• Chine/Fête nationale : les sites touristiques accueillent un afflux de touristes

    001ec94a27150fefa32f01.jpg

    Le 28 septembre, des touristes traversent le désert Mingshashan de Dunhuang à dos de chameaux. À l'approche de la semaine d'or (nom donné aux sept jours de congé de la Fête nationale), la ville de Dunhuang (dans la province du Gansu, nord-ouest de la Chine) accueille une grande affluence de touristes. Les balades à dos de chameaux sont populaires auprès des touristes chinois et étrangers pour admirer les paysages naturels de l'Ouest.

    001ec94a27150fefa34303.jpg

    Le 27 septembre, des touristes visitent le site touristique de la cascade Hukou du fleuve Jaune à Linfen, dans la province du Shanxi (centre-nord de la Chine). Depuis le début de l'automne, en raison de l'augmentation des précipitations, la cascade Hukou a formé un ensemble de chutes d'eau. Cette scène magnifique attire de nombreux touristes venus des quatre coins du pays.

    Congés chinois : une manne pour les destinations touristiques étrangères

     

    Alors que certaines destinations touristiques peinent à attirer les visiteurs, des arrivées massives de Chinois sont attendues durant les congés de la Fête nationale, explique un think tank du secteur touristique.

     

    L'Académie chinoise du tourisme prévoit que 2,2 millions de touristes chinois voyageront à l'étranger durant la semaine de vacances qui débute le 1er octobre.

     

    Le nombre de touristes à destination de l'étranger devrait ainsi connaître une croissance à deux chiffres en glissement annuel, ajoute l'académie. Durant ces vacances, les voyageurs dépenseront en moyenne 950 dollars chacun, soit 2,1 milliards de dollars en tout.

     

    De plus en plus de Chinois choisissent de se rendre à l'étranger pour leurs vacances. Certaines destinations sont plus abordables qu'en Chine, tout en étant moins bondées, a indiqué le directeur de l'académie, Dai Bin, lors d'une interview avec la chaîne CCTV.

     

    Selon l'académie, les destinations préférées des Chinois pendant les vacances seront les Maldives, l'île thaïlandaise de Phuket, l'île de Bali en Indonésie, Hong Kong et la Corée du Sud.

     

    Cette popularité s'explique par des solutions d'hébergement de qualité et des services de détaxe pour les touristes chinois qui achètent des produits de luxe. M. Dai souligne également que ces destinations offrent de plus en plus de services en mandarin.

     

    L'afflux massif de visiteurs pendant les vacances permet également au secteur du tourisme de retrouver son élan perdu en raison des catastrophes naturelles et des troubles politiques.

     

    « Pour le mois d'octobre, nous avons enregistré un meilleur chiffre d'affaires sur les voyages à destination du Japon », indique Yao Yao, directeur marketing de l'agence de voyages pékinoise China Comfort Travel.

    M. Yao précise que le pays se remet progressivement des effets du tsunami dévastateur qui a frappé en mars les côtes nord-est du pays et endommagé une centrale nucléaire, causant des fuites radioactives. Cette amélioration constante a permis d'atténuer les réticences du public à se rendre au Japon.

     

    Dong Xiang, directeur adjoint du département tourisme émetteur de China Travel Service, explique que le nombre de touristes qui se rendront au Japon en octobre dépasse celui des trois mois précédents, mais qu'il est encore bien inférieur à ce qu'il était en octobre 2010.

     

    « Le marché ne s'est pas encore complètement rétabli », ajoute M. Dong. « Mais il a rebondi plus vite qu'anticipé. »

     

    L'Égypte, qui était autrefois la destination africaine la plus populaire auprès des Chinois, a également du mal à attirer les touristes. Ces difficultés ne sont pas dues à des catastrophes naturelles, mais à un climat politique extrêmement instable.

     

    Wang Di, directeur du département Afrique et Moyen-Orient de Beijing Tourism Group, avoue que vendre des voyages à destination de l'Égypte a été particulièrement difficile ces derniers temps.

     

    « Les clients pensent qu'il n'est pas sage de se rendre dans un pays sans gouvernement. »

     

    Malgré cela, M. Wang précise qu'au lieu d'abandonner leurs projets de voyage, les touristes se rabattent sur des destinations alternatives. En Afrique, cette tendance s'est révélée être une manne pour des pays comme le Kenya et l'Afrique du Sud.

     

    L'année dernière, le nombre de touristes chinois qui se sont rendus à l'étranger a atteint 57,39 millions, soit une croissance de 20,4 % sur un an, rapporte l'Administration nationale du tourisme de Chine.

     

    Selon l'Association des voyages de la région Asie-Pacifique, une association à but non lucratif, les voyageurs chinois qui se rendent à l'étranger dépensent chaque année 55 milliards de dollars. Il y a quinze ans, ce chiffre n'était que de 8 milliards.

     

    En 2010, la Chine est arrivée en quatrième position des pays dont les citoyens dépensent le plus lorsqu'ils voyagent à l'étranger.

    Les lignes ferroviaires devraient transporter 69 millions de passagers durant les congés de la fête nationale

    Les heures de pointe" du transport ferroviaire ont commencé mercredi, soit trois jours avant la semaine de congés de la Fête nationale. 69 millions de personnes devraient voyager en train pendant ces dix jours, a déclaré le ministère des Chemins de fer.

    Le nombre de passagers devrait enregistrer une hausse de 8,5% par rapport à l'an dernier avec une moyenne quotidienne de 6,9 millions de voyageurs du 28 septembre au 7 octobre, a précisé le ministère dans un communiqué publié sur son site Internet.

    Le pic de passagers est attendu pour le 1er octobre, Fête nationale, avec 8,5 millions de voyageurs prenant le train ce jour-là pour rendre visite à leur famille ou visiter des sites touristiques, selon le ministère.

     

     

     

     

  • Avec Tiangong -1 , la Chine affiche ses nobles ambitions

     

    Le lancement du premier module laboratoire spatial de la Chine, Tiangong -1, a attiré une attention générale dans le monde. Des appréciations objectives, des félicitations pour le progrès scientifique et technologique de la Chine et des intentions d'élargir la coopération avec la Chine sont des réactions normales de l'opinion mondiale. Mais il y a aussi des inquiétudes de ceux qui sentent que leur position favorable se trouve menacée.

    Ces inquiétudes proviennent naturellement des Etats-Unis. Un ancien directeur de NASA (National Aeronautics and Space Administration) a dit : « Ils (la Chine) sont nos rivaux en concurrence de force presque égale. Si nous ne serons plus considérés comme leaders du monde, je suis très inquiet pour l'avenir des Etats-Unis ».

    Il est impossible que le plus grand pays en voie de développement ait une force égale avec le plus grand pays développé. Même sous l'angle de la spécialité, l'exploration spatiale de la Chine n'a pas rapport avec la position des Etats-Unis qui prennent de l'avance dans ce domaine.

     

     

     



    Depuis toujours la Chine a de nobles ambitions d'apporter une plus grande contribution à l'Humanité. Même dans le passé, quand elle était arriérée et pauvre, elle n'a pas renoncé à ce grand idéal. En tant que grand pays, la Chine se développe tous azimuts. La Chine a son propre programme spatial et le lancement du module laboratoire spatial est tout à fait normal. La Chine attache une grande importance aux innovations scientifiques et technologiques et investira davantage dans ce domaine. La Chine pourrait encore réaliser de nombreuses autres percées dans le domaine de technologies de pointe.

    Pour observer la Chine, la possession d'une force réelle n'est qu'un aspect. Le plus important, c'est de voir sa manière d'appliquer sa force réelle. La Chine s'oppose fermement à l'extension de l'armement et de la course aux armements jusque dans l'espace. Cela est décidé par la stratégie chinoise qui consiste à ne jamais prétendre à l'hégémonie et à maintenir le développement pacifique.

    La Chine ne changera pas sa position de principe, celle d'utilisation pacifique de l'espace.

    Il y a 40 ans, le magasine américain « Newsweek » a publié un article sur la « diplomatie de Ping-pong ». Pour se terminer, cet article a cité les propos suivants d'un expert américain : « Les relations entre les Etats-Unis et la Chine ne pourront revenir dans la réalité que quand nous nous rendrons compte que la Chine a ses propres difficultés et nobles ambitions, comme les autres pays ». Ces remarques revêtent encore une importance pour l'heure actuelle.

  • La Chine annonce le succès du lancement du module Tiangong-1

     

    Le commandant en chef du programme chinois de vols spatiaux habités, Chang Wanquan, a annoncé jeudi soir le succès du lancement du module laboratoire spatial Tiangong-1. La Chinea lancé jeudi soir à 21H16 son premier module laboratoire spatial Tiangong-1 depuis le Centre de lancement de satellites de Jiuquan, dans le nord-ouest du pays.

     

    Le module inhabité, lancé par la fusée porteuse Longue Marche 2FT1, effectuera un amarrage spatial expérimental avec un vaisseau spatial plus tard cette année, ouvrant la voie à la Chine pour devenir le troisième pays au monde capable d'opérer une station spatiale permanente autour de 2020.

     

    Le président Hu Jintao et d'autres hauts dirigeants chinois ont observé le lancement de Tiangong-1 depuis le Centre de contrôle des vols spatiaux basé à Beijing.

     

     

     

    Tiangong-1 restera en orbite de la Terre pendant environ un mois en attendant le vaisseau spatial inhabité Shenzhou-8. Une fois que le rendez-vous entre les deux engins spatiaux sera réalisé avec succès, ils pourront procéder au premier amarrage spatial à 340 km de la Terre.

     

     

     

     

     

     

    Après deux essais de procédure d'amarrage, Tiangong-1 attendra au cours des deux prochaines années Shenzhou-9 et Shenzhou-10, selon le programme de vols spatiaux habités de la Chine.

     

     

     

    Tiangong-1, avec un poids de 8,5 tonnes, une longueur de 10,4 mètres et un diamètre de 3,35 mètres, dispose d'une salle de 15 mètres cubes où deux ou trois astronautes peuvent vivre et travailler.

     

     

     

    Zhang Shancong, concepteur en chef adjoint de Tiangong-1, a annoncé à l'Agence de presse Xinhua (Chine Nouvelle) que le module transportait des caméras spéciales qui prendront des images hyperspectrales des vastes zones cultivées de la Chine pour détecter la pollution aux métaux lourds, les résidus de pesticides et les maladies végétales.

     

     

     

    Des expériences sur le nouveau matériau cristal photonique, difficiles à mener sur Terre, seront également effectuées dans le module, a-t-il ajouté.  

     

     

     

  • La Chine refuse que le Tibet soit utilisé pour s'ingérer dans ses affaires

    La Chine refuse que le Tibet soit utilisé pour s'ingérer dans ses affaires intérieures, a déclaré mercredi un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, après que le Département d'Etat américain a pressé Pékin de respecter les droits des Tibétains.
     
    "Nous sommes opposés à ce que tout pays ou toute personne utilise les questions liées au Tibet pour s'ingérer dans les affaires intérieures de la Chine et miner (sa) stabilité sociale et (son) unité ethnique", a déclaré le porte-parole, interrogé sur la déclaration la veille du Département d'Etat.
     
    "Le gouvernement chinois protège les droits légaux et les intérêts des minorités ethniques", a assuré Hong Lei.

    Mardi, le Département d'Etat américain s'était dit "gravement préoccupé" après l'immolation de deux bonzes tibétains la veille au monastère de Kirti, situé dans la province du Sichuan (sud-ouest).

    Alors ,c'est pour le moins comique que la nation qui utilisa l'"agent orange" sur des populations innocentes se préoccupe du sort de deux allumés qui n'ont même pas réussi leur tentative de partir en fumée. Ah la propagande!!!

    Le Département d'Etat a également enjoint à la Chine, dans un communiqué, d'autoriser les journalistes comme les diplomates à observer la situation au Sichuan où les habitants d'ethnie tibétaine accusent Pékin de répression.

    Et bien , je donne raison aux autorités chinoises . A quoi cela servirait de laisser venir quelques journaleux occidentaux qui de toute façon opteront pour des reportages propagandistes négligeant totalement la réalité des faits. Si jamais une voix discordante devait s'élever , elle serait vite étouffée et plongée dans l'oubli. Il n'y a qu'à voir les premiers reportages et témoignages venant d'occidentaux qui étaient sur place quand ont éclaté les troubles au Tibet en 20008.

