dalai lama - Page 5

  • Chine:Lhassa va accueillir les congés de la nouvelle année tibétaine

    Un magasin plein de produits du Nouvel An à Lhassa.

     

    A Lhassa, les magasins et les habitants se préparent à accueillir le Nouvel An tibétain du Dragon de l'eau qui tombe le 22 février du calendrier solaire. On trouve une grande variété de produits festifs dans les rues commerçantes. Les locaux ont droit à deux longs congés pour la fête du Printemps et pour le Nouvel An tibétain. Photos prise le 6 février à Lhassa

     

    Comme je l' ai signalé dans de précédents articles , au Tibet tout va bien , il ne se passe rien au grand regret de dalai lama et sa bande qui voudraient voir cette région chinoise réduite à feu et à sang.

  • Quand l'occident déforme la vérité en écoutant les mensonges de groupes anti-chinois

    Il n'est pas rare pour quelques gouvernements occidentaux et le soi-disant gouvernement tibétain en exil de tirer vers le haut et de déformer des incidents, comme celui de la semaine dernière entre les forces de police et les riverains de la préfecture autonome tibétaine de Ganzi, province du Sichuan.

    Lundi et mardi, les commissariats de police de deux comtés de la préfecture autonome ont été attaqués par la foule, poussant la police à se défendre. Selon l'Agence de presse Xinhua, suite à un conflit, plus de 100 personnes, s'étaient réunies d'après des rumeurs où trois moines avaient l'intention de se suicider en s'immolant par le feu.

    Ils ont endommagé deux véhicules de police, deux camions de pompiers et ont donné l'assaut dans des magasins voisins et dans une banque. Conflits qui ont fait au moins un mort et plusieurs blessés y compris des policiers.

    Comme d'habitude, plusieurs gouvernements occidentaux et le gouvernement tibétain auto proclamé en exil, ont tout fait pour saisir l'occasion de critiquer le gouvernement central chinois. Le groupe de pression libre du Tibet basé à Londres a déclaré que la police avait ouvert le feu sur des Tibétains protestant pacifiquement contre la répression religieuse dans la province du sud-ouest du Sichuan, faisant au moins un mort et plus de 30 blessés.

    Ce qui a été réfuté par le Ministre Chinois des Affaires Étrangères, qui a indiqué que la véritable cause du conflit était l'intention de la foule de donner l'assaut dans les magasins et le commissariat de police. Selon Hong Lei, le porte parole du Ministère des Affaires Etrangères "Les Forces d'outre-mer voulant favoriser l'indépendance du Tibet, ont toujours fabriqué de fausses rumeurs et déformés la vérité pour critiquer le gouvernement chinois, quant aux issues concernant le Tibet."

    Le soi-disant gouvernement tibétain en exil, dirigé par le Dalaï Lama, qui a fui le Tibet en 1959 , après un coup d'Etat manqué, a rapidement saisi l'occasion de s'étendre et de supplier l'appui de leurs défenseurs occidentaux. Cela peut être la raison pour laquelle la bande du Dalaï Lama est toujours si désireuse de causer des troubles dans la région. La globalisation a également eu une influence sur les régions habitées du Tibet, donnant plus de moyens au gouvernement tibétain en exil d'outre-mer de s'auto-promouvoir à l'intérieur de la Chine.

    Malheureusement, n'importe quelle connivence politique entre les forces domestiques et étrangères tend à cacher leurs véritables motifs avec la religion, masquant la puissance destructive de ces incidents extrêmes et de leurs réels instigateurs. Il est toujours plus facile de détruire que de maintenir l'ordre et la construction. Dans le monde aujourd'hui, une poignée d'extrémistes ont la capacité de causer des ravages dans une région ou même un pays, sans s'occuper de la bande du Dalaï Lama, qui masque son vrai programme derrière la religion et qui est financée et soutenue par quelques gouvernements occidentaux et médias avec leur propre programme contre la Chine. C'est évident qu'ils sont capables maintenant et plus tard de causer des troubles dans les régions habitées du Tibet.

    Cependant, ce n'est pas de cette façon que la bande du Dalaï Lama gagnera le coeur des Tibétains, comme il a considérablement dégradé le développement des régions habitées et nuit aux intérêts des Tibétains.

    La paix et le développement sont le désir commun de la plupart des Tibétains, alors que des affirmations politiques telles que le " l'indépendance" ; et " le haut degré d'autonomie" n'ont aucune base solide. La plupart des Tibétains veulent une société stable et des moyens pour vivre. Le gouvernement central chinois a réalisé d'enormes investissements dans les secteurs habités, ce qui a considérablement relevé le niveau de vie et protégé la culture traditionnelle du Tibet. Il n'est pas diffcile de voir que les pétitions pour " l'indépendance" et que ceux qui veulent s'immoler par le feu sont véritablement des idées importées d'outre-mer.

    Au cours des trois dernières décennies, pour protéger et maintenir les reliques culturelles de la seule région autonome du Tibet, le gouvernement central a investi 1.3 milliard de yuan ($210 millions), y compris la rénovation du Palais de Potala à Lhasa. Le Dalaï Lama abuse de son statut religieux, lui et ses défenseurs enlèvent de larges intérêts à toutes les personnes des régions habitées du Tibet, afin de satisfaire leurs propres intérêts. Un motif politique si égoïste, qu'il n'a pas l'appui des personnes habitant le Tibet et qui est voué à l'échec.
    Voir aussi mon article "Le tibet est calme, les chiens aboient la caravane passe"

    Car au Tibet , il ne se passe rien!!!

    Les troubles causés par les moines-voyous , le sont dans une province chinoise!!!

  • Le Tibet est calme, les chiens aboient et la caravane passe

    Pour les bobos qui s'émeuvent de ce qui se passe au Tibet , je dirai le Tibet va bien, le Tibet se porte bien , il ne s'y passe rien. Cela ne fait pas plaisir ni au grand menteur de pinochiolama , ni à sa clique de voyous , ni aux bobos . Tous rêvent d'un Tibet à feu et à sang , du retour de la théocratie( Une théocratie bien plus malsaine et criminelle que celle d'Iran ou des Islamistes).

    Malgré les appels à l'émeute lancé par les forces sécessionnistes la Région Autonome du Tibet reste calme . Les Tibétains ont d'autres préoccupations. Ils viennent de fêter coup sur coup la Nouvelle Année et la Nouvelle Année lunaire et se préparent pour le Nouvel An tibétain.

     

    Le seul endroit où il y a eu quelques troubles , c'est dans la province du Sichuan .Là quelques moines endoctrinés par dalai lama se sont ou on tenté de s'immoler par le feu. Là aussi la population n'a pas bronché . Ce ne sont que des moines qui voudraient voir revenir leur dictature théocratique . Est-ce qu'on rétablirait le pouvoir du clergé catholique si par malheur il venait  l'idée à quelques curés farfelus de jouer avec des allumettes et de partir en fumée après un appel lancé par le pape. Non , il n'y aurait aucune réactions de la part des bobos. L'action des curés serait immédiatement condamnée.

     

    De plus que penser de ces moines qui se permettent ces actions , contraires au bouddhisme . Que le Tibet ne leur suffit plus , qu'ils veulent en plus des provinces chinoises. Pourquoi pas toute la Chine?

    Soyons sérieux, tous les pays à l'ONU reconnaissent que le Tibet fait partie intégrante de la Chine. Les déclarations de dalai lama et de ses acolytes commencent à être démontées.

    Par exemple , le fait que la population de tibétains a triplé est le plus beau démenti à leur prétendu génocide. Le fait que l'illettrisme soit tombé de 95 % à moins de 10 % est la preuve que la culture tibétaine n'est pas menacée.

    Voilà qui est bien loin des titres propagandistes de Libération , du Monde ou autres gazettes propagandistes que j'exhorte à changer d'objectif. Il serait grand temps que vous commenciez à informer vos lecteurs en toute objectivité.

     

    Voir aussi pour les détails :

    Les tentatives des forces sécessionnistes à l'étranger de discréditer le gouvernement chinois sont vouées à l'échec du 25 janvier sur mon blog.

  • Les tentatives des forces sécessionnistes à l'étranger de discréditer le gouvernement chinois sont vouées à l'échec

    Les tentatives des groupes sécessionnistes à l'étranger d'impliquer la question du Tibet pour déformer la vérité et discréditer le gouvernement chinois sont vouées à l'échec, a déclaré mardi le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Hong Lei .

     

    Hong Lei a fait ces remarques, invité à répondre à une question sur le battage médiatique initié par certains groupes sécessionnistes à l'étranger autour d'un affrontement entre des habitants et la police qui s'est produit lundi après-midi dans la province du Sichuan (sud-ouest).

    Lundi vers 14H00 heure locale (06H00 GMT), des dizaines de personnes, dont quelques moines, ont pris d'assaut et détruit plusieurs magasins dans une rue principale et un commissariat de police dans le district de Luhuo de la préfecture autonome tibétaine de Ganzi du Sichuan.

