tibet - Page 5

  • Des jumelages d'étudiants qui font tomber les barrières à Lhasa

    http://french.peopledaily.com.cn/mediafile/201211/15/F201211151544471380722642.jpg

    Li Xixi, âgée de 13 ans, dit que la jeune fille avait qui elle a été jumelée, Tenzin Drolkar, est très agréable et sympathique. Elles ont parlé de leurs rêves et des méthodes qu'elles utilisent pour étudier.

    « Je suis heureuse qu'elle m'ait appris certaines traditions que les Tibétains pratiquent ».

    On se souvient que le 14 mars 2008, des émeutiers avaient attaqué des personnes, pillé et mis le feu à la ville. Quelque 800 étudiants du Lycée n° 2 de Lhasa avaient alors été évacués vers le terrain de sport, où ils étaient restés assis pendant trois heures à partir de 13h30, regardant deux de leurs bâtiments scolaires brûler.

    Li Wuhong, un enseignant, a été témoin du drame. M. Li a dit que les étudiants ont été maintenus à l'intérieur de l'enceinte scolaire pour leur propre sécurité. Bien qu'ils ne pouvaient pas voir la violence qui se déchaînait à l'extérieur des murs, ils ont clairement entendu les bruits terrifiants des émeutes et des pillages.

    Selon M. Li, le programme de l'amitié, ainsi que d'autres activités telles que des discussions en classe, ont aidé les élèves à aller de l'avant, et leur ont appris à chérir une vie heureuse.

    L'école a également invité les grands-parents des élèves à participer à des discussions en classe et à partager des histoires sur leur vie et leur vision du monde.

    « Les programmes sont importants », a déclaré Yangjen, âgée de 57 ans, mère d'un élève de l'école. « Les enfants doivent apprendre à être des gens bien d'abord. Sinon, cela ne servira à rien d'apprendre quoi que ce soit ».

     

     

     



  • Grand succès de la semaine de la culture tibétaine en Pologne

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6346/zh/archive/2012/11/12/fin-de-la-semaine-de-la-culture-tibetaine-en-pologne.html

    Reading the article in English :http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/6346/en/archive/2012/11/12/fin-de-la-semaine-de-la-culture-tibetaine-en-pologne.html

     

    F201211121327531720617887.jpg

    La Semaine de la culture tibétaine Chine-Pologne 2012 s'est achevée dimanche à Varsovie, après avoir suscité de vives réactions en Pologne.

    La semaine culturelle, la première du genre à être organisée en Pologne, comprenait une exposition de plus de 200 photos prises par des photographes chinois et étrangers, et 46 tableaux traditionnels tibétains Thangka, des spectacles de danse et de musique folk tibétaines, ainsi qu'une série de discussions et séminaires sur la culture tibétaine.

    F201211121327552015072641.jpg



    L'exposition a présenté divers aspects du Tibet d'aujourd'hui dans les domaines de la politique, de l'économie, de la culture, de la société et de la religion, entre autres.

    Des spectateurs de Pologne, de Russie, d'Ukraine, d'Italie, de France, des Pays-Bas, des Philippines, de Corée du Sud et de Libye ont assisté à des activités culturelles et ont laissé des commentaires témoignant de leur admiration pour la culture tibétaine.

    F201211121327572103127198.jpg



    La Semaine de la culture tibétaine Chine-Pologne 2012 s'est ouverte le 5 novembre à Varsovie, sous le patronage du Bureau de l'Information du Conseil d'Etat chinois, du gouvernement de la Région autonome du Tibet, de l'ambassade de Chine en Pologne et de l'association Dom Polski.

    F201211121327452345254921.jpg

    F201211121327482576667807.jpg

    F201211121327501748018560.jpg

  • Chine : le Tibet présente le plus haut parc national du monde

     

    中国要阅读的文章:http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/5697/zh/archive/2012/10/27/chine-le-tibet-presente-le-plus-haut-parc-national-du-monde.html

    Reading the article in English:
    http://fp.reverso.net/wang888-skynetblogs/5697/en/archive/2012/10/27/chine-le-tibet-presente-le-plus-haut-parc-national-du-monde.html


    001aa0c6c27e11f58f8609.jpg

    Le plus haut parc national du monde a ouvert vendredi ses portes dans la région autonome du Tibet.

     

    Le Parc national de Qomolangma, situé à la frontière sino-népalaise, s'étend sur six districts de la préfecture de Xigaze et représente une superficie totale de 78.000 km².

