Temple des Lamas de Beijing, un lama exécute la danse traditionnelle "Buza"( danse du démon), dans le cadre d'un rituel annuel de prières pour la prospérité

P201303121633039801722316.jpg

Des lamas masqués ont accompli la tradionnelle "danse du diable" annuelle, un rituel censé conjurer les catastrophes et les fantômes, ce lundi, au Temple des lamas (雍和宫 Yonghegong) à Beijing.

Un événement, également appelé "danse Buza", un terme de la langue mongole signifiant «battre les démons" et qui a lieu chaque année le trentième jour du premier mois lunaire.

Ce mardi matin, le dernier jour de la cérémonie, les lamas feront le tour du temple en portant une statue dorée du Bouddha Maitreya, aussi connue comme le Bouddha riant, une incarnation de la bonté. Un groupe important de bouddhistes suivra ce cortège.

Cela marquera le point d'orgue d'une cérémonie de huit jours, où les moines prient pour la paix et la prospérité pour l'année à venir.

La danse du diable a lieu chaque année depuis 1987, ayant été rétablie après une période de suspension, a déclaré Su Wentao, directeur adjoint du département d'exposition des vestiges culturels du temple.
Le responsable a précisé que les lamas ont commencé à se préparer pour ce rituel il y a environ un mois.
«Ce ne sont pas tous les lamas qui participent», a souligné M. Su : «Les jeunes lamas sont normalement choisis parce que la danse exige de la force physique et de l'endurance».

 



Trois grandes Thangka,des peintures tibétaines, ont été placées devant l'hôtel de la porte de Yonghe, la première salle que le public voit après avoir franchi la porte principal du temple.

À 15 heures, le lama est apparu avec son entourage complet, tous vêtus de costumes rituels, du côté est de la salle. Derrière lui, douze lamas battant tambours et cymbales comme pour indiquer que la «bataille avec le démon» avait commencé.

Les lamas escortent un squelette symbolisant le démon sur la scène, porté jusqu'à la porte sud du temple et jeté dans un feu, tout en récitant des écritures bouddhistes.Puis, ils reviennent et distribuent des bonbons à la foule, geste qui est censé garantir la bonne fortune.

Le temple des Lamas voit son plus grand afflux de visiteurs le premier jour du Nouvel An lunaire, en recevant près de 100 000 visiteurs. Il y avait moins de personnes pour assister à la "danse du démon", la cérémonie n'étant encore pas très connue, a fait observer M. Su.

Les commentaires sont fermés.