tibet - Page 2

  • Tourisme de luxe, les Chinois préfèrent désormais l'Australie à la France et pour le tourisme médical , c'est la Suisse quia la cote

    sans-titre.png

    Selon le Livre blanc sur le tourisme chinois de luxe 2014 publié récemment par the Hurun Research Institute et ILTM Asia, une enquête menée dans 21 provinces et municipalités relevant directement de l'autorité centrale dont Beijing, Shanghai et Tianjin, auprès de 203 touristes chinois dont la richesse moyenne dépasse 50 millions de yuans, ceux-ci ont dépensé en moyenne 150 000 yuans par personne lors de leurs voyages en 2013. En outre, l'Australie a détrôné la France pour devenir la destination touristique préférée de cette catégorie de touristes.

    Quant à leurs destinations chinoises favorites, Sanya demeure le premier choix depuis plusieurs années, suivie de Macao, tandis que le Tibet figure pour la première fois en 3e position. Sur la liste des destinations touristiques envisagées pour les trois ans à venir, l'Amérique du Sud est numéro un, choisie par un tiers des sondés, suivie par les deux pôles, l'Afrique, à Cuba et le Mexique. Par ailleurs, 7 % des ces touristes ont indiqué souhaiter voyager dans l'espace au cours des trois prochaines années.

    Bien qu'ils travaillent beaucoup, ces touristes de luxe accordent une importance particulière à leur santé. Les deux tiers d'entre eux envisagent ainsi de faire du tourisme médical, principalement dans le but de se reposer ou de faire des examens médicaux. Pour ce type de tourisme, ils se rendent principalement en Suisse lorsqu'ils vont à l'étranger, et à Beijing lorsqu'ils restent dans la partie continentale de la Chine.

     

  • La vie du peuple tibétain depuis sa libération pacifique

    tibet-2_2178371b.jpg

    Jeudi 10 avril, l'Association nationale des journalistes de Chine (ACJA) a organisé une conférence sur l'évolution des conditions de vie du peuple tibétain de la signature de l'accord sino-tibétain, en 1951, à nos jours. Les intervenants étaient Mme Tsering Yangdzom et M. Lian Xiangmin, tous deux chercheurs au centre de recherche tibétologique de Chine.

    Cela fait plus de 60 ans que le Tibet a signé avec le gouvernement central de la Chine un accord en 17 points sur les mesures concernant la libération pacifique du Tibet. Depuis, des progrès considérables ont été réalisés dans les domaines économique, social, politique et écologique.

    La région autonome du Tibet (créée en 1965), qui couvre un territoire de 1,2 million de km2, est passée de 1,2 million à 3,5 millions d'habitants. L'espérance de vie des Tibétains a presque doublé, passant de 35 à 68 ans, grâce à de meilleurs services médicaux et à la baisse du taux de mortalité infantile qui, a fait remarquer M. Lian, est naturellement élevé en raison de l'altitude de cette région que l'on surnomme à juste titre le « Toit du monde ».

    Ces dernières années, le Tibet a connu une croissance économique parmi les plus rapides de Chine, avec un PIB progressant de plus de 10 % par an depuis 1994. En 2013, le PIB de la région autonome a atteint 80 milliards de yuans.

    Le soulèvement de 1959, qui a causé l'exil vers l'Inde de 70 000 Tibétains, a laissé place à la réforme démocratique qui a aboli le système de servage féodal et le régime théocratique.

    Le Tibet a créé en 1959 le Comité tibétain de la Conférence consultative politique du peuple chinois, et la première session de l'Assemblée populaire locale a eu lieu à Lhassa en 1965. Depuis lors, la région autonome envoie chaque année à Beijing des délégués la représenter lors des deux sessions politiques nationales qui se tiennent au mois de mars à la capitale.

    Comme l'a fait remarquer un journaliste, la modernisation rapide du Tibet suscite des inquiétudes en Chine comme à l'étranger concernant une possible dilution culturelle. Mais outre les sommes importantes consacrées par le gouvernement local et celui de Beijing à la préservation des vestiges culturels tibétains, il existe également de nombreuses organisations non-gouvernementales œuvrant à la protection du patrimoine culturel tibétain.

