shanghai - Page 3

  • Chine : la valeur des Bourses de Shanghai et de Shenzhen en augmentation de 6,9 % en une semaine

    Pudong_district_roads_traffic_skyscrapers,_Shanghai.jpg

    Shanghai Stock Exchange Building

    La croissance du marché boursier chinois a entraîné une forte augmentation sur le marché de la capitalisation des Bourses de Shanghai et de Shenzhen.

    Shanghai et Shenzhen sont les deux plus grandes villes de Chine au niveau économique et financier. Ce sont les deux seules villes à détenir une bourse et qui ,au niveau mondial, se placent depuis cette année , respectivement aux troisième et cinquième places .

    On peut se demander comment et pourquoi , tout ce que touchent les Chinois se transforme en or.

    La valeur du marché des Bourses de Shanghai et de Shenzhen a atteint 35.000 milliards de yuans (5.700 milliards de dollars) vendredi, en hausse de 6,9% par rapport à la semaine précédente. Le prix moyen de toutes les actions a augmenté de 6,93% durant la semaine pour atteindre 9,6 yuans.

    La capitalisation boursière du marché des actions de la Chine a détrôné la semaine dernière celle du Japon pour devenir la deuxième plus grande du monde, après les Etats-Unis. La valeur du marché boursier de Shanghai a atteint 22.000 milliards de yuans à la clôture de la bourse vendredi, soit en hausse de 9,6% par rapport à la semaine précédente. La valeur des actions en circulation cette semaine a connu une croissance de 7,8% pour atteindre 29.400 milliards de yuans. Plus de 60 actions cotées à Shanghai et Shenzhen ont connu une croissance de 10%, atteignant ainsi la limite journalière.

    Un nouveau record mondial des transactions quotidiennes a été atteint vendredi. Avec un chiffre d'affaires des deux bourses totalisant 1.070 milliards de yuans, ce nouveau record bat l'ancien datant de mercredi et qui totalisait 915 milliards de yuans.

    Les transactions réalisées sur les deux bourses ont atteint respectivement 639 milliards et 435 milliards de yuans.

    La croissance a été principalement dynamisée par la réduction du taux d'intérêt en novembre.

    De nombreux établissements s'attendent à une réduction du taux de réserves obligatoires prochainement pour certaines banques, ce qui aidera à libérer davantage de fonds sur le marché des capitaux.

    Shenzhen_walk_02.jpg

  • Exemption d'impôt sur les bénéfices boursiers sur la plateforme commune "Shanghai-Hong Kong stock Connect"

    hk.jpg

    Les investisseurs chinois seront exemptés d'impôt sur leurs revenus grâce au prochain programme pilote "Shanghai-Hong Kong Stock Connect", indique vendredi un communiqué officiel.

    Le ministère des Finances et les régulateurs boursiers ont annoncé que les investisseurs individuels seraient exemptés de l'impôt sur les revenus personnels issus des bénéfices boursiers sur la plate-forme d'échanges commune "Shanghai-Hong Kong stock Connect" du 17 novembre 2014 au 16 novembre 2017.

    Les régulateurs boursiers de la partie continentale et de Hong Kong ont annoncé à l'aide d'un communiqué conjoint que la plate-forme serait opérationnelle à partir du 17 novembre.

    Ce programme pilote permettra aux investisseurs d'effectuer des transactions boursières sur les deux marchés, via des sociétés boursières locales.

    hk.jpg

    Selon un communiqué conjoint publié par la Commission de contrôle boursier de Chine (CCBC) et la Commission des valeurs mobilières et des marchés à terme de Hong Kong (SFC en anglais), le lancement du programme pilote permettant l'accès mutuel entre les marchés boursiers de Shanghai et de Hong Kong a été approuvé.

    Depuis le 10 avril, la CCBC et la SFC ont étroitement collaboré pour préparer le programme pilote.

    Les règlements nécessaires en matière d'échanges et de compensations, les mécanismes concernant le quota quotidien et le quota global, ainsi que d'autres arrangements ont été finalisés.

  • De jeunes Carolos triomphent en Chine, ils seront invités à nouveau pour enflamer Beijing pour le Nouvel An

    Des jeunes de Charleroi en Belgique ont été choisis pour deux spectacles de mapping à Beijing et Shanghai.

    Emballés par  leur succès et la qualité de leurs spectacles , la municipalité de Beijing les a engagés pour animer

    les soirées au fameux "Nid  d'Oiseau" de Beijing , lors du Nouvel An cette année. Le Nid d'Oiseau n'est autre que la stade olympique , inauguré en 2008 , et qui est devenu un des hauts lieux du tourisme pékinois.

    beijing_national_stadium_nid_d_oiseau.jpg

    Quand culture chinoise et occidentale se rencontrent. Quand la musique classique , la musique chinoise et la musique techno se mélangent avec talent.

    Le mapping vidéo est une animation visuelle projetée sur des structures en relief. Ceci en 2 ou 3D.

    Par exemple ci-dessus sur le Temple du Ciel, sur des églises, sur un bâtiment privé comme à Shanghai.

    C'est un spectacle de jeux et lumières utilisant l'informatique et la vidéo.

     

     
    Dirty Monitor
    • Adresse : Rue de Marcinelle 30, 6000 Charleroi
       

    Voyez leur page sur Facebook 

  • Des marques de prêt-à-porter haut de gamme, telles qu'Armani, Ralph Lauren et Fendi.échouent aux tests de qualité à Shanghai

    shanghai 2010 399.jpg

    Parmi les fabricants dont les vêtements ont été recalés aux derniers tests de qualité des autorités de Shanghai figurent des marques de prêt-à-porter haut de gamme, telles qu'Armani, Ralph Lauren et Fendi.

    Les produits d'autres marques internationales et détaillants réputés ont également été pénalisés par les autorités, c'est le cas de certains vêtements Marks & Spencer, Lacoste et Muji.

    Les problèmes répertoriés concernent la teneur en fibres textiles, la solidité de la couleur, les niveaux excessifs de formaldéhyde, le pH élevé et les erreurs d'étiquetage de certains vêtements, selon un communiqué du Bureau administratif industriel et commercial de Shanghai.

    Les vendeurs concernés ont dès lors reçu la consigne de retirer immédiatement tous ces produits de leurs rayons.

    Les responsables du Bureau ont examiné un total de 226 lots de vêtements et découvert que 65 d'entre eux ne répondaient pas aux normes de qualité nationales.

    Les vêtements de plusieurs grandes marques ont été recalés aux tests sur la teneur en fibres textiles.

    Il s'agit notamment de manteaux pour homme Fendi vendus dans la boutique de la maison italienne au Plaza 66 de Shanghai, de manteaux pour femme Ralph Lauren provenant du centre commercial Reel Mall, de vêtements de sport disponibles dans la boutique Lacoste de l'Orient Shopping Center à Nanjing Road, et de chapeaux et robes vendus dans la boutique de l'enseigne japonaise Muji de l'Infinite Plaza.

    L'étiquetage de ces vêtements ne correspondrait pas à leur véritable composition.

    En outre, les pantalons et chemisiers Marks & Spencer vendus dans le centre Wanda Plaza du quartier Wujiaochang présentent quant à eux des défauts au niveau de la solidité de la couleur, précise le Bureau.

    Des erreurs d'étiquetage ont encore été repérées dans un lot de vêtements de la boutique Diesel du district de Jing'an.

    Les autorités conseillent dès lors aux consommateurs de toujours vérifier attentivement les étiquettes et la qualité des vêtements qu'ils achètent.

  • Vingt-sept universités chinoises , dont 19 qui améliorent leur classement,dans l'élite mondiale

    ECH21297063_1.jpg

    Quiconque a sillonné la Chine récemment n'a pas manqué de le constater : les universités y sont particulièrement choyées. Partout, des bâtiments modernes, des espaces verts, des gymnases, des stades. Bref, de véritables universités « à l'américaine ». Rien à voir avec les campus tristes et délabrés d'il y a encore une (petite) dizaine d'années. Ce changement d'allure rapide ne doit rien au hasard. Car la Chine a décidé d'investir à fond dans la matière grise. Il y a sept ans, elle a lancé un vaste programme pour se doter de 72 universités de rang mondial, dans toutes les disciplines.

    Le classement QS des universités du monde a été publié à Londres le 15 septembre ; il en ressort que 27 universités de Chine continentale figurent désormais dans le top 800 mondial, dont 19 ont amélioré leur position, celle ayant le plus progressé étant l'Université de Xiamen, qui a gagné 105 places, pour passer au 441e rang mondial.

    Peking-University-4-300x225.jpg

     

    L'Université de Tsinghua, qui arrive à la 47e place, est la première université du continent chinois, dépassant l'Université de Pékin, qui n'a pas réussi à entrer dans les 50 premières (classée à égalité au 57e rang).

    En termes de réputation académique mondiale et de réputation auprès des employeurs, l'Université Tsinghua, l'Université de Pékin, l'Université Fudan, l'Université Jiaotong de Shanghai, l'Université du Zhejiang et l'Université de Nanjing ont été classées en tant qu'établissements de premier rang, et figurent dans le top 180 mondial.

    S'agissant de la réputation académique mondiale, par rapport au dernier classement, 23 universités ont maintenu ou amélioré leur position en matière d'indicateurs académiques. Parmi elles, l'Université Huazhong des Sciences et l'Université du Shandong sont celles qui ont enregistré la plus forte augmentation de leur réputation académique dans le monde, gagnant respectivement 101 places (475e) et 102 places (457e) cette année. L'Université du Jilin, (+ 96 places, 451e), l'Université de Nankai de Tianjin (+ 66 places, 272e), l'Université Jiaotong de Xi'an (+ 55 places, 410e) sont également montées dans le classement

    20 universités du continent chinois ont maintenu ou amélioré leur réputation mondiale auprès des employeurs. Parmi elles figurent l'Université du Sud-est, l'Université du Shandong, l'Université Normale de Beijing et l'Université de Shanghai, quatre établissements d'enseignement supérieur du continent ayant enregistré une amélioration très significative en ce domaine. L'Université de Tsinghua et l'Université de Pékin figurent dans le top 20 de cet indicateur.

    university_town_library_shenzhen_rmjm301107_hgesch6.jpg

    Université de Shenzhen- Bibliothèque

     

  • Inauguration d'un mémorial aux réfugiés juifs en hommage aux 13 732 personnes qui ont fui l'Europe ,à Shanghai

    0019b91ed6e015711c163a.jpg

    Un mémorial a été dévoilé hier au Musée des réfugiés juifs de Shanghai, en hommage aux 13 732 personnes qui ont fui l'Europe pour échapper à la persécution nazie durant la Seconde Guerre mondiale.

    La structure comprend une statue de six personnes devant un mur de cuivre de 37 mètres de long et 2,5 mètres de haut, sur lequel ont été gravés les noms des réfugiés juifs à l'abri à Shanghai.

    La statue symbolise les 6 millions de Juifs tués par l'Holocauste, a expliqué hier le sculpteur américain d'origine chinoise He Ning lors d'une conférence de presse.

    Il a déclaré que l'idée d'un mur de noms lui était venue en 2002, lorsqu'il a appris avec Chen Jian, aujourd'hui conservateur du musée, qu'une réunion prévue à San Francisco des réfugiés juifs de Shanghai avait dû être annulée parce que la plupart d'entre eux étaient décédés.

    Ce n'est que lorsque le musée des réfugiés a ouvert ses portes en 2007, sur l'ancien site de la Synagogue Ohel Moshe dans le quartier de Tilanqiao, que les deux hommes ont commencé à penser à construire un mémorial.

    Chen Jian a révélé qu'il cherchait depuis longtemps à trouver une liste complète des réfugiés juifs de Shanghai. Il a baptisé le mémorial « La Liste de Shanghai », en référence au film « La Liste de Schindler ».

     

    aa 9261.JPG

    Les noms ont été recueillis par le musée grâce à l'aide de réfugiés survivants et du consulat israélien à Shanghai. La plupart des réfugiés venaient d'Allemagne, d'Autriche, de Pologne, de République tchèque ou de Lituanie.

    Parmi eux, Sonja Muhlberger, qui a participé à l'élaboration de la liste en signalant au musée l'existence d'une liste figurant dans le livre en langue allemande Exil à Shanghai de 1938 à 1947, qu'elle a révisé en l'an 2000.

    La liste du livre a été rédigée par trois jeunes filles juives employées par les forces japonaises, qui occupaient Tilanqiao pendant la guerre.

    « L'objectif déclaré de l'exercice était un recensement, mais les adolescentes n'ont pas donné tous les noms exacts car elles doutaient du but véritable », a déclaré Mme Muhlberger.

    Cette dame aujourd'hui âgée de 75 ans a expliqué qu'elle avait obtenu la liste d'un homme originaire de Vienne, qui l'avait volé à la police japonaise.

    Pendant la création du mur, Mme Muhlberger a vérifié l'exactitude des noms.

     

    aa 9256.JPG

    Sonja Muhlberger, dont le nom de jeune fille était Krips, est née à Shanghai en 1939, après que ses parents ont fui l'Allemagne. Son père avait passé quatre semaines dans un camp de concentration en Allemagne, mais avait été libéré après avoir promis de quitter le pays.

    Elle a dit se souvenir d'un parent aux Pays-Bas qui les avait aidés en envoyant des formulaires de demande de visa à sa mère.

    Après son emprisonnement en camp de concentration, son père n'a jamais oublié l'expérience d'être réduit à un nombre par les nazis.

    La famille Krips est retournée en Allemagne en 1947 avec un grand groupe de réfugiés juifs. Tous leurs noms, y compris celui du frère cadet de Sonja, qui est né à Shanghai, sont désormais inscrits sur le mur.

    Un touriste allemand était hier parmi les premiers à voir le nouveau mémorial, sur lequel est inscrit le nom de son défunt oncle, Josef Kahn.

    « Le mur est très impressionnant, et je suis heureux d'y voir le nom d'un membre de ma famille », a-t-il déclaré.

     

    aa 9238.JPG

    aa 9245.JPG

    Merci à monsieur Huang Ming qui a œuvré auprès de la municipalité de Harbin afin que l'on ouvre spécialement

    et exceptionnellement  le cimetière juif de Harbin pour votre serviteur.

     

  • Mister Bean se fait remarquer à Shanghai

    FOREIGN201408221700000387569553422.jpg

    Mr. Bean» vient de se rendre pour la première fois en Chine. Lors de sa visite de trois jours dans le pays (du 19 au 21 août), le célèbre humoriste britannique n'a pas manqué de s'illustrer, en dansant notamment avec plusieurs femmes d'un âge moyen sur une place à Shanghai.

    Le créateur et interprète du personnage de Mr. Bean, a confié qu'il ne jouera plus ce rôle le jour où il sentira n'être plus aussi souple et agile.

     

    Rowan Atkinson a également reçu de nombreuses invitations de sociétés chinoises pour des coopérations de films. 

    FOREIGN201408221700000385696884151.jpg

    FOREIGN201408221700000389717734667.jpg

    FOREIGN201408221700000393282321042.jpg

    FOREIGN201408221700000399739654046.jpg

    FOREIGN201408221700000393538911844.jpg

  • Beijing,Shanghai et Shenzhen les villes les plus charitables de Chine

    sans-titre 10.png

    Gala de charité à Beijing

    En fait de charité, la deuxième plus grande économie du monde est en retard pour ce qui est des dons de charité par rapport à la plus grande économie du monde, les États-Unis.

    La Chine est très en retard quand il s'agit de dons de temps et d'argent.

    Le pays doit s'inspirer des trois villes pilotes en la matière, Beijing, Shanghai et Shenzhen. Ces 3 villes à l'économie la plus avancée et développée de Chine sont aussi à la pointe quand il s'agit de charité.

    sans-titre 10.png

    Dans les rues de Shenzhen

    Beijing arrive en tête du nouveau classement des villes les plus charitables de Chine publié samedi par le ministère chinois des Affaires civiles.

    Le classement comprend 294 villes chinoises et est basé sur six critères, à savoir les dons non publics, les services volontaires, les organisations caritatives, le soutien gouvernemental et la culture philanthropique.

    La capitale chinoise arrive en tête du classement, suivie par Shanghai et Shenzhen.

    L'indice de charité a été créé en 2007 par le ministère et son institut de recherche. C'est le troisième classement à être publié après ceux de 2011 et 2012.

    sans-titre 10.png

    Chen Guqngbiao, célèbre bienfaiteur chinois.

    La Chine s'est classée 133e sur 135 pays pour les dons, et dernière pour le bénévolat, selon le World Giving Index 2013, une enquête annuelle de la Fondation pour l'aide de charité.

     Mais nous devons garder à l'esprit que de simplement avoir la capacité de faire des dons ne veut pas dire qu'il y ait une incitation. La motivation pourrait être fournie par le gouvernement ou sous la forme d'avantages fiscaux, mais il n'y a pas grand-chose à ce niveau. »  a déclaré Huang Yanzhong, chercheur principal pour la santé mondiale au Council on Foreign Relations de New York.

    Etant donné qu'il n'y a pas de droits de succession en Chine, certains entrepreneurs n'hésitent pas à garder leur argent dans leur famille immédiate, a déclaré Dien S Yuen, directrice générale de Kordant Philanthropy Advisors, une société mondiale de consultation et de recherche sur la philanthropie qui est basée à San Francisco.

    sans-titre 10.png

    A Shanghai , une société remet un chèque de 20 millions de yuans

    à un organisme de charité.

  • La première clinique de chirurgie esthétique coréenne ouvre à Shanghai, de plus en plus de Chinoises subissent des opérations de chirurgie esthétique

    F201308271603172399626480.jpg

    Un médecin de l'hôpital de chirurgie esthétique Shuguang de Jiaxing, dans la Province du Zhejiang, prépare un insert artificiel pour une opération du nez. La Chine occupe le premier rang en Asie et le troisième rang mondial, après les États-Unis et le Brésil, dans le nombre d'opérations de chirurgie esthétique.

    La première clinique de chirurgie esthétique conjointement investie par la Corée du Sud et la Chine à Shanghai ouvrira officiellement le mois prochain, dans un contexte où plus de Chinois sont décidés à passer sous le bistouri pour améliorer leur apparence.

     

    Les clients chinois représentent aujourd'hui 60% du marché de la chirurgie esthétique en Corée du Sud, a souligné Yang Yunyun, chef de projet pour l'Hôpital esthétique Saint Baum dans le pays.

     

    Des données de l'Ambassade sud-coréenne en Chine montrent qu’environ un million de Chinois ont obtenu un visa de tourisme médical pour se rendre en Corée du Sud en 2012. Une partie importante d'entre eux se sont fait refaire les paupières , le nez ou le menton.

     

                                     

                                                         Quand la chirurgie rime avec le shopping

     

     

     

    0019b91ec981154198f52c.jpg

    Se faire débrider les yeux et gommer le menton prognathe , sont les opérations les plus fréquentes.

     

    Mais dès son ouverture, l'hôpital de Yang est prêt à renverser cette tendance.

     

    «Tous les patients ne sont pas forcément prêts a être opérés dans un pays étranger. Beaucoup préfèrent le faire dans un environnement familier, comme pouvoir passer sa convalescence à la maison, procurant un véritable sentiment de sécurité et de détente, et c'est là que nous intervenons », a déclaré Yang.

     

    Saint Baum, situé dans le nord du Bund de Shanghai, représente un investissement de 10 milliards de wons (9,7 millions de dollars), dont 70% provenant de la compagnie Enjines Ltd Saint Baum en Corée du Sud, et 30% de deux firmes chinoises. L'établissement privé prévoit de se rendre public en Chine dans les cinq ans à venir, a noté le responsable.

     

    De nombreux salons de beauté en Chine affirment utiliser des traitements coréens ou recruter des médecins sud-coréens, mais Saint Baum est le premier hôpital créé par une entreprise coréenne à obtenir une licence auprès des autorités de Shanghai. La clinique a embauché plusieurs médecins supérieurs sud-coréens, chacun étant titulaire d'une licence de médecin étranger en conformité avec les autorités sanitaires chinoises.

     

    Il est plutôt difficile d'estimer annuellement le nombre de personnes en Chine ayant subi une chirurgie esthétique, le fait que ces opérations ne sont pas effectuées dans des hôpitaux agréés.

     

    Mais, selon la Société internationale de chirurgie plastique et esthétique, la valeur du marché chinois a dépassé les 300 milliards de yuans (45 milliards de dollars) en 2011, soit 0,6% du PIB, et est actuellement en plein essor avec une croissance annuelle de 40%.

    0019b91ec9811541995c3a.jpg

     

     

  • L'Administration des produits alimentaires et pharmaceutiques de Shanghai a suspendu les activités d'une entreprise alimentaire soupçonnée de fournir de la viande avariée aux restaurants McDonald et KFC

    0019b91ec9811537001b23.jpg

    L'Administration des produits alimentaires et pharmaceutiques de Shanghai a suspendu les activités d'une entreprise alimentaire soupçonnée de fournir de la viande avariée aux restaurants McDonald et KFC.

    Plus tôt dimanche, l'Administration avait ordonné que tous les produits de viande qui sont fournis par la Shanghai Husi Food Co., Ltd soient retirés des tablettes pour des raisons de sécurité.

    Les médias locaux ont rapporté que l'entreprise retraitait les produits de viande qui avaient dépassé leur durée de conservation et les fournissait à des chaînes transnationales de restauration rapide, y compris McDonald, KFC et Pizza Hut.

     

    0019b91ec9811537002625.jpg

    Les journalistes qui ont réussi à entrer dans les ateliers de Husi ont dit avoir vu des preuves claires que du bœuf et du poulet avariés étaient réemballés après traitement et que leur durée de conservation était prolongée pour une autre année.

    Les enquêteurs envoyés par l'Administration des produits alimentaires et pharmaceutiques de Shanghai sont arrivés à 19 h 30 à l'usine de l'entreprise dans une ville industrielle du district de Jiading, mais ils ont été arrêtés à l'entrée principale par des agents de sécurité.

    Les deux parties ont discuté pendant plus d'une heure, jusqu'à ce que les enquêteurs appellent la police.

     

    0019b91ec9811537003128.jpg

    Shanghai Husi Food Co., Ltd, membre du OSI Group des États-Unis, est une compagnie exclusivement étrangère financée avec un capital social de 50,47 millions de yuans.

    Dans un « engagement envers les clients », affiché à l'usine de Shanghai de Husi, la compagnie a promis « un système d'analyse des risques et de maîtrise des points critiques (HACCP) », une approche préventive systématique en matière de salubrité alimentaire, et « un test microbien de routine par échantillonnage ».

    Yang Liqun, directeur général de la transformation poussée chez OSI China, a déclaré que la compagnie dispose d'un système de contrôle de la qualité qui est strict et qu'elle va coopérer à l'enquête.

     

    0019b91ec9811537003127.jpg