etats-unis - Page 2

  • Les USA voudraient bien voir un changement de régime en Chine

    guerre-droits-lhomme-chine-vs-etats-unis-L-1.jpg

    Les USA voudraient bien voir un changement de régime en Chine, mais ils se rendent compte que le gouvernement en place reste fermement au pouvoir, a rapporté l'analyste politique Eric Draitser dans une interview à Sputnik.

     

    Moscou et Pékin, de plus en plus proches aujourd'hui, qualifient de nombreuses ONG américaines en Russie et en Chine de provocatrices et de destructrices.Il n'est pas étonnant que ces positions fassent l'objet de critiques acerbes par l'Occident et pourtant, Chinois et Russes n'ont pas tord.

    La raison principale d'une telle réaction s'explique par le fait que les ONG américaines représentent le "soft power", ou puissance douce, dans ces pays et partout ailleurs.

    "Les ONG agissent "de facto" en tant qu'armes des services de renseignement et gouvernements occidentaux, qui aident à promouvoir les objectifs de Washington et ses alliés", a expliqué Eric Draitser, analyste géopolitique américain et rédacteur de Stopimperialism.com.

    De cette manière, cela permet aux Etats Unis d'"exécuter des trucs sordides, sans s'impliquer directement."

    Eagle-vs-Dragon_3320469.jpg

     

    M. Draitser a accusé Washington de tentatives de déstabiliser la Chine à travers un réseau de différentes ONG. En particulier, l'analyste a fait valoir que la fameuse "révolution des parapluies", mouvement à Hong Kong, était étroitement liée avec le soft power des USA. De plus, les ONG américaines ont toujours "versé de l'huile sur le feu des tensions ethniques" dans plusieurs régions chinoises, diffusant des informations altérées sur ces régions et dénigrant Pékin. Ce que l'on tente de vous expliquer sur ce blog, depuis des années.

    A la question de savoir si la situation actuelle laisse augurer que Washington projette de déclencher une révolte à la Maïdan en Chine, la réponse de M. Draitser à Sputnik est sans ambiguïté: "Les Etats-Unis apprécieraient un changement de régime chinois, mais ils ne sont pas aussi naïfs pour s'y attendre prochainement," a avoué M. Draitser à Sputnik.

    Répondant à la question sur la capacité de Washington à nuire aux relations sino-russes dans un futur proche, Eric Draitser explique que le rapprochement entre la Russie et la Chine observé actuellement crée sans aucun doute une barrière énorme à l'hégémonie des USA en Asie Pacifique.

    Pendant ce temps, les liens entre la Russie et la Chine se fortifient, notamment en matière d'infrastructure, d'énergie, de sécurité, ou encore en écho à l'initiative de nouvelle route de la soie.

  • Des Américains de moins en moins crédibles, des exécutions de l’EI mises en scène dans des studios américains

    Des hackers du groupe CyberBerkut ont publié une vidéo de l'exécution de prisonniers de l'organisation terroriste Etat islamique (EI), qui, d'après les images, a été filmée dans un studio d’enregistrement.

     

    Les hackers ont expliqué avoir trouvé la vidéo sur un support électronique appartenant à un collaborateur du sénateur américain John McCain.



    "Nous, le groupe CyberBerkut, avons eu à notre disposition un fichier dont il est difficile de sous-estimer l'importance! Cher sénateur McCain, nous vous recommandons de ne plus prendre avec vous des documents secrets dans des voyages à l'étranger, surtout en Ukraine".

    D'après les images de la vidéo, un "prisonnier" est "exécuté" devant plusieurs caméras, sous un éclairage bien choisi. Un acteur, habillé en bourreau du groupe Etat islamique, met un couteau près de la gorge du "séquestré", qui fait mine d'en souffrir.

    Rappelons que depuis août 2014, les terroristes de l’EI ont publié plusieurs vidéos d’exécutions. Leurs victimes étaient pourtant miraculeusement calmes, prononçaient leurs derniers mots et mourraient dans les bras des terroristes. De nombreux internautes ont considéré ces vidéos comme fictives, notamment à cause des réactions des victimes et de la qualité des vidéos.

    Les Américains ont été plusieurs fois blâmés pour avoir fabriqué des vidéos du groupement l'Etat islamique. Ainsi, une étudiante de l'Université de Nevada Ivy Zidrich a affirmé à Jeb Bush que son frère, l'ex président US Georges Bush, avait créé l'organisation de l'EI.



    Ceci n'est pas un plaidoyer en faveur de l'EI que nous condamnons absolument . Il est avéré que l'EI a perpétré des massacres mais ceci est une démonstration que les Américains usent de tous les moyens et ne reculent devant rien pour salir qui ils veulent et quand ils veulent. La propagande est bien l'arme de prédilection des Américains.

    Il en va de même avec la Chine , la Russie et même à l'égard de leurs alliés, les Américains sont d'énormes manipulateurs.

     

    ouïghours.jpg

    Encore récemment, ils ont répandus la rumeur que les minorités musulmanes en Chine, n'étaient en mesure de pratiquer leurs obligations religieuses pendant le Ramadan. En conséquence les Turques maintenant s'en prennent aux Chinois et parfois de manière violente.

    Voici quelques témoignages qui prouvent le contraire.

    Plus de 100 membres du clergé musulman et croyants ont discuté samedi de leurs expériences concernant le Ramadan, à l'Institut islamique du Xinjiang, à Urumqi, capitale de la région autonome ouïgoure du Xinjiang (nord-ouest).

    Wupur Wlayin, membre du clergé d'une importante mosquée d'Urumqi, a indiqué que les croyants priaient cinq fois par jour, comme il est d'usage durant le Ramadan.

    "Le gouvernement nous respecte et nous protège pleinement. Il n'intervient pas dans nos prières ou nos repas en communauté. Il est faux de dire que le Ramadan au Xinjiang fait l'objet de restrictions", a expliqué M. Wlayin.

    Abuduhar Mesut, professeur à l'Institut islamique du Xinjiang, a pour sa part déclaré que son école continuait à se développer avec l'aide des autorités locales.

    "Dix hectares de terrains ont été gratuitement octroyés à l'école afin de construire un nouveau campus. Nous pouvons enseigner à un nombre suffisant d'élèves pour répondre aux besoins des mosquées et associations islamiques du Xinjiang", a indiqué M. Mesut.

    M. Mesut a réfuté l'allégation selon laquelle les habitants du Xinjiang vivaient comme des réfugiés, précisant que cela était faux et que les membres de l'ensemble des groupes ethniques bénéficiaient de politiques préférentielles en termes d'emploi, d'éducation et de soins médicaux.

    "Peu importe qu'il soit agriculteur, ouvrier ou fonctionnaire, chacun peut jouir d'une vie heureuse s'il travaille avec assiduité", a noté M. Mesut.

    Kamerden, habitant d'Urumqi, a fait un pèlerinage à la Mecque il y a quelques années.

    "Les pèlerins ont profité d'une bonne assistance. Etant donné que certains pèlerins étaient assez âgés, le gouvernement avait prévu des médecins, des infirmières et des cuisiniers pour prendre soin de nous", a noté Kamerden.

     

    DR.jpg

     

     

     

     

     

  • En matière d'espionnage et de diffamation, les Etats-Unis , ce sont le pyromane qui crie "au feu" et le voleur qui crie "au voleur"

    Récemment, WikiLeaks a posté des documents prouvant que l'Agence Nationale de Sécurité des États-Unis, la fameuse NSA, a écouté des hauts responsables des finances français et de grandes entreprises exportatrices depuis plus de dix ans. Il ne fait aucun doute que l'on a là affaire à un cas flagrant d'espionnage économique. Quand on y ajoute la surveillance de trois présidents français menée par la NSA déjà révélée par le même site, toutes ces choses mises ensemble montrent que les détestables activités d'espionnage des Etats-Unis sur la France ont atteint des proportions scandaleuses.

    Espionner les informations classifiées d'autres pays et de leurs dirigeants est une pratique habituelle des services de renseignement américains. Mais que les États-Unis n'épargnent même pas les dirigeants de pays alliés, c'est pour le moins surprenant et qui étonne tous les Chinois. Selon certains rapports, en 2012, des hackers américains ont réussi à pénétrer les ordinateurs de la présidence française. Et l'année dernière, ce fut le téléphone de la chancelière allemande Angela Merkel qui a été espionné par l'agence de renseignements américaine.

    Un allié est un allié, et pour pouvoir durer, les relations entre alliés doivent se baser sur la confiance. La surveillance étroite de la France par les États-Unis démontre clairement une chose : les États-Unis ne considèrent pas la France comme leur allié, mais comme leur « serviteur ». Ils ont tellement peur que ces « serviteurs » en viennent un jour à ne plus écouter la voix de leur « maître » qu'ils veulent les surveiller et, si nécessaire, élever la voix. Les Chinois sont aussi étonnés du peu de réactions en France. Juste le minimum afin de faire croire qu'il y a une réaction , mais la réalité est que le régime français est à ce point inféodé au régime de Washington que le pays ,passé cette petite réaction pour la forme, semble considérer l'événement comme un fait acquis.

    usa-vous-écoute-MPI.jpg

    Certaines personnes sont un peu « accros à l'espionnage », et cela, on peut à la rigueur le comprendre. Le problème est que cette « addiction à l'espionnage » des Etats-Unis est devenue incontrôlable et témoigne d'une situation de plus en plus folle. En juin 2013, le magasine allemand « Der Spiegel » (Der Spiegel) avait révélé que les Etats-Unis procédaient à une surveillance et à des écoutes illégales des bureaux et des représentations de l'UE à l'étranger. En octobre 2013, le journal français « Le Monde » avait annoncé que la NSA avait surveillé 70,3 millions  d'appels en France, et que la cible n'était pas seulement des extrémistes, mais aussi des hommes politiques et hommes d'affaires français. Et si en 2009, il y avait eu 260 sorties d'avions militaires américains pour des missions de surveillance étroite des eaux chinoises, en 2014, elles ont atteint pas moins de 1 200 sorties.

    L'espionnage américain des autres pays a suscité l'indignation et la condamnation vigoureuses des peuples du monde entier, rendant son existence très difficile. Pour transférer la cible, et réduire la pression pesant sur eux, les États-Unis ont soudainement eu une idée. Laquelle ? Tout simplement accuser d'autres État de se livrer à des « attaques en réseau ». Récemment, James Clapper, Directeur de la NSA a ainsi gratuitement laissé entendre que la Chine était le « suspect numéro un » de l'« attaque en réseau » dont a été victime le Bureau de gestion du personnel américain. Pourtant, il n'a pas été en mesure d'avancer la moindre preuve à l'appui de ses propos. Cela montre de la manière la plus claire que l'agence de renseignement américaine se comporte comme le voleur qui crie « au voleur ! », ce qui est une façon d'agir des plus méprisables.

    La « rumeur » est aussi un modus operandi des services de renseignement américains. Récemment, une rumeur a commencé à circuler. Selon un article publié le 28 juin par le site internet du « Wall Street Journal », les services de renseignement américains ont déclaré que si les militants islamistes et autres insurgés tentaient de s'emparer de bastions clé du gouvernement syrien, celui-ci pourrait alors utiliser des armes chimiques sur une grande échelle pour les protéger.

    Or, comme nous le savons tous, l'année dernière, le gouvernement syrien a, sous le contrôle d'inspecteurs internationaux, rendu toutes ses armes chimiques. Comment pourrait-il alors y avoir encore ce genre d'armes ? Il y a fort à parier que répandre de telles rumeurs a pour but, premièrement de discréditer le gouvernement syrien et de porter atteinte à sa légitimité, et que, deuxièmement, si jamais quelqu'un venait effectivement à utiliser des armes chimiques en Syrie, les Etats-Unis pourraient immédiatement en attribuer la responsabilité aux dirigeants du gouvernement syrien, ce qui servirait de prétexte aux États-Unis pour s'ingérer davantage encore dans les affaires de ce pays.

    jp-NSA-articleLarge.jpg

    Source: le Quotidien du Peuple

     

  • Le rapprochement Russie-Chine, erreur stratégique des USA

    Washington commet une erreur stratégique de taille en durcissant le ton à l'égard de Moscou, car ce comportement favorise le rapprochement entre la Russie et la Chine.

    Le rapprochement entre Pékin et Moscou résulte de la politique pratiquée par l'Occident à l'égard de la Russie, estime le quotidien en ligne The Conversation.

     

    Selon le Fonds monétaire international (FMI), l'économie chinoise surpasse actuellement celle des Etats-Unis si l'on tient compte de la parité du pouvoir d'achat. La Chine, qui cherche à dominer dans sa région, multiplie les efforts en vue d'augmenter son potentiel militaire. Dans ce domaine, Moscou lui apporte son concours. Si Washington et Bruxelles ne modifient pas leur comportement hostile envers la Russie, la Chine sera prochainement en mesure de tenir tête aux Etats-Unis.

    "La logique de ce rapprochement est simple: la Chine a besoin de ressources et la Russie en a assez. La Russie a besoin de marchés, d'investissements étrangers et d'argent, et la Chine est prête à les offrir", constate le journal.

     

    "Les intérêts géopolitiques des deux puissances s'entrecroisent également. La Chine ne veut pas que la mer de Chine méridionale soit dominée par les Américains. La Russie, quant à elle, ne veut pas que l'Occident — notamment les Etats-Unis et l'Europe — pénètre dans ce que Moscou considère comme «sa sphère d'influence». Bref, la Russie et la Chine ne veulent pas un monde dominé par les Etats-Unis", souligne The Conversation.

     

    Selon le journal, la plupart des analystes américains considèrent la Chine comme le principal défi géopolitique pour les Etats-Unis. Aussi Washington commet-il une "erreur géopolitique" en pratiquant une politique hostile à la Russie et en favorisant par là même le rapprochement entre Moscou et Pékin.

    Xi-JinPing-Vladimir-Poutine-Noursoultan-Nazarba-ev_1.jpg





  • La Chine dénonce, dans un rapport , le « bilan déplorable » des États-Unis en matière de droits de l'homme

    La Chine a dénoncé vendredi dans un rapport le « bilan déplorable » des États-Unis en matière de droits de l'homme, en relevant notamment les brutalités policières et l'espionnage par les autorités américaines de l'internet et des télécommunications.

    Ces critiques chinoises, qui n'ont rien d'inédit, sont une réponse à la publication jeudi du rapport annuel du département d’État sur les droits de l'homme dans le monde, qui n'épargne pas Pékin. Le gouvernement chinois réplique de la sorte chaque année. Les États-Unis « sont traumatisés par la dissémination des armes à feu (sur leur territoire), l'occurrence fréquente de crimes violents et le recours excessif à la force par la police », selon le rapport chinois.

    Sont également dénoncés le recours « aveugle » à la torture contre les personnes soupçonnées d'actes terroristes, et les violations des droits de l'homme à l'étranger lors des frappes militaires américaines par drones. Le rapport, largement diffusé par l'agence officielle Chine nouvelle, affirme aussi qu'aux États-Unis, le droit de vote des personnes d'origine latino-américaine ou africaine est restreint par des discriminations ethniques ou le niveau de revenus.

    Selon le texte chinois, les harcèlements et les agressions sexuelles sont fréquents dans les académies militaires et les lycées d'enseignement général américains, tandis que les femmes sont souvent victimes de violences dans leurs foyers. 

    La pauvreté sévit également dans la première économie mondiale, où le nombre de sans-abri reste important, assure encore le rapport. Le « droit fondamental à la subsistance est menacé pour la population américaine », ajoute l'étude qui s'appuie sur une sélection de sources, dont les médias américains.

    Les autorités américaines accusent régulièrement la Chine de graves atteintes aux droits de l'homme. Pékin répond systématiquement en demandant à Washington de balayer devant sa porte. 

     

     

  • Les armées US, russe et chinoise sont les plus puissantes du monde, selon des analystes de Global Firepower

    Les armées américaine, russe et chinoise occupent les trois premières places dans le palmarès des 126 armées du monde, rédigé par des analystes de la compagnie Global Firepower.

     

    Selon les analystes, la Russie a pu se classer deuxième grâce au nombre d'"excellents" chars (15.000 blindés, soit deux fois plus qu'aux Etats-Unis) et à sa Marine. Le nombre d'effectifs de l'armée russe lui permet d'occuper la quatrième place.

    L'armée chinoise est classée troisième, suivie de l'armée indienne. Les armées britannique, française, sud-coréenne, allemande, japonaise et turque  font également partie du palmarès des dix armées les plus puissantes du monde.

    Un F-15E américain. Archives
     

    Les analystes soulignent que le leadership de l'armée américaine n'est pas surprenant, compte tenu de budget militaire de ce pays, Washington dépensant par an 577 milliards de dollars, soit quatre fois plus que Pékin et dix fois plus que Moscou.

    Rappel : Pour voir les pandas en live depuis leur réserve du Sichuan, province du centre de la Chine , il suffit de cliquer sur le lien ipanda.com dans la colonne de droite. Vous pourrez voir les pandas manger, jouer, dormir en direct et ce 24h /24

     

    DERNIERE MINUTE

     

    Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, participera à la 17e réunion des dirigeants Chine-UE, qui se tiendra fin juin à Bruxelles, a annoncé mardi le ministère chinois des Affaires étrangères. Cette réunion sera la première depuis le changement de direction à la tête de l'Union européenne.

    Du 28 juin au 2 juillet, M. Li se rendra en Belgique et effectuera une visite officielle en France. Il visitera notamment le siège de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), à Paris.

    Li Keqiang réalisera ces déplacements à l'invitation de son homologue belge, Charles Michel, de son homologue français, Manuels Valls, et du secrétaire général de l'OCDE, José Angel Gurria Trevino.

     

     

     

  • Les Etats-Unis exhortés à extrader une ancienne Vice-maire de Wenzhou , est de la Chine,en fuite

    yang-xiuzhu.jpg

    Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a exhorté jeudi les Etats-Unis à extrader une ancienne responsable gouvernementale en fuite ,le plus tôt possible.

     

    Le porte-parole Hong Lei a fait ces remarques à l'issue de la première audience du procès de Yang Xiuzhu, fugitive économique la plus recherchée par la Chine, qui s'est tenue mardi devant un tribunal de New York traitant d'affaires d'immigration.

     

    Mme Yang doit être sanctionnée en Chine selon la loi chinoise, a indiqué M. Hong lors d'une conférence de presse quotidienne.

     

    Mme Yang, ancienne vice-maire de Wenzhou, dans la province du Zhejiang (est), a quitté la Chine avec sa famille lorsque des enquêteurs ont commencé à examiner ses activités en 2003. Les enquêteurs ont découvert des preuves montrant qu'elle avait accepté des pots-de-vin d'une valeur totale de 253 millions de yuans (environ 40 millions d'€, selon le taux actuel).

     

    La Chine a publié une liste de cent fugitifs économiques en avril, dans le cadre de sa récente campagne anti-corruption. Mme Yang figure sur cette liste.

     

    La Chine et les Etats-Unis ont collaboré sur plusieurs affaires via les canaux concernés, a indiqué M. Hong, ajoutant que les deux parties renforceraient leurs efforts conjoints dans la lutte contre les crimes transnationaux.

     

    Il a souligné que le gouvernement chinois continuerait ses efforts pour poursuivre les suspects en fuite.

    _83300425_83299638.jpg

  • Des experts évoquent un risque de conflit militaire entre la Chine et les Etats-Unis

    e8e363c6-0a18-11e0-9fb9-44f838a468eb.jpg

    Des experts chinois ont évoqué dimanche un risque potentiel de conflit militaire dû à la surveillance accrue des Etats-Unis en mer de Chine méridionale, et préconisé que les deux pays fassent leur possible pour éviter toute erreur d'appréciation dans les relations bilatérales les plus importantes du monde.

    Selon les analystes, l'activité militaire récente des Etats-Unis est une nouvelle preuve que le pays peine à maintenir le statu quo face à l'émergence de la Chine parmi les puissances mondiale. Ils exhortent les Etats-Unis à accepter le fait que la Chine soit devenue une puissance maritime et à ne pas sous-estimer sa volonté de protéger sa souveraineté.

    « Le problème de la mer de Chine méridionale n'est qu'une petite partie des liens sino-américains », a écrit Cen Shaoyu, chroniqueur spécialiste des relations internationales. « Les dirigeants des deux pays doivent comprendre que l'avenir de la Chine et des Etats-Unis, mais aussi celui de l'Asie, ne se résume pas à cela.

    La Chine a stoppé électroniquement des drones de surveillance à longue portée Global Hawk qui espionnaient les îles chinoises de Nansha. Elle aurait ainsi tenté de s'emparer de l'un d'eux en le faisant s'écraser dans des eaux peu profondes, ou en capturant un drone en vol au moyen d'un aéronef piloté, a rapporté vendredi le Washington Free Beacon.

    Mercredi, un P-8A américain, avion de patrouille maritime et de lutte anti-sous-marine, a survolé les eaux entourant les îles Nansha dans le cadre d'activités de reconnaissance.

    Ce sont les Etats-Unis qui ont parcouru des milliers de kilomètres pour obliger la Chine à prendre des mesures pour préserver sa souveraineté territoriale et ses intérêts maritimes, a déclaré au Global Times Peng Guangqian, spécialiste en stratégie militaire à l'Académie des sciences militaires de l'Armée populaire de libération.

    iles-Senkaku.jpg

    « Les réponses de la Chine lorsque des avions américains se sont approchés de ses territoires étaient des actes de légitime défense conformes aux pratiques internationales », a jugé Tao Wenzhao, chercheur à l'Institut d'études américaines de l'Académie des sciences sociales de Chine, dont les propos ont été rapportés par le Global Times.

    La Chine ripostera certainement si les Etats-Unis s'approchent à moins de 12 miles des îles », a prévenu Peng, selon qui Washington provoque délibérément la Chine.

    « Les provocations américaines ont accru les chances de conflit militaire entre Beijing et Washington », a déclaré au Global Times Zhu Feng, directeur du Centre d'innovation collaborative des études sur la mer de Chine méridionale relevant de l'Université de Nanjing.

    Si la Chine envoie des avions pour repousser les chasseurs américains, les deux camps pourraient être amenés à échanger des tirs en raison des vitesses de vol élevées, a expliqué Zhu.

    « Les activités de reconnaissance menées par l'avion de l'armée américaine représentent une menace potentielle pour la sécurité des formations maritimes chinoises, et sont hautement susceptibles de causer des erreurs d'appréciation, voire de malencontreux incidents maritimes ou aériens », a averti Hong Lei, porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse tenue vendredi.

    La présence de l'armée américaine en mer de Chine méridionale encourage également les pays voisins à renforcer leur présence militaire, ce qui augmente l'instabilité de la région et réduit les chances d'un règlement pacifique par le dialogue, d'après Jin Canrong, vice-directeur de l'Institut d'études internationales de l'Université Renmin de Chine.

    Les mesures du Pentagone sont survenues après la venue en Chine du secrétaire d'Etat américain John Kerry, pour une visite de deux jours qui s'est achevée le 17 mai. Kerry a réaffirmé la position des Etats-Unis consistant à ne pas prendre partie au sujet des revendications territoriales en mer de Chine méridionale, et a ajouté que les Etats-Unis adopteraient la même position vis-à-vis des autres pays impliqués dans le conflit, a rapporté l'agence de presse Xinhua.

    chasseurs-chinois-m.jpg

     

  • Les armées US, russe et chinoise sont les plus puissantes du monde, selon des analystes de Global Firepower

    un-char-russe-armata-t-14-lors-du-defile-du-9-mai-2015-pour-celebrer-les-70-de-la-victoire-sur-les-nazis.jpg

    le char russe Armata T-14

    Les armées américaine, russe et chinoise occupent les trois premières places dans le palmarès des 126 armées du monde, rédigé par des analystes de la compagnie Global Firepower.

     

    Selon les analystes, la Russie a pu se classer deuxième grâce au nombre d'"excellents" chars (15.000 blindés, soit deux fois plus qu'aux Etats-Unis) et à sa Marine. Elle occupe la quatrième place quant au nombre d'effectifs.

    L'armée chinoise est classée troisième, suivie de l'armée indienne. Les armées britannique, française, sud-coréenne, allemande, japonaise et turque  font également partie du palmarès des dix armées les plus puissantes du monde.

    Chinaarmy.jpg

    L’armée chinoise



    Les analystes soulignent que le leadership de l'armée américaine n'est pas surprenant, compte tenu de budget militaire de ce pays, Washington dépensant par an 577 milliards de dollars, soit quatre fois plus que Pékin et dix fois plus que Moscou.

     

    Il est à souligner que le palmarès a été rédigé sans tenir compte des forces nucléaires des pays.



    Xinhua doit servir de pont entre les peuples européens et chinois, selon son président

    134250220_14319940431121n.jpg

    BRUXELLES, 18 mai (Xinhua) -- Le président de l'Agence de presse Xinhua, Cai Mingzhao, a indiqué lundi que Xinhua devait servir de pont pour relier les peuples de l'Union européenne (UE) et de la Chine, et aider à faire avancer les liens bilatéraux.

    Il a fait cette remarque au Collège d'Europe dans la ville belge de Bruges, à l'occasion de la cérémonie d'inauguration d'une exposition de photographies marquant le 40ème anniversaire de l'établissement des liens diplomatiques entre la Chine et l'UE.

    "Mes collègues m'ont dit qu'en flamand, Bruges signifie pont. Les médias de masse sont un pont pour connecter les peuples", a lancé M. Cai.

    "Xinhua souhaite montrer au peuple chinois la vraie image de l'Europe par nos reportages objectifs, rapides et précis, et également montrer aux Européens le vrai développement de la Chine, et servir de pont entre les deux peuples", a-t-il insisté.

    M. Cai a expliqué que le Collège d'Europe était un témoin important de l'amitié entre la Chine et l'UE. Le 1er avril de l'an dernier, le président chinois Xi Jinping a prononcé un important discours au Collège d'Europe, notant que pour faire avancer la relation Chine-UE, les deux parties devaient mieux se connaître et devaient construire des ponts pour la paix, la croissance, la réforme et le progrès de la civilisation.

    Ces dernières années, les relations Chine-UE se sont lancées sur la voie rapide du développement et il y a un besoin urgent de faire en sorte que les ponts de communication établis par les médias de mass des deux côtés soient plus larges, plus longs et plus pratiques, a-t-il souligné.

    Jorg Monar, le recteur du Collège d'Europe, a estimé lors de la cérémonie que l'Agence de presse Xinhua pouvait jouer un rôle majeur en contribuant à construire des ponts entre la Chine et l'UE.

    M. Monar a rappelé que pendant le discours de M. Xi l'an dernier au Collège d'Europe, le président chinois avait insisté sur la nécessité et l'importance pour les Européens de mieux comprendre la Chine, et expliqué que Xinhua pouvait jouer un rôle dans ce domaine au travers de son service d'information.

    L'établissement de relations diplomatiques entre la Chine et la Communauté économique européenne il y a 40 ans avait renforcé la confiance en l'avenir des communautés européennes en tant qu'acteurs internationaux, a-t-il noté.

    Le 6 mai 1975, la Chine avait établi des relations diplomatiques avec la Communauté économique européenne, une des branches de la Communauté européenne, l'ancêtre de l'UE, et avait créé une mission chinoise auprès de l'organisation à Bruxelles au mois de septembre de la même année.

    L'exposition, qui rassemble des photos sélectionnées dans la base de données de l'Agence de presse Xinhua, est organisée conjointement par Xinhua et le Collège d'Europe, et passe en revue des moments liés à des visites de haut niveau, des échanges entre les peuples et des événements culturels.

    Yang Yanyi, la chef de la mission chinoise auprès de l'UE, assistait également à l'exposition photo.

     

  • Pour le Conseil pour les Relations Internationales de Wall Street,la Chine doit être détruite !!!

    La Chine doit être détruite pour les Relations Internationales de Wall Street (Wall Street's Council on Foreign Relations, CFR). Ce Conseil, sous l'autorité de son président Richard Hass, vient de publier un rapport de 70 pages intitulé  “Revising U.S. Grand Strategy Toward China,”  http://carnegieendowment.org/files/Tellis_Blackwill.pdf dont le titre est suffisamment explicite pour ne pas être traduit.

    L'argument essentiel en est qu'aucune relation entre grandes puissances pour définir le 21e siècle ne sera plus importante que la relation sino-américaine. Mais à partir de cette base certes discutable mais admissible, les auteurs du rapport expliquent sans hésiter que la Chine doit être vaincue (defeated) parce qu'elle menace de devenir une puissance plus grande que les Etats-Unis.

    Voici quelques extraits traduits de ce rapport:

    La Chine représente et restera le concurrent le plus important aux États-Unis pour les décennies à venir. En tant que tel, la nécessité d'une réponse des États-Unis plus cohérente à l'augmentation de la puissance chinoise est attendue depuis longtemps ", écrivent CFR Senior Fellow Robert D. Blackwill et Carnegie Endowment for International Peace associé principal Ashley J. Tellis dans un nouveau rapport spécial du Conseil, Révision US Grand- Stratégie Vers la Chine.

    "Parce que l'effort américain pour« intégrer »la Chine dans l'ordre international libéral a généré de nouvelles menaces à la primauté des États-Unis en Asie et pourrait aboutir à un défi corrélatif à la puissance américaine à l'échelle mondiale , Washington a besoin d'une nouvelle grande stratégie envers la Chine qui se concentre sur l'équilibrage de la montée de la puissance chinoise plutôt que de continuer à aider son ascendant ".
    Les auteurs font valoir qu'une telle stratégie est conçue pour limiter les dangers que le pouvoir géoéconomique et militaire de la Chine posent aux intérêts nationaux américains en Asie et dans le monde, alors même que les Etats-Unis et ses alliés maintiennent des interactions diplomatiques et économiques avec la Chine.

    Blackwill et Tellis recommandent que Washington procède  comme suit:


    Revitaliser l'économie des Etats-Unis

    "Rien ne serait mieux pour promouvoir l'avenir stratégique des États-Unis et de la grande stratégie envers la Chine qu'une croissance économique robuste pour les USA. Ce doit être la première priorité du président et le Congrès."


    Renforcer l'armée des Etats-Unis

    «Le Congrès devrait augmenter substantiellement le budget américain de la défense ... Washington devrait intensifier une présence navale et aérienne cohérente dans l'Est des mers de Chine du Sud et, accélérer la posture de défense anti-missile balistique américain" dans le Pacifique.


    Développer les réseaux commerciaux d'Asie

    " grande stratégie US  envers la Chine , sera sérieusement l' affaiblie en s'appuyant sur le TPP [Trans-Pacific accord commercial Partenariat]. Un effort important par la Maison Blanche pour la ratification d'accords avec différents pays devrait donc commencer immédiatement dans le nouveau Congrès, y compris d'obtenir l'autorisation de promotion du commerce."


    Créer un régime de contrôle de la technologie


    Washington devrait accorder une attention accrue à limiter l'accès de la Chine à des armes sophistiquées et des technologies militaires critiques. "Les Etats-Unis devrait encourager ses alliés" de développer une approche coordonnée pour resserrer l'accès de la Chine à toutes les technologies, y compris à double usage. "


    Mettre en œuvre des politiques efficaces de cyber-attaques

    Washington devrait «imposer des coûts sur la Chine augmenter les capacités américaines de cyber-offensives... Continuer à améliorer US défenses cybernétiques» et «adopter une législation pertinente au Congrès, comme l'information Cyber Sécurité Protection Act. "


    Renforcer les partenariats Indo-Pacifique

    "Les Etats-Unis ne peut pas défendre ses intérêts en Asie sans le soutien de ses alliés," et "devrait renforcer les capacités de puissance politique de ses amis et alliés à la périphérie de la Chine."

     

     

    Le dernier document de stratégie maritime des Etats-Unis intitulé « Une stratégie coopérative pour la puissance maritime au 21ème siècle: en avant, engagé, prêt » rendu public vendredi, montre clairement que Washington va de l’avant dans sa politique du « pivot vers l’Asie » et ses préparatifs militaires contre la Chine. Dans ce contexte, les États Unis continuent d’attiser les tensions en Mer de Chine orientale et méridionale, faisant monter le danger d’une guerre.

     

    Le document CS21R souligne le caractère irresponsable de la politique étrangère et militaire américaine. En réponse à l’effondrement du capitalisme mondial, l’impérialisme américain est déterminé à maintenir et à renforcer son hégémonie mondiale à tout prix, poursuivant une stratégie qui alimente inexorablement, que ce soit en Asie, au Moyen-Orient ou en Europe de l’Est, une confrontation avec des pouvoirs disposant de l’arme nucléaire – la Chine et la Russie.

    Le danger d’une guerre nucléaire a dernièrement été mis en évidence par le magazine The Economist. Dans un article publié ce mois-ci et intitulé « The New Age, » celui-ci concluait qu’« un quart de siècle après la fin de la guerre froide, le monde fait face à une menace croissante de conflit nucléaire. »