11/07/2012

L'économie chinoise est en train de rebondir, n'en déplaise aux Cassandre

F201207091503423103820507.jpg

Cela fait déjà deux ans que les Cassandre de tout poil prophétisent que la Chine va connaître un atterrissage difficile. Mais même si la Chine n'est pas immunisée contre les crises de la dette en Occident, elle est tout de même mieux placée pour y faire face.
En fait, il y a beaucoup de bruits sur les marchés, et trois tendances macro-économiques compliquent le tableau : les conditions économiques se détériorent en Europe, la reprise tant attendue aux Etats-Unis faiblit, et l'économie chinoise s'est montrée plus faible que prévu au début du printemps.
Lors du récent sommet sur l'Euro, l'Europe n'a fait qu'acheter du temps, une fois de plus. Jeudi dernier, la Banque Centrale Européenne a baissé son taux d'intérêt à un niveau historiquement bas de 0,75%, et son taux de dépôt au jour le jour de 0,25 à zéro. Cependant, ces mesures n'auront aucun effet stimulant sur la Zone Euro ; bien au contraire, elles montrent que la BCE a épuisé ses dernières cartouches.

 

Selon le quotidien financier "L'Echo" , la plupart des pays émergents BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) sont aujourd'hui en train de passer d'une période de très forte croissance vers une période de croissance forte. La Chine en particulier effectue un "atterrissage en douceur", qui devrait quand même lui permettre d'afficher une progression de l'activité de l'ordre de 7 à 7,5% en 2012, tout en faisant attention à bien maîtriser son inflation. "Les investisseurs oublient toujours que les exportations chinoises n'ont paradoxalement pas contribué à la croissance du PIB sur les dernières années", souligne Dan Morris (JP Morgan Asset Management). C'est le développement de la consommation intérieure et les investissements qui soutiennent l'activité. Dès lors, des mesures de support de l'activité restent vraisemblables tant que l'inflation restera sous contrôle, comme vient d'ailleurs de le démontrer la baisse surprise des taux chinois.

 

La banque centrale chinoise reste très attentive, et les autorités disposent de réserves suffisantes pour dynamiser fortement leur économies en cas de besoin", explique Patricia Urbano (Edmond de Rothschild Asset Management), qui souligne également que le ralentissement du début 2012 a été sciemment organisé par les autorités chinoises. William De Vijlder (BNP Paribas Investment Partners) confirme pour sa part que "la marge de manoeuvre des autorités chinoises reste intacte, ce qui devrait permettre un atterrissage en douceur de l'économie".

 

 

  • Les exportations chinoises ont encore augmenté en juin de 11,3 % sur un an, tandis que l'excédent commercial a bondi de 42,9 % à 31,7 milliards de dollars. Sur l'ensemble du premier semestre, les ventes de la Chine à l'étranger ont atteint 954,3 milliards de dollars, signe que la deuxième puissance économique mondiale ne s'essouffle pas.

    Mais ce que les chiffres ne montrent pas, c'est que son commerce est en train de basculer des pays riches aux pays émergents. «La croissance est presque nulle avec l'Union européenne, le Japon est d'autres marchés traditionnels», reconnaît Zheng Yuescheng, porte-parole du service des douanes à Pékin. Et d'ajouter que les exportations chinoises vers l'Allemagne ont diminué en juin pour le quatrième mois consécutif, que celles vers la France ont baissé pour le troisième mois d'affilée et que celles vers l'Italie sont en recul depuis dix mois.

     

    Beaucoup de rouge,mais n'oubliez pas que ce qui est en rouge en Chine sont les cotations positives et en vert ce qui est négatif

    Et la Chine ne trinque pas seulement en Europe. Ses ventes vers les Etats-Unis ont plongé de 6,5 % le mois dernier comparé à la même période de 2011, relève le cabinet Capital Economics, «la plus forte chute mensuelle depuis novembre 2008».

    En revanche Pékin mets les bouchées doubles avec les pays émergents d'Asie, comme l'Inde, l'Indonésie et plus généralement les pays du Sud-Est Asiatique (Asean), ainsi que l'Amérique Latine et l'Afrique. Ces «marchés à croissance rapide», comme on les appelle aujourd'hui croissent en moyenne quatre fois plus vite que la zone euro.

17:48 Écrit par wang dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chine, economie, bric, exportation, croissance | |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

c'est évidemment un web site ravissant. Du coup je partage cette actualite sur sur mon reseau

Écrit par : assurance automobile | 29/08/2012

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire