dalai lama - Page 4

  • Nouvelle désinformation à propos du Tibet: Lettre ouverte à M. Daniel Couvreur, journaliste au Soir

    Voici une lettre ouverte de André Lacroix, auteur de la traduction

    Mon combat pour un Tibet moderne. Récit de vie de Tashi Tsering (éd. Golias, 2010)

    de l’original anglais The Struggle for Modern Tibet. The Autobiography of Tashi Tsering

    par Melvyn Goldstein, William Siebenschuh et Tashi Tsering

    Lettre ouverte à M. Daniel Couvreur, journaliste au Soir

    Cher Monsieur Couvreur,

    Dans Le Soir des 19 et 20 mai 2012, vous annoncez l’ouverture au Musée Hergé de Louvain-la-Neuve d’une exposition intitulée Au Tibet avec Tintin.

    On peut y lire :

    « Fanny Rodwell, fondatrice du Musée et légataire universelle de l’œuvre d’Hergé, a tenu à monter cet événement pour que personne dans le monde n’oublie la situation dramatique du Tibet : ‘Une culture et une riche spiritualité sont en passe de disparaître là-bas. On compte déjà 1,2 millions de morts (…)’ ».

    Je n’arrive pas à comprendre qu’un journaliste puisse ainsi se faire l’écho d’une contrevérité aussi énorme. Mme Rodwell étant manifestement plus compétente dans le maniement des millions de francs, de dollars et d’euros, son estimation du nombre de victimes tibétaines n’a pas beaucoup de signification. Par contre, il est infiniment regrettable qu’un journaliste en arrive à cautionner un telle aberration. Ce serait trop facile, cher Monsieur Couvreur, de vous en tirer en faisant remarquer que vous avez mis entre guillemets les propos de Fanny Rodwell : les lecteurs du Soir attendent des journalistes qu’ils fassent preuve d’esprit critique, qu’ils soient capables de prendre du recul par rapport à ce qu’ils rapportent et de recadrer les informations.

    Nul ne devrait ignorer en 2012 que ce chiffre de 1 200 000 morts, apparu pour la première fois en 1984, est un des mensonges forgés par l’entourage du dalaï-lama afin de tenter de gagner l’opinion occidentale à ses thèses indépendantistes[1]. Mais qu’en est-il de la réalité ?

    En 1999, le journaliste Patrick French est allé sur place à Dharamsala pour enquêter sur les allégations des indépendantistes tibétains ; il y a constaté que leurs chiffres avaient été systématiquement manipulés, ce qui l’a décidé à démissionner de la présidence de Free Tibet[2].

    Le politologue Barry Sautman a lui aussi démontré que ces chiffres avaient été inventés de toutes pièces : selon les autorités tibétaines en exil, il y aurait eu très précisément : 156 758 personnes exécutées, 432 067 tombées sur le champ de bataille, 413 151 mortes de faim, 92 931 décédées sous la torture, 174 138 dans les camps et, le comble, très exactement 9 002 suicides[3] ! Outre que les Tibétains n’avaient pas l’habitude de recenser les nouveau-nés ni de compter les morts, on mesure le caractère entièrement fictif de ces curieuses précisions quand on sait que le Tibet était alors sous surveillance chinoise et que les chiffres émanent du « gouvernement tibétain en exil ».

    Si besoin en était encore, la pyramide des âges confirme qu’il n’y a jamais eu de génocide au Tibet : on n’y constate aucun « trou » démographique significatif, mais seulement un tassement dans la tranche de … 0 à 4 ans, comme cela se passe dans beaucoup de pays… avancés[4].

    La population tibétaine globale, estimée à quelque 2 500 000 dans les années 50 dépasse aujourd’hui 6 000 000 : comment cet accroissement spectaculaire aurait-il pu avoir lieu si le prétendu génocide avait eu lieu ? Cela prouve à suffisance que nous sommes en présence d’une formidable mystification, qui, à force d’être ressassée usque ad nauseam, risque d’apparaître comme une vérité.

