beijing - Page 5

  • Bonne Année 2014 恭喜发财发大财 Gong Xi Fa Cai Fa Da Cai

    an.jpg

    Les dirigeants chinois célèbrent le Nouvel An 2014

    Les dirigeants chinois ont célébré mardi matin à Beijing le Nouvel An 2014 avec les conseillers politiques.

    Le président Xi Jinping, le Premier ministre Li Keqiang et les cinq autres hauts dirigeants du Parti communiste chinois (PCC) dont Zhang Dejiang, Yu Zhengsheng, Liu Yunshan, Wang Qishan et Zhang Gaoli, ont participé à une réception organisée par le Comité national de la Conférence consultative politique du Peuple chinois (CCPPC).

    Xi Jinping a prononcé un discours lors de la réception.

     

    Xi Jinping adresse ses voeux de Nouvel An au personnel de première ligne et aux personnes âgées

    Le président est arrivé dans la société de chauffage située dans le sud-ouest de Beijing vers 09h00 pour se rendre compte des dispositions prises pour le chauffage de la ville, de la rénovation des équipements et du réseau de distribution du chauffage.

    Le président a adressé ses voeux au personnel de première ligne de la société et a encouragé tout le monde à travailler méticuleusement pour que toutes les familles puissent passer un hiver au chaud et de bonnes vacances.

    Il s'est ensuite rendu au foyer de vieillards sans soutien vers 11h00 et a dialogué avec des résidents, se renseignant sur leurs revenus mensuels et les frais qu'elles payaient à l'établissement.

     

    Tournée de l'Orchestre National de Lyon en Chine pour la nouvelle année 2014

    L'Orchestre National de Lyon sera en tournée en Chine entre le 29 décembre 2013 et le 4 janvier 2014, sous la baguette de son directeur artistique Léonard Slatkin, offrant au public des concerts du Nouvel An à Guangzhou, Shenzhen, Hangzhou, Shanghai et Pékin.

  • Peine de mort, pour ou contre ? La peine de mort d'un tueur d'enfant confirmée à Beijing

    mort.jpg

     

    Peine de mort d'un tueur d'enfant est maintenue à Beijing

    Un tribunal de Beijing a maintenu vendredi le verdict de la peine capitale prononcé contre un homme qui avait tué en juillet une fillette de deux ans en la sortant de sa poussette et en la projetant sur le sol.

    Le Tribunal populaire supérieur de Beijing a rejeté l'appel de l'accusé et a prononcé son jugement final, qualifiant le crime d'homicide volontaire.

    Han Lei, âgé de 39 ans, avait plaidé qu'il se trouvait en état d'ivresse lors de l'incident.

    Le 23 juillet, Han s'était saisi de la fillette au cours d'une dispute avec la mère de celle-ci pour une place de parking, dans l'arrondissement de Daxing à Beijing, puis avait pris la fuite avant d'être arrêté le lendemain.

    La fillette, grièvement blessée, était morte quelques jours plus tard à l'hôpital.

    Han avait été condamné le 25 septembre à la peine de mort pour homicide volontaire par le Tribunal populaire intermédiaire No.1 de Beijing. Il avait alors fait appel pour que ce chef d'inculpation soit révisé et qualifié d'homicide involontaire, plaidant qu'il n'était pas conscient au moment des faits qu'il s'agissait d'une poussette et qu'il avait projeté une enfant.

    Selon le code pénal chinois, l'homicide involontaire est passible d'une peine de trois à sept ans d'emprisonnement, tandis que l'homicide volontaire est passible de la peine capitale.

    mort.jpg

  • Beijing: des distributeurs automatiques donnant un cadeau en échange de bouteilles vides ou livres d'occasion, dans le but de promouvoir le recyclage

    F201311151811401616420562.jpg

    Des élèves placent des bouteilles vides dans une distributeu, acceptant des produits usagés en échange d'un peu d'argent, à l'école primaire de l'Université normale de la capitale. (Hao Yaxin/China Daily)

     

    Les écoles primaires et secondaires de Beijing disposeront de ces distributeurs automatiques, qui donneront quelques pièces en échange de bouteilles vides ou livres d'occasion, dans le cadre des efforts visant à promouvoir le recyclage.

