éléphants

  • Chine : des éléphants sauvages blessent deux touristes au Yunnan

    wild-elephant-china.jpg

    Deux touristes ont été blessés samedi après-midi par un groupe d'éléphants sauvages dans un lieu pittoresque de la province du Yunnan (sud-ouest), ont annoncé les autorités locales.

    Cet accident a eu lieu vers 14h dans la vallée des éléphants sauvages de la Préfecture autonome Dai du Xishuangbanna, quand des éléphants qui tentaient de traverser une rivière ont bousculé une famille de cinq personnes, selon les gardes forestiers du département.

    Une femme souffre d'une fracture à l'épaule droite et un homme a été légèrement blessé. Ils sont en ce moment soignés dans un hôpital local, selon la police.

    Les éléphants ont été éloignés par la police.



    sans-titre.png

    L'éléphant est une espèce protégée en Chine et le gouvernement a pris des mesures pour préserver les zones d'habitat des éléphants, y compris sortir les gens des réserves dans le but de minimiser les conflits homme-éléphant.

    Les autorités chinoises ont indiqué que la population augmente à la fois par la reproduction et par l'immigration de troupeaux en provenance du Laos. Cela est dû à l'absence d'une menace des braconniers en Chine et la disponibilité abondante de fourrage.

    Le principal problème rencontré par les éléphants de Chine est la concurrence pour les ressources. Comme beaucoup d'endroits de Chine, Xishuangbanna est densément peuplée et la pression sur la terre est intense. Il y a de nombreux cas de pillage des récoltes par les éléphants. Les autorités chinoises ont réagi avec une politique axée sur la conservation et ont confisqué toutes les armes des agriculteurs pour s'assurer  que les éléphants ne soient pas tués. Ils ont tenté des expérimentations avec des barrières et d'autres méthodes de garder les éléphants hors des cultures, y compris de cultures que les éléphants sont connus pour ne pas aimer, des clôtures et des sprays au poivre, indemniser les agriculteurs pour les pertes subies.

    En conclusion pour EleAid , organisme de bienfaisance britannique travaillant pour la conservation et la protection de l'éléphant d'Asie , les réserves d'éléphants de Xishuangbanna sont bien gérées par un personnel motivé qui a une mission claire en ce qui concerne la conservation des éléphants. La Chine offre un modèle pour d'autres pays avec des petites mais viables populations d'éléphants.

    elephants_Xishuangbanna-300x199.jpg

  • Le gouvernement chinois a détruit lundi 6,1 tonnes d'ivoire saisies

    F201401071038072122127578.jpg

    F201401071038114573281212.jpg

    Le gouvernement chinois a détruit lundi 6,1 tonnes d'ivoire saisies dans la ville de Dongguan dans la province du Guangdong (sud).

    Des défenses et des objets en ivoire sculptés saisis par le gouvernement au fil des ans ont ainsi été déversés dans deux broyeurs.

    Cette première destruction publique d'ivoire en Chine s'inscrit dans le cadre des efforts du pays pour décourager le commerce illégal de l'ivoire, protéger les animaux sauvages et sensibiliser le public, a déclaré Zhang Jianlong, chef adjoint du Bureau national des forêts (BNF).

    F201401071038073210945241.jpg


    Ceci constitue un pas significatif dans la protection de la faune et contribue à la lutte mondiale contre le trafic illégal de l'ivoire.

    Des représentants de plusieurs pays étrangers et organisations internationales ont assisté à cette destruction organisée par le Bureau national des forêts et l'Administration générale des douanes.

    John Scanlon, secrétaire général de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), a déclaré que cette action montrait la détermination de la Chine à mettre fin à ce commerce illégal.

    "Les risques d'être arrêté, poursuivi en justice et sévèrement puni pour le commerce illégal de l'ivoire sont aujourd'hui bien plus importants, et le retour sur votre investissement dans le commerce illégal de l'ivoire peut se transformer en peine d'emprisonnement, lourdes amendes et saisie des biens", a-t-il ajouté.