    Le groupe de casseurs, dont certains étaient armés de couteaux, a jeté des pierres sur des policiers et détruit deux véhicules de police et deux ambulances.

    Un membre du groupe a été tué et quatre autres blessés dans l'affrontement, a indiqué le porte-parole, ajoutant que cinq policiers ont également été blessés.

    Les blessés ont été hospitalisés et leurs vies ne sont pas en danger, selon le porte-parole.

    "A l'heure actuelle, le calme est revenu dans le district de Luhuo et les autorités locales mènent une enquête sur l'incident", a poursuivi Hong Lei.

    Les citoyens locaux se sont fermement opposés et ont dénoncé le rassemblement illégal qui a sévèrement affecté l'ordre social et la vie normale de la population, a-t-il indiqué.

    "Le gouvernement chinois luttera, comme toujours, contre tous les crimes et maintiendra résolument l'ordre social normal", a-t-il souligné.

    "Les forces basées à l'étranger favorables à l'"indépendance du Tibet" ont toujours fabriqué des rumeurs et déformé la vérité pour discréditer le gouvernement chinois en mettant sur le tapis des questions concernant le Tibet", a indiqué Hong Lei, ajoutant que le battage médiatique mal intentionné était voué à l'échec.

    Les appels aux émeutes qui viennent de l'étranger sont voués à l'échec car ils ne trouvent aucun écho parmi la population . Ils n'y a que quelques moines endoctrinés par la bande de dalai lama qui ne savant pas faire la part du bien et du mal qui répondent aux élucubrations de voyoux à la solde de dalai lama , lui-même à la solde , depuis bien longtemps, de puissances occultes étrangères.

    Comme le demande la population il faut que justice soit faite et que ces bandits soient punis sévèrement .

     

     

  • Aujourd'hui , fête du printemps , je ne parlerai pas politique , donc je ne dirai pas...

                     

     

                                                         

                                                                       祝贺好年

     

    Aujourd'hui , fête du printemps , je ne parlerai pas politique , donc

    Je ne dirai pas que le Tibet est partie intégrante de la Chine.

    Je ne dirai pas que Falun gong est une secte abjecte qu'il faut interdire dans le monde entier.

    Je ne dirai pas que les dissidents chinois sont à la solde de l'étranger.

    Je ne dirai pas que les dirigeants de Amnesty international gagnent beaucoup d'argent pour essayer de déstabiliser la Chine.

    Je ne dirai pas que dalai lama est un fieffé menteur payé par la CIA.

    Je ne dirai pas que Mike Daisey est payé pour discréditer Apple.

    Je ne dirai pas que RSF est subventionné par la maffia cubaine de Miami.

    Je ne dirai pas que je me sens plus libre ici en Chine qu'en Europe.

    Je ne dirai pas que Shenzhen est plus propre , plus belle et plus sécurisante que n'importe quelle ville de Wallonie ou Bruxelles.

    Je ne dirai pas que le Prix Nobel de la Paix est devenu le Prix Nobel de la Honte

    Je ne dirai pas que les musulmans chinois sont plus respectés que les musulmans européens.

    Je ne dirai pas que l'Afrique sortira du mrrasme grâce à la Chine.

    Je ne dirai pas que le parti unique est ce qu'il y a de meilleur aujourd'hui pour la Chine.

    Mais je dis Bonne Année du Dragon à tous les Chinois du monde entier et à tous les amis de la Chine.

     

     

  • La Chine s'oppose à tout contact entre des personnalités politiques et le dalaï-lama

    Fichier:Dalai Lama 1471 Luca Galuzzi 2007.jpg

    La Chine s'oppose à toutes les activités, sans exception, du dalaï-lama sur la scène internationale, a déclaré mercredi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

    La Chine s'oppose également à tout contact entre des personnalités politiques, des représentants officiels des pays concernés et le dalaï-lama sous n'importe quelle forme ou excuse, a poursuivi le porte-parole Liu Weimin lors d'un point de presse régulier.

    Liu Weimin Web Services

    M.Liu a fait ces remarques en réponse à une question concernant la soit-disant visite "non-politique" du dalaï-lama en Grande-Bretagne en juin.

    Le dalaï-lama n'a jamais été simplement une "personne religieuse", il est également le chef d'un bloc politique qui est organisé avec des principes directeurs et qui a mené des activités séparatistes et anti-chinoises, a souligné M.Liu.

     Il y a 52 ans, le Parti communiste chinois a dirigé le peuple multiethnique du Tibet à réprimer la rébellion armée de la clique du dalaï-lama et à renverser le régime de servage féodal cruel, sauvage, qui régna pendant plus de mille ans. La réforme démocratique a ainsi pu être entamée, et un million de serfs qui avaient été opprimés de génération en génération ont été émancipés totalement », a rappelé le président du Tibet dans son allocution.

  • La Chine s'oppose à l'utilisation des questions liées au Tibet pour intervenir dans ses affaires intérieures

    Un porte-parole du gouvernement a indiqué mercredi que la Chine s'opposait à tous les commentaires ou activités utilisant les questions liées au Tibet pour intervenir dans ses affaires intérieures ou saper sa stabilité sociale et sa solidarité ethnique.

    Le gouvernement attache une grande importance aux peuples de tous les groupes ethniques et à la sauvegarde de leurs droits, dont leur liberté de croyance religieuse, a indiqué Liu Weimin, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, lors d'une conférence de presse.

    M. Liu a fait ces remarques en réponse à une question concernant des inquiétudes exprimées par le département d'Etat américain sur les nombreuses immolations par le feu de moines tibétains au cours des dernières années.

    M.Liu a déclaré que le gouvernement chinois dirigeait les affaires religieuses du pays et maintenait l'ordre religieux conformément à la loi.
    Dalai lama et sa bande de terroristes on abusé quelques moines endoctrinés qui fanatisés se sont immolés. Dans ses froids calculs , l'usurpateur bouddhiste ,qui cherche toujours le moyen de restaurer l'ancienne théocratie abjecte, espérait rééditer le coup du Printemps arabe suite à l'immolation de Boizizi . Mais le Tibet n'étant pas la Tunisie , dalai lama et ses conspirateurs ne trouvent aucun écho auprès du peuple tibétain. Juste quelques malheureux moines endoctrinés ont répondu à cet appel.

     

    Histoire de faussaires dédiée à dalai lama et ses commanditaires américains

  • Dalai lama excite le fanatisme, les Tibétains passent , les moines trépassent

    Il ne faut pas laisser les moines jouer avec des allumettes car si les moines ne sont pas des lumières ils s'enflament facilement.

    Ces événements montrent combien dalai lama est déconnecté de la réalité tibétaine. En incitant de jeunes moines fanatisés à s'immoler dalai lama pensait obtenir une réaction similaire au "printemps arabe" . Mais le Tibet n'est pas la Tunisie , la Chine n'est pas une dictature , le peuple tibétain aujourd'hui vit libre et heureux dans un Tibet libéré de l'ignominieux pouvoir théocratique des moines à la solde de dalai lama.

    Ces immolations provoquent juste l'indignation du peuple tibétain . Les Tibétains , les vrais , ceux qui vivent au Tibet , qui appartiennent à la société civile , donc en fait les seuls qui comptent, trouvent scandaleux que dalai lama se serve de jeunes gens qui ont subi pendant des années des lavages de cerveaux , au point de les fanatiser et d'anéantir chez eux tout esprit critique . Tout cela dans le seul but de prendre le pouvoir au Tibet et d'y réinstaurer un régime théocratique.Il n'y a plus que les voyous qui entourent dalai lama et les bobos occidentaux qui écoutent encore les mensonges de ce faux ami de la démocratie.

    Cela me chagrine et me peine beaucoup de voir des jeunes gens , dans la fleur de l'âge , se donner la mort pour quelle que cause que ce soit. Même si cette cause était juste , le jeu n'en vaut pas la chandelle.

    Un homme est mort et un autre a été blessé après qu'ils se furent successivement immolés par le feu vendredi dans la province du Sichuan (sud-ouest), ont confirmé samedi les autorités locales.

    Un homme de 22 ans s'est immolé par le feu samedi vers 13h00 à un carrefour dans le district d'Aba de la préfecture autonome Tibétaine et Qiang d'Aba. La police locale s'est précipitée sur les lieux pour éteindre le feu et a emmené le jeune homme dans un hôpital local, a indiqué un porte-parole du gouvernement du district.

    L'autre jeune homme, âgé de 18 ans, a succombé à ses blessures plus tard dans une chambre d'hôtel située non loin du carrefour.

    Le blessé, qui reçoit actuellement des soins médicaux à l'hôpital, a avoué que les deux hommes avaient orchestré ces deux immolations, selon le porte-parole.

    Selon une enquête du gouvernement local, ces deux hommes sont d'anciens moines du monastère de Kirti de la préfecture, qui ont repris la vie séculière.

    Ces derniers sont impliqués dans des vols, et le jeune homme qui a trouvé la mort est un suspect dans une affaire de vol de la statue de Bouddha du monastère de Kirti, selon l'enquête.