     

    Il possède cinq pics de plus de 8.000 mètres d'altitude, notamment le mont Qomolangma (Everest). Une dizaine d'autres pics culminent à plus de 7.000 mètres, selon Sun Yongping, directeur adjoint de l'office régional du tourisme.

     

    Le parc comprend également des vallées écologiques, zones culturelles, sources thermales et forêts enneigées.

     

    001aa0c6c27e11f58f8607.jpg

     

    "Le parc national se focalisera sur la protection de l'écologie et de la biodiversité, ainsi que sur la prévention de l'exploitation illégale des ressources et des terrains", a indiqué M. Sun.

     

    Le mont Qomolangma, qui culmine à 8.844,43 m d'altitude, est le plus haut pic du monde et attire les touristes venus des quatre coins du globe. Cette année, le site a déjà accueilli plus de 73.000 visiteurs.

     

    Il s'agit du troisième parc national au Tibet, après l'ouverture un peu plus tôt dans la semaine du Parc national de Namtso et celle du Parc national du canyon du Yarlung Tsangpo en 2010.

     

    L'ouverture de ces parcs s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par le Tibet pour se transformer en "destination mondiale importante", ce qui est également l'objectif du gouvernement central.

     

    001aa0c6c27e11f58f8608.jpg

     

    Le Tibet se situe sur le plateau Qinghai-Tibet, région peuplée principalement de Tibétains et dominée par la culture bouddhiste. Outre les sites naturels, les destinations touristiques de la région comprennent également les grands lieux du bouddhisme tibétain, tels que le palais du Potala, le temple de Jokhang et la lamaserie du Zhaxi Lhunbo.

     

    Près de 300.000 habitants de la région vivent du tourisme, et les capitaux fixes de ce secteur dépassent les 25 milliards de yuans, selon les chiffres du gouvernement.

     

    Le nombre annuel de touristes voyageant au Tibet a connu une croissance moyenne de 30% ces cinq dernières années. En 2011, plus de 8,69 millions de visiteurs se sont rendus au Tibet, engendrant des revenus touristiques de 9,7 milliards de yuans. Les autorités locales se sont fixé un objectif de 15 millions de touristes par an d'ici à 2015.

     

  • Chine : naissance de six gazelles de Przewalski, espèce en voie de disparition

    F201210080838332525731670.jpg

    Le Centre de sauvetage des animaux sauvages du Lac Qinghai, dans la province du Qinghai (nord-ouest) de la Chine, a réussi avec succès à faire se reproduire des gazelles de Przewalski, une espèce menacée de la région du lac, et ont ainsi vu naître six faons cette année.

    Ce chiffre marque le plus grand nombre de naissances annuelles en captivité pour cette espèce, a indiqué M. Wu Yonglin, chercheur au centre de sauvetage.

    "Les petits sont tous en très bonne santé et seront lâchés dans la nature au moment approprié", a-t-il fait remarquer.

    La gazelle de Przewalski a été nommée après Nikolaï Przewalsky, un explorateur russe qui avait découvert cet animal et ramené un spécimen à St. Petersbourg en 1875. L'animal à queue courte et à longues cornes avait été décrit comme une "danseuse de ballet du plateau" par Przewalsky pour l'amplitude impressionnante de ses sauts.

    Le nombre de représentants de cette espèce a chuté de manière considérable ces dernières années en raison de la détérioration de l'environnement, des loups et de la dégradation génétique.

    En 2008, l'Union internationale pour la conservation de la nature a classé la gazelle de Przewalski comme animal en danger critique, en ajoutant cette espèce sur sa liste rouge des espèces menacées.
    Le colonel Nicolas Przewalski est surtout connu pour avoir donné son nom au cheval de Przewalskile, que l'on croyait disparu et qu'il trouva en Dzoungarie, dans les montagnes qui bordent le désert de Gobi.

     

    iStock_000010647513XSmall.jpg

     

    .

  • Le Tibet est devenu l'une des destinations touristiques les plus populaires

    18780_107255982618824_100000032683349_181861_1531504_n.jpg

    La région autonome du Tibet, dans le sud-ouest de la Chine, devrait avoir accueilli en moyenne 80 000 touristes chaque jour pendant les congés de la Fête nationale, qui durent du 30 septembre au 7 octobre, ont prévu les autorités locales du tourisme.

