étiquetage

  • Comme elle aide la Russie, la Chine va aider Israël poignardée par l'Europe

     

    Signature d’un accord entre le ministre de l’Agriculture israélien et le vice-ministre de l’Agriculture chinois Crédit: Naama Rosenberg/ministère de l’Agriculture

     

    1389633405767.jpg

    Repoussée depuis des années, la décision de l’Union européenne d’étiqueter les produits en provenance de Judée-Samarie et du Golan a été approuvée mercredi matin à Bruxelles.

    Malgré l’impact minime sur l’économie israélienne, cette décision risque d’avoir des répercussions diplomatiques entre l’UE et Israël, les autorités israéliennes ayant dénoncé cette « forme de boycott » depuis longtemps.

    La ministre de la Justice Ayelet Shaked a qualifié cette décision « d’anti-juive et anti-israélienne » dénonçant « l’hypocrisie et la haine anti-israélienne de l’Europe qui a dépassé toutes les limites ».

    En dehors de rappeler le passé antisémite des pays européens, cette mesure ne sera qu'un coup dans l'eau car comme elle l'a fait avec le gaz de Russie, la Chine va compenser la consommation de produits israéliens qui pourrait faiblir en Europe.

    Le ministre de l’Agriculture Ouri Ariel a signé jeudi un accord de coopération avec le vice-président chinois Wang Yang en visite en Israël, selon un communiqué de son ministère.

    Cet accord vise à renforcer la coopération existante entre les deux pays dans le domaine de l’agriculture notamment par la mise en place de projets communs et de renforcement des relations commerciales entre les deux pays.

    Cet accord suite une rencontre en Chine entre les deux ministres en été dernier destinée à renforcer les liens entre les deux pays dont les relations économiques ces dernières années sont devenues de plus en plus importantes au niveau commercial, technologique et scientifique.

     

    Israel-China-cooperation.png