Culture

  • D'adorables animaux lors de la 5e Foire d'animaux de compagnie de Shanghai

    P1010460.JPG

    132205255_31n.jpg

    La 5e Foire d'animaux de compagnie de Shanghai est l'occasion de se rendre compte du chemin parcouru par les Chinois dont la préoccupation du bienêtre animal était, jadis , loin d'être une priorité.

    Mais la Chine change , et pas seulement en matières économiques , les mentalités changent ,et très rapidement. Les animaux de compagnie sont autant choyés en Chine que chez nous et je dirais beaucoup plus que dans certains pays du sud de l'Europe où la population est très rude voir barbare envers les animaux.

    132205255_41n.jpg

    132205255_11n.jpg

    132205255_51n.jpg

    P8270226.JPG

     

     

  • Yuja Wang , la rivale de Lang Lang , surnomée "Doigts volants"

    Yuja Xang est est une pianiste classique chinoise de renommée internationale, née le 10 février 1987 à Pékin. Elle commence le piano à 6 ans et  étudie tout d'abord au  conservatoire de Pékin. En 1999, lors d'un programme d'échange entre la Chine et le Canada, elle intègre la Calgary Mount Royal College.
    En 2002, elle remporte l'Aspen Music Festival. C'est son premier concours international. Gary Graffman la repère et la fait entrer dans le prestigieux Curtis Institute of Music de Philadelphie. Elle obtient son diplôme en 2008.
    En 2005, Yuja Wang donne son premier concert avec orchestre. Elle est accompagnée par le
    National Arts Center Orchestra dirigé par Pinchas Zukerman. En 2009, elle signe son premier contrat chez un label Deutsche Grammophone ! Sonates et Etudes est son premier récital. Le succès critique et public est unanime. Ses interprétations de Chopin, Liszt, Ligeti, Mozart et Scriabine lui valent les honneurs du journal allemand Grammophone.


      Yuja Wang multiplie les collaborations avec chefs et orchestres en jouant sur les scènes du monde entier.
    Malgré son jeune âge, Yuja Wang a déjà joué avec les plus grands chefs. Dès 2006, elle fait ses débuts avec l'Orchestre philharmonique de New York les orchestres symphoniques de Chicago, San Francisco et Houston. Les années suivantes, elle joue aux côtés d'autres orchestres prestigieux comme l'Orchestre philharmonique de Chine. Elle remplace Martha Argerich qui ne pouvait pas assurer sa représentation avec l'Orchestre symphonique de Boston, sa prestation est accueillie très favorablement par les critiques.En 2011, Yuja Wang enregistre du Rachmaninov avec le Mahler Chamber Orchestra sous la direction de Claudio Abbado, la Rapsodie sur un thème de Paganini & concerto pour piano n°2 Opus 18.

     

     

    Yuja Wang est reconnue pour sa virtuosité technique ainsi que pour son jeu spontané et audacieux.

    On la surnomme “Les doigts volants” en raison de l’agilité de ses mains et de ses doigts. “Mes doigts sont très fins mais avec de sacrées articulations ! Et ils sont surtout très souples. Ma mère les étirait et les écartait quand j‘étais petite. J’ai donc une très grande amplitude. Mes mains ne sont pas immenses, mais je peux quand même faire des accords compliqués”.

     

    Elle excelle dans le concerto pour piano numéro 3 de Rachmaninov . Ce concerto est considéré comme un des morceaux les plus difficiles à interpréter. C’est l’oeuvre pour piano qui compte le plus de notes à jouer par seconde. “Musicalement, explique-t-elle, jouer cette pièce, c’est quelque chose d‘énorme, c’est comme gravir la Grande muraille de Chine ! Et pour en avoir une vue d’ensemble, c’est très difficile”.

     



  • Wen Jiabao s'engage à stabiliser le taux de change pour protéger les entreprises de commerce extérieur

    Comme quoi la Chine n'est pas impressionnée par les déclarations des sénateurs américains.

     

    Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a promis "un taux de change fondamentalement stable" afin de protéger les entreprises de commerce extérieur du pays.

