Chaque organisation et membre du Parti doit respecter la constitution et les lois du pays et non prendre le rôle dirigeant du Parti comme prétexte pour violer la loi

001ec94a271515df8f1101.jpg

Le président chinois Xi Jinping a critiqué, dans un livre récemment publié, les discussions sur la primauté du rôle dirigeant du Parti communiste chinois (PCC) ou de l'Etat de droit.

Ce livre, qui est sorti cette semaine dans les librairies, sélectionne des remarques du dirigeant chinois.

"Faire progresser, de manière complète, l'Etat de droit exige que l'on suive la bonne direction avec une assurance politique ferme", selon un discours prononcé par M. Xi en février et cité dans le livre.

"Comme je l'ai relevé, la question de la primauté du rôle dirigeant du PCC ou de l'Etat de droit n'en est pas vraiment une, mais un piège politique épineux, et nous devons y apporter une réponse claire et sans équivoque", a affirmé le président chinois.

Selon lui, chaque organisation et membre du Parti doit respecter la constitution et les lois du pays et non prendre le rôle dirigeant du Parti comme prétexte pour violer la loi.

M. Xi a tenu ces propos, alors que certaines personnes se demandent qui du rôle dirigeant du PCC ou de l'Etat de droit doit prévaloir en cas de conflit.

Selon des experts, les remarques de M. Xi rejettent l'idée que la direction exercée par le PCC et l'Etat de droit sont incompatibles.

Ce livre, publié par la Maison d'édition de la documentation du Comité central du PCC, sélectionne 193 remarques de M. Xi choisies parmi plus de 30 discours, articles et instructions datant du 4 décembre 2012 au 2 février 2015.

 

132439137_41n.jpg

 

                        Nouvelles en Bref

 

 

La Chine aura peut-être besoin de plus de temps que prévu pour inverser le ralentissement économique actuel, et des mesures supplémentaires sont nécessaires pour éviter un ralentissement plus prononcé encore.

 

 Les bureaux du service internet américain de covoiturage Uber à Guangzhou (ou Canton), dans le sud de la Chine, ont été perquisitionnés et du matériel saisi, a révélé vendredi le quotidien local Metropolis Daily.

Le vignoble français est désormais devancé par la Chine car en 15 ans, elle est devenue le deuxième vignoble du monde derrière l’Espagne. Selon l’Organisation mondiale de la Vigne et du vin (OIV), avec près de 800 000 hectares, le vignoble chinois dont la surface comptait moins de 4% des vignes mondiales en 2000 représente aujourd’hui près de 11% des surfaces plantées sur terre.

 

Les commentaires sont fermés.