    Le Tibet devrait engranger 30 millions de yuans (4,7 millions de dollars) de revenus touristiques pendant cette période, selon un communiqué de presse publié samedi par le bureau régional du tourisme.

    Plus de 79 000 touristes chinois et étrangers ont visité le Tibet vendredi, chiffre en croissance 24% sur un an, tandis que les revenus touristiques ont augmenté de 33% pour atteindre 35 millions de yuans, précise le communiqué.

    Cette année a été caractérisée par davantage de touristes en circuits individuels ou à vélo, ajoute le communiqué.

    Ces dernières années, le Tibet est devenu l'une des destinations touristiques les plus populaires en Chine, grâce à davantage de lignes aériennes et ferroviaires qui ont rendu cette région à l'altitude élevée plus accessible.

     

    131770517_11n.jpg

    309031_2444651274462_1197284450_33131483_2917488_n.jpg

  • Les Chinois se préparent à célébrer la Fête Nationale depuis la belle place Tiananmen jusqu'au merveilleux Tibet

    Installation d'un parterre de fleurs géant illuminé sur la place Tiananmen

     

    001143088d8111cfa15001.jpg

    Le 26 septembre, une corbeille de fleurs géante sur le thème « Chérir la mère patrie » a été installée. Sous l'éclairage nocturne de la place Tiananmen, elle est devenue un paysage splendide. En effet, la corbeille de fleurs mesure 13 mètres en haut, et 11 mètres de diamètre, ce qui en fait la plus grande corbeille de fleurs installée sur la place Tiananmen.

     

    F201209281629562396112726.jpg

    Une femme procède dimanche à l'ajustage d’un drapeau national chinois constitué de foulards rouges triangulaires, à Nantong, dans la Province du Jiangsu. Afin de célébrer la Fête Nationale qui arrive, des parents et des enfants ont utilisé 500 foulards pour fabriquer ce drapeau de 50 mètres carrés. Le foulard rouge est le symbole des Jeunes Pionniers, une organisation de masse destinée aux enfants chinois âgés de 6 à 14 ans.

     

    Des élèves de la ville de Zhijiang, dans la Province du Hubei, chantent l'Ode à la Patrie lundi, afin de célébrer le 63e anniversaire de la République Populaire de Chine, le 1er octobre.

    Quelque 56 représentants des 56 groupes ethniques que compte la Chine, vêtus de leurs costumes traditionnels donnent un spectacle devant le Palais du Potala, à Lhassa, capitale de la Région Autonome du Tibet, le 27 septembre 2012. Les 56 représentants des ethnies de Chine se sont rencontrés et ont partagé la joie d'être ensemble, symbolisant l'unité entre les différents groupes ethniques

  • L'Administration d'État du tourisme de Chine s'engage à soutenir le développement du tourisme au Tibet

    231.JPG

    Shao Qiwei, directeur de l'Administration d'État du tourisme de Chine, s'est engagé jeudi à apporter un soutien spécial au développement du tourisme au Tibet afin de faire de ce secteur un des "piliers industriels" de la région.

    L'Administration d'État du tourisme a décidé de promulguer des politiques spéciales pour aider le Tibet à développer les infrastructures, attirer les investisseurs et les visiteurs, améliorer les services et promouvoir les principales destinations touristiques, a révélé M. Shao à Lhassa, capitale de la région autonome du Tibet (sud-ouest de la Chine).

     

    283.JPG



    En outre, le développement du tourisme permettrait de considérablement augmenter les revenus des tibétains des zones rurales et d'apporter de la vitalité à l'économie locale, a-t-il ajouté.

    Le Tibet, situé sur le plateau Qinghai-Tibet, est peuplé en majorité de membres de l'ethnie tibétaine, avec une grande prédominance de la culture bouddhique. Les plus célèbres destinations touristiques dans la région comprennent le plus haut sommet du monde, à savoir le Mont Qomolangma (Mont Everest), le lac sacré Nam Co, le palais du Potala, le temple Jokhang et le monastère Zhaxi Lhunbo.

     

    306.JPG



    Le nombre de touristes au Tibet a grimpé en moyenne de 30% par an au cours des cinq dernières années. En 2011, plus de 8,69 millions de touristes se sont rendus au Tibet, apportant à cette région 9,7 milliards de yuans (1,53 milliard de dollars) de revenus pour le secteur, selon les statistiques du gouvernement local. Selon des estimations, le nombre de touristes dans la région pourrait doubler d'ici 2015.

    351.JPG

    395.JPG

  • Premier jumelage d'une commune suisse avec la région tibétaine de Shangri-la

    422.JPG

    Le 16 août, après deux ans d'efforts, Arosa du canton des Grisons, en Suisse, a conclu un accord formel de jumelage avec le district de Shangri-La, du département autonome tibétain Diqing dans la province du Yunnan. C'est la première commune européenne qui a établi une relation d'amitié avec une ville tibétaine. Cela jouera un rôle important dans la promotion du développement économique des deux parties et dans la sensibilisation du développement de la région tibétaine chinoise au monde.

     

    Le 16 août dans la matinée, Adrian Altmann, vice-président du conseil municipal d'Arosa, a signé l'accord de jumelage de la part de l'autorité de la commune. Durant la cérémonie de signature, les représentants des deux parties ont tous déclaré, de manière ambitieuse, la mise en place de coopérations dans le tourisme, les soins médicaux des maladies de haute altitude, le développement durable, l'énergie et les infrastructures.

     

    232.JPG

     

    Christian Menet, président d'Arosa Tourisme, a indiqué que les deux parties sont en train de négocier la construction de remontées mécaniques à Shangri-La et que dans le futur, le Yunnan inviterait des experts suisses en maladies de haute altitude pour des échanges en Chine. Dans ces deux domaines, Arosa a une expérience de plus de cent ans à partager avec Shangri-La. La délégation suisse visitera des écoles à Shangri-La pour des négociations sur la possibilité de la mise en place d'échanges entre les écoles et les jeunes des deux parties.

     

    Afin de réaliser cette relation d'amitié, certains Tibétains résidant en Suisse ont apporté leur soutien. Actuellement, environ 4 000 à 5 000 Tibétains habitent en Suisse, qui est maintenant le pays occidental où les Tibétains sont les plus nombreux. Jiesu Songzan et son frère cadet dirigent une entreprise de gestion et d'information immobilière en Suisse. Ils ont développé leurs affaires en Chine il y a des années. Ils ont ainsi vu le développement et le changement de leur pays natal. Ce sont justement eux qui ont lié Shangri-La et Arosa.

     

    398.JPG

     

    Jiesu Cidan est un jeune typique de la nouvelle génération de Tibétains nés et ayant grandi en Suisse. Il ne parle pas le mandarin couramment, et ses habitudes sont plutôt occidentales. Il comprend pourtant pleinement les idées des jeunes Tibétains de son pays natal. En parlant des avis sur le maintien de la physionomie originale de Shangri-La, Jiesu Cidan a dit que les jeunes à Shangri-La voulaient aussi utiliser des portables, jouir du confort et de la facilité apportés par la modernisation. Il porte une grande attention aux problèmes environnementaux de Shangri-La. « L'environnement de Shangri-La est très fragile, il faut le bien protéger », a-t-il souligné.

     

    Parce que c'est la première ville européenne qui a établi une relation d'amitié avec un district tibétain chinois, durant les négociations, certaines critiques et oppositions se sont fait entendre en Suisse. Pour M. Altmann, Shangri-La n'est pas du tout un lieu particulier comme district tibétain. La conclusion du jumelage a reçu le soutien des gouvernements chinois et suisse. Ce qui a impressionné Christian Menet, qui s'est déjà rendu plusieurs fois à Shangri-La, c'est que toutes les ethnies habitent et travaillent ensemble à Shangri-La de manière harmonieuse.

     

    435.JPG

     

    « La politique ne pose pas de problème », a déclaré M. Altmann. « Du point de vue du développement commun, la conclusion du jumelage sera bénéfique aux deux parties. Les détracteurs ont le droit d'exprimer leur avis, mais une fois la décision prise, nous n'en changerons pas. Nous espérons une coopération permanente avec la Chine. » D'après Jiesu Cidan, la Chine se développe très vite. Le niveau de vie s'est considérablement élevé à Shangri-La. Le district fera encore des progrès à l'avenir. « Il ne faut pas mettre toujours l'accent sur les aspects négatifs », estime-t-il.

     

    299.JPG

  • A Lhassa, un institut de théologie de haut niveau forme les Bouddhas vivants

    Voici encoe un témoignage qui démontre qu'il y a loin entre la magnifique réalité de ce merveilleux Tibet et lzs mensonges de dalai lama et sa bande.