    Par ailleurs, au début de son allocution, M. Lian a souligné que l'ethnie tibétaine représentait actuellement 90 % de la population du Tibet. S'il est vrai que le relogement de 2,7 millions de Tibétains dans des habitations plus modernes s'est d'abord heurté à de nombreuses craintes et réticences, comme l'a reconnu l'intervenant, il ne s'agit selon lui que d'une période transitoire, la majorité des Tibétains relogés finissant par apprécier les bénéfices de ces changements dans leur mode de vie.

     

     
  • Le Tibet a accueilli un nombre record de 230.000 touristes durant la Fête du printemps

    tib.jpg

    La région autonome du Tibet a accueilli un nombre record de 230.000 touristes durant la Fête du printemps.

    Le nombre de touristes chinois et étrangers durant la semaine de la Fête du printemps a augmenté de 7,81% en base annuelle, et les revenus du tourisme se sont accrus de 13,3% pour atteindre 185 millions de yuans (30,5 millions de dollars), a-t-on appris d'un communiqué de l'office régional du tourisme.

    La peur du mal d'altitude et la rigueur du froid sur le plateau reculé, où les infrastructures médicales sont généralement insuffisantes, découragent souvent les touristes à visiter le Tibet en hiver. Les autorités locales ont donc lancé une campagne publicitaire afin d'attirer les touristes et d'apaiser leurs craintes, a expliqué Yu Dawa, responsable de l'office régional du tourisme.

     

    W020130130633036099485.jpg

    La majorité des sites touristiques et des hôtels au Tibet offrent une remise de 50% en hiver pour attirer les touristes.

    Destination d'aventures et de pèlerinages, le Tibet a vu son secteur touristique croître de 30% en moyenne par an ces six dernières années. Le Tibet a enregistré un record de 12,91 millions de touristes en 2013, soit une hausse de 22% en base annuelle.

     

    barkhor.jpg

    Lhassa étant situé à 3650 mètres d’altitude, il y fait froid en hiver. Mais il ne faut pas exagérer. Finalement, le climat y est plus clément qu’à Pékin par exemple, ou même qu’à New York qui a connu des tempêtes de neige et de glace particulièrement extrêmes. Contrairement aux idées reçues, il ne neige pratiquement pas au Tibet. Sa capitale Lhassa bénéficie d’un ensoleillement très fort, plus de 3000 heures par an.

    De novembre à avril, vous pouvez donc vous attendre avec certitude à avoir un climat certes froid avec des températures souvent en-dessous de zéro (mais pas extrêmes), mais très clair et ensoleillé, avec très peu de précipitations. Avec des vêtements chauds et de bonne qualité, vous êtes armés pour un séjour himalayen, à condition de ne pas trop monter en altitude. On est loin au Tibet des températures de la Mongolie Intérieure ou de la province de Heilongjiang ( Nord-Est de la Chine) où les températures hivernales et nocturnes avoisinent les - 50 °.

    tb_bjj_2.jpg

    tibet-test01.jpg

     

  • De plus en plus de Tibétains dans l'enseignement supérieur

    xinsrc_2121206251532187333997.jpg

    Près de 8.000 jeunes ruraux de la région autonome du Tibet ont été admis par des établissements d'enseignement supérieur après avoir réussi leur examen d'entrée à l'université en 2013, a annoncé samedi l'autorité de l'éducation locale.

    Ce nombre a représenté 60% des admissions dans l'enseignement supérieur de la région l'année dernière.

     

    "Les agriculteurs et les éleveurs représentent 80% des trois millions d'habitants du Tibet. Leurs enfants ont les mêmes droits à l'éducation supérieure que les élèves urbains", a souligné Ma Shengchang, directeur du département régional de l'éducation.

     

    Selon lui, depuis 1985, l'éducation gratuite pour les enfants d'âge scolaire issus d'une famille d'agriculteurs ou d'éleveurs est accompagnée de repas gratuits, de logement et de subventions.

     

    Depuis 2012, le Tibet a commencé à offrir l'éducation gratuite sur 15 ans, de la crèche au lycée, a-t-il précisé.

     

    Les statistiques du département montrent que lors de l'année scolaire 2013-2014, la région comptait 53.029 lycéens.

    xin_3320606090902078238356.jpg

     

  • Chine : 130.000 Tibétains sortis de la pauvreté en 2013

     

    tib.jpg

    Environ 130.000 personnes dans la région autonome du Tibet (sud-ouest) sont sorties de la pauvreté en 2013, a déclaré le président de la région Losang Jamcan (d'après son nom, il s'agit bien d'un Tibétain) lors de la deuxième session de la 10e Assemblée populaire régionale qui se tient actuellement.