    Des milliers de machines seront placées dans plus de 2 000 écoles pour s'assurer que les objets usagés  soient recyclés, afin d'éviter une autre pollution et que les détritus se retrouvent dans des ateliers clandestins.

    «Plus de 1,5 millions d'écoliers vont bénéficier de ce programme et pourront prendre l'habitude d'une classification et du recyclage des déchets», a déclaré Li Yongkai de la Commission de l'éducation de Beijing.

    Le processus commencera avec les élèves qui mettent des bouteilles usagées ou vieux livres dans la machine, qui identifiera les objets avec une caméra d'imagerie, qui seront ensuite compactés et triés dans un conteneur.

    Les utilisateurs seront récompensés en obtenant un crayon ou quelques pièces de monnaie, qui pourront aussi être distribués aux enfants défavorisés dans les zones rurales.

    Ces machines ont été mises en service au mois d'août principalement dans les stations de métro et les aéroports, et ont rassemblé plus de 20 000 bouteilles qui pourront être recyclées pour en fabriquer de nouvelles et ce sans déchets dans les décharges.

    A l'avenir, ces distributeurs devraient également collecter les déchets d'équipements électroniques, en plus de bouteilles en plastique et du papier, a déclaré Chang Tao, directeur du INCOM, le producteur des appareils.

    En ajoutant que les machines pourraient plus tard être placées dans des zones commerçantes, les universités et instituts, ainsi que dans plusieurs communautés.

    Ren Lianhai, professeur à la Beijing Technology and Business University (BTBU) du département des sciences, de l'ingénierie et de l'environnement, a déclaré que ce projet sera bénéfique pour l'économie de recyclage de la ville sur le long terme.


    L'idée de ce distributeur a également été bien acceptée par de nombreux élèves des écoles primaires et secondaires.

    Pour Li Changxuan, un enfant de 9 ans de l'école primaire de l'Université normale de Beijing, c'est plutôt «fun» de pouvoir échanger quelques bouteilles vides contre un nouveau crayon.

    Selon des experts, l'utilisation généralisée de ce projet est censé favoriser le recyclage, qui a été malmené au cours des dernières décennies.

    pekin_recyclage.jpg

    Le métro de Pékin permet aux passagers de voyager gratuitement en échange de bouteilles de plastiques usagées. Les voyageurs peuvent de cette façon contribuer à la préservation de l’environnement tout en économisant de l’argent.

    Ainsi, chaque usager pourra recharger sa carte de transport et se déplacer librement sur les huit lignes et cent-cinq stations de la capitale chinoise pour une vingtaine de bouteilles plastiques.

  • La zone de libre-échange Guangdong–Hong Kong–Macao articulée autour de Shenzhen : « prête à être approuvée »

    topography-of-guangdong-guangxi-hainan-hongkong-macao.jpg

     

    La proposition de la province du Guangdong de construire une zone de libre-échange régionale avec Hong Kong et Macao a été approuvée « en principe », ont déclaré les initiés.

    De source « bien informée » auprès des autorités de Shenzhen selon laquelle la zone de libre-échange Guangdong–Hong-Kong–Macao a été approuvée en raison de l'accent mis sur la coopération régionale, ce qui est différent de l'accent mondial de la zone de Shanghai.

    L'approbation devrait être annoncée à l'issue de la troisième session plénière du XVIIIe Comité central du Parti communiste chinois, également connu sous le nom de troisième session plénière 2013 qui se termine ce soir.

    Les analystes s'attendent à l'annonce d'un ensemble de réformes lors du plénum de ce week-end pour apporter des changements non seulement en Chine, mais aussi pour relancer l'économie mondiale, qui connaît une reprise lente.

