accident

  • Privé de passeport en Chine après un accident de la route, un Gravelinois appelle au soutien de la France

    gravelines.jpg

     Détaché de l’Éducation nationale à Nankin depuis 2010, Alain Deflesselles, un enseignant de 47 ans, est également connu pour ses expositions de photos, en France comme en Chine. Aujourd’hui, il résume sa mésaventure de la manière suivante : tentatives d’homicide avec voiture avortée, inversement des responsabilités, discrimination, tentative de racket, confiscation de passeport, impossibilité de revenir en France, « inaction de l’ambassade », impossibilité de se défendre et de rétablir la vérité des faits.

    Les faits remontent au 25 mai 2014. Ce jour-là, alors qu’il circule à moto, Alain Deflesselles explique qu’un automobiliste lui coupe la route : « Je klaxonne, tandis que lui, à sa fenêtre, crache son racisme et marque son mépris d’un coup de volant rageur. Là, je l’évite de justesse ».
    « Un acte xénophobe »

    À partir de là, les événements s’enchaînent : deuxième puis troisième tentative de l’automobiliste chinois de percuter la moto d’Alain Deflesselles, qui finit par se coucher sur la chaussée, « en proie aux roues d’autres véhicules », selon le Gravelinois, qui ajoute que l’automobiliste aurait ensuite délibérément roulé sur sa moto. « Là, je me suis dit : Il faut séparer le tueur de son volant. Dix secondes seront nécessaires pour tester la vitre du poing, le pare-brise et le toit ouvrant, qui céderont sous mon poids, mais jamais je n’ai cherché à frapper mon agresseur », assure Alain Deflesselles, qui parle d’« acte xénophobe » de la part de l’automobiliste et de « légitime défense » de la sienne.
    La suite ? Alors qu’il passe des coups de fil pour chercher de l’aide (numéro d’urgence de l’ambassade, police anglophone, amis, etc.), Alain Deflesselles, portable à l’oreille, dit apercevoir « trois bagarreurs envoyés par mon agresseur et j’ai fini avec une dent cassée ». 

    Et c’est alors, toujours selon le Gravelinois, que la police débarque. « Mon agresseur se précipite et leur parle calmement (…) Au bout du compte, la première étape administrative de la police a été de transformer mon statut de victime en celui de coupable ! On m’a facturé la réparation de la voiture, on m’a confisqué mon passeport, ce qui fait que je n’ai pas pu revenir en France depuis février 2014, et l’agresseur me réclame une indemnité qui équivaut à la moitié de mon traitement annuel ! », assure Alain Deflesselles, qui parle de « privation de liberté », de « manœuvres d’intimidation », et même de « rançonnement pour ma mise en liberté ».

    Depuis, comment la situation a-t-elle évolué ? « Plus de conciliation possible, risque de me faire broyer par la justice chinoise et finir en tôle », répond le Gravelinois, qui lance aujourd’hui un appel au soutien de la France .

     

    1127428471_B975182360Z_1_20150402134201_000_GN248QTV5_1-0.jpg

    En mars 2010, afin de valider son master de langues étrangères, Alain Deflesselles prenait la direction de la Chine pour un stage de quatre mois dans la plus prestigieuse université du pays, celle de Nankin (ville de 8 millions d’habitants, à 300 km au nord-ouest de Shanghaï). Après ce stage, il a présenté son mémoire, puis en septembre 2010, il est revenu dans cette université, comme professeur de français.

    Voilà près de trois ans, il nous expliquait ainsi son quotidien professionnel en Chine : « J’enseigne le français à des étudiants chinois, mais cet enseignement va bien au-delà de la langue. Les aspects culturels et philosophiques sont une partie intégrante de ma fonction. Les étudiants ont seize heures de français par semaine et j’en assure la moitié. »

    Ses loisirs ? Passionné par la photographie, Alain Deflesselles, reconnu comme photographe amateur en Chine, publie régulièrement ses clichés dans le magazine des expatriés de Nankin, le Nanjinger. Par ailleurs, il avait mis à profit des vacances à Gravelines pour prendre 5 000 photos, afin de monter une exposition dans le cadre de l’Alliance française de Nankin, qui fut présentée à Shangai, Nankin et Tsingtao.<cci:mvdn_puce class="macro" name="MVDN_PUCE" displayname="MVDN_PUCE">

    Source "La Voix du Nord"               

     

     

  • La catastrophe du vol MH17 oblige la Chine à s'impliquer

    0019b91ec981153d5b1411.jpg

    Le monde est encore secoué par la destruction de l'avion MH17 de Malaysian Airlines qui est survenue le 17 juillet, la deuxième catastrophe aérienne impliquant la même compagnie en 2014, même si c'est une coïncidence tragique. Il n'a pas encore été possible d'établir exactement ce qui s'est passé, ni le comment ni le pourquoi, mais il est clair que cet événement a des conséquences très graves pour la sécurité mondiale et la conduite des affaires internationales.

    Pour cette raison, même si la Chine n'a pas de lien direct avec l'événement, il faudra quand même qu'elle fournisse une réaction, en sa qualité de l'un des principaux gardiens de la sécurité mondiale. La Chine a eu des commentaires pondérés sur le conflit en cours dans l'est de l'Ukraine, sans doute en raison d'une réticence à causer plus de problèmes, mais maintenant que la situation dans ce pays a provoqué une catastrophe d'une telle ampleur, la Chine ne sera pas capable de s'abstenir indéfiniment d'adopter une position. La Chine s'est souvent trouvée largement alignée avec la Russie pour résister à l'intervention occidentale précipitée dans diverses parties du monde, et cela s'est parfois révélé une position sage. Mais le récent comportement de la Russie envers les pays voisins est certainement un défi aux normes de comportement international que la Chine a toujours approuvées, et après l'incident du MH17, ces normes ne peuvent plus être ignorées.

    Après l'éclatement de l'Union soviétique, la Russie a dû composer avec un degré élevé d'instabilité à ses frontières méridionales, ce qui a conduit à une guerre longue et sanglante pour pacifier la Tchétchénie. Mais plus récemment, la sécurisation de la frontière russe s'est faite au détriment de la souveraineté et de l'intégrité territoriale des États voisins. Il y a des zones de territoire moldave, géorgien et ukrainien qui sont maintenant sous une écrasante influence russe. Cela pourrait être considéré comme pardonnable si cela signifiait que ces régions vont devenir de plus en plus stables, mais c'est loin d'être évident que c'est le cas ou même l'intention. Le résultat de l'activité russe dans ces régions, dont la Tchétchénie, c'est qu'elles sont sous le contrôle de facto d'acteurs non étatiques qui profitent du soutien de la Russie, mais dont les activités peuvent facilement être désavouées par l'État russe si elles s'avèrent gênantes.

    Il y a eu des critiques occidentales concernant les politiques de la Chine dans ses zones frontalières, mais on ne peut nier que l'objectif de la Chine est de garder les zones frontalières stables et en paix. Malheureusement, cela ne semble pas être le cas avec la Russie.

    Nous attendons toujours des certitudes sur le contexte global de l'atrocité du MH17; en ce moment, il n'est même pas certain que les figures de l'ombre qui contrôlent la zone où l'avion est tombé permettront que l'événement fasse l'objet d'une enquête convenable. La prépondérance des probabilités suggère cependant que tous les pays auront besoin de préparer une réponse s'il est établi (et quand cela le sera) que l'avion a été abattu par des rebelles prorusses qui visent à miner la souveraineté ukrainienne en utilisant des armes fournies par des éléments liés à l'État russe. Si quelque chose démontre la sagesse de l'accent constant que met la Chine sur l'importance de la clarté de la question de la souveraineté et de l'intégrité territoriale, cela le fait.

    Mais comment cela implique-t-il la Chine? Une des raisons, c'est que cela menace l'équilibre de l'ordre mondial représenté par le Conseil de sécurité des Nations Unies. Dans ce forum, la Russie compte sur la Chine pour obtenir un soutien au moins tacite. Lorsqu'il s'agit de restreindre « l'aventurisme » occidental qui est perçu, cela est passablement raisonnable; mais cela ne peut certainement pas être dans l'intérêt à long terme de la Chine de fournir un soutien à l'évasion des responsabilités propres à une grande puissance. Le seul résultat en serait d'abaisser l'image du Conseil de sécurité en tant que premier groupe de décision sur les questions de sécurité mondiale, et de revenir à l'ère de la puissance seule déterminant l'issue des différends internationaux. Bien sûr, cela diminuerait également le rôle de la Chine dans le monde non asiatique.

    Les jours sont révolus où la Chine était en mesure de dire que les choses qui se déroulent très loin ne font pas partie de ses préoccupations. En raison de la portée économique croissante de la Chine, la stabilité d'autres parties du monde, sans parler de la sécurité des routes aériennes civiles, est d'une importance considérable et croissante. Il y avait un citoyen chinois à bord du MH17 : la prochaine fois, cela pourrait être bien pire.

    Personne ne voudrait voir la Russie être isolée, ce qui n'en ferait qu'un voisin plus dangereux et imprévisible, ni voir être perturbée la relation généralement excellente et mutuellement fructueuse entre la Russie et la Chine, l'un des pivots de la sécurité en Asie et dans le monde. La Chine pourrait cependant jouer un rôle utile en exerçant une influence modératrice sur la Russie dans le cadre de leur amitié, en l'encourageant à accepter sa responsabilité à garantir une enquête convenablement objective de cet incident déplorable, à prendre les mesures appropriées pour assurer que justice soit faite et prévenir des répétitions, et à poursuivre ses intérêts légitimes dans la sauvegarde de la sécurité nationale sans déstabiliser les pays voisins.

    source China.org.cn

  • Chine : écroulement d'un pont à Harbin,dans le Dongbei , trois morts et 5 blessés

    001fd04cfc2211a13aea08.jpg

    Trois personnes ont été tuées et cinq autres blessées suite à un écroulement d'un pont survenu vendredi à Harbin, capitale de la province du Heilongjiang, en Chine du nord-est, selon la police locale.

     

    001fd04cfc2211a13ae206.jpg

    Le pont de Yangmingtan traversant le fleuve Songhua à Harbin s'est écroulé vendredi matin vers 05H30, quatre camions roulants faisant une chute.

     

    001fd04cfc2211a13aea07.jpg

    Le pont d'une longueur de 15,4KM a été ouvert au trafic en novembre 2011.

    001fd04cfc2211a144cd0d.jpg

    Une enquête a été menée sur la cause de cet accident.

    001fd04cfc2211a144cd0e.jpg

     

    001fd04cfc2211a144cd0f.jpg

    001fd04cfc2211a144cd11.jpg

     

    001fd04cfc2211a144cd10.jpg

  • CHINE: MORT D'UN CHEVAL

    Jeux Asiatiques : mort d'un cheval
     
     

    Triste nouvelle lors des Jeux Asiatiques avec un évènement dramatique dans le cadre de l'épreuve de penthatlon moderne.

    L'athlète Kazak Galina Dolgushina est sérieusement blessée suite à la chute de son cheval. Ce dernier n'a pas survecu. Ame sensible s'abstenir.

     

    Kazakh rider hospitalized in pentathlon spill

    A 14h45 heure de Beijing mardi, le dernier saut de Galina Dolgushina et de sa monture. Sur une série de 3 obstacles, l'animal ne décolle pas au 3ème.

    La suite des évènements est dramatique. La tête de l'équidé se retrouve dans la terre, le corps lancé de l'animal écrase le cou. La bête succombe. Scène d'horreur pour beaucoup de personnes présentes sur le site, dont particulièrement les coéquipières et coéquipiers de l'athlète blessée, dans le coma depuis.

    Son cheval, D 252, 9 ans, cadeau de l'association équestre de Hongkong à un club de Guangzhou, laisse sa vie dans cet obstacle. En pentathlon moderne, le comité d'organisation fournit tous les chevaux assignés aux athlètes par tirage au sort 20 minutes avant le début des compétitions. La coopération entre monteur et monté reste l'un des principaux défi dans ce sport, secoué une nouvelle fois par une tragédie.

    Le pentathlon moderne  est une épreuve sportive constituée de cinq disciplines d’où le nom de pentathlon. Ces épreuves sont l'escrime, le tir au pistolet , la natation , l'équitation et le cross-country .