etats-unis - Page 3

  • L'amertume du New York Times quant à la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII) créée à l'initiative de la Chine

    Un récent éditorial publié par le New York Times (NYT) représente un parfait exemple de la mentalité amère des Etats-Unis quant à la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (BAII) créée à l'initiative de la Chine.

    Cet article, intitulé "Les alliés des Etats-Unis appâtés par la banque chinoise" teinté de condescendance, qualifie la décision du Royaume-Uni, de l'Allemagne et de plusieurs autres nations européennes de joindre la BAII de "nouvelle ruée vers l'or".

    Si l'on met le sarcasme voulu de côté, il est juste de conclure que c'est le potentiel des bénéfices que peuvent rapporter les investissements dans des projets d'infrastructures en Asie qui a motivé ces alliés des Etats-Unis à embarquer sur le navire de la BAII.

    Comme l'ont remarqué de nombreux experts dans le monde, la Chine, avec sa riche expérience dans le financement et la prise en charge de tels projets dans les grandes régions du monde moins développé, est la seule à pouvoir propulser les investissements dans les infrastructures en Asie.

    Malgré les demandes répétées de Washington à ses partenaires de garder leurs distances de cette banque, qu'il déclare comme ayant des "standards douteux" sur sa gouvernance et ses dispositifs de protection sociale et environnementale, de plus en plus de ses alliés rejoignent maintenant l'initiative chinoise.

    Leurs choix est un vote de confiance pour la Chine, qui a réussi à maintenir trois décennies de succès économique, et s'est préparée à faire de grandes contributions au développement global. Cependant, ce qui rend la BAII si populaire ne s'arrête pas là.

    A la différence d'autres organisations globales d'emprunt déjà existantes telles que la Banque mondiale, dans laquelle les Etats-Unis jouent un rôle dominant et ont un pouvoir de veto, la BAII ne donnera pas de tel privilège à la Chine. Au contraire, tous ses membres participeront dans le processus de décision afin d'obtenir des résultats gagnant-gagnant.

    Ceci dit, la BAII ne cherche cependant pas à affaiblir les institutions établies, mais à les renforcer et à faire progresser de manière plus énergique l'économie mondiale.

    L'Oncle Sam se sent peut-être embarrassé par le fait que non pas un mais plusieurs de ses alliés ont fait fi de ses avertissements et ont adhéré à la BAII, mais comme la "Gray Lady" (surnom du New York Times) l'a indiqué dans son éditorial, "c'est un problème que les Etats-Unis se sont créé tout seuls".

    En effet, les Etats-Unis ont été presque apathiques dans l'avancée des réformes des institutions financières mondiales existantes, au sein desquelles la distribution du pouvoir ne reflète plus la réalité du paysage économique mondial.

    Les députés américains doivent se rappeler que s'ils ne prennent pas le train du changement en marche, ils se feront alors bientôt dépasser par le train lui-même. 

     

                                                          Nouvelles en Bref

    Un nouveau rapport fait état d'un nombre croissant d'attaques contre les sites Internet chinois, mettant en lumière les graves défis auxquels est confronté le pays pour garantir la sécurité d'Internet.

    Le taux de mortalité maternelle de la Chine a chuté à 21,7 pour 100.000 en 2014, contre 23,2 pour 100.000 en 2013, a déclaré vendredi la Commission nationale de la santé et de la planification familiale. Le taux rapporté en 2014 permet au pays d'atteindre la cible fixée dans les Objectifs du millénaire pour le développement, un an avant la date limite. Dans le cadre des objectifs adoptés par les Nations unies en 2000, les pays doivent réduire la mortalité maternelle de trois-quarts d'ici 2015.

    La Chine a fermé 2.446 usines dans le cadre d'une campagne visant à améliorer la prévention des incendies, a annoncé vendredi un responsable du ministère de la Sécurité publique.

     

     

     

  • La paranoïa enfantine des Etats-Unis ne fait qu'affaiblir leurs liens avec la Chine (Xinhua)

    Le gouvernement américain a encore une fois succombé à sa paranoïa face à la Chine en exprimant du scepticisme et des doutes presque réflectifs par rapport à l'initiative chinoise de Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII), après que la Grande-Bretagne a annoncé sa volonté d'adhérer à la banque.