    Ce n’est pas la première fois, hélas, que Le Soir se laisse aller, à propos du Tibet, à écrire n’importe quoi. On se souvient notamment du reportage fantaisiste et partial de Philippe Dutilleul publié dans Le Soir en juillet 2009, sous le titre Tibet, l’improbable pays conquis : ce ramassis d’erreurs et d’approximations n’avait donné lieu à aucun démenti de la part du quotidien. J’espère que cette fois Le Soir aura à cœur de publier la présente.

    Veuillez agréer, cher Monsieur, l’expression de ma considération distinguée.

    André Lacroix,

  • Le dalaï lama refuse de condamner les immolations de lamas par le feu

    624_341_51485851_47974957_640554_6220370.jpg

    Le dalaï lama a ouvertement refusé de condamner les immolations par le feu de lamas dans les régions tibétaines de la Chine.A noter qu'aun incident ,aucune immmolation a eu lieu dans la Région Autonome du Tibet.

    Le soi-disant "leader spirituel" des bouddhistes tibétains a accueilli froidement cette semaine la nouvelle d'un nouveau suicide avec un brusque "sans commentaire" à la question d'un journaliste lui demandant si les moines devaient cesser de s'auto-immoler.

    Ces derniers jours, le dalaï lama se prélasse apparemment dans la gloire, après avoir reçu le Prix Templeton de 1,77 millions de dollars et rencontré le Premier ministre britannique David Cameron, au mépris de l'indignation et des protestations du gouvernement chinois.

     

    Le reste d'influence du "leader spirituel", même après sa prétendue retraite l'année dernière, lui plaît tellement qu'il ne semble pas se soucier de la perte de vies ordinaires.

    Ou peut-être ne s'en est-il jamais soucié. Les victimes de ces autoimmolations étant de jeunes moines endoctrinés dès l'enfance par dalai lama et sa bande.

    Le 14e dalaï lama s'est prétendument battu pour les droits et les intérêts des Tibétains depuis sa fuite de Chine en 1959. Ces déclarations cependant, ne sont destinées qu'à apaiser les bouddhistes tibétains dévots qui ont encore foi en lui, et à persuader ses supporters occidentaux de continuer à soutenir son mouvement pour "l'indépendance du Tibet", qui vise à séparer le Tibet de la Chine.

    Avec cet objectif à l'esprit, le dalaï lama était certainement ravi de voir le problème du Tibet devenir une question politique internationale. En outre, la vague d'auto-immolations de l'année dernière lui a bien servi, en attirant davantage d'attention internationale.Chaque auto-immolation étant bien orchestrée par la bande du Ben Laden bouddhiste , et toujours après que l'on aie bien préparé caméras et appareils photographiques.

    Il n'est ainsi pas difficile de comprendre pourquoi le dalaï lama est resté silencieux et apathique envers les morts et les blessés occasionnés par ces événements tragiques.

    Au lieu de condamner et d'appeler à la fin des actes suicidaires qui s'écartent des principes du Bouddhisme, le dalaï lama a même fait l'éloge du "courage" des auto-immolateurs.

    Plus de 20 Tibétains sont décédés d'auto-immolations depuis mars 2011.


    Dalaï Lama - le démon à l'interieur par Stratasie

  • Dalai lama comme toujours ment et agit en contradiction avec ses paroles

    Alors qu'il prétend avoir cessé son rôle politique ,dalai lama ne cesse de multiplier les actes et rencontres politiques. Tout dans sa démarche nous montre un pauvre type ,looser éternel, dont le seul but est de nuire à la Chine et aux Chinois . Ceci depuis les années 50 quand il a commencé à être financé et armé par la CIA. Il était alors un objet des forces américaines dans la guerre froide.

    Le dalaï-lama était de passage à l'Université d'Ottawa pour y donner une allocution.

     

    Le leader politique des Tibétains en exil , âgé de 76 ans,  a plus tard été reçu en privé par le premier ministre Stephen Harper,au grand dam de notre autoproclamé océan de sagesse et ses partisans qui espéraient une réception officielle.

    Extrait de Canoë du Québec:

    Les partis d'opposition, les députés du gouvernement et la vedette d'Hollywood Richard Gere ont uni leurs forces pour critiquer le premier ministre Stephen Harper, pour ne pas avoir rencontré publiquement le dalaï-lama.

    Ce dernier était de passage à Ottawa dans le cadre de la 6e Convention mondiale des parlementaires pour le Tibet.Le soi-disant leader spirituel des Tibétains fit un discours qui portait sur la démocratie, la protection de la culture tibétaine et les relations avec la Chine.

    Comme on le voit, pas de politique, rien que du spirituel .(MDR)

     

    Journal canadien:

    Le député conservateur Rob Anders, qui appuie depuis longtemps un Tibet libre, a dit qu'il était heureux de constater que la réunion avait quand même eu lieu, alors que le Stephen Harper avait boudé le dalaï-lama lors d'une visite en 2009.

     

    Comme vous voyez le dalai lama sans cesse martèle que jamais il ne demande un Tibet libre ,mais il multiplie les contacts avec des gens dont le rêve est d'amputer la Chine d'une partie de son territoire.

    Je rappelle qu'à l'ONU , tous les pays reconnaissent que le Tibet est bien une partie intégrale de la Chine .

    Donc ces agitations de dalai lama sont comme toujours nulles et non avenues ,vouées à l'échec.

    Ce qui est déplorable , c'est que les leaders occidentaux n'aient pas le courrage de condamner une bonne fois pour toute ce crimminel qui n'hésite pas à envoyer de ses jeunes partisans endoctrinés depuis l"enfance, se faire immoler au nom de ses mensonges et intérêts cupides.

    Condamnons haut et fort dalai lama

     

  • Les Français tiennent à une France laïque , pourquoi les Tibétains n'auraient pas droit à un Tibet laïque

    Le Français tient de manière absolue à ce que la France soit et reste laïque , et c'est bien normal.

    Ce qui est incompréhensible, c'est que certains Français ne trouvent pas normal que les Tibétains

    aient les mêmes aspirations. Ces Français qui monteraient sur les barricades si par malheur un

    cardinal voulait prendre le pouvoir en France ou même s'il osait mettre son grain de sel dans la

    manière dont les politiques gèrent les affaires de l'Etat , voudraient que les Tibétains acceptent que

    théocrates sanguinaires qui sévissaient jadis au Tibet reviennent y établir leur dictature.

    Ces bobos réduisent la riche culture Tibétaine à la seule secte religieuse du bouddhisme tantrique

    qui ne représente qu'une infime partie des bouddhistes asiatiques. Comme si on ne voyait dans la splendide

    culture française que l'héritage catholique en ignorant tout ce que la France indépendante du catholicisme doctrinaire a donné au monde.

    Il faut que l'on aborde la question du Tibet d'une manière plus objective et rationnelle . Pour cela il faut arrêter d'écouter les mensonges de dalai lama et de la bande de voyous de son entourage. Admettre que pour 90% de la population tibétaine , le Tibet était un enfer lorsque ces théocrates sévissaient au Tibet.

     

    Aujourd'hui, conformément aux lois chinoises, le peuple du Tibet peut élire directement ses députés aux assemblées populaires à tous les niveaux, et a le droit de participer à l'administration des affaires nationales et régionales.Le

    produit intérieur brut (PIB) du Tibet est passé de 174 millions de yuans en 1959 à 39,59 milliards de yuans en 2008.

    En outre, un système industriel moderne, qui n'existait pas en 1959, a pris forme dans cette région autonome.

    La langue tibétaine est largement utilisée dans les écoles, le travail du gouvernement, les actes judiciaires, les informations de la population et le développement des logiciels informatiques.

    Tout ceci , je l'ai constaté lors de mes voyages au Tibet après avoir conversé avec de nombreux Tibétains de tous niveaux et sans interprète, sauf quelques rares personnes très agées ne parlant pas chinois.

    Moi qui n'avait à priori rien contre le dalai lama , j'ai alors pris conscience que ce type n'était qu'un usurpateur et un fieffé menteur.

    Le Tibet n'appartient pas plus aux bonzes que la France aux curés.

  • C'est le dalai lama qui extermine la culture du Tibet

    En novembre 2011, le 14e dalaï-lama a déclaré au Japon que la raison des auto-immolations de moines tibétains était "la politique de la Chine visant à exterminer la culture tibétaine".

    Sur "la culture tibétaine", le dalaï-lama recourt à la logique suivante : la culture du Tibet est la culture du bouddhisme tibétain, la culture du bouddhisme tibétain est la culture de la Secte Guélougpa (la secte dite des "bonnets jaunes" du bouddhisme tibétain dont fait partie le dalaï-lama), tandis que le dalaï-lama a le dernier mot dans la Secte Guélougpa.

    En d'autres termes, tout ce qui va à l'encontre du dalaï-lama est considéré par lui comme "une extermination de la culture tibétaine". Quelle idée ridicule! Le dalaï-lama se croit encore propriétaire de serfs, avec le Tibet comme sa propriété personnelle et le peuple tibétain ses esclaves.

    Un érudit a indiqué que la soi-disant "culture tibétaine exterminée" se réfère au privilège absolu des figures religieuses. Aux yeux du dalaï-lama, le fait que les Tibétains ordinaires maîtrisent la culture pourrait faire vaciller la hiérarchie rigide de la théocratie.

    En fait, la culture tibétaine réside non seulement dans la culture religieuse mais aussi dans la culture folklorique, non pas seulement la culture traditionnelle mais aussi la culture moderne, et non pas seulement dans la culture du groupe ethnique tibétain mais aussi dans les cultures d'autres groupes ethniques, tels que la culture confucéenne, la culture mongole et la culture mandchoue.

    La culture religieuse n'a jamais été le contenu unique de la culture tibétaine, et encore moins la "culture du dalaï-lama" ou la "culture Guélougpa". Le 14e dalaï-lama cherche tous les moyens possibles pour tromper le monde en faisant croire que développer la culture tibétaine c'est développer la culture Guélougpa. Ce qu'il fait est la pire "extermination de la culture du Tibet"!

    D'après l'auteur, "l'extermination de la culture tibétaine" selon le dalaï-lama montre son objectif dangereux : il cherche à satisfaire la demande des séparatistes tibétains et à remuer les forces occidentales pour faire pression sur la Chine" afin de réaliser son but de rétablir le servage au Tibet et de séparer celui-ci de la Chine.

  • Pourquoi le dalaï-lama incite-t-il délibérément les Tibétains à s'auto-immoler?

    Le dalaï-lama a appelé le 22 février les Tibétains à ne pas célébrer Losar (le Nouvel An tibétain) afin de commémorer les "héros du Tibet tombés au combat " depuis Dharamsala en Inde.

    Cet appel n'a eu aucun suivi dans la Région autonome du Tibet et tous les Tibétains ont fêté Losar selon leur tradition.

    Le dalaï-lama a délibérément encouragé les Tibétains à s'auto-immoler en appelant l'ensemble des Tibétains à ne pas célébrer Losar en mémoire des personnes qui se sont immolées par le feu.

    Cela fait plus de deux mille ans que les Tibétains célèbrent Losar, qui est un véhicule important de la culture, des coutumes et des émotions tibétaines. Les Tibétains peuvent obtenir la grande âme de Losar après une année de dur labeur.

    Quoi qu'il en soit, l'auto-immolation est un moyen extrême pour mettre fin à sa vie. A notre époque, tout groupe ou force qui encourage l'auto-immolation à des fins illégales et quelque soit le lieu est certain de se voir condamné.

    Une déclaration de l'ONU sur les mesures visant à éliminer le terrorisme international a indiqué que les actes criminels conçus pour provoquer un état de terreur dans une population, un groupe de personnes ou une communauté particulière pour des raisons politiques sont injustifiables en toutes circonstances, quelles que soient les considérations de nature politique, philosophique, idéologique, raciale, ethnique, religieuse ou de tout autre nature qui pourraient être invoquées pour les justifier.

    Des "émeutes du 14 mars" en 2008 aux auto-immolations récentes, chaque incident a été prémédité bien à l'avance et s'est produit au prix de la tranquillité de tibétains ordinaires, voire même de leur vie.