    "Les nombreux actes récents d'immolation ont été commis par des gens qui ont été auparavant punis pour leurs méfaits, comme fréquenter les prostitués, jouer à des jeux d'argent et voler, ou étaient lourdement endettés à cause du jeu," a affirmé Gang Zheng, un expert du Centre de recherche tibétologique du Sichuan.

    D'après M. Gang, la clique du dalaï lama les a incités à s'immoler par le feu, en tirant profit de leur désir de se laver de leurs péchés et humiliation.

    Le dalaï lama a tenté de se servir de ces incidents pour ses objectifs politiques, a indiqué Yi Fei, un autre expert en tibétologie du centre.

  • Dalai lama , show man en occident et faux prophète en orient

    Le dalai lama continue à agir contrairement à ses déclarations. Tandis qu'il martèle sans cesse qu'il a abandonné son poste de leader politique pour se consacrer à son rôle de chef spirituel , le voici à nouveau pris à comploter contre la Chine et  à s'immiscer dans la politique intérieur de nombreux pays.

    dalai lama ,le séparatiste en train de comploter avec la terroriste islamiste Rebiya Kadeer

    Plus il vieillit moins il sait cacher son jeu. Show man en occident , il est vraiment mal vu en extrême orient et au Tibet il déçoit le peuple de plus en plus jusqu'aux bouddhistes les plus férus . Il n'y a plus guère qu'une poignée de moines endoctrinés qui restent attachés à cette créature cupide autrefois financée par la CIA.

    Le leader spirituel tibétain, le Dalaï Lama, l’ancien président tchèque Václav Havel, le fondateur de l’association Médecins sans frontières Bernard Kouchner, la lauréate iranienne du Prix Nobel Shirin Ebadi, le dissident chinois Yang Jianli et le philosophe français Stéphane Hessel ont signé à Prague une déclaration appelant la communauté internationale à manifester son soutien aux dissidents du monde entier. Le Dalaï Lama est arrivé à Prague pour y passer trois jours sur invitation de son ami, l'ancien président Václav Havel. Le leader spirituel tibétain s’est déclaré inquiet à propos de la santé de Václav Havel. Il a proposé à l’ancien président tchèque les soins de la médecine tibétaine.

     

    Peut-être a-t-il proposé de soigner l'ancien président tchèque avec ses urines ou des mixtures préparées avec ses excréments. Cela vous choc ? Vous pensez que c'est une blague scatologique?

    Pas du tout , car dans l'entourage de l'autoproclamé océan de sagesse , c'est ainsi que l'on soigne les malades. Impossible!!! direz-vous. Lisez le livre de Heinrich Harrer , grand ami de dalai lama , qui ne pourrait en aucun cas vouloir nuir à son mentor. Heinrich Harrer a ecrit un livre dont s'est inspiré l"auteur du film "7 ans au Tibet".

  • Le Tibet d’hier était une théocratie.

    Le congressiste français, Maxime Vivas, administrateur du Grand Soir, invité en raison de la publication de son livre « Pas si zen, le dalaï-lama », avait proposé de traiter de la question de la laïcité, qui fait d’ailleurs l’objet du dernier chapitre de son livre. Livre que je vous ai présenté ,avant sa sortie, dans un article précédent sur ce blog.

     

    En préambule de mon intervention sur la laïcité, je voudrais dire quelques mots sur le prétendu retrait du dalaï-lama de la vie politique.

     

    En mars 2011, il a déclaré urbi et orbi qu’il se retirait de la vie politique. C’est une ruse.

    En août 2011, dans une interview au quotidien français Le Monde, le dalaï-lama a réitéré sa décision de retrait, mais en précisant bien qu’il restera une figure symbolique et non une « marionnette » dont le premier ministre de son gouvernement tirerait les ficelles. Et, après s’être précipité à la maison Blanche pour discuter avec le président Obama, il a donné son avis (négatif) sur la capacité de la Chine à se démocratiser et il a défini ce dont les Chinois ont besoin en matière d’information.

    Le dalaï-lama conseillera le Cabinet (Kashag) et le Parlement sur les enjeux majeurs « touchant le peuple tibétain : son bien‐être général, la protection du patrimoine religieux et culturel et la résolution du problème du Tibet », de sa propre initiative chaque fois qu’il le jugera nécessaire, ou à l’inverse lorsque le Cabinet et le Parlement le solliciteront. Il poursuivra les rencontres avec des dirigeants et des personnalités internationales.

     

     

    Le dalaï-lama restera une autorité spirituelle (article 1er de la nouvelle charte Tibétaine : « Sa Sainteté le Dalaï Lama est le « Protecteur et le symbole du Tibet et du peuple tibétain » qu’il appelle « Mon peuple ».

     

    Imaginez que le pape qui vit au Vatican, à Rome parle des Italiens (et pourquoi des Français ?) en les appelant « Mon peuple ».

     

    Certes, avec l’entrée en vigueur de la nouvelle Charte constitutionnelle du « gouvernement en exil », beaucoup de ses prérogatives ont été transférées aux représentants élus (élections non contrôlées), néanmoins la vérité est que le dalaï-lama, âgé et malade, s’est déchargé de tâches administratives sur un exécutif et qu’il continuera d’être le fer de lance d’une guérilla politico-médiatique aventureuse contre son pays : la Chine.

     

    De part le miracle de la réincarnation, il est doté d’un pouvoir moral que n’aura jamais un gouvernement qu’il aura contribué à mettre en place. Même s’il est hasardeux de comparer en deux mots des pays et leur Constitution, on ne peut que penser à l’Iran la plus grande théocratie du monde ou le président Mahmoud Ahmadinejad est soumis à la puissance suprême de la Charia sur laquelle veille Ali Khamenei, ayatollah et Guide suprême de la Révolution islamique devant lequel le président élu doit s’incliner.

     

    Le dalaï-lama demande à Pékin de le laisser rentrer au Tibet comme « simple moine ». C’est une autre ruse. Il est le dalaï-lama, une âme réincarné, un demi-dieu vivant qui a passé sa vie à convaincre le monde qu’il est le chef spirituel et temporel du Tibet.

     

    Bouddhisme, dalaï-lamisme et laïcité.

     

    En France, et dans d’autres pays européens, le 18ème siècle, le « siècle des lumières » a semé des idées nouvelles sur le gouvernement des sociétés humaines. Le sort des pauvres en a été transformé.

     

    Les savants, philosophes, écrivains, impliqués dans la production de ces idées instruisaient la critique de l’absolutisme, affirmaient qu’il fallait favoriser le progrès économique, diffuser partout l’enseignement, favoriser la généralisation des techniques, combattre tous les préjugés. Ils professaient le primat des talents sur les dogmes et sur les privilèges de la naissance, la subordination des intérêts privés au système d’un État censé représenter le bien public. Ils prétendaient donner un sens au monde et trouver les outils intellectuels pour le transformer. Ils affirmaient que la raison peut et doit récuser les coutumes et les lois qui portent atteinte à la justice.

     

    I - Le principe de laïcité cher aux Français.

     

    Même si le concept de laïcité trouve ses racines dans les écrits des philosophes grecs et romains, dans ceux des penseurs du siècle des Lumières, le néologisme « laïcité » (Du grec laikos : peuple.) est assez récent. Il est apparu au xixe siècle.

     

    Le concept désigne le caractère des institutions qui sont indépendantes du clergé et des Églises. l’État est sécularisé.

     

    C’est un principe d’impartialité, de neutralité de l’État à l’égard des Églises. Les croyances sont égales entre elles. L’Etat les respecte toutes de manière égale, il n’en reconnaît aucune. La liberté de croyance et de pratique est entière dans les limites de « l’ordre public ». L’État s’interdit d’intervenir dans les affaires religieuses, les religions n’ont pas le droit d’intervenir dans les affaires de l’Etat au nom d’un Dieu. L’Etat défend les droits de chaque citoyen contre des règles religieuses qui seraient en contradiction avec l’ordre public ou la loi civile.

     

    En résumé, la laïcité suppose la stricte séparation de l’Eglise et de l’Etat et la suprématie de la loi civile sur les lois religieuses comme la charia musulmane, le dharma bouddhiste, etc.

     

    La loi française du 9 décembre 1905 y veille avec ses principes de non-ingérence réciproque.

     

    Chez nous, la mise en œuvre de ce nouveau concept de coexistence entre le civil et le religieux n’a pu se faire sans remise en cause de prérogatives exorbitantes de l’Eglise, fruits de sa toute puissance passée, voire d’un totalitarisme politico-idéologique (autodafés, mises à l’Index, Inquisition, bûchers, massacre de la Saint-Barthélemy…). En d’autres termes, la naissance de la laïcité s’est accompagnée de la disparition de certains privilèges religieux.

     

    Les dispositions de la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat, n’ont pas fait l’objet d’une négociation entre l’Église Catholique et le législateur. Ce fut un combat dans lequel la République a voulu voir un élargissement des libertés et l’Eglise une persécution. Elles ont été imposées comme une nécessité supérieure pour le respect de toutes les croyances et pour assurer la suprématie de l’Etat dont les représentants ne sont pas choisis par le Vatican, mais dans les bureaux de vote, par le suffrage universel, clé de la démocratie.