     

    zone de libre échange, beijing,tianjin,shenzhen,guandzhou,guangdong, shanghai

    La proposition a également souligné la demande conjointe du Guangdong, de Hong Kong et de Macao. Selon certains analystes, Hong Kong s'est sentie obligée de conserver sa position de centre financier après le lancement de la zone de libre-échange de Shanghai.

    La source a déclaré que la troisième zone de libre-échange pourrait être établie à Tianjin.

    En fait , l'économie chinoise est boostée par l'émulation, qui va jusqu'à une lutte féroce, qui existe entre la zone de Shanghai , la zone formée par les 2 grandes agglomérations Beijing et Tianjin et enfin la zone dite de la rivière des Perles avec comme moteur la ville de Shenzhen dont le PIB est le plus élevé de Chine , le terriitoire de Hong Kong dont on connait le dynamisme ainsi que Macao , Dongguan et Guangzhou auxquelles s'ajoutent quelques plus petites villes.

    Pearl_River_Delta_Area.png

    Dans les zones de libre-échange, l'influence du gouvernement est quasi nulle. Nous y avons une économie et un système financier totalement calqué sur le modèle capitaliste. S'en suit une série d'évolutions politiques , la levée de toute censure et la promulgation des libertés individuelles.

    Si cette réforme est annoncée comme mes sources m'en ont informé , ce sera la plus grande révolution en Chine depuis la déclaration d'ouverture de la Chine au monde , il y a un peu plus de 30 ans , par Deng Xiaoping.

     

    zone de libre échange, beijing,tianjin,shenzhen,guandzhou,guangdong, shanghai

  • Seul blanc de l'hôpital: Impressions d'un Belge dans un hôpital pékinois

    001372a0e6ec13dafa225d.jpg

     

     Le sort a voulu que je fasse un séjour en clinique. C'est à l'hôpital n°304 de l'Armé populaire de Libération de Chine à Beijing que j'ai été admis.

     Un mètre à peine me sépare de mes voisins de droite et de gauche. C'est ici que je m'apprête à passer une semaine. Mon arrivée suscite une vague de stupeur chez mes trois compagnons de chambrée et leurs nombreux proches en visite. Quoi, un étranger ici ! Je n'ai pas le temps de poser mes bagages que mon voisin de gauche, un vieil homme, me demande pourquoi je ne suis pas dans une chambre individuelle. Celui de droite me bombarde de questions : de quel pays je viens ? Où j'habite ? Si je suis marié ? Combien je gagne ? Je refuse de répondre à la dernière question, c'est un secret !

    Mon voisin de gauche, qui semble penser que j'ai été pistonné, me demande comment je suis parvenu à avoir une place. C'est le meilleur hôpital pékinois pour les hernies, me dit-il. Ah bon je ne savais pas. Je remercie intérieurement M. Gao, mon ancien voisin, un pensionné, qui s'est renseigné pour moi et m'a introduit auprès du docteur Tian. Celui-ci m'a confié aux soins du docteur Li, le chef du département de chirurgie générale. Deux semaines plus tard, il s'excusait de ne pouvoir m'opérer comme prévu et me renvoyait au docteur Zhu, lequel manie un peu d'anglais.

    « Hier on t'a vu avec le docteur Zhu, le big boss du département, il t'a accordé énormément de temps. » Je sens dans les propos de mon voisin du côté de la fenêtre comme une pointe de jalousie. C'est vrai que je ne m'attendais pas à pouvoir entrer si vite. J'ai aussi l'impression que mon statut d'étranger m'a donné comme un passe-droit. Comme souvent, les Chinois prêtent volontiers assistance aux étrangers.Dans bien des situations, être étranger est un avantage en Chine.

    Mais ce n'est pas tout ! Comment se fait-il que j'ai reçu une clé et un casier pour mettre mes affaires. « Et nous, on ne peut avoir une clé que si on donne 100 yuans de caution ? » demande mon voisin de droite à l'infirmière, qui cherche à s'esquiver. Je suis obligé de me défendre : « Je n'ai personne qui me rende visite, ou à qui je puisse confier mes affaires. Et je dois cacher mon passeport ! » Ouf, on me donne raison.

    Une hernie inguinale est une opération banale. La mienne ne s'est déclarée qu'il y a un mois. Les médecins belges pensent qu'il ne doit y avoir aucun risque à faire en Chine une opération aussi simple. Le docteur Tian pense même que les médecins chinois sont meilleurs que les Européens. « Les gens sont nombreux en Chine, et les médecins ont une riche expérience. »

    Dans l'état actuel des choses, en Chine comme en Belgique, je peux bénéficier d'un remboursement, au moins partiel. Je décide de prendre le risque, et de faire l'opération ici. Advienne que pourra. J'entre à l'hôpital, je paie une avance de 5 000 yuans (environ 625 euros) et je revêts le pyjama rayé des pensionnaires. Une femme médecin m'explique le règlement. Elle voudrait que je signe une décharge pour l'hôpital au cas où il y aurait de grosses pertes de sang, des douleurs postopératoires persistantes, ou encore si le filet qu'ils auront placé dans le ventre venait à se détacher. « Cela n'arrive qu'une fois sur mille », indique-t-elle en voyant ma figure se décomposer. Pas rassurant, mais bon, que puis-je faire ? Je signe.

    Arrivé au premier soir, les filles respectives de mes voisins de gauche et de droite ne font pas du tout mine de s'en aller. Je comprends qu'elles passeront la nuit ici. Entre le vieillard à ma gauche et moi, il y a juste assez d'espace pour déployer un fauteuil-lit pour que sa fille s'y allonge. Elle me dit fièrement : « Alors, dans votre pays, les enfants sont-ils aussi dévoués aux parents ? ». En fait tous les pensionnaires ont des proches qui se relaient pour leur tenir compagnie, et aller leur chercher à manger. Je suis le seul à devoir me débrouiller sans l'aide de personne. Et c'est vrai que les proches font preuve d'une assistance exemplaire au malade, même si l'on sent parfois que ça leur pèse. J'ai d'ailleurs assisté à quelques éclats d'humeur.

    La nuit : gémissements, ronflements, étranglements, expectorations bruyantes, murmures, ballet d'infirmières et air conditionné à plein tube. Le matin, les médecins, rangés derrière leur chef, rendent visite à chacun de leurs malades. A peine sortie, voici une troupe d'infirmières, menées par leur chef, qui vient s'enquérir des malades et leur donner des instructions. Puis c'est la télévision, toute la journée.

    Salle d'opération : comme partout dans le monde, la froide logique qui dépossède le patient de son corps. Il faut s'abandonner aux mains des chirurgiens. L'opération dure une bonne heure. Je les entends discuter. Le docteur Zhu remarque à quel point notre graisse est jaune. La graisse des Chinois est blanche apparemment. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux seules apparences ! À l'intérieur, tout est inversé.

    Je vais pouvoir partir plus tôt. Dans ma chambre, les anciens sont déjà partis, et des nouveaux les ont remplacés. Dans les couloirs aussi, on a placé des lits en plus, tant il y a du monde. La femme médecin qui secondait M. Zhu pendant l'opération m'a dit qu'elle travaillait sept jours sur sept. Il n'y a pas assez de diplômés en médecine. Et leur salaire n'est pas si élevé.

    Je suis content d'avoir finalement choisi de laisser faire cette opération en Chine, même s'il est sans doute encore trop tôt pour tirer un bilan définitif. Le docteur Zhu est satisfait et se montre optimiste pour la suite. Je crois que j'étais le seul blanc de tout l'hôpital. Je me suis fait Chinois pour le temps de l'opération, j'ai laissé ma vie entre les mains des chirurgiens, j'ai accepté de partager mon quotidien avec des gens ordinaires, qui comme moi, dépendent de l'hôpital pour poursuivre leur vie au mieux. J'ai supporté la promiscuité et parfois l'indiscrétion des Chinois, mais j'ai aussi pleinement profité d'une forme de chaleur humaine, faite de naturel et de simplicité, qu'on ne trouve qu'ici.

     

     

    Traduit de China Daily

  • Hutongs miséreux de Beijing

    Beijing 793.JPG

    Un hutong est un ensemble constitué de passages étroits et de ruelles, typiques de Beijing.

    Beijing 778.JPG

    A côté de hutongs rénovés,agrémentés de beaux commerces, fréquentés par les touristes et devenus des quartiers à la mode , il existe des hutongs miséreux ,sales et peu reluisants.

     

    Beijing 791.JPG

    Dans la vieille Chine, la définition des rues et des ruelles était stricte, les largeurs étaient fixées par des règlements. Les hutongs faisaient rarement plus de 9 mètres de large, certains seulement 3 ou 4 mètres. De nos jours, les hutongs sont restés étroits et sillonnent encore la ville.

    Beijing 777.JPG

    La ville de Beijing a eu la bonne idée de rénover quelques hutongs et démolit ces quartiers insalubres , malodorants et sous-équipés. Certains, relayés par la presse occidentale , critiquent ces mesures salutaires et indispensables.

    Aimeriez-vous vivre dans ces taudis où il faut sortir de chez soi pour aller à la toilette qui en plus n'est même pas privative.

    Beijing 785.JPG

     

     

  • Beijing , sous le brouillard depuis une semaine, remplacera ses centrales à charbon d'ici 2015

    smog.jpg

    Beijing construira quatre centrales électriques d'ici fin 2014 pour remplacer le charbon par le gaz naturel dans le chauffage et la production d'électricité, ont annoncé samedi les autorités municipales.

    La construction de ces centrales fait partie des efforts de la ville pour optimiser le mix énergétique et réduire les émissions, selon la Commission municipale du développement et de la réforme de Beijing.8
    Avec 47,7 milliards de yuans (5,79 milliards d'€) d'investissements, les quatre centrales et 40 autres projets de service public concernés devraient permettre de réduire les émissions de dioxyde de soufre de 10.000 tonnes, chauffer 100 millions de mètres carrés de locaux et produire 7,2 millions de kilowatts d'électricité via le gaz naturel.

    Ces services étaient jusqu'à présent fournis par quatre centrales à charbon, qui ont brûlé 9,2 millions de tonnes de charbon en 2012, soit 40% des 23 millions de tonnes de charbon consommé par Beijing pendant la même période. Elles seront fermées une fois les nouvelles centrales mises en opération.

    smog2.jpg


    Un épais smog a enveloppé Beijing durant les congés de sept jours de la Fête nationale, suscitant des inquiétudes quant à l'aggravation de la pollution de l'air dans la capitale chinoise. La consommation de charbon représente 16,7% des PM2,5 (particules en suspension dont le diamètre est inférieur à 2,5 micromètres) et responsables du smog.

     

    XxjwsfF000039_20130129_BJPFN1A001.jpg

  • Comment voyager à petit budget à Beijing

    image.jpeg

    Il est possible de trouver des billets d'avion de différents aéroports européens pour 500 € aller-retour , en cherchant sur internet. Quelques mois avant mon départ, je cherche sur tous les sites possibles. Cette année je pars avec KLM , l'an dernier je suis parti 2 fois avec Lufthansa et une fois avec British Airways .

    Pour le visa, si vous comptez vous rendre à Hong Kong ou à Macao, prenez le visa plusieurs sorties.

    place2.jpeg

    La porte de Tian'anmen

    Metro Ligne1 :

    Station - Tian'anmen est

    Assister au lever du drapeau national sur la place Tian'anmen est une activité incontournable. La fanfare militaire joue l'hymne nationale le 1er, le 11e et le 21e de chaque mois.

    La stèle commémorative des Héros du peuple chinois, le Musée national de Chine, la porte de Tian'anmen et le mausolée du président Mao Zedong sont les sites à ne pas manquer sur la place Tian'anmen. Ces sites sont gratuits, sauf la Porte de Tian'anmen dont le billet d'entrée est de 15 yuans (adulte) ou 5 yuans (étudiant).

