12/08/2011

Un écrivain français tente de briser le "mythe Dalaï-Lama"

Maxime%20VIVAS%20Huma%20Paris%202005.jpg

"La retraite politique du Dalaï-Lama, c'est du bidon. Alors qu'il a annoncé depuis le mois de mars qu'il se retirerait de la vie politique, en août, il fonce aux Etats-Unis et il rencontre le président Obama. Et dans sa dernière interview du journal  Le Monde, il a donné son avis sur ce que doit être la démocratie en Chine. Est-ce que ce sont des gestes d'une personnalité religieuse ou d'un homme politique? Est-ce que ce sont des propos qui viennent d'un homme qui ne s'intéresse plus à la politique?"

C'est l'écrivain français Maxime Vivas, l'auteur de "Pas si zen: la face cachée du Dalaï-Lama" (Max Milo Editions), qui a posé ces questions lors d'une interview accordée vendredi à l'agence Xinhua. Livre que je vous ai présenté dans un article précédent.

9782315002900.jpg

 

Comme beaucoup de Français, M. Vivas a lu et entendu depuis belle lurette les informations presque identiques sur le Tibet (sud-ouest de la Chine) : occupation manu militari du Tibet, exil obligé du chef religieux, le peuple opprimé, invasion culturelle, etc.

Curieux de connaître ce qui se passe réellement sur le "Plateau du monde", Maxime Vivas s'est rendu, en 2010, au Tibet, avec quelques journalistes français.

"J'ai eu l'occasion de me rendre au Tibet en juillet 2010 avec quatre autres journalistes français. Ce que j'ai vu au Tibet ne correspondait pas à ce que je lisais dans la presse française ou dans les livres français. Les panneaux indicateurs sont écrits en tibétain, les temples et les monastères sont pleins, des centaines de mètres de drapeaux de prière sont tendus dans la magnifique campagne tibétaine, les gens font les prières de rue en se posternant et se redressant des centaines de fois à Lhassa, la religion est omniprésente".

Décidé à faire la lumière sur la réalité tibétaine, M. Vivas a pris le chemin de son enquête, en toute indépendance, sur la situation au Tibet et sur le Dalaï-Lama.

Le livre intitulé "Pas si zen: la face cachée du Dalaï-lama", fruit de son enquête, sera publié chez Max Milo Editions, le 18 août prochain.

"La mode en France est plutôt d'éditer en masse des livres qui font les éloges du Dalaï-lama, si bien que ce dernier a été mythifié auprès du public français", indique M. Vivas, ajoutant que dans les médias français, critiquer des hommes politiques ou des chefs religieux est permis. Mais il est hors de question de faire de même quand il s'agit du Tibet. Il semblerait que l'image de Dalaï-Lama ait été mythifiée et intouchable, fait-il remarquer.

Afin de briser ce "mythe", Maxime Vivas a découvert de nombreuses contradictions chez la personnalité du Dalaï-Lama, après avoir passé au peigne fin un luxe de documents portant sur les discours, les conférences, les interviews et les mémoires du chef religieux tibétain.

"Mon livre est écrit non pas sur la base des documentations des adversaires du Dalaï-lama, non pas des documentations des autorités chinoises, mais les informations que j'ai puisées dans les discours, les conférences, les interviews et les mémoires du Dalaï-lama, et aussi auprès de ses adeptes, de tous ceux qui l'ont bien connu et qui l'ont toujours soutenu. En me servant de ces documentations, j'ai mis en évidence les mensonges, les contradictions, les variations et une duplicité généralisée qui fait le sourire télégénique du Dalaï-lama en public, et qui n'a rien à voir avec ses comportements en privé", affirme l'auteur.

La lecture du livre de M. Vivas permet en effet de se rendre compte des contredits du Dalaï-Lama et des facettes claires de la réalité. Cela est sans l'ombre d'un doute un fait rare voire étonnant pour la vox populi en France.

"Le pacifisme du Dalaï-Lama est une légende. Le Dalaï-Lama est un guerrier. S'il est parti en Inde en 1959, c'est parce qu'il a déclenché une insurrection qui a  mal tourné pour lui. Il a même fait appel à quatre armées étrangères (le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Inde et Népal) pour venir chez lui, pour tenir tête à l'Armée populaire de Libération, pour préserver son pouvoir", rappelle l'écrivain français.

Sous le règne du Dalaï-Lama, le Tibet n'était nullement le paradis. D'après les mémoires du Dalaï-Lama, les serfs n'avaient pas de liberté personnelle et étaient écrasés sous le poids des travaux pénibles. Ils faisaient l'objet de cruelles sanctions, si jamais ils osaient afficher le moindre signe de désobéissance, relate-t-il.

"Dans ses mémoires publiés en 1963, il dit qu'il n'a pas eu le temps d'entamer la démocratisation du Tibet avant d'être forcé à quitter la région, mais il a eu le temps de penser à construire un autre palais", dit M. Vivas, avec une pointe d'ironie.

"Depuis son installation à Dharamsala en 1959, il dit tantôt qu'il veut l'indépendance, tantôt qu'il veut l'autonomie, tantôt qu'il ne veut rien du tout, qu'il veut même rester dans le cadre de la Chine. Il y a eu en 2008 une déclaration stupéfiante du Dalaï-Lama qui disait que jamais il n'a voulu séparer le Tibet de la Chine. Mais il a passé sa vie à dire le contraire", estime l'écrivain.

Maxime Vivas reconnaît qu'écrire un tel livre requiert du courage: il faut se libérer du carcan de la presse classique et défier l'image "mythifiée" du Dalaï-Lama. Il se dit prêt à reccueillir toutes les réactions dès la publication de "Pas si zen: la face cachée du Dalaï-lama", y compris des blâmes de lecteurs et même des diatribes de la presse.

"Pendant des siècles, on croyait que la Terre était plate. Mais un jour ou l'autre, la vérité finira par éclater au grand jour. La Terre est ronde", conclut l'écrivain français, l'air confiant.

Partout , les indications en tibétai , en chinois et parfois en anglais.

801315-961266.jpg

La bande des 4 , le monde se portera mieux quand tous les 4 auront passé l'arme à gauche.

12:08 Écrit par wang dans Actualité, Général | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : chine, tibet, dalai lama, propagande occidentale | |  Facebook | | |  Imprimer |

Commentaires

Les blogs sur la Chine se porteront mieux quand vous aurez passé l'arme à gauche ( ce qui ne saurait tarder )!

Écrit par : wumao | 12/08/2011

Répondre à ce commentaire

Eh ben, le parti womao commence à être présent sur les blogs étrangers?

Écrit par : apprendre le chinois | 16/08/2011

Je voudrais pas crever
Avant d' avoir connu
Les chiens noirs du Mexique
Qui dorment sans rêver
Les singes à cul nu
Dévoreurs de tropiques
Les araignées d' argent
Au nid truffé de bulles
Je voudrais pas crever
Sans savoir si la lune
Sous son faux air de thune
A un côté pointu
Si le soleil est froid
Si les quatre saisons
Ne sont vraiment que quatre
Sans avoir essayé
De porter une robe
Sur les grands boulevards
Sans avoir regardé
Dans un regard d'égout
Sans avoir mis mon zobe
Dans les coinstots bizarres
Je voudrais pas finir
Sans connaître la lèpre
Ou les sept maladies
Qu' on attrape là-bas
Le bon, ni le mauvais
Ne me feraient pas de peine
Si si si je savais
que j' en aurais l' étrenne
Et il y a z' aussi
Tout ce que je connais
Tout ce que j' apprécie
Que je sais qui me plaît
le fond vert de la mer
Où valsent les brins d' algue
Sur le sable ondulé
L' herbe grillée de juin
La terre qui craquelle
L' odeur des conifères
Et les baisers de celle
Que ceci que cela
La belle que voilà
Mon ourson, l' Ursula
Je voudrais pas crever
Avant d' avoir usé
Sa bouche avec ma bouche
Son corps avec mes mains
Le reste avec mes yeux
J' en dis pas plus faut bien
Rester révérencieux
Je voudrais pas mourir
Sans qu' on ait inventé
Les roses éternelles
La journée de deux heures
La mer à la montagne
La montagne à la mer
La fin de la douleur
Les journaux en couleur
Tous les enfants contents
Et tant de trucs encore
Qui dorment dans les crânes
Des géniaux ingénieurs
Des jardiniers joviaux
Des soucieux socialistes
des urbains urbanistes
Et des pensifs penseurs
Tant de choses à voir
A voir et à z' entendre
Tant de temps à attendre
A chercher dans le noir
Et moi je vois la fin
Qui grouille et qui s' amène
Avec sa gueule moche
Et qui m'ouvre ses bras
De grenouille bancroche
Je voudrais pas crever
Non monsieur non madame
Avant d' avoir tâté
Le goût qui me tourmente
Le goût qu' est le plus fort
Je voudrais pas crever
Avant d' avoir goûté
La saveur de la mort...

Écrit par : Jaimechine | 13/08/2011

Répondre à ce commentaire

Je voudrais pas crever
Avant d' avoir connu
Les chiens noirs du Mexique
Qui dorment sans rêver
Les singes à cul nu
Dévoreurs de tropiques
Les araignées d' argent
Au nid truffé de bulles
Je voudrais pas crever
Sans savoir si la lune
Sous son faux air de thune
A un côté pointu
Si le soleil est froid
Si les quatre saisons
Ne sont vraiment que quatre
Sans avoir essayé
De porter une robe
Sur les grands boulevards
Sans avoir regardé
Dans un regard d'égout
Sans avoir mis mon zobe
Dans les coinstots bizarres
Je voudrais pas finir
Sans connaître la lèpre
Ou les sept maladies
Qu' on attrape là-bas
Le bon, ni le mauvais
Ne me feraient pas de peine
Si si si je savais
que j' en aurais l' étrenne
Et il y a z' aussi
Tout ce que je connais
Tout ce que j' apprécie
Que je sais qui me plaît
le fond vert de la mer
Où valsent les brins d' algue
Sur le sable ondulé
L' herbe grillée de juin
La terre qui craquelle
L' odeur des conifères
Et les baisers de celle
Que ceci que cela
La belle que voilà
Mon ourson, l' Ursula
Je voudrais pas crever
Avant d' avoir usé
Sa bouche avec ma bouche
Son corps avec mes mains
Le reste avec mes yeux
J' en dis pas plus faut bien
Rester révérencieux
Je voudrais pas mourir
Sans qu' on ait inventé
Les roses éternelles
La journée de deux heures
La mer à la montagne
La montagne à la mer
La fin de la douleur
Les journaux en couleur
Tous les enfants contents
Et tant de trucs encore
Qui dorment dans les crânes
Des géniaux ingénieurs
Des jardiniers joviaux
Des soucieux socialistes
des urbains urbanistes
Et des pensifs penseurs
Tant de choses à voir
A voir et à z' entendre
Tant de temps à attendre
A chercher dans le noir
Et moi je vois la fin
Qui grouille et qui s' amène
Avec sa gueule moche
Et qui m'ouvre ses bras
De grenouille bancroche
Je voudrais pas crever
Non monsieur non madame
Avant d' avoir tâté
Le goût qui me tourmente
Le goût qu' est le plus fort
Je voudrais pas crever
Avant d' avoir goûté
La saveur de la mort...

Écrit par : Jaimechine | 13/08/2011

Répondre à ce commentaire

...

Écrit par : Jaimechine | 13/08/2011

Répondre à ce commentaire

Les gens sont mentis par les médias pendant trop long temps, enfin il y a un brave homme qui dit à tout le monde la vérité. Comme Giordano Bruno qui a été brûlé pour le soutien de l'héliocentrisme, pourtant c'est la pure vérité.

Écrit par : apprendre le chinois | 16/08/2011

Répondre à ce commentaire

Quand un commentaire est méprisant ou contraire aux règles de la bienséance dont je me suis engagé personnellement auprès de "Skynetblogs" , je le retire car je suis responsable des commentaires parait-il. Je n'en suis pas certain , mais je ne veux courir aucun risque pour des gens malveillants qui cachés derrière leur pseudo pensent se défouler sur internet.
L'article ci-dessus a été diffusé sur un grand nombre de sites chinois en français , je regrette qu'il ait peu d'écho en occident , mais enfin nous savons qu'en occident , il n'y a pas de censure (LOL) juste des omissions.
Ceux qui suivent mon blog savent que j'ai été parmi les premiers si pas le premier à présenter ce livre remarquable , voir mon article du 28 juillet.

Écrit par : Jaimechine | 17/08/2011

Répondre à ce commentaire

Merci pour ce commentaire que je vais transmettre à monsieur Vivas à qui il est adressé.

Écrit par : Jaimechine | 02/09/2011

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire