• Transformation de la femme chinoise depuis l'époque Qing à la révolution culturelle et jusqu'aujourd'hui

    0019b91ec98110dd149120.jpg

    Sous les Qing le critère de beauté féminine est à l'image de l'héroïne de Rêve dans le pavillon rouge : très maigre,svelte et à la peau très blanche. A cette époque ,comme aujourd'hui,la femme chinoise craint le soleil et ne sort jamais sans son ombrelle.

    0019b91ec98110dd14911b.jpg

    0019b91ec98110dd149224.jpg

    La femme chinoise alors était sujette à de nombreuses grossesses.

    0019b91ec98110dd149225.jpg

     

    A cette époque, la taille du pied était un élément essentiel de la beauté. L'idéal était un pied de 15 cm de long, pour cela le pied des enfants étaient bandés dès quatre ans. Cette perfection esthétique était très recherchée et la jeune fille qui possédait cet atout faisait un riche mariage. Cette tradition a cependant infligé aux fillettes de véritables tortures et cette pratique fut interdite en 1911.

    femme%20chinoise.jpg

    Cinquante ans plus tard lors de la révolution culturelle les manifestations de féminité sont jugées bourgeoises ou droitières et susceptibles de vous envoyer à la campagne ou en camp de rééducation.

    gr1.jpg

    gardes_rouges_chinois.jpg

    Le détachement féminin rouge, par le Ballet national de Chine

    001fd04cfc22106b94835c.jpg

    00105cd8ac350d1e904524.jpg

     

  • Un Pays qui attire tant d’étrangers actifs mérite-t-il toutes les critiques qui lui sont adressées ?

    La Chine, pour un étranger, présente des similitudes avec l’Amérique de mes 20 ans.J.P.RAFFARIN

    RAFFAR~1.JPG

    Jean-Pierre Raffarin ,ancien Premier ministre et présentement un des plus sérieux soutiens de Nicolas Sarkosy

    en tant que candidat aux prochaines élections présidentielles françaises a toujours su parler vrai quand il s'agit

    de la Chine. Grâce à lui les relations entre la France et la Chine sont restées ce qu'elles doivent être , c'est à dire excellentes, ce qui est tout à l'avantage de la France . Ce que les bobos de la gauche caviar ne peuvent comprendre, eux qui comme Delanoë ,maire de Paris , boivent les mensonges de dalai lama comme argent contant.

     

    Voici un extrait du blog de monsieur Raffarin:

    L’attractivité de la Chine

     
  • Chine: le Tibet fête la journée d'émancipation des serfs

    Les habitants de la région autonome du Tibet ont fêté mercredi la journée d'émancipation d'un million de serfs à la suite de l'abolition du régime théocratique au Tibet en 1959.

    Des milliers de personnes se sont rassemblées mercredi matin sur la place du Potala dans la capitale tibétaine de Lhassa. Des habitants locaux, des moines, des étudiants et des soldats ont chanté l'hymne national lors du lever du drapeau rouge de la République populaire de Chine.

    Le 28 mars a été désigné par les autorités chinoises comme jour de commémoration de la réforme démocratique de 1959 au Tibet, qui a mis fin au système de servage féodal et libéré près d'un million d'esclaves tibétains, qui représentaient à l'époque plus de 90% de la population de la région.

    Après la réforme démocratique, le Tibet a connu un développement global dans les domaines économique et social et les habitants de toutes les ethnies dans la région bénéficient de cette réforme, ont souligné les responsables locaux.

     

     

    Depuis l'émancipation des serfs en 1959, la région a obtenu des résultats importants dans les domaines économiques, sociaux et culturels.

  • Visite d'une compagnie de taxis 100% électriques à Shenzhen

    En matière de véhicules électriques, la municipalité de Shenzhen est encore une fois en avance sur le reste de la Chine.

    1-P1010518.JPG

    La ville de Shenzhen (sud de la Chine), connue pour avoir été l’une des zones d’expérimentation de l’ouverture économique de la Chine dans les années 80,a été la première ville à se doter d'une société de taxis tout à fait électriques.

    Ces taxis sont exploités par la Compagnie Pengcheng taxi électrique, une joint-venture entre BYD et le Shenzhen Bus Group, SBG. 

    Byd est un constructeur de voitures électriques dont le siège social est situé à Shenzhen.Shenzhen Bus Group est un grand opérateur de lignes de bus, de taxis, et d'entreprises connexes. Son principal actionnaire (55%) est la ville de Shenzhen En d'autres termes,le partenaire BYD dans cette joint-venture est le gouvernement de la ville de Shenzhen.

     

    1-P1010522.JPG

     


    Li Guanghan, Vice General Manager of Pengcheng Taxi

     

    Heureux de nous présenter la première société de taxi au monde dont tous les véhicules sont tout électrique, Li Guanghan ,vice président de Pengcheng Taxi , nous annonce que sa société qui est de 300 véhicules va passer à 800 car la ville de Shenzhen a donné le feu vert pour libérer des fonds en vue de l'acquisition de 500 taxis et 1000 autobus tout électrique.

     

    Wang: que pensez-vous de la viabilité des véhicules électriques , avez-vous eu des problèmes techniques suite à l'utilisation intenssive de véhicules "tout électrique"?

     

    Li : Nous avons nos premiers  véhicules e6 mis en service depuis un peu plus de 2 ans . Cette flotte a parcouru en tout et pour tout 6,2 millions de kilomètres, ce qui représente plus de 120 000 kilomètres par véhicule.

     

    Malgré cette distance parcourue, les véhicules ont résisté aux intempéries et aux étés chauds et humides de Shenzhen Ils sont toujours aussi performants, les conducteurs et les passagers ont tous été très satisfait de l'expérience.

     

    Wang: n'avez-vous pas eu de pannes ou problèmes du à l'utilisation de l'électricité?

     

    Li: Non , pas de problèmes spécifiques concernant l'électricité , mais bien entendu ,on ne fait pas 100à 140000 km avec une voiture , avec différents chauffeurs , des chauffeurs de taxi qui ne sont pas les calmes avec les voitures et surtout que tous nos parcours sont réalisés dans le centre ville et que nous avons à Shenzhen d'inextricables embouteillages sans rencontrer des problèmes , mais pas plus qu'avec un véhicule à moteur atmosphérique.

     

    Wang : Quelles sont les performances de vos véhicules?

     

    Li: Les e6  disposent d’un moteur de 75kW (102ch) et sont capable d’atteindre 140km/h. Leur autonomie est de 300km. Avec une charge rapide vous  récupérez 80% d’autonomie en 15 minutes. Une recharge complète prenant 1 heure.Avec un chargeur lent cela prend  entre 3 et 4 heures pour recharger un véhicule.Mais surtout le prix  d’un “plein” ne dépasse pas 13 yuans (1,6€.)Pour une charge normale, une prise standard 220V suffit . Pour une charge rapide , il faut une borne qui aussi fabriquée et mise au point par BYD.

     

    Wang : En cours de service , combien de fois le chauffeur doit-il revenir par jour pour recharger les batteries?

    Li: La municipalité qui dispose déjà de 6 stations de recharge pour les bus en a planifié 19 supplémentaires. Au niveau des stations pour les véhicules personnels, la mairie a planifié 200 stations de recharge rapide et 10 000 stations de recharge lente donc le chauffeur a déjà suffisament de points de charge pour n'être pas obligé de revenir au garage avant la fin de son servive.

     

    Wang: Le prix de vente des véhicules électriques n'est-il pas un obstacle à l'investissement dans le tout électrique?

    Li: Nous avons des aides du gouvernement central ainsi que de la municipalité , ce qui rend la voiture électrique abordable.J'ajoutte que le faible coût d'utilisation permet d'amortir rapidement les investissements pour l'achat des véhicules ainsi que l'infrastructure de recharge des véhicules. Nous faisons des  économies sur le gaz estimées de 7578 Yuan (870 euros) par mois et par voiture. Si l'on compare aux véhicules diesel, l'économie est plus importante.

    Wang: Nous sommes ici à Shenzhen, il n'y gel jamais,hors c'est dans les situations climatiques hivernales que les batteries souffrent le plus.

    Li: En même temps qu'à Shenzhen, Byd teste des taxis à Xi'an où les conditions hivernales sont senssiblement identiques à celles de l'Allemegne et savez-vous que la ville de Rotterdam aux Pays-bas fait actuellement des testes avec quelques-unes de nos voitures comme taxi et à part une augmentation de plus ou moins 10% de la fréquence des recharges , ils arrivent aux mêmes conclusions que nous. 

     

    chine,shenzhen,taxi,taxi électrique,voiture électrique,byd

    Byd E6 01 Des taxis électriques Byd à Rotterdam

    Taxi BYD à Rotterdam

     

     

     

     

  • C'est le dalai lama qui extermine la culture du Tibet

    En novembre 2011, le 14e dalaï-lama a déclaré au Japon que la raison des auto-immolations de moines tibétains était "la politique de la Chine visant à exterminer la culture tibétaine".

    Sur "la culture tibétaine", le dalaï-lama recourt à la logique suivante : la culture du Tibet est la culture du bouddhisme tibétain, la culture du bouddhisme tibétain est la culture de la Secte Guélougpa (la secte dite des "bonnets jaunes" du bouddhisme tibétain dont fait partie le dalaï-lama), tandis que le dalaï-lama a le dernier mot dans la Secte Guélougpa.

    En d'autres termes, tout ce qui va à l'encontre du dalaï-lama est considéré par lui comme "une extermination de la culture tibétaine". Quelle idée ridicule! Le dalaï-lama se croit encore propriétaire de serfs, avec le Tibet comme sa propriété personnelle et le peuple tibétain ses esclaves.

    Un érudit a indiqué que la soi-disant "culture tibétaine exterminée" se réfère au privilège absolu des figures religieuses. Aux yeux du dalaï-lama, le fait que les Tibétains ordinaires maîtrisent la culture pourrait faire vaciller la hiérarchie rigide de la théocratie.

    En fait, la culture tibétaine réside non seulement dans la culture religieuse mais aussi dans la culture folklorique, non pas seulement la culture traditionnelle mais aussi la culture moderne, et non pas seulement dans la culture du groupe ethnique tibétain mais aussi dans les cultures d'autres groupes ethniques, tels que la culture confucéenne, la culture mongole et la culture mandchoue.

    La culture religieuse n'a jamais été le contenu unique de la culture tibétaine, et encore moins la "culture du dalaï-lama" ou la "culture Guélougpa". Le 14e dalaï-lama cherche tous les moyens possibles pour tromper le monde en faisant croire que développer la culture tibétaine c'est développer la culture Guélougpa. Ce qu'il fait est la pire "extermination de la culture du Tibet"!

    D'après l'auteur, "l'extermination de la culture tibétaine" selon le dalaï-lama montre son objectif dangereux : il cherche à satisfaire la demande des séparatistes tibétains et à remuer les forces occidentales pour faire pression sur la Chine" afin de réaliser son but de rétablir le servage au Tibet et de séparer celui-ci de la Chine.

  • Pourquoi le dalaï-lama incite-t-il délibérément les Tibétains à s'auto-immoler?

    Le dalaï-lama a appelé le 22 février les Tibétains à ne pas célébrer Losar (le Nouvel An tibétain) afin de commémorer les "héros du Tibet tombés au combat " depuis Dharamsala en Inde.

    Cet appel n'a eu aucun suivi dans la Région autonome du Tibet et tous les Tibétains ont fêté Losar selon leur tradition.

    Le dalaï-lama a délibérément encouragé les Tibétains à s'auto-immoler en appelant l'ensemble des Tibétains à ne pas célébrer Losar en mémoire des personnes qui se sont immolées par le feu.

    Cela fait plus de deux mille ans que les Tibétains célèbrent Losar, qui est un véhicule important de la culture, des coutumes et des émotions tibétaines. Les Tibétains peuvent obtenir la grande âme de Losar après une année de dur labeur.

    Quoi qu'il en soit, l'auto-immolation est un moyen extrême pour mettre fin à sa vie. A notre époque, tout groupe ou force qui encourage l'auto-immolation à des fins illégales et quelque soit le lieu est certain de se voir condamné.

    Une déclaration de l'ONU sur les mesures visant à éliminer le terrorisme international a indiqué que les actes criminels conçus pour provoquer un état de terreur dans une population, un groupe de personnes ou une communauté particulière pour des raisons politiques sont injustifiables en toutes circonstances, quelles que soient les considérations de nature politique, philosophique, idéologique, raciale, ethnique, religieuse ou de tout autre nature qui pourraient être invoquées pour les justifier.

    Des "émeutes du 14 mars" en 2008 aux auto-immolations récentes, chaque incident a été prémédité bien à l'avance et s'est produit au prix de la tranquillité de tibétains ordinaires, voire même de leur vie.

    Il y existe une citation bouddhiste qui dit : "sauver une vie vaut plus que construire une pagode de sept étages". Si on regarde en arrière, combien de jeunes vies ont été perdues à cause des manipulations du dalaï-lama? Même si le dalaï-lama faisait construire des centaines de milliers de temples, il ne pourrait compenser son péché d'avoir incité aux innombrables auto-immolations de jeunes moines.

     

  • Une usine chinoise de Foxconn va fabriquer 85% des iPhones 5

     IN01La Société Foxconn qui se trouve à Taiyuan dans la province du Shanxi va recruter d'urgence 20 000 travailleurs de première ligne (âgés de 16 à 40 ans). Selon un responsable de l'entreprise, Foxconn a obtenu 85% des commandes, c'est-à-dire la fabrication annuelle de 57 millions d'iPhones.

    Dans cette région , les salaires sont moins élevés qu'à Shenzhen, le coût de la vie y est moindre aussi.

    Des centaines de travailleurs se sont mis en grève pour un conflit salarial qui est encore en cours de négociation. La grève se déroule dans le quartier Xiaodian de la capitale provinciale Tayuan .  Un gestionnaire de Foxconn a confirmé que certains travailleurs avaient cessé le travail soulignant que l'usine discute avec les manifestants .

     

    Un travailleur d'entrée de gamme chez Foxconn à Tayuan est généralement payé 1550 yuans (175 euros) par mois, s'élevant à 1.800 yuans (204 euros) par mois après trois mois. Lorsque les primes et les heures supplémentaires sont inclus, un travailleur peut généralement gagner entre 2200 et 3500 yuans (255 à 400 euros) par mois.Compte tenu que pour beaucoup , les travailleurs sont logés et nourris sur place , ceci est un bon salaire pour cette région de Chine eu égard au coût de la vie.

    Foxconn travailleurs lors d'un rassemblement en s'engageant à chérir la vie.

    Carnaval organisé à l'intérieur de l'usine Foxconn où 20000 travailleurs défilent les rues de l'usine à Shenzhen.

    Foxconn rallye avec les minorités ethniques chinoises.

    Foxconn rassemblements pour remonter le moral à Shenzhen, en Chine.

  • Regards sur le futur ralentissement économique de la Chine

    La décision prise par le Gouvernement chinois de ralentir la croissance économique a suscité l'inquiétude dans le monde entier. On pourrait dire que quand la Chine s'enrhume, le monde éternue... La clé est de trouver dans quelle mesure le ralentissement aura une incidence sur la Chine et le reste du monde.



    La Chine, à tous points de vue, est un pays unique. Ses trente années de réforme économique ont créé un nouveau modèle de croissance, quand bien même il peut ne pas être applicable à tous les autres pays en développement.

    Après une période d'examen pragmatique de la croissance du pays, les dirigeants chinois ont décidé de réévaluer son modèle de croissance et de se concentrer davantage sur l'amélioration du niveau de vie de leurs citoyens. En effet, du Gouvernement Central chinois au grand public, chacun a compris depuis longtemps que le système économique actuel de la Chine n'est ni durable, ni sain. Certains chercheurs soutiennent que la Chine va détrôner les États-Unis comme superpuissance mondiale, mais les Chinois sont la plupart d'entre eux plutôt raisonnables quant aux perspectives de leur pays.
    La mondialisation comme on l'aime en Europe.
    Le « Made in China » a été pendant des années le slogan du moteur de la croissance économique de la Chine – une main d'œuvre bon marché et un environnement sacrifié. Mais aujourd'hui, l'ère de la main-d'œuvre à faible coût tire à sa fin. Les patrons des usines du « Made in China » souffrent de pénurie de main d'œuvre depuis 2008, et les organisations de défense de l'environnement redoublent d'efforts pour contrôler les polluants dans l'eau et sur la terre. De ce point de vue, le ralentissement de l'économie chinoise est un bon signe.

     

    120.JPG

     Il est temps que les choses changent. La Chine a besoin de faire passer son économie d'une économie caractérisée par les investissements du Gouvernement à une économie centrée sur la consommation intérieure. Avec un peu de chance, une croissance économique inférieure mais ciblée permettra aux gouvernements locaux de travailler plus efficacement au soutien du bien-être social, comme l'aide aux familles et aux personnes à faibles revenus.

     



    Promouvoir la croissance dans les régions rurales est une autre clé de la poursuite du succès de la Chine. La Chine a une longue histoire de préjugés à l'encontre de la vie rurale et les agriculteurs. Avec l'urbanisation, qui fait partie de sa stratégie de développement, la Chine est de plus en plus urbaine et de moins en moins agricole. L'agriculture chinoise a été laissée un peu à l'abandon dans les efforts de mondialisation de l'économie de la Chine, et le prix de cet oubli pourrait être beaucoup plus élevé que le Gouvernement ne l'a anticipé.

    En outre, les partenaires commerciaux clés de la Chine n'apprécient guère la puissance croissante de la Chine. Il y a quelques jours, le Président américain Barack Obama a promis de s'opposer avec résolution à la Chine au sujet des « produits de terres rares ». A ce moment précis, à quelques mois des élections présidentielles, d'autres politiciens américains seraient également plus qu'heureux de tomber à bras raccourcis sur la Chine que sur toutes les questions qui touchent aux intérêts des électeurs américains. Mais qu'on se le dise, il y aura pas de gagnants dans une guerre commerciale bilatérale. Si la croissance de la Chine ralentit, les Etats-Unis en souffriront plus que ses politiciens ne peuvent s'y attendre et ce sera idem pour l'Europe.

    079.JPG

  • Au Tibet , les flux migratoires se font dans les deux sens entre Hans et Tibétains

    Malheureusement, certains Occidentaux et Tibétains en exil choisissent de voir uniquement les mouvements de population allant de la Chine vers la région autonome du Tibet et d'autres régions tibétaines, ignorant les mouvements du peuple tibétain dans l'autre sens.

    Fermant les yeux sur ces flux migratoires à double sens, ils ne cessent de prétendre que la langue tibétaine, sa culture et son éthique, ainsi que le bouddhisme tibétain, sont au bord de l'extinction, menacés d'être emportés par une soi-disant marée à sens unique du peuple Han qui déferle sur les régions tibétaines.

    Si, en effet, en réponse aux appels du gouvernement pour aider la construction des régions frontalières du pays, un grand nombre de Han se sont déplacés vers l'ouest des régions tibétaines après la fondation de la Chine nouvelle en 1949, dans le même temps, le peuple tibétain a également poursuivi sa longue tradition de migration vers l'est des zones Han habitées, ce qui s'est accéléré au cours des trente dernières années depuis la réforme et l'ouverture qui a été adoptée dans les années 1970.

    Les Han qui ont déménagé vers la région autonome du Tibet et des régions tibétaines du Sichuan, du Qinghai, du Gansu et du Yunnan ont été surtout des travailleurs migrants et des entreprises privées industrielles et commerciales. Ils ont sans doute réalisé des bénéfices, mais ils ont également apporté des contributions considérables au progrès social et au développement des économies locales, qui ont sensiblement amélioré les moyens de subsistance et le bien-être des gens.

    En attendant, l'enracinement du peuple tibétain dans les autres provinces du pays a pris de l'ampleur, ce qui démontre qu'ils peuvent établir de bonnes relations avec les Han et d'autres groupes ethniques. Et même, quand ils sont dans les régions éloignées de leurs villes natales, ces migrants tibétains sont encore libres de communiquer, travailler et étudier dans la langue tibétaine et avoir la liberté de culte, ils sont également libres de diffuser le bouddhisme tibétain s'ils le désirent.



    Après la réforme et l'ouverture, de nombreux Tibétains ont rejoint le mouvement général de la population migrante et choisi Chengdu, Beijing et d'autres grandes villes comme destination pour étudier ou travailler. Chengdu, qui a des liens étroits avec le Tibet et d'autres régions tibétaines, est appelé la « deuxième ville natale» par une grande partie du peuple tibétain qui y vit. La région autonome de Mongolie intérieure, Shanxi, les provinces du Nord-Est et la province du Guangdong dans le sud ont également attiré bon nombre de migrants tibétains.



    L'adoption par le pays d'une série de politiques préférentielles pour les groupes ethniques non-Han et des mesures politiques pro-tibétaines a également joué un rôle en attirant les Tibétains, en leur proposant de quitter leurs villes natales d'un autre âge. Par exemple, à Chengdu, les autorités ont promulgué un document visant à aider les minorités ethniques à faire des affaires dans la région.

    Dans le même temps, grâce aux aides conséquentes des politiques gouvernementales et de l'assistance désintéressée des régions voisines, la grande majorité de la région autonome du Tibet a laissé son passé féodal derrière elle pour pouvoir profiter des fruits du développement.

    En se déplaçant entre leurs villes natales et des villes bien développées comme Chengdu et Beijing, les migrants tibétains peuvent aussi s'adapter aux changements saisonniers dans leurs villes natales.

    Chengdu’s Tibetan Quarter

    Les flux à double sens entre les Tibétains et d'autres groupes ethniques ont non seulement accru les échanges, la communication et l'intégration entre les différents groupes ethniques, mais ont aussi contribué à diffuser la culture tibétaine dans d'autres régions de la Chine et même à travers le monde.

    En même temps, le double flux de population a également contribué à stimuler la compétitivité et la force économique des zones peuplées du Tibet, tout en renforçant le développement de l'économie nationale et en contribuant à promouvoir l'harmonie entre les groupes ethniques.

    L'accroissement du flux migratoire des Tibétains, de leur ville natale vers d'autres régions du pays est le reflet de leur prise de conscience de leur identité nationale chinoise.

  • Des entreprises privées chinoises s'allient et s'installent en Belgique pour mieux pénétrer sur le marché européen

    Suivant l'exemple des grandes entreprises chinoises comme Haier, Huawei et ZTE implantées avec succès à l'étranger, une centaine d'entreprises privées ont décidé de créer une alliance pour pénétrer ensemble le marché international et réduire ainsi les coûts liés aux investissements et aux risques.

     

     

    Alors que l'économie chinoise profite ces dernières années d'un développement rapide, bon nombre d'entreprises privées nationales sont désormais capables d'entrer en compétition avec les entreprises étrangères, a déclaré mercredi Feng Jun, président du conseil d'administration et PDG d'Aigo Digital Technology, lors d'une interview avec l'agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle). M. Feng est également à l'origine de l'Aigo Entrepreneurs Alliance (AEA).

    Bien que bon nombre d'entreprises privées chinoises aient participé aux délégations gouvernementales pour des visites d'affaires à l'étranger, ces déplacements ont aujourd'hui perdu leur attrait et leur efficacité aux yeux de certaines entreprises privées. Si les entreprises désirent trouver leurs partenaires futurs et pénétrer sur le marché étranger, elles ne doivent compter que sur elles-mêmes et conjuguer leurs efforts.

    Etablie le 29 juin 2011, l'AEA, dont le siège se trouve dans la capitale chinoise, est une organisation non gouvernementale pour les entreprises chinoises désireuses d'internationaliser leurs marques de produits. Elle a été lancée par M. Feng et créée conjointement par treize entreprises, dont China Huiyuan Juice Group, Gree et Himin Solar. Au mois de mars 2012, l'alliance comptait une centaine de membres à l'échelle nationale.

    Une délégation de l'alliance est partie le 3 décembre 2011 pour une première tournée européenne d'une semaine qui l'a conduite en Grande-Bretagne, au Danemark, aux Pays-Bas et en Belgique. Durant ce déplacement, la délégation a rencontré de hauts responsables gouvernementaux des pays concernés, et les médias locaux ont publié de nombreux articles sur les activités de cette délégation. Une autre délégation de 70 membres a quitté Beijing mercredi pour une visite de trois jours en Belgique afin de discuter de coopération de manière détaillée.

     

    L'AEA a également invité Michael Payne, ancien chef de la division marketing du Comité international olympique, en tant que consultant de l'alliance, pour que les entreprises membres puissent davantage tirer parti du modèle marketing olympique et réaliser un résultat gagnant-gagnant dans leur exploitation du marché étranger.

    Calquer la sélection des entreprises chinoises jouissant d'une bonne réputation sur celle des meilleurs athlètes professionnels participant aux Jeux olympiques lors de l'exploitation conjointe du marché étranger fut la meilleure décision de l'alliance après avoir adopté le modèle de marketing olympique pour aboutir à une situation mutuellement bénéfique, a expliqué M. Feng.

    Notre alliance est une plate-forme de communication pour les marques nationales et le marché étranger, tout comme les Jeux olympiques sont une plate-forme pour les grandes marques internationales, a-t-il souligné. Nous espérons que notre alliance permettra d'aider les entreprises privées à se développer au plus tôt sur le marché international, a-t-il ajouté.

     

    L'ambassadeur de Belgique en Chine Patrick Nijs a pour sa part salué les efforts conjoints novateurs des entreprises chinoises pour internationaliser leurs marques, indiquant toutefois que ces entreprises pourront rencontrer des difficultés en pénétrant sur le marché international, en raison des différences entre la Chine et les pays étrangers dans les domaines de l'environnement de marché, des lois et réglementations, du modèle de consommation et de la culture. Elles doivent dresser le bilan de leurs expériences et leçons et savoir se montrer patientes afin de s'implanter avec succès sur le marché international, a-t-il déclaré.

    Le gouvernement chinois a publié en mai 2010 des directives destinées à encourager le développement sain des capitaux privés ainsi que la création de marques internationales par les compagnies privées. De plus, le ministre chinois du Commerce Chen Deming a récemment annoncé que le gouvernement encouragerait l'exploitation du marché international par les entreprises privées, promettant également d'offrir des services juridiques complets en faveur de celles-ci afin de réduire les risques potentiels.