shenzhen - Page 4

  • Vingt-sept universités chinoises , dont 19 qui améliorent leur classement,dans l'élite mondiale

    ECH21297063_1.jpg

    Quiconque a sillonné la Chine récemment n'a pas manqué de le constater : les universités y sont particulièrement choyées. Partout, des bâtiments modernes, des espaces verts, des gymnases, des stades. Bref, de véritables universités « à l'américaine ». Rien à voir avec les campus tristes et délabrés d'il y a encore une (petite) dizaine d'années. Ce changement d'allure rapide ne doit rien au hasard. Car la Chine a décidé d'investir à fond dans la matière grise. Il y a sept ans, elle a lancé un vaste programme pour se doter de 72 universités de rang mondial, dans toutes les disciplines.

    Le classement QS des universités du monde a été publié à Londres le 15 septembre ; il en ressort que 27 universités de Chine continentale figurent désormais dans le top 800 mondial, dont 19 ont amélioré leur position, celle ayant le plus progressé étant l'Université de Xiamen, qui a gagné 105 places, pour passer au 441e rang mondial.

    Peking-University-4-300x225.jpg

     

    L'Université de Tsinghua, qui arrive à la 47e place, est la première université du continent chinois, dépassant l'Université de Pékin, qui n'a pas réussi à entrer dans les 50 premières (classée à égalité au 57e rang).

    En termes de réputation académique mondiale et de réputation auprès des employeurs, l'Université Tsinghua, l'Université de Pékin, l'Université Fudan, l'Université Jiaotong de Shanghai, l'Université du Zhejiang et l'Université de Nanjing ont été classées en tant qu'établissements de premier rang, et figurent dans le top 180 mondial.

    S'agissant de la réputation académique mondiale, par rapport au dernier classement, 23 universités ont maintenu ou amélioré leur position en matière d'indicateurs académiques. Parmi elles, l'Université Huazhong des Sciences et l'Université du Shandong sont celles qui ont enregistré la plus forte augmentation de leur réputation académique dans le monde, gagnant respectivement 101 places (475e) et 102 places (457e) cette année. L'Université du Jilin, (+ 96 places, 451e), l'Université de Nankai de Tianjin (+ 66 places, 272e), l'Université Jiaotong de Xi'an (+ 55 places, 410e) sont également montées dans le classement

    20 universités du continent chinois ont maintenu ou amélioré leur réputation mondiale auprès des employeurs. Parmi elles figurent l'Université du Sud-est, l'Université du Shandong, l'Université Normale de Beijing et l'Université de Shanghai, quatre établissements d'enseignement supérieur du continent ayant enregistré une amélioration très significative en ce domaine. L'Université de Tsinghua et l'Université de Pékin figurent dans le top 20 de cet indicateur.

    university_town_library_shenzhen_rmjm301107_hgesch6.jpg

    Université de Shenzhen- Bibliothèque

     

  • Shenzhen, première ville classée en fonction de l'indice de santé du développement urbain

    shen3.jpg

    La plage de Shenzhen

    Selon le « Livre Bleu Urbain » publié le 17 septembre par l’Institut de développement urbain et de l'environnement de l’Académie chinoise des sciences sociales et portant sur Beijing, Tianjin et d'autres municipalités de Chine, il ressort que pour près de 90% de ces villes, le développement est en « mauvaise santé ».

    Ce Livre Bleu, dont le titre complet est « Rapport sur le développement urbain de la Chine et qui a pour thème « Accent sur la gouvernance des grandes villes », souligne que la caractéristique importante de l'urbanisation en Chine est que c’est une urbanisation de grandes villes, avec en particulier une expansion rapide et à grande échelle des mégapoles.

    Le rapport est basé sur cinq indicateurs, à savoir le développement économique, social, culturel, environnemental et la gestion urbains, qui a permis d’élaborer un système d'index d'évaluation de la qualité du développement, et de fournir une évaluation complète de l’état de santé du développement de 287 municipalités du pays.

     

    imagesPJELW1KB.jpg

    Le rapport d'évaluation sur les résultats a montré que les dix premières villes classées en fonction de l'indice de santé du développement urbain sont Shenzhen, Shanghai, Beijing, Foshan, Suzhou, Zhongshan, Hangzhou, Zhuhai, Wuxi et Nanjing. Parmi elles, les villes du Delta de la Rivière des Perles comptent quatre représentantes même si Guangzhou est parmi les plus mal classées , les villes Delta du fleuve Yangtsé cinq, l’ensemble Beijing-Tianjin-Hebei étant la dernière.

     

    S’agissant de l'indice composite, la ville qui a obtenu les meilleures notes est encore Shenzhen, qui a également été classée dans les trois premières en termes d’indicateurs économique, culturel, social et environnemental.

    Shanghai arrive à la deuxième place, mais elle ne se classe qu’à la 47e pour l'indice environnemental ; Beijing complète le podium à la 3e place : la capitale est aux premiers rangs pour les indicateurs intégré, économique, social et culturel, mais seulement 206e pour l’indicateur environnemental et 85e pour l’indicateur de gestion.

    Img_5101.jpg

  • Publication de la biographie officielle et des œuvres complètes de Deng Xiaoping pour le 110e anniversaire de sa naissance

    aa 7482.JPG

    Quand on voit cette peinture , on sait que l'on est à Shenzhen. Cette peinture de Deng Xiaoping

    est en quelque sorte, l'image de marque de Shenzhen qui ne serait jamais devenue la ville phare de Chine sans

    l'esprit éclairé de Deng Xiaoping. Chaque fois que j'en ai l'occasion, je viens rendre hommage au grand leader chinois.

    A quelques jours du 110e anniversaire de la naissance de Deng Xiaoping, qui sera célébré vendredi, la Chine vient de publier la biographie officielle et les œuvres complètes de l'ancien dirigeant.

     

    Les « Œuvres complètes de Deng Xiaoping (1949-1974) » présentent les pensées de Deng Xiaoping sur le développement du pays et le Parti Communiste Chinois (PCC). L'ouvrage a été édité par le Bureau de recherche en littérature du Parti du Comité Central du PCC et publié par la maison d'édition People's Publishing House.

     

    La « Biographie de Deng Xiaoping (1904-1974) » relate les expériences qu'il a vécues jusqu'en 1974, quand il occupa le poste de vice-premier ministre après avoir été victime de purges pendant plusieurs années au cours de la Révolution Culturelle. Elle a été rédigée par le Bureau de recherche en littérature du Parti du Comité Central du PCC et publiée par la maison d'édition du Parti.

     

    Deng Xiaoping est né le 22 août 1904 dans la Province du Sichuan, dans le Sud-Ouest de la Chine. Il fut qualifié d'« architecte en chef de la réforme et de l'ouverture de la Chine » pour ses efforts inlassables dans la direction du mouvement de transformation qu'a connu le pays à partir des années 1970. 

     aa 3218.JPG

    Shenzhen a aussi une statue de Deng Xiaoping , tout en haut du parc du Lotus qui surplombe la ville.

     

     

  • Beijing,Shanghai et Shenzhen les villes les plus charitables de Chine

    sans-titre 10.png

    Gala de charité à Beijing

    En fait de charité, la deuxième plus grande économie du monde est en retard pour ce qui est des dons de charité par rapport à la plus grande économie du monde, les États-Unis.

    La Chine est très en retard quand il s'agit de dons de temps et d'argent.

    Le pays doit s'inspirer des trois villes pilotes en la matière, Beijing, Shanghai et Shenzhen. Ces 3 villes à l'économie la plus avancée et développée de Chine sont aussi à la pointe quand il s'agit de charité.

    sans-titre 10.png

    Dans les rues de Shenzhen

    Beijing arrive en tête du nouveau classement des villes les plus charitables de Chine publié samedi par le ministère chinois des Affaires civiles.

    Le classement comprend 294 villes chinoises et est basé sur six critères, à savoir les dons non publics, les services volontaires, les organisations caritatives, le soutien gouvernemental et la culture philanthropique.

    La capitale chinoise arrive en tête du classement, suivie par Shanghai et Shenzhen.

    L'indice de charité a été créé en 2007 par le ministère et son institut de recherche. C'est le troisième classement à être publié après ceux de 2011 et 2012.

    sans-titre 10.png

    Chen Guqngbiao, célèbre bienfaiteur chinois.

    La Chine s'est classée 133e sur 135 pays pour les dons, et dernière pour le bénévolat, selon le World Giving Index 2013, une enquête annuelle de la Fondation pour l'aide de charité.

     Mais nous devons garder à l'esprit que de simplement avoir la capacité de faire des dons ne veut pas dire qu'il y ait une incitation. La motivation pourrait être fournie par le gouvernement ou sous la forme d'avantages fiscaux, mais il n'y a pas grand-chose à ce niveau. »  a déclaré Huang Yanzhong, chercheur principal pour la santé mondiale au Council on Foreign Relations de New York.

    Etant donné qu'il n'y a pas de droits de succession en Chine, certains entrepreneurs n'hésitent pas à garder leur argent dans leur famille immédiate, a déclaré Dien S Yuen, directrice générale de Kordant Philanthropy Advisors, une société mondiale de consultation et de recherche sur la philanthropie qui est basée à San Francisco.

    sans-titre 10.png

    A Shanghai , une société remet un chèque de 20 millions de yuans

    à un organisme de charité.

  • Manifestations ouvrières en Chine à la suite d'une grande vague de licenciements dans de grandes multinationales du secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC)

    Des manifestations ouvrières sont attendues en Chine à la suite d'une grande vague de licenciements qui touche plusieurs géants du secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC), alors que les experts appellent les multinationales à prendre le problème au sérieux.

     

    dongguan_yu_yuan_1.jpg

    Manifestation ouvrière dans une usine de Dongguan (près de Shenzhen) où travaillent 70000 ouvriers

    L'américain Cisco Systems a en effet annoncé un plan de suppression d'emplois à l'échelle mondiale, tandis que les employés de Microsoft en Chine tentent en ce moment de négocier de meilleures indemnités de départ.

    « Les conflits de travail impliquant des sociétés des technologies de l'information étrangères seront amenés à augmenter au cours des deux prochaines années, en raison du ralentissement de l'économie chinoise », expliquait ce jeudi Zhang Zhiru, spécialiste des droits des travailleurs au Centre de services pour les conflits de travail Chunfeng de Shenzhen.

    Selon lui, bien que la plupart des entreprises du secteur des TIC ont accepté de verser à leurs ouvriers des compensations supérieures à celles prévues par le droit chinois, cela ne signifie pas qu'elles sont irréprochables.

    « La loi n'énonce qu'un niveau d'indemnités minimum. Les sociétés qui sont financièrement plus puissantes doivent sans aucun doute payer plus [d'indemnités de licenciement] si les employés en ont besoin », estime Zhang.

    Cisco, premier fabricant mondial d'équipements de télécommunications, prévoit de supprimer jusqu'à 6000 postes dans le monde. Le groupe n'a toutefois pas annoncé combien d'employés seraient touchés par cette vague de licenciements en Chine, premier marché mondial des technologies de l'information.

    Selon une source proche du dossier, Microsoft pourrait quant à lui supprimer au moins 4000 postes en Chine, entamant ainsi la plus grande suppression d'emplois de son histoire. La plupart des licenciements auront par ailleurs lieu dans les trois usines Nokia rachetées par la société il y a quelques mois.

    Plus de 500 employés de l'unité de construction des téléphones portables Microsoft de Beijing ont remis une lettre signée à la direction du groupe la semaine dernière, dans laquelle ils demandent de s'entretenir directement avec elle au sujet des conditions de licenciement.

    Le géant du logiciel américain a toutefois refusé de communiquer les détails de son plan de licenciement en Chine.

    « Nous nous en tenons à une première date de départ à la fin du mois de septembre. Compte tenu de la date de publication de cette annonce, il s'agit d'un délai plus long que celui qui a déjà été pratiqué par Nokia en Chine dans le passé », écrit Donald MacRae, directeur des ressources humaines pour l'unité de production des téléphones portables Microsoft en Chine, dans un courrier interne expliquant le programme de licenciement.

    Si Microsoft a promis à ses employés au moins un mois de salaire en plus de ce qui est prévu par la loi en Chine, ces derniers réclament encore des indemnités plus importantes et une plus longue « période tampon ».

    La loi stipule en effet que les employés ont droit à un mois d'indemnités pour chaque année passée dans la société, en plus d'un mois de salaire supplémentaire.

    Mike Dai, concepteur de smartphones dans l'usine de Beijing, qualifie le processus de licenciement adopté par le groupe d'« action violente ». Selon lui, des manifestations de plus grande ampleur sont prévues.

    Zheng Dongliang, doyen de l'Institut des sciences du travail, pense que la meilleure façon de résoudre les conflits de travail consiste à établir un dialogue direct entre les sociétés et leurs employés.c03fd54abadb1557c75901.jpg

     

  • Chine : seules 9 villes ,dont Shenzhen,et Zuhai, sur 161 répondent aux normes de qualité de l'air

    P8250124.JPG

    Shenzhen en 2013

    Seules 9 sur 161 villes chinoises ont répondu aux nouvelles normes de qualité de l'air au premier semestre de cette année, selon le ministère de la Protection de l'environnement.

    Il s'agit de Zhoushan, Shenzhen, Zhuhai, Zhanjiang, Yunfu, Beihai, Sanya et Lhassa, a précisé le ministère.

    La Chine a introduit en février 2012 de nouvelles normes de qualité de l'air qui comprennent, outre les émissions de dioxyde de soufre, de dioxyde d'azote et les PM10, les émissions d'ozone, de dioxyde de carbone, et les PM 2,5.

    Sur les 166 villes qui n'ont pas adopté les nouvelles normes, 105 ont répondu aux normes, soit 63,3%, en baisse de 7,1 points de pourcentage par rapport à la même période de l'année dernière.

    Les villes qui ont adopté les nouvelles normes sont principalement situées dans la province du Hebei, avec les municipalités de Beijing et de Tianjin, le long du delta du Yangtzé (est) et de la rivière des Perles (sud).

    Le ministère classe et publie mensuellement les indices de la qualité de l'air de 74 villes majeures. Par rapport à 2013, la qualité de l'air dans les 74 villes s'est améliorée. Le nombre de jours où la qualité de l'air répond aux normes a augmenté, passant de 58,7% à 60,3%, mais Beijing et Guangzhou rencontrent de gros problèmes.

    aa 1000.JPG

    Ceci n'est pas la Hollande , mais notre quartier à Shenzhen, comme les deux photos qui suivent.

    aa 1320.JPG

    aa 1337.JPG

    Photos prises en 2008

    P1000230.JPG

    Shenzhen en 2012

     

     

  • Chine : seules 9 villes ,dont Shenzhen,et Zuhai, sur 161 répondent aux normes de qualité de l'air

    P8250124.JPG

    Shenzhen en 2013

    Seules 9 sur 161 villes chinoises ont répondu aux nouvelles normes de qualité de l'air au premier semestre de cette année, selon le ministère de la Protection de l'environnement.

    Il s'agit de Zhoushan, Shenzhen, Zhuhai, Zhanjiang, Yunfu, Beihai, Sanya et Lhassa, a précisé le ministère.

    La Chine a introduit en février 2012 de nouvelles normes de qualité de l'air qui comprennent, outre les émissions de dioxyde de soufre, de dioxyde d'azote et les PM10, les émissions d'ozone, de dioxyde de carbone, et les PM 2,5.

    Sur les 166 villes qui n'ont pas adopté les nouvelles normes, 105 ont répondu aux normes, soit 63,3%, en baisse de 7,1 points de pourcentage par rapport à la même période de l'année dernière.

    Les villes qui ont adopté les nouvelles normes sont principalement situées dans la province du Hebei, avec les municipalités de Beijing et de Tianjin, le long du delta du Yangtzé (est) et de la rivière des Perles (sud).

    Le ministère classe et publie mensuellement les indices de la qualité de l'air de 74 villes majeures. Par rapport à 2013, la qualité de l'air dans les 74 villes s'est améliorée. Le nombre de jours où la qualité de l'air répond aux normes a augmenté, passant de 58,7% à 60,3%, mais Beijing et Guangzhou rencontrent de gros problèmes.

    aa 1000.JPG

    Ceci n'est pas la Hollande , mais notre quartier à Shenzhen, comme les deux photos qui suivent.

    aa 1320.JPG

    aa 1337.JPG

    Photos prises en 2008

    P1000230.JPG

    Shenzhen en 2012

     

     

  • 50 raisons pourquoi Shenzhen en plus d'être la plus belle ville de Chine , est la meilleure ville du monde

    Chine 2014 Liliane 1767.JPG

    Shenzhen, la plus belle ville de Chine pour y vivre, la meilleure ville du monde pour les expats . Si ceci reflète parfaitement ma pensée, ces affirmations sont celles martelées par la communauté d'expatriés vivant à Shenzhen , des gens venant d'Europe,d'Amérique, d'Australie d'Afrique ,du Moyen-Orient ,de Russie  et d'autres points du globe. Ces affirmations ont été commentées dans le même sens par de nombreux internautes qui vivent ou ont vécu à Shenzhen, la ville où je vais goûter une retraite heureuse.

    Chine 2014 Liliane 1757.JPG

     

     


    Dès que vous descendez de l'avion, vous serez séduit  par la beauté du nouvel aéroport . Arrivé en Ville, vous allez respirer la joie de vivre dans une atmosphère agréable et parmi une population active et volontaire tout en prenant le temps de jouir de la beauté des lieux.


    Voici les raisons pourquoi Shenzhen est la ville dont  vous regretterez de ne pas être  tombé en amour  plus tôt :

     

    7999C334D6EE42E391525B00CDA03740.jpg

     

     

    1/ la verdure :


    Si vous avez visité d’ autres villes en Chine avant d’être venu à Shenzhen, voici la première chose que vous remarquerez : chaque coin de rue et les complexes d'appartements sont recouvert d'une variété de plantes verdoyantes. Lorsqu'il y a l'espace inoccupé, il est vert. Sur les grandes avenues ,il y a des fleurs en permanence et quel plaisir voluptueux de se promener sous les palmiers.

     

    sans-titre.png

    Parc Litchi

    2. les parcs :

     


    Pour vous, les tourtereaux , vous n'avez pas à dépenser d’argent pour profiter d'une journée parfaitement romantique. Faire du vélo le long de la large promenade dans le Parc de la Mangrove, croiser vos regards sur le lac du haut du pont de pierre dans le  Parc  Litchi ou paresser  l'après-midi sur la pelouse luxuriante du Parc Lianhua. A Shenzhen, 15 parcs vous garantiront la quiétude loin de tout tumulte .

    Lets-get-started.jpg

     

    3. la scène musicale locale :


    Dans Coco Park, à Shekou, dans des coins cachés disséminés dans la ville, bars et salons vous attirent tous les soirs avec des mélodies entraînantes, jouées par des musiciens locaux et des artistes du monde entier. La mixité favorise un mélange éclectique de culture et de musique.

    shen.png

    4. La diversité culturelle chinoise  :


    Shenzhen a attiré une foule de curieux, de courageux  depuis la création comme de la Zone économique spéciale, il y a  33 ans. "Pour moi un lieu est défini par ses occupants, Shenzhen est une ville d'immigrants, il offre beaucoup plus de saveurs que la plupart des autres villes en Chine", dit Ronald Aai. Avec des gens de toutes les différentes parties de la Chine , ce mélange de gens venus d’horizons divers Shenzhen offre une image multiculturelle . Entre autres avantages de la diversité culturelle cela comprend  une large gamme de cuisines chinoises, de langues normalisées, des infrastructures en croissance rapide et l'ouverture d'esprit de la population.

     

    2226510570.jpg

     

     

    5. les Influences :


    Ces dernières années, Shenzhen a vu une explosion des bacheliers poursuivant l'enseignement complémentaire à l'étranger. Les rapatriés d'outre-mer, « haigui », sont donc devenus une vaste communauté  dans la ville qui joue un rôle crucial dans le développement de la ville. En fait, Shenzhen a établi le plus puissant réseau Haigui dans le pays. Ces haiguis avec les meilleures compétences de langues étrangères et des compréhensions plus fortes de l'économie mondiale reviennent à Shenzhen pour y créer des entreprises qui alimentent la nécessité des marchés nationaux et internationaux. Shenzhen attire également un grand nombre d’ étrangers qui viennent ici pour mettre en place leur propre interprétation de « maison »: le Portofino Shenzhen est une ville résidentielle magnifique imitant le style de la célèbre Piazzetta italienne.

    shen.png

     

     

     

    foxconn-rallies-10-560x372.jpg

    A SUIVRE....

     

  • La Chine exempte les acheteurs de voitures électriques de taxes à l'achat

    FOREIGN201407101618000583297354187.jpg

    La Chine va exempter les acheteurs de voitures électriques de taxes à l'achat dans le cadre des mesures d’Etat élargies destinées à stimuler les ventes de véhicules, a-t-il été annoncé lors d'une réunion exécutive du Conseil des Affaires de l'Etat, qui a eu lieu mercredi.

     

    Du 1er septembre prochain à la fin de 2017, le Gouvernement va donc renoncer aux taxes sur les achats d’autos pour les véhicules à énergies nouvelles, qui en Chine désignent toutes les voitures électriques, véhicules hybrides rechargeables et à pile à combustible, a-t-il été précisé lors de la réunion, dirigée par le premier ministre Li Keqiang.

     

    Le développement de ces véhicules est d'une importance cruciale pour soulager la dépendance énergétique de la Chine, lutter contre la pollution de l'air, stimuler la demande locale et soutenir l'industrie automobile, a-t-il encore été ajouté.

     

    Enfin, toujours lors de la réunion, il a été dit que ces mesures seront un scénario gagnant-gagnant pour le secteur, car elles permettront de soutenir l'industrie automobile locale et de protéger l'environnement. 

     

    Les véhicules à énergies nouvelles sont importantes pour l'indépendance énergétique de la Chine, aussi Beijing va-t-elle « consacrer davantage de ressources pour les encourager », a déclaré Cai Linlin, analyste automobile émérite à Shanghai.

     

    « Cette exemption va au-delà des attentes, car le gouvernement devrait déployer une série de mesures avant que les ventes de véhicules électriques ne décollent », a déclaré M. Cai.

     

    La Chine compte actuellement environ 70 000 véhicules à énergies nouvelles en circulation après cinq ans d’encouragement, bien loin des souhaits du Gouvernement central d’atteindre un chiffre de 500 000 d'ici à 2015.

    Comme on le voit, la Chine est à l'avant-garde quand il s'agit de prendre des mesures environnementales , il faut dire aussi que la Chine a les pouvoirs de se donner les moyens.

    PC110376-001.JPG

    PC110398.JPG

  • Peugeot va ouvrir une nouvelle usine à Chengdu, la quatrième en Chine

    001fd04cfc22151f412d0f.jpg

    Le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën a annoncé hier sa décision d'établir avec son actionnaire chinois Dongfeng sa quatrième usine chinoise à Chengdu, capitale de la province du Sichuan (ouest).

    Les partenaires possèdent déjà trois usines à Wuhan, chef-lieu du Hubei, dont la capacité de production est de 750 000 voitures par an.

    La construction de la nouvelle usine débutera au cours du deuxième semestre de 2014 et permettra au groupe de produire 1 million de véhicules en Chine en 2016, a déclaré PSA dans un communiqué.

    Le nouveau site sera dédié à l'assemblage de véhicules hybrides – entre la voiture et le véhicule utilitaire sportif – et de véhicules tout-terrain commercialisés sous les marques Peugeot et Citroën, mais également sous la marque de Dongfeng, Fengshen.

    Le gouvernement central chinois encourage actuellement les constructeurs à établir de nouvelles usines dans l'ouest du pays afin de stimuler le développement de la région.

    PSA et Dongfeng espèrent vendre plus de 650 000 véhicules cette année dans l'Empire du Milieu, premier marché automobile du monde.

    Ils prévoient en outre d'élever ce chiffre à 1,5 million d'ici 2020, grâce à une coopération renforcée qui a récemment récent conduit Dongfeng à entrer au capital de PSA. L'Etat français a également acheté une partie du groupe, la famille Peugeot ayant vu sa participation diluée.

    Le groupe est confronté à de graves difficultés financières, et porte une attention croissante à la Chine, en cherchant à se diversifier hors du marché européen saturé.

    PSA a également une joint-venture avec le groupe chinois Changan de Shenzhen.

    Le constructeur automobile français PSA Peugeot Citroën a annoncé hier sa décision d'établir avec son actionnaire chinois Dongfeng sa quatrième usine chinoise à Chengdu, capitale de la province du Sichuan (ouest).

    Les partenaires possèdent déjà trois usines à Wuhan, chef-lieu du Hubei, dont la capacité de production est de 750 000 voitures par an.

    La construction de la nouvelle usine débutera au cours du deuxième semestre de 2014 et permettra au groupe de produire 1 million de véhicules en Chine en 2016, a déclaré PSA dans un communiqué.

    Le nouveau site sera dédié à l'assemblage de véhicules hybrides – entre la voiture et le véhicule utilitaire sportif – et de véhicules tout-terrain commercialisés sous les marques Peugeot et Citroën, mais également sous la marque de Dongfeng, Fengshen.

    Le gouvernement central chinois encourage actuellement les constructeurs à établir de nouvelles usines dans l'ouest du pays afin de stimuler le développement de la région.

    PSA et Dongfeng espèrent vendre plus de 650 000 véhicules cette année dans l'Empire du Milieu, premier marché automobile du monde.

    Ils prévoient en outre d'élever ce chiffre à 1,5 million d'ici 2020, grâce à une coopération renforcée qui a récemment récent conduit Dongfeng à entrer au capital de PSA. L'Etat français a également acheté une partie du groupe, la famille Peugeot ayant vu sa participation diluée.

    Le groupe est confronté à de graves difficultés financières, et porte une attention croissante à la Chine, en cherchant à se diversifier hors du marché européen saturé.

    PSA a également une joint-venture avec le groupe chinois Changan de Shenzhen.

    PHO68662f1e-cafc-11e3-8387-e77a858ce422-805x453.jpg

    Un employé chinois manœuvre une DS5, sortie des lignes de production de l'usine Capsa, une joint-venture initiée par PSA et Changan, à Shenzhen, dans le sud de la Chine