13/07/2012

Des revenus bas, de petits logements... de nombreux habitants de Beijing ne se sentent plus heureux

Même si la Chine connaît depuis une trentaine d'années une expansion magistrale , même si une classe moyenne de plus en plus aisée a vu le jour , la Chine n'en reste pas moins un pays émmergent qui a toujours du retard à combler face aux nations occidentales.

Le 11 juillet, le résultat d'une enquête sur l'indice de bonheur des familles de Beijing vient d'être publié. Selon l'enquête, les revenus bas, les petits logements et un mauvais environnement, sont les trois facteurs qui affectent le bonheur des habitants. La sécurité alimentaire étant le problème apportant le plus de pression.

 

chine,beijing



60% des personnes intérrogées ne sentent pas très heureuses

L'enquête a été menée cette année entre mars et juin, en choisissant une population âgée entre 20 et 79 ans et ce dans les seize arrondissements de Beijing. Les personnes se sentant plutôt heureuses, moyennement et pas du tout, représentent respectivement 2,5%, 22,8% et 56,4%. Pour ceux qui se sentent très heureux, le pourcentage n'est que de 0,08%.

Selon Wo Jianzhong, l'organisateur de l'enquête, l'indice de bonheur a mis l'accent sur le feeling des gens au lieu des conditions externes. Le sens de bonheur chez les gens est généralement exprimé par l'avis et l'attitude sur les choses et l'environnement.



Les huit facteurs qui affectent le sens du bonheur des famille

D'après Wo Jianzhong, huit facteurs entraînent le mécontentement de la famille (facteurs classés par ordre d'importance) : Des revenus bas, de petits appartements, un mauvais environnement, des problèmes de santé, un travail insatisfait, l'éducation des enfants, la discordance du couple et de la vie sexuelle. Avec la croissance de l'âge, entre 40 et 70 ans, le sens du bonheur baisse.

Par ailleurs, une forte pression chez les habitants de la capitale chinoise est provoquée par la sécurité alimentaire, l'état économique, le changement rapide de la société, l'éducation des enfants, les catastrophes naturelles...

Si la sécurité alimentaire se classe à la première place des préoccupations de la population, c'est parce que ce problème affecte directement la santé et la vie des personnes. D'où une pression psychique plus directe et plus vive.

 

23:18 Écrit par wang dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chine, beijing | |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

Bonjour
Je te souhaite un très bon WE
Amitiés bises a vous 2
Qing et René

Écrit par : rené | 14/07/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire