: riches chinois

  • Les riches chinois sous pression après que Mark Zuckerberg fasse don de sa fortune

    Les riches chinois connaissent une pression de l'opinion publique pour se montrer plus charitables après que le PDG de Facebook Mark Zuckerberg a décidé de faire don de la quasi-totalité de sa fortune à des causes philanthropiques.

    Les Chinois ont couvert Mark Zuckerberg d'éloges lorsque le jeune magnat de 31 ans a annoncé mardi après la naissance de sa fille qu'il ferait don de 99 % de ses actions Facebook à l'Initiative Chan Zuckerberg, ce qui représente actuellement 45 milliards de dollars.

    « Il est vraiment spécial, il vit dans une maison ordinaire, il porte des vêtements ordinaires, il a une femme qui a l'air normal », a écrit un utilisateur de Weibo.

    Sous le hashtag « Zuckerberg fait don de 99 % de ses actions », le sujet avait été consulté près de 5 millions de fois depuis l'annonce de mardi.

    Certains ont souligné le contraste marqué entre les entrepreneurs américains et leurs homologues chinois, qui sont accusés d'être avares.

    « La personne la plus sage ferait don de son argent pour la santé... J'espère que les magnats et les célébrités de Chine pourront payer plus d'attention à l'environnement, la santé et l'éducation, et acheter moins de [voitures de course] Koenigsegg », a écrit un autre sur Weibo.

    Certains ont mentionné la réticence de beaucoup de riches chinois à assister au dîner offert par Warren Buffett lors de son voyage en Chine 2010 pour promouvoir la philanthropie.

    La pression publique sur les riches a augmenté ces dernières années en Chine, surtout après des catastrophes majeures.

    Lors d'un discours prononcé à l'Université de Pékin en septembre, Jack Ma a expliqué pourquoi il n'a pas fait don d'une grande partie de son argent comme certains philanthropes occidentaux.

    « Les entrepreneurs chinois ont des ressources limitées. Leur première responsabilité devrait être d'utiliser leur argent pour investir, créer plus d'emplois et de richesse », a-t-il déclaré. « Si nous donnons tout notre argent quand nous sommes jeunes, alors que de nombreux entrepreneurs n'ont pas appris comment dépenser leur argent, cela ne bénéficiera pas à la Chine. »

    La responsabilité de chacun

    « Il est injuste de critiquer les entrepreneurs chinois parce qu'ils ne s'engagent pas activement dans la philanthropie. Ils [les riches] ont fait beaucoup pour les causes charitables. La philanthropie relève de la responsabilité de chacun », a estimé Song Houliang, rédacteur en chef du magazine China Philanthropist édité à Beijing dans le Global Times mercredi. Le magazine de Song met l'accent sur les actes de bienfaisance des entrepreneurs chinois.

    Un rapport publié le 6 janvier par l'Institut de recherche sur la philanthropie de l'Université normale de Beijing indique que les dons des 100 individus les plus généreux du pays ont plus que doublé entre 2013 et 2014, pour passer à 30,4 milliards de yuans (4,8 milliards de dollars).

    Mao Shoulong, professeur d'administration publique à l'Université Renmin de Chine, a estimé qu'il était injuste de comparer les philanthropes chinois et les philanthropes américains, parce que la philanthropie est en plein essor aux Etats-Unis depuis plus d'un siècle, alors qu'elle est relativement récente en Chine.

    « Les entrepreneurs chinois ne sont pas riches depuis longtemps. Il peut leur sembler inacceptable pour l'instant de faire don de la plupart des richesses pour lesquelles ils ont travaillé dur, mais cela peut changer avec le temps », a déclaré M. Mao.

    Il y a aussi un manque d'infrastructures adéquates de soutien, de systèmes juridiques et de ressources humaines, ce qui entrave les désirs de dons de certains entrepreneurs, a-t-il ajouté.

    Le problème des impôts

    « Des dons ne peuvent être faits que lorsque les fondamentaux sont en place, voilà pourquoi je pense que donner à des organismes de bienfaisance est plus difficile que de gagner de l'argent », a estimé Jack Ma dans son discours.

    Les entrepreneurs chinois sont confrontés à de nombreuses difficultés s'ils veulent donner de grandes sommes d'argent, a confirmé M. Song.

    « En Chine, les donateurs et les bénéficiaires doivent payer des impôts sur les dons, car ils sont considérés comme une transaction, alors qu'aux Etats-Unis et dans certains pays européens, les dons sont déductibles d'impôt », a précisé M. Song.

    Les lourds impôts ont freiné l'enthousiasme des entrepreneurs chinois pour les causes de bienfaisance, et certains d'entre eux choisissent de faire don de leur argent à des groupes étrangers. Le rapport de l'Université normale de Beijing montre que les quatre cinquièmes des dons faits par les 100 plus généreux philanthropes chinois ont été versés à des groupes étrangers.

    Cette préférence pour les groupes de bienfaisance étrangers illustre également la méfiance qui existe envers des organismes de bienfaisance nationaux, a noté M. Song. « Les entrepreneurs chinois ont des ressources et un soutien légal très limités pour le don, les médias et le public devraient être plus cléments envers leurs efforts philanthropiques », a-t-il déclaré.

    Alors que les riches chinois ne se sentent pas encore obligés de suivre le mouvement, certaines personnes ordinaires ont dit que l'acte de Mark Zuckerberg les a touchées et poussées à faire quelque chose à leur tour.

    M. Li, journaliste à Beijing, a déclaré mercredi au Global Times qu'il a été inspiré par la bienveillance de Mark Zuckerberg et qu'il a offert une aide financière à deux étudiants tibétains.

     

     

     

     
    Source: Xinhua