    Il s'est exprimé ainsi lors d'une tournée d'inspection de Guangzhou, ville du sud de la Chine en plein essor économique et qui accueille en ce moment la 110e foire d'import-export de Chine, également connue sous le nom "Foire de Canton".
    Le Wen Jiabao qui jouit d'une énorme popularité accueilli chaleureusement à Guangzhou

    Le Premier ministre chinois rassure les exportateurs en s'engageant à stabiliser le commerce extérieur

    Le Premier ministre chinois Wen Jiabao s'est engagé à soutenir davantage les exportateurs, notamment à travers "un taux de change généralement stable", afin de stabiliser le commerce extérieur de la deuxième économie mondiale, à l'heure ou réapparaissent des facteurs d'incertitudes extérieures.

    M. Wen a fait cette remarque lors d'un voyage  les 13 et 14 octobre à Guangzhou, ville hôte de la 110e Foire d'import-export de Chine, également connue sous le nom de Foire de Canton, dans la province du Guangdong (sud).

    Durant ce voyage, M. Wen a visité les entreprises Guoguang Electric Company Ltd. et Guangzhou Dayang Motorcycle Co., Ltd., des entreprises exportatrices majeures de la province.

     

    Lors d'une réunion avec des entreprises du domaine du commerce extérieur, M. Wen a écouté des rapports faits par des représentants de ces entreprises concernant la situation des importations et exportations chinoises.

    Selon les rapports du secteur du commerce extérieur, l'augmentation des coûts de la main-d'oeuvre et du matériel ainsi que l'appréciation du yuan au cours de ces dernières années ont considérablement réduit les bénéfices des entreprises exportatrices et ont engendré des difficultés dans leurs affaires.

    "Malgré les épreuves que nous rencontrons à l'heure actuelle, nous devons rester confiants et ne pas céder aux difficultés", a indiqué M. Wen après avoir écouté les rapports. Il a noté que le gouvernement lancerait une série de mesures et travaillerait avec le secteur du commerce extérieur pour surmonter les difficultés et encourager la croissance économique.

    Selon M. Wen, les gouvernements doivent rester lucides et accorder une attention particulière à l'impact des politiques intérieures et des risques extérieurs sur les importations et exportations de la Chine.

    La Chine doit, à l'heure actuelle et à l'avenir, s'attacher à maintenir la croissance stable de ses exportations malgré les changements de l'environnement extérieur, a souligné M. Wen, ajoutant que le pays encourageait les capitaux étrangers à investir dans les domaines de la fabrication de pointe, des produits high-tech, des services modernes, des énergies nouvelles et des industries économes en énergie et favorables à l'environnement.

  • Chine : 300 000 personnes commémorent la mémoire du médecin canadien Norman Bethune

    Chine : 300 000 personnes commémorent la mémoire de deux médecins étrangers bénévoles
     

    Environ 300 000 personnes ont rendu hommage à deux médecins étrangers qui ont travaillé en tant que bénévoles durant la guerre de résistance contre l'agression japonaise (1937-1945), à l'occasion d'une commémoration publique de six jours qui s'est terminée mardi, dans le nord de la Chine.

    Mardi a marqué la fête de Qing Ming, ou la Journée du nettoyage des tombes, une tradition de 2 500 ans en Chine. Les Chinois pleurent leurs ancêtres et proches à l'occasion de ce jour.

    Fichier:NormanBethune.jpg

    Statue de Norman Bethune à Shijiazhuang

    Des personnes de tous milieux sociaux se sont rendues dans le Cimetière des martyres de la région militaire du nord de la Chine à Shijiangzhuang, capitale de la province du Hebei, pour pleurer Norman Bethune et Dwarkanath S. Kotnis.

    Norman Bethune, un Canadien venu en Chine en 1938, a aidé le peuple chinois dans sa lutte contre les agresseurs japonais en sauvant des milliers de vies. Fin 1939, il meurt d'empoisonnement du sang à cause d'une blessure au doigt alors qu'il opérait.

    Dwarkanath S. Kotnis, un Indien, est également venu en Chine 1938 en tant que médecin bénévole pour contribuer à la résistance de la Chine contre l'agression japonaise. Il est mort en 1942.


    Mao Zedong a écrit un essai en hommage à Norman Bethune. En Chine, on lui a érigé une statue et consacré un pavillon, un musée, une école et un hôpital.

    Pendant la Première Guerre mondiale, Norman Bethune travaille comme brancardier jusqu'à ce qu'il soit blessé, à Ypres en Belgique, commune rendue tristement célèbre pour la première attaque au gaz de combat. Il continue, par la suite, ses études en médecine à l'Université de Toronto .

     

    En 1937 , il se rend en Chine avec une cargaison de matériel médical  et rejoint la Huitième armée de route de Mao Zedong à Yan'an dans le nord de la Chine. Dans les conditions de mobilité de la guérilla, Bethune organise des antennes mobiles chirurgicales sur la ligne de front avec tout le matériel transporté à dos de mulet.   Norman Bethune s’est aussi consacré  à la formation sur le tas d’infirmiers en six mois et de médecins en un an .

    En octobre 1939, pendant qu'il opère sans gants chirurgicaux un soldat blessé, il se coupe accidentellement la main. Il a alors contracté une infection qui, s'est transformée en septicémie qui empoisonne son sang. Norman Bethune meurt le 12 novembre 1939.

     

    Gao Qiang, vice-ministre du ministère de la Santé publique a  demandé au coprs médical de l'ensemble du pays à mettre en valeur  l'esprit de sacrifice de Bethune pour respecter strictement  l'éthique professionnelle et élever le niveau de services.

  • Les Tibétains accueillent l'année du lapin de fer

    Selon le calendrier tibétain, le premier jour de l'année du lapin de fer tombe le 5 mars. À l'approche de cette fête, des spécialités traditionnelles appelées kasai se vendent comme des petits pains à Lhassa.

    Depuis quelques jours, des kasai de différentes formes sont proposés un peu partout au Tibet, des marchés en gros aux boutiques des vieux quartiers.

    Le kasai est un genre de gâteau sucré, autrefois réservé à l'aristocratie du Tibet féodal. Aujourd'hui, cette spécialité symbolisant le bonheur est devenue pour tous un incontournable des célébrations du Nouvel An tibétain.

    Lhassa interdit les feux d'artifice dans la vieille ville

    Le gouvernement municipal de Lhassa, la capitale de la région autonome du Tibet, a promulgué une interdiction de tirer des feux d'artifice dans l'ancien quartier de la ville, à l'approche du Nouvel An tibétain.

    Selon un décret du gouvernement municipal, la production, le stockage, la vente et le lancement de feux d'artifice dans toutes les zones urbaines ont été limités, alors qu'une interdiction absolue sera appliquée dans la vieille ville, les zones à proximité des écoles, des hôpitaux et des anciens monuments, ainsi que les lieux de rassemblement public.

    La production, le stockage et la vente de feux d'artifice dans les zones à accès restreint doivent obtenir la permission du bureau municipal de la sécurité du travail, selon les réglementations.

    La ville a décidé de restreindre les feux d'artifice par l'intermédiaire d'un décret gouvernemental, le premier à Lhassa, afin de limiter la pollution, de protéger les propriétés publiques et privées

     

     

     

     

     

     

  • L'empreinte laissée par Deng Xiaoping en France

    Deng Xiaoping à seize ans.Deng Xiaoping à seize ans.

    Dans les années 1920, Deng Xiaoping fait un long voyage pour aller en France et participer au mouvement Travail-Etudes. Il approfondit ses connaissances scientifiques et recherche des idées pour sauver son pays. C'est en France qu'il s'engage dans une longue voie révolutionnaire.

    Le 27 août 1920, 83 élèves sortis de l'école préparatoire pour le mouvement Travail-Etudes en France à Chongqing quittent leur pays natal. Parmi eux se trouve Deng Xiaoping. Âgé de seize ans, il est le plus jeune. Il s'appelle alors Deng Xiansheng pour ses proches, et Deng Xixian dans le cercle académique. Les jeunes gens embarquent à bord du paquebot André Lebon le 11 septembre à Shanghai et arrivent le 19 octobre à Marseille. Leur arrivée fait sensation. Dans le numéro du 20 octobre 1920 du journal Le Petit Marseillais, conservé dans les archives de la mairie, on trouve le reportage suivant : « Une centaine de Chinois âgés de 15 à 25 ans sont arrivés à Marseille, vêtus de costumes de style occidental, un béret sur la tête et chaussés de souliers pointus. Courtois, ils se tiennent tranquillement sur le pont du bateau André Lebon ».