    F201208141503302548432373.jpg

    Dezhub Jamyang Sherab Palden (à droite) lit des sûtras au Musée du Tibet à Lhasa, capitale de la Région Autonome du Tibet, le 17 avril 2011. Jogo / Xinhua

     

    La nouvelle génération de Bouddhas Vivants qui étudient le lamaïsme tibétain dans des instituts de théologie de haut niveau devrait constituer les grands chefs religieux de l'avenir.

    Vingt-deux jeunes Bouddhas Vivants, comme le 6e Dezhub Jamyang Sherab Palden, âgé de 7 ans, et le 7e Reting Rinpoche, âgé de 15 ans, font leurs études à l'Université Bouddhiste du Tibet, la seule faculté de théologie bouddhiste de niveau provincial du Tibet.

    « Les jeunes Bouddhas Vivants apprécient la compagnie de leurs condisciples, et ils jouent et étudient ensemble », a dit Dulkar Tsering, Vice-président de l'Université.

    Cette université a ouvert ses portes en octobre 2011 et compte 150 étudiants. Au programme figurent des cours de Bouddhisme Esotérique, de Bouddhisme Exotérique et de sanscrit pour les moines de toutes les écoles du Lamaïsme Tibétain.

    « Les étudiants peuvent avoir un parcours différent. Ils sont d'âges variés, viennent de différentes régions, ont diverses influences religieuses et différents statuts économiques. Mais à l'école, en tant que condisciples, ils sont tous égaux », dit Dulkar Tsering.

    Après que le processus de sélection et de reconnaissance des Bouddhas Vivants ait été standardisé en 2007 par un règlement publié par l'Administration d'Etat des Affaires Religieuses, l'éducation des jeunes Bouddhas Vivants pour en faire des chefs religieux révérés est devenue une nouvelle tâche à laquelle a dû faire face la Chine.

    Certains jeunes Bouddhas Vivants reçoivent des cours dans leur propre monastère, ce qui est susceptible d'être néfaste à leur formation religieuse du fait de ressources inadéquates, dit Dulkar Tsering.

    Avec aujourd'hui la totalité des Bouddhas Vivants influents sous son toit, l'Université du Bouddhisme Tibétain essaie de conserver le modèle de formation traditionnel des monastères, avec 60% des cours dédiés à la formation religieuse et le reste à des études linguistiques, culturelles et séculières, dit-il.

    Il est important que les Bouddhas Vivants puissent communiquer dans des dialectes locaux et soient en contact avec des fidèles des différentes zones de la Région Autonome du Tibet. Il est aussi important qu'ils aient les capacités nécessaires pour participer à des dialogues étendus lors d'apparitions publiques, a t-il ajouté.

    Cinq moines de l'université ont participé au 5e Séminaire International sur les Etudes Tibétaines de Beijing, qui s'est tenu du 2 au 4 août, et qui a attiré 267 universitaires chinois et étrangers. La participation des moines avait pour but de faire la promotion des études bouddhistes et d'acquérir de l'expérience face à un public international.

    L'école essaie de combiner les avantages de l'enseignement traditionnel et des techniques modernes. Située dans le Comté de Quxu à Lhasa, elle possède des installations modernes, grâce à des investissements massifs du Gouvernement.

    « Ce n'est qu'affaire de temps avant que les Bouddhas Vivants chinois deviennent compétents en de multiples langues et possèdent un savoir en doctrines religieuses, médecine et pharmacologie tibétaines », a dit Dulkar Tsering.

    La réincarnation du 5e Dezhub Rinpoche fut le premier Bouddha Vivant d'importance à être choisi et intronisé après l'entrée en vigueur du texte gouvernemental.

    Losang Dorje, né en 2005 dans la Préfecture de Lhoka, dans la Région Autonome du Tibet, a été choisi en juillet 2010 par tirage au sort dans une urne dorée au Monastère Jokhang de Lhasa, selon les rituels du bouddhisme tibétain et les conventions historiques. Il a été intronisé 6e Dezhub Jamyang Sherab Palden après avoir été reconnu par le Gouvernement Central et les autorités du Tibet.

    Le jeune Bouddha Vivant est studieux, en bonne santé et il aime séjourner à l'Université du Bouddhisme Tibétain, a dit Dawa Tsering, Directeur de l'Association Bouddhiste de la Préfecture de Lhoka. Après la mort du 5e Dezhub Ripoche en mars 2000, Dawa Tsering a dirigé une équipe de recherche et cherché un successeur dans plus de 700 villages.