    D'après les derniers chiffres du programme de surveillance des abattages illicites d'éléphants, quelque 22.000 éléphants ont été tués en 2012.

    Selon la loi chinoise, le commerce illégal de l'ivoire est passible d'une peine d'emprisonnement allant de six mois à perpétuité.

    F201401071038116209166543.jpg


    [



  • Qui est responsable de la diminution du nombre d'éléphants, de rhinocéros et de tigres ?

    Elephant_(Loxodonta_Africana)_04.jpg

     

    Ces derniers temps, l'opinion selon laquelle la diminution du nombre d'éléphants, de rhinocéros et de tigres est due à la Chine a fait le buzz dans le monde. Néanmoins, ce point de vue est un jugement partial portant une forte empreinte de subjectivité.  Meng Xianlin, directeur du Bureau national d'administration de l'import-export des espèces menacées d'extinction de Chine, a expliqué la baisse continue du nombre des animaux sauvages par plusieurs facteurs, entre autres quatre causes importantes : la réduction de l'habitat, le braconnage pour la subsistance, les catastrophes naturelles, le manque de surveillance et de contrôle efficaces de la part des pays d'origine.

    images.jpg

    Malgré les malentendus chez les Occidentaux envers la Chine au sujet des aspects de la tradition culturelle, de l'idéologie et de l'intérêt d'Etat, la Chine joue toujours le rôle d'un grand pays responsable qui fait de son mieux dans la protection des animaux sauvages et participe activement à la coopération internationale dans la lutte contre le commerce illégal animalier. Ce qui a été reconnu par de plus en plus de personnes sur la scène internationale. Une preuve : la Chine s'est vue décerner à deux reprises le ‘Certificat d'honneur du Secrétaire général de la CITES' (la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction), du jamais vu dans le monde.

    « Ces dernières années, certaines organisations internationales ont fait une analyse sur les chiffres de l'économie chinoise et les revenus des habitants chinois, qui a abouti au résultat que la forte hausse du nombre d'animal sauvage braconnés est en corrélation positive avec la croissance de l'économie chinoise. Ils croient qu'une fois enrichis, les Chinois achètent de l'ivoire comme un objet à bas risque de dévaluation, ce qui a beaucoup attisé le braconnage », a indiqué Zhang Shanning, directeur général du Bureau national d'administration de l'import-export des espèces menacées d'extinction de Chine.

    « C'est effectivement un jugement subjectif sans fondement. Aucune preuve n'est disponible jusqu'à présent pour trancher que les Chinois utilisent leurs revenus disponibles pour acheter de l'ivoire. La situation déplorable du braconnage des animaux sauvages en Afrique est le résultat de plusieurs éléments et n'a rien à avoir avec la croissance économique chinoise », a ajouté Zhang Shanning.

    Kan Daoyuan, professeur de politique à l'Institut national des cadres fiscaux de Chine, partage a également fait part de son point de vue sur le sujet. « L'opinion qu'il faut imputer à la Chine la diminution du nombre d'éléphants, de rhinocéros et de tigres tire en fait son origine des différences de traditions culturelles, idéologiques et des intérêts d'Etat des pays. »

    Le malentendu quant à l'aspect de tradition culturelle est dû au manque de connaissance sur la médecine traditionnelle chinoise (MTC). Dans les théories de la MTC, les os et la fourrure de tigre et les cornes de rhinocéros sont des médicaments précieux qui sont efficaces pour le traitement de certaines maladies. C'est pourquoi l'ONG TRAFFIC (en anglais Trade Records Analysis of Flora and Fauna in Commerce) et le WWF partagent l'idée que la MTC est à l'origine de la baisse du nombre de certaines espèces animales et végétales déjà en danger.