    Il a précisé que la population vivant dans la pauvreté était passée de 585.000 à 475.000 personnes l'année dernière, portant la proportion des personnes vivant dans la pauvreté dans la région agricole et pastorale du Tibet de 29,97% à 18,73%.

    La région a initié plus de 2.000 projets de réduction de la pauvreté en 2013, avec environ 7 milliards de yuans (1,16 milliard de dollars) de prêts subventionnés par le gouvernement, a-t-il indiqué vendredi lors de la session ouverte.

    Selon les normes nationales entrées en vigueur en 2011, les personnes ayant un revenu annuel inférieur à 2.300 yuans sont considérées comme vivant dans la pauvreté.

    Le Tibet a également intensifié ses efforts pour améliorer les conditions d'enseignement ces dernières années. Les dépenses pour l'éducation ont pour la première fois dépassé 10 milliards de yuans pour atteindre 11 milliards de yuans en 2013, en hausse de 14,6% sur un an, a annoncé samedi Ma Shengchang, chef du département régional de l'Education.

    secular_tibet.jpg

  • Chine:incendie dans un village ancien à Shangri-la

     

    feu.jpg

    Une centaine d'habitations ont été ravagées par l'incendie qui a éclaté samedi à 1h27 dans un village ancien à Shangri-la, un site touristique de la province du Yunnan (sud-ouest).

    L'incendie a été maîtrisé à 10h30 dans le village ancien de Dukezong, où la plupart des constructions sont en bois, rendant la tâche difficile aux sapeurs-pompiers, a indiqué un porte-parole du gouvernement local.

    Plus de 1.000 personnes ont été mobilisées pour éteindre le feu.

    Le nombre de victimes reste inconnu pour le moment et l'enquête sur la cause de l'incendie est en cours.

    Dukezong, signifiant "village de la Lune" en tibétain, a été construit il y a 1.300 ans et est devenu un important repère sur la Route de la Soie. C'est actuellement l'un des sites touristiques les plus renommés à Shangri-la, connu pour ses anciennes habitations tibétaines bien préservées.

    feu2.jpg

    a.jpgTouristes chinois + 1 Belge

    à Shangri la

     

  • Mise en service du "barrage des Trois-Gorges du Tibet"

    tibet.jpg

    Le Projet de contrôle de l'eau de Pondo, le plus grand de la région autonome du Tibet, a commencé mardi à générer de l'électricité.

    La première turbine, qui possède une capacité de production annuelle de 150 millions de kWh, a été inaugurée mardi à 11h50, a indiqué Tang Quanyong, directeur adjoint du bureau de gestion du projet.

    Trois autres turbines seront inaugurées en juin 2014, a-t-il ajouté.

    Les quatre turbines posséderont une capacité de production annuelle totale de 599 millions de kWh. Elles devraient permettre de résorber les problèmes d'approvisionnement d'électricité à Lhassa, capitale du Tibet (sud-ouest), et d'améliorer les capacités d'irrigation et de prévention contre les inondations de la ville, a-t-il indiqué.

    Ce projet, surnommé "barrage des Trois-Gorges du Tibet" et dont la construction a débuté en juillet 2009 pour un investissement de 4,57 milliards de yuans (748 millions de dollars), sera achevé en 2016.

    Il se situe dans le bourg de Pondo du district de Lhunzhub, à 63 km de Lhassa, et à plus de 4.000 mètres d'altitude.

    (经济)(4)西藏投资规模最大的水利枢纽工程投产发电

  • Le 1er pont extradossé du Tibet ouvert à la circulation, il devrait alléger la pression du trafic au centre-ville de Lhasa et stimuler le tourisme local

    F201311280849247787665485.jpg

    Le premier pont extradossé de la Région autonome du Tibet, dans le Sud-ouest de la Chine, a été ouvert à la circulation mercredi, suscitant l'espoir qu'il stimulera le tourisme local.

    Le pont Ngaqen de 1,28 km de long, qui passe au-dessus de la rivière Lhassa dans la banlieue Est de la capitale régionale Lhassa, possède six voies et un tablier de 33 mètres de large, et il a été conçu pour accueillir les véhicules à une vitesse de 60 km/h.

    La construction du pont a commencé en mars 2011. Il a coûté environ 370 millions de Yuans (60,3 millions de Dollars).

    Soinam Lhamo, un résident du Canton de Ngaqen, a déclaré qu'il lui fallait jusque là environ une heure et demie pour arriver au Comté de Dagze dans l'Est de Lhassa depuis Ngaqen, le voyage nécessitant de faire un détour par le pont Newu, dans la banlieue Ouest de la ville.

    Avec la mise en service du nouveau pont, il ne lui faudra plus que 10 minutes pour se rendre à Dagze, a déclaré ce Tibétain, qui a également dit apprécier la conception de style tibétain du pont.

    Selon des responsables locaux, le pont qui est relié à une route nationale, devrait alléger la pression du trafic au centre-ville de Lhasa et stimuler le tourisme local et le transport de fret.

    Un pont extradossé utilise une conception qui est un hybride entre un pont à poutres et un pont à haubans.

  • Un comté du Tibet est le dernier comté de Chine qui n'était pas accessible par la route

    F201311011848172733220626.jpg

     

    Une route a été ouverte officiellement dans le comté de Medog, reliant notamment cette région autonome du Tibet au reste du pays, zone qui était jusqu'à présent la seule du pays à être inaccessible par la route.

    Selon les experts, cette nouvelle voie aidera à sauvegarder la souveraineté et le territoire de la Chine, le comté ayant une frontière avec l'Inde, mais plus important encore, cela permettra d'améliorer les conditions de vie et le bien-être de près de 10000 personnes vivant dans le Medog.

    L'autoroute de 117 km relie aujourd'hui le comté de Bome à la ville principale de Medog, région appelée «le lotus insaisissable » dans les sutras bouddhistes.

    L' ancien chemin qui reliait le Medog au reste du pays était surnommé "le plus beau" mais aussi "le plus dangereux" du pays, avec un terrain instable et de fortes précipitations.

    La nouvelle route descend subitement à partir de son point de départ, à la frontière du comté, soit 4 300 mètres au dessus du niveau de la mer, étant recouverte de neige toute l'année, jusqu'à son chef lieu entouré d'une forêt à une altitude de 1300 mètres.

    Les glissements de terrain et avalanches ont été nombreux dans le passé.

    «Les sommets des montagnes se cachent dans les nuages, alors que le pied de la montagne est proche d'un grand fleuve. Vous pouvez entendre les autres parler, mais il faut plusieurs jours de marche pour pouvoir les rejoindre», selon une chanson populaire qui décrit le paysage accidenté.

    Cette ouverture est la cinquième initiative depuis les années 1950, menée par les gouvernements centraux et locaux qui ont travaillé sur un projet de route.

    Les derniers travaux, qui ont débuté en 2009, a vu le Conseil d'Etat débourser près de 950 millions de yuans (156 millions de dollars).

     

    Lobsang Jamcan , le président du gouvernement de la région autonome du Tibet, a annoncé jeudi à 11h, l'ouverture officielle de la route à 30 km du chef-lieu de Medog.

    Cet accès sera ouvert huit mois par an et fonctionnera toute l'année si les conditions météorologiques le permettent.

    L'équipe d'entretien des routes dispose actuellement de deux équipes de techniciens avec trois chargeurs et deux voitures de patrouille pour dégager la neige et les pierres.

    Plusieurs spécialistes ont indiqué que cette nouvelle voie allait apporter des avantages, et pas seulement sur un seul aspect.

    «Comme pour le ligne de chemin de fer Qinghai-Tibet, cette route qui permet d'atteindre la zone frontalière chinoise, peut aider à consolider notre terre lointaine et assurer une stabilité», a déclaré Sun Hongnian, chercheur au Centre de recherche de l'histoire et de la géographie des régions frontalières de l'Académie chinoise des sciences sociales.

    «Mais le plus important, c'est l'amélioration du quotidien, vers la mobilité et l'économie de plus de 10 000 habitants».

    Les responsables locaux ont fait remarquer à China Daily que le comté jusqu'en 2009, n'avait pas son propre bureau de poste ou magasin d'appareils électroniques. Certains hommes d'affaires attirés par les politiques favorables d'investissements dans le comté, ont dû rénoncer, après s'être aperçus que la région n'avait pas d'administration des affaires et de bureaux d'imposition en 2011.

    Même aujourd'hui, le comté a encore besoin de construire une station de bus.

    Avant la mise en service de la nouvelle route, il a fallu plus d'une semaine pour transporter des marchandises entrant ou sortant du Medog.

    Lorsque l'ancien chemin a été bloqué, le prix des matières premières et de premières nécessités quotidiennes ont grimpé en flèche, par exemple une poule était vendue 150 yuans sur le marché.

    Padma Dradul, membre de l'ethnie Monba et responsable adjoint du Parti du village de Dexing, a déclaré que la route ouvrira non seulement l'accès vers Medog , mais l'esprit de tout un peuple.

    «L'insaisissable lotus est en fleurs. Davantage de contacts avec le monde extérieur,et des personnes travaillant dur pour changer leur ville natale parce qu'ils ne veulent pas être à la traîne ou oubliés».



  • Le dalaï lama tente de déstabiliser les bases du Tibet mais la culture tibétaine est préservée et soutenue par le gouvernenent : livre blanc

    dyn007_original_525_276_pjpeg__12d207e81617306496a3fdafbbc4c4ae_2.jpg

    Le but réel du 14e dalaï lama et de sa clique en exil est de déstabiliser les bases générales qui ont assuré le développement et le progrès au Tibet, selon un livre blanc publié mardi.

    Le dalaï lama et sa bande mènent depuis longtemps des activités séparatistes pour saboter le développement et la stabilité du Tibet, et tentent de "renverser le système socialiste et le système d'autonomie ethnique régionale pratiqués au Tibet", indique le livre blanc intitulé "Développement et Progrès du Tibet" publié par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat.

    Après l'échec de leur rébellion armée en 1959, ils se sont enfuis à l'étranger et ont depuis harcelé les frontières chinoises. Ces dernières années, ils ont avancé les prétendus concepts de "grand Tibet" et d'"un haut degré d'autonomie", qui vont à l'encontre des conditions actuelles de la Chine et violent la Constitution et les lois concernées.

    "Le développement et les changements au Tibet sont évidents pour tout le monde. Toute personne impartiale s'en étonne grandement, et toute personne attachée au Tibet est heureuse de le constater", ajoute le document.

    Le développement et les progrès au Tibet pendant les 60 dernières années prouvent que la population du Tibet et le peuple du reste du monde bénéficient du même droit à jouir des succès de la civilisation moderne, à voir leur qualité de vie s'améliorer, et à choisir leur propre mode de vie, indique le libre blanc.

     

    001fd04cfc22126206b21b_2.jpg

    La culture tibétaine a été préservée et soutenue, de même que la liberté de croyance religieuse est respectée et protégée, selon le livre blanc .

    L'étude et l'utilisation de la langue et de l'écriture tibétaines sont protégées par la loi en Chine, tandis que l'éducation bilingue, avec le tibétain comme langue principale, est répandue au Tibet, indique le livre blanc intitulé "Développement et Progrès du Tibet" publié par le Bureau de l'information du Conseil des Affaires d'Etat.

    Fin 2012, 282,914 élèves d'école primaire et 177,981 élèves du secondaire recevaient une éducation bilingue, soit respectivement 96,88% et 90,63% du total des élèves au Tibet, précise le livre blanc.

    Du temps des dalai lamas , 95%de la population étaient dans l'ignorance et la misère. Ils ne savaient ni lire ni écrire le tibétain ou toute qutre langue.

    La région compte actuellement 23.085 enseignants bilingues et 3.700 enseignants de la langue tibétaine dans les écoles, et, précise le livre blanc, le tibétain est également largement utilisé dans la vie politique.

    "La Chine respecte et protège la liberté de participation aux services religieux normaux, aux rituels de sacrifice, aux importantes activités religieuses et aux festivals folkloriques", poursuit le livre blanc.

    Le Tibet compte actuellement 1.787 lieux pour les différentes activités religieuses, plus de 46.000 moines et nonnes, et 358 bouddhas vivants, est-il précisé dans le document. La majeure partie de la population du Tibet se réclame de la confession du bouddhisme tibétain.

     

    001fd04cfc2212633f6c3b.jpg