    « J'ai été personnellement impliqué dans le processus. J'ai reçu un fort soutien de la part du Gouvernement Central et des autorités de la Région Autonome du Tibet. De nombreux moines fort respectés m'ont aidé dans mes recherches et se sont assurés du respect des rites religieux et des conventions historiques », a dit Dawa Tsering lors d'un discours prononcé lors du séminaire de trois jours sur les études tibétaines qui s'est tenu à Beijing.

    En Chine, quelque 1 000 Bouddhas Vivants suivent un système de réincarnation. La réincarnation d'un Bouddha Vivant qui a une grande influence, comme le Panchen Lama, doit être confirmée et approuvée par le Gouvernement Central. Pour la réincarnation des Bouddhas Vivants qui ont moins d'influence, c'est l'Administration d'Etat pour les Affaires Religieuses qui sera consultée. Et quant à la réincarnation de ceux qui ont une influence mineure, elle n'aura besoin que d'être déclarée aux autorités de niveau provincial, selon Dulkar Tsering, de l'Université du Bouddhisme Tibétain.

    Depuis la Dynastie Qing (1644-1911), la réincarnation des 150 Bouddhas Vivants les plus importants requiert l'approbation du Gouvernement Central.

    Aujourd'hui, le nombre des Bouddhas Vivants de grande influence se monte à 150 environ en Chine et le processus de déclaration au Gouvernement Central est identique à celui qui était en vigueur sous la Dynastie Qing, a précisé Li Decheng, Directeur de l'Institut des Etudes Religieuses au Centre Chinois de Recherche en Tibétologie.

    La cérémonie de tirage au sort dans une urne dorée a régi la sélection des Bouddhas Vivants les plus influents, comme le Dalai Lama et le Panchen Lama. Cette mesure fut introduite sous la Dynastie Qing, afin d'éviter que les Bouddhas Vivants ne choisissent eux-mêmes leurs parents ou des proches pour successeurs, a dit M. Li.

    En poursuivant les coutumes historiques, tant l'autorité du Gouvernement Central que les traditions des Bouddhistes du Tibet sont respectées, a t-il ajouté.

    F201204261714365522289993.jpg

  • Zham, poste frontière entre la Chine et le Népal ,voit un afflux de voyageurs pour la haute saison

    xinsrc_46204070911199682178510.jpg

    Plusieurs milliers de touristes et commerçants entrent et sortent du Tibet chaque jour par Zham, un bourg situé à la frontière entre la Chine et le Népal, maintenant que la haute saison des voyages a commencé, ont annoncé mardi les autorités locales.

    W020110525534803299472.jpg

    Zham, situé dans le district de Nyalam de la préfecture de Xigaze, se trouve à 114 km de Katmandou, et est ainsi devenu un point de passage important pour les touristes et les frontaliers se déplaçant entre la Chine et le Népal.

    xinsrc_4720407091119500220412.jpg

    Le poste frontière sert d'important lien pour les échanges politiques, économiques et culturels entre les deux pays, ainsi que de point de halte pour les personnes faisant la navette entre la Chine et les pays d'Asie du Sud.

    xinsrc_47204070911197651416713.jpg

    Plusieurs milliers de personnes transitent par Zham chaque jour entre le Tibet et Katmandou lors de la haute saison qui dure du juin à octobre, ont précisé les autorités douanières de ce bourg.

    xinsrc_462040709111940616148.jpg

    Pour réduire le temps d'attente des voyageurs, les douaniers de la partie chinoise ont mis un code-barre sur les pièces d'identité de tous les frontaliers népalais.

    xinsrc_4620407091119703303549.jpg

    "Il ne faut que 8 secondes pour vérifier l'identité d'un frontalier, et que quelques minutes pour passer les formalités douanières", a indiqué Liu Weiqiong, responsable d'un point de contrôle à Nyalam.

    " Avant la mise en oeuvre du système de code-barre, ils devaient attendre pendant des heures", a-t-il ajouté.

    Au cours de six premiers mois de l'année, les frontaliers de cette région ont fait 293 441 entrées et sorties par le poste frontière de Zham.

    Dans le même temps, la douane a enregistré 29 131 arrivées et départs de touristes.

    Les principaux groupes ethniques par région dans le Grand Tibet
     TotalTibétainsChinois HanAutres
    Région autonome du Tibet

    2 616 329

    2 427 168

    92,8 %

    158 570

    6,1 %

    30 591

    1,2 %