    « Dans l'histoire de la MTC, certains animaux sauvages étaient considérés comme un médicament. Cependant, avec la sensibilisation à la protection des animaux sauvages et le développement des techniques d'élevages des animaux aux fins d'utilisation médicale, braconner les animaux sauvages pour obtenir des médicaments est devenu très rare. Aujourd'hui, la Chine a déjà établi un système strict de protection des animaux sauvages et a aussi réalisé un approvisionnement industriel de la plupart des espèces animales à des fins médicales. Un tel point de vue est causé par un manque de connaissance sur le développement de l'industrie de la MTC », a analysé Liu Zhanglin, vice-président de la Chambre commerciale des importateurs-exportateurs de médicaments et de produits de santé de Chine.

    De plus, la Chine a depuis 1993 interdit l'utilisation des os de tigre comme médicament et a publié spécifiquement un décret interdisant le commerce des cornes de rhinocéros et des os de tigre, qui a également effacé ces deux produits animaux de la liste des médicaments traditionnels chinois. Une série de lois et réglementations a été ensuite promulguée pour mieux protéger les espèces animales qui sont médicalement exploitables.

    Actuellement la Chine a déjà mis en place un réseau de réserves naturelles qui a une large couverture et est performant, ce qui lui permet de bien protéger 90% des sortes d'écosystèmes terrestres, 85% des espèces animales sauvages et 65% des groupes de plantes terrestres.

  • Chine : un village reçoit des compensations records pour des attaques d'éléphants sauvages

    KUNMING, 29 décembre (Xinhua) -- Un village dans la province du Yunnan (sud-ouest) a reçu mardi des compensations records pour des attaques d'éléphants sauvages cette année.

    Le village Kelian, de 700 villageois, de la préfecture autonome dai du Xishuangbanna, et qui se trouve dans la réserve naturelle nationale du Xishuangbanna, a reçu 960 000 yuans (environ 144 960 dollars) pour pallier les dégats de 26 "visites" d'éléphants en 2010, a déclaré la réserve naturelle.

    25088_1312749989771_1561310001_784410_4188464_n.jpg

    Il s'agit de la plus grande compensation versée en 2010 parmi les villages alentours pour des attaques d'éléphants, qui provoquent souvent la destruction des récoltes.

    "Les éléphants sauvages ont détruit 61 mu (40 667 mètres carrés) de ma récolte de maïs. Mais grâce aux indemnités, nous pouvons gagner notre vie en augmentant le nombre du bétail. Nous n'avons plus besoin de compter seulement sur la récolte de maïs", a indiqué un villageois surnommé Ye, qui a reçu 18 000 yuans de compensation.

    Il n'est pas rare que des animaux sauvages perturbent la vie des habitants de la région. En plus des pertes économiques, ces attaques ont parfois provoqué des pertes humaines.

    En novembre, un paysan de 67 ans a été tué alors qu'il récoltait des piments dans la montagne. Les blessures et les empreintes laissées suggèrent une attaque d'éléphant.

    Sous protection du gouvernement, le nombre d'éléphants sauvages dans la forêt tropicale du Xishuangbanna a considérablement augmenté, pour atteindre les 250, dont 90% sont des éléphants sauvages chinois.

    Sur les 20 dernières années, les éléphants ont attaqué plus de 140 personnes et détruit 50 000 tonnes de céréales, a indiqué le bureau forestier local.

    Wild Elephants Valley in Xishuangbanna city

    Le gouvernement local verse des indemnités, pouvant totaliser les 3 à 10 millions de yuans par an, pour ces attaques d'éléphants.

    En novembre 2009, le gouvernement provincial a signé un contrat avec la China Pacific Insurance Co., permettant à la compagnie d'assurance privée de couvrir une partie des pertes des villageois.

    Selon ce contrat, allant du 1er janvier au 31 décembre 2010, la compagnie va payer au total 30 millions de yuans de compensation pour les attaques d'éléphants sauvages.