chine - Page 3

  • Quand la Belgique courtise les autorités chinoises, le PM belge Di Rupo se rend à Dalian et le Premier flamand Kris Peeters à Chongqing

    elio-di-rupo_640x480.jpg

    Di Rupo pour "grand potentiel" dans l'économie innovatrice et le développement durable entre la Belgique et la Chine

     

    Le Premier ministre belge Elio Di Rupo a plaidé vendredi pour l'exploitation d'un grand potentiel de la coopération entre Bruxelles et Beijing, à la veille de son départ pour le Forum économique mondial (FEM) qui se tiendra de mardi à jeudi prochains à Dalian, ville située dans le nord-est de la Chine.

    Le FEM de Dalian a "choisi à un bon moment un bon sujet", l'économie innovatrice et le développement durable, qui a une importante signification pour la coopération entre la Belgique et la Chine, a commenté M. Di Rupo.

    Après plusieurs décennies de développement exceptionnel et vertigineux, la Chine entre dans une nouvelle étape et choisit la voie de développement durable, l'économie innovatrice est un bon moyen de soutenir le développement durable, a estimé M. Di Rupo, notant que la Belgique se trouve aux premiers rangs de l'Union européenne (UE) avec l'Allemagne et le Luxembourg avec une importante proportion de l'économie innovatrice dans l'économie nationale.

    Pour M. Di Rupo, la Belgique a de meilleures industries sur le plan mondial, et la Chine a aussi des technologies de qualité, les deux parties peuvent faire l'alliance entre l'économie innovatrice et le développement durable dans leur coopération. A l'heure actuelle, 300 entreprises belges investissent en Chine, tandis que de plus en plus d'entreprises chinoises investissent en Belgique, la coopération entre la Belgique et la Chine a un grand potentiel, a-t-il indiqué. M. Di Rupo a surtout insisté sur la position géographique et les transports faciles de la Belgique pour le développement de la logistique sur le plan européen, ainsi que les technologies et le savoir-faire dont dispose la Belgique dans l'économie innovatrice.

    Les entreprises belges veulent aussi profiter des opportunités que le développement chinois apporte, pour leur meilleur développement, a ajouté M. Di Rupo.

    Pour le Premier ministre Di Rupo, la coopération entre la Belgique et la Chine a une bonne assise politique. "Il y a une grande amitié entre les Belges et Chinois, les autorités belges et chinoises, les courants passent bien entre les deux parties, beaucoup de responsables belges ont de très bonnes relations avec des responsables chinois", a-t-il dit. Comme Bruxelles est aussi la capitale de l'Europe et "un centre de décideurs, où beaucoup de législations et normes sont établies", la Belgique veut jouer un rôle de "facilitateur" pour le développement de la coopération entre l'Union européenne et la Chine, a conclu M. Di Rupo.

    Durant son séjour en Chine, M. Di Rupo rencontrera son homologue chinois Li Keqiang et sera présent au "Meeting annuel de nouveaux champions 2013". Le FEM de Dalian constitue le plus important rassemblement de décideurs politiques et économiques en Asie. M. Di Rupo rencontrera par ailleurs des dirigeants d'entreprises belges implantées en Chine et des CEO d'entreprises chinoises.

     

    Kris-Peeters 2.jpg

    Le ministre-président flamand Kris Peeters en Chine de dimanche à jeudi

     

    Le ministre-président flamand, Kris Peeters, s'envole ce dimanche pour la Chine, où il dirigera une mission politique, économique et académique jusqu'à jeudi.

    Organisée notamment par Flanders Investment & Trade (FIT), la mission passera par la capitale Pékin et par les villes de Chongqing et Chengdu. Sur le plan politique, des rencontres sont prévues avec le vice-Premier ministre Lio Yandong et avec le ministre de l'environnement Zhou. Au niveau académique, une vingtaine de représentants des universités flamandes sont du voyage, en sorte d'améliorer les liens avec le géant chinois. Une trentaine d'entreprises et d'organisations accompagnent la délégation, intéressée surtout par les deux villes occidentales de Chongqing et Chengdu, moins courtisées par les missions économiques, mais pourtant désignées comme des pôles de développement par les autorités chinoises

     

     

  • La mission d'alunissage chinoise , à la fin de cette année,va utiliser des « armes secrètes »

    001ec92b90291392899405.jpg

    Des « armes secrètes » multiples seront utilisées sur la sonde lunaire chinoise Chang' e-3 dont le lancement est prévu à la fin de cette année pour une mission d'alunissage, a déclaré un scientifique participant au projet , mercredi.

    Durant cette mission, un orbiteur chinois se posera en douceur sur un corps céleste pour la première fois.