     

    Qu’est-ce que la cohabitation harmonieuse des différentes croyances ?

     

    En France nous avons, dans l’ordre de leur importance, les religions catholique, musulmane, protestante (branche séparée du catholicisme), juive, bouddhiste. Mais je devrais citer aussi un fort courant de pensée qui représente 45% de la population et qui s’appelle l’athéisme.

     

    L’article 28 de la loi de 1905 dispose : « Il est interdit, à l’avenir, d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices servant au culte, des terrains de sépultures dans les cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions ». On ne détruit pas ce qui existait avant la loi de 1905, mais on ne construit plus rien de religieux dans l’espace public qui est ainsi rendu un peu plus neutre.

    II- Le Tibet d’hier était une théocratie.

     

     

    Qu’est-ce qu’une théocratie ? Un pays justement où les institutions sont dépendantes du clergé et d’une Église. Un pays où une religion régit la vie publique au nom de Dieu. La loi religieuse prévaut sur la loi civile. La gestion des affaires du pays est confiée aux religieux. Les libertés civiles, s’arrêtent où commence la loi de croyants.

     

    L’Église dominante s’autorise à définir ce qui est religion et ce qui ne l’est pas. Dans les théocraties, il y a une religion officielle, hégémonique, qui exclue plus ou moins radicalement les autres et qui nie l’athéisme.

     

    Ecoutons Alexandra David Néel, parler du Tibet des dalaï-lamas. A-D Néel est une grande exploratrice française, spécialiste du Tibet : « La souveraineté du clergé y est fortement établie. Le monarque absolu du pays en est le grand chef religieux, un pontife tenu pour supra-humain ».

     

    Le Tibet était une dictature des moines intouchables, quadrillant la population pour faire respecter le dharma.

     

    Les moines étaient omniprésents au Tibet des dalaï-lamas : 100 000 à 125 000 moines jadis pour 1 million d’habitants. Plus de 46 000 aujourd’hui pour 2,8 millions d’habitants.

     

    Pour 65 millions d’âmes, la France ne compte que 15 340 prêtres catholiques. Avec les diacres, laïcs impliqués et religieuses, on doit peut-être atteindre les 40 000.

     

    Pour que la proportion soit la même en France qu’au Tibet, il faudrait que nous ayons plus d’un million de prêtres (ou de serviteurs de toutes les religions en vigueur chez nous). Une trentaine dans chaque village, nourris et vêtus par les villageois.

     

    Le bouddhisme est globalement en recul dans le monde.

     

    Il a cédé une part notable de ses positions à l’hindouisme en Inde, à l’islam au Pakistan. Des historiens affirment que ses effectifs stagnent depuis un siècle. Son instrumentalisation politique par une de ses branches tibétaines risque d’accélérer son inéluctable déclin.

     

    Le dalaï-lama est-il converti à la laïcité ?

     

    En 2003, Kelsang Gyaltsen, envoyé du 14ème dalaï-lama auprès de l’[Union européenne, affirma que le dalaï-lama était favorable à la séparation de l’Église et de l’État. Il a pris le temps de réfléchir.

     

    En visite au Japon en novembre 2009, le dalaï-lama a prôné le respect de toutes les religions : « Le tort de toutes les grandes religions est de croire qu’elles sont chacune supérieure aux autres ». « Le monde se portera beaucoup mieux en embrassant le sécularisme qui signifie le respect de toutes les religions quelles qu’elles soient », a-t-il soutenu.

     

    Mais les écoles ouvertes à Dharamsala en Inde, où il vit, sont bouddhistes (on voit des portraits du dalaï-lama, ont prie en classe).

     

    Son gouvernement en exil comprend d’ailleurs un ministre de la Religion et de la Culture, un Département des Affaires religieuses, des députés représentent la religion bouddhiste.

     

    A Dharamsala, le dalaï-lama fait actuellement la chasse à une branche du bouddhisme qui ne lui agréé plus, les adeptes de la déïté Shougden, vénérée dans la tradition bouddhiste un peu partout dans le monde, en Chine, en Inde, au Népal, en Mongolie, au Bhoutan, au Bengale et qui compte même des fidèles en Russie, en Europe, aux Etats-Unis.

