a2

  • DALAI LAMA ET LA CIA,A2 REVELATIONS

    Panchen-lama_Mao-Tse-Tong_dalai[1]

    Le Penchen lama, Mao Ze Dong, le Dalai lama
     

    Brusque revirement de France 2 qui tourne l'arme contre le Dalai Lama

    La chaîne de télévision française France 2 a publié le 9 octobre, dans son émission « Envoyé spécial », un reportage de Gilles Jacquier, Patrick Desmulie et Franck Nosal intitulé « Sur les traces du Dalai Lama », lequel contrairement à ses reportages concernés précédents, pose la question suivante : mais qui est vraiment le Dalai Lama ? Et qui dénonce et révèle le despotisme et la tyrannie que ce dernier appliquait au Tibet en tant que souverain absolu avant sa fuite en Inde, exposant ainsi au grand jour sous les yeux du public français l'aspect sombre, ténébreux et obscur du Dalai Lama ainsi que ses agissements peu connu du monde, rapporte « Global Times ».

    Le documentaire « Sur les traces du Dalai Lama » présente tout une série d'aspects contradictoires de ce dernier. Par exemple, lors de ses visites en France, il déclare toujours qu'il ne s'intéresse pas à la politique, alors qu'il affirme devant une trentaine de sénateurs français que « la Chine réprime les Tibétaine » et excite ainsi le sentiment antichinois du milieu politique français. Puis à l'issue de l'entretien il déclare aux journalistes que sa visite est un « bavardage ayant pour but de parler du bon vieux temps avec de vieux amis ». En évoquant l'histoire du Tibet, l'émission raconte le système féodal arriéré et retardataire appliqué au Tibet depuis le 14ème siècle et la domination autocratique pratiquée par le Dalai Lama avant son exil à l'étranger. Cette manière de voir la chose était extrêmement rare dans les reportages publiés précédemment par les principaux médias occidentaux. Il est présenté également dans le reportage en question la répression et l'exclusion exercées par le Dalai Lama contre les autres sectes bouddhiques. Lors du dernier voyage de celui-ci en France, les médias locaux ont rapporté seulement les scènes d'accueil chaleureux en omettant de décrire la protestation de plusieurs centaines de manifestants. Cette fois-ci le documentaire a fait preuve d' « audace » et de « courage » en publiant les vues et les images de la protestation, ainsi que la déclaration d'une femme protestataire qui indiquait que le Dalai Lama est un politicien qui joue le double jeu.

    Le reportage révèle en outre les relations établies entre le Dalai Lama et le CIA (Central Intelligence Agency) américain. Il y est dit que le Dalai Lama insiste que c'était seulement en 1956 qu'il a appris que sont frère aîné était en relation avec le CIA, alors que le financement (chaque année plus de 1,3 million de dollars US) accordé à lui par le CIA a pris fin en 1973. Pour recueillir des informations plus détaillées et plus précises, l'auteur du reportage a contacté par téléphone l'ancien fonctionnaire du CIA chargé de l'entraînement des forces armées antichinoises du Dalai Lama. L'émission indique qu'aux Etats-Unis, un grand nombre de millionnaires financent ce dernier. Parmi eux, un milliardaire lui accordait chaque année 600.000 dollars US. Et c'est grâce à eux que le Dalai Lama est devenu un « multimillionnaire ».

    France 24 Télévision a lancé dernièrement une émission spéciale « Les démons du Dalai Lama », dans laquelle il est présenté au public français un Dalai Lama qui ne ressemble pas du tout à ce qu'il imagine. Le 26 d

    La chaîne de télévision française France 2 a publié le 9 octobre, dans son émission « Envoyé spécial », un reportage de Gilles Jacquier, Patrick Desmulie et Franck Nosal intitulé « Sur les traces du Dalai Lama », lequel contrairement à ses reportages concernés précédents, pose la question suivante : mais qui est vraiment le Dalai Lama ? Et qui dénonce et révèle le despotisme et la tyrannie que ce dernier appliquait au Tibet en tant que souverain absolu avant sa fuite en Inde, exposant ainsi au grand jour sous les yeux du public français l'aspect sombre, ténébreux et obscur du Dalai Lama ainsi que ses agissements peu connu du monde, rapporte « Global Times ».

    Le documentaire « Sur les traces du Dalai Lama » présente tout une série d'aspects contradictoires de ce dernier. Par exemple, lors de ses visites en France, il déclare toujours qu'il ne s'intéresse pas à la politique, alors qu'il affirme devant une trentaine de sénateurs français que « la Chine réprime les Tibétaine » et excite ainsi le sentiment antichinois du milieu politique français. Puis à l'issue de l'entretien il déclare aux journalistes que sa visite est un « bavardage ayant pour but de parler du bon vieux temps avec de vieux amis ». En évoquant l'histoire du Tibet, l'émission raconte le système féodal arriéré et retardataire appliqué au Tibet depuis le 14ème siècle et la domination autocratique pratiquée par le Dalai Lama avant son exil à l'étranger. Cette manière de voir la chose était extrêmement rare dans les reportages publiés précédemment par les principaux médias occidentaux. Il est présenté également dans le reportage en question la répression et l'exclusion exercées par le Dalai Lama contre les autres sectes bouddhiques. Lors du dernier voyage de celui-ci en France, les médias locaux ont rapporté seulement les scènes d'accueil chaleureux en omettant de décrire la protestation de plusieurs centaines de manifestants. Cette fois-ci le documentaire a fait preuve d' « audace » et de « courage » en publiant les vues et les images de la protestation, ainsi que la déclaration d'une femme protestataire qui indiquait que le Dalai Lama est un politicien qui joue le double jeu.

    Le reportage révèle en outre les relations établies entre le Dalai Lama et le CIA (Central Intelligence Agency) américain. Il y est dit que le Dalai Lama insiste que c'était seulement en 1956 qu'il a appris que sont frère aîné était en relation avec le CIA, alors que le financement (chaque année plus de 1,3 million de dollars US) accordé à lui par le CIA a pris fin en 1973. Pour recueillir des informations plus détaillées et plus précises, l'auteur du reportage a contacté par téléphone l'ancien fonctionnaire du CIA chargé de l'entraînement des forces armées antichinoises du Dalai Lama. L'émission indique qu'aux Etats-Unis, un grand nombre de millionnaires financent ce dernier. Parmi eux, un milliardaire lui accordait chaque année 600.000 dollars US. Et c'est grâce à eux que le Dalai Lama est devenu un « multimillionnaire ».

    France 24 Télévision a lancé dernièrement une émission spéciale « Les démons du Dalai Lama », dans laquelle il est présenté au public français un Dalai Lama qui ne ressemble pas du tout à ce qu'il imagine. Le 26

    u mois dernier, le Secrétaire Général de RSF (Reporters sans frontières) a donné sa démission et quitte cette organisation dont il était le fondateur.

     


     

    guerriers_tibetains_1943[1]