• Mer de Chine : la Cour d’arbitrage de La Haye se dit compétente mais la Chine qualifie de "nulle et sans effet" la décision du Tribunal arbitral sur la mer de Chine méridionale

    La Cour permanente d’arbitrage de La Haye s’est déclarée jeudi 29 octobre compétente pour statuer sur certaines revendications territoriales présentées par les Philippines contre la Chine au sujet de zones disputées de mer de Chine méridionale.
    Le ministère chinois des Affaires étrangères a indiqué, vendredi dans un communiqué, que la décision rendue jeudi par le Tribunal arbitral au sujet de sa juridiction et de la recevabilité de l'arbitrage concernant la mer de Chine méridionale était nulle et sans effet et n'avait pas d'effet contraignant vis-à-vis de la Chine.

    "La Chine possède une souveraineté incontestable sur les îles en mer de Chine méridionale et leurs eaux adjacentes", selon ce communiqué publié après que le tribunal, établi à la demande des Philippines, a décidé qu'il pouvait traiter ce dossier concernant un différend en mer de Chine méridionale.

    "La souveraineté et les droits concernés de la Chine en mer de Chine méridionale [...] ont été maintenus par les gouvernements chinois successifs, réaffirmés par les lois nationales chinoises à plusieurs reprises et protégés en vertu du droit international, dont la Convention des Nations unies sur le droit de la mer", a-t-il ajouté.

    "Sur les questions ayant trait à la souveraineté territoriale et aux droits et intérêts maritimes, la Chine n'acceptera aucune solution qui lui sera imposée, ni aucun recours unilatéral à une résolution par une tierce partie", précise le communiqué.

  • La Chine a passé une commande géante à l'avionneur européen Airbus,, à l'occasion de la visite de la chancelière allemande Angela Merkel

    L'avionneur Airbus a fait une affaire de plusieurs milliards en Chine. Le pays a achèté 130 avions de la compagnie, qui ensemble ont d'une valeur d'environ 17 milliards de dollars. L'accord a été signé lors d'une réunion à laquelle étaient présents le premier ministre chinois Li Keqiang et la chancelière allemande Angela Merkel. Boeing prédit plus tôt cette année que la Chine aura besoin au  cours des 20 prochaines années d’un total de 6330  nouveaux appareils, d'une valeur de 950 milliards de dollars.

    Loin de se désengager de Chine, les deux champions de l’aéronautique y accroissent même leurs capacités industrielles. Airbus, qui possède déjà un site d’assemblage d’A320 à Tianjin, près de Pékin, va ouvrir un centre de finition de long-courriers A330. Boeing, après s’y être longtemps refusé, a aussi décidé d’investir sur place, avec un nouveau site dédié aux aménagements intérieurs des 737 destinés au marché local.

    Ceci amène deux réflexions. D'abord, cela recadre les commentaires qui prédisent (et surtout espèrent) un effondrement de l'économie chinoise et surtout on peut se demander pourquoi c'est la Chancelière allemande qui décroche ce fabuleux contrat et non le catastrophique président français mais après la mésaventure des Russes quant aux frégates françaises, tantôt vendues et tantôt retirée de la vente, qui pourrait avoir confiance en la parole de l'inexistant Hollande.

    Il faut quand même rappeler que contrairement à ce que les Français aiment  faire croire , Airbus est une compagnie européenne à fort ancrage allemand et non une compagnie française.

     

    FOREIGN201510291941000516864135227.jpg

  • Le port belge d'Anvers renforce ses relations commerciales avec la Chine et va jouer un rôle majeur dans l'initiative du président chinois Xi Jinping ,la "Ceinture et Route"

    Le port belge d'Anvers a l'intention de renforcer ses relations commerciales avec la Chine et jouer un rôle majeur dans l'initiative phare du président chinois Xi Jinping nommée "Ceinture et Route", a annoncé mardi le président de l'Autorité portuaire d'Anvers, Marc Van Peel.

    M. Van Peel, qui est aussi maire-adjoint de la ville d'Anvers, a déclaré qu'un groupe de travail "Ceinture et Route" a été spécialement créé pour s'assurer que le port prenne "les bonnes décisions stratégiques envers la Chine" tout en améliorant les relations amicales déjà existantes avec d'autres ports chinois.