    La Cité interdite se trouve également dans ce quartier. Le billet d'entrée y est de 60 yuans. Si vous voulez y visiter les salles d'objets précieux et les cloches, vous devrez payer 10 yuans supplémentaires.

    001ec94a271513af8cd82d.jpg

    Gugong ou La Cité Interdite

    Station – Wangfujing

     

    wangfu.jpg

    Vous arrivez dans la rue commerciale la plus animée de Beijing. Considérée comme le N°1 des rues commerciales de Chine, la rue de Wangfujing est un lieu emblématique de Beijing. Le centre commercial « Oriental Plazza» (Dongfang Xintiandi) est le paradis du shopping et abrite les enseignes de nombreuses marques internationales.

    Au No.9, Shuaifuyuan Hutong, Wangfujing vous pourrez manger un des meilleurs canards laqués de Beijing .

     Quanjude Roast Duck Restaurant est moins couru que la maison mère à  Qianmen mais il y fait plus calme et le service y est meilleur.

     

    wagfu2.jpg

     

     

    Metro Ligne2 :

    Station – Qianmen

    001ec94a271511ca5e140e.jpg

    La rue commerciale de la Porte Qianmen est un lieu idéal pour découvrir la culture traditionnelle de Beijing. Le canard laqué du restaurant Quanjude est connu partout dans le pays mais j'ai d'autres adresses. La porte Qianmen est la seule porte aussi bien conservée à Beijing. Le billet d'entrée est de 10 yuans.

    La rue de Qianmen est une des rues commerciales traditionnelles de Beijing, où vous trouverez de nombreux restaurants qui offrent les spécialités de la capitale. Essayer le tram « dangdangche » pour découvrir la vie ancienne des Pékinois. A côté de vous avez Da Shi Lar , rue aux anciens et beaux magasins et où vous pouvez visiter la première salle de cinéma de Chine et où, au IXXème siècle , fut présenté le premier film chinois.

    Si vous continuez sue Qianmenxi vous arrivez à la cathédrale du sud de Beijing . Nantang, est l'édifice catholique le plus ancien de Pékin. En 1605, une église de style chinois est construite sur le site actuel de la cathédrale par le prêtre jésuite Matteo Ricci avec l'accord de l'empereur Wanli,ce fut la première église de Beijing .

     

    nantang.jpg

    Ligne 4 :

    Station : Yuanmingyuan

    La sortie de la station de métro n'est qu'à 200m de la porte du parc Yuanmingyuan. Le billet d'entrée du parc est de 10 yuans. Il vous faudra ajouter 15 yuans pour admirer les ruines des constructions occidentales des familles royales de la dynastie des Qing.

    Horaires : 7h à 19h de mai à août ; 7h à 18h30 en septembre et octobre ; 7h à 17h30 durant les autres mois de l'année.

    001ec94a271511ca5e640f.jpg

    Cette merveille, pillée et incendiée par les barbares anglo-français ( Victor Hugo)

    Station – la rue de Zhangzizhong

    Le quartier Nanluoguxiang est un site incontournable près de cette station de métro. Promenez-vous vers l'ouest le long de la rue Di'anmen Est et vous le trouverez facilement. La rue Nanluoguxiang est une rue qui s'étend du nord vers le sud et abrite de nombreux bars. De plus, les petites boutiques d'objets artistiques et de vêtements sont une spécialité du quartier.

     

    Nanluoguxiang-Street.jpg

    Ligne 8 :

    Station – Parc olympique

     

    001ec94a271511ca5f0418.jpg

    Le Nid d'oiseau

     

    001ec94a271511ca5f0a1a.jpg

    Le Cube d'eau

     

    Le stade national, surnommé le nid d'oiseau, et le centre national de natation, aussi appelé le cube d'eau, se trouvent à proximité de cette station. Il s'agit des deux sites principaux des Jeux olympiques de Beijing de 2008.

    Prix du billet d'entrée : Nid d'oiseau – 50 yuans, Cube d'eau – 30 yuans

     

    Ligne 10 :

    Station – Tuanjiehu

    001ec94a271511ca5f461c.jpg

    Sortez de la station et marchez vers l'ouest, vous arriverez au stade des ouvriers de Beijing (Gongti). Ce quartier est connu pour ses bars. La vie nocturne très animée du quartier attire de nombreux étrangers qui vivent à Beijing. Ce quartier a un peu supplanté Sanlitun  peu distant.

     

    Station – Yong'anli

    001ec94a271511ca5f7d1e.jpg

    La station Yong'anli se trouve près du quartier commercial Xiushui et « The Place », un écran LCD géant de 100* 20m suspendu à Shimaotianjie.

    Xiushui est le légendaire marché de la soie , connu dans le monde entier.

    silk.jpg

     

  • La Journée sans voiture prend de l'ampleur en Chine mais se termine par un embouteillage monstre

    F201309231520272191284762.jpg

    Plus de 150 villes chinoises dont Beijing, ont participé dimanche à la Journée internationale sans voiture pour lutter contre la pollution de l'air.

    Ce dimanche, des secteurs sans voitures ont été introduits dans les zones proches du Parc olympique de Beijing, la rue commerçante animée de Wangfujing et la destination touristique populaire de Nanluoguxiang.

    Le thème de la Journée sans voiture était cette année « Circulation verte, air frais ». 
    153 villes chinoises ont pris part à la campagne de la Journée internationale sans voiture, encourageant la population à emprunter les transports en commun.

    Les résidents ont été invités à se déplacer à pied , à vélo ou utiliser les transports publics, selon la Commission municipale des transports de Beijing.

    A Beijing, afin de faciliter les déplacements, dimanche, les 17 lignes de métro de la capitale ont prolongé leur temps de service de trente minutes.

    Les représentants du gouvernement et les habitants ont été invités à prendre part à cet événement pour soutenir les efforts de la ville pour promouvoir un transport vert, pour un air plus pur.

    F201309231520217739112633.jpg

    Les étudiants signent leurs noms sur une bannière pour promouvoir la Journée mondiale sans voiture dans un club de vélo de la ville de Xingtai, la province du Hebei (nord de la Chine), le 22 septembre


    A Zhengzhou, la capitale de la province du Henan (dans le centre du pays) , 90% des voitures du gouvernement n'étaient pas autorisés à prendre la route.

    La Shanghai Public Transportation Card Company a organisé une promotion des transports en commun et offert une loterie d’un montant d’un million de yuans (163 400 dollars) de dons.

    embouteillage.jpg

    Photo prise le 22 septembre à Beijing, le pont de Guomao à Beijing complètement engorgé.
    Peu après la fête de la Mi-automne, Beijing a célébré, comme de nombreux autres pays, la Journée mondiale sans voiture. Toutefois, cette journée s'est terminée par d'importants embouteillages. D'après les chiffres du bureau de la circulation de Beijing, en cette première journée de travail après les vacances de la Mi-automne et pour différentes raisons, les bouchons ont été particulièrement intenses dans la capitale.
     

    embouteillage 2.jpg

  • Beijing : rénovations de la place Tian'anmen qui fait peau neuve

    0019b91ed6e0138007fd05.jpg

    Le 21 août, les rénovations annuelles de la place Tian'anmen ont débuté à Beijing. Par la même occasion et pour la première fois depuis 10 ans, la route en dalles de pierre devant la place fera également l'objet d'une rénovation complète. Les 488 dalles de granite qui la composent seront donc remplacées par des nouvelles. Les travaux se termineront avant la fête nationale, le 1er octobre.

    0019b91ed6e01380081807.jpg

    N'ayant plus mis les pieds à Beijing depuis fin 2005, je suis tout excité à l'idée de découvrir

    en octobre la grande et belle place Tian'anmen rénovée. C'est de cette place que Mao ,en 1949

    proclama la naissance de République Populaire de Chine.

    0019b91ed6e01380081406.jpg

    0019b91ed6e01380081b08.jpg