• Comment les Chinois ont délaissé le Petit Livre rouge pour le litre de rouge

    images.jpg

    Mao et son Petit Livre Rouge a connu ses heures de gloire dans les années 60.

    C'est même le livre le plus publié au monde après la Bible , près d'un milliard d'exemplaires.

    Aujourd'hui, on le voit aux étales de brocanteurs ou au milieu d'objets pour touristes car plus aucun Chinois n'a d'œil pour cet objet d'antiquité , les seuls chalands qu'attire le Petit Livre rouge , sont les étrangers qui y voient le côté vintage pour nostalgiques des année 60.

    Vinexpo%20Hong%20Kong.jpg

    Si du temps de Mao les Chinois buvaient peu ,voir très peu de vin, l'élévation du niveau de vie , l'éclosion d'une classe moyenne de plus en plus importante , ont créé un important engouement pour les produits de luxe et le vin  en a parfaitement profité. Résultat , on vient d'apprendre avec stupéfaction que la France n'est plus le premier consommateur mondial de vin rouge. Selon l'étude de conjoncture Vinexpo , c'est la Chine qui a détrôné l'Hexagone avec plus de plus de 155 millions de caisses de neuf litres de vin rouge (soit 1,865 milliard de bouteilles) consommées en 2013, contre 150 millions de caisses en France, suivis de l'Italie (141), les États-Unis (134) et l'Allemagne (112).

    vinexpo.jpg

    Par rapport à 2008, la Chine enregistre une croissance de 136%. L'étude relève que l'engouement des Chinois pour le vin rouge s'est accéléré depuis 2005. Ainsi, entre 2007 et 2013, sa consommation a été multipliée par 2,75 (+175,4%). Dans le même temps, elle diminuait de 5,8% en Italie et de 18% en France.
    Plus de 80% des vins consommés sont élaborés en Chine, qui est désormais le 5e producteur mondial. Cependant, les vins importés gagnent rapidement des parts de marchés. Les importations ont été multipliées par sept entre 2007 et 2013 et représentent aujourd'hui 18,8% de la consommation totale en Chine.

    vin.jpg

  • Plus de Chinois commencent à voyager à l'étranger , la France première destination européeenne

    Les destinations touristiques mondiales s'attendent à enregistrer un plus grand afflux de visiteurs de la partie continentale de Chine pendant la fête du Printemps.

    Plus de 70 % des touristes de la partie continentale envisagent de voyager à l'étranger pendant le congé de sept jours qui commence le 31 janvier.

    C'est la première fois qu'un plus grand nombre de touristes ont planifié des voyages à l'étranger plutôt que des voyages à l'intérieur du pays au cours de cette période, a indiqué l'Académie du tourisme de Chine dans son rapport.

     

    chun yun,vacances,france,corée du sud

    Parmi les habitants de la partie continentale qui planifient de voyager, 39,3 % feront des voyages à l'étranger, tandis que 35,4 % se rendront à Hong Kong, Macao ou Taiwan.

    La Corée du Sud, le Japon, la Thaïlande, les États-Unis, la France, la Nouvelle-Zélande, le Canada, ainsi que Hong Kong, Macao et Taiwan seront les principales destinations des voyageurs, selon l'Académie.

    Celle-ci prévoit que quelque 225 millions de visites vont être faites au pays et à l'étranger par les touristes de la partie continentale pendant le congé.

    Grâce une économie saine, des politiques avantageuses sur les visas et à l'appréciation du yuan, voyager à l'étranger a gagné en popularité parmi les résidents de la partie continentale, a déclaré Jiang Yiyi, directeur du département du tourisme international de l'académie.

     

    chun yun,vacances,france,corée du sud

    Le lourd smog a également incité les gens des grandes villes à chercher un soulagement temporaire, selon M. Jiang.

    Le Beijing UTour International Travel Service a déclaré avoir augmenté de 50 % le nombre de ses forfaits de voyage par rapport à l'année dernière, et tous sont réservés.

    « Cela signifie que le nombre de nos clients a augmenté de près de 50 % cette année », a affirmé Zhang Lei, directeur général de cette compagnie. « Toutes les réservations pour la fête du Printemps étaient complètes au milieu de janvier. »

    Cette année, UTour a commencé à vendre des forfaits « fête du Printemps » deux semaines plus tôt en décembre, mais ils se sont encore vendus rapidement, selon M. Zhang.

    Rao Tian, directeur général du département des destinations européennes du China International Tourism Service, a atteint son objectif de ventes bien avant la date prévue.

    Bien que les prix aient augmenté d'environ 10 % cette année, certains forfaits de longue distance étaient tous vendus à la mi-décembre, a affirmé M. Rao.

    Cela a fait en sorte que certains voyageurs potentiels, dont Zhang Mei, se sont sentis frustrés.

    La jeune femme de 29 ans, qui travaille à Beijing, a abandonné ses plans de visiter le Japon après avoir échoué à réserver son voyage dans une agence de voyages.

    « J'ai commencé à contacter les agences de voyages deux semaines avant le congé, mais il était déjà trop tard », dit-elle.

    Elle est retournée dans sa ville natale de la Chine du Nord pour le congé.

     

    chun yun,vacances,france,corée du sud

    Selon M. Jiang, plus de gens choisissent d'organiser leur propre circuit plutôt que de se joindre aux voyages de groupe organisés.

    Ctrip.com International, la plus grande agence de voyages en ligne en Chine, a déclaré que plus de 60 % de ses clients qui effectuent des voyages à l'étranger pendant la fête du Printemps s'organisent de façon indépendante.

    Selon Xu Zhiyun, directeur général de la division longue distance du département du tourisme vers l'étranger de Ctrip, la tendance marque une nouvelle ère : les touristes de la partie continentale se soucient plus de la qualité de leur forfait.

    Les réservations de Ctrip montrent que les touristes de la partie continentale préfèrent désormais rester au même endroit pendant plusieurs jours plutôt que de visiter plusieurs villes dans un court laps de temps, selon M. Xu.

    Quelque 98 millions de voyages à l'étranger ont été effectués par les résidents de la partie continentale en 2013, et l'Académie prévoit que le marché des voyages vers l'étranger pourrait enregistrer 114 millions de voyages en 2014.

     

    chun yun,vacances,france,corée du sud

    BONNE ANNEE DU CHEVAL A TOUS

  • Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale,souhaite la bienvenue à tous les chinois qui décident de venir en France

    bar.jpg

    Le 27 janvier, à l'occasion du 50e anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques sino-françaises, M. Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale, a donné le coup d'envoi des célébrations par une conférence de presse à l'ambassade de France à Beijing.

    « C'est un moment important au niveau historique. Quel que soit l'air du temps qui régnait à l'époque, le général de Gaulle et ses homologues chinois ont su façonner l'histoire. C'était un coup de tonnerre dans l'ensemble des Nations en pleine guerre froide », a-t-il déclaré.

    Arrivée en Chine le 23 janvier, la délégation dirigée par M. Bartolone a été reçue par le président chinois Xi Jinping et le plus haut législateur chinois, Zhang Dejiang. La délégation s'est également déplacée à Shenyang où elle a, selon M. Bartolone, constaté « à la fois ce que nous avons fait jusqu'à présent ensemble, dans la coopération entre la Chine et la France, mais aussi ce que nous pouvons faire dans le futur ».

    « Nous avons réussi à établir des coopérations qui permettent à nos deux pays d'être gagnant-gagnant. J'espère bien que sur ces politiques de coopération industrielle et économique, nous continuerons à travailler ensemble », a souligné M. Bartolone.

    Comme il l'a ensuite rappelé, pendant ces 50 années, les relations franco-chinoises ont également rencontré plusieurs obstacles, mais elles n'ont jamais cessé d'aller de l'avant. Interrogé sur le secret de la résistance du « couple » à ces épreuves, le président a reconnu que « comme dans toutes les histoires d'amour, tout n'a pas été pour le mieux tout le temps, mais nous avons été souvent ensemble pour partager les mêmes orientations ».

    « Aujourd'hui, ce qui donne sa densité à la relation franco-chinoise, c'est à la fois l'histoire, et il y a cette volonté partagée de célébrer ce 50e anniversaire avec le faste qu'il mérite ; mais ce sont aussi les échanges au plus haut niveau ».

    Pour célébrer le cinquantenaire des relations sino-françaises, la France a commencé à délivrer des visas en 48h pour les Chinois. « Il s'agit de travailler d'une manière plus forte sur la mobilité. Nous avons gagné la bataille de la mobilité », a-t-il indiqué à ce sujet.

    Montrant la une du Monde sur laquelle une publicité d'Air France souhaite欢迎, (bienvenue) en chinois, M. Bartolone a ajouté : « bienvenue à tous nos amis chinois qui décident de venir en France, à la fois à tous les étudiants, aux touristes, mais aussi à l'ensemble des chefs d'entreprises, des décideurs, des entrepreneurs ».

    M. Bartolone a par la suite confirmé les politiques françaises à venir concernant les investissements étrangers. « Le président de la République a annoncé une grande politique de simplification administrative, pour que les investisseurs éventuels ne soient pas effrayés par les papiers à remplir ou les dossiers à fournir avant de se lancer dans un investissement. C'est une grande politique qui se dessine pour faciliter la vie de nos entrepreneurs ».

    Quant à l'avenir des relations franco-chinoises, M. Bartolone a déclaré que la délégation s'était projetée sur des sujets très différents, tant économiques que sociaux. Elle a notamment abordé, avec ses partenaires chinois, ce que représente pour la Chine, dont la population vivra à 70 % dans les villes dans les années qui viennent, la nécessité de construire des villes durables. Et justement, les systèmes et les technologies français sont avancés dans ce domaine, a fait remarquer le président de l'Assemblée nationale.

    « Nous voulons que les entreprises françaises qui pourraient être utiles au développement de la Chine soient plus présentes sur le continent chinois », a-t-il conclu.

    A l'approche de la fête du Printemps, M. Bartolone a tenu à préciser que l'Assemblée nationale aussi célébrera l'année du cheval : « le 14 février, nous célébrerons le Nouvel An chinois à l'hôtel de Lassay. Après avoir célébré l'année du serpent l'année dernière, nous célébrerons cette année l'année du cheval, parce que je pense que c'est aussi ce genre de symboles qui permettent de renforcer les amitiés ».

  • La France fut le premier grand pays occidental à reconnaître la Chine, survolons 50 ans de relations sino-françaises

    fr.jpg

    Le 6 juin 1964, Huang Zhen, premier ambassadeur de Chine en France , adresse ses lettres de créance au président Charles de Gaulle à l'Elysée.

    La France et la Chine célèbrent  le 50e anniversaire de l'établissement de leurs relations diplomatiques. La France est le premier grand pays occidental à avoir établi des relations diplomatiques avec la Chine. Le président George Pompidou fut ensuite le premier chef d'Etat occidental à se rendre en visite officielle en Chine. Mais ce ne sont pas les seules « premières » réalisées par les deux pays : la France est le premier pays occidental à avoir collaboré avec la Chine dans le domaine de l'utilisation pacifique du nucléaire ; Paris a accueilli le premier Centre culturel de Chine dans un pays occidental ; la Chine et la France ont créé les années croisées pour favoriser les échanges culturels… Au cours du demi siècle écoulé, malgré les hauts et les bas qu'ont rencontré les relations entre les deux pays, ils ont su maintenir leurs échanges dans les domaines politique, économique, culturel et sportif, et ce dans un esprit de compréhension et de respect mutuel des peuples français et chinois , malgré la grande erreur de 2008 où certains Français eurent un comportement scandaleux , influencés par les mensonges de l'homme de la CIA, dalai lama , et par la propagande des nostalgiques de la guerre froide.

     

     


    50 ans de relations franco-chinoises... par LCP

    fr.jpg

    En juin 1967, un groupe d'experts français et d'autres pays participe à la récolte d'été à Beijing.

    fr.jpg

    Le 25 novembre 1972, l'ouverture de l'Exposition française des sciences et technologies au Centre des expositions de Beijing.

    fr.jpg

    Le 11 septembre 1973, le Premier ministre chinois Zhou Enlai accueille le président français George Pompidou à l'aéroport.

    fr.jpg

    Le 12 mai 1975, le Premier ministre français Jaques Chirac accueille Deng Xiaoping, vice-Premier ministre chinois, à son arrivée à Paris.

    Deng Xiaoping comme Zhou Enlai qui accueillait Jacques Chirac ont travaillés comme ouvrier en usine, en France.

    fr.jpg

    Le 20 octobre 1978, à Paris, l'Académie des sciences de Chine et le CNRS (Centre national de recherche scientifique) signent un accord de coopération scientifique.

    fr.jpg

    Le 19 septembre 1987, des mannequins chinois en voyage à Paris dans le cadre de la 2e édition du Festival international de la mode de Paris.

    fr.jpg

    Le 14 février 1990, un défilé de la collection printemps 1990 de Pierre Cardin au restaurant Maxim de Beijing.

    fr3.jpg

    Le 24 janvier 2004, la Tour Eiffel est illuminée en rouge pour fêter le 40e anniversaire de l'amitié franco-chinoise et le Nouvel An chinois.

    fr.jpg

    Le 11 octobre 2004, des escadrons de l'armée de l'air française survolent le tronçon Jinshanling de la Grande Muraille.

     

    Pekin-_Grand_Theatre.jpg

    2008, ouverture de l'opéra de Pékin, conçu par l'architecture français Paul Andreu , la plus belle des constructions modernes de Beijing.

    fr.jpg

    Le 24 août 2010, des chefs cuisiniers du monde entier se sont rassemblés à Tianjin pour déguster les vins de la marque Dynastie. L'année 2010 marquait le 30e anniversaire de la fondation de la société sino-française Dynastie.

    fr.jpg

    Le 4 juin 2011, la joueuse de tennis Li Na pose devant la Tour Eiffel après sa victoire à Roland-Garros en 2011.

    fr3.jpg

    Le 13 février 2011, un spectacle de danse chinois a eu lieu devant l'hôtel de ville de Paris pour célébrer l'entrée dans l'année du lapin.

     

  • La fête traditionnelle chinoise du « Petit Nouvel An », une semaine avant le Nouvel An, ou Fête du Printemps est appelé « xiaonian »

    F201401240907002022631709.jpg

    La fête traditionnelle chinoise du « Petit Nouvel An », tombe une semaine avant le Nouvel An, ou Fête du Printemps. Le 23e jour du 12e mois lunaire est appelé « xiaonian » en chinois, qui signifie littéralement « Petit Nouvel An ». Traditionnellement, c'est une occasion importante lors de laquelle les gens offrent des sacrifices au « Dieu de la Cuisine », responsable de la fortune de la famille.

    Quand il s'agit de la Chine , il y en a qui disent n'importe quoi et induisent les gens en erreur. Il ne suffit pas d'habiter la Chine pour la connaître et s'attribuer le titre de sinologue. Sur son blog ce monsieur je sais tout

    situe le petit nouvel an en décembre , ce qui est faux , mais en plus il se permet de se moquer des gens qui s'efforcent de donner de bonnes informations sur la Chine.

    L'erreur la plus commune que commettent les étrangers en Chine, c'est de généraliser ce qu'ils vivent dans leur ville au niveau de la Chine. Beijing n'est pas Shanghai comme Guangzhou n'est pas Shenzhen et aucune de ces villes ne représente la Chine. La Chine est multiple non seulement par ses 56 ethnies différentes mais aussi par l'étendue de son territoire.

    Le Petit Nouvel An, qui tombe environ une semaine avant le Nouvel An lunaire, est également connu comme la Fête du Dieu de la Cuisine, la divinité qui supervise le caractère moral de chaque ménage. Dans l'une des traditions les plus distinctives de la Fête du Printemps, une image en papier du Dieu de la Cuisine est brûlée le jour du Petit Nouvel An, envoyant l'esprit du dieu au ciel pour rendre compte de la conduite de la famille au cours de l'année passée.

    Le Dieu de la Cuisine est alors accueilli de nouveau en collant une nouvelle image de papier le représentant à côté du fourneau. C'est ainsi que le Dieu de la Cuisine supervisera et protégera le ménage pour une autre année. L'association étroite du Dieu de la Cuisine avec le Nouvel An lunaire a fait que le Festival du Dieu de la Cuisine est appelé Petit Nouvel An. Bien que très peu de familles fassent encore des offrandes au Dieu de la Cuisine ce jour-là, de nombreuses activités traditionnelles de la période des congés sont toujours très populaires.

    L'étude de la religion populaire chinoise montre que le Dieu de la Cuisine ne semble pas être apparu avant l'invention du fourneau de cuisine en briques. Le fourneau fut un développement assez tardif dans l'histoire de la civilisation humaine. Des écrits anciens indiquent que le Dieu du Feu, la première forme du Dieu de la Cuisine, était adoré bien avant que le fourneau fût inventé.

    Zhu Rong, ancien Dieu de l'incendie de la Chine était une divinité populaire appréciée et avait de nombreux temples construits en son honneur. Les foyers bordés de pierre, une forme précoce du fourneau de briques, sont encore couramment utilisée chez les minorités ethniques de Chine. Les habitants de ces régions font des offrandes au Dieu du Foyer. Le Dieu du Foyer est apparu entre le Dieu de la Cuisine et le Dieu du Feu dans l'histoire des divinités populaires chinoises. Le Dieu de la Cuisine est apparu peu de temps après l'invention du fourneau en briques. On croyait alors qu'à l'origine le Dieu de la Cuisine résidait dans le fourneau, et que plus tard il a pris forme humaine.

    La légende raconte que pendant la Dynastie des Han postérieurs, un pauvre fermier nommé Yin Zifang préparait un jour son petit déjeuner peu de temps avant le Nouvel An lunaire, lorsque le Dieu de la Cuisine lui apparut. Bien que Yin Zifang n'ait alors qu'un mouton jaune, il le sacrifia au dieu. Yin Zifang devint bientôt riche, et pour montrer sa gratitude, il commença à sacrifier une chèvre jaune au Dieu de la Cuisine chaque hiver le jour de la visitation divine, plutôt que pendant l'été comme cela était de coutume. C'est l'origine du Festival du Dieu de la Cuisine, ou Petit Nouvel An.

     

    F201401240906562770928755.jpg

    Un énorme Dieu de la Cuisine gonflable installé en face d'un centre commercial, dans la Province du Shandong



    Il existe de nombreuses coutumes associées à la vénération du Dieu de la Cuisine et à la détermination de la date de la Fête du Dieu de la Cuisine, ou Petit Nouvel An. La date de cette fête a parfois été attribuée en fonction du lieu, avec les gens du Nord de la Chine qui la célèbrent le vingt-troisième jour du douzième mois lunaire, et les gens du Sud de la Chine qui la fêtent le vingt-quatrième jour. La date du Petit Nouvel An a également été traditionnellement déterminée en fonction de la profession. Traditionnellement, les fonctionnaires féodaux faisaient leurs offrandes au Dieu de la Cuisine le vingt-troisième jour, les gens ordinaires le vingt-quatrième et les pêcheurs du bord de mer le vingt-cinquième. La personne qui officiait pour les rites sacrificiels était généralement l'homme chef de famille.


    Quand une famille fait des offrandes au Dieu de la Cuisine, c'est dans l'espoir qu'il va demander au ciel de protéger leur famille. Selon un vieil adage, « Quand les bonnes actions sont présentées au ciel, la sécurité sur la Terre est assurée ». La nouvelle image du Dieu de la Cuisine n'est pas collée avant la veille du Nouvel An lunaire ou Jour de l'An, lors d'une cérémonie appelée « Accueil du retour du Dieu de la Cuisine ». Selon un dicton du Sud de la Chine, « le vingt-quatrième jour, il monte au ciel ; le jour de la nouvelle année, il revient sur Terre ».

    F201401240906582338027898.jpg

    Des gens préparent des plats traditionnels pour célébrer le Petit Nouvel An à Heihe, dans la Province du Heilongjiang

  • Li Na remporte l'Open d'Australie et bouscule les clichés occidentaux sur les Chinois

    li na.jpg

    Li Na a remporté l'Open D'Australie après avoir échoué deux fois en finale. Elle était déjà la première Chinoise à avoir remporté un tournoi du Grand Chelem , elle devient maintenant la première Chinoise à remporter l'Open d'Australie.

    li na 3.jpg

    Mais ce qui me vient à l'esprit , une fois dissipée la grande joie que m'a apporté la victoire de cette sympathique joueuse , ce sont les clichés que la sportive préférée des Chinois a bousculés dans la tête de la plus part des Occidentaux.

    Li Na est devenue une véritable ambassadrice de la Chine , une illustration du Soft power chinois si cher au Président chinois et à son prédécesseur.

    li la 4.jpg

    Sous les spots de l'actualité, cette jeune Chinoise moderne a gommé au moins 3 clichés que les Occidentaux

    véhiculent sur les Chinois et Chinoises par manque de connaissance et comme bien souvent la méconnaissance de l'autre est le premier pas vers le racisme , je vais m'empresser de les souligner.

    li na 5.jpg

    Li Na célèbre sa victoire  sur une plage à Melbourne, le 26 janvier 2014.

     

    Comme il est de coutume , après la victoire  la joueuse s'adresse au publique et souvent fait quelques déclarations souvent banales. Une fois de plus Li Na s'est mise à lâcher quelques traits d'humour qui ont fait rire les nombreux spectateurs et les commentateurs de TV , tout étonnés qu'une Chinoise puisse avoir tant d'humour.

    Contrairement à ce qu'on pense, les Asiatiques et spécialement les Chinois ont beaucoup d'humour . J'en veux pour preuve les nombreux repas où règne la franche rigolade en Chine . A la TV , les humoristes chinois ont autant de succès que les chanteurs ou chanteuses populaires. Les "Xiang sheng "sont une forme d'humour qui a un succès phénoménal en Chine. Il se joue le plus souvent à deux voir à trois. Ce genre d'humour vient de la ville de Tianjin , près de Beijing et s'est répandu dans l'ensemble de la Chine depuis une centaine d'années.

     

    Li Na  a déclaré que son entraineur belge Carlos Rodriguez lui faisait subir une préparation et un entrainement bien plus dures que ce qu'elle connaissait en Chine, et là aussi elle a fait tomber un tabou du Chinois ultra travailleur et bourreau de l'entrainement. En fait les Chinois , si ils sont souvent mieux organisés que nous, ne sont pas plus travailleurs que nous et aiment les congés , les vacances dont ils usent et abusent , simplement ils ont une autre conception de la flexibilité dans le travail.

     

    li la.jpg

    Enfin, en voyant LI Na aux côtés de son adversaire, des arbitres et de Chris Evert qui remettait le chalenge

    et de remarquer que Li Na était la plus grande, une autre idée préconçue , de la petite Chinoise tombe. Si les petites Chinoises sont nombreuses dans l'extrême sud de la Chine, il n'en va pas du tout de même dans le Nord.

     

    li na 4.jpg

    Li Na enfant

     

  • Le magnat de l'immobilier chinois Chao Sze-Tsung propose 120 millions de dollars à quiconque de sexe masculin qui voudrait bien épouser sa fille lesbienne

    Cecil,P20dan,P20Anaknya,P2C,P20Gigi_jpg_pagespeed_ic_3zggpk02mY.jpg

    Le magnat de l'immobilier chinois Cecil Chao Sze-Tsung propose 120 millions de dollars à quiconque de sexe masculin qui voudrait bien épouser sa fille Gigi Chao, lesbienne de 33 ans.

    "Je ne veux pas interférer dans la vie privée de ma fille" a t'il déclaré dans une interview le 20 Janvier 2014. Insistant tout de go sur le fait que sa fille soit encore célibataire, il a rajouté qu'il croyait qu'il n'était pas encore trop tard pour "changer Gigi" et "j'espère seulement pour elle qu'elle aura un bon mariage et des enfants qui hériteront de mon entreprise".

    Gigi Chao est la fille bien aimée de Cecil Chao âgée de 33 ans et qui est la directrice exécutive de la société de développement de la propriété Cheuk Nang, entreprise détenue par son père. Elle est une fervente militante des droits des LGBT. Elle est aussi la présidente et fondatrice d'une œuvre de bienfaisance La Fondation La Foi dans l'amour qui travaille pour encourager le bénévolat et à atténuera la pauvreté.

    Elle a déclaré au journal South China Morning Post : "Je ne pense pas que l'offre de mon père pour toute somme d'argent serait en mesure d'attirer un homme que je trouverais intéressant. Si c'est le cas, je serais heureuse de me lier d'amitié avec cet homme s'il est prêt à faire une donation d'énormes sommes d'argent à mon œuvre de charité La Foi dans l'amour, à la condition qu'il ne m'embête pas parce que j'ai déjà une femme dans ma vie.

    Un million de yuans pour accompagner un jeune Chinois au «festival de printemps»

     

    im.jpg

     Un jeune célibataire a posté sur son compte Weibo, le twitter chinois, une annonce proposant un million de yuans (120.000 euros) à la jeune femme qui acceptera de l'accompagner à Zhengzhou pour célébrer le passage à l'année du cheval avec ses parents.

    Dans son message, il explique que sa mère le pousse depuis plusieurs années à se marier. Mais le jeune homme qui se dit heureux en affaires, avoue n'avoir pas eu de temps pour trouver l'âme soeur. Il n'est pas prêt  à se contenter de n'importe qui. Dans son annonce, il réclame une jeune femme âgée de 25 ans et pesant moins de 50 kilos et devra aussi mesurer plus d'1,68 mètres, posséder un visage agréable tout en ayant un niveau d'études minimal de maitrise.

     Pour illustrer ces propos et mieux comprendre la mentalité chinoise , je vous propose de voir le magnifique film de Ang Lee "The wedding banquet" en français, "Garçon d'honneur" . Ce film traite de plusieurs sujets de société sous l'angle de l'humour.

  • Interview exclusive de M. Raffarin au journal chinois Beijing Information

    raffar.jpg

    Chacun sait l'intérêt et l'admiration que je porte à JP Raffarin , l'ancien Premier ministre français que j'ai déjà interviewé et dont l'interview se trouve sur ce blog ainsi que les Carnets de JP Raffarin dont j'ai aussi publié ici plusieurs extraits  avec son aimable autorisation.

    Pour le 50ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques Chine-France, Beijing Information a recueilli en exclusivité les réflexions de Jean-Pierre Raffarin.

     

    Vous avez effectué votre premier voyage en Chine en 1976 avec une délégation du président Valery Giscard d'Estaing. Quelle était votre mission à cette époque ? Quelle a été votre première impression de la Chine ?

    En 1971, j'étais déjà allé à Hong Kong et Macao. Nous regardions la partie continentale de la Chine avec des jumelles, elle était fascinante et mystérieuse. Je mesurais déjà l'influence dans cette région du grand peuple chinois. Ensuite, en 1976, de Harbin à Canton, j'ai traversé la Chine. La période était difficile mais nous étions venus dire aux amis chinois que la France aimait leur ancienne et fascinante civilisation au-delà de leurs épreuves du moment. Je me suis tout de suite senti à l'aise au contact des Chinois. Malgré tout ce qui nous séparait, j'ai ressenti une grande proximité qui ne s'est jamais démentie par la suite.

    En 2003, vous avez effectué une visite en Chine en qualité de premier ministre sans porter de masque de protection en pleine épidémie de SRAS. C'est là que vous avez acquis votre réputation d'« ami de la Chine ». Pourriez-vous nous expliquer les raisons de ce geste ?

    A cette époque, un vent de panique se levait partout sur la planète à propos du SRAS. La peur gagnait les esprits en Europe et en Amérique. Le gouvernement chinois prenait l'affaire en main, je pensais qu'il fallait l'aider. Dans une crise, la peur et le doute sont des facteurs aggravants. Mes collègues chefs de gouvernement du monde entier annulaient tous leur voyage à Pékin. Avec le président Chirac, nous avons décidé de montrer notre confiance dans l'action des autorités chinoises et je suis venu le leur dire sur place. Hu Jintao et Wen Jiabao ont apprécié ce geste. J'ai reçu des milliers de messages de sympathie de Chinois mais aussi de la communauté française en Chine qui appréciaient ma décision.

     

    raf.jpg

    Jean-Pierre Raffarin, un artisan du développement des relations bilatérales

    Durant votre mandat de premier ministre, les échanges économiques et culturels entre nos deux pays se sont rapidement développés dans un contexte politique favorable. Des événements vous ont-ils particulièrement marqué ?

    Je garde au cœur les succès des années croisées achevées en 2005, elles ont beaucoup contribué à l'amitié de nos deux peuples. Je n'oublierai jamais la tour Eiffel rouge et la tour de la Télévision à Shanghai bleu blanc rouge. L'implantation de l'usine Airbus à Tianjin a aussi été pour moi un moment très fort. Je garde un grand souvenir de la visite exceptionnelle du président Hu à l'Hôtel Matignon, résidence du premier ministre. Je pense souvent au courage du peuple du Sichuan après le tremblement de terre.

    Du côté français et du côté chinois, vous êtes le meilleur passeur d'informations quand les relations bilatérales se détériorent, comme cela a été le cas entre 2008 et 2009. Comment évaluez-vous votre rôle à cette époque ?

    D'expérience, j'ai appris qu'avec les autorités chinoises il fallait être franc, face à face. Le dialogue est souvent très direct car il faut comprendre que les Chinois ne veulent pas être otages de nos débats intérieurs. Dans le monde moderne, il n'est pas possible d'être ami en Chine et adversaire de retour en Europe. Alors quand l'Occident donne des leçons occidentales à la Chine au travers des médias occidentaux, cela ne peut être apprécié des Chinois. J'ai favorisé les discussions en direct sans intermédiaire en faisant le choix de la confiance. Nous avons bien travaillé notamment avec Li Keqiang pour la réciprocité du respect.

    Jacques Chirac s'est passionné pour les bronzes chinois, alors que vous vous intéressez à la littérature et la poésie de notre pays. Quels écrivains et poètes chinois admirez-vous le plus, que ce soit à l'époque antique ou contemporaine ?

    J'aime beaucoup les poèmes de Du Fu, Bai Juyi, Li Bai, ou Meng Haoran... J'aime aussi la poésie moderne comme celle de mon ami Li Zhaoxing! J'adore les portraits de Fan Zeng ou les montagnes de Fan Yifu et aussi les peintures de Li Xin,... Les sources d'émerveillement en Chine sont infinies. En Chine, les musées sont des merveilles.

    La France est le premier pays occidental à avoir fait de la sinologie une discipline universitaire à part entière. D'après vous, quels sont les points forts et les avantages de la sinologie française par rapport à d'autres pays ? Quel rôle jouent les sinologues français dans les échanges entre nos deux pays et dans la prise de décision au niveau gouvernemental ?

    Des intellectuels comme François Jullien ont démontré que la pensée chinoise, ancienne et profonde, pouvait aider le monde du XXIème siècle à mieux comprendre sa réalité. « La pensée complexe » proposée par un penseur comme Edgar Morin n'est pas sans lien avec la culture chinoise. La pensée paradoxale de la Chine nous aide à cohabiter avec notre obsession occidentale de l'absolu. L'harmonie est une aspiration émergente dans de nombreuses sociétés.

    La Chine nous apprend à écrire parfois le mot vérité au pluriel, nous étions habitués au singulier.

    La France a été la première puissance occidentale à établir des relations diplomatiques avec la Chine, mais le volume des échanges économiques et commerciaux entre nos deux pays n'est pas à la hauteur des potentiels. Comment peut-on renforcer la complémentarité entre les deux pays et quelles sont les perspectives d'avenir ?

    Un bon chemin est de rechercher l'équilibre de nos échanges. Nous devons accueillir davantage d'investissements chinois en France. En tant que président du forum annuel du Comité France-Chine je travaille beaucoup dans cette direction. Des secteurs comme l'agroalimentaire, l'énergie, la santé, la ville durable... nous offrent de très belles perspectives réciproques. Nous devons faire des efforts pour développer le rôle des PME dans notre coopération économique. Pour cette raison, nous organiserons à Chengdu en Octobre 2014 un Sommet Franco-Chinois des PME rassemblant 1 000 entreprises des deux pays dans le cadre de la Foire de l'Ouest. Ce sera le temps fort économique de la célébration des 50 ans de nos relations diplomatiques.

    Quelles sont vos impressions d'ensemble des relations Chine-France à la veille du 50ème anniversaire de l'établissement des relations diplomatiques entre nos deux pays ?

    La relation franco-chinoise est excellente. Les récentes visites officielles ont été de vrais succès et notre partenariat stratégique est bien vivant. Il faut maintenant mettre nos échanges économiques au niveau de notre relation politique. C'est une priorité de notre avenir commun. Les 400 événements de cette année d'amitié vont y contribuer.

    La relation franco-chinoise est excellente. Les récentes visites officielles ont été de vrais succès et notre partenariat stratégique est bien vivant. Il faut maintenant mettre nos échanges économiques au niveau de notre relation politique. C'est une priorité de notre avenir commun. Les 400 événements de cette année d'amitié vont y contribuer.

    La France aurait l'intention, selon certains médias, de conclure un accord de swap de devises avec la Chine. Cela va permettre de faire de Paris un centre offshore pour les transactions en renminbi afin de concurrencer Londres. Quand cet accord sera-t-il conclu ? Qu'est-ce que vous en pensez ?

    C'est une excellente initiative. Nous y travaillons très sérieusement. La Banque de Chine, déjà présente à Paris, a fait des propositions intéressantes. J'espère que cela sera une bonne nouvelle du cinquantenaire.

     

    raf.jpg

    Le « rêve chinois »

    Comment percevez-vous la notion de « rêve chinois » formulée par les nouveaux dirigeants ?

    C'est l'ambition portée par la nouvelle équipe au pouvoir en Chine. C'est pour nous à la fois la poursuite de « la réforme et l'ouverture » et la prise en compte de l'émergence en Chine de « la société civile ». J'y vois le projet de « croissance inclusive » que nous avons débattu au Forum de Bo'ao en présence du président Xi Jinping.

    Comment cette notion a-t-elle été présentée en France ?

    Le rêve est toujours une idée forte dans les pays romantiques. Nous avons bien compris que l'unité était une valeur forte de la politique chinoise, il faut donc proposer une vision, un concept qui rassemble le peuple. Le rêve chinois est bien perçu chez nous parce que c'est une ambition légitime et non agressive. Il y a une certaine continuité avec le concept d'« émergence pacifique », chère au peuple chinois.

    Peut-on comparer le « rêve chinois » aux « Trente Glorieuses » en France ?

    Il est difficile de comparer un avenir à un passé. Mais il y a des points communs en effet, tels que le partage de la croissance, la définition d'un modèle social, la rationalisation de l'action publique ou l'émergence de la société civile.

    images.jpg

    L'affectif en priorité

    En 2009, vous avez ouvert un blog en chinois sur le site ifeng.com. Vous utilisez aussi Weibo pour communiquer directement avec les internautes chinois. Qu'est-ce qui vous a poussé à ouvrir un compte ? Avez-vous quelques anecdotes intéressantes à nous raconter ?

    Je suis très à l'écoute de la société chinoise. Son influence dans le monde sera majeure dans le futur. J'essaie d'expliquer aux jeunes Français que leur avenir comportera une part d'Asie, comme il y a eu pour ma génération une part d'Amérique dans notre vie. Sur le web, on a une bonne vision de la réalité de la société chinoise. J'apprécie notamment la sensibilité, mais aussi l'humour des internautes.

    Si vous n'aviez pas été un homme politique, quelle profession auriez-vous voulu exercer ?

    J'aurais probablement créé une entreprise. J'ai reçu une formation en Business School. J'aurais sans doute ouvert un bureau en Chine et je voyagerais beaucoup entre "mes" deux pays. Peut-être achèterais-je du thé et vendrais-je du vin...

    Pourriez-vous résumer en quelques mots clés votre carrière politique et votre expérience avec la Chine ?

    J'ai travaillé en entreprise un tiers du temps de ma vie professionnelle, un autre tiers fut consacré aux responsabilités régionales et nationales (président de région et premier ministre..). Dans le dernier tiers, je me consacre beaucoup à la vie internationale (vice-président de Sénat chargé de la délégation internationale, Forum de Bo'ao, Comité France-Chine).

    L'an passé je suis allé 6 fois en Chine. Je connais maintenant de nombreuses régions. Avec mon épouse, qui apprend le chinois, nous avons fait une croisière sur le Yang-Tsé-Kiang. Je ne peux plus compter le total de mes voyages en Chine. Je prépare toujours le prochain voyage.

    Quelques mots en l'honneur des jumelages entre les villes chinoises et françaises.

    Dès mon élection à la Présidence de Région du Poitou-Charentes (Pays du Cognac), j'ai bâti un jumelage avec Nanning et le Guangxi, ce fut très utile. Plusieurs jumelages franco-chinois marchent très bien aujourd'hui, c'est une bonne façon de coopérer. Cette année, la table ronde annuelle des maires chinois et français se tiendra au printemps à Lille. La coopération décentralisée est une forme moderne de partenariat.

    推荐最多的博文

    美王牌部队军官考核集体作弊

           美王牌部队军官考核集体作弊               &n…

     
     
    93
     

    问答与回应:远志明弟兄的神迹见证,与相关讨论

    1因为冬天已往:这篇讲章若不引起争议倒奇怪了。讲章所阐述的观念对很多人来说,特别是对,某些“教会”来说,是绝对不能…

     
     
    58
     

    市委书记要“干掉”啥?

    官员动辄口出“雷语”,我们已经习惯了,然而脱口而出“黑话”,公众还需要慢慢消化,毕竟,位高权重的在位者,有时候可不全…

     
     
    42
     
    • 来自
    • 纸上建筑
    • 2014-01-23
    • Extrait du Carnet de JP Raffarin

     

    Un dernier mot à nos lecteurs.

    Un Chinois et un Français ont beaucoup de choses en commun : « Nous aimons ceux qui nous aiment ». Confucius et l'humanisme français ont des liens de parenté.

     

     

     

    jp-raffarin-livre11.jpg

         

     

     

     

     

     
     
     

     

  • Ce qu'il faut voir absolument pendant vos 72 heures sans visa à Beijing

    beijing.jpeg

    Si vous comptez séjourner à Beijing grâce au transit de 72 heures sans visa, ou si vous n'avez que 3 ou 4 jours à passer dans la capitale chinoise ,mieux vaut planifier votre voyage à l'avance.

    Que voir à Beijing ? Où aller ?

    Mais pas de panique ! Avec cette liste des indispensables à voir à Beijing, vous êtes sûrs de tirer le meilleur de votre passage dans la capitale chinoise.

    Depuis le 1er janvier 2013, les visiteurs possédant un passeport délivré par l'un des 45 pays bénéficiant des conditions de transit de 72 heures sans visa peuvent séjourner à Beijing sans visa à condition de ne pas excéder les 72 heures autorisées. La France , la Suisse et la Belgique en font partie.

    Beijing2013 128.JPG

    1 La Cité interdite

    La Cité interdite fut le palais impérial sous les dynasties Ming et Qing. Construite en 1420, elle possède près de 980 bâtiments conçus à différentes époques et de styles variés. Ayant fait office de résidence impériale et de centre politique pendant plusieurs siècles, la Cité interdite fut inaccessible aux citoyens ordinaires durant 500 ans. 24 empereurs y ont successivement résidé et régné. A vous de découvrir ce palais royal si mystérieux !

    Ici vue depuis la Montagne du Charbon , l'entrée opposée à celle de la place Tian'anmen.

    tian.jpg

    2 La place Tiananmen

    Conçue et construite en 1651, la place Tiananmen est un haut lieu des manifestations politiques et historiques en Chine, mais elle est aussi la troisième plus grande place du monde. Du point de vue architectural, Tiananmen s'étend sur 880 mètres du nord au sud et 500 mètres d'est en ouest. Sa surface est telle qu'elle peut accueillir 1 million de personnes en même temps. C'est aussi l'une des destinations favorites des touristes chinois.

    A ne pas manquer , le lever du drapeau dès potron-minet.

     

     

    mur.jpeg

    3 La Grande Muraille

    Edifice emblématique de la Chine, la Grande Muraille a plus de 2000 ans d'histoire. Elle est un ensemble de fortifications militaires chinoises construites, détruites et reconstruites en plusieurs fois et à plusieurs endroits entre le IIIe siècle av. J.-C. et le XVIIe siècle pour marquer et défendre la frontière nord de la Chine. C'est la structure architecturale la plus importante jamais construite par l’Homme à la fois en longueur, en surface et en masse.

     

    ciel.jpg

     

    4 Le Temple du ciel

    Datant de la première moitié du 15e siècle, le Temple du ciel est un autre symbole de la Chine. Les empereurs des dynasties Ming et Qing y tenaient jadis des cérémonies religieuses. Situé dans le jardin royal et entouré de vieux pins, le Temple du ciel est considéré comme le temple historique le mieux préservé. A mon humble avis, le plus beau bâtiment de Beijing.

     

     <

    beijing_panda_house_3.jpg

    5 Zoo de Beijing.

    C'est l'un des plus vieux et des plus grands zoos de Chine ; il accueille annuellement entre 8 et 12 millions de visiteurs. Il a été créé en 1906, puis ouvert au public le 18 juin 1908. Si vous n'avez pas l'espoir de voir le panda géant dans son environnement naturel dans le Sichuan, faites un tour par le zoo de Beijing.

     

    Beijing2013 053.JPG

    6 Nanluoguxiang

    Quel est le meilleur quartier de Beijing pour voir les ruelles traditionnelles de la ville ? Sans doute celui de Nanluoguxiang, connu pour être l'un des sites historiques les mieux préservés de la capitale. Construit en 1267, c'était un haut lieu de la culture et du commerce. Aujourd'hui, Nanluoguxiang est l'un des quartiers dédiés au divertissement les plus dynamiques de Beijing. L'un des hutongs les mieux rénovés.

    Beijing2013 041.JPG

    A côté des hutongs rénovés, il y a ceux restés tels quels . Ce sont des endroits quelque peu déconcertants , mais

    même ces quartiers déshérités ne sont pas dangereux comme à Paris ou Marseille.

    hou.jpg

    7 Quartier Houhai

    Situé le long du lac éponyme  , le quartier offre de nombreuses échoppes de snacks traditionnels, les rives du lac regorgent aussi de boutiques et de bars modernes. N'hésitez pas à vous perdre dans la joyeuse animation qui y règne.

     

    palais.jpg

    8 Le Palais d'été (Yiheyuan)

    Le palais d'Été est principalement dominé par la Colline de la Longévité et le Lac de Kunming . L'ensemble couvre une surface de 2,9 km², dont les trois-quarts sont occupés par le plan d'eau traversé par le pont aux Dix-sept arches. Sur les 70 000 m² de surface construite, on trouve une grande diversité de jardins, palais et autres édifices de style classique chinois, et le fameux bateau de marbre.

    w.jpg

    9 La rue commerciale de Wangfujing

    Magasins de grandes marques et galeries luxueuses.

    P1030778.JPG

    10 Qianmen

     « Porte d'entrée » est une porte de l'ancienne muraille de Pékin, entre la ville tartare(la ville intérieure) et la ville chinoise (la ville extérieure). Elle se situe au sud de la place Tian'anmen.

    Construite en 1419, la porte comprenait un corps de garde et une tour d'archers formant une grande barbacane. L'essentiel de la construction a subsisté, bien qu'ayant à diverses reprises été modifié. La porte actuelle date de 1914 et vient d'être rénove . Le quartier a vu le retour du tramway. Il attire beaucoup de touristes.

     

  • Grand rush du Nouvel An chinois : ça y est,c'est parti!!!

     

    rush.jpg

    Bien que le grand rush des vacanciers du Nouvel An chinois ait débuté la semaine dernière, c'est bel et bien hier que les voyageurs devant la gare de Fuzhou étaient les plus nombreux. De fait, la Chine fait en ce moment face à un pic d'affluence sur l'ensemble de son réseau ferré.

    rush2.jpg

    Le grand chassé-croisé des vacanciers du Nouvel An chinois a débuté hier et durera une quarantaine de jours.

    rush2.jpg

     

    rush2.jpg