    "La Chine est très importante pour le port d'Anvers, qui entretient avec elle une relation d'amitié de longue date", a-t-il dit.

    Selon les autorités portuaires, les relations commerciales avec la Chine représentent 5 % du trafic annuel du port, soit 10 millions de tonnes de marchandises par an. Un volume qui a augmenté de plus de 38 % en un an.

    "Anvers attire les investissements chinois", a ajouté Marc Van Peel et de faire remarquer : "Les entreprises chinoises cherchent de nouvelles opportunités d'investissements avec le port d'Anvers. Ces investissements sont bien sûr les bienvenus. Cela ne pourra que développer et renforcer nos relations avec la Chine".

    M. Van Peel a pris la parole lors de la troisième édition du "China Day" au port d'Anvers, événement créé en 2010 pour mettre à l'honneur les liens qui relient le port aux entreprises chinoises.

    134394918_14363980787041n.jpg

  • Un dauphin blanc perdu dans la rivière des Perles va retrouver la mer

    Dans la rivière des Perles (la province du Guangdong, sud de la Chine), un dauphin blanc (Sousa chinensis) a pu franchir un grand pont grâce à l'aide humaine pour retrouver la haute mer. Plutôt âgé, l'animal semble mal s'adapter à l'environnement en eau douce et sa peau révèle des signes d'ulcère.

    Le dauphin nage plus lentement et ne saute plus comme aux moments où il avait été découvert. M. Zhang, un dresseur de l'Aquarium des dauphins de Guangzhou, s'est rendu sur le site, et a estimé que l'état de santé de l'animal était passable. «Même s'il nage lentement, cela est dans un degré normal».

    Se trouvant en difficulté dans les eaux douces, c'est une épreuve terrible pour avoir à passer sous le pont de la rivière des Perles. A son approche, il ressent le bruit des véhicules passant sur la structure, le faisant reculer. Certains passants ont vu le dauphin tourner au moins  deux fois autour du pont, sans oser s'y aventurer.

    Le 23 octobre 2015, à 11 heures, le dauphin est réapparu dans les eaux près du pont. A 11h50, deux bateaux de pêche ont commencé à tenter avec prudence de « guider » l'animal, vers l'aval de la rivière. Après plusieurs obstacles, le dauphin a enfin pu traverser le pont pour regagner la haute mer. 

    FOREIGN201510261400000439418023305.jpg

    On ne compte plus que 80 à 140  dauphins blancs chinois dans les environs de la rivière des Perles.

  • Un pub londonien devient une attraction touristique après la visite du président chinois

    Le pub britannique que le Président Xi Jinping et le Premier ministre David Cameron ont visité jeudi dernier dans le Buckinghamshire est devenu une sensation du jour au lendemain.

    « Nous avons reçu de nombreux clients chinois pendant le week-end. Normalement, la plupart des clients sont des résidents locaux », a confié dimanche au China Daily Steve Hollings, le propriétaire de The Plough at Cadsden.

    Après l'ouverture du pub dimanche à midi, près de 30 clients chinois en 7 groupes y ont fait une visite en moins d'une heure.

    Selon M. Hollings, le fish and chips, un plat traditionnel britannique, et la bière India pale ale que Xi Jinping a goûtés jeudi soir, ont été commandés par presque tous les clients chinois.

    Mais comme les clients réguliers locaux avaient réservé la plupart des tables du pub, les clients chinois ont dû attendre et manger sur des tables à l'extérieur.

    Miao Xin, jeune étudiant chinois de 26 ans à Londres, est arrivé au pub en voiture avec ses trois amis. « Nous avons appris la nouvelle que le président Xi est venu ici et nous voulions faire l'expérience de la nourriture et des boissons que Xi Jinping a goûtés », a-t-il déclaré.

    Un autre groupe d'étudiants chinois, également de Londres, a posé et a pris des photos près des deux sièges où Xi Jinping et David Cameron étaient assis dans le pub.

    « Nous savons tous que le fish and chips est qualifié de plat national britannique et que vous pouvez le trouver partout. Cependant, avec la visite de M. Xi, nous étions curieux de voir ce qu'il y a de spécial dans ce pub », a dit un étudiant.

    Un autre Chinois, du nom de Liu, est venu au pub avec sa femme, sa mère et son bébé. « Après la visite de M. Xi au pub, j'ai trouvé le nom et l'emplacement, puis j'ai emmené ma famille ici. Nous voulions en faire l'expérience ».

    Sur le menu du pub, une grande portion de fish and chips coûte 14,95 livres (20,75 euros), une petite portion 10,95 livres (15,20 euros), et la bière India pale ale 3,60 livres (4,99 euros). Certains visiteurs chinois ont plaisanté, disant que le pub deviendra peut-être une nouvelle attraction dans le futur.

    « Aller au pub est une tradition britannique », a déclaré Steve Hollings, ajoutant que les Britanniques vont souvent dans un pub pour se détendre et discuter avec des amis. « Le Premier ministre amenant Xi Jinping au pub, cela signifie qu'il le traite comme un ami ».

    M. Hollings a cependant souligné qu'ils ont servi des bâtonnets de poisson à Xi Jinping et David Cameron, pas un poisson entier, du fait que le personnel du bureau du premier ministre les avait avertis que Xi Jinping avait un dîner officiel après la visite.

    Il a également révélé que le Président chinois lui a envoyé un courriel pour le remercier, et dire qu'il a vraiment apprécié le repas et les boissons servis au pub. Le propriétaire n'a cependant pas affiché le courriel.

    « Xi Jinping s'est joint à la conversation avec certains de nos clients et a même serré la main de beaucoup d'entre eux. Profitant de l'occasion d'une vie, un de nos clients réguliers s'est enhardi et a demandé à un ami de le filmer avec son bras autour de Xi Jinping », a ajouté le patron du pub.

    Steve Hollings a également révélé que jeudi soir, ses clients étaient tous des habitués et qu'ils n'étaient pas au courant de la visite surprise. « Ils étaient très emballés », a-t-il dit.

    « Ce fut un moment vraiment remarquable et ce sera sans aucun doute le sujet de conversation ici pour les années à venir », a ajouté M. Hollings.

    L'histoire de ce pub remonte au 16e siècle, quand il était un relais de poste pour les diligences allant vers Londres.

    Son site Internet affirme que le pub « accueille souvent quelques clients très célèbres » et demande aux visiteurs de « se souvenir qu'ils sont aussi ici pour se reposer et se détendre ».

    d43d7e14de0d1799452e0b.jpg

  • Pékin et Londres lancent un défi à l'hégémonie du dollar US

    Pendant que les canons continuent de tirer au Moyen-Orient, des coalitions tactiques et stratégiques se forment en dehors de la région.

     
    Les Etats-Unis créent leur "Partenariat transpacifique" avec le Japon pour ralentir l'influence croissante de la Chine dans la région. Cette dernière, quant à elle, s'intéresse au Royaume-Uni — en procès depuis plus de quatre ans avec les Américains à cause de l'accident qui s'est produit sur la plateforme Deepwater Horizon dans le golfe du Mexique, dont la compagnie BP est le principal figurant. Début octobre, le géant pétrolier britannique a accepté de satisfaire la plainte des Etats-Unis à hauteur de 20 milliards de dollars. Sachant que les Britanniques paieront sur 18 ans. La Chine est prête à aider Londres. Selon la BBC, le Royaume-Uni espère signer avec Pékin des contrats commerciaux et d'investissement pour plus de 30 milliards de livres. Ce n'est donc pas par hasard que le ministre britannique des Affaires étrangères Philip Hammond a déclaré que son pays entrait dans des relations plus étroites avec la Chine "les yeux ouverts". Pékin est du même avis, notamment après l'adhésion en été 2015 de la Bank of China au processus de calcul du cours de l'once à Londres, devenant la première structure asiatique à marcher sur le chemin de la nouvelle "alchimie" — le "fixing de l'or".

     

    De plus, la presse chinoise soutient le thème de l'"internationalisation du yuan et du marché de l'or", entourant d'un contexte anti-américain et anti-dollar la visite du chef de l'État chinois à Londres.

    Président chinois Xi Jinping
    Xi Jinping à Londres: "une époque dorée" dans les relations sino-britanniques?

    Le président chinois Xi Jinping et la reine Elizabeth II ont évoqué à Londres le "partenariat global" entre les deux pays, que l'histoire a séparés plus d'une fois aux XIXe et XXe siècles. Ce sont surtout les conséquences politiques de cette visite de quatre jours qui nous intéressent dans cet épisode. La principale question en suspens reste la préparation par la BP et la chinoise CNPC d'une alliance stratégique impliquant le développement de projets communs en Afrique occidentale, en Irak et dans d'autres pays du Moyen-Orient.

     

    Xi Jinping, la reine d'Angleterre et le premier ministre David Cameron ont donc des choses à se dire. Le dialogue entre Londres et Pékin se développe plus rapidement que Washington ne le voudrait, sachant qu'il y a deux ans ce dernier avait fait pression sur les autorités chinoises par le biais des protestations à Hong Kong. La Chine est en colère. En septembre, Xi Jinping s'est rendu à Washington où il a été accueilli par Barack Obama qui a tenté par tous les moyens d'établir le contact. Au final, le président chinois a simplement décliné la demande délicate du fondateur de Facebook Mark Zuckerberg d'inventer un nom chinois pour sa fille qui naîtra bientôt. 

     

    1018956192.jpg

     



    source: http://fr.sputniknews.com/presse/20151022/1019008391/chine-usa-dollar-royaume-uni-japon.html#ixzz3pfMYbMlk

  • Un nombre record de 23 bébés pandas, issus de l'utilisation de techniques d'insémination artificielle, ont survécu cette année dans le Centre chinois pour la préservation et la recherche des pandas géants

    Un nombre record de 23 bébés pandas, issus de l'utilisation de techniques d'insémination artificielle, ont survécu cette année dans le Centre chinois pour la préservation et la recherche des pandas géants (CCRCGP), situé à Chengdu, dans la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine).

    Au total 26 bébés pandas sont nés, dont neuf paires de jumeaux et un bébé enfanté par Mei Xiang au zoo national Smithsonian de Washington aux États-Unis, a indiqué le CCRCGP, le plus grand centre de reproduction artificielle de cette espèce rare.

    Ces nouveaux bébés portent à 218 le nombre de pandas actuellement accueillis par ce centre. Le record précédent avait été enregistré en 2013, avec 20 nouveaux bébés pandas dans l'année.

    Malgré le décès de trois nourrissons, le nombre total de nouveaux nés survivants et le nombre de jumeaux sont des nouveaux records depuis la création de ce centre dans les années 1980, a déclaré Heng Yi, directeur du service publicitaire du CCRCGP.

    CnbbffF005013_20151024_NBMFN0A002_11n.jpg

    Les bébés pandas, âgés de un à trois mois, sont tous en bonne santé. "Puissent-ils survivre et prospérer", a déclaré M. Heng.

    M. Heng attribue ce nombre élevé de naissances à la progression des techniques d'élevage, aux coopérations fréquentes mises en place avec des zoos étrangers, et à laugmentation du "vivier" du programme annuel de reproduction.

    "Au cours des 20 dernières années, nous avons observé une progression régulière des naissances de pandas engendrés artificiellement dans notre centre, ce qui signifie que nous avons davantage d'options pour sélectionner des candidats sains et biologiquement viables pour notre programme de reproduction", a déclaré M. Heng.

    Les pandas géants sont surnommés "fossiles vivants", et 1.864 pandas vivnt à l'état sauvage, principalement dans les provinces du Sichuan et de Shaanxi. On comptait 375 pandas géants en captivité en fin 2013, selon les derniers chiffres publiés par l'administration chinoise des forêts au printemps dernier.

    Les pandas géants ont un taux de fertilité très bas du fait de leur faible activité sexuelle. Les pandas femelles ne tombent enceinte qu'une fois par an et donnent naissance à trois bébés au maximum à chaque fois.

    La fertilité des pandas géants en captivité est encore plus faible, car ils ne se déplacent pas beaucoup, ont indiqué les experts.

    Source Xinhua

  • Les choix vestimentaires de la première dame, qui a séduit la Grande Bretagne , font toujours l'unanimité

    Le 19 octobre, le président chinois Xi Jinping, accompagné de son épouse Peng Liyuan, a débuté une visite d'Etat de cinq jours dans le pays de Shakespeare.

    Outre l'aspect officiel de cette visite, les internautes s'intéressent également aux vêtements portés par la première dame de Chine durant son séjour au Royaume-Uni.

    Le 20 octobre, invitée à trois événements sur la journée, Peng avait opté pour trois tenues de circonstances : un tailleur blanc, un manteau gris à motifs fleuris et une robe bleu foncé. Grâce à ses choix vestimentaires, Peng Liyuan a été qualifiée de première dame « élégante et charmante » par le quotidien britannique Daily Mail.

    Ces choix reflètent par ailleurs le style simple et élégant de Peng, qui choisit toujours des tenues intégrant des éléments de la culture chinoise.

    0019b91ec9811792e52c11.jpg

    0019b91ec9811792e51e10.jpg

    0019b91ec9811792e4f00e.jpg

    0019b91ec9811792e4d20c.jpg

  • Les choix vestimentaires de la première dame, qui a séduit la Grande Bretagne , font toujours l'unanimité

    Le 19 octobre, le président chinois Xi Jinping, accompagné de son épouse Peng Liyuan, a débuté une visite d'Etat de cinq jours dans le pays de Shakespeare.

    Outre l'aspect officiel de cette visite, les internautes s'intéressent également aux vêtements portés par la première dame de Chine durant son séjour au Royaume-Uni.

    Le 20 octobre, invitée à trois événements sur la journée, Peng avait opté pour trois tenues de circonstances : un tailleur blanc, un manteau gris à motifs fleuris et une robe bleu foncé. Grâce à ses choix vestimentaires, Peng Liyuan a été qualifiée de première dame « élégante et charmante » par le quotidien britannique Daily Mail.

    Ces choix reflètent par ailleurs le style simple et élégant de Peng, qui choisit toujours des tenues intégrant des éléments de la culture chinoise.

    0019b91ec9811792e52c11.jpg

    0019b91ec9811792e51e10.jpg

    0019b91ec9811792e4f00e.jpg

    0019b91ec9811792e4d20c.jpg

  • Chine: Robert Mugabe reçoit le prix Confucius de la paix, qui se veut une alternative chinoise au prix Nobel

    Le prix Confucius de la paix, qui se veut une alternative chinoise au prix Nobel, a été attribué cette année au président zimbabwéen Robert Mugabe, qui fait objet de vives critiques de la part des défenseurs des droits de l'Homme.

    A la suite du dirigeant russe Vladimir Poutine (2011) ou encore de l'ex-président cubain Fidel Castro (2014) Le prix Confucius récompense donc encore une fois une personnalité controversée dans les pays occidentaux et ce au grand dam des médias propagandistes de ces pays.

    "Si (Mugabe) n'était pas arrivé au pouvoir en 1980, quel talent aurait été gâché!", s'est exclamé M. QiaoQiao Damo, fondateur du "Centre chinois d'études internationales pour la paix", organisation qui décerne le prix, pointant sa capacité à "stabiliser le Zimbabwe" en établissant "un ordre bénéfique au peuple", mais aussi à "promouvoir la paix en Afrique" en occupant la présidence tournante de l'Union africaine.

    Ce choix est parfaitement respectable , et certainement plus respectable que certains choix des séniles qui choisissent les Prix Nobel de la Paix.

    Trouver le très belliqueux Obama sur une telle liste en a sidéré plus d'un. Le choix d'un repris de justice chinois, simplement dans le but d'humilier le peuple chinois.  Choisir un terroriste comme Arafat n'était pas très judicieux non-plus. Quant au choix de dalai lama , ce sinistre individu qui maintenait les plus pauvres des Tibétains en esclavage fut honoré du Prix Nobel ,sans doute pour les services qu'il a rendu à la CIA. La vérité de cette état de choses fut divulguée par la CIA elle-même quand elle déclassifia certains documents.

     

    Dalai-Lama-the-dalai-lama-cables.jpg