beijing - Page 3

  • De jeunes Carolos triomphent en Chine, ils seront invités à nouveau pour enflamer Beijing pour le Nouvel An

    Des jeunes de Charleroi en Belgique ont été choisis pour deux spectacles de mapping à Beijing et Shanghai.

    Emballés par  leur succès et la qualité de leurs spectacles , la municipalité de Beijing les a engagés pour animer

    les soirées au fameux "Nid  d'Oiseau" de Beijing , lors du Nouvel An cette année. Le Nid d'Oiseau n'est autre que la stade olympique , inauguré en 2008 , et qui est devenu un des hauts lieux du tourisme pékinois.

    beijing_national_stadium_nid_d_oiseau.jpg

    Quand culture chinoise et occidentale se rencontrent. Quand la musique classique , la musique chinoise et la musique techno se mélangent avec talent.

    Le mapping vidéo est une animation visuelle projetée sur des structures en relief. Ceci en 2 ou 3D.

    Par exemple ci-dessus sur le Temple du Ciel, sur des églises, sur un bâtiment privé comme à Shanghai.

    C'est un spectacle de jeux et lumières utilisant l'informatique et la vidéo.

     

     
    Dirty Monitor
    • Adresse : Rue de Marcinelle 30, 6000 Charleroi
       

    Voyez leur page sur Facebook 

  • Vingt-sept universités chinoises , dont 19 qui améliorent leur classement,dans l'élite mondiale

    ECH21297063_1.jpg

    Quiconque a sillonné la Chine récemment n'a pas manqué de le constater : les universités y sont particulièrement choyées. Partout, des bâtiments modernes, des espaces verts, des gymnases, des stades. Bref, de véritables universités « à l'américaine ». Rien à voir avec les campus tristes et délabrés d'il y a encore une (petite) dizaine d'années. Ce changement d'allure rapide ne doit rien au hasard. Car la Chine a décidé d'investir à fond dans la matière grise. Il y a sept ans, elle a lancé un vaste programme pour se doter de 72 universités de rang mondial, dans toutes les disciplines.

    Le classement QS des universités du monde a été publié à Londres le 15 septembre ; il en ressort que 27 universités de Chine continentale figurent désormais dans le top 800 mondial, dont 19 ont amélioré leur position, celle ayant le plus progressé étant l'Université de Xiamen, qui a gagné 105 places, pour passer au 441e rang mondial.

    Peking-University-4-300x225.jpg

     

    L'Université de Tsinghua, qui arrive à la 47e place, est la première université du continent chinois, dépassant l'Université de Pékin, qui n'a pas réussi à entrer dans les 50 premières (classée à égalité au 57e rang).

    En termes de réputation académique mondiale et de réputation auprès des employeurs, l'Université Tsinghua, l'Université de Pékin, l'Université Fudan, l'Université Jiaotong de Shanghai, l'Université du Zhejiang et l'Université de Nanjing ont été classées en tant qu'établissements de premier rang, et figurent dans le top 180 mondial.

    S'agissant de la réputation académique mondiale, par rapport au dernier classement, 23 universités ont maintenu ou amélioré leur position en matière d'indicateurs académiques. Parmi elles, l'Université Huazhong des Sciences et l'Université du Shandong sont celles qui ont enregistré la plus forte augmentation de leur réputation académique dans le monde, gagnant respectivement 101 places (475e) et 102 places (457e) cette année. L'Université du Jilin, (+ 96 places, 451e), l'Université de Nankai de Tianjin (+ 66 places, 272e), l'Université Jiaotong de Xi'an (+ 55 places, 410e) sont également montées dans le classement

    20 universités du continent chinois ont maintenu ou amélioré leur réputation mondiale auprès des employeurs. Parmi elles figurent l'Université du Sud-est, l'Université du Shandong, l'Université Normale de Beijing et l'Université de Shanghai, quatre établissements d'enseignement supérieur du continent ayant enregistré une amélioration très significative en ce domaine. L'Université de Tsinghua et l'Université de Pékin figurent dans le top 20 de cet indicateur.

    university_town_library_shenzhen_rmjm301107_hgesch6.jpg

    Université de Shenzhen- Bibliothèque

     

  • Trop d'étrangers en Chine: Beijing durcit les conditions d'embauche des étrangers

    images.jpg

    Le gouvernement municipal de Beijing a annoncé dimanche de nouvelles conditions d'embauche des étrangers, rehaussant le seuil de recrutement dans la capitale.

    Selon les nouvelles conditions d'embauche, les citoyens non chinois qui souhaitent travailler à Beijing doivent répondre à quatre exigences :

    -- être âgé de 18 à 60 ans et ne pas avoir de casier judiciaire

    -- être titulaire d'au moins une licence et avoir deux ans minimum d'expérience professionnelle dans le domaine concerné. L'enseignement exige au moins cinq ans d'expérience professionnelle.

    -- détenir un passeport valide ou d'autres documents de voyage internationaux valides.

    -- détenir un visa de travail valide ou un permis de résidence de travail

    Cependant, la limite d'âge pour les candidats qui postulent à des programmes recrutant des experts étrangers de haut niveau en Chine est de 65 ans.

    Selon les statistiques du gouvernement municipal, plus de 37.000 citoyens étrangers venant entre autres des Etats-Unis, du Japon, de la République de Corée, d'Allemagne et d'Australie travaillent actuellement à Beijing, et 95% d'entre eux sont titulaires d'au moins une licence.

    Ils travaillent principalement dans les domaines de l'information, l'informatique, l'éducation, le conseil, la science et la technologie.

    imagesQD5SJ5G2.jpg

  • Beijing,Shanghai et Shenzhen les villes les plus charitables de Chine

    sans-titre 10.png

    Gala de charité à Beijing

    En fait de charité, la deuxième plus grande économie du monde est en retard pour ce qui est des dons de charité par rapport à la plus grande économie du monde, les États-Unis.

    La Chine est très en retard quand il s'agit de dons de temps et d'argent.

    Le pays doit s'inspirer des trois villes pilotes en la matière, Beijing, Shanghai et Shenzhen. Ces 3 villes à l'économie la plus avancée et développée de Chine sont aussi à la pointe quand il s'agit de charité.

    sans-titre 10.png

    Dans les rues de Shenzhen

    Beijing arrive en tête du nouveau classement des villes les plus charitables de Chine publié samedi par le ministère chinois des Affaires civiles.

    Le classement comprend 294 villes chinoises et est basé sur six critères, à savoir les dons non publics, les services volontaires, les organisations caritatives, le soutien gouvernemental et la culture philanthropique.

    La capitale chinoise arrive en tête du classement, suivie par Shanghai et Shenzhen.

    L'indice de charité a été créé en 2007 par le ministère et son institut de recherche. C'est le troisième classement à être publié après ceux de 2011 et 2012.

    sans-titre 10.png

    Chen Guqngbiao, célèbre bienfaiteur chinois.

    La Chine s'est classée 133e sur 135 pays pour les dons, et dernière pour le bénévolat, selon le World Giving Index 2013, une enquête annuelle de la Fondation pour l'aide de charité.

     Mais nous devons garder à l'esprit que de simplement avoir la capacité de faire des dons ne veut pas dire qu'il y ait une incitation. La motivation pourrait être fournie par le gouvernement ou sous la forme d'avantages fiscaux, mais il n'y a pas grand-chose à ce niveau. »  a déclaré Huang Yanzhong, chercheur principal pour la santé mondiale au Council on Foreign Relations de New York.

    Etant donné qu'il n'y a pas de droits de succession en Chine, certains entrepreneurs n'hésitent pas à garder leur argent dans leur famille immédiate, a déclaré Dien S Yuen, directrice générale de Kordant Philanthropy Advisors, une société mondiale de consultation et de recherche sur la philanthropie qui est basée à San Francisco.

    sans-titre 10.png

    A Shanghai , une société remet un chèque de 20 millions de yuans

    à un organisme de charité.

  • 72 kiosques à journaux sont retirés et démolis de force à Beijing

    001ec94a271515541b0e5a.png

    Soixante-douze kiosques à journaux ont été retirés des rues de l'arrondissement Chaoyang dans la capitale, et les propriétaires craignent que d'autres encore puissent devoir affronter une fermeture. Certains vendeurs ont indiqué que leur kiosque à journaux avait été démoli, et un professeur de droit a déclaré que cette mesure, qui a été ordonnée par les autorités gouvernementales de l'arrondissement Chaoyang, viole les lois administratives. Toutefois, les autorités gouvernementales de l'arrondissement ont déclaré que les éventaires avaient été retirés parce qu'ils violaient les règlements.

    Zhao Yumei, porte-parole de la Beijing Newspapers and Periodicals Retail Company, a déclaré que les 72 kiosques à journaux avaient été enlevés par la force le 31 juillet et le 1er août.

    « Tous les kiosques à journaux étaient situés dans des zones occupées de l'arrondissement Chaoyang et avaient été construits vers 1999, a-t-elle indiqué. Nous n'avons reçu aucun avis préalable. »

    Mme Zhao a déclaré que la compagnie avait cessé d'envoyer des quotidiens aux kiosques de l'arrondissement Chaoyang pour éviter les pertes, car elle craint que d'autres encore soient fermés. Les vendeurs sont prêts à recourir à la loi, a-t-elle ajouté.

    Xu Jing exploite un kiosque à journaux près de l'intersection Huizhong et Anli depuis près de 10 ans, mais on lui a dit qu'il doit être déplacé à la fin du mois.

    Les autorités gouvernementales de l'arrondissement Chaoyang ont indiqué dans un communiqué au China Daily que les kiosques à journaux n'avaient pas été détruits, mais qu'ils avaient été déplacés dans d'autres endroits, car ils contrevenaient aux règlements portant sur la construction des kiosques à journaux.

    Le communiqué indique que les kiosques à journaux doivent être construits à au moins 15 m des entrées des stations de métro et des arrêts de bus, et qu'ils ne doivent pas être placés sur les trottoirs de moins de 5 m de large, selon un ordre de la municipalité de Beijing.

    Cependant, les vendeurs ont dit ne pas avoir reçu d'avis officiel et que des chengguan ‒ des agents de patrouille urbaine ‒ et des agents de police avaient enlevé leur kiosque par la force.

    Zhang Jiwei a dit que son kiosque avait été « démoli » le 1er août. On lui avait dit à deux reprises qu'il serait enlevé, mais il n'avait reçu aucun avis écrit.

    M. Zhang, qui l'exploite depuis 2003, a confié que le kiosque avait été placé sur un camion par un chariot élévateur à 4 h le 1er août après que des agents eurent jeté les magazines et les journaux.

    « Le kiosque à journaux était brisé et la porte est tombée quand il a été placé sur le camion », a-t-il indiqué.

    Yang Xiaojun, professeur de droit administratif à l'Académie chinoise de la gouvernance, a déclaré que les autorités gouvernementales de l'arrondissement Chaoyang avaient enfreint la loi.

    « La démolition par la force ne doit être utilisée qu'en cas de construction illégale », a-t-il affirmé. « La démolition doit être effectuée selon une procédure juridique, même si les kiosques à journaux sont illégaux. »

    « Les autorités devraient délivrer une ordonnance écrite de démolition, et les vendeurs devraient avoir le droit de faire appel, conformément à la loi administrative actuelle. »

    001ec94a271515541b175b.png

  • Beijing est la 6e ville du monde la moins appréciée des touristes étrangers, Cannes,Paris et Marseille sont respectivement 2e,4e et5e

    Chine 2014 Liliane 568.JPGc

    Une étude récente du site américain Condé Nast Traveller vient de dévoiler un classement peu flatteur, celui des dix villes les moins amicales au monde, du point de vue touristique s’entend. Outre Beijing, trois villes françaises y figurent également.

     

    Pour les utilisateurs du site, la destination la plus détestée est Johannesburg, en Afrique du Sud. La troisième ville la plus peuplée d’Afrique du Sud est perçue comme une destination trop « dangereuse » par les votants, qu'ils considèrent comme « la ville de la criminalité ». Fait étonnant, en numéro deux on retrouve la ville de Cannes ! La cité des festivals est décrite comme « une ville sans intérêt peuplée d’habitants hostiles et décevants ».

     

    A la troisième place, on retrouve la capitale Russe. Si Moscou attire pour sa Place Rouge, son Kremlin, ou sa cathédrale Sainte-Basile, ce sont ses habitants qui font fuir les touristes. Selon un des votants, « quasiment aucune langue n’est parlée à part le russe, de fait, la barrière de la langue crée une hostilité ». Un nouveau mauvais point pour la Russie, dont les touristes sont également souvent jugés comme peu sympathiques quand ils voyagent à l’étranger.

                              Parmi les 5 villes les moins conviviales, 3 sont françaises

     

    sans-titre 10.png

     

    Pour autant, la France n’est pas à féliciter non plus : sur les cinq villes les moins conviviales du monde, pas moins de trois sont en effet françaises. Cannes est deuxième et Paris quatrième, juste devant Marseille, cinquième. Ce résultat peu reluisant se justifie par le simple fait que les Français paraissent « froids et distants ». « Assurez-vous de sortir une carte, les gens ne bougeront pas d’un pouce pour vous aider », a même ajouté un participant. L'un des autres problèmes les plus récurrents pour les touristes –les voyageurs chinois le savent hélas fort bien : les pickpockets...

     

    Beijing se retrouve à la 6e place ; certes, ses monuments et sites sont reconnus pour leur splendeur et leur intérêt, mais hélas –et cela ne surprendra guère les Pékinois eux-mêmes, qui s’en plaignent régulièrement- la surpopulation, la pollution, une circulation infernale et des rues jugées sales annulent ses avantages culturels pourtant uniques au monde.

     

    Les 10 villes les moins conviviales au monde :

     

    • 1 - Johannesburg, Afrique du Sud

     

    • 2 - Cannes, France

     

    • 3 - Moscou, Russie

     

    • 4 - Paris, France

     

    • 5 - Marseille, France

     

    • 6 - Beijing, Chine

     

    • 7 - Francfort, Allemagne

     

    • 8 - Milan, Italie

     

    • 9 - Monte Carlo, Monaco

     

    • 10 - Nassau, Bahamas 

  • Beijing et sa banlieue , quelques destinations pour sortir des sentiers battus hors des lieux touristiques

    Vous cherchez un endroit pour fuir la chaleur de la ville ou la pollution,  le temps d'un week-end ? Voici quelques destinations idéales dans les environs de la capitale chinoise :

    001ec94a271515384e491f.jpg

     Lingshan, la plus haute montagne de Beijing

    Adresse : Mentougou District, à 122 km du centre-ville Entrée : 45 yuans

    Bus : ligne 929

    Bien que ces destinations s'adressent surtout aux expatriés ou à ceux jouissant d'un long séjour à Beijing,

    un touriste qui veut prendre un peu de recul, voir une autre Chine, une facette de la Chine profonde , peu

    s'offrir une petite escapade dans ces lieux bucoliques . Alors je conseille le taxi, bon marché en Chine, surtout négociez le prix au départ. Louez le taxi à la journée ( nous en avons loués à moins de 10 €, la journée)

    et faites le de manière collective . En plus du forfait, prévoir les repas pour le chauffeur . Invitez-le à votre table, c'est fou les renseignements , anecdotes et tuyaux que l'on peut obtenir des chauffeurs de taxi et ceci est valable partout.

    001ec94a271515384e7321.jpg

    Le site de Xishuiyu

    Adresse : Xishuiyu Village, Jiuduhe Town, Huairou District, à 85 km du centre-ville

     

    001ec94a271515384ea327.jpg

    Le Parc forestier du Grand Canal

    Adresse : Tongzhou District

    001ec94a271515384e7922.jpg

    Le site de Jiudaowan

    Adresse : Shicheng North Village, Shicheng Town, Miyun District

    001ec94a271515384e8023.jpg

    La Vallée des roses

    Adresse : 1 Dagou Village, Shangweidian Town, Mentougou District

    001ec94a271515384e8824.jpg

    Le parc naturel de Shidu

    Adresse : Fangshan District

    001ec94a271515384e9a26.jpg

    Wuling Shan

    Adresse : village Caojialu, canton de Xinchengzi, Miyun District, près de frontière du Hebei

    Entrée : 120 yuans

     

  • Beijing:150e anniversaire du restaurant du canard laqué Quanjude et premier Musée du canard laqué

    Chine 2014 Liliane 2006.JPG

    Mercredi 2 juillet marquait le 150e anniversaire du restaurent du canard laqué Quanjude. Le jour même, l'établissement a servi son 196e millionnième canard laqué, avec la cerise sur le gâteau l'ouverture du premier musée des canards laqués de Chine, le Musée de Quanjude.

     

    Le 6 juin 1864 (calendrier lunaire), le restaurant de Quanjude ouvrait ses portes dans la rue commerciale de Qianmen. De 2009 à nos jours, le restaurant a reçu plus de 40 millions de clients, et a vendu 48 millions de canards laqués.

    Chine 2014 Liliane 2007.JPG

    Pour déguster le fameux canard laqué de Quanjude , il faut s'armer de patience. Les gens font la

    queue dans la rue pour avoir accès ,dans un premier temps à la salle d'attente , avant d'être invités à passer à table.

    Les jours de grande affluence l'attende dure plus de 30 minutes.

     

     

    Des coupons datant de la dynastie des Qing, de vielles affiches de restaurants, d'anciens menus, des cannes décorées d'une tête de canard… Voilà ce que vous pourrez voir dans ce nouveau site, qui devient le premier Musée en Chine du canard laqué.

     

    Le grand public pourra contempler de nombreux objets anciens. «Nous avons pu rassemblés plusieurs vieux objets, et d'autres proviennent de dons d'anciens employés et clients», a confié un responsable du restaurant. Une salle d'une surface de 1 000 m2, expose plusieurs centaines de photos et documents, répartis sur 4 zones, présentant sous divers aspects la technique de cuisine du canard laqué du restaurant inscrit sur la liste du patrimoine culturel immatériel national.

     

    Chine 2014 Liliane 1970.JPG

     

    Le musée se situe au 7e étage du restaurant de Quanjude à Hepingmen, et est ouvert du mardi au dimanche entre 10h et18h. La visite est gratuite et sans réservation.

    Image (8).jpg

     

  • Beijing : le soleil brille sur la capitale , la place Tian'anmen noire de monde

    001ec92b902914c077bd24.jpg

    Avec la hausse des températures ces derniers jours, le ciel est redevenu bleu au-dessus de la capitale chinoise.

    La ville de Beijing est une ville qui me réussit . Quand je suis venu en octobre-novembre l'an dernier, je suis arrivé.

    sous un ciel radieu , juste après une longue période de brouillard et de pollution.

    Hier, je suis arrivé dans les mêmes conditions , ciel bleu et température frôlant les 30°, alors qu'un jour avant les Pékinois se plaignaient du temps maussade.

    J' ai assisté au coucher du drapeau sur la place Tian'anmen qui était noire de monde . Il y régnait une atmosphère bon enfant . Cette place est le poul de la Chine, ici se déroulent les bons et les moins bons événements qui régulent la vie des Chinois. Pas de doute, actuellement , tout baigne dans l'huile.

    Ce matin, je suis retourné sur la place , à 5 h00, pour voir le lever du drapeau . Sortant de mon hôtel qui jouxte la "Cité Interdite", quelle surprise !!! Plus de 50 cars étaient rangés dans ma rue. 

    Arrivé sur la place ; il y avait autant de monde qu'hier soir . Inouï , à 5 h00 du matin, tant de gens , et toute cette assistance venait des 4 coins de la Chine.

     

     

     

     

  • Le cancer reste la principale cause de décès à Beijing et Canton pour la septième année

    001fd04cfc2214bd651f06.jpg

    Un rapport de la Commission de la santé et de la planification familiale a révélé que, pour la septième année consécutive, le cancer demeure la principale cause de décès parmi les résidents locaux de Beijing, a rapporté le Beijing Times.

    C'est la même chose pour les gens vivant à Guangzhou, capitale de la province du Guangdong, avec 248 résidents sur 100 000 ayant été atteints d'une forme de cancer l'an dernier et un taux de mortalité de 144 par 100 000.

    L'état de santé général des habitants de Beijing a montré des signes d'amélioration l'année dernière, et l'espérance de vie moyenne a augmenté à 81,5 ans.

    Les cinq principales causes de décès chez les résidents de Beijing sont le cancer, les maladies cardiaques, les maladies cérébrovasculaires – un problème des vaisseaux sanguins irriguant le cerveau – les maladies respiratoires, les blessures et les intoxications. Ces maladies constituent 87 % de tous les décès.

    Le taux de mortalité maternelle est de 9,45 par 100 000, et la mortalité infantile est de 2,33 %, des taux reflétant les indices de la santé des résidents.

    La Commission de la santé et de la planification familiale considère la prévention des maladies chroniques non infectieuses comme sa priorité.