    Des témoignages faisant état d'exactions commises par des voyous tibétains qui attaquèrent tout ce qui était d'ethnies chinoises différentes des Tibétains (Han ,Hui, Ouïghours, Qiang ou autres) . Ces témoignages qui mettent en cause des partisans de dalai lama qui pillèrent , brûlèrent et assassinèrent d'innocentes  victimes ont comme par hasard tous disparu pour laisser place aux déclarations mensongèrent des organisations séparatistes et terroristes tibétaines qui trouvent des relais à Londres ou à New York. Alors que les journalistes restent où ils sont

    "A la lumière des doléances continues exprimées par la population tibétaine de Chine, nous pressons à nouveau les responsables chinois de respecter les droits des Tibétains", de revenir sur "des politiques qui ont crée des tensions dans des zones du Tibet et de protéger l'identité religieuse, culturelle et linguistique unique des Tibétains", est-il écrit dans le communiqué du Département d'Etat.

    Le Département se contente de redites , de tous les poncifs des organismes à la solde du vieillard  de Dharamsala. Toujours la même propagande, toujours les mêmes mensonges.

    Cette campagne propagandiste dure depuis plus de 50 ans et quand une voix essaie de sortir la vérité , elle est étouffée , n'ayant pas accès à la notoriété .

    Dès que l'on veut faire connaître la vérité et que l'on parle de la Chine , on s'oppose à un mur et on est victime d'ostracisme.

  • Deux moines sauvés d'une immolation par le feu dans le sud-ouest de la Chine

    Voilà ce qui arrive quand on laisse de jeunes imbéciles jouer avec des allumettes.

    Je n'aime pas traiter des "faits divers" , mais puisque les services de propagande de la clique de l'aigrefin de Dharamsala en font une affaire d'état et que le département d'Etat américain y va de sa petite rengaine , voici mon sentiment sur ce lamentable fait dont pinochio-lama porte une grande part de responsabilité.

    Deux moines ont été sauvés de leur tentative d'immolation par le feu lundi dans la province du Sichuan (sud-ouest de la Chine), selon les autorités locales.

     Les deux moines ont été sauvés par la police peu après qu'ils se sont mis le feu à environ 11h22 dans le district d'Aba de la préfecture autonome tibétaine et Qiang d'Aba et ont reçu des soins médicaux à temps, a indiqué le gouvernement du district dans un communiqué.

    Les deux moines souffrent de quelques blessures légères et sont dans un état stationnaire, ont déclaré les médecins.

    La police a ouvert une enquête sur leur tentative d'immolation.

    Tels sont les faits , pas de quoi fouetter un chat.

     

     

    Un enfant fait une pause dans la cour de son école à Tawang, dans l'Etat indien de Arunchal Pradesh où le dalai-lama a créé plusieurs écoles pour les enfants tibétains en exil.

     

    bouddhiste-enfant-pistolet-jouet

     

    Ce qui me parait stupide , c'est que l'on attente à ses jours pour des idées , ce qui soit dit en passant est contraire à la pensée bouddhiste. Mourir pour des idées , pas question , vivons pour les honorer et les faire connaître. Et honte à ce dalai lama qui laisse se répandre  et couvre des actes contre nature simplement pour asseoir sa fausse notoriété.


    Cette strophe de Georges Brassens me fait penser au moine- conspirateur

    Les saint jean bouche d'or qui prêchent le martyre
    Le plus souvent, d'ailleurs, s'attardent ici-bas
    Mourir pour des idées, c'est le cas de le dire
    C'est leur raison de vivre, ils ne s'en privent pas
    Dans presque tous les camps on en voit qui supplantent
    Bientôt Mathusalem dans la longévité
    J'en conclus qu'ils doivent se dire, en aparté
    "Mourrons pour des idées, d'accord, mais de mort lente
    D'accord, mais de mort lente"

  • Chine : pourquoi le dalaï lama s'inquiète-t-il de sa réincarnation

    Le 14e dalaï lama a déclaré samedi qu'il déciderait s'il doit se réincarner quand il aura "environ 90 ans" et que la Chine n'aura rien à dire à ce sujet.

    On pourrait espérer qu'il nous quitte plus tôt car avec ses grimaces il nous casse drôlement les pieds. Mais comme on dit que ce sont toujours les meimlleurs qui partent les premiers , pas de doute , il est là pour encore longtemps à distiller ses mensonges et pomer du fric aux bobos.

    S'il doit se réincarner, il laissera des instructions écrites claires sur le processus, a affirmé le dalaï lama dans un communiqué à l'issue d'une réunion avec les leaders des quatre sectes tibétaines.

    "En dehors de la réincarnation reconnue par de telles méthodes légitimes, aucune reconnaissance ni acceptation ne devra être accordée à un candidat choisi à des fins politiques, y compris ceux de la République populaire de Chine", a-t-il indiqué.

    Le dalaï lama a évoqué le sujet de sa réincarnation à de nombreuses occasions au cours des deux dernières années.

    Chaque fois il a insisté sur les principes directeurs du choix de son successeur, bien que ses déclarations ne cessent d'évoluer dans la forme.

    Selon le dalaï lama, sa réincarnation peut être choisie de son vivant. Sa réincarnation pourra être désignée ou élue par une sorte de conclave papal, pourra être une fille, à l'intérieur ou même à l'extérieur de la Chine.

    La question a été évoquée presque chaque mois depuis que dalaï lama a transféré son rôle politique à Lobsang Sangay, le nouveau "Premier ministre du gouvernement en exil" en avril.

    Samedi, la dernière fois que la question a été soulevée, il a déclaré qu'il consulterait les spécialistes bouddhistes pour déterminer d'ici 14 ans si l'institution du dalaï lama se perpétuera.

    La réincarnation du Bouddha vivant a toujours suivi des règles historiques strictes et des rituels religieux, et tous les dalaï lamas ont été approuvés par les autorités centrales chinoises depuis 1653.

    Maintenant le 14e dalaï lama, impatient de transmettre ses aspirations d'"l'indépendance du Tibet", est prêt à défier ces rituels.

    Au cours des décennies qui ont suivi sa fuite de la Chine en 1959, le dalaï lama a profité de son rôle de moine politique, voyageant à travers la planète, recevant des honneurs et vendant ses revendications d'indépendance.

    Comme une star déchue, il a peur de perdre sa popularité, une perte personnelle qui ne porte pas atteinte à ses compatriotes tibétains, mais annoncera certainement l'éventuel échec de sa tentative séparatiste, une "cause"  perdue pour laquelle il a consacré la plus grande partie de sa vie.

    Par conséquence, il a poursuivi sa campagne politique même après avoir cédé son pouvoir politique en tant que chef du "gouvernement tibétain en exil".

    Le dalaï lama sait exactement pourquoi il est important sur la scène politique internationale et il lui est parfaitement égal d'être utilisé, de temps en temps, par certains Occidentaux voulant mettre la pression sur la Chine. Cherchant la célébrité et le pouvoir, il a dérogé aux commandements du Bouddhisme et utilisé sa religion comme un subterfuge pour un motif politique personnel.

    Le dalaï lama, à 76 ans, devrait suivre sérieusement les enseignements de Sakyamuni, fondateur du Bouddhisme et rechercher le dharma qui le libérera du cycle de la vie et de la mort, au lieu de s'inquiéter de sa réincarnation.

  • Quand Europe1 prend le ton de la propagande anti-chinoise

     

    Le 25 septembre , Europe 1 , la radio française que je n’écoute jamais mais qui fait parait-il une belle audience en France,  publiait sur son site web et diffusait la nouvelle : « Le Net indigné par la Fête du chien ». En fait Europe 1 relayait une information dont je vous ai fait part le 22 de ce mois et qu’a publiée le 24 , le « Quotidien du Peuple » , le plus grand tirage en Chine et qui est l’organe du Parti Communiste Chinois.

     

     

    Ceci est une nouvelle qui ne surprend pas les gens qui connaissent la Chine et les Chinois . Je connais des centaines de personnes en Chine , notamment dans les milieux de la banque , de la bourse , de l’armée et du journalisme et je puis vous certifier que personne de mon entourage n’a jamais touché et encore moins mangé de la viande de chien. Il en va ainsi pour des centaines de millions de chinois. J’ai même des amis chinois qui refusent de m’accompagner dans des restaurants coréens sous prétexte qu’ils débitent de la viande de chien , les coréens étant eux de fervents amateurs de cette viande. Si pour ma part je fréquente régulièrement les restaurants coréens en Chine , c’est parce qu’on y trouve  de l’excellent steack tartare , les Coréens étant les seuls en Asie à proposer du bœuf cru ,et je dois dire que je connais deux ou trois restaurants coréens à Shenzhen où leur steack tartare est excellent , même meilleur qu’en Europe.

     

     

    Devant la réaction et le courage d’un gouvernement qui tient compte de la réaction de milliers d’internautes et n’hésite pas à interdire une tradition vieille de 600 ans (voir mon article du 22 septembre) , on pourrait s’attendre à ce que l’article et le reportage de cette radio félicite le gouvernement chinois , et mettent l’accent sur le fait que les Chinois qui ont de plus en plus, comme en Europe , des animaux de compagnie les traitent avec amour et veillent au bien-être de leurs animaux de compagnie.

     

    Mais non , Europe1 a choisi le ton de la propagande et du commentaire orienté en laissant croire que la majorité des chinois non seulement mange du chien , mais est cruel vis-à-vis du meilleur ami de l’homme. De plus la conclusion de l’article en dit long sur mentalité anti-chinoise de la radio.

     

    Je cite Europe 1 : Le gouvernement inquiet

     Les dizaines de milliers de signatures virtuelles récoltées dans tout le pays, ont poussé le gouvernement chinois à interdire cette fête... et à s'inquiéter de l'influence grandissante des réseaux sociaux. Il n'est pas de bon ton en Chine de voir naître un début d'expression publique, même si celle-ci concerne les animaux.

     

    Voilà encore une conclusion honteuse car , je concluais justement mon article en soulignant que la Chine est le pays où il existe le plus grand nombre d’internautes et de bloggeurs . J’y précisais que le gouvernement central et les gouvernements locaux tenaient compte des avis des internautes pour modifier ou élaborer les lois. Photos à l’appui , je rappelais aussi que maintes fois , le Président de la République Populaire de Chine , Hu Jintao , et le Premier-ministre Wen Jiabao aimaient chatter et correspondre sur internet avec la population.

     

     

    En conclusion , j’en appelle à cette radio pour qu’à l’avenir , elle s’informe un peu mieux sur la Chine et soit objective en parlant de ce grand pays.

     

     

     

  • La Chine va investir 230 milliards d'euros dans l'économie verte

    China to boost green investment

    Zong Guoying (D), chef de la zone de Tianjin Binhai, montre aux visiteurs les nouvelles technologies lors de la deuxième en Chine  exposition Eco-city (Tianjin Binhai). [Photo de Jia Lei / pour China Daily]

    La Chine va investir 2 000 milliards de yuans (230 milliards d'euros) afin de promouvoir l'économie à faible émission de carbone au cours des cinq prochaines années, a rapporté dimanche le China Daily, citant Xie Zhenhua, vice-ministre chargé de la Commission d'Etat pour le Développement et la Réforme.

    Ces investissements permettront de réduire la consommation énergétique par unité de PIB de 16% d'ici à la fin 2015, par rapport au niveau de 2010, précise le journal.

    Entre 2006 et 2010, la consommation énergétique par unité de PIB a diminué de 19,1%.

     

    Selon Xie Zhenhua, la Chine va développer des projets d'économie circulaire, établir 100 bases de démonstration de l'utilisation globale des ressources et lancer des programmes pilotes à faible émission de carbone dans cinq provinces et pendant la période du onzième Plan quinquennal (2006-10), la consommation d'énergie par unité de PIB a diminué de 19,1 pour cent. Et les émissions de dioxyde de carbone ont été réduites d'environ 1,5 milliard de tonnes.

    À la fin de 2015, par unité de PIB la consommation d'énergie de la Chine diminuera de 16 pour cent par rapport à 2010, et la moyenne des entrées-sorties ratio pour les ressources devrait bondir de 15 pour cent, a souligné Xie .

    Il est estimé que près de 1,7 milliard de personnes supplémentaires se déplaceront vers les villes des pays  Asiatiques  et en Africains pendant les trois prochaines décennies.

    La réussite des villes chinoises, en particulier  Tianjin, dans le développement de basse consommation en carbone et l'éco-urbanisme, vont fournir des expériences précieuses pour leurs homologues dans les pays en développement, selon Lasse Gustavsson, directeur exécutif, de la conservation du World Wildlife Fund International.

    "Pour stimuler le développement bas en carbone,  Tianjin Binhai New Area alloue 200 millions de yuans chaque année pour encourager tous les projets types qui permetront d'améliorer l'économie d'énergie et la réduction des émissions», a déclaré He Lifeng, secrétaire du Parti de Tianjin Binhai New Area.

     
     

     

     

  • Cérémonie mortuaire du 2516e anniversaire de Zeng Zi au Shandong

     
     

    L'année 2011 est le 2516e anniversaire de Zeng Zi. Des dizaines de descendants du maître chinois se sont réunis au temple Zeng dans la province du Shandong pour lui offrir un sacrifice. Ce grand maître prônait le respect envers les parents il y a déjà plus de deux mille ans.

    Zeng Zi  , philosophe chinois  disciple de Confucius est né en 505 av JC et mort en 436 av JC  .

    Voici une anecdote selon Su Shi Jia Yu ( comment éduquer les enfants ) , livre de Zeng Zi .

    Un jour, alors que la femme de Zengzi sortait faire des courses, son plus jeune fils se mit à pleurer et demanda à aller avec elle. Elle le réconforta en disant, " Attends juste à la maison, je tuerai un cochon et je le ferai cuire pour toi. "

    A son retour, elle trouva Zeng zi se préparant à tuer le cochon. Elle l'arrêta précipitamment : " J'ai seulement dit ça pour le calmer. ". Zenzi dit, " Tu ne peux pas mentir à un enfant. Comme ils sont jeunes et n'ont pas d'expérience sociale, ils suivent ce que leurs parents leur disent. Si tu lui mentais aujourd'hui, tu lui enseignerais en fait à mentir à autrui de la même façon. Si une mère ment à son enfant, l'enfant ne l'écoutera plus. Est-ce là une bonne manière d'éduquer les enfants ? " Donc, Zhengzi tua le cochon et fit cuire le porc.

    L'histoire nous apprend que les parents ne devraient jamais mentir aux enfants. C'est parce que, étant les exemples les plus directs pour les enfants, tout ce que font les parents influencera significativement leur enfant. Un enfant suivra ce que les parents font. Par conséquent, les parents doivent être attentifs à comment ils se comportent devant leurs enfants. Cette histoire montrait aussi que Zengzi avait pleinement réalisé que les parents enseignent les enfants par leurs actions, et que les enfants peuvent être bien éduqués seulement suite au bon comportement des parents.

     

     

  • Pas à pas pour le développement des droits de l'Homme en Chine

    Un voyage de mille pas commence par un pas", a indiqué Pierre Bercis, président de l'organisation non-gouvernementale des Nouveaux droits de l'Homme (NDH) et membre de la Commission nationale consultative des droits de l'Homme, faisant référence au développement des droits de l'Homme en Chine.

    Lors d'une interview exclusive récemment accordée à Xinhua (Chine Nouvelle), M. Bercis a souhaité que les droits de l'Homme se développent plus rapidement en Chine et que le pays se situe "dans la locomotive des droits de l'Homme".

    Étant un grand pays avec une importante population, la Chine doit développer "pas à pas" les droits de l'Homme afin d'assurer une stabilité sociale, a suggéré M. Bercis lors du 4e Forum de Beijing sur les droits de l'Homme, qui se tient du 21 au 23 septembre.

    Selon lui, la Chine peut profiter des nouvelles technologies, telles que l'internet et la télévision, pour faire progresser le développement des droits de l'Homme.

    Pour le président de la NDH, chaque peuple doit décider de lui-même, pour lui-même et par lui-même, en fonction de ses traditions. "Notre seule exigence est l'application des droits énoncés dans la Déclaration des droits de l'Homme des Nations unies de 1948".

    M. Bercis a indiqué que les droits de l'Homme représentaient "les frontières de la démocratie" et qu'il fallait maintenant "repousser ces frontières, les repousser plus loin".

    Au cours du forum ayant pour thème "Traditions culturelles, valeurs et droits de l'Homme", M. Bercis a indiqué que les traditions culturelles sont une richesse qu'apporte chaque peuple à l'Humanité entière à tous points de vue, et sont à l'intelligence collective ce qu'est la biodiversité du monde animal et végétal depuis les origines. "Si l'on détruit ce pluralisme, on appauvrit la planète".

    "Je souhaite pour la Chine et pour la Russie, qui sont des pays qui ont voulu le progrès, qu'elles soient partenaires, qu'elles prennent leur responsabilité" sur le plan de la diplomatie internationale, notamment au sein des Nations unies, a-t-il noté.

    Cependant, pour aider les peuples des autres pays, "on ne doit plus, comme le font les Etats-Unis, tenter d'imposer par la force, par des guerres impérialistes, une vision uniforme, unique des droits de l'Homme", a ajouté M. Bercis.