    Il y existe une citation bouddhiste qui dit : "sauver une vie vaut plus que construire une pagode de sept étages". Si on regarde en arrière, combien de jeunes vies ont été perdues à cause des manipulations du dalaï-lama? Même si le dalaï-lama faisait construire des centaines de milliers de temples, il ne pourrait compenser son péché d'avoir incité aux innombrables auto-immolations de jeunes moines.

     

  • Wen Jiabao : La croyance religieuse des Tibétains est protégée par la loi


    Suite à la clôture de la 5e session de la 11e Assemblée nationale populaire (APN), le Premier ministre Wen Jiabao a tenu une conférence de presse à Beijing. En réponse à une question sur les tragédies d'immolation dans la région tibétaine, M. Wen a exprimé tout d'abord ses condoléances envers les moines.

     

    « Nous protestons contre les actions extrêmistes comme l'immolation qui troublent et ruinent l'harmonie de la société », a déclaré M. Wen, en déclarant que les moines tibétains sont « innocents » et qu'il ressent de la tristesse envers leurs actions.

     

    M. Wen a souligné que le Tibet et les régions tibétaines de la province du Sichuan (sud-ouest) sont des parties indissociables de la Chine. Le « gouvernement en exil » à Dharmsāla en Inde, manipulé directement ou influencé indirectement par le Dalaï-lama, est établi sous l'intention de séparer la zone tibétaine de la patrie. « À ce sujet, la position et le principe de la Chine restent fermes», a affirmé M. Wen.

     

    La Chine pratique le système de l'autonomie régionale de minorités ethniques. Bien que le Tibet ait fait de grands progrès sociaux et économiques, il existe encore un écart considérable entre le Tibet et la région intérieure. C'est pour cette raison que le gouvernement a lancé une série de mesures, dont un nouveau plan pour accélérer le développement du Tibet. L'enjeu de ces mesures est d'améliorer la vie des bergers et des paysans dans la zone tibétaine.

     

    Le Tibet a besoin du développement économique, tout en tenant compte de la protection de l'environnement et des traditions culturelles. « Nous respectons la liberté de croyance religieuse du peuple tibétain. Leur croyance est protégée par la loi. En même temps, nous devons accorder une attitude d'égalité et de respect à nos compatriotes tibétains et ne cessons d'améliorer notre travail », a conclu M. Wen.

  • Le dalaï-lama applaudit les auto-immolations de moines tibétains en Chine

    Le dalaï lama a applaudi les auto-immolations de moines tibétains, a déclaré vendredi, Zhao Qizheng, porte-parole de la session annuelle du Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC).

    Des gens avaient prévu l'heure et le lieu bien avant que ces incidents malheureux ne se produisent. Certaines personnes ont apporté des caméras pour filmer ces incidents, d'autres ont même tenté de gêner les opérations de secours, a indiqué M. Zhao lors d'une conférence de presse.

    "D'après ce que j'ai entendu, il (le dalaï lama) a applaudi publiquement le courage de ces personnes qui se sont immolées par le feu", a ajouté M. Zhao.

    Une série d'auto-immolations se sont produites ces derniers mois dans les zones tibétaines des provinces du Sichuan et du Qinghai bordant le Tibet. Au moins deux attaques contre des policiers ont été signalées dans les zones tibétaines du Sichuan en janvier, qui ont fait au moins deux morts et une dizaine de blessés.

     



    Le suicide, qui est un manque de respect envers la vie, n'est pas un acte très judicieux, a affirmé M. Zhao.

    Il a appelé les personnes concernées à ne pas prendre de mesures extrêmes pour exprimer leur état d'esprit.

    "Il est important d'éviter d'être induit en erreur", a souligné M. Zhao. "Si vous perdez la vie à cause de mesures extrêmes, il sera trop tard pour le regretter".

  • Pourquoi Sylvie Crossman , les indignés et autres bobos se trompent de cible à propos du Tibet

    En occident en général et en France en particulier , les bobos , souvent de la gauche caviar , aiment se répandre de leur sentiment antichinois , et y vont de leurs petites phrases .

    Je viens d'en piquer une comme cela au hasard , qui reflètent bien le manque de connaissance du sujet et plus encore leur méconnaissance du terrain.

