Baisse de fréquentation au festival de la viande de chien de Yulin, la majorité des Chinois souhaitent la fin du festival de la viande de chien

d43d7e14de0d18d450450a.jpg

Une activiste pour la défense des animaux tient un chien qu'elle a acheté sur un marché après avoir été confrontée aux vendeurs de viande de chien et aux participants du festival de Yulin. Le festival a lieu comme prévu malgré une opposition croissante en Chine et à l'étranger. [Andy Wong/AP]

 

Le festival de la viande de chien de Yulin a débuté ce mardi comme chaque année dans la région autonome zhuang du Guangxi, dans le sud de la Chine, mais il diminue d'ampleur, alors que les autorités locales se sont engagées à prendre des mesures pour empêcher que les chiens soient abattus en public.

Peter Li, spécialiste des politiques chinoises pour l'ONG Humane Society International (HSI), se rend fréquemment à Yulin depuis trois ans et il affirme que l'atmosphère dans la ville est moins tendue cette année que les années précédentes.

« Je n'ai pour ainsi dire pas vu d'abattages ou d'actes de maltraitance dans la rue » explique-t-il. « Aujourd'hui en tout cas, ce n'est ni un cauchemar ni un festival ».

En réponse à la pétition introduite par le législateur hongkongais Michael Tien Puk-sun qui demande l'arrêt du festival, le gouvernement local s'est engagé à interdire l'abattage de chiens en public et à contrôler les certificats sanitaires des chiens qui arrivent à Yulin.

L'hygiène alimentaire et le problème des chiens de compagnie dérobés à leur propriétaire pour être revendus à Yulin font partie des objections principales à l'organisation du festival.

Le festival de Yulin a lieu chaque année autour du solstice d'été, mais sous la pression de l'opposition en Chine et à l'étranger, il diminue d'ampleur depuis plusieurs années.

Selon l'HSI, le nombre de chiens abattus pendant le festival a culminé en 2012 ou 2013, avec plus de 10 000 chiens sacrifiés en trois jours, mais ce nombre a chuté à 2000 abattages en 2015.

Depuis que le festival est devenu la cible des critiques en 2012, les autorités locales sont restées discrètes, se contentant de répéter qu'il n'y a pas de « festival organisé » et qu'il s'agit simplement d'un rassemblement de la population locale.

Li Tingsheng, responsable du département de la communication du gouvernement local, a indiqué que la viande de chien était un choix alimentaire valable, et non une mauvaise habitude comme le prétendent certains activistes.

« Nous avons pris des mesures en réponse aux préoccupations du public concernant la sécurité sanitaire de la viande et la protection des animaux de compagnie », explique Li, qui précise que « Toutefois, il n'y a pas d'obstacle juridique à la consommation de viande de chien ».

Les résultats d'un sondage mené récemment par Horizon, une société chinoise, laissent apparaître que plus de la moitié de la population chinoise désire que le gouvernement local interdise la tenue du festival, affirmant que celui-ci ternit l'image du pays. A la question de savoir si le gouvernement central doit passer une loi interdisant le commerce de la viande de chien, 56 % des personnes interrogées en dehors de la région du Guangxi ont répondu « oui ». Toutefois, seuls 16 % des sondés dans la région du Guangxi soutiennent cette proposition.

Qin Xiaona, directrice de la Capital Animal Welfare Association, estime que « c'est embarrassant pour nous que le monde pense à tort que la cruauté du festival de Yulin fait partie de la culture chinoise ».

 

d43d7e14de0d18d4501d09.jpg

Lundi à Pingliang, dans la province du Gansu, des amis des animaux posent avec des affiches contre la maltraitance des chiens pour inciter les gens à protester contre la tenue du festival de la viande de chien de Yulin. [Photo by Zheng Bing/China Daily]

 

Les réactions au Festival de la viande de chien sur les réseaux sociaux internationaux comprennent des insultes visant directement les Chinois, les qualifiant de « dégoûtants » et de « barbares », tandis que d'autres respectent ces différences en termes de normes culturelles et religieuses. Mais il y a une chose que beaucoup de producteurs et de consommateurs des médias occidentaux ignorent : c'est que, pour la plupart des Chinois, il est tout aussi peu probable de manger de la viande de chien que pour les gens des pays occidentaux, sauf pour la Suisse où le pourcentage d'amateurs de viande de chiens est plus élevé qu'en Chine.

 

"C'est embarrassant pour nous que le monde croie à tort que le festival de Yulin, brutal et cruel, fait partie de la culture chinoise. Ce n'est pas le cas, et comme nous le voyons dans ce sondage, la plupart des gens ici ne mangent pas de chien et je crois que ce festival Chine porte atteinte à la réputation de la Chine dans le monde", a déclaré M. Qin. Effectivement, il ne s'agit que d'une coutume locale.

Commentaires

  • bonjour Roland

    déjà un bon pas en avant pour arriver a la suppression totale de cet évènement et bravo aux associations qui luttent de toute leur force et finiront par gagner il le faut :)

    douce journée tous les deux
    bisous **

Les commentaires sont fermés.