• Ban Ki-moon et Wen Jiabao au Forum du sommet de l'Expo 2010 de Shanghai

    Ban Ki-moon et Wen Jiabao prennent part au Forum du sommet de l'Expo 2010 de Shanghai

     

     

    SHANGHAI, 31 octobre (Xinhua) -- Le secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-moon et le Premier ministre chinois Wen Jiabao ont pris part dimanche au Forum du sommet en marge de l'Exposition universelle 2010 de Shanghai (Expo 2010).

    Quelque 246 pays, régions et organisations internationales ont participé à l'Expo 2010. C'est la première fois que l'Exposition universelle se déroule dans un pays en voie de développement.

    Wen Jiabao a qualifié l'Expo 2010 de "splendide", une édition qui a ajouté un chapitre glorieux à l'histoire de l'Expo.

    Qualifiant l'événement d'"ouvert d'esprit" et d'"inoubliable", Wen Jiabao a remercié, au nom du gouvernement chinois, toutes les personnes qui y ont pris part, qui ont soutenu et contribué à cette exposition.

    Depuis le 1er mai 2010, jour de l'ouverture de l'Expo 2010, plus de 70 millions de visites ont été enregistrées, battant un record dans son histoire. Pour la première fois, une Expo virtuelle a été lancée, ouvrant une nouvelle fenêtre pour les personnes voulant y participer.

    "Malgré la canicule et les pluies, ils (les visiteurs) ont attendu avec patience, faisant de longues queues pour être témoins de cet événement tant espéré... Grâce à cette participation considérable, l'Expo 2010 a véritablement permis de réunir les peuples du monde entier," a-t-il ajouté.

    D'une superficie de 6 km², le parc de l'Expo 2010 est devenu un village mondial où l'on peut non seulement admirer de rares trésors culturels du patrimoine mondial, tels que le chariot en bronze de la période des Royaumes combattants de Chine, la statue grecque d'Athéna et des chefs-d'oeuvre des impressionistes français, mais aussi goûter la quintessence de diverses cultures mondiales à travers plus de 20 000 activités culturelles.

  • STOP AUX INGERENCES DANS LA SOUVERAINETE JUDICIAIRE CHINOISE

    La souveraineté judiciaire chinoise ne souffre aucune ingérence

     

    chine_drapeau.jpg 

     

     

     

     

     

     

    Un porte-parole du Tribunal populaire supérieur de la municipalité de Beijing a exprimé vendredi sa forte indignation au sujet de l'attribution du prix Nobel de la Paix à Liu Xiaobo qui purge actuellement une peine de prison, indiquant que c'était une ingérence grossière dans la souveraineté judiciaire de la Chine.

    La Chine est une Nation gouvernée par la loi. Sa souveraineté judiciaire ne souffre aucune ingérence et la dignité de son pouvoir judiciaire doit être sauvegardée. Quiconque viole la loi chinoise doit être puni selon la loi, a souligné le porte-parole.

    "Les organes judiciaire chinois vont strictement respecter la loi chinoise et le verdict du tribunal en vigueur, afin que Liu Xiaobo purge sa peine", a-t-il affirmé.

    Le Tribunal populaire intermédiaire N° 1 de Beijing a condamné Liu xiaobo à 11 ans de prison pour subversion du pouvoir de l'Etat. Il a aussi été privé de ses droits politiques pour une durée de deux ans.

    "Liu Xiaobo a fait appel de la sanction auprès du Tribunal populaire supérieur de la municipalité de Beijing. Après l'audition de son appel, le tribunal supérieur a jugé que le verdict initial était basé sur des preuves factuelles et adéquates, et que la punition était adaptée à son crime", a expliqué le porte-parole.

    Les procédures du procès étaient conformes à la loi, et le droit de l'accusé à faire appel de la sentence a été complètement sauvegardé, a-t-il ajouté.

    Le tribunal supérieur a rejeté l'appel de Liu Xiaobo, et confirmé le jugement en première instance le 11 verdict 2010.

    Le porte-parole a précisé que Liu Xiaobo a violé l'Article 105 du Code pénal de la République populaire de Chine et qu'il a été reconnu coupable du crime d'incitation d'autrui à subvertir le pourvoir de l'Etat.

    Il a également affirmé que cette pratique judiciaire était en vigueur dans la plupart des pays du monde et conforme aux conventions sur le sujet des Nations unies qui permettent de punir en accord avec la loi tout comportement criminel susceptible de nuire au pouvoir étatique et au système social.

    "Nous nous opposons fermement aux critiques arbitraires et avec un double standard de certaines personnes sur le système judiciaire chinois", a souligné le porte-parole.

     

     

     

  • QUI FINANCE LIU XIAOBO ? PRIX NOBEL "DE LA PAIX"

    Qui est vraiment Liu Xiaobo ?

    Liu Xiaobo, qui a reçu le Prix Nobel de la Paix 2010, a récemment suscité l'intérêt des gens, qui ont envie de savoir un peu plus qui il est.

    Né en 1955, Liu a été ouvrier dans sa jeunesse. Il a ensuite décroché son diplôme universitaire en 1984, et a commencé à travailler comme professeur à l'Université Normale de Beijing. Il a eu son doctorat en 1988, et a commencé à attirer l'attention quand il a critiqué certaines personnes célèbres.

    Dans un entretien accordé à un éditeur basé à Hong Kong, Liu a dit que la tragédie du peuple chinois n'était pas due à « quelques célèbres empereurs », mais à « chaque Chinois », puisque ce sont les Chinois qui ont créé un système qui a causé leur propre tragédie.

    Liu a dit que la Chine aurait besoin d'être une colonie pendant 300 ans avant de pouvoir connaître un « réel changement ». Puis il a dit ensuite que les niveaux de connaissance n'avaient rien à voir avec les diplômes universitaires et que la plupart des étudiants d'université et des diplômés d'université étaient des « déchets ».

    Liu montre beaucoup de respect pour le système politique, économique et culturel de l'Occident, et en a fait l'éloge. « Que vous m'appeliez traitre ou patriote, je m'en fiche. Si vous dites que je suis un traitre, alors oui, j'en suis un. Je suis le fils ingrat qui viole les sépultures de ses ancêtres, et je suis fier d'être ce genre de fils », a-t-il dit.

    D'après Liu, les Chinois « sont complètement faibles, tant physiquement que psychologiquement », et « n'ont aucune créativité ». Il pense que cela est dû à « la race ».

    Liu a dit aussi qu'il avait honte d'être Chinois, et que si son anglais était meilleur, il couperait les ponts avec la Chine. Il a même honte de mentionner le mot « Chine ». Il a même dit que la Chine devrait être divisée en dix-huit régions.

    Après les graves troubles politiques de 1989, Liu a été arrêté par la police pour ses activités agitatrices. Il a argumenté avec la police, puis écrit une confession dans laquelle il a exprimé ses regrets et souhaité d'être « utile à la Nation et au peuple ». Du fait de sa bonne attitude, le gouvernement lui a épargné une sanction pénale. Mais hélas, Liu est retourné dans ses travers dès 1991, et a pour cela été envoyé dans un camp de travail.

    Payé par des étrangers

    Au milieu des années 1990, Liu Xiaobo a commencé à travailler pour le magazine Chine Démocratique, financé par la « Fondation Nationale pour la Démocratie », dont les fonds proviennent du gouvernement américain, et a été payé régulièrement. Aboluowang.com, un site d'information étranger, a publié un article disant que le salaire de Liu était de 23 004 Dollars US, soit 157 600 Yuans, d'après le taux de change de cette époque. Et même quand il était en prison, Liu recevait encore 13 000 Yuans chaque mois.

    En plus de cela, liu a gagné de l'argent en écrivant des articles pour des médias étrangers, critiquant le gouvernement chinois. Il a aussi gagné de l'argent en accordant des entretiens à des médias étrangers et en recevant divers « prix » accordés par les pays occidentaux. Sa vie semble plutôt confortable. Ainsi, un média étranger a-t-il trouvé son logement « décoré avec élégance, et l'étagère sur le mur est pleine de porcelaines de prix ».

    « Je ne suis pas comme vous, je ne manque pas d'argent. Les étrangers me paient chaque année, même quand je suis en prison », a-t-il dit à ses co-détenus.

    Liu s'est toujours proclamé comme étant un homme vertueux qui participe à un « mouvement des droits civiques », témoignant du sens de l'urgence, de la responsabilité et de la mission d'un citoyen chinois. Mais ses actes correspondent-ils bien à ses paroles ?

    Ne court-il pas plutôt après la célébrité ? « Même s'ils ne reçoivent aucune récompense matérielle, ceux qui ont le courage de dire la vérité sur les évènements publics majeurs se verront rendre justice, essentiellement de la part des Chinois de base et de la majeure partie de la société internationale, et ils acquèreront progressivement de la célébrité et de l'influence publique », a dit Liu quand il a reçu le soit-disant « Prix pour une Contribution Exceptionnelle en faveur de la Démocratie » en 2003. Liu n'a pas de mots assez durs pour son propre pays et sa propre Nation, et pour cela il est payé par l'Occident, et reçoit des prix comme « Prix des Droits de l'Homme », « Prix de Contribution à la Démocratie » etc.

    Liu ne court-il pas aussi après l'argent ? Sur ce sujet, laissons-le s'exprimer lui-même : « Voici les raisons pour lesquelles je fais des discours : d'abord, je me sens bien ainsi, ensuite j'ai besoin de gagner de l'argent. Je ne ferai pas de discours si je ne suis pas assez payé pour chaque heure pendant laquelle je parle. L'argent est une sorte d'auto-évaluation. Votre vie s'épanouit en fonction du montant d'argent que vous gagnez ».

    « Un jour, au Magasin de l'Amitié de Beijing, j'ai vu une bouteille de vin qu'on pouvait acheter pour 160 Yuans en foreign exchange certificate (ancienne monnaie autrefois réservée aux touristes étrangers). Je suis resté devant, me sentant faible et abattu. Bon sang!Je suis célèbre, mais je ne peux même pas m'offrir ne serait-ce qu'une bouteille de vin ». On voit bien là ce qui l'intéresse vraiment.

    Ceux qui connaissent bien Liu savant qu'il est extrême et arrogant. Il a pris part à la fondation d'une organisation illégale appelée 3Club des Ecrivains Chinois Indépendants3, pour former sa propre clique et faire pression sur les dissidents, se faisant ainsi pas mal d'ennemis au sein du cercle des « activistes chinois pour la démocratie » et a été poursuivi en justice aux Etats-Unis pour détournement de fonds. Avec pour résultat que de nombreux « activistes pour la démocratie » chinois de l'étranger ne l'apprécient guère.

    Une « Charte » contre la Constitution

    Liu, financièrement optimiste, travaille pour ses employeurs. Il n'a épargné aucun effort pour travailler pour les forces anti-chinoises de l'Occident depuis 2005, et rédigé la soi-disante « Charte 08 » en 2008. Par la diffusion de rumeurs et de calomnies, cette charte s'oppose à la dictature démocratique du peuple, au socialisme et à la structure unitaire de l'Etat, inscrits dans la Constitution chinoise. La charte incite aussi les citoyens à y adhérer, avec l'intention de modifier le système politique et de renverser le gouvernement. Les activités de Liu ont fait qu'il a franchi la ligne qui sépare la liberté de parole du crime.

    Cette soit-disante Charte 08 est totalement obsolète. Elle a été en grande partie copiée sur la « Charte 77 ». Elle est totalement contraire à la Constitution chinoise et à la loi chinoise actuelles, et elle se fait l'avocat du refus total du leadership du Parti et de l'actuel pouvoir d'Etat. La Charte tente de faire avancer le système politique à l'occidentale sous le couvert d'amendements constitutionnels, de semer la confusion dans l'esprit des citoyens, et elle soutient la pensée d'une « révolution violente ». son objectif final est essentiellement de renverser le leadership du Parti et le gouvernement actuel. Mettre ce genre de charte en application ne ferait pas seulement de la Chine une vassale de l'Occident, mais conduirait aussi à la destruction des progrès de la société chinoise et du bien-être du peuple chinois. Rien d'étonnant donc à ce que la charte ait été unanimement applaudie en Occident. En décembre 2008, Liu a été condamné à onze ans de prison et à deux ans de privation de ses droits politiques pour le crime d'agitation visant à renverser le gouvernement. Marionnette de l'Occident, Liu finira abandonné par le peuple chinois.
  • LES PROPOSITIONS DE WEN JIABAO

    La Chine publie l'explication du PM sur les propositions directrices sur l'élaboration du 12e Plan quinquennal

    Le gouvernement chinois a publié jeudi le texte intégral de l'explication du Premier ministre chinois Wen Jiabao sur une proposition qui jouera un rôle crucial dans la formation du développement du pays pendant les cinq prochaines années.

    Le document intitulé "Propositions du Comité central du Parti communiste chinois (PCC) sur l'élaboration du 12e Plan quinquennal (2011-2015) sur le développement économique et social de Chine", a été adopté lors de la cinquième session du 17e Comité central du PCC, qui s'est terminée le 18 octobre.

    L'explication du Premier ministre se concentre sur cinq parties, incluant le développement économique et social de Chine au cours des cinq dernières années, les principes directeurs et les objectifs du développement durant les cinq prochaines années, les tâches majeures dans le développement économique, dans l'amélioration de la protection sociale et de la subsistance du peuple ainsi que celles dans l'approfondissement de la réforme et de l'ouverture.

    Wen Jiabao a donné cette explication le 15 octobre à l'ouverture de la session du Comité central du PCC.

    Les propositions stipulent que le développement scientifique sera le thème du 12e Plan quinquennal, a indiqué le Premier ministre, en soulignant que c'est aussi la première fois que le plan quinquennal prend pour thème un tel sujet.

    Le concept de développement scientifique doit être appliqué dans tous les secteurs de la réforme, de l'ouverture ainsi que dans la modernisation, a-t-il ajouté.

    Selon lui, le Conseil des affaires d'Etat (gouvernement chinois) va rédiger un avant-projet du 12e Plan quinquennal, basé sur ces propositions. Cet avant-projet sera soumis à la délibération et à l'approbation lors de la session de l'Assemblée populaire nationale (APN, parlement chinois) en mars prochain.


    