    En plus de plusieurs caméras, Chang' e-3 transportera un télescope astronomique à ultra-violet proche pour observer les étoiles, la galaxie et l'univers à partir de la Lune, a indiqué Ouyang Ziyuan, conseiller chevronné pour le programme lunaire chinois.

    Le télescope observera l'univers « plus loin et de façon plus claire », et il suscitera probablement de nouvelles découvertes, puisqu'il n'y aura aucune perturbation de l'aérosphère, de l'ionosphère et de la magnétosphère sur la Lune, offrant ainsi des vues libres des interférences de l'activité humaine, de la pollution et du champ magnétique, a dit M. Ouyang.

     

    PB190366.JPG

    PB190367.JPG

    Photos prises lors de la présentation à la presse des avancées technologiques chinoises

    dans l'exploration spatiale. J'ai aussi photographié les panneaux explicatifs pour ceux qui peuvent lire le chinois ou l'anglais.

    Au premier forum international de Beijing sur l'exploration lunaire et l'exploration de l'espace lointain qui se tient du 3 au 6 septembre, ce dernier a déclaré que l'atterrisseur transporte également une caméra à ultra-violet extrême qui sera utilisée pour la première fois sur la Lune pour surveiller la transformation de la plasmasphère de la Terre et le changement de l'environnement de la planète.

    Le rover lunaire Chang' e-3 déambulera sur la surface de la Lune pour patrouiller et explorer le satellite.

    Un radar sera fixé au fond du rover pour explorer de 100 à 200 m sous la surface de la Lune, ce qui est sans précédent, selon M. Ouyang.

    Chang' e-3 est officiellement entré dans l'étape de son lancement, à la suite des périodes de recherche et de fabrication. Il sera lancé du Centre de lancement de satellites de Xichang, en Chine du Sud-Ouest.

    PB190360.JPG

    PB190361.JPG

     

    « La mission Chang' e-3 utilise une foule de technologies innovatrices. C'est une mission extrêmement difficile présentant un grand risque », a déclaré le mois dernier Ma Xingrui, directeur de l'organisme d'exploration spatiale de la Chine et commandant en chef du programme lunaire.

    La mission Chang' e-3 est la deuxième phase du programme lunaire chinois, lequel inclut la mise sur orbite, l'alunissage et le retour sur Terre. Elle fait suite aux succès des missions Chang' e-2 qui incluent tracer une carte lunaire de haute résolution couvrant toute la surface.

    La fusée porteuse Chang' e-3 a subi avec succès son premier essai, alors que la plateforme de lancement, ainsi que les systèmes de contrôle et d'application au sol sont prêts pour la mission.

     

    PB190364.JPG

    PB190365.JPG

    L'exploration de l'espace lointain par la Chine devrait se rendre au-delà de la Lune, et les scientifiques du pays se préparent activement à appliquer des plans pour explorer Mars, Vénus et les astéroïdes, a indiqué Ye Peijian, scientifique en chef du programme Chang' e-3.

    « Les scientifiques sont toujours disposés à effectuer l'exploration de l'espace lointain, et ils le feront lorsque les conditions le permettront », a déclaré M. Ye.

    Selon M. Ouyang, les objectifs scientifiques de l'exploration du système solaire incluent rechercher la vie extraterrestre; approfondir la compréhension de la Terre en explorant Mars, Vénus et Jupiter; étudier l'impact sur la Terre de l'activité solaire et des attaques d'astéroïdes; chercher de nouvelles énergies et de nouvelles ressources; et préparer le développement futur de l'humanité.

    PB190362.JPG

    PB190363.JPG

     

     

  • Des yeux artificiels seront implantés sur le jeune garçon victime d'une énucléation, un ophtalmologue de Hong Kong va l'opérer gratuitement

    F201309041628152451521673.jpg

    Guo Bin, aidé par un médecin du Shanxi Eye Hospital à Taiyuan, a commencé dimanche un programme de rééducation.

     

    Le jeune garçon, victime d'une ablation oculaire lors d'une agression il y a plus de dix jours, bénéficiera d'implants d'yeux artificiels, a annoncé mercredi un hôpital local.

    Guo Bin, âgé de six ans, avait été drogué par une femme puis entraîné dans un champ, où elle lui a arraché les globes oculaires le 24 août. La tragédie a suscité l'indignation du public à travers tout le pays.

    Jia Yading, directeur de l'Hôpital d'Ophtalmologie du Shanxi, a déclaré que les paupières du garçon avaient guéri et que l'hôpital lui implanterait une paire de prothèses oculaires d'ici un mois.

    "Les yeux artificiels ne pourront pas restaurer sa vue", a néanmoins précisé Jia, également chef de l'équipe thérapeutique en charge du traitement de Guo.

    La police locale a déclaré mardi que Zhang Huiying, la tante de Guo, était le principal suspect dans l'affaire après que des résultats de tests ADN effectués dans le cadre de l'enquête ont révélé que du sang du garçon avait été retrouvé sur les vêtements de celle-ci.

    Zhang, épouse d'un oncle paternel de Guo, s'est suicidée le 30 août en se jetant dans un puits du village de Qiaojiazhuang dans le district de Fenxi.

    Excepté la perte de la vue, Guo Bin est maintenant hors de danger, a déclaré son père.
    La mère de Guo, Wang Wenli, a indiqué que trois spécialistes de la vue de Hong Kong avaient rendu visite à son fils à l'hôpital et affirmé que sa vision pouvait être partiellement restaurée grâce à l'implantation de prothèses oculaires électroniques.

    Un ophtalmologue de Hong Kong a annoncé qu'il allait opérer Guo Bin gratuitement.

    Les dons ont afflué de toute le pays après que l'affaire ait défrayé la chronique la semaine dernière. Guo Zhiping a déclaré avoir reçu plus de 800 000 yuans (130 500 $) de donations.

     

  • Pour connaître le "Tibet libre" , vous êtes invités au Tibet, voyez ce voyage

    Vous ne connaissez pas le Tibet. Vous vous imaginez le Tibet selon les mensonges débités par la propagande antichinoise de la clique de dalai lama financée par la CIA.
     
    Vous voulez vous faire votre propre opinion?
     
     
    Lhassa , qui était une ville interdite aux étrangers quand les moines bouddhistes y régnaient en maître , plus de la moitié des rares étrangers qui s'y risquèrent furent assassinés par ces bouddhistes extrémistes, qui fut aussi interdite lors de la "révolution culturelle de sinistre mémoire, est maintenant ouverte à tous.
     
     
    Voici un voyage vers Lhassa au départ de Beijing au prix minimum de 635 euros .

     
     
     
    • Itinéraire complet
    •  
    • chine,tibet,lhassa,tibet libre


    Palais du Potala

    Jour 01 Pékin - Lhassa

    Un vol du matin vous mènera de Pékin à Lhassa, où l'altitude est de  3.650 mètres d'altitude. Notre guide vous attendra à l'extérieur de la zone de récupération des bagages de l'aéroport de Lhassa, puis vous conduira à l'hôtel bien situé. Après l'enregistrement à l'hôtel, il est suggéré un peu de repos à l'hôtel pour vous acclimater à l'altitude. Ni de bain , ni d' activités vigoureuses ne sont suggérés à l'arrivée le premier jour.  Repas: Sans repas

    Jour 02 Lhassa

    Tout d'abord, vous apprendrez à connaître l'histoire de la région au Musée du Tibet . Voir un aspect des bâtiments  traditionnels tibétains, ce musée est doté d'équipements modernes et possède  de belles collections sur les religions, les coutumes folkloriques et les vestiges historiques. Un déjeuner savoureux sera servi aujourd'hui. L' après-midi, vous pourrez toucher le bouddhisme tibétain au monastère de Sera . Comme des trois grands monastères de Lhassa, il est le plus connu pour l'excellence des débats sur les doctrines bouddhistes entre les moines . Puis, visite de  Norbulingka parc , le plus grand jardin aménagé au Tibet, combinaison harmonieuse de style architectural tibétain et de paysages de la nature. Repas: Le petit déjeuner buffet occidental, déjeuner

    chine,tibet,lhassa,tibet libre


    Tibétains prient

    Jour 03 Lhassa

    Le point culminant de votre visite viendra aujourd'hui qui comprend le Palais du Potala , le Temple Jokhang , Gyangjian Tangka Art Store et la rue Barkhor . Construit sur ​​la base de la colline Rouge, le Palais du Potala a été le centre tibétain de la religion et de la politique depuis des centaines d'années. Vous verrez des milliers d'inestimables collections exposées dans le palais Castellar. Le Temple de Jokhang qui suit est le centre spirituel des Tibétains locaux où tant de pèlerins dévots viennent tous les jours. Vous pouvez suivre leur rythme pour voir ce temple vieux de plusieurs siècles et apprécier les statues bouddhistes rares. Construit à l'origine pour la prière, la rue Barhor autour du temple de Jokhang est une zone commerciale  vedette pour les habitants et les visiteurs. Votre journée se terminera par la visite d'un hôpital de médecine traditionnelle tibétaine. Repas: petit-déjeuner buffet occidental, déjeuner

    chine,tibet,lhassa,tibet libre

    Jour 04 Départ de Lhassa

    S'il vous plaît emballer vos bagages à l'avance et notre guide vous reconduit à l'aéroport aujourd'hui. Souhaitons  bon voyage Nice Back Home! Repas: petit-déjeuner buffet occidental

     

    chine,tibet,lhassa,tibet libre

     
     
    Hébergement
    GradeLuxeNorme
    Lhasa Four Points by Sheraton Hôtel

    Gang-Gyan Lhasa Hôtel Pour l'hôtel Sheraton, supplément de 240 euros.

     

    Il existe aussi des voyages plus longs si vous voilez visiter d'autres régions de la Région autonome du Tibet.

    Conseille : chaque fois que vous avez l'occasion, adressez-vous aux Tibétains

    Posez-leur des questions sur leur vie au Tibet. Sur leurs relations avec les Chinois d"autres ethnies qu'eux, sur leurs espoirs etc...(chauffeurs de taxi ,personnel de l'hôtel , gens qui travaillent et moines)

    Pour cela il faut que vous parliez chinois ou que vous soyez accompagné de quelqu'un de confiance qui parle chinois. Comme cela vous aurez la certitude de l'authenticité des réponses.

  • L'ancien Premier Ministre français Jean-Pierre Raffarin conseille à l'Occident d'établir un nouveau type de partenariat complet avec la Chine.

    sans-titre.png

    Voici un extrait des "Carnets de JP Raffarin", publié avec l'autorisation de JP Raffarin.

    Ce 30 aout, j’organise, avec la Fondation pour la Prospective et l’Innovation, le séminaire annuel du Futuroscope sur « La Chine en 2020″. D’éminents experts s’y retrouvent. Le Ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, a accepté notre invitation. Ensemble nous chercherons à définir quel doit être le meilleur partenariat avec la   nouvelle  Chine.
    La gestion des crises, telle que celle de l’industrie solaire, ne peut tenir lieu de stratégie. La présence de la Chine aux premiers rangs des nations n’est plus contestée. Le discours dominateur de l’Occident, fait de leçons et de reproches, n’est plus guère crédible. La logique du partenariat s’impose.
    Au moment où le nouveau pouvoir chinois s’installe, il est utile de préciser notre vision du « Partenariat Global Stratégique ». En Avril le Président français a créé les conditions de cette réflexion commune.

     

    raffarin-auteur-hagiographe-succes-chine-L-ofeFle.jpg

    Le débat est ouvert sur un partenariat en 3D : le Politique , L’Économique et le Culturel.

    Les grands problèmes du monde ont du mal a être résolus sans le concours de la Chine. Son influence sur la Corée du Nord est nécessaire, mais sa stratégie de « stabilité permanente » freine voire bloque l’action internationale, comme en Syrie. Au cœur de puissants réseaux (Asean, Brics, Boao…) elle décuple son influence. Sans partenariat global avec La Chine, de grands sujets ne seront pas résolus : réforme de l’ONU, « containment »de l’Iran, tensions internes dans les économies « émergentes », développement de l’Afrique,… Ce partenariat exige de notre part des efforts pour comprendre les problèmes de La Chine ( difficile rééquilibrage économique, tensions sociales et régionales, menaces environnementales,…) et notamment ses objectifs internes, spécifiques comme le doublement du revenu moyen d’ici 2020, ou globaux comme « l’Unité nationale ». De son côté, la Chine doit assumer ses devoirs comme elle revendique ses droits. Ses responsabilités l’obligent à ne pas restreindre son horizon à ses seuls intérêts et à partager les valeurs de la communauté internationale. Nous avons entendu Xi Jinping à Boao : « jamais dans l’histoire, les intérêts de la Chine n’ont été aussi liés à ceux du monde, pour le développement comme pour la paix ».

    En économie le dialogue sino-français peut être plus fertile. Il est légitime que la France souhaite rééquilibrer ses échanges mais il est aussi nécessaire que nous partagions des projets communs. Le commerce international ne se limite pas au couple importations/exportations, mais le partage de projets est aussi une forme de coopération moderne. L’aéronautique , le nucléaire, la ville durable, la santé, le tourisme, l’agroalimentaire, les fonds d’investissement binationaux… devraient générer de nouveaux projets. Le Comité France-Chine et son Président J-P. Tricoire mènent, pour cela, une action puissante. Coté Europe, une clarification de la stratégie serait nécessaire. La recherche par la Chine d’une nouvelle croissance, plus inclusive, nous concerne tous. Les partenariats entre PME relèvent également d’une bonne réciprocité. Notre Fondation y travaille dans le Sichuan. Avec l’économie chinoise, mieux vaut partager que juger.

    Issue d’une vieille civilisation que notre histoire a peu fréquenté, la pensée chinoise, enracinée et globalement partagée, autorise la Chine à exporter, avec ses produits, quelques idées. Dans « La voie chinoise, Capitalisme et Empire », F. Aglietta et Guo Bai montrent que la Chine a les moyens de concevoir un modèle original, qui la dispense de copier les modèles du monde. L’exigence d’unité, « l’Harmonie », la pensée complexe, les lois de la transformation, » le développement paradoxal »,..Les sujets de confrontation intellectuelle sont multiples. La Fondation pour la Prospective et l’Innovation, avec la Fondation V. Segalen, la Fondation des Treilles et l’implication décisive de Régis Debray et François Jullien, participe à des échanges éclairants sur nos structures de penser. Si l’Occident veut bien convenir qu’il n’a pas réponse à tout, le dialogue culturel réciproque avec l’Asie est d’une impérieuse modernité.

    Les célébrations du 50ème anniversaire de la reconnaissance de la Chine par le Général De Gaulle au nom de la France, en 2014, nous donne l’occasion d’échanger avec les Chinois sur ce nouveau partenariat à trois dimensions. Si « reconnaissance » est le premier mot de notre coopération, le second sera « réciprocité », traduction française du « Gagnant-Gagnant ».

     

    raffar.jpg

     

    COLLOQUE ANNUEL DE LA FONDATION :

    « QUELLE CHINE DANS QUEL MONDE APRES 2020 ? »

    Ven­dredi 30 août 2013
    Palais des Congrès — Futu­ro­scope de Poitiers

     

    Invi­ta­tion au col­loque 2013 (5.33 MB)

    Pro­gramme col­loque 2013 (98.86 kB)

    Mot de bien­ve­nue de Claude BERTAUD, pré­sident du Conseil Géné­ral de la Vienne

    OUVERTURE :

    • Jean-Pierre RAFFARIN, Vice-Président du Sénat, Pré­sident de la Fon­da­tion Pros­pec­tive et Inno­va­tion,
      Ancien Pre­mier Ministre
    • Laurent FABIUS, Ministre des Affaires étran­gères et Euro­péennes, Ancien Pre­mier Ministre

     

    I– QUELLE CHINE APRES 2020 ?

    A– Un nou­veau modèle économique

    • Jean-Paul BETBEZE, Conseiller éco­no­mique de DELOITTE et Senior Advi­sor du Cré­dit Agricole.
    • Pr Michel AGLIETTA, Eco­no­miste et co-auteur de “La voie chi­noise : capi­ta­lisme et empire”.


    B– Une nou­velle société

    a– De la Chine rurale à la Chine urbaine, Caro­line PUEL, jour­na­liste et écri­vain.
    b– Une voie chi­noise de la démo­cra­tie ? GUO Bai, co-auteur de : “La voie chi­noise : capi­ta­lisme et empire”.

     

    IIPOUR QUEL MONDE APRES 2020 ?

    A– La Chine dans le monde

    • La diplo­ma­tie chi­noise à l’épreuve de la puis­sance par Syl­vie BERMANN, Ambas­sa­deur de France à Pékin.
    • la Chine et la gou­ver­nance mon­diale par Irène HORS, Conseillère prin­ci­pale de l’OCDE pour la Chine.

     

    B– La vision du monde sur la Chine ?

    • L’Europe par Enrique BARON CRESPO, Ancien Pré­sident du Par­le­ment euro­péen, Pré­sident de la Fon­da­tion Euro­péenne pour la Société de l’Information.
    • L’Inde par Dan OIKNINE, Pré­sident de la Chambre de Com­merce et d’Industrie franco-indienne (CCIFI).
    • La France par Jean-Pascal TRICOIRE, Président-directeur géné­ral de SCHNEIDER ELECTRIC SA, Pré­sident du Comité France Chine.

     

     

    IIIUN REGARD CHINOIS SUR LA CHINE APRES 2020

    par CHENG TAO, Ambas­sa­deur, Vice-président de l’Institut des Affaires Étran­gères du peuple chinois.

     

     

    CONCLUSIONS

    Jean-Pierre RAFFARIN et André CHIENG, Pré­sident de l’ASIATIQUE EUROPÉENNE DE COMMERCE,

    Vice Pré­sident du Comité France Chine

     

     

    Futuroscope - Palais des Congrès

    Avenue René Monory 86360 Chasseneuil-du-Poitou

  • La première usine de Volvo en Chine est opérationnelle

    volvo chine.jpg

    La première usine de Volvo en Chine est entrée en opération mercredi dans la ville de Chengdu située dans le sud-ouest du pays après le rachat du constructeur automobile suédois par l'entreprise chinoise Geely Motor.

    Située dans la zone de développement économique et technologique de Chengdu, capitale de la province du Sichuan, l'usine est dotée d'une chaîne d'assemblage complète pour la carrosserie, le soudage, la peinture et l'assemblage final dont la capacité annuelle devrait atteindre 100.000 unités au cours de la première phase.

     

    L'usine comporte également des services affiliés, tels qu'un centre de contrôle de la qualité, un centre de logistique et une piste d'essai.

     

    volvo-hopes-to-grow-under-geely-ownership-18807_1.jpg

     

    Une version plus longue du véhicule Volvo S60L, spécialement modifié pour le marché chinois, sera assemblée dans l'usine. Le nouveau modèle sera fabriqué en série à partir de la fin de l'année, selon un plan stratégique publié plus tôt par Geely.

     

    Un autre véhicule utilitaire sport, le modèle Volvo XC60, sera également assemblé dans l'usine par la suite.

     

    Volvo-en-Chine.jpg

     

    Geely a racheté en août 2010 Volvo Cars Corp. au constructeur automobile américain Ford Motor pour 1,5 milliard de dollars.

     

    L'entreprise a vendu un total de 263.500 véhicules au premier semestre de cette année, en hausse de 19% en glissement annuel.

    geely-1340300-jpg_1220841.jpg

     

     

  • Un fonctionnaire de la province du Shaanxi ,aperçu en train de sourire sur les lieux d'un accident de bus mortel et amateur de montres de luxe, sur le banc des accusés

    montre.jpg

    Yang Dacai

    Un ancien responsable de la sécurité au travail dans la province du Shaanxi (nord-ouest), tristement devenu célèbre après avoir été aperçu en train de sourire sur les lieux d'un accident de bus mortel, est passé en jugement pour corruption vendredi dernier.

    Le Tribunal populaire intermédiaire de Xi'an a annoncé hier que Yang Dacai, ancien chef de l'administration provinciale de la sécurité au travail, était accusé d'avoir reçu de gros pots-de-vin et de disposer d'importantes sommes d'argent dont on ignore l'origine.

    Le fonctionnaire avait été surnommé « frère montre » (qui, par homonymie, signifie également « cousin » en chinois) par les internautes qui se sont rendu compte en observant les photos de ce dernier qu'il portait souvent des montres de luxe différentes.

    Selon des informations non confirmées, les enquêteurs disciplinaires du Parti ont découvert 9 millions de yuans (1,01 million d'euros) sur les comptes en banque de Yang et ont saisi 7 millions de yuans supplémentaires en liquide.

    Yang Dacai avait été fortement critiqué lorsqu'une photo de lui affichant un large sourire sur les lieux d'un accident de la route qui avait coûté la vie à 36 personnes au mois d'août dernier était apparue sur la toile.

    En fouillant dans les photos du fonctionnaire, les internautes ont réalisé qu'il disposait d'une large gamme de montres de luxe. L'accusé s'est pourtant défendu en soutenant qu'il se les était procuré avec son salaire.

    Yang a été démis de ses fonctions en septembre dernier et, d'après les autorités disciplinaires de la province du Shaanxi, il est accusé de manquement disciplinaire et est soupçonné d'avoir commis différents délits.

    montre.jpg

  • Shanghai : 4 entreprises impliquées dans des scandales alimentaires

    Moon-cake-and-tea-800x1280.jpg

    Que les amateurs de moon cake se rassurent, il y a plusieurs centaines de fabricants de gâteaux de lune

    tous très honnêtes et distribuant d'excellents gâteaux dont j'use et , je dois bien l'avouer , j'abuse.

    Le cas rapporté ci-dessous étant une exception d'ailleurs découvert et sanctionné par les autorités chinoises.

     

    Les autorités de Shanghai ont placé quatre entreprises ainsi que leurs patrons respectifs sur liste noire pour avoir enfreint des règles de la sécurité alimentaire, en utilisant par exemple des aliments périmés pour fabriquer des gâteaux de lune ou en ajoutant des capsules de pavot dans la nourriture.

    Trois d'entre elles se sont vu retirer leur licence commerciale, alors que la quatrième était un restaurant qui travaillait en réalité sans licence.

    Les quatre propriétaires ne pourront dès lors plus exercer d'activité en rapport avec le secteur alimentaire pendant une durée de cinq ans, selon un communiqué de l'Administration des denrées alimentaires et des médicaments de Shanghai hier.

    La société Shanghai Panpan Food, installée dans le district de Fengxian, avait mis sur pied un atelier spécialement destiné à produire illégalement des gâteaux de lune avec des ingrédients issus d'anciens gâteaux.

    La société a donc enfreint la loi sur la sécurité alimentaire de Chine et son propriétaire Zhang Ruguo, originaire de la province du Jiangsu, a été entendu par le tribunal populaire du district de Fengxian au mois de juillet.

    Le tribunal n'a toutefois pas encore rendu sa décision.

    Le 4 septembre dernier, des informateurs avaient également annoncé que le restaurant Taiwan Beer Roast Duck dans le district de Hongkou ajoutait des substances illicites dans le canard laqué qu'il servait à ses clients.

    L'Administration des denrées alimentaires et des médicaments de Shanghai avait alors découvert que le restaurant ne disposait d'aucune licence d'exploitation et des analyses ont révélé par la suite la présence de morphine et de papavérine dans ses aliments, des substances chimiques issues du pavot.

    Le propriétaire de l'établissement, Zhang Kede, originaire de la province de l'Anhui, a été condamné à 18 mois de prison et à une amende de 5000 yuans après avoir comparu devant le tribunal populaire du district de Hongkou le 5 février 2013.

    La société Shanghai Anying Food a quant à elle été condamnée à payer 50 000 yuans et à remettre sa licence aux autorités pour avoir repris son activité sans en avoir reçu l'autorisation après un cas d'intoxication alimentaire. Selon le gouvernement local, cette reprise non autorisée a été à l'origine d'un deuxième cas d'intoxication alimentaire.

    Anying faisait en effet l'objet d'une enquête par l'Administration des denrées alimentaires et des médicaments du district de Qingpu après qu'une cinquantaine de membres de son personnel ont été victimes d'une intoxication alimentaire pour avoir ingéré de la nourriture produite par l'entreprise au mois de juin.

    L'Administration a également reçu un rapport sur un autre cas d'intoxication alimentaire de masse le 8 juin et a ensuite réalisé qu'il devait aussi être attribué à Anying, dès lors que la société avait repris ses activités et utilisé des ingrédients scellés. Elle avait redémarré sa production sans même prendre le soin de désinfecter le matériel, ont expliqué des responsables de l'Administration.

    La quatrième société inculpée est le restaurant Jialinge du district de Hongkou.

    Les enquêteurs se sont rendu compte qu'elle utilisait des ingrédients d'origine animale sans aucun certificat de qualité. Des tests plus approfondis ont permis de constater que deux sortes de viande avaient été mélangées avec d'autres ingrédients.

    L'ensemble du matériel douteux a été détruit et le patron du restaurant a dû payer 50 000 yuans d'amende, tandis que son établissement a perdu sa licence

    W020090213620723229181.jpg

  • Sud de la Chine: le chaos ferroviaire remet en question la gestion des crises par les autorités

    canton1.jpg

    La suspension du service ferroviaire dans le sud de la Chine au cours du week-end a laissé des milliers de passagers bloqués dans les gares et mécontents de l'incapacité de la compagnie de chemin de fer à fournir rapidement des informations.

     

    Le service de tous les trains de la gare de chemins de fer de Guangzhou, un carrefour important dans le sud de la Chine, a été suspendu à minuit samedi, après que des éboulements eurent bloqué l'artère ferroviaire de cette métropole méridionale vers la capitale, Beijing, selon la Guangzhou Railway Corporation (GRC).

     

    La GRC a estimé que plus de 80 000 passagers étaient affectés.

     

    Le tronçon du chemin de fer Beijing-Guangzhou dans la province du Guangdong a rouvert à la circulation à 16 h 36, dimanche, après 20 heures d'efforts pour le réparer. Cependant, le service de plus de 20 trains sera toujours suspendu pour les trois prochains jours, en raison des fortes précipitations et des limites de vitesse dans divers secteurs, selon la GRC.

     

    Les fortes précipitations ont causé des éboulements et des inondations dans le nord et l'est de la province du Guangdong.

     

    LA LENTEUR À RÉPONDRE EXASPÈRE DES PASSAGERS

     

    canton.jpg

     

    Des milliers de personnes qui étaient entassées sur la place de la gare samedi, sous une forte pluie, n'ont pu que constater que les trains avaient été annulés, et ils font longuement la queue pour obtenir un remboursement.

     

    Une passagère du nom Wang se dirigeait vers la province du Sichuan, en Chine du Sud-Ouest, et elle était arrivée à la gare à 8 h, mais il n'y avait aucune information concernant son train.

     

    Mme Wang a suivi GRC sur Weibo, une plateforme chinoise de microblogs, mais elle n'a obtenu rien d'utile dans les cinq heures qui ont suivi.

     

    « Je n'ai absolument rien su jusqu'à midi, alors que le grand écran a indiqué que le service de trains était suspendu », a indiqué Mme Wang. « S'ils avaient affiché l'avis plus tôt, je n'aurais pas attendu si longtemps sous la pluie. Et ils n'ont pas expliqué clairement quels étaient les trains qui étaient annulés. »

     

    Les passagers dans l'embarras comme Mme Wang ne pouvaient rien faire, seulement attendre avec inquiétude à la gare.

     

    La situation a empiré samedi après-midi. Tous les points de contrôle étaient fermés et gardés, mais peu de membres du personnel étaient disponibles pour répondre aux demandes de renseignements.

     

    Le passager Huang Liyan était furieux à propos du manque d'information. « Nous ne pouvons demander de l'information à personne à propos des trains. Il y a seulement le grand écran et quelques directions peu claires provenant des haut-parleurs. Je me demande pourquoi le personnel du chemin de fer n'est pas présent pour nous dire ce qui s'est produit. »

     

    On demande aux passagers de retourner leurs billets dans les 48 heures pour obtenir un plein remboursement, mais les files d'attente sont désespérément longues.

     

    Alors que l'information s'est diffusée plus tard par les médias sociaux et Internet, la foule a commencé à se disperser en soirée.

     

    canton3.jpg

    F201308191644131611340526.jpg

     

    La compagnie de chemins de fer a décidé de prolonger à cinq jours la période des remboursements. Dimanche, tous les comptoirs d'enregistrement à la gare de Guangzhou ont été transformés en comptoirs de remboursement. On a permis aux passagers de retourner les billets dans n'importe quelle gare de la province pour obtenir un plein remboursement.

     

    « Nous avons ouvert 68 comptoirs de remboursement », a déclaré Wang Wei, directeur adjoint de la gare de Guangzhou. « Trois millions de yuans (490 000 $) en argent comptant ont été envoyés ici la nuit dernière. Mais nous avons été à sec d'argent comptant en seulement quelques heures. Nous empruntons de l'argent aux gares voisines. »

    canton 1.jpg

     

     

     

     

  • Lhassa, capitale de la Région Autonome du Tibet, enregistre un nombre record de touristes pendant le festival Shoton

    F201308131600523326229183.jpg

    Des visiteurs admirent un thangka géant sur la montagne située derrière le monastère Drepung à Lhasa, capitale de la Région autonome du Tibet.

    Le festival Shoton a attiré cette année à Lhassa, capitale du Tibet, le nombre record de 1,38 million de touristes chinois et étrangers, a-t-on appris mardi des sources du gouvernement local.

    Cet événement d'une semaine qui a pris fin lundi a rapporté plus de 286 millions de yuans (46,7 millions de dollars) de revenus touristiques à Lhassa, a précisé Chamdoi, maire adjoint de la ville.

     

    Les visiteurs se sont rués dans la ville pour assister à cet important événement, l'un des plus importants festivals du calendrier tibétain.

    shoton.jpg

     

     

     

    Cette manifestation d'une semaine, aussi connue comme le festival du Banquet de yoghourt, a commencé avec la cérémonie de l'« ensoleillement du Bouddha » au monastère Drepung, vieux de 600 ans.

    Des fidèles bouddhistes ont marché autour d'un portrait de Bouddha de 1 480 mètres carrés et priaient alors que les touristes enthousiastes enregistraient ce rite sacré avec leurs téléphones mobiles.

    images.jpg

     

    Les organisateurs du festival ont aussi organisé une exposition dédiée à des thangkas tibétains vieux de 1.300 ans.

     

    Losang Danba, secrétaire adjoint du Comité municipal de Lhassa du Parti communiste chinois (PCC), a déclaré que le gouvernement régional a consacré plus de 14 millions de Yuans (2,28 millions de Dollars US) pour élargir les routes menant au monastère afin de rendre les transports plus sûrs et plus pratiques.

     

    Des représentations d'opéra tibétain au parc Lingka Norbu ont attiré chaque jour plus de 8.000 spectateurs.

    L'opéra tibétain, vieux de 600 ans, intègre la littérature, la musique, la danse, la peinture et l'acrobatie locales, avec des histoires basées principalement sur le folklore et les écritures saintes bouddhistes. Cette forme d'art est depuis longtemps une partie importante du Festival Shoton et a été ajoutée à la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO en 2009.

    shoton.jpg

     

    Le festival Shoton, qui date du 17e siècle, était à l'origine une fête religieuse au cours de laquelle les habitants locaux offraient du yoghourt aux moines qui venaient de terminer leur retraite de méditation.

     

    En 2006, il a été inscrit sur la première liste du patrimoine culturel intangible de Chine.

    C806N0~1.JPG