    Départ immédiat pour Bayeux, dans le nord de la France. Ils arrivent au collège situé au cœur de la ville, appelé aujourd'hui collège Chapatier, après sa reconstruction dans les années soixante. Deng Xiaoping et 23 autres élèves chinois s'inscrivent officiellement le 22 octobre 1920 au collège de Bayeux, qui crée spécialement des cours de français pour eux. Le directeur René Cavaroz montre la seule trace écrite des études de Deng Xiaoping, le relevé des frais versés par les élèves chinois. Sur le document, on trouve des frais divers de 18,65 francs au nom de Deng Xixian au mois de mars 1921, et ses dépenses totales sont de 244,65 francs (notamment pour les blanchissage et raccommodage, location, literie, frais de scolarité, pension). Le futur dirigeant chinois était de toute évidence très économe.

    Les études de Deng Xiaoping ne durent que cinq mois, parce que l'ambassade de France à court d'argent interrompt le financement. Dès lors, il mène une vie instable, dans un mouvement mi-travail mi-étude.

    Après son départ de Bayeux, Deng Xiaoping et ses condisciples intègrent l'usine Schneider dans le Creusot. Deng y travaille comme lamineur pour 6,6 francs par jour. Avec un revenu si faible, il ne peut pas continuer ses études, ni même manger à sa faim. Il démissionne peu après et est recommandé pour aller à Montargis.

    L'école où il étudie au centre de Montargis n'existe plus aujourd'hui. Les bâtiments demeurent et abritent l'Hôtel de Ville. On dit que le dortoir des étudiants chinois se trouve au premier étage. Deux platanes vigoureux se dressent dans la cour. Selon une vieille concierge, les étudiants chinois ont posé pour une photo souvenir devant ces deux arbres. Ils travaillent dans l'usine de pneus Hutchinson à Chalette, au nord de Montargis. L'usine produit aujourd'hui des pièces détachées automobiles. Les étudiants chinois aiment faire du vélo et vont souvent dans des cafés locaux pour organiser des réunions et se divertir. Selon une anecdote, lors de sa visite en 1975 en France, le désormais vice-premier ministre Deng Xiaoping, interrogé sur les besoins, a répondu : « Je voudrais bien manger un croissant de Montargis ».

    Durant son séjour de jeunesse, il commence à lire des livres progressistes. Le jeune homme mène une vie rude et connaît l'exploitation capitaliste cruelle des ouvriers. Inspirés par la Révolution d'Octobre en Russie, Deng et d'autres étudiants chinois adoptent le marxisme et s'engagent dans une voie révolutionnaire.

    Après Montargis, Deng Xiaoping se rend à Paris pour travailler à l'usine Renault de Boulogne-Billancourt. Dans les archives de cette dernière est conservée la carte d'inscription de Deng Xiaoping, avec le numéro 82409A. Il travaille dans l'atelier d'ajustage. Selon des récits, c'est à ce moment que Deng Xiaoping devient amateur de football. À Paris, les matchs sont fréquents et le jeune homme ne manque pas d'y assister dans son temps libre. On dit que lors de la Coupe du monde organisée à Paris durant son séjour, malgré sa pauvreté Deng consacre les cinq francs en sa possession pour acquérir le billet le moins cher.

    C'est à Paris que Deng Xiaoping et Zhou Enlai se rencontrent et entament leur trajectoire révolutionnaire commune. En juillet 1924, Zhou rentre en Chine, et Deng, âgé de seulement 20 ans, est élu membre exécutif du cinquième congrès de la Ligue de la jeunesse socialiste en Europe. Bientôt, il adhère au Parti communiste chinois.

    Deng Xiaoping et ses camarades révolutionnaires suscitent l'attention de la police française. À partir de juin 1925, le nom de Deng Xiaoping apparaît dans les archives de la préfecture de police. C'est grâce à ces archives que nous connaissons l'adresse de l'hôtel où Deng Xiaoping résidait.

    Le 8 janvier 1926, la police donne l'ordre d'arrêter Deng Xiaoping et d'autres étudiants. Cependant, la veille, Deng et ses camarades entendent la nouvelle et prennent le train pour Moscou.

    Traduction d'un article en chinois rédigé par Shen Xiaoquan, maître de recherches au Centre d'étude des problèmes mondiaux de l'agence Xinhua.

  • Quand le Président de la Commission européenne , Barroso, et Cohn Bendit étaient Maoïstes

    La Chine durant la Révolution culturelle

    Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 1

    En 1967, des gardes rouges, groupes de jeunes Chinois inspirés par le livre Les Citations du Président Mao Zedong, plus connu sous le nom du Petit Livre rouge.


    La Révolution culturelle, lancée en 1966 par le président Mao et terminée en 1976 après sa mort, a été nommée par les générations suivantes « Dix ans de désastres ».

     Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 3

    En 1966, des gardes rouges défilent dans la rue à Guangzhou.Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 2En 1966, le grand défilé pour célébrer la fête nationale.Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 4En 1967, des gardes rouges manifestent devant l'ambassade du Royaume-Uni à Beijing .Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 5En 1966, des étudiants pékinois manifestent devant l'ambassade de Russie.Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 6Des défilés de gardes rouges, 1966Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 9En 1969, des habitants de Guangzhou apprennent des chants révolutionnaires.Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 11Des dazibao, affiches placardées sur lesquelles s'exprimaient les jeunes révoltés.Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 12En 1966, des soldats de l'Armée de libération stationnent devant l'ambassade de Russie afin d'arrêter une attaque potentielle des gardes rouges.Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 16Nanjing, chef-lieu de la province du Jiangsu, 1967Album photo : la Chine durant la Révolution culturelle 17En 1965, des miliciennes
  • Des bibliothèques publiques gratuites

    P1000318.JPG

     

    Dans chaque quartier à Shenzhen vous trouvez ces appareils automatiques qui permettent de louer gratuitement des livres.La culture pour tous à portée de main.

    Ce n'est qu'une impression personnelle , mais de ce que je vois autour de moi , je crois que le Chinois consacre plus de temps à la lecture que nous.

    P1000319.JPG

     

    Les bibliothèques publiques de Shanghaï deviennent aussi gratuites. Les autorités locales oeuvrent pour accélérer ce programme et à s'assurer que les habitants puissent bénéficier de nombreux services gratuits dans un futur proche.

     

  • Fête du Printemps : les chemins de fer ont transporté 77,34 millions de passagers en 15 jours avant la fête

    Chine : les TGV offrent plus d'options aux voyageurs pendant la Fête du printemps
     

    Pour la plupart des voyageurs chinois, le chemin du retour pendant la Fête du printemps (Nouvel an lunaire chinois) prend la forme d'une épreuve pénible dans un train qui grince à travers la campagne.

    Cependant, de nombreux voyageurs ont opté cette année pour un trajet plus rapide et plus confortable dans un des trains à grande vitesse du pays.

    Chen Liqun, un ingénieur dans la ville de Chongqing (sud-ouest), a quitté sa ville natale Wuxi dans la province du Jiangsu (est) il y a quatre ans.

    Faute de train direct, le trajet prenait 33 heures et coûte 116 yuans (13 euros ) pour une place dure (l'équivalent de la troisième classe) et 201 yuans pour une place molle (l'équivalent de la seconde classe). "Il me fallait changer de train, donc il était difficile d'acheter un ticket. Le trajet de 33 heures était une torture", a-t-il dit.


    Les gares sont prises d'assaut
    La ligne ferroviaire Chongqing-Shanghai, mise en service depuis début 2010, a réduit le trajet de Chen à seulement 14 heures.

    "Bien sûr, je peux prendre l'avion, mais le voyage aller-retour par avion coûte 1 400 yuans (154euros)et une place molle de train à grande vitesse ne coûte que 473 yuans", a expliqué Chen.

