• Le rapprochement Russie-Chine, erreur stratégique des USA

    Washington commet une erreur stratégique de taille en durcissant le ton à l'égard de Moscou, car ce comportement favorise le rapprochement entre la Russie et la Chine.

    Le rapprochement entre Pékin et Moscou résulte de la politique pratiquée par l'Occident à l'égard de la Russie, estime le quotidien en ligne The Conversation.

     

    Selon le Fonds monétaire international (FMI), l'économie chinoise surpasse actuellement celle des Etats-Unis si l'on tient compte de la parité du pouvoir d'achat. La Chine, qui cherche à dominer dans sa région, multiplie les efforts en vue d'augmenter son potentiel militaire. Dans ce domaine, Moscou lui apporte son concours. Si Washington et Bruxelles ne modifient pas leur comportement hostile envers la Russie, la Chine sera prochainement en mesure de tenir tête aux Etats-Unis.

    "La logique de ce rapprochement est simple: la Chine a besoin de ressources et la Russie en a assez. La Russie a besoin de marchés, d'investissements étrangers et d'argent, et la Chine est prête à les offrir", constate le journal.

     

    "Les intérêts géopolitiques des deux puissances s'entrecroisent également. La Chine ne veut pas que la mer de Chine méridionale soit dominée par les Américains. La Russie, quant à elle, ne veut pas que l'Occident — notamment les Etats-Unis et l'Europe — pénètre dans ce que Moscou considère comme «sa sphère d'influence». Bref, la Russie et la Chine ne veulent pas un monde dominé par les Etats-Unis", souligne The Conversation.

     

    Selon le journal, la plupart des analystes américains considèrent la Chine comme le principal défi géopolitique pour les Etats-Unis. Aussi Washington commet-il une "erreur géopolitique" en pratiquant une politique hostile à la Russie et en favorisant par là même le rapprochement entre Moscou et Pékin.

    Xi-JinPing-Vladimir-Poutine-Noursoultan-Nazarba-ev_1.jpg





  • Le nombre d'entrepreneurs féminin explose en Chine

    Avec une fortune estimée à 5,6 milliards de dollars, la femme d'affaires chinoise Zhang Yin est la self-made woman la plus riche du monde.

    Le nombre d'entreprises indépendantes en Chine grossit, et le gouvernement essaie de créer un meilleur environnement pour les start-ups et pour l'innovation publique. Les femmes tirent réellement avantage de ce climat.    
    Après avoir travaillé pour plusieurs sociétés, Amy a décidé de lancer sa propre entreprise il y a un an. Elle dit que, bien qu'elle n'a pas rencontré beaucoup de difficultés pour se lancer, elle trouve néanmoins que ce n'est pas très facile pour une femme de mener son affaire.

    AMY WU
    Fondatrice de Girl Up

    Les femmes ont moins de force physique que les hommes, et nous sommes plus faibles dans certains domaines, comme la pensée stratégique et la prise de décisions. Les investisseurs, qui sont pour la plupart des hommes, sont moins enclins à investir dans des projets de femmes, parce qu'ils pensent qu'une femme n'est pas aussi efficace qu'un homme dans l'arène des affaires. Mais certains investisseurs changent d'avis, après avoir obtenu de bons retours sur investissements dans des entreprises détenues par des femmes.

    Amy a créé une pépinière pour aider d'autres femmes à commencer leur propre affaire. Elle ne s'est pas seulement limitée à les financer, mais y a aussi inclus des formations en marketing et en gestion d'entreprise. Elle dit qu'il y a de grandes opportunités à la fois pour les autres et pour elle-même. 

     

    Amy est déterminée à réussir dans son entreprise. Et elle n'est pas la seule femme en Chine à avoir de telles aspirations. Selon un rappport de 2014, le nombre d'entrepreneurs féminins s'est envolé l'an dernier. Et la tendance ne montre aucun signe de ralentissement. Les experts disent qu'un énorme marché de consommatrices procure aux femmes davantage d'opportunités d'affaires. De plus, un marché du travail défavorable aux femmes, et la motivation qu'apporte l'actuel boom entrepreneurial ont aussi poussé plus de femmes à commencer leur propre activité.

    PROFESSEUR LE PING
    Université internationale d'économie et de gestion des entreprises

    ''Les femmes ont des avantages. Elles ont de bonnes capacités de communication et sont plus prévenantes que les hommes. Cependant, elles doivent affronter des stéréotypes, particulièrement ceux selon lesquels les femmes doivent avoir une famille stable et vivre sans risque ni défi. Le manque de confiance et la forte dépendance sont caractéristiques des femmes chinoises. Si les femmes veulent réussir à long terme dans les affaires, elles ont besoin de l'aide de leur famille, notamment de leurs parents et de leur mari. 

    Les experts disent que toutes femmes ne sont pas éligibles pour commencer leur propre affaire, mais que c'est une bonne conjoncture pour celles qui sont capables, enthousiastes, et prêtes à libérer leur esprit.

     

     

  • Le Roi des Belges heureux de son voyage en Chine, il rêve d'y retourner, pour l'Ambassadeur belge on est passé du stade de relations économiques à celui de l'amitié entre les 2 peuples

    Philippe de Belgique a déclaré tout son plaisir d’avoir voyagé en Chine et, bien sûr, sa satisfaction pour cette mission réussie.

    Philippe a passé pas moins de 4h45 avec le président chinois. Une rencontre d’une longueur tout à fait inhabituelle et peu de chefs d’Etat peuvent s’en vanter.

    Le roi s’est dit satisfait de la mission qu’il a menée à la tête de cette importante délégation. On peut parler de réussite alors que quelque 90 contrats et accords ont été signés. L’emploi du temps du roi était tellement serré qu’il n’a même pas pu faire son jogging quotidien.

    Enfin, le roi a confié à quel point il apprécie la Chine. Et même s’il n’a droit qu’à une seule visite par pays en tant que chef d’Etat, c’est promis, il trouvera le moyen de revenir dans l’empire du milieu.

    sans-titre.png

     

    Ambassadeur de Belgique en Chine: une double visite, un double grand moment majeur pour les relations sino-belges

     

    Les relations entre la Chine et la Belgique sont passées des relations entre grandes structures (administratives et gouvernementales) à l'amitié entre les peuples au sens pratique et quotidien, s'est réjoui l'ambassadeur de Belgique en Chine, Michel Malherbe, dans un entretien accordé à Xinhua en amont de la visite du Premier ministre chinois Li Keqiang en Belgique et de celle du roi et de la reine de Belgique en Chine.

    DU STADE FORMEL AU STADE RÉEL

    "Les relations se déploient vraiment dans tous les domaines, pas seulement dans les domaines classiques de l'économie et de l'investissement, mais aussi dans les contacts entre les personnes [...] C'est peut-être ça le développement majeur des dernières années", a noté M. Malherbe.

    "On est passé des relations de gouvernement à gouvernement, souvent basée sur l'économie, à des relations individuelles entre les populations, entre les étudiants et les universités par exemple", a-t-il souligné.

    La Chine est en train de déployer un réseau de centres Confucius à l'étranger, et il y en a chaque année de nouveaux. Lors de la visite du roi et de la reine de Belgique en Chine, les deux parties vont signer des accords pour l'établissement de nouveaux centres Confucius, a révélé M. Malherbe.

    "Chaque année, de plus en plus de jeunes Belges décident d'apprendre le chinois, et dans certaines écoles, mêmes les écoles secondaires, le chinois fait son entrée. C'est quelque chose que nous encourageons. Nous essayons de donner une grande visibilité à toutes ces initiatives en Belgique", a-t-il affirmé.

    En outre, tout récemment, un tour-opérateur chinois a lancé des vols directs de villes chinoises comme Tianjin, Xi'an et Shenyang, directement vers l'aéroport de Liège, en Belgique. Le tourisme chinois vers l'Europe, et vers la Belgique en particulier, est en pleine explosion, a indiqué le diplomate belge.

    "Nous accompagnons cela notamment en améliorant chaque jour notre système de délivrance de visas pour faire face à cette croissance rapide du tourisme chinois", a-t-il assuré, avant de réaffirmer : "Les relations sont en train de passer du stade formel au stade réel".

     

    large.jpg

    LE PAYSAGE A CHANGE

    Même dans les relations traditionnelles de l'économie et de l'investissement, le paysage a déjà changé. Il y a vingt ans, les Belges étaient en Chine pour vendre leurs produits et leurs technologies, et pour s'implanter et produire en Chine, souvent pour l'exportation. Mais aujourd'hui, les entreprises belges sont présentes en Chine pour le marché chinois plus que pour l'exportation, puisque la classe moyenne chinoise se développe et a acquis un pouvoir d'achat très important, ce qui fait d'elle un consommateur intéressant pour les entreprises belges, a expliqué l'ambassadeur.

    Par ailleurs, "la Chine devient un investisseur net et un exportateur net de capital vers le reste du monde. Là également, nous pensons que la Belgique a un rôle à jouer", a fait remarquer M. Malherbe.

    "Nous allons mettre en évidence les entreprises technologiques belges, qui pourraient devenir des partenaires pour les entreprises chinoises dans leur projet de développement européen, et ce dans des domaines tels que les technologies vertes, les technologies propres, l'environnement, la pharmacie, la chimie et les nouveaux matériaux. Nous voulons montrer à la Chine nos talents dans tous ces domaines pour stimuler et attirer les investissements chinois vers l'Europe. Nous voulons aussi montrer, en tant que centre géographique de l'Europe et siège des institutions européennes, que nous sommes aussi intéressants en tant que destination d'investissement", a-t-il renchéri.

    La Belgique est un pays de petites et moyennes entreprises, où l'accent est mis sur l'innovation et sur la créativité plus que sur la production de masse. La Chine, en tant qu'investisseur potentiel, est intéressée par ces entreprises, a indiqué M. Malherbe, avant d'ajouter : "Je pense que c'est plutôt l'innovation que nous voudrions mettre en évidence dans les domaines technologiques de pointe. C'est là où nous sommes des partenaires complémentaires".

     

    a4066dd2-182a-11e5-926b-de94e2beaf75_original.jpg

    DES DIFFÉRENCES ET DES PROJETS

    "Il y a évidemment des différences qui sont alimentées par nos histoires respectives, qui ne sont pas les mêmes. L'Europe et l'Asie ont des contextes différents et nos systèmes politiques sont également différents", a avoué M. Malherbe.

    Mais il y a toujours des sujets de conversation. "L'importance est que ces échanges se fassent dans le respect mutuel et que chacun soit prêt à entendre l'autre et à respecter ces différences. C'est ça le principal", a-t-il relevé.

    "Il n'y a pas véritablement de problèmes bilatéraux importants entre la Belgique et la Chine. Il n'existe que des projets", a-t-il précisé.

    Un exemple de ces projets est ce qu'on appelle le Centre technologique Chine-Belgique à l'Université de Louvain, à Louvain-la-Neuve, où se développe un centre d'incubation d'entreprises chinoises qui fournira une plate-forme avec toutes les installations nécessaires pour que les entreprises chinoises puissent prendre pied au coeur de l'Europe, aux dires de l'ambassadeur belge.

    La Belgique accorde aussi une importance particulière aux initiatives développées par les autorités chinoises comme "la Ceinture et la Route" (La Ceinture économique de la Route de la Soie et la Route de la Soie maritime du 21e siècle) et la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures (BAII).

    "De façon générale, nous nous réjouissons de la montée en puissance de la Chine, qui occupe la place qu'elle mérite et toute la place qui lui revient sur la scène internationale et dans la communauté internationale. Nous sommes également très contents que cette nouvelle puissance chinoise se manifeste de façon positive et constructive dans la vie de la communauté internationale. C'est le cas notamment avec la politique de la Ceinture et la Route", a déclaré M. Malherbe.

    "Il s'agit d'un engagement de la Chine en dehors de ses frontières, un engagement qui va bénéficier à tous les pays concernés. Et ils sont très nombreux. Nous sommes ravis de voir la Chine endosser des responsabilités internationales d'une façon aussi positive en s'investissant en dehors de ses frontières."

    Dans le cadre des initiatives de "la Ceinture et la Route", la Belgique est sensible à l'intention de créer des relations ferroviaires, des lignes de chemins de fer comme celle entre Chongqing et le port d'Anvers.

    Bien que la Belgique ne fasse pas partie des membres fondateurs de la BAII, son intérêt pour l'initiative chinoise est réelle et des évolutions ultérieures restent possibles, a souligné M. Malherbe.

    La Belgique fait aussi tout ce qui est en son pouvoir pour promouvoir les relations sino-européennes. Pour la Belgique, en tant que pays et capitale européenne, "le dialogue entre la Chine et la Belgique ou entre la Chine et l'Union européenne doit former un ensemble", toujours selon l'ambassadeur.

    "La Belgique est un pays qui cherche le consensus, qui cherche toujours la voie du milieu, dans sa vie politique intérieure, mais aussi dans le domaine européen", a expliqué M. Malherbe. "Nous voulons travailler avec la Chine via l'Europe, mais aussi directement avec elle de façon bilatérale", a-t-il clarifié.

     

    1.jpg

    La troisième délégation d’entreprise (19 entreprises, un groupe total de 33 personnes)est arrivée à Louvain-la-Neuve.

  • La Chine dénonce, dans un rapport , le « bilan déplorable » des États-Unis en matière de droits de l'homme

    La Chine a dénoncé vendredi dans un rapport le « bilan déplorable » des États-Unis en matière de droits de l'homme, en relevant notamment les brutalités policières et l'espionnage par les autorités américaines de l'internet et des télécommunications.

    Ces critiques chinoises, qui n'ont rien d'inédit, sont une réponse à la publication jeudi du rapport annuel du département d’État sur les droits de l'homme dans le monde, qui n'épargne pas Pékin. Le gouvernement chinois réplique de la sorte chaque année. Les États-Unis « sont traumatisés par la dissémination des armes à feu (sur leur territoire), l'occurrence fréquente de crimes violents et le recours excessif à la force par la police », selon le rapport chinois.

    Sont également dénoncés le recours « aveugle » à la torture contre les personnes soupçonnées d'actes terroristes, et les violations des droits de l'homme à l'étranger lors des frappes militaires américaines par drones. Le rapport, largement diffusé par l'agence officielle Chine nouvelle, affirme aussi qu'aux États-Unis, le droit de vote des personnes d'origine latino-américaine ou africaine est restreint par des discriminations ethniques ou le niveau de revenus.

    Selon le texte chinois, les harcèlements et les agressions sexuelles sont fréquents dans les académies militaires et les lycées d'enseignement général américains, tandis que les femmes sont souvent victimes de violences dans leurs foyers. 

    La pauvreté sévit également dans la première économie mondiale, où le nombre de sans-abri reste important, assure encore le rapport. Le « droit fondamental à la subsistance est menacé pour la population américaine », ajoute l'étude qui s'appuie sur une sélection de sources, dont les médias américains.

    Les autorités américaines accusent régulièrement la Chine de graves atteintes aux droits de l'homme. Pékin répond systématiquement en demandant à Washington de balayer devant sa porte. 

     

     

  • La collaboration entre le quotidien belge "Le Soir" et la presse chinoise est un pont pour relier les peuples

    c03fd559e56616f46c4109.jpg

     

    A l'occasion du voyage du roi Philippe de Belgique en Chine, le journal belge "Le Soir" a ouvert ses colonnes aux journalistes de l'Agence de presse Xinhua(Chine nouvelle).

    Pas moins que quatre pages, c'est ce que se sont vu offrir les journalistes chinois par la rédaction du journal belge.

    Selon le président de l'agence, Cai Mingzhao :

    "Xinhua souhaite montrer au peuple chinois la vraie image de l'Europe par nos reportages objectifs , rapides et précis et également montrer aux Européens le vrai développement de la Chine , et servir de pont entre les deux peuples."

    Pendant son discours au Collège de l'Europe à Brugge (Bruges) le président chinois ,Xi Jinping , a insisté sur la nécessité et l'importance pour les Européens de mieux connaître et comprendre la Chine, et expliqué que Xinhua pouvait jouer un rôle en ce domaine à travers son service d'information.

     

    1891960174_B975580804Z_1_20150519150647_000_GUN4HBTO5_1-0.jpg

     

     

  • Première mondiale: la Chine édite et publie 4 pages dans un grand journal belge (extraits)

    Hier, l'Agence de presse Xinhua a édité et publié 4 pages dans le journal "Le Soir" de Bruxelles. Ceci est une première mondiale, que l'Agence chinoise passe un tel accord avec un quotidien de la sphère occidentale.

    L'agence Xinhua ( Chine nouvelle) est une agence de presse officielle de la République populaire de Chine , qui souhaite mettre en exergue le partenariat d'amitié et de coopération économique et commerciale sino-belge.

    Voici quelques extraits de ces 4 pages:

    sans-titre.png

    La photo en haut montre la procédure de retour sur Terre de la capsule spatiale chinoise Shenzhou-10 le 26 juin 2013. La photo du bas montre que la sonde lunaire de Chine Chang'e-3, avec à son bord le premier rover lu­naire chinois, s'est posee sur la Lune le 14 de­cembre 2013, marquant le premier atterrissage en douceur d'une sonde lunaire chinoise sur la surface d'un corps celeste.

     

    TIANHE_2_SUPERCOMPUTER_plate_.png

     

    Le superordinateur chinois Tianhe-2 conserve sa place de superordinateur le plus puissant du monde pour la 4e fois consecutive. Tianhe-2 est capable de fonctionner à 33,86 pe­taflops par seconde, l'equivalant de 33 860 milliards de calculs par seconde. Une heure de calculs effectues par cette machine correspond ainsi aà1 000 ans de calculs ardus effec­tiles a l'aide d'une calculatrice par 1,3 milliard de personnes, soit par l'ensemble de l'actuelle population de la Chine.

     

    000136293.jpg

     

    Un train chinois à grande vitesse. En 2014, six ans après la mise en service des premières lignes ferroviaires à  grande vitesse, la Chine comptait 16 000 km de lignes à grande vitesse sur un total de 112 000 km de voies ferrées, soit le plus grand réseau de voies a grande vitesse au monde.

     

     

    C624X0235H_N22_N71_copy1.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    Le submersible chinois Jiaolong est mis à l'eau en mer de Chine méridionale, le 17 juin 2013. Le submersible Jiaolong a réalise lundi matin la première opération de plongée de sa première mission d'essai en mer de Chine méridionale. Le submersible chinois a battu un record de plongée en juin 2012 en descendant à 7062 mètres dans la fosse des Mariannes, dans l'océan Pacifique.

     

     

     

    L'agence a donc présenté quatre importants domaines où la Chine est leader .Dans l'aérospatial ,elle se hisse au rang de troisième puissance tandis que dans les trois autres domaines ,elle est incontestablement la première. Ce sera donc tout bénéfice pour la Belgique et les autres pays européens si la Chine collabore avec les pays européens.

     

     

     


     

     

     


     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


     

  • Derrière la Chine qui gagne, la misère

    0019b91ed62e16f3615a20.jpg

    A travers la Chine, j'ai parcouru des endroits merveilleux, des paysages à couper le souffle , des villes belles par leur modernité et d'autres riches de leur passé. Mais la Chine , c'est aussi la pauvreté dans beaucoup de villages même si la misère est en régression permanente.

    Malgré le développement rapide de la Chine, certaines régions reculées accusent toujours un retard important par rapport au reste du pays. Dans le village de Mayi au Sichuan, par exemple, les habitants ne peuvent s'offrir le luxe de manger de la viande que trois fois par an.

     

    Lire la suite

  • Les armées US, russe et chinoise sont les plus puissantes du monde, selon des analystes de Global Firepower

    Les armées américaine, russe et chinoise occupent les trois premières places dans le palmarès des 126 armées du monde, rédigé par des analystes de la compagnie Global Firepower.

     

    Selon les analystes, la Russie a pu se classer deuxième grâce au nombre d'"excellents" chars (15.000 blindés, soit deux fois plus qu'aux Etats-Unis) et à sa Marine. Le nombre d'effectifs de l'armée russe lui permet d'occuper la quatrième place.

    L'armée chinoise est classée troisième, suivie de l'armée indienne. Les armées britannique, française, sud-coréenne, allemande, japonaise et turque  font également partie du palmarès des dix armées les plus puissantes du monde.

    Un F-15E américain. Archives
     

    Les analystes soulignent que le leadership de l'armée américaine n'est pas surprenant, compte tenu de budget militaire de ce pays, Washington dépensant par an 577 milliards de dollars, soit quatre fois plus que Pékin et dix fois plus que Moscou.

    Rappel : Pour voir les pandas en live depuis leur réserve du Sichuan, province du centre de la Chine , il suffit de cliquer sur le lien ipanda.com dans la colonne de droite. Vous pourrez voir les pandas manger, jouer, dormir en direct et ce 24h /24

     

    DERNIERE MINUTE

     

    Le Premier ministre chinois, Li Keqiang, participera à la 17e réunion des dirigeants Chine-UE, qui se tiendra fin juin à Bruxelles, a annoncé mardi le ministère chinois des Affaires étrangères. Cette réunion sera la première depuis le changement de direction à la tête de l'Union européenne.

    Du 28 juin au 2 juillet, M. Li se rendra en Belgique et effectuera une visite officielle en France. Il visitera notamment le siège de l'Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), à Paris.

    Li Keqiang réalisera ces déplacements à l'invitation de son homologue belge, Charles Michel, de son homologue français, Manuels Valls, et du secrétaire général de l'OCDE, José Angel Gurria Trevino.

     

     

     

  • Un Belge qui fait rêver les Chinois

    Conçu par un Belge qui provient de la petite ville de Wallonie, La Louvière , un ancien membre du cirque du soleil, a créé  le plus grand spectacle d'eau au monde et le produit en Chine. Franco Dragone , c'est de lui qu'il s'agit , n'est pas à son coup d'essais en Chine puisqu'il produit déjà un merveilleux spectacle  à Macao, mais c'est la première fois qu'il présente un spectacle en Chine continentale. La démesure est au rendez-vous pour cet événement grandiose où se mêlent le cirque, les acrobaties, les exploits sportifs, les effets spéciaux, pour un budget de 250 millions d'€.

    Les autorités de Wuhan, ville d'un peu plus de 10 millions d'habitants ,dans le centre de la Chine , a donné carte blanche à l'artiste belge. Pour réaliser son spectacle, Franco Dragone a fait construire un bâtiment qu'il a conçu selon les exigences du show qu'il présente.

     Si les chinois sont les maîtres incontestés en matière d'art du cirque, ils ont fait appel à l'artiste originaire  de La Louvière pour présenter  le plus grand spectacle d'eau au monde. 

    Des dragons féériques, des plongeurs, des pilotes de jet ski, des athlètes qui sautent à 25 mètres, des personnages de Manga propulsés à 10 mètres grâce à une machinerie unique au monde.

     

    2020229236_B97143728Z_1_20130206162323_000_GNQFEBN5_1-0.jpg

    Un spectacle d'une puissance et d'un esthétisme incroyable, c'est ce qui motive le passage du Roi des Belges à Wuhan, qui y  entame son voyage d'Etat en Chine , accompagné d'une imposante délégation d'hommes politique et d'affaires .Aujourd'hui, en présence du Roi des Belges , Franco Dragone a signé un contrat cadre qui porte sur l'organisation de six spectacles dans l'Empire du Milieu pour un montant d'1,5 milliard d'euros.

    Pour la mise en scène de ce spectacle ,Franco Dragone  s'est imprégné de la culture, de l'histoire, des légendes et de l'imaginaire chinois. Sa créativité,  sa sensibilité artistique et son imaginaire en ont fait un spectacle universel dont le titre est un hommage à l'ethnie Han, majoritaire en Chine: "Han Show"

    Après Wuhan où la Région wallonne a plusieurs points d'ancrage, le délégation belge se rendra à Beijing pour le volet officiel et diplomatique du voyage ensuite ce seront Shanghai et Shenzhen les deux plus grandes villes de Chine du point de vue économique. Il est bien connu que la Flandre a plus que des atomes crochu avec Shanghai et que Shenzhen abrite les sièges sociaux chinois de nombreuses sociétés de la région Bruxelloise.

     

    Rappel : Pour voir les pandas en live depuis leur réserve du Sichuan, province du centre de la Chine , il suffit de cliquer sur le lien ipanda.com dans la colonne de droite. Vous pourrez voir les pandas manger, jouer, dormir en direct et ce 24h /24

  • Londres et Bruxelles veulent attirer les touristes chinois et signent un accord pour les visas

    842424a1d0595b76ec4fa03c46e8d755-1429522037.jpg

    La Belgique et la Grande-Bretagne ont annoncé vendredi que les Chinois pourraient désormais obtenir un visa d'entrée en Belgique et au Royaume-Uni en déposant un seul dossier de demande.

    Le Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Didier Reynders et le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration et à la Simplification Administrative, Theo Francken ont annoncé que, dès ce 1er juillet 2015, la Belgique et le Royaume-Uni proposeront un nouveau service aux citoyens chinois qui, au cours d’un même voyage, souhaitent se rendre en Belgique, dans d’autres États Schengen et au Royaume-Uni.

    Actuellement, un citoyen chinois qui se rend en Belgique et au Royaume-Uni au cours d’un même voyage doit demander deux visas à deux endroits différents.

    Le nouveau service offert par la Belgique et le Royaume-Uni permettra à ce citoyen chinois de demander ces deux visas en ligne et de prendre ensuite rendez-vous dans un des trois centres des visas britanniques (Beijing, Guangzhou et Shanghai), où il poursuivra la procédure. Si chaque État reste compétent pour l’examen de la demande de visa qui le concerne, sa réponse est envoyée à un seul centre des visas, où le citoyen chinois récupèrera son passeport, généralement dans les dix jours qui suivent le dépôt de ses demandes de visa. 

    Autrement dit, cette initiative belgo-britannique offre aux citoyens chinois la possibilité de recevoir deux visas au terme d’une procédure unique, visas qui leur donnent accès à la Belgique (qui doit être leur destination principale), à l’espace Schengen et au Royaume-Uni.

    Une visite combinée en Belgique et au Royaume-Uni est très avantageux pour les voyageurs chinois. Les liaisons excellentes (les trains Eurostar relient Bruxelles à Londres en deux heures, les vols aériens sont nombreux ainsi que des ferries) et la situation centrale de la Belgique en Europe garantissent des déplacements faciles sur tout le continent.

    Avec des dépenses shopping de 1 500 euros en moyenne pour chacun d’entre eux (hors hôtel et avion), à Paris, la clientèle chinoise représente désormais plus de la moitié du chiffre d’affaires des grands magasins. On comprend dès lors mieux que chaque Etat use de tous les stratagèmes possibles afin d'attirer cette clientèle , véritable manne aux trésors qui garantit des centaines de milliers d'emplois. Merci la Chine.