Le Tibet n'est pas ce que l'Occident pense qu'il est (savant finlandais)

 Desktop Wallpapers · Gallery · Travels 
China, Tibet - Potala Palace

 

Voici un témoignage (un de plus) qui corrobore ce que je martèle , depuis des années , concernant le Tibet , à savoir que la différence est profonde entre la réalité et les mensonges de dalai lama et sa bande.

Lorsque j'ai visité la Chine pour la première fois en 2006, j'avais les mêmes idées préconçues sur le pays que la plupart des Occidentaux. En fait, j'avais même un peu peur de descendre de l'avion parce que je pensais que dans un Etat « totalitaire » où tout le monde était sous surveillance, tous mes mouvements seraient surveillés.

Mais jamais je n'aurais pu me tromper autant. Les gens, y compris les policiers, étaient sympathiques et prêts à m'aider.

090702_lhasa_tibet_beautiful_tibetan_girl_shopping_morning_elegant_backlight_travel_photography_2IMG_3610.jpg

Après avoir donné des conférences à Dalian, dans la Province du Liaoning, et à Shanghai, j'ai passé un mois à voyager dans toute la Chine avec ma femme. J'ai cherché l'aide d'un ami chinois pour réserver des billets d'avion et obtenir des réservations d'hôtel. Où irions-nous ? Je voulais voir sa réaction quand je lui ai dit « Lhasa », capitale de la Région Autonome du Tibet. « Pas de problème », a dit mon ami. J'ai eu la même réponse quand je lui ai dit que nous voulions aussi aller dans la Région Autonome Ouïgoure du Xinjiang, en Mongolie intérieure et dans la Province du Yunnan.

Lhassa était très propre et bien organisée et on y pouvait trouver tout ce qu'on voulait, y compris des raisins frais et d'autres fruits. Nous avons recouru aux services d'un guide seulement pour nos visites du Palais du Potala et du temple Jokhang. Pour le reste de notre séjour à Lhassa, nous sommes restés seuls et nous sommes allés partout où (et fait tout ce que) nous voulions. Les gens, bien sûr, étaient curieux, mais d'une façon conviviale et naturelle. Peu de gens parlaient anglais, mais parler avec eux fut un grand plaisir. Nous avons vu très peu de policiers et la plupart d'entre eux étaient des Tibétains. Grâce à notre visite au Tibet, nous nous sommes rendu compte que pour les gens ordinaires, les pratiques religieuses font partie de la vie quotidienne. Tous les panneaux officiels de Lhassa sont à la fois en tibétain et en chinois, la première langue précédant la seconde dans la plupart des cas. Dans les parcs en face du Palais du Potala, les Tibétains de la campagne pique-niquaient et profitaient de leur séjour à Lhassa. Ce qui me fait dire que tous ces discours occidentaux sur la Chine « étranglant la langue et la culture tibétaines » ne sont rien d'autre qu'un mensonge.

Ce que j'ai vu au Tibet est le contraire exact de ce que j'avais pu lire dans les médias occidentaux.

En 2010, j'ai visité la ville-monastère de Kum-Bum et le Lac Kuku-Nor, dans le Province du Qinghai, où je n'ai rien vu d'anormal non plus.

Alors, pourquoi l'Occident continue-t-il à vouloir donner des leçons à la Chine sur les droits de l'homme?

 

 

3933125520070824180419031_008_640.jpg



Il est vrai qu'il y a beaucoup de gens pauvres en Chine, mais au moins ont-ils assez de nourriture pour manger et un endroit pour dormir. A New York, dans le quartier de Manhattan, par exemple, j'ai vu un père chercher de la nourriture dans la rue pour ses quatre enfants. Il a même fouillé dans une poubelle, où il a trouvé un morceau de pain sec, qu'il a essuyé sur son manteau et donné au plus jeune de ses enfants.

En Chine, j'ai également visité les endroits où vivent les groupes ethniques, mais je n'ai pas vu de vraie misère parmi le peuple. En tant que membre de la minorité svécophone de Finlande, je suis très sensible aux questions « ethniques », car je sais ce que cela signifie.

1134654314_1436897528.jpg



Je me toujours senti en sécurité en Chine, mais pas aux États-Unis, en revanche. Là-bas, j'ai vu des gens portant une arme, et je ne pense pas que porter une arme c'est la liberté. Une personne qui pointe une arme sur vous venez parce que vous demandez une chambre d'hôtel tard dans la soirée ne fait en aucun cas usage de ses droits humains pas plus qu'elle n'exerce sa liberté.

C'est pourquoi je pense que les étrangers qui critiquent la Chine pour ses violations des droits de l'homme ne le font que pour essayer de cacher les problèmes des droits de l'homme dans leur propre pays.

Certes, il y a eu des émeutes à Lhassa en 2008, mais les émeutiers avaient été manipulés de l'extérieur de la Chine pour créer des troubles et inciter la communauté internationale à boycotter les Jeux Olympiques de Beijing. Ces émeutes ont été l'œuvre de personnes cherchant désespérément à fomenter des troubles dans toute la Chine, mais leurs tentatives ont lamentablement échoué.



Les Etats-Unis et l'Europe sont englués dans leur crise de la dette. Et quand on sait que les élections présidentielles auront lieu aux États-Unis, en France et dans d'autres pays cette année, il est plus facile pour les hommes politiques de rendre les autres pays responsables de la situation pour gagner la sympathie et les votes des gens. Pourquoi ne pas les médias n'insistent-ils pas davantage sur le mouvement Occupy Wall Street ou les émeutes de Londres et ne les attribuent-ils pas à une mauvaise situation dans le domaine des droits de l'homme ?

J'ai vécu en Chine pendant un an et demi, et je pense que l'Occident peut apprendre beaucoup de choses de la Chine, en particulier la façon d'améliorer la vie des pauvres. Après tout, la Chine a sorti plus de 600 millions de personnes de la pauvreté lors des trente dernières années.

J'espère donc que l'Occident cessera de passer son temps à faire des reproches à la Chine et tirera des leçons de l'expérience de la Chine sur différents sujets.

L'auteur est un savant finlandais.

 

Les commentaires sont fermés.