », et réaliser les coopérations, c'est la « pluie ».

    Les coopérations pragmatiques

    Une liaison avec la chaîne industrielle mondiale

    Les commerçants chinois apprennent la gestion des étalages de supermarché avec la technique 3D de la société Dassault Systèmes.

    Avant la fin de cette visite, plusieurs entrepreneurs chinois ont révélé des résultats positifs. Selon Liu Yonghao, PDG du New Hope Group, il est déjà parvenu à un accord avec une société d'élevage de premier rang mondial pour acheter une partie de ses actions. En utilisant ses techniques, New Hope Group va créer un système d'élevage moderne pour aider l'industrie de la viande, des œufs et du lait de la Chine à atteindre les standards internationaux quant aux économies des aliments, à la protection contre les maladies et à la sécurité alimentaire. Le PDG d'Eve Group Xia Hua a révélé qu'elle a signé un contrat de coopération avec la France qui va favoriser les activités d'échanges des stylistes français en Chine. Selon Tian Suning, PDG de China Broadband Capital, la société est parvenue à des accords de coopération avec Dassault Systèmes et Schneider Electric.

    Selon Long Yongtu, membre du comité international des conseils du forum asiatique de Bo'ao, qui a accompagné la délégation chinoise, les sociétés chinoises privées cherchent positivement des opportunités en Europe pour relier les diverses parties de la chaîne industrielle via les investissements à l'étranger. Cela aidera à une répartition des ressources à l'échelle mondiale et à une escalade industrielle pour pousser la Chine à devenir un composant important de la chaîne industrielle mondiale.

    lenovo.jpg