     

     



    Le réseaux des lignes ferroviaires à grande vitesse chinois s'étend rapidement ces dernières années. Et il se classe au premier rang mondial en terme de longueur totale, a déclaré le ministère chinois des Chemins de fer, précisant que le pays disposait de 8 358 km de lignes ferroviaires à grande vitesse en janvier 2010.



    Le ministre des Chemins de fer Liu Zhijun a récemment indiqué que la longueur totale va atteindre 13 000 km d'ici 2012.
    Pendant les 15 jours avant la fête du Printemps (de 19 janvier au 2 février), les chemins de fer chinois ont transporté 77,34 millions de passagers, soit une augmentation de 9,5% par rapport à la même période de l'année précédente, a annoncé le ministère des Chemins de fer.

    Le nombre des passagers a atteint 5,16 millions par jour, soit 448 000 de plus par rapport à la même période 2010. Le 29 janvier ce nombre s'est élevé à 5,78 millions, un record quotidien avant la fête, indique un rapport publié sur le site Internet du ministère.

    Pendant les 15 jours avant la fête du Printemps, ou le Nouvel An chinois, environ 4,8 millions de personnes ont quitté Beijing, 8,39 millions ont quitté Guangzhou et 5,69 millions ont quitté Shanghai.



    La fête du Printemps, ou le Nouvel An chinois, est tombé le 3 février cette année et les voyages liés à cette fête dureront 40 jours, 15 jours avant la fête et 25 jours après la fête. Le premier pic de voyageurs de retour est attendu mardi prochain, ou le sixième jour après le Nouvel An chinois, a expliqué le rapport

     

  • Les citations classiques et universelles de Deng Xiaoping (II)

    Le 11 avril 2004, des touristes prennent des photos souvenirs devant le portrait de Deng Xiaoping à Shenzhen. Haut de dix mètres et large de 30, ce portrait a été réalisé le 28 juin 1992. Plus d'un million de touristes posent avec le grand homme chaque année.

    Des touristes prennent des photos souvenirs devant le portrait de Deng Xiaoping à Shenzhen. Haut de dix mètres et large de 30, ce portrait a été réalisé le 28 juin 1992. Plus d'un million de touristes posent avec le grand homme chaque année.

    PB150227.JPG

     

    Toujours à Shenzhen , nombreux sont les touristes qui prennent des photos devant la statue de Deng Xiaoping qui est adulé à Shenzhen.

    Ce n'est pas par hazard que je choisis cet endroit symbolique pour acclamer au milieu d'une foule de 3 millions de gens enthousiastes , le passage de la flamme olympique. 

    La photo montre Deng Xiaoping échangeant une poignée de main avec le mathématicien Chen Jingrun, en recevant les représentants assistant au congrès.

    En avril 1978, lors du deuxième Congrès national scientifique et technique, Deng Xiaoping a avancé l'assertion brillante « Les sciences et technologies sont la force productive ». Cette réunion a constitué un jalon dans l'histoire du développement scientifique de la nouvelle Chine. La photo montre Deng Xiaoping échangeant une poignée de main avec le mathématicien Chen Jingrun, en recevant les représentants assistant au congrès.

    1. Le développement est le dernier mot (发展才是硬道理).

    2. Les sciences et technologies sont la première force productive (科学技术是第一生产力).

    3. Il faut savoir apprendre, ou encore mieux innover, pour maîtriser les nouvelles technologies (掌握新技术,要善于学习,更要善于创新).

    4. Libérer la pensée, faire fonctionner son cerveau, rechercher la vérité à partir des faits (解放思想,开动脑筋,实事求是).

    5. Respecter le savoir et les talents (尊重知识,尊重人才).

    6. Il faut un environnement où les talents d'excellence peuvent se manifester (要创造一种环境,使拔尖人才能够脱颖而出).

    7. Les régions capables peuvent se développer d'abord, puis elles entraîneront les régions moins développées, de sorte à parvenir à un enrichissement commun (一部分地区有条件先发展起来,先发展起来的地区带动后发展的地区,最终达到共同富裕).

    8. Reboiser la patrie et agir pour le bien des générations futures (绿化祖国,造福万代).