    Mohamed Bouazizi en Tunisie, c'est une seule immolation, et elle a provoqué le départ de Ben Ali et l'effondrement de la Tunisie. Au Tibet il y a eu 23 immolations ! Les Droits de l'Homme sont universels, alors qu'on les applique partout. Pourquoi le Tibet n'y aurait-il pas le droit ?

    Sylvie Crossman est l'auteur de cette phrase aberrante . Spécialiste des aborigènes australiens , comme beaucoup de "gauchistes " et exmaoïstes , cette bobo éditrice de Stephan Hessel , antisémite et anti-chinois notoire qui hors de son désir avoué de voir Nicolas Sarkosy perdre les élections ne souhaite que de voir l'effondrement d'Israël et du Parti Communiste Chinois ainsi que l'éclatement de la Chine.

     

    Sylvie Crossman ne voit pas qu'entre le geste spontané et désespéré de Bouazizi et les immolations orchestrées et téléguidées du Tibet , le seul point commun que la mise en scène.

    Quand Bouazizi commet ce geste de désespoir , il éveille ou réveille la conscience d'un peuple opprimé par la dictature de Ben Ali et qui vit dans une extrême pauvreté. De plus Bouazizi est un représentant du peuple auquel le peuple tunisien peut facilement s'identifier.

    Au Tibet , il ne se passe rien . Les Tibétains pensaient aux préparatifs des fêtes de nouvel an lunaire d'abord et du nouvel an tibétain ensuite. C'est dans la province du Sichuan , dans le conté d'Aba que dalai lama et ses sbires ont trouvé quelques moines et une none endoctrinés, sans aucun esprit critique qui se sont lancés dans des actes que le bouddhisme lui-même réprouve. Ces actes , contrairement à ce qui s'est passé en Tunisie , n'a eu aucune influence sur le comportement du peuple tibétain.

     

    Le responsable des immolations de moines

    Pourquoi? Parce que les Tibétains dont la population a augmenté de manière importante depuis 30 ans, tout comme leur niveau de vie, cherchent à jouir de la paix, du bien-être . Ils sont heureux de l'améloration des infrastructures, des soins et des études depuis que le parti communiste a pris le destin de la région en main.

  • Le Tibet n'est pas ce que l'Occident pense qu'il est (savant finlandais)

     Desktop Wallpapers · Gallery · Travels 
 China, Tibet - Potala Palace

     

    Voici un témoignage (un de plus) qui corrobore ce que je martèle , depuis des années , concernant le Tibet , à savoir que la différence est profonde entre la réalité et les mensonges de dalai lama et sa bande.

    Lorsque j'ai visité la Chine pour la première fois en 2006, j'avais les mêmes idées préconçues sur le pays que la plupart des Occidentaux. En fait, j'avais même un peu peur de descendre de l'avion parce que je pensais que dans un Etat « totalitaire » où tout le monde était sous surveillance, tous mes mouvements seraient surveillés.

    Mais jamais je n'aurais pu me tromper autant. Les gens, y compris les policiers, étaient sympathiques et prêts à m'aider.

    090702_lhasa_tibet_beautiful_tibetan_girl_shopping_morning_elegant_backlight_travel_photography_2IMG_3610.jpg

    Après avoir donné des conférences à Dalian, dans la Province du Liaoning, et à Shanghai, j'ai passé un mois à voyager dans toute la Chine avec ma femme. J'ai cherché l'aide d'un ami chinois pour réserver des billets d'avion et obtenir des réservations d'hôtel. Où irions-nous ? Je voulais voir sa réaction quand je lui ai dit « Lhasa », capitale de la Région Autonome du Tibet. « Pas de problème », a dit mon ami. J'ai eu la même réponse quand je lui ai dit que nous voulions aussi aller dans la Région Autonome Ouïgoure du Xinjiang, en Mongolie intérieure et dans la Province du Yunnan.

    Lhassa était très propre et bien organisée et on y pouvait trouver tout ce qu'on voulait, y compris des raisins frais et d'autres fruits. Nous avons recouru aux services d'un guide seulement pour nos visites du Palais du Potala et du temple Jokhang. Pour le reste de notre séjour à Lhassa, nous sommes restés seuls et nous sommes allés partout où (et fait tout ce que) nous voulions. Les gens, bien sûr, étaient curieux, mais d'une façon conviviale et naturelle. Peu de gens parlaient anglais, mais parler avec eux fut un grand plaisir. Nous avons vu très peu de policiers et la plupart d'entre eux étaient des Tibétains. Grâce à notre visite au Tibet, nous nous sommes rendu compte que pour les gens ordinaires, les pratiques religieuses font partie de la vie quotidienne. Tous les panneaux officiels de Lhassa sont à la fois en tibétain et en chinois, la première langue précédant la seconde dans la plupart des cas. Dans les parcs en face du Palais du Potala, les Tibétains de la campagne pique-niquaient et profitaient de leur séjour à Lhassa. Ce qui me fait dire que tous ces discours occidentaux sur la Chine « étranglant la langue et la culture tibétaines » ne sont rien d'autre qu'un mensonge.

    Ce que j'ai vu au Tibet est le contraire exact de ce que j'avais pu lire dans les médias occidentaux.

    En 2010, j'ai visité la ville-monastère de Kum-Bum et le Lac Kuku-Nor, dans le Province du Qinghai, où je n'ai rien vu d'anormal non plus.

    Alors, pourquoi l'Occident continue-t-il à vouloir donner des leçons à la Chine sur les droits de l'homme?

     

     

    3933125520070824180419031_008_640.jpg



    Il est vrai qu'il y a beaucoup de gens pauvres en Chine, mais au moins ont-ils assez de nourriture pour manger et un endroit pour dormir. A New York, dans le quartier de Manhattan, par exemple, j'ai vu un père chercher de la nourriture dans la rue pour ses quatre enfants. Il a même fouillé dans une poubelle, où il a trouvé un morceau de pain sec, qu'il a essuyé sur son manteau et donné au plus jeune de ses enfants.

    En Chine, j'ai également visité les endroits où vivent les groupes ethniques, mais je n'ai pas vu de vraie misère parmi le peuple. En tant que membre de la minorité svécophone de Finlande, je suis très sensible aux questions « ethniques », car je sais ce que cela signifie.

    1134654314_1436897528.jpg



    Je me toujours senti en sécurité en Chine, mais pas aux États-Unis, en revanche. Là-bas, j'ai vu des gens portant une arme, et je ne pense pas que porter une arme c'est la liberté. Une personne qui pointe une arme sur vous venez parce que vous demandez une chambre d'hôtel tard dans la soirée ne fait en aucun cas usage de ses droits humains pas plus qu'elle n'exerce sa liberté.

    C'est pourquoi je pense que les étrangers qui critiquent la Chine pour ses violations des droits de l'homme ne le font que pour essayer de cacher les problèmes des droits de l'homme dans leur propre pays.

    Certes, il y a eu des émeutes à Lhassa en 2008, mais les émeutiers avaient été manipulés de l'extérieur de la Chine pour créer des troubles et inciter la communauté internationale à boycotter les Jeux Olympiques de Beijing. Ces émeutes ont été l'œuvre de personnes cherchant désespérément à fomenter des troubles dans toute la Chine, mais leurs tentatives ont lamentablement échoué.



    Les Etats-Unis et l'Europe sont englués dans leur crise de la dette. Et quand on sait que les élections présidentielles auront lieu aux États-Unis, en France et dans d'autres pays cette année, il est plus facile pour les hommes politiques de rendre les autres pays responsables de la situation pour gagner la sympathie et les votes des gens. Pourquoi ne pas les médias n'insistent-ils pas davantage sur le mouvement Occupy Wall Street ou les émeutes de Londres et ne les attribuent-ils pas à une mauvaise situation dans le domaine des droits de l'homme ?

    J'ai vécu en Chine pendant un an et demi, et je pense que l'Occident peut apprendre beaucoup de choses de la Chine, en particulier la façon d'améliorer la vie des pauvres. Après tout, la Chine a sorti plus de 600 millions de personnes de la pauvreté lors des trente dernières années.

    J'espère donc que l'Occident cessera de passer son temps à faire des reproches à la Chine et tirera des leçons de l'expérience de la Chine sur différents sujets.

    L'auteur est un savant finlandais.