africains

  • Guangzhou (Canton)compte environ 120 000 résidents étrangers permanents, dont 16 000 en provenance d'Afrique

    sans-titre.png

    Xie Xiaodan, maire adjoint et directeur du bureau de la sécurité publique de la ville de Guangzhou, a exhorté les départements de sa ville à offrir un service encore meilleur aux étrangers.

    M. Xie a rejeté les rumeurs selon lesquelles Guangzhou compterait plus de 600 000 personnes de pays et régions d'Afrique.

    Selon les statistiques du département de l'entrée et sortie de la ville, Guangzhou compte environ 120 000 résidents étrangers permanents, dont une majorité d'Européens et Russes mais aussi 16 000 en provenance d'Afrique. Si on ajoute les résidents temporaires, et quelques 5000 illégaux, la population africaine ne dépasse pas les 30000 individus a déclaré monsieur Xie .

    Si pour les autorités cette population n'offre pas plus de problèmes que d'autres, je dois quand même dire que quand j'ai demandé à aller dans ce quartier d'Africains, on me mit en garde et on me déclara que le quartier était bien trop dangereux et je ne trouvai aucun taxi qui voulu bien me conduire dans ce quartier.

    Alors, faut-il avoir peur de Africains de Guangzhou ?

    Pour le Chinois moyen, cette population a des coutumes étranges et une culture sensiblement différente de la leur. Cela choque parfois et peut engendrer des peurs, mais selon les autorités de la ville, en plus de faire des affaires, les Africains viennent à Guangzhou pour travailler, étudier et faire du tourisme.

    Les Africains vivent dans les quartiers de Dengfeng, Kuangquan, Taojin et Xinshi des arrondissements Baiyun et Yuexiu de la ville.

    Guangzhou accueille tous les étrangers qui arrivent dans la ville avec des titres de voyage et des visas valides, tout en n'épargnant aucun effort pour lutter contre l'immigration illégale, a dit M. Xie.

    Peng Peng, chercheur principal à l'Académie des sciences sociales de Guangzhou, a déclaré que les ministères devraient redoubler d'efforts pour freiner l'immigration clandestine dans la ville.

    « Les droits et intérêts légitimes des étrangers, notamment des Africains, qui arrivent à Guangzhou avec des titres de voyage en règle doivent cependant être protégés selon les lois », a déclaré M. Peng.

    Plus de 20 % des Africains séjournant à Guangzhou (province du Guangdong) gagnent plus de 30 000 yuans (4 040 euros) par mois, selon un récent sondage réalisé par le Southern Metropolis Daily.

    Ce journal de Guangzhou a interviewé 204 personnes de plus de 50 pays africains.

    Des 165 personnes interrogées qui ont révélé leur revenu mensuel, 37 ont dit gagner plus de 30 000 yuans (4 040 euros) par mois en faisant des affaires dans cette ville de la Chine du Sud. Ce chiffre est plus élevé que le revenu moyen des cols blancs locaux.

    001ec94a27151615c36f07.jpg

  • Guangzhou ( Canton) ville la plus insécurisée de Chine,la police va redoubler d'efforts contre les étrangers en situation irrégulière

    chinaafricans.jpg

    La police de Guangzhou, capitale de la province du Guangdong en Chine du sud, a renforcé la répression en cours sur les étrangers qui entrent, vivent ou travaillent illégalement dans la ville.

    Selon la police, Guangzhou est la ville qui compte le troisième plus grand nombre d'étrangers sur la partie continentale de la Chine, après Beijing et Shanghai, avec environ 118 000 personnes enregistrées.

    Cependant, un professeur d'université a dit à la Télévision centrale de Chine en mai que les seuls Africains pourraient être plus de 150 000.

    Les marchands africains sont attirés par Guangzhou en raison de sa proximité avec les usines et autres installations de fabrication et des produits très bon marché, a précisé CCTV, ajoutant que la communauté africaine de la ville -16 000 personnes enregistrées- est la plus grande d'Asie.

    De nombreux marchands africains vendent les produits achetés à Guangzhou dans leurs pays d'origine.

    CCTV a ainsi cité le professeur Li Zhigang, de l'Université Sun Yat-sen de Guangzhou, qui étudie l'immigration africaine depuis 2006, et selon lequel que le nombre d'Africains présents dans la ville devrait fortement augmenter dans les prochaines années.

    Selon le professeur Li, les Africains ont contribué au développement économique de la ville, mais ils font aussi pression sur la gestion urbaine et les ressources sociales. Il a également déclaré que certains immigrés clandestins se rendent coupables de comportements criminels.

    Le Yangcheng Evening News d'hier a rapporté que la police de la ville a mis en place une équipe spéciale visant les étrangers non enregistrés.

    Elle dispose de 30 agents des SWAT, ainsi que de policiers en civil et d'experts en langues étrangères.

    Leur travail consiste à interroger les étrangers et vérifier leurs papiers.

    La police a déclaré que, après le lancement de la première campagne de répression, certains Africains ont émigré vers les zones en dehors de la capitale.

    La gestion des étrangers est encore à ses débuts, bien que la réforme de la Chine et l'ouverture aient commencé il y a plus de 30 ans, a déclaré au journal un fonctionnaire anonyme de l'administration des sorties et entrées de Guangzhou.

    Il a déclaré que certains criminels ont changé leur identité après leur entrée en Chine, et que les autorités de Guangzhou utilisent un nouveau système de comparaison de photos depuis l'année dernière, mais qu'il a encore besoin d'être amélioré.

    Ce fonctionnaire a également précisé que certains Africains se comportent violemment et agressent même la police lors des interrogatoires, ce qui fait que trois agents des SWAT sont habituellement présents quand un Africain est interrogé.

    Parfois, cinq policiers minces n'arrivent pas à contrôler un seul Africain grand et fort, a-t-il dit.

    Selon le journal, les forces de police de la ville cherchent aussi de l'aide auprès d'autres autorités parce qu'elles ne sont pas en mesure de gérer un aussi grand nombre d'étrangers.

    En vertu du droit chinois, toute personne qui fournit un logement aux étrangers qui entrent, travaillent ou vivent en Chine illégalement pourront être mis en détention jusqu'à 10 jours et subir une amende allant jusqu'à 20 000 yuans (3 249 dollars US).

    En juin 2012, plus de 100 Africains se sont rassemblés devant un poste de police à Guangzhou, provoquant des embouteillages, alors qu'ils protestaient contre la mort soudaine d'un Nigérian à la gare.

    Selon les médias locaux, le Nigérian avait refusé de payer la course d'une moto-taxi et une bagarre avait alors éclaté.

    La police a déclaré qu'il était soudainement tombé dans le coma au poste de police et qu'il était décédé malgré les efforts faits pour le réanimer.

    En 2009, plus de 100 Africains s'étaient également rassemblés devant le même poste après avoir appris qu'un Africain se soit tué en sautant depuis son domicile pour éviter un contrôle de passeport.

    Devant l'insécurité grandissante , de nombreux Chinois m'ont déclaré éviter de se rendre dans cette ville qu'ils n'aiment pas d'autant plus que la majorité ne parle pas ou ne veut pas parler le mandarin et qu'ils trouvent la ville sale. Personnellement, je trouve leur jugement exagéré. D'accord, concernant l'insécurité dans certains quartiers , mais concernant la saleté, ce n'est ni plus ni moins que beaucoup d'autres grandes villes chinoises.

    ecran.jpg