     

    Dans une émission du 9 août 2008, la chaîne de télévision France 24, qui diffuse des informations internationales, et qui se veut une « CNN à la française », a diffusé un reportage où dalaï-lama après avoir, dit-il, « mûrement médité » (tout seul) prononçait « un discours d’une rare violence dans une université du sud de l’Inde » où il enjoignait à ses fidèles en exil avec lui de ne pas parler avec leurs frères et sœurs, adeptes de Shougdèn. France 24 nous apprend que : « Les moines Shougdèn ne peuvent […] plus entrer dans les commerces, les lieux publics et même dans les hôpitaux. Dans les rues, on peut voir les portraits de leurs leaders placardés sur les murs, comme des hors-la-loi ».

     

    Doit-on, par anticipation, imaginer le sort qui serait réservé aux Shougdèn dans un Tibet dont le dalaï-lama et les siens seraient les maîtres ? Peut-on anticiper sur le tollé mondial que provoqueraient de telles mesures prises au Tibet par le gouvernement de Pékin contre la branche du bouddhisme dont le dalaï-lama est le chef ?

     

    Le ralliement, si tardif, du dalaï-lama à la démocratie, à la laïcité est contredit par les faits, qui démontrent que les méthodes de gouvernement en vigueur au Tibet sous son règne et celui de ses prédécesseurs continuent à guider son inconscient méditatif en Inde.

     

     

     

    Nous voyons là un exemple de double-discours. Dans le cadre de son voyage en août 2011 dans le sud de la France, à Toulouse où je vis, le dalaï-lama a fait éditer un document d’information où, dans le paragraphe intitulé : « La promotion de l’harmonie entre les religions », nous lisons ces excellentes choses : « En tant que moine bouddhiste, et religieux pratiquant, le Dalaï-Lama a également comme objectif de promouvoir l’harmonie entre toutes les traditions religieuses. Toutes les religions du monde sont fondées sur des valeurs éthiques de compassion, d’amour et de tolérance. Parce que les êtres humains ont des aspirations et des dispositions diverses, il est important et nécessaire d’avoir différentes religions dans notre monde. A la base d’une relation harmonieuse entre les différentes traditions, il doit y avoir un respect, une compréhension et une estime mutuelle ».

     

    C’est dit. Il reste au dalaï-lama à se conformer à son discours.

     

    De l’inconvénient à mêler foi religieuse et combat politique.

     

    En France, des adeptes du bouddhisme ne font pas la différence entre le dalaï-lama et le bouddhisme, entre le bouddhisme et le Tibet.

     

    Nos médias et, par suite, une partie de la population et de classe politique croient défendre la liberté et la liberté religieuse en soutenant le combat pour l’indépendance du Tibet.

     

    L’histoire de toutes les religions nous montre que la libre pratique de la foi est incompatible avec des combats politiques (exemple : la religion musulmane, suspecte partout, surveillée en France jusque dans les mosquées).

     

    D’aucuns, dont je suis, se positionnent pour le droit des bouddhistes à pratiquer un culte qui, en ne se transformant pas en cheval de Troie d’une ambition politique, ne se mettrait pas en situation d’être combattu. Je lis dans un Rapport de groupe interparlementaire d’amitié du Sénat français daté du 17 octobre 2007 : « La religion tibétaine, soupçonnée - non sans raison - d’avoir un lien avec la dissidence politique et le « séparatisme », demeure sous haute surveillance » (au Tibet).

     

    Le renoncement par les religions à mener des combats politiques ouverts et leur engagement à respecter les Institutions favorisent la liberté du culte (les prêches dans les églises catholiques ne font l’objet d’aucune surveillance en France).

     

    Jadis, l’arrogante puissance de l’Eglise s’opposant à l’évolution de la société en soutenant les privilèges du roi, des nobles et les siens propres, a conduit à sa persécution pendant la révolution de 1789.

     

    Dès l’instant où l’Eglise catholique a accepté le principe de laïcité en France, la séparation de l’Eglise et de l’Etat, elle a accédé à une vie paisible, elle a bénéficié de la neutralité de l’Etat, lequel la protège contre d’éventuels actes anticléricaux.

     

    On voit bien que, se démarquer du dalaï-lama, ce n’est pas s’attaquer au bouddhisme, c’est au contraire le protéger.

     

    Le renversement de la tendance du bouddhisme à décliner, à supposer que cela soit possible à notre époque, ne peut passer par des combats politiques d’arrière-garde, par des revendications territoriales, par le refus de respecter les autres croyances, par des chasses aux croyants déviants, par un enseignement bouddhiste exclusif des autres croyances ou des non-croyances et par des ruses médiatiques qui ne résistent pas à l’examen et que le temps va dévoiler.

     

    Je vous remercie.

     

    Maxime VIVAS