    La Grande-Bretagne a annoncé jeudi espérer devenir le premier pays occidental majeur à se joindre à la BAII, dont le siège sera à Beijing.

    La banque a été inaugurée à Beijing en 2014 pour promouvoir l'investissement dans divers secteurs tels que le transport, l'énergie et les télécommunications.

    Cependant, l'annonce de la Grande-Bretagne a été reçue froidement par Washington, qui a soulevé des inquiétudes quant aux normes de gouvernance et de protection environnementale et sociale de la BAII.

    La réponse du gouvernement américain ne démontre rien d'autre qu'une paranoïa enfantine envers la Chine, une attitude qui, cependant, ne surprend pas vraiment, compte tenu que Washington se complait dans cette mentalité depuis des années.

    Certains politiciens américains ont tendance à percevoir chaque manœuvre de la Chine avec une profonde méfiance. Parfois, ils ne peuvent tout simplement pas se retenir de faire des commentaires irresponsables lorsqu'il est question d'affaires concernant le pays asiatique en émergence rapide.

    Ils ont tendance à fermer les yeux sur les efforts constructifs déployés par le Chine, et il n'y a pas d'exception lorsqu'il est question des initiatives de la Chine de créer la Zone économique de la Route de la Soie et la Route maritime de la Soie du 21e siècle lancées en 2013 ainsi que le Fonds de la Route de la Soie conçu pour financer ces initiatives.

    Il semble qu'il faut rappeler au gouvernement américain que la partialité et la méfiance stratégique profonde contre la Chine n'aident aucunement à l'établissement de relations saines avec la Chine.

    D'ailleurs, une méfiance aussi profonde, ou paranoïa, ne ferait qu'empêcher les deux pays de restreindre leurs divergences et d'élargir leur coopération dans plusieurs domaines, et finalement mettrait en péril les efforts d'établissement d'un nouveau type de relations entre pays majeurs.

    Il est impératif pour Washington de changer sa mentalité et de se débarrasser de sa paranoïa envers la Chine.

    Après tout, ce dont les deux pays ont besoin est un nouveau modèle de relations réciproques marquées par la coopération et les résultats gagnant-gagnant, ce qui pourrait apporter des bénéfices réels aux peuples des deux pays.

    Cela ne peut être accompli que grâce à un travail acharné, des efforts conjoints et par-dessus tout, une confiance mutuelle.

     

                                             Nouvelles en Bref

      Le commissaire d'Expo Milano 2015, Giuseppe Sala, a indiqué que la Chine serait le pays le mieux représenté lors de l'exposition universelle de 2015 à Milan.

    Zhou Mingwei : la communication internationale doit se perfectionner pour mieux rapporter les réalités chinoises.

    Selon des internautes, la centrale électrique Huaneng, située à Sihui, dans l'est de la capitale chinoise, a pris feu vers 15h vendredi. La cause de l'incident et le nombre des blessés restent imprécis jusqu'à présent. Plusieurs hélicoptères ont participé aux opérations de secours.

     

  • Organisation mondiale du commerce (OMC) : la Chine gagne son procès contre les USA

    2013-01-02usa-chine-pacifique-armee2_0-1728x800_c.jpg

    Les installations de militaires américains pour contrôler et intimer la Chine

    La Chine a définitivement remporté devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC), jeudi, le conflit qui l’oppose aux Etats-Unis concernant les mesures antidumping imposées par Washington sur certains de ses produits.

    Le département américain du Commerce «agit de manière incompatible» avec les règles de l’OMC, a indiqué dans son rapport rendu public le panel (groupe spécial) chargé d’arbitrer ce différend commercial après un appel de la Chine. Cette décision renforce la victoire obtenue par la Chine en première instance, à la mi-juillet. A l’époque, le panel avait déjà constaté que les mesures prises par les Etats-Unis dans ce dossier n’étaient «pas compatibles» avec l’accord SMC (accord sur les subventions et les mesures compensatoires).

    La décision de jeudi est donc définitive, obligeant les Etats-Unis à changer leurs dispositions pour se mettre en conformité avec l’accord SMC. La valeur d’exportation des produits concernés par les mesures antidumping américaines tourne autour de 7,2 milliards de dollars, selon le ministère chinois du Commerce.

    L’affaire remonte à avril 2012, quand le panel a été mis en place à la demande de la Chine. Les produits chinois concernés par les mesures américaines sont le papier, l’acier, les pneus, les aimants, les produits chimiques, les fournitures de cuisine et les parquets. Les Etats-Unis avaient expliqué leurs mesures antidumping contre les produits chinois par le fait qu’elles étaient nécessaires pour contrecarrer les subventions versées par la Chine à certains secteurs industriels.

    Nous ne doutons pas que les va-t-en-guerre que sont les Américains ont déjà dans leur réserve l'une ou l'autre mesure pour agacer les Chinois. Provoquez,provoquez , il en restera toujours quelque chose dit-on  à Washington.

  • Cette fois, c'est officiel, la Chine est la première puissance économique mondiale

    CHINE-N°1-ETATS-UNIS-SUR-LE-DECLIN-prophétie-de-Charles-de-Gaulle.png

    Pour les Etats-Unis, c’est sans doute une nouvelle qui ne sera pas facile à admettre : ils ne sont plus les n° 1, mais les n° 2. Oui, c’est aujourd’hui officiel, l'économie chinoise a dépassé celle des États-Unis pour devenir la plus grande du monde. Pour la première fois depuis la présidence d’Ulysses S. Grant, c’est-à-dire depuis près de 150 ans, l'Amérique n’est plus la première puissance économique de la planète. C’est un évènement capital, et pourtant il est passé quasiment inaperçu.

     

    Le Fonds Monétaire International a en effet récemment publié les derniers chiffres de l'économie mondiale. Et quand on mesure la production économique nationale en termes « réels » de biens et services, le PIB de la Chine se monte cette année à 17 632 milliards de Dollars US contre 17 416 milliards de Dollars US pour les Etats-Unis. Pour mesurer l’incroyable chemin parcouru par la Chine, il suffit de rappeler qu’en l’an 2000, les Etats-Unis produisaient encore trois fois plus qu’elle!!!

     

    Si on regarde les chiffres différemment, la Chine représente désormais 16,5% de l'économie mondiale, mesurée en termes de pouvoir d'achat réels, par rapport à 16,3% pour les États-Unis. Ce nouveau séisme économique suit celui de l'année dernière lorsque la Chine a dépassé les Etats-Unis pour la première fois en termes de volume de commerce mondial.

    Un économiste précis remarquera en outre que le contenu du PIB (donnée statistique qui additionne « des choux et des carottes ») n’est pas du tout identique entre la Chine et les États-Unis. Le PIB chinois comporte une grosse proportion de production industrielle, donc de biens réels et tangibles, alors que le PIB des États-Unis comporte une part écrasante de services immatériels ou de services de consommation et de distribution.

    Tout un chacun peut comprendre que la position chinoise est donc d’ores et déjà beaucoup plus puissante et solide que la position américaine. Parce que produire des biens tangibles est une source active, solide et pérenne de production de richesses, alors que ne faire que les financer, les vendre ou les consommer est une source passive, fragile et éminemment provisoire de production de richesses.

    Ces calculs ont été faits en parité de pouvoir d'achat, afin de trouver une valeur commune pour comparer des richesses de différents pays, puisque les niveaux de vie, notamment entre la Chine et les Etats-Unis sont très différents. De fait, en termes de PIB nominal, c'est-à-dire strictement de richesses créées, les Etats-Unis restent loin devant la Chine avec environ 17. 500 milliards de Dollars US en 2014, contre 10 000 milliards de Dollars US pour celle-ci, qui reste aussi très loin en termes de PIB par habitant, ne pointant qu'à la 89e place. Il n’empêche, les chiffres sont là.

     L’humanité a vécu dans un monde dominé par les Etats-Unis depuis au moins 1945 et peut-être même, si on y regarde bien, depuis la fin du 19ème siècle. De même qu’elle vécu pendant 200 ans -depuis la bataille de Waterloo en 1815, qui mit un point final à la suprématie de la France sur l’Occident, et donc plus ou moins directement sur le monde- dans une humanité dominée par deux pays, la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Aujourd’hui, la Grande-Bretagne n’a plus, comme la France qui se partagea une bonne partie du monde avec elle, sa puissance d’antan, mais les Etats-Unis restent encore au sommet. Ils ne sont plus seuls désormais!

     

     

  • Si pour la Russie le danger américain est aux portes, pour la Chine il est dans le jardin

    Russie-Chine.jpg

    La politique américaine anti-chinoise en mer de Chine s’accentue jour après jour et ternit in fine les relations économiques trans-pacifiques cordiales. Relations qui, comme en Russie, devront un jour affronter les impératifs de la politique impérialiste du monde occidental.

    Cette politique belliciste occidentaliste possède un mérite, celui de discréditer totalement aux yeux des décideurs politico-militaires russo-chinois, les affairistes libéraux partisans de l’intégration totale de leurs pays via des politiques libérales de libre échange dans le ” monde global marchand “.

    Les premiers effets se font déjà ressentir avec ce rapprochement russo-chinois mais arriveront bientôt à une inévitable conclusion.

    En effet, si l’univers occidental impose sa vision du monde aux autres civilisations et qu’en plus, il étouffe toute aspiration multipolaire, la Chine gourmande en énergie devra se résoudre à se trouver des alliés énergétiques fiables non assujettis à l’Amérique …

    Si la carte “islamienne” semble bien loin aujourd’hui des cercles eurasiens et chinois, elle tendra quasi-naturellement à s’imposer. Libérer les principales réserves de pétroles et de gaz indispensables à son indépendance énergétique de la férule occidentale se transformera petit à petit en un “obligé” pour l’Empire du milieu. Le “nouveau Moyen-Orient” américain deviendra donc inexorablement l’ennemi à abattre pour la Chine.

    Et pour contrer des gouvernements arabes ” libéraux et pro-américains ” honnis de leurs peuples quoi de plus naturel que de soutenir les partisans naissant d’un grand ensemble islamique indépendant mené par des élites formées dans la diaspora musulmane d’Europe ?

    Les rapprochements ne font donc que commencer …

    La Russie va accroître l'utilisation du rouble et du yuan dans ses transactions avec la Chine

     

    133778922_14156064184901n.jpg

    Le président russe Vladimir Poutine a promis lundi que son pays allait utiliser davantage les règlements en roubles et yuans dans ses transactions avec la Chine.

    "La Chine est un de nos partenaires essentiels en Asie-Pacifique. Nous sommes en train de réaliser nos premières transactions en roubles et en yuans. Nous sommes prêts à étendre ces possibilités pour les transactions du secteur de l'énergie", a déclaré M. Poutine dans un discours clé prononcé au sommet des CEO de l'APEC à Beijing.

    "Nos experts étudient actuellement ces options. Une Commission intergouvernementale russo-chinoise pour la coopération d'investissement est également opérationnelle", a-t-il annoncé.

     

  • Pourquoi Chine et Russie ont tout intérêt à collaborer contre l'hégémonie américaine en Asie

     

     

    sans-titre.png

    La Chine deviendra, à la fin de cette année, la première économie du monde, menaçant le statut de leader militaire des Etats-Unis dans l’ouest du Pacifique. Les Etats-Unis ne maintiennent leur statut actuel que par parce qu’ils mettent tout en œuvre pour contenir la puissance économique chinoise en déployant des forces militaires considérables dans les Océans Indien et Pacifique.

    Les voies de navigation maritime de la flotte militaire de la Chine consistent à sortir dans l’océan Indien, à travers les détroits de Malacca et de la Sonde et, du côté de l’océan Pacifique par le biais des Iles Babuyan (entre le nord des Philippines et Taïwan) ou par l’espace situé entre l’archipel japonais d’Okinawa (Ryukyu) et l’île de Taïwan ; du côté de la mer du Japon la sortie se fera à travers l’espace situé entre le Japon et la Corée du Sud. La stratégie américaine dans le Pacifique a été expliquée de manière plus large dans ces deux articles :

    http://reseauinternational.net/la-Chine-se-prepare-a-une-invasion-de-grande-envergure-partie-12/

    http://reseauinternational.net/la-Chine-se-prepare-a-une-invasion-de-grande-envergure-partie-22/

    Une étude scientifique du Centre Arroyo, de la prestigieuse institution RAND Corporation, a été commandée récemment par le Pentagone, et est intitulée « Installation de batteries antinavires basées dans l’Ouest du Pacifique. » Le staff des scientifiques et des chefs des groupes de travail de la RAND Corporation est composé de dizaines de généraux et d’amiraux de réserve américains dont le professionnalisme a été prouvé dans les guerres menées durant ces dernières décennies par l’armée américaine.

    Les travaux mentionnés ci-dessus partent du principe que seule la création d’un dispositif complet de surveillance et de réaction immédiate peut intimider la Chine et la maintenir prisonnière dans sa petite boîte. Seulement la diversité des missions dans ce théâtre va bien au-delà des capacités du dispositif aéronaval actuellement déployé dans le Pacifique occidental par les Etats-Unis et ses alliés. Les auteurs du rapport définissent les principales caractéristiques d’une nouvelle stratégie basée sur un système défensif, créé à partir de centaines de batteries antinavires basées au sol, comme partie intégrante de la préparation d’un alignement continu formant un blocus pour interdire aux flottes chinoises l’accès aux points de passage obligés représentés par les détroits navigables. Puisque, à l’heure actuelle, l’armée américaine a déjà placé des batteries antinavires basées au sol dans la région, le rapport appelle à la création de ce système défensif, configuré sur les chaînes d’îles qui permettent un contrôle de la ligne du blocus dans la région Asie-Pacifique.

    http://www.Rand.org/content/Dam/Rand/pubs/technical_reports/TR1300/TR1321/RAND_TR1321.pdf

    La publication du rapport a coïncidé avec le déploiement par le Japon d’un nouveau dispositif défensif, composé de cinq batteries de missiles antinavires Type-88, sur l’île de Miyako et sur quelques autres îles de l’archipel d’Okinawa (Ryukyu). Plus précisément, dans le détroit entre Okinawa et Miyako, long de 300 km, une des principales voies d’accès de la Marine chinoise dans l’océan Pacifique et de là vers les Etats-Unis. Le missile Type-88 a une portée de 150 km et est similaire au Harpoon américain. En outre, le Japon a annoncé son intention de nationaliser 280 îles afin d’étendre ses missiles antinavires.

    Location_of_the_Ryukyu_Islands

    Avec tout le respect qui est dû au caractère scientifique du rapport, il semble incomplet. Pour analyser l’efficacité du nouveau concept, il devrait être modélisé mathématiquement en tâchant de voir comment la ligne des batteries antinavires affecte la neutralisation de certains facteurs aléatoires. En se basant sur la réalité du terrain, à savoir qu’afin d’assurer la continuité de cet alignement défensif, 50 % des batteries seront placées sur de très petites îles de 2-4 kilomètres carré, avec des reliefs rocailleux, il n’y a pas de possibilité de déploiement de forces et de défense AA, ou de marines américains pour rejeter d’éventuels raids chinois.

    diaoyu-dao01

    Un exemple concret de l’inefficacité de la nouvelle stratégie des Etats-Unis est l’archipel Senkaku, situé entre l’île de Miyako et Taiwan, consistant en huit îlots appartenant au Japon et qui sont revendiqués, ces derniers temps, de plus en plus agressivement par la Chine.( En fait, ces îlots n'appartiennent pas au Japon et la Chine réclame fermement mais pacifiquement , depuis la fin de la seconde guerre mondiale , la restitution de ses îles -Wang)  Les chinois ont étendu leur action dans la région de la mer de Chine orientale entre Taiwan et le Japon sur les îles Senkaku par la création d’un espace de surveillance aérienne et maritime avec 78 drones. Les appareils sans pilotes chinois effectuent régulièrement jusqu’à 60 vols de reconnaissance dans la journée, avec une durée moyenne de 4 heures, harcelant les équipages de service de combat de l’aviation ennemie, bloquant et interceptant les canaux de communication de l’aviation japonaise et de l’aviation américaine basée au Japon.

    zxzxz

    La Chine a développé au cours des quatre dernières années le plus vaste et le plus complexe des programmes de conception et de construction de drones (avions sans pilote) et qui évolue d’un jour à l’autre.

    http://reseauinternational.net/la-Chine-entraine-les-Etats-Unis-dans-une-spirale-autodestructrice/

    C’est pourquoi la Chine est en mesure de créer, depuis 2014, deux autres zones de surveillance aérienne et maritime. La première est la continuation de celle qui avait été établie en 2013 s’étendant de Taiwan au centre des îles Philippines.

    http://mapper.acme.com/?ll=8, 120 m et z = 6 & t = H & marker0 = 8, 120, Sulu % 20Sea

    La seconde vient prolonger la zone de surveillance précédente mais au nord, dans la mer Jaune et la mer du Japon entre le Japon et la Corée du Sud.

    http://mapper.acme.com/?ll=30, 125 et z = 6 & t = H & marker0 = 30, 125 East % 20China % 20Sea

    Ensuite, pour 2015, la Chine va créer le dernier maillon de la chaîne des zones de surveillance, touchant cette fois sa sortie vers l’Océan Indien à travers les détroits de Malacca et de la Sonde. Ainsi, la Chine suivra à partir de l’air l’emplacement de chaque batterie de missiles antinavires du dispositif américain et pourra, si nécessaire, détruire une partie de celui-ci, pour se créer un couloir pour sa Marine.

    http://mapper.acme.com/?ll=4, 100 et z = 5 & t = H & marker0 = 4, 100, détroit % 20de % 20Malacca

    Le deuxième facteur susceptible de neutraliser, au moins en partie, la ligne des batteries antinavires, est représenté par les forces aériennes de la Chine qui sont de plus en plus puissantes avec une augmentation exponentielle du nombre d’avions de 4e génération ++ et par le nouvel avion chinois de transport lourd, le Xian Y-20, dont le rayon d’action est de 4 500 km, ce qui va bien au-delà de la ligne du blocus. Avec une charge utile maximale de 66 tonnes, le Xian Y-20 a été spécialement conçu pour des opérations d’infiltration par parachutage du 15ème corps aéroporté de la Chine. Le Xian Y-20 est capable de prendre à bord le char chinois (qui pèse 54 t) ZTZ-99A2, similaire au char allemand Leopard 2. Le potentiel financier et technologique de la Chine permet déjà de porter la cadence de production de cet avion à 5-7 appareils par mois. Avec une condition : que la Russie fournisse des moteurs PS-90A21 avec lesquels la Chine doit équiper les appareils Y-20.

    Pour résumer, la Chine a des intérêts communs avec la Russie en Asie du sud-est, c’est à dire retirer les Etats-Unis de ce marché qui représente 60 % de la population mondiale. Sans la technologie militaire de pointe et la fourniture de pétrole et de gaz par la Russie, l’économie chinoise devrait stagner. Le récent plan d’investissement de la Chine en Europe de l’est fait également partie de la politique commune russo-chinois pour casser l’hégémonie américaine.

    Valentin Vasilescu

    Article original en roumain : http://romanian.ruvr.ru/2014_02_15/China-se-pregateSte-sa-sparga-blocada-1108/

  • Éric Zemmour : La vraie guerre froide se situe entre la Chine et les États-Unis

    ZEMMOUR-RTL1-660x330.jpg

    Eric Zemmour parle d'or quand il présente le vrai visage  des Etats-Unis. Ils sont responsables de beaucoup de conflits et surtout ils sont dangereux pour la Chine dont ils ont toujours rêvé  voir la partition comme ils ont fait avec l'URSS.

    On aime ou on n'aime pas l'URSS, mais il faut reconnaître que c'est grâce aux Russes que nous fûmes débarrassés d'Hitler. C'est Stalingrad qui fut déterminant pour précipiter la défaite de l'Allemagne.

    Vis-à-vis de la Chine, c'est vrai que la guerre froide n'a jamais cessé depuis que les Communistes chinois ont pris le pouvoir en Chine. Il n'y a qu'à voir comme ils ont déformé et amplifié les incidents de Tian'anmen et comment ils s'en servent encore aujourd'hui pour modeler l'opinion publique occidentale .

    Des étudiants chinois , téléguidés par la CIA , ont entraîné de pauvres bougres dans des actions que le peuple chinois réprouvait. Ces étudiants étaient certains de sortir gagnants après ces incidents. S'ils avaient réussi dans leurs entreprises destructrices , ils auraient occupé de beaux postes dans les différentes parties de la Chine qu'ils auraient réussi à faire éclater. En échouant, ils sont tous devenus milliardaires aux Etats-Unis , récompensés pour services rendus.

    Le régime américain en 1989 se voyait seul gendarme du monde . Il pensait déployer ses tentacules sur toute la planète. Déjà les médias occidentaux présentaient un monde d'où avaient disparu les communistes . C'était compter sans la Chine qui démontre que l'on peut vivre et bien vivre sous un régime communiste . Que s'il y a plusieurs capitalismes , il y a aussi plusieurs communismes , le Président chinois Xi Jinping en est l'incarnation.

    Le show pour Obammao, l'incompétence pour Hollande et le pragmatisme pour Xi Jinping.

     

  • Les Etats-Unis, gendarmes du monde? juste des pompiers pyromanes!

    001fd04cfc2214f7a26406.jpg

    Les différends maritimes font monter les tensions au Dialogue de Shangri-La

    La Chine a vivement réagi aux critiques la visant sur les questions maritimes au Dialogue de Shangri-La, dans un contexte de durcissement de sa politique extérieure.

    « La Chine a la souveraineté sur les îles Xisha et Nansha en mer de Chine méridionale depuis plus de 2 000 ans, ce que savent bien les pays voisins », a rappelé Wang Guanzhong, chef adjoint de l'État-major de l'Armée populaire de Libération (APL) au sommet de dimanche.

    M. Wang a ajouté que les récents conflits ont été principalement causés par la découverte de réserves de pétrole dans les années 1970, a rapporté le quotidien de l'Armée.

    Des chasseurs-bombardiers chinoisJH-7 effectuent des missions régulières pour soutenir les garde-côtes et garder la plateforme pétrolière des îles Xisha, a indiqué le magazine Defense Weekly d'IHS Jane.

    « Les remarques illusoires sont une provocation flagrante visant la Chine. Nous n'avons jamais entamé de conflits, mais nous devons répondre aux provocations lancées par certains pays », a jugé M. Wang.

    Cette réponse intervient après que le Japon et les États-Unis ont prononcé des discours lors du sommet sur les différends en mer de Chine méridionale entre la Chine et ses pays voisins, notamment le Vietnam et les Philippines.

    Plusieurs collisions de navires ont eu lieu entre la Chine et le Vietnam dans les eaux entourant une plateforme pétrolière chinoise opérant près des îles Xisha et ont provoqué des émeutes visant les sociétés étrangères dans les zones industrielles du sud du Vietnam le mois dernier, tandis que le gouvernement vietnamien a annoncé qu'il envisageait de poursuivre la Chine en justice sur cette querelle territoriale.

    Les Philippines ont déjà déposé une action en justice pour régler les différends en mer de Chine méridionale.

    Le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel a déclaré que les États-Unis s'engageaient à rééquilibrer la configuration géopolitique dans la région.

    Le régime étasunien se frotte les mains. Lui qui cherche toute occasion afin de provoquer la Chine.

    « La Chine a entrepris des actions unilatérales et déstabilisantes pour faire valoir ses revendications en mer de Chine méridionale. Nous sommes fermement opposés aux intimidations de tout pays, à la coercition ou à la menace de la force pour faire valoir des revendications », a déclaré M. Hagel.

    Comme toujours les autorités américaines sont là pour jeter de l'huile sur le feu. Mais la Chine est forte et elle ne se laissera plus impressionner.

    M. Wang a qualifié le discours de Chuck Hagel de « plein d'hégémonie, de mots de menace et d'intimidation … visant à créer des troubles et à la provocation. »

    La Chine continuera à renforcer le dialogue et la coordination avec l'ASEAN dans les domaines de la défense et de la sécurité, a assuré M. Wang.

    Jin Canrong, directeur adjoint de l'École des hautes études internationales relevant de l'Université Renmin de Chine, a estimé que l'échange de commentaires « agressifs » pourrait devenir « la norme » entre la Chine et les États-Unis. « Toutefois, les mots durs prononcés en public ne signifient pas que les deux parties vont s'engager dans un véritable conflit », a-t-il ajouté.

    Le Dialogue de Shangri-La, officiellement connu comme le Sommet de la sécurité asiatique, est organisé par l'Institut international des études stratégiques (IISS), un think tank dont le siège est à Londres.

     

  • Les Etats-Unis premier cyber-voleur mondial !!!

    internet-de-robot-de-cyber-taillant-le-voleur-24499356.jpg

    Un général chinois a qualifié mardi les Etats-Unis de premier cyber-voleur mondial, notant que la force américaine de cyber-espionnage devrait faire l'objet d'une mise en examen par les autres pays.

    "Pour ce qui concerne à la fois les renseignements militaires et politiques et les secrets commerciaux, les Etats-Unis sont les premiers cyber-voleurs du monde et leur force d'espionnage devrait être inculpée", a déclaré Sun Jianguo, chef adjoint de l'Etat-major général de l'Armée populaire de Libération (APL) de Chine, en marge d'un séminaire sur la sécurité internationale.

    Le département américain de la Justice a annoncé la semaine dernière la mise en examen de cinq officiers de l'armée chinoise pour cyber-espionnage commercial. "Il est ridicule de la part des Etats-Unis de dire que le cyber-espionnage concernant les renseignements politiques et militaires est une pratique commune alors que l'espionnage des secrets commerciaux est illégal", a-t-il ajouté.

    "Si la sécurité d'un pays est touchée, les renseignements politiques et militaires ne sont-ils pas plus importants que les secrets commerciaux?", a questionné M. Sun.

    "Cette action des américains, c'est un peu comme si 'un voleur criait au voleur', ce qui viole sérieusement les normes guidant les relations internationales et ébranle les relations sino-américaines", a-t-il conclu.

     

     

  • Pour la Chine, il faut moins de révolution de couleur et plus de drapeaux blancs


    Etats-Unis à la conquête de l'Est...

    Ce film nous montre le vrai visage de George Bush, ,c'est lui qui a commencé le travail, mais on sait que c'est Obama qui le continue . Bush et Obama , c'est en matière internationale , bonnet blanc et blanc bonnet.

    Ce film est intéressant à plusieurs ponts de vue. Il nous montre les agissements sournois des Etats-Unis qui

    provoquent des soulèvements dans les pays qui n'acceptent pas leur domination. Sous couvert de droits de l'homme , aidés par des ONG se réclamant des "droits de l'homme" mais dont le but est d'assoir la toute puissance des occidentaux , n'ayant cure des victimes innocentes , les occidentaux mettent ces pays à feu et à sang. Cette vidéo montre la tactique qu'ils utilisent , toujours la même , qui rappelle celle qu'ils ont mise en place à Tian'anmen dans le but de renverser le pouvoir chinois et de dépecer la Chine. Heureusement pour la Chine , leur plan machiavélique a échoué. Heureusement le nombre de victimes fut limité. Les agents provocateurs, aidés et financés par l'occident , eux, maintenant, sont en Amérique et comme par hasard, tous sont millionnaires en dollars.

    Malheureusement , beaucoup de pays paient le prix fort pour assouvir l'appétit de conquête des Etats-Unis et leurs alliés fantoches.

    Les coups de feu qui font rage en Syrie, de même que les tensions en Ukraine et Crimée, démontrent vivement que l'Occident déclenche de façon irresponsable et dangereuse des conflits qu'il ne peut ensuite stopper.

    A cause de l'ingérence partielle de l'Occident, qui a fermé les yeux sur les réalités dans le pays arabe, les troubles, qui auraient pu être résolus, ont rapidement dégénéré en une guerre incontrôlable.

    En trois ans, la guerre a transformé le pays en un cauchemar humanitaire. Selon les chiffres de l'ONU, plus de 100.000 personnes ont été tuées, 680.000 autres blessées et au moins 6,5 millions de personnes ont été déplacées à l'intérieur du pays.

    Les appels à la démocratie et aux droits de l'Homme de l'Occident résonnent encore aux oreilles de la Syrie,

    Les nobles valeurs de l'Occident, utilisées comme prétexte pour une intervention, restent élusives, et ce sont le peuple syrien et leur terre natale qui en paient le prix.

    Malheureusement, la tragédie en Syrie, dans laquelle l'Occident irréaliste et intolérant sanctifie son système comme le seul valable et refuse de reconnaître les actualités spécifiques au pays et la diversité de la civilisation humaine, est en train de se répéter en Ukraine.

    Avec le référendum en Crimée sur la sécession de l'Ukraine, les modes opératoires intolérants et égocentriques de l'Occident poussent à nouveau un pays au bord de la désintégration.

    Cela doit cesser dès maintenant. Trop de sang a coulé et trop de vies ont été sacrifiées pour que l'Occident se déconnecte complètement de la réalité et se conforte dans ses illusions plus longtemps.

    Si l'Occident tient tant à ses institutions, il doit ouvrir les yeux maintenant et empêcher son édifice de se détériorer.

    Les acteurs occidentaux devraient ainsi prendre des mesures sincères pour rejoindre la communauté internationale comme le fait la Chine, afin de mettre un terme immédiat à toutes les violences.

    sans-titre.png