• Pour le "Nouvel Observateur", les terroristes djiadistes du Xinjiang sont des victimes

    bodies-of-victims-lie-on-the-floor-at-a-hospital-after-a-knife-attack-at-kunming-railway-station.jpg

    Victimes des terroristes Ouighours

    Le Président chinois, Xi Jinping, vient à peine de quitter la France où il a été reçu en grandes pompes que l'hebdomadaire français sort un article tendancieux traitant de la province chinoise du Xinjiang et présentant l'ethnie  principale de cette province comme des victimes d'un soi-disant impérialisme chinois.

    Le Nouvel observateur épouse les thèses de ceux en occident, surtout les Américains qui ont toujours rêvé d'amputer la Chine de parties importantes de son territoire. Cette situation n'est pas nouvelle, elle est plus que centenaire.

    Dans la province de Xinjiang vivent les Ouighours , une des 55 minorités chinoises, mais qui sont majoritaires dans cette province. Les Ouighours sont musulmans . La province a des frontières communes avec le Pakistan et l'Afghanistan .

    Des Ouighours sont entrainés dans des organisations djiadistes , combattent en Afghanistan puis reviennent en Chine , souvent clandestinement , et y provoquent des attentats meurtriers dont le plus emblématique fut celui de Kunming qui fit 39 morts et plus d'une centaine de blessés, toutes victimes innocentes.

     

    xin

    Pour le Nouvel Observateur, ces terroristes sanguinaires sont des "combattants de la liberté" , expliquant que les Ouighours sont persécutés , que le Xinjiang est envahi par les Hans, efhnie majoritaire en Chine.

    Donc, si on suit le raisonnement du Nouvel Obs des Chinois , sous prétexte qu'ils ne sont pas Ouighours, qu'ils ne sont pas musulmans, ne pourraient s'installer au Xinjiang.

    En Chine, n'importe quel Chinois peut s'installer n'importe où, comme chez nous. Des Hans s'installent ci et là mais les Ouighours aussi, on les voit partout et même à Shenzhen, où je séjourne quand je suis en Chine , ils vivent nombreux et y semblent heureux.

    Car , je ne stigmatise nullement les Ouighours dont l'immense majorité se plait de vivre en Chine et vit en bon voisinage avec les autres ethnies de la Chine.

    L'article du magasine français est tellement partie prenante et un appel à la rébellion que cet article a été reproduit sur le site du "Congrès Mondial Ouighour" , organisation terroriste dont les bases arrières se trouvent en Afghanistan et les dirigeants aux Etats-Unis.

     

     

     

  • Une famille chinoise cherche le propriétaire Juif de livres oubliés en Chine, il y a 70 ans

    Une famille chinoise de Shanghai cherche de l'aide pour localiser le propriétaire juif de plus de 2.000 livres dont ils ont pris soin depuis 1943. La famille Lin a lancé l'appel après avoir dû quitter leur maison à cause de la démolition en cours de la zone.

     

    Le directeur de l'école Lin Daozhi était initialement chargé de s'occuper des livres, mais il est mort en 1981. Depuis, d'autres membres de sa famille ont conservé les livres dans leur petite maison. Les livres ont été scellées en 1993, et après avoir été ouverts récemment, sont toujours en bon état. Ils sont un rappel important de la façon dont quelque 23.000 réfugiés Juifs ont fui l'Europe occupée par les nazis pendant la Seconde Guerre mondiale pour vivre à Shanghai il y a plus de 70 ans.

     

    images.jpg

     

    Chen Jian, directeur du Musée des Réfugiés Juifs de Shanghai :

     

    "La vie était dure à l'époque, mais les chinois ont aidé les réfugiés Juifs autant que possible. Et les deux nations ont construit des liens étroits et une profonde confiance."

     

    Les livres sont temporairement conservés dans une bibliothèque locale. En attendant, le Musée des Réfugiés Juifs de Shanghai a contacté le consulat général Allemand à Shanghai pour aider à localiser la famille du propriétaire. L'ambassade d'Israël a également offert son aide en vue d'assurer que l'histoire ne soit pas oubliée.

     

     

  • Les 10 livres français les plus lus en Chine et les 10 livres chinois les plus influents en France

    lus.jpg

    Le Guangming Daily et CIPG (China International Publishing Group) ont organisé une manifestation de diplomatie publique pour le 50e anniversaire des relations diplomatiques sino-françaises et la visite du président chinois Xi Jinping en France. Les résultats du vote du « Top 10 des livres chinois les plus influents en France »et du « Top 10 des livres français les plus influents en Chine » ont été annoncés lors de la cérémonie organisée par le Guangming Daily.

    Dix livres en français

     L'esprit des Lois     Montesquieu

     Le Contrat social    Jean-Jacques Rousseau

     La Dame aux Caméias  Alexandre Dumas fils

     Les Misérables        Victor Hugo  

     Le Père Goriot        Honoré de Balzac 

     Jean-Christophe      Romain Rolland

     Le Rouge et le Noir  Stendhal

     Le Petit Prince          Antoine de Saint-Exupéry

     Le Comte de Monte-Cristo Alexandre Dumas

     L'Ancien Régime et la Révolution  Alexis de Tocqueville

     

     

                                                                            Dix livres chinois

     

     

    ont été élus dans le « Top 10 des livres français les plus influents en Chine », et les «

    Entretiens de Confucius

    L'Art de la guerre       premier traité de stratégie militaire écrit au monde.  Sun Tzue

    Dao de jing                selon la tradition, fut écrit autour de 600 av. J.-C. par Lao Tseu,

    Yi jing                        Il s'agit d'un système de signes binaires utilisé pour   faire des   divinations    écrit par Fuxi

     Au bord de l'eau         Shi Nai'an

    Le voyage en Occident   Wu Cheng'en

     Le tireur de pousse- pousse   . Lao She 

     Histoires choisies de Lu Xun

    Le Pays de l'alcool    Mo Yan

    Famille

    Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre français et vice-président du Sénat francais, a envoyé un message de félicitations à la cérémonie. Wang Meng, écrivain et ancien ministre de la Culture de Chine, Zhou Mingwei, directeur général de CIPG, Jacques Pellet, ministre-conseiller de l'ambassade de France en Chine, Thierry Garnier, vice-président du Groupe Carrefour et You Lijuan, président de Hongbo Co., Ltd ont assisté à la cérémonie et ont pris la parole. Liu Mingjiu, professeur et chercheur au Département de littérature étrangère de l'Académie chinoise des sciences sociales, a présenté des avis d'experts sur le choix du « Top 10 des livres français les plus influents en Chine ».

     

    livre,littérature,classiques chinois

     

  • Mediapart et Edwy Plenel s'attaquent à Sarkozy mais défendent les terroristes islamistes

    sans-titre.png

    Au lieu de vanter et rapporter les événements commémorant les 50 ans de relation diplomatique entre la Chine et la France, dont le point d'orgue est la visite du Président chinois, Xi Jinping, en France, le site tendancieux Médiapart préfère nous présenter une douzaine d'illuminés qui ont manifestés pour la démocratie en Chine"

    Si rien que ceci est risible, ce qui est proprement scandaleux et révoltant , c'est que ce Plenel et ses sbires appellent "démocratie" , sur leur site Médiapart, est en fait la défense des terroristes ouighours dont les bases arrières sont situées dans les zones de Talibans en Afghanistans. Ces terroristes qui viennent de s'illustrer en attaquant et tuant de pauvres victimes innocentes et sans défense à la gare de Kunming.

    sans-titre.png

     

    Le soir du 1er mars, plus de 10 assassins masqués, habillés de noir et armés de couteaux, ont fait irruption sur l'esplanade, devant les guichets et d'autres endroits de la Gare de Kunming, dans le Yunnan, poignardant des personnes innocentes, provoquant 29 morts et plus d'une centaine de blessés. Ces violents incidents terroristes, qui soulignent la nature brutale de ces criminels, contraire à l'humanité, à la civilisation, et antisociale, montrent que ce sont vraiment des terroristes.
    Alors que l'on est en droit d'attendre une condamnation de la part de Médiapart pour des actes d'une telle cruauté , Médiapart évoque ainsi des terroristes en utilisant des guillemets, et vicieusement fait remarquer que .
    Face à des faits aussi clairs, le comportement de ce média non seulement est hypocrite, mais en plus, aveuglé par le parti-pris, il nous montre un sombre visage.

    Messieurs les chasseurs de scandales, vous qui parlez de « droits de l'homme » ? N'avez-vous pas vu ces malheureux innocents ayant perdu la vie et baignant dans une mare de sang ? Dans vos papiers, vous êtes-vous un tant soi peu souciés des droits de l'homme des victimes ? Si une telle chose s'était produite aux États-Unis, même s'il y avait eu beaucoup moins de morts, comment auriez-vous jugé de la nature de l'incident, auriez-vous été si hésitants à utiliser le mot " terroristes"

     

    images.jpg

    Alors quand on voit le manque d'honnêteté de ce soi-disant journaliste et de Médiapart , on peut logiquement se poser des questions sur les raisons qui les portent à s'acharner sur Nicolas Sarkozy.

    N'oublions pas que monsieur Plenel a été accusé de travailler pour la CIA et que dans l'affaire de Panama , il a été condamné pour avoir monté cette affaire en se servant et publiant des documents qui étaient des faux.

    monde.jpg

  • LES FILS DE JACOB CHEZ LES FILS DU CIEL ou une histoire des Juifs en Chine

    chine-israel.png

    Plusieurs de mes articles ont comme sujet les Juifs en Chine. Que ce soit à Harbin ,Kaifeng ou Shanghai, je vous ai dressé une esquive sur ce sujet , sous l'angle du journalisme .

    Voici un texte qui présente les Juifs en Chine vu par un historien et un historien spécialiste de la question juive.

    Je vous souhaite bonne lecture de ce texte ,très intéressant , de Frédéric Viey ,historien, vice-président de l’Association Culturelle Israélite de Fontainebleau/Avon et Secrétaire Général du Conseil des Communautés juives de Seine-et-Marne.

     

     


    LES FILS DE JACOB CHEZ LES FILS DU CIEL

     

     

     

    chinois_2_m.jpg

     

     


    La longue saga du Peuple Juif est une mosaïque que les historiens depuis plus de deux siècles reconstituent ou actualisent. A travers la somme de documents qui existe sur la Chine, il est possible de retrace presque tout le quotidien de ces enfants d'Israël dans cette grande partie de l'Asie et ainsi visionner leur présence des Han à Mao. Afin de mieux comprendre l'installation d’un groupe juif dans plusieurs villes impériales dans l’Empire du Milieu. Il faut tout d'abord brosser le tableau général des axes de pénétration en Chine aux différentes époques, tant de celui des Juifs que de celui des autres influences religieuses comme l'Islam ou le Bouddhisme.


    Dans un deuxième temps, il faudra voir plus particulièrement le destin fabuleux de la  Communauté juive sinisée de Kaifeng.


    L'histoire de l'installation des Juifs en Chine est si dense qu'il faut la diviser en importants rameaux par voie terrestre et maritime :


    1) La Dynastie de Han, des marchands Juifs venant de l'Ouest.


    2) Kaifeng, des Juifs au terme de la Route de la Soie.


    3) Des Communautés Juives dans l’Empire du Milieu.


     


    A/ LES COMMUNAUTES JUIVES EN CHINE


    Tout au long de cette longue histoire, les Communautés Juives ont pu s'installer et développer leur propre culture.


     


    1) Des Juifs sous les Han.


    Dans la tradition chinoise, compte tenu des différentes invasions, la référence primordiale qui rattache chaque chinois est la dynastie des Han. Donc lors que les Jésuites ont pu rencontrer les Juifs de Kaifeng, leur première question fut:


    "A quelle date êtes vous arrivés en Chine ?"


    Les Juifs de Kaifeng, fiers de leur culture chinoise répondaient comme tout chinois: sous les Han. Or nous sommes à peu prés sur qu'il n'y a jamais eu de Juifs en Chine à l'époque des Han. Les premiers documents que l'on trouve sur la présence de juifs en Chine sont :


    I) Un morceau de lettre en Judéo-Persan daté de 718av. JC, découvert à Dandan Uilliq, une ville sur la route de la Soie. Les fouilles anglaises et françaises dans les premières années du XXème siècle ont permis de trouver un document en judéo-persan. Cette lettre provenait d'un marchand juif à son frère habitant, sans doute à


    Samarcande, faisant du commerce avec la Chine.


    II) Une page de Selikha (prières de pénitence entre Rosh Hachana et Yom Kippour), datant du VIIIème ou IXème siècle et découverte par Sir Aurèle Stein en 1908 dans les fameuses grottes aux 10.000 bouddhas dans la Province du Kansu, près du désert de Tarim. A Dung-Huang: Une page de Selikha a té trouvé dans une des grottes aux Mille Bouddhas. Elle fut découverte par Sir Aurèle Stein qui la donna à Paul Pelliot, sinologue français. Cette page de Selikha se trouve aujourd'hui à la Bibliothèque Nationale. Longtemps les chercheurs se sont penchés sur la stèle de Sinan-fou, découverte en 1625, pour savoir si c'était une stèle en araméen. Finalement, il a été possible de confirmer que cette stèle était un monument nestorien daté de 781. Les Nestoriens ou "Adorateurs de la Croix" avaient été chassés de l'Eglise par le Concile de Nicée. Ils ont été souvent assimilés aux juifs et beaucoup se convertirent au Judaïsme. Les deux voies d'arrivée des juifs en Chine furent la Route terrestre de la Soie (Moyen-Orient, Mossoul, Boukhara, Samarkand, le désert de Gobi, le Bassin du Tarim, Xian, Kaifeng, Pékin) et la Route maritime de la Soie. La flotte chinoise fut conduite par le grand navigateur Zhen Hé qui entreprit sept expéditions reliantla Chine à l'Afrique Occidentale. Le commerce dans cette région se fit surtout avec la multitude de petits bateaux rapides commandés généralement par des arabes.


     


    2) Les Juifs de Kaifeng à travers la Route de la Soie Même si vers 960, l'Empereur Song Zhao Kunang Yin donna son autorisation à un groupe de marchands Juifs pour s'établir à Kaifeng en leur disant : "Vous êtes venus dans notre Chine, Respectez et gardez les traditions de vos ancêtres et installez-vous ici à Pien-Liang (Kaifeng)’’, la fondation de la Communauté Juive dans l'ancienne Capitale de l'Empire du Milieu n'a pu se réaliser que quelques années plus tard. En effet, ce n'est qu'après une sinisation complète des Juifs que ceux-ci purent construire une synagogue en 1163. Au XVIIème siècle, le Père Jésuite Mattéo Ricci futle premier à rencontrer un mandarin juif originaire de cette ville à Pékin. Trois Jésuites ; Gozani, Domenge et Gaubil, sur les traces de Ricci, rencontrèrent vers 1720 les Juifs de Kaifeng, ils relevèrent les inscriptions religieuses en chinois et en hébreu et firent des dessins de l'intérieur et de l'extérieur de la synagogue. En 1851 des missionnaires chinois de confession protestante, envoyés par la "Society for promoting christianity among the jews" créée par le Révérend George Smith, sont partis à la rencontre des Juifs de Kaifeng et ont laissé différents écrits. Le dernier rabbin était mort vers 1800, la synagogue, en forme de pagode, avait encore subi un outrage des inondations, la guerre civile avait ruiné toute la population; la Communauté se mourrait. En 1900 des marchands Juifs de Shanghai, travaillant pour la ‘’Sassoon Company", créèrent une association : "Société pour Sauver les Juifs de Chine" mais la forte immigration des Juifs russes vers l'Amérique empêcha la réalisation des buts de cette société. A Kaifeng, il y avait également une forte communauté musulmane. Pour distinguer les Juifs des musulmans, les autorités provinciales les appelaient les "Bonnets blancs" (musulmans) et les "Bonnets Bleus" (les juifs). D'après les chroniques arabes, les Juifs et les Musulmans vivaient ensemble en bonne intelligence dans les grandes villes chinoises. Bien que nous n'ayons jamais eu de preuves formelles, nous savons qu'il y avait des communautés à Amoy: Selon ses contacts, Jacques Aron pensait qu'il y avait dans la ville d'Amoy plus de 2.000 juifs qui n'avaient ni temple, ni matériel religieux. Amoy fut l'un des cinq ports chinois accordés en concession par le Traité de Nankin.


     


    B/ DES TEMOIGNAGES


    Stanislas d’Escayrac de Lauture (1826-1868), émissaire de l’Alliance Israélite Universelle. Le Comte Stanislas d'Escayrac de Lauture laissa une littérature très importante sur ses voyages dont l'un d'eux le conduisit en Chine avec le Corps expéditionnaire français. Il est l'auteur de "Mémoires sur la Chine" publié en cinq parties par la "Librairie du Magasin Pittoresque" dont le propriétaire était le député de l'Yonne: Edouard Charton. Il y consigna ses observations sur l'Empire du Milieu en parlant: dans l'introduction de ses souvenirs personnels et des généralités, puis de l'histoire, de la religion, et Gouvernement et des Coutumes. Pierre-Henri Stanislas d'Escayrac de Lauture naquit le 19 mars 1826, dans une vieille famille aristocratique. Il apprit l'anglais, l'espagnol, le portugais, travailla pour le Ministère des Affaires Etrangères et voyagea, entre autres, en Afrique, où il apprit l'arabe. Après la Révolution de 1848, il démissionna, et sa fortune importante lui permit de continuer ses voyages: Europe, Afrique et Moyen-Orient. Il publia entre 1851 et 1858: "Notice sur le Kordofan", "Le désert et le Soudan", "Mémoire sur le Ragle ou Hallucination du Désert" qu'il adressa à l'Académie des Sciences, "De la Turquie et des Etats musulmans" et "Voyage dans le Grand Désert et au Soudan". En 1859, il accompagna en tant que géographe l'expédition franco-anglaise envoyée en Chine pour imposer aux Chinois le respect des commerçants et missionnaires européens. Chargé d'une mission diplomatique par le Gouvernement Impérial, il suivit les armées alliées et participa à la marche sur Pékin. Enhardi par ses bons rapports avec les indigènes, il prit l'habitude de circuler seul. Le 18 septembre 1860, il fut enlevé par les habitants du village de Toung-Tchéou entre Tien-Tsin et Pékin, blessé et laissé sans soins. Il fut ensuite transféré au bagne de Pékin et libéré plusieurs semaines plus tard, mais la gangrène le priva de ses mains. Dans le premier semestre de 1861, le Rabbin Mahir Charleville évoqua, lors d'une réunion du Comité local de Paris de l'Alliance Israélite Universelle, la question des Juifs de Chine. Le Comité Central de cette organisation juive adressa au Comte Stanislas d'Escayrac de Lauture un questionnaire sur les Juifs de Kaifeng et sur les Juifs de Chine en général. Le "Bulletin de l'Alliance Israélite Universelle" publia le courrier qui lui fut adressé en Chine en précisant sa mission. Le résultat des recherches d'Escayrac de Lauture, sous forme de lettre adressée à l'Alliance IsraéliteUniverselle en date du 15 juillet 1861, parut dans "Les Archives Israélites" de cette même année. Il rentra en France en 1862 en mauvaise santé, reprit difficilement sa vie antérieure et mourut à Fontainebleau le 20 décembre 1868. De retour en France, il dicta ses souvenirs en partie à son frère: non pas un journal de voyage, mais une somme de connaissances sur l'histoire, la religion, le gouvernement, les coutumes chinoises, qu'il avait amassée au cours de son séjour. Son père, le Marquis Marie Joseph Henri Léonce d'Escayrac de Lauture, faisait partie de la Commission des canaux et des routes sous le Second Empire. Il est l'auteur de différents traités sur ce sujet. En mai 1861, au regard de la proposition faite à son fils par l'A.I.U. concernant les Juifs de Chine, il adressa à M. Jules Carvallo, Président de l'Alliance Israélite Universelle, la lettre suivante:


    "Monsieur le Président,


    Je m'empresse de répondre à la lettre que vous avez fait l'honneur d'écrire à mon fils, maintenant en route pour rentrer en France, au sujet des israélites établis en Chine bien avant la venue du Christ. Je puis d'avance vous affirmer, Monsieur le Président, qu'il s'empressera, à son retour, de mettre à votre disposition tous les documents dont il pourra disposer. J'ignore s'ils sont nombreux toutefois leur exactitude ne laisse aucun doute dans mon esprit, car mon fils ne porte pas seulement une incroyable activité dans ses investigations mais il recherche la vérité par tous les moyens possibles.


    Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'assurance


    de ma considération la plus distinguée."


     


     


     


     


    C/ LES COMMUNAUTES JUIVES EN CHINE


    Ville                          Province                   époque          Provenance              nombre


    Canton          /         Kwungtung /         9ème siècle   / Inde            Perse  /        beaucoup


    Chüanchow /         Fukian           /         14èm siècle /           Inde/Perse   /            inconnu


    Ning-Po        /         Chekiang     /         XV-XVIIè /   Inde/Perse   /         inconnu


    Kaifeng         /         Honan          /         IXème               /      Inde/Perse /            1500-2000


     


    SHANGHAÏ


    Au début du XIXème siècle, Shanghaï n'était qu'un petit village de pêcheurs, avec la signature du Traité de Nankin en 1841 stipulant l'ouverture de cinq ports internationaux, elle va se développer très rapidement. Située dans la partie Est du delta du Changjinang, au bord de la mer de Chine orientale, Shanghaï va s'ouvrir au commerce international et à la convoitise des grandes puissances. Dès le début du XXème siècle Shanghaï, ville la plus cosmopolite des cités internationales, fut appelée "Paris de l'Orient", ville ouverte par le biais des légations internationales. La famille Sassoon installa sa firme à Shanghaï vers 1842. Les juifs étaient alors un petit groupe, environ 10 personnes dans un premier temps sans femme et famille. En 1944, Shanghaï ne compte que 23 résidents étrangers avec leurs familles, 11 maisons de commerce et 2 missionnaires protestants. Le conflit franco-britannique contre la Chine draina dans tout l’Empire du Milieu des commerçants juifs de tous horizons. En 1900, quelques employés de la E.D. Sassoon, s’inquiétant du sort de leurs coreligionnaires de Kaifeng, créèrent la ‘’Society for the Rescue of the Chinese Jews’’ afin de les prendre en charge puis ensuite essayer de faire revivre cette communauté sur les bords du Fleuve Jaune. Le ‘’Jewish Chronicle’’ fit paraître dans ses colonnes un article consacré à cette société d'entraide le 31 aout 1900. (voir texte en anglais, annexe 1). Lewis Moore, Président de cette association juive à Shanghaï, adressa un courrier de présentation à l’Alliance Israélite Universelle (AIU) à Paris, à l’entête de E.D. Sassoon and Co et avec le tampon de la ‘’Society for rescue of the Chinese Jews - Shanghaï.’, et demandant une contribution pour la reconstruction de la synagogue de


    Kaïfeng. L’A.I.U. possède encore une circulaire dactylographiée reçue le 19 août 1902, envoyée par L. Moore et décrivant les buts de la ‘’Society for the Rescue of the Chinese Jews’’ :


    En mars 1924, cette Société de Secours essaya de se réorganiser et embaucha David  Levy, bedeau de la Synagogue Ohel Rachel de Shanghaï pour s’occuper de la Communauté Juive de Kaifeng. Comme les délégués, qui avaient été envoyés par Georges Smith et Medhurst dans la Capitale du Honan, David Levy était chinois et prétendait être membre de la Maison d’Israël. Son nom de famille en chinois était Wong, et il venait de Khotan, une oasis dans la province du Sinkiang à approximativement deux mille kilomètres à l’Ouest de Kaifeng. Levy prétendait que plusieurs colonies juives avaient été fondées depuis très longtemps dans cette région.


    Le Kansu et le Xinjiang représentent une vaste région qui appartient au Turkestan chinois où les Juifsétaient des éléments florissants. Avant la première guerre mondiale, ces Juifs turkmènes pratiquaient le commerce principalement dans le Turkestan russe et en Sibérie. Ces Juifs du Nord-Ouest de la Chine étaient très respectés par les autres chinois de ces régions et vivaient particulièrement en bonne intelligence avec les musulmans du Kansu. Un de ces commerçants juifs, natif de Khotan, et dont le nom était Wong (Prince) était l’ancêtre de David Levy. Le nom de famille Wong aurait été donné aux Lévites qui se seraient installés dans cette régionde puis des temps immémoriaux. David Levy parlait le Mandarin, le Turc et un peu le Russe, il savait également lire l’hébreu. Il avait alors soixante dix ans mais semblait être en pleine force de l’âge. Lorsqu’il fut choisi pour tenir ce poste par les Membres de la ‘’Society for the Rescue of the Chinese Jews’’, il était assistant du Shammash de la Synagogue Ohel Rachel à Shanghaï et fut dans un premier temps envoyé pour le compte de cette ‘’Société’’ pour s’occuper des Juifs de Kaifeng. Il y a une photo data justement de 1924 où figurent devant la Mission de l’Eglise Américaine de Kaifeng un groupe de Juifs chinois encadré d’un côté par un prêtre et de l’autre par David Levy vêtu d’un châle de prières (talith) et des phylactères (tephillin). Après une réunion qu’il eut avec ce groupe, il demanda à deux juifs, Chao et Shih Chung Yung, de faire les plans de la synagogue et de rédiger un rapport sur la Communauté. Mais de retour à Shanghaï Wong-Levy fut, pour différentes raisons, considéré comme un imposteur et les Juifs de Shanghaï refusèrent de l’envoyer à Kaifeng avec sa famille pour être le chef religieux de cette communauté. Après cet échec, dans un second temps, il fut envoyé à l’intérieur de la Chine pur faire des recherches sur la présence d’Israélites dans les lieux les plus reculés de la nouvelle république. Acceptant cette mission malgré la guerre civile, il partit donc, muni d’un petit viatique, sur les routes de l’exil, il entretint une correspondance très suivie avec les membres de la ‘’Société de Secours’’ jusqu’au jour de sa disparition. Il a été impossible de déterminer s’il était mort de cause naturelle ou s’il avait été assassiné par des soldats. Selon sa correspondance, il est indubitable que David Levy passa dans le Honan, le Shensi et le Kansu en suivant le Maréchal Feng Yu-hsiang, commandant en chef de l’armée du Nord-Ouest. C’était un homme très versatile et très opportuniste, il semble qu’il essaya de collecter 10.000 US dollars en monnaie chinoise pour construire une synagogue et une école hébraïque à Kasghar et que le principal donateur était le ‘’Tuchun’’ de Kasghar, le Général Ma Fu-hsiang qui disait être de père juif et de mère musulmane. Wong, alias David Levy, fut-il assassiné sur les ordres de son mécène qu’il aurait voulu escroquer ou par des troupes irrégulières révolutionnaires, qui connaissant sa situation financière, voulurent le détrousser?


    Tout était plausible dans la Chine de cette époque, mais la ‘’Society for Rescue of the Chinese Jews’’ venait de perdre avec David Levy un agent très compétent.


     


    L’Alliance Israélite Universelle ou l’Anglo-Jewish Association à Shanghaï


    Dans les différents groupes Sassoon de Shanghaï, les employés juifs aidèrent financièrement la ‘’Anglo-Jewish Association’’, en envoyant leurs dons à l’Alliance Israélite Universelle. Les dons se faisaient en taëls ou en dollars dès la fin du XIXème siècle. Dès la création des Comités de l’A.I.U. en Chine, celle-ci aidait la ‘’Society for the Rescue of the Chinese Jews’’. Hélas, compte tenu des besoins énormes sollicités par les vagues d’immigration vers l’Amérique, l’Argentine et la Palestine, l’A.I.U. arrêta ses subventions à quelques juifs sinisés complètement déjudaïsés.


     


    J’adresse mes plus sincères remerciement aux le Prof. Pan Guan, doyen du département des Etudes Juives à l’Université de Shanghaï, Prof Xu Xin, recteur du d


    épartement des Etudes Juives à l’Université de Nankin, Prof. Zhang Qianhong, directeur u département des Etudes Juives à Kaifeng pour leurs renseignements et leur soutien. Mes remerciements particuliers vont à mon ami à Jean-Claude Kuperminc et à tout le personnel de la Bibliothèque de l’Alliance Israélite Universelle, ainsi qu’aux directeurs des bibliothèques de l’Extrême-Orient du Collège de France et de la Mazarine pour avoir mis à ma disposition leur temple du savoir. Ma reconnaissance va aussi à mes amis Maurice Ohana et Bernard Edinger.


    Frédéric VIEY,


     


    *Annexe 1


    Jewish Chronicle 31st August 1900.


    ‘’ Rescue Society formed at Shanghaï


    In the paper which Mr Marcus Adler read at Jews Col


    lege on June 17th


    were be communicated letters which had been received by the chief rabbi from some prominent English Jews in Shanghaï, where a meeting, attended by some thirty european and eastern Jews, was held on May 14thwith Mr Simon A. Levy in the chair.


    Mrs J. Salomon of the firm of Messrs E.D. Sassoon and Co, addressed the meeting on the steps already to enter into communication with the Jews at Kai-Feng-Fu and he mentioned an offer made by general Mesny to Mr H. Gensburger (who was acting as secretary to the meeting) to go there and bring a few of the native jews in Shanghaï. After some remarks by the Rev. Dr M. Linczer, Mr S. Moosa moved and Mr Edward I. Ezra seconded : that a society be formed to be call ‘’Society for the rescue of the Chinese Jews’’. The motion was carried and it was further resolved to give the Society the Hebrew title : (Hevra Leezrat beni Israël hasinim). The following gentlemen were elected to form a committee, in whose hands the matter approaching the Chinese Jews to be left : Messrs D.E. I. Abraham, Edward I. Ezra, E. M. Ezra, N. E.B. Ezra, H. Gensburger, R.J. Hardoon, S.A. Hardoon, N.S. Levy, Simon A. Levy, Lewis Moore, A.E. Moses, M.A. Sopher, S.J. Solomon and R.E. Toeg. A subscription of one dollar per month is to be paid by each lady or gentleman member of the society. At a meeting of the Committee held later in the day, it was agreed to approach the committee of the Shanghaï branch of the Anglo-Jewish Association and ask them to communicate with their London Council on the subject as it may be found necessary in future toask their co-operation in the matter’’


     

     

     

  • La tribune exclusive du président chinois au journal français Le Figaro (lettre en entier, en français et en chinois ,pour ceux qui ne peuvent lire ce quotidien)

    francois_et_xi.jpg

    En prélude à la visite qu'il a entamée mardi soir à Lyon et poursuivra mercredi et jeudi à Paris, le président de la République populaire de Chine s'exprime dans un article publié dans l'édition de mardi du quotidien français Le Figaro. A cette occasion, M. Xi défend le principe d'un "partenariat mutuellement profitable" avec la France, dans le respect du modèle de développement choisi par chacun.

    Voici l'intégralité de l'article :

    Xi Jinping : "Entre la Chine et la France, un partenariat mutuellement profitable"

    J'entame aujourd'hui une visite d'État de trois jours en France. Cette visite, qui intervient en ce cinquantenaire de l'établissement des relations diplomatiques entre la Chine et la France, sera l'occasion pour moi d'une part de faire le bilan du passé et de célébrer l'amitié entre nos deux pays, d'autre part de construire l'avenir et de faire accéder nos relations à un nouveau palier.

    L'initiative prise il y a cinquante ans par le président Mao Zedong et le général de Gaulle, avec une vision stratégique et un courage politique hors du commun, a permis la poignée de main entre les deux grandes nations que sont la Chine et la France. Elle a établi pour la communauté internationale un exemple de coexistence pacifique et de coopération «gagnante-gagnante" entre des pays aux systèmes sociaux différents et exerce jusqu'à aujourd'hui une influence aussi importante que profonde sur l'échiquier stratégique international.

    Depuis cinquante ans, les dirigeants de nos deux pays ont toujours su garder une vision globale et un esprit d'indépendance pour faire du développement des relations sino-françaises une priorité diplomatique et créer un modèle d'interaction bénéfique entre grandes nations. Ainsi, la France, premier grand pays occidental à avoir établi avec la Chine nouvelle des relations diplomatiques au niveau d'ambassadeur, a aussi été la première parmi les puissances occidentales à avoir instauré avec elle un partenariat global et un mécanisme de dialogue stratégique.

    Depuis cinquante ans, les deux pays ont mené une coopération pionnière dans de nombreux domaines, renforçant sans cesse la dimension stratégique de leurs relations. La France est le premier pays occidental à avoir engagé une coopération dans le nucléaire civil, signé un accord intergouvernemental en matière scientifique et technique et ouvert une ligne aérienne directe avec la Chine. Aujourd'hui, près de 60 vols font la navette entre les deux pays chaque semaine.

    Depuis cinquante ans, les échanges humains et culturels entre les deux pays n'ont jamais cessé, contribuant à l'inspiration mutuelle entre nos deux grandes civilisations et rapprochant les cœurs des Chinois et des Français. La France, premier pays à avoir organisé des années croisées avec la Chine et à avoir procédé avec elle à la création réciproque d'un centre culturel, est aussi le premier grand pays occidental à avoir développé des échanges de la jeunesse avec la Chine. Cent mille jeunes Chinois apprennent actuellement le français. En France, de plus en plus nombreux sont ceux qui apprennent le chinois. Ils sont maintenant quarante-cinq mille et ce chiffre va croissant.

    "À cinquante ans, on assimile bien les volontés du Ciel", disait Confucius. Le parcours des relations sino-françaises au cours des cinquante années écoulées nous offre bien des enseignements pour faire vivre cette amitié exceptionnelle et réussir notre pari du «gagnant-gagnant". Une conviction est partagée: le respect réciproque, la confiance mutuelle et la sincérité sont des conditions nécessaires au développement sain et stable de leurs relations ; si les relations sino-françaises sont toujours à la pointe des relations entre la Chine et les pays occidentaux, c'est parce que nous avons toujours su prendre l'initiative et évoluer avec le temps ; les relations sino-françaises ne pourront profiter durablement à nos deux peuples que si nous travaillons dans un esprit de bénéfice mutuel et de tolérance ; les valeurs que nous partageons comme l'indépendance et la recherche du consensus par-delà les divergences sont le fondement de notre coopération et de notre coordination dans les affaires internationales ; et la Chine et la France, dans leur quête de la paix et du développement de l'humanité dans un monde mouvementé, doivent nourrir ensemble l'ambition d'une relation solidaire et tournée vers le monde.

    Les Chinois disent : "Il faut joindre l'action à la pensée", et les Français : "C'est en forgeant qu'on devient forgeron". Chacun souligne la nécessité de traduire les idées en actions. Au cours des trois jours à venir, j'aurai d'amples échanges avec le président François Hollande et d'autres dirigeants français, et nos deux pays publieront une nouvelle déclaration conjointe et un plan de coopération à moyen et long terme. Je suis sûr que nous parviendrons à de nouveaux consensus importants, et j'estime que la Chine et la France, liées par un partenariat global stratégique, sont appelées à travailler en collaboration dans un esprit de respect, de confiance et d'innovation et à continuer à donner l'exemple pour le développement des relations Chine-Union européenne (UE) et des relations Chine-Occident.

    Toutes deux membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies, la Chine et la France ont pour mission historique de préserver la paix et de promouvoir le développement partagé dans le monde. Elles ont la capacité et la sagesse de proposer de bonnes idées et solutions pour la construction d'un monde multipolaire, la démocratisation des relations internationales, le règlement pacifique des questions d'actualité internationale et la recherche commune d'une réponse aux défis planétaires, comme le terrorisme et le changement climatique.

    Grandes économies du monde, la Chine et la France sont très complémentaires et partagent de larges intérêts communs. Il y a donc lieu pour elles de libérer pleinement leur potentiel de coopération, en approfondissant l'intégration des intérêts dans les secteurs de coopération traditionnels comme le nucléaire, l'aéronautique, l'aérospatiale et l'automobile - à travers la recherche et le développement conjoints, l'investissement conjoint et l'exploration commune des marchés tiers -, et en développant des projets phares dans les secteurs nouveaux comme l'agroalimentaire, la finance et le numérique.

    La Chine et la France croient toutes deux à l'échange et à l'enrichissement mutuel des cultures. Elles rechercheront activement de nouveaux moyens de renforcer leurs échanges humains et culturels pour approfondir la compréhension entre leurs peuples. Elles continueront à organiser des activités festives et populaires pour célébrer le cinquantenaire de leurs relations diplomatiques, accroîtront l'échange d'étudiants et le flux des touristes dans les deux sens, et prendront de nouvelles mesures pour faciliter la circulation des personnes.

    Actuellement, la Chine est entrée dans une nouvelle phase de développement, marquée par l'approfondissement de la réforme sur tous les plans et l'élargissement de l'ouverture sur l'extérieur. Elle œuvre à la réalisation des "deux objectifs centenaires" et du "rêve chinois" du grand renouveau de la nation à travers la promotion d'un nouveau modèle d'industrialisation, d'informatisation, d'urbanisation et de modernisation agricole. La France, elle, entreprend activement des réformes structurelles en faveur de la croissance, de la compétitivité et de l'emploi en vue de "réenchanter le rêve français". Tant que la Chine et la France, deux nations à l'esprit réformateur, saisiront les opportunités et se soutiendront mutuellement, leur chemin de coopération ira en s'élargissant et les relations sino-françaises marcheront vers un autre demi-siècle prometteur.

    Avant de venir en France, je me suis rendu aux Pays-Bas, et j'irai ensuite en Allemagne, en Belgique et au siège de l'Union européenne. En effectuant une tournée de onze jours en Europe en ce début de printemps, j'ai voulu marquer toute l'importance que j'accorde à l'UE et aux relations sino-européennes ainsi que mon soutien sans réserve à l'intégration européenne. Actuellement, la Chine et l'Europe se trouvent toutes les deux dans une phase de développement cruciale, leurs relations ont devant elles de nouvelles opportunités. Elles doivent approfondir continuellement leur coopération mutuellement avantageuse dans les domaines tels que la finance, les infrastructures, l'urbanisation de type nouveau, les nouvelles énergies, l'innovation techno-scientifique, l'économie d'énergie et la protection de l'environnement, et accélérer les négociations en vue d'un accord d'investissement Chine-UE. Dans le même temps, il leur faut respecter chacune la voie de développement choisie par l'autre et gérer adéquatement leurs litiges commerciaux à travers un dialogue d'égal à égal et des consultations amicales, afin d'assurer un développement sain et régulier de leurs relations. Cela profitera non seulement aux peuples chinois et européens, mais également à la paix et à la prospérité du monde, et produira un impact important qui dépasse les relations Chine-UE, pour avoir une portée planétaire.

    "À force d'échanges, les liens d'amitié se tissent et se renforcent". J'attends d'échanger de manière approfondie avec les autorités françaises et les amis des différents milieux pour trouver la voie du "gagnant-gagnant".

     

    xi-jinping-peng-liyuan.jpg

     

    中华人民共和国主席 习近平

    从今天起,我将对法国进行为期3天的国事访问。今年是中法建交50周年。我选择这一时机访法,是为了总结过去、传承友好、继往开来,推动中法关系更上一层楼。

    50年前,毛泽东主席和戴高乐将军以卓越的战略眼光和非凡的政治勇气,推动中法两个伟大国家实现握手,为国际社会树立了不同社会制度国家和平共处、合作共赢的典范,对国际战略格局产生的重大深远影响延续至今。

    ——50年来,两国领导人坚持从全球视野出发,秉持独立自主精神,把发展中法关系放在各自对外关系的优先位置,开创了大国良性互动的先河。法国是第一个同新中国建立大使级外交关系的西方大国,也是第一个同中国建立全面战略伙伴关系和机制性战略对话的西方大国。

    ——50年来,两国开展了多项开拓性合作,不断丰富中法关系战略内涵。法国是第一个同中国开展民用核能合作的西方国家、第一个同中国签订政府间科技合作协定的西方国家、第一个同中国开辟直航航线的西方国家。现在,每周有近60次航班往返于两国之间。

    ——50年来,两国人文交流从未间断,推动着中法两大灿烂文明的交流互鉴,拉近了两国民众心与心的距离。法国是第一个同中国互办文化年、互设文化中心的国家,也是第一个同中国开展青年交流的西方大国。中国有10万青少年学习法语。在法国也有越来越多的人学习汉语,目前已经有4.5万,这个数字还在不断增长。

    孔子曰:“五十而知天命。”中法关系50年的发展历程,为双方维持特殊友谊、走好共赢道路凝聚了许多有益经验和启迪。双方都认为,互尊互信、坦诚相待是中法关系保持健康稳定发展的必要前提。敢为人先、与时俱进是中法关系始终走在中国同西方国家关系前列的重要法宝。互利共赢、互惠共容是中法关系能够长期造福两国人民的根本出发点。独立自主、求同存异是中法在国际事务中实现协调和配合的精神基础。同舟共济、面向全球是中法在国际风云变幻中始终致力于人类和平与发展事业的不懈追求。

    中国人讲“知行合一”,法国人讲“打铁方能成铁匠”,都强调要把思想转化成为行动。在3天的访问中,我将同奥朗德总统等法国领导人充分交换意见,并将共同发表新的联合声明和中长期合作规划。我相信,我们一定能够达成新的重要共识。我认为,中法作为全面战略伙伴,要互尊互信、协作创新,继续引领中欧关系和中国同西方国家关系发展。

    作为联合国安理会常任理事国,中法都肩负着维护世界和平、促进共同发展的历史使命。为推动世界多极化和国际关系民主化,推动国际热点问题纳入和平解决轨道,携手应对恐怖主义、气候变化等全球性挑战,双方有能力、有智慧提出好的倡议和方案。

    作为世界两大重要经济体,中法利益契合点多,互补性强。双方要充分释放合作潜力,通过联合研发、联合投资、共同开发第三国市场等方式,深化两国核能、航空、航天、汽车等传统合作领域利益融合,在农业食品、金融、数字化等新领域打造合作新亮点。

    中法都主张兼收并蓄,双方将积极探讨提高两国人文交流水平的新途径,深化两国民众相互认知。双方将继续举办民众喜闻乐见的活动纪念中法建交50周年,扩大互派留学生和互访游客规模,为便利人员往来采取新举措。

    当前,中国已经进入全面深化改革和扩大开放的发展新阶段,正在通过推进新型工业化、信息化、城镇化、农业现代化,致力于实现“两个一百年”奋斗目标,实现中华民族伟大复兴的中国梦。法国也在积极推动结构性改革,致力于保增长、提高竞争力、扩大就业,实现新的法国梦。中法都是富有改革精神的民族,只要双方抓住机遇,相互支持,合作之路必将越走越宽,中法关系必将迈向下一个辉煌的50年。

    来法国前,我已经访问了荷兰,接下来还将访问德国、比利时、欧盟总部。我在今年开春之际抽出11天时间访问欧洲,是因为我高度重视欧盟和中欧关系,坚定支持欧洲一体化建设。当前,中欧都处于各自发展的关键阶段,中欧关系面临新的发展机遇。双方要不断深化金融、基础设施建设、新型城镇化、新能源、科技创新、节能环保等领域互利合作,加速中欧投资协定谈判步伐。

    与此同时,要相互尊重彼此发展道路,坚持通过平等对话和友好协商的方式妥善处理贸易纠纷,实现中欧关系平稳健康发展。这不仅将造福中欧人民,也有利于促进世界和平与繁荣,发挥超越中欧、更具全球意义的重要影响。

    朋友越走越近,良言越说越亲。我期待着同法国政府以及各界朋友深入交流,寻求共赢之道。

     

  • Bébé miracle : il a été expulsé du corps de la mère suite à un accident de moto

    F201403251441241405829818.jpg

    Le vrai n'est pas toujours vraisemblable , nous enseignait Boileau dans son "Art poétique".

    En voici encore une preuve.

    Dans une histoire incroyable qui a mobilisé les médias chinois pendant plus d'une semaine, un petit garçon est né lors d'un accident de la route qui a tué ses parents dans l'Est de la Chine.

    Cet incident hors du commun a suscité une vague de sentiments mitigés en ligne, avec des internautes exprimant leur effroi face à cette issue miraculeuse, et d'autres se lamentant face à une terrible tragédie et au sort de l'enfant.

    Les événements qui sont intervenus sont incroyables. L'enfant –qui n'a toujours pas de nom- a été expulsé du ventre de sa mère, alors que son mari et elle, qui roulaient sur une moto, sont entrés en collision avec un camion roulant a pleine vitesse à Xiamen, dans la Province du Fujian.

    L'enfant, qui a apparemment été éjecté du carnage, a été retrouvé à plusieurs mètres et en sang.

    Des témoins se sont précipités pour voir ce qu'était devenu l'enfant et se disaient qu'il était sans doute mort, quand ils l'ont vu bouger et pleurer dans un cri qui a plongé les spectateurs dans la stupéfaction.

    Le bébé a été transporté à l'hôpital de Haicang et est toujours sous traitement pour des contusions.

    Le couple décédé, du nom de Zhao, était âgé d'une quarantaine d'années. L'accident a rendu les deux autres enfants du couple, un garçon et une fille, orphelins.

    Les experts ont dit qu'il est extrêmement rare qu'un nourrisson de survive à ce genre d'épreuve quand il est expulsé hors du corps de sa mère à cause d'un accident traumatique.

    De nombreux internautes ont envoyé leurs vœux en ligne. Certains commentateurs ont déclaré que leurs pensées vont vers la famille, tandis que d'autres ont dit qu'ils ont été touchés par la force qu'une mère peut avoir dans une situation aussi catastrophique.

    Une collecte de fonds

    Une manifestation de charité organisée dans le District de Haicang, dans la Province du Fujian, a collecté 12 420 Yuans (1 900 Dollars US) en faveur du bébé.

    Une entreprise a offert 1 000 parapluies pour une vente de charité et tous les fonds recueillis par la vente seront utilisés pour aider le bébé.

    Plus de 300 personnes ont acheté des parapluies ou ont choisi de donner de l'argent lors de cette manifestation.
     

  • Le vol MH 370 se serait terminé dans le sud de l'océan Indien, il n'y a pas de survivants, dit le PM malaisien

    mal.jpg

    De nouvelles analyses des données satellitaires suggerent que le vol MH370 de Malaysia Airlines "s'est terminé" dans le sud de l'océan Indien, a déclaré lundi le Premier ministre malaisien Najib Razak.

    M. Razak a dit qu'il a été informé par les représentants de la British Air Accidents Investigation Branch (AAIB), organisme britannique chargé des enquêtes sur les accidents aériens, qui l'a informé que Inmarsat, la société britannique qui a fourni les données de satellite indiquant que les couloirs nord et sud, faisait d'autres calculs sur les données.

    Ils avaient été en mesure de faire la lumière sur la trajectoire du vol de l'avion disparu en utilisant un type d'analyse jamais utilisé dans une enquête de ce genre", a-t-il dit.

    "Sur la base de leur nouvelle analyse, Inmarsat et l'AAIB ont conclu que le MH370 a volé le long du couloir sud, et que sa dernière postition était au milieu de l'océan Indien, à l'ouest de Perth", a déclaré M. Najib.

    Le Premier ministre malaisien a affirmé que c'était un endroit éloigné des sites d'atterrissage possibles, l'avion disparu a fini dans le sud de l'océan Indien, selon ces nouvelles données.

    "Nous partageons cette information avec un engagement d'ouverture et de respect pour les familles, deux principes qui ont guidé cette enquête", a-t-il dit.

    Les familles des passagers et membres d'équipage ont été informées de ce développement par Malaysia Airlines, a déclaré Najib RAzak.

    Selon des informations de presse, la compagnie aérienne malaisienne aurait dit lundi aux proches des 239 personnes à bord du MH370 qu'elle pensait que l'avion s'était écrasé dans l'océan Indien sans survivants.

    mal.jpg

    L'image de deux Iraniens voyageant avec des passeports volés a été visée, après que les observateurs eurent fait remarquer que la partie inférieure du corps des deux hommes était identique.

    Bien que les autorités soient persuadées de l'issue fatale du vol MH730 de nombreuses zones d'ombre restent d'actualité. D'abord, tant que l'on aura pas découvert des débris de l'avion, la certitude totale est impossible.

    Une chose est sûre , l'avion a été détourné car il a pris la direction sud-ouest au lieu de se diriger vers le nord-est.

    Acte de piratage ? oui, mais aucune organisation n'a réclamé la paternité de l'attentat. Seront-nous jamais ce qu'il s'est passé dans l'avion?

  • Tous les Chinois ne sont pas sympathiques

    taiwan_etudiant_faches_zoom945.jpg

    Si vous allez à Taïwan cette semaine, vous risquez de rencontrer des Chinois peu sympathiques . Ce sont des jeunes, manipulés pour la plupart , qui occupent depuis mardi soir l'enceinte délibérative du Parlement. Ils demandent à ce que l'accord commercial sur les services, et tout autre accord ou négociations en cours avec la Chine, soient suspendus .

    Ces gens de Taïwan sont Chinois, Taïwanais étant le nom des habitants de la province de Taïwan qui jouit d'un statut particulier.

    Ces jeunes sont des étudiants et quand des étudiants manifestent pour provoquer des troubles , on sait que derrière eux plane l'ombre des services secrets américains (voir mon article et surtout la vidéo qui démontrent l'action des services de la CIA et ses nombreuses agences sur les étudiants afin de renverser les gouvernements qui ne plaisent pas aux américains) .

    Vous vous imaginez si les Américains devaient perdre un conflit potentiel , c'est comme un marchand de soupe qui perd son meilleur client.  Ils vendent des armes ces gens là et si les Taïwanais fraternisent avec leurs amis de la Chine continentale , quelle perte pour le chiffre d'affaire des Yankees.

     

    media_xll_6599300.jpg

    La police taïwanaise a fait usage de canons à eau lundi pour déloger des centaines de manifestants qui avaient envahi le siège du gouvernement pour protester contre un accord de libre-échange avec la Chine continentale.

    Un millier de policiers avaient été déployés dans la nuit de dimanche à lundi autour des bâtiments gouvernementaux pris d’assaut par les manifestants, qui occupent également le Parlement depuis près d’une semaine.

    Les forces anti-émeutes ont lancé une offensive avec le soutien de deux canons à eau et interpellé 32 personnes, a indiqué la police de Taipei.

     

    Le dirigeant taiwanais Ma Ying-jeou a défendu dimanche le pacte sur les services entre les deux rives du détroit de Taiwan.

    M. Ma a fait ces remarques lors d'une conférence de presse

    Comme l'économie de Taiwan est hautement liée au commerce extérieur, l'île a un besoin urgent de conclure des accords de libre échange, a expliqué M. Ma. L'avortement de la conclusion du pacte sur les services pourrait endommager la crédibilité de l'île, heurter les relations à travers le détroit et éroder les efforts de libéralisation.

    Le pacte favorise l'ouverture du secteur des services de Taiwan à la partie continentale de la Chine, aidant ainsi des petites et moyennes entreprises, tandis que les investissements de la partie continentale apporteront davantage d'emplois.

    Taiwan n'a eu aucune pression de la part de la partie continentale à l'égard de ce pacte, a-t-il indiqué.

    M. Ma a appelé les étudiants à quitter le parlement pour permettre un retour à la normale dans les opérations législatives. Il a refusé de parler avec les étudiants en indiquant que les conditions préalables pour parler avec le chef de l'administration de Taiwan Jiang Yi-huah samedi avaient rendu ce genre de dialogue "inutile".

  • Shenzhen, choisie par l'UNESCO comme ville mondiale de design

    1 – Première ville chinoise à lancer la politique de réforme et d’ouverture

    P8250126.JPG

     

    Shenzhen a été « désignée » par Deng Xiaoping, l’architecte principal de la politique de réforme et d’ouverture de la Chine. Cette ville bien ordinaire de 300 000 habitants, frontalière avec Hong Kong, a été choisie la première zone économique spéciale de Chine le 26 août 1980, date qui est venue à être considérée comme la date de la « naissance » de Shenzhen. La population de la ville est depuis passée à 13 millions d’habitants fin 2007. À l’avant-garde de la politique de réforme et d’ouverture de la Chine, la ville est considérée comme le modèle du succès économique du pays au cours des trois dernières décennies. Il a été dit que « Shenzhen est la vitrine du miracle du développement de la Chine au cours des trente dernières années ». En tant que vitrine, Shenzhen a développé avec vigueur son économie orientée vers l’exportation, y introduisant du capital et des technologies venant de l’étranger. Son volume d’importation et d’exportation est depuis plus de dix années consécutives au sommet de la liste pour les villes grandes et moyennes. Comme « banc d’essai », Shenzhen a attiré l’attention du monde en créant le « miracle de Shenzhen » dans les années 90. En ce début de siècle, Shenzhen a choisi de favoriser une plus grande efficacité plutôt qu’une augmentation du produit économique et de compter plus sur les ressources « intangibles » et moins sur les ressources naturelles.

     

    2 – La plus grande ville de migration de Chine, avec la population la plus jeune

     

    F201009070835553024214402.jpg

     

    La majorité des résidents de Shenzhen sont des migrants d’autres provinces et l’influx se poursuit. Les habitants de Shenzhen, ville née il y a 29 ans, ont une moyenne d’âge de 30,8 ans, et la plupart ont une bonne éducation : la ville compte un sixième des titres de doctorat du pays. De bonnes occasions de développement, des mécanismes incitatifs efficaces et un cadre de vie de haute qualité sont les raisons pour lesquelles la ville attire des gens de talent de Chine et d’ailleurs. En raison de la migration de diverses origines culturelles, Shenzhen a créé une culture spéciale, forgeant des caractéristiques qui lui sont uniques, Admirer la créativité, Encourager la diversité et Être tolérant de l’échec. En raison de sa situation géographique particulière, Shenzhen est sensible à l’influence des cultures de Hong Kong et de l’Ouest. L’échange et la convergence de différentes cultures, orientale et occidentale, moderne et traditionnelle, côtière et continentale, donnent à Shenzhen une atmosphère d’ouverture, de tolérance et de créativité.

     

    3 – Lien géographique avec Hong Kong

     

    pfe_rose1.jpg

     

    Shenzhen a un lien étroit avec Hong Kong, sa voisine. Shenzhen fournit la majorité de la volaille, des œufs, du poisson, de la viande et des produits laitiers au marché de Hong Kong. Elle fournit également 1,1 milliard de mètres cubes d’eau potable aux habitants de Hong Kong. La centrale nucléaire de Daya Bay de Shenzhen alimente Hong Kong en électricité. Les firmes de Hong Kong ont toujours été les principaux investisseurs à Shenzhen et de nombreuses firmes de Shenzhen figurent à la bourse de Hong Kong. Dans l’esprit, d’une mégalopole qui sera un jour constituée des deux villes, Shenzhen a un plan à long terme qui tient compte de ce développement. Au cours des prochaines années, Shenzhen et Hong Kong envisagent d’accroître leur coopération en finance, logistique, commerce et culture de création.

     

    4 – Stratégie pour une « ville fondée sur la culture »

     

    IMG_00274.jpg

    Un des nombreux distributeurs de location de livre automatique

     

    En janvier 2003, Shenzhen a établi la stratégie de « ville fondée sur la culture » et le principe d’« économie culturelle », en vue de faire de Shenzhen une ville culturelle et écologique de haute civilisation. Tout en mettant en œuvre la stratégie de « ville fondée sur la culture », Shenzhen s’est donné pour but de devenir la « Ville des bibliothèques », la « Ville du piano », la « Cité du Design » et la « Base du dessin animé ». Shenzhen compte aujourd’hui une bibliothèque communautaire par 15 000 habitants et ces bibliothèques vont toutes être reliées de façon informatique et partager leurs ressources. Shenzhen mène le pays en popularité du piano, avec 8,2 instruments par 100 familles. Le premier concours international de concertos de Chine (Shenzhen) a eu lieu en octobre 2006 et il se tiendra dorénavant tous les trois ans. Le design est devenu un élément important de la vie des résidents. Chaque année, au cours de « Décembre créatif », des concours de design créatif se tiennent parmi les résidents et la jeunesse.

     

    5 – Berceau chinois du design moderne

    IMG_00368.jpg

     

     

    Shenzhen est à l’avant-garde de la politique de réforme et d’ouverture de la Chine. Elle est devenue le leader national de l’optimisation de ses industries de traitement et de fabrication et un grand nombre de nouveaux produits industriels y ont fait leur apparition. Depuis le début des années 1980, les produits faits à Shenzhen sont très prisés des Chinois. Attirer de l’investissement étranger et en optimiser l’utilisation est une force motrice importante du développement rapide de l’industrie manufacturière de Shenzhen. Une orientation directe vers le marché extérieur a conduit les entreprises de Shenzhen à attacher une plus grande importance à la qualité du produit et aux talents de design. Une philosophie moderne de design a progressivement fait son chemin dans les esprits. Certaines entreprises de traitement ont commencé à cultiver leurs propres designers afin d’être mieux en mesure de convertir les designs étrangers en produits. Certains entrepreneurs ont développé leurs propres designers d’entreprise et les ont encouragés à concevoir des produits, afin de réduire les coûts de design tout en améliorant la qualité des designers locaux. Le concept de design chinois moderne a graduellement vu le jour à Shenzhen.

     

    6 – Industrie du design

    shenzhen_airport_mfa211008_fcolarossi_7.jpg

     

    L’industrie du design de Shenzhen bénéficie d’un niveau de marketing comparativement élevé et de liens étroits avec d’autres industries, ce qui fait de la ville un centre important de design et l’une des principales villes de Chine dans le domaine. Le design graphique, industriel, d’intérieur, d’emballage, de mode et d’architecture de Shenzhen sont tous les premiers du pays. Shenzhen dispose d’un avantage particulier dans le design de produits industriels légers, y compris les montres et horloges, les instruments médicaux, les produits de télécommunication, l’électronique, les jouets et les meubles. Shenzhen a plus de 6 000 firmes de design comptant au-delà de 100 000 employés, la ville la plus attrayante pour les jeunes designers. Nombre des designers chinois d’élite qui ont une influence substantielle dans l’industrie du design domestique proviennent de Shenzhen. Soutenues par la politique industrielle du gouvernement, les sociétés ont rénové d’anciens bâtiments industriels et villages pour les louer aux designers, artistes, artisans, diplômés en design et autres entrepreneurs dans le domaine de la création. Au-delà de 20 noyaux d’industrie créative ont été établis, couvrant une superficie d’environ 2 000 kilomètres carrés.

     

    7 – Haute technologie

    od_290512_02-630x354.jpg

     

    Dans les années 1990, le gouvernement municipal de Shenzhen a pris la décision d’encourager les industries de technologie de pointe. Aujourd’hui, les secteurs de haute technologie sont la partie la plus importante de l’économie de la ville. En 2007, la valeur des produits de haute technologie a atteint 759,8 milliards de yuans, au premier rang du pays. Plus de la moitié des produits de technologie de pointe ont leurs propres droits de propriété intellectuelle et ils ont représenté 58,92 pour cent de la valeur globale des produits de haute technologie. Le nombre de demandes de brevets internationaux de Shenzhen se situe au premier rang parmi les villes de la Chine continentale en 2007. Shenzhen se classe également au premier rang parmi les marques nationales et internationales célèbres. L’unique foire commerciale d’état de Chine pour les produits nouveau et de technologie de pointe, la Foire de la haute technologie de Chine, se tient à Shenzhen en septembre, offrant une plateforme d’échange pour les centres de recherche, les entreprises transnationales et les firmes de démarrage et de capital de risque. Shenzhen a créé un campus universitaire virtuel afin d’encourager nombre des meilleures universités chinoises à ouvrir des centres de recherche dans la ville. Dans la Ville universitaire récemment construite, neuf laboratoires nationaux clés sont prévus.

     

    8 – Programmation de logiciels

    dd4be084-bceb-11e0-908b-fc0383403053.jpg

     

    Le secteur du logiciel de Shenzhen compte au-delà de 140 000 programmeurs et plus de 9 000 entreprises qui font du développement et d’autres formes de technologie de logiciels. Le secteur est aujourd’hui au cœur des industries manufacturières de matériel et de technologie de l’information de la ville, facilitant le développement rapide de nouvelles industries de haute technologie pour les télécommunications, les appareils électroniques à usage médical, les PC, la télévision numérique, l’électronique appliquée à l’automobile et l’électronique pour l’économie d’énergie. Le revenu total du secteur logiciel de Shenzhen a atteint 75 milliards de yuans en 2006, dont 2,9 milliards de dollars US provenaient des exportations. Le revenu d’exportation a dépassé celui des autres villes de la Chine continentale. Les petites et moyennes entreprises ont grandi rapidement dans les noyaux logiciels de la ville, qui couvrent 200 000 mètres carrés dans six districts. Le développement de logiciels intégrés au matériel, de services Internet à valeur ajoutée et de logiciels de jeux en ligne sont en tête des villes chinoises. Technologies Huawei, ZTE, Tencent et Kindee Software sont les mieux connues de ces entreprises.

     

    9 - Ports et transport

     

    Shenzhen2.jpg

     

    Dix-sept ports en tout, le total le plus élevé des villes de Chine continentale, relient Shenzhen au monde extérieur. Neuf ports commerciaux s’étendent sur 15 kilomètres le long des côtes, à partir desquels 40 armateurs mondiaux desservent plus de 150 lignes maritimes de transport de conteneurs. Le volume de conteneurs qui transite par les ports de Shenzhen se situe au quatrième rang mondial. Le nombre de passagers qui utilisent l’Aéroport international de Shenzhen le place au quatrième rang en Chine. La ligne de chemin de fer Beijing-Guangzhou et la ligne Beijing-Kowloon (Hong Kong) convergent à Shenzhen, en faisant une importante plaque tournante du transport ferroviaire. La première ligne de métro de la ville a été inaugurée en 2004 et dix autres lignes sont maintenant prévues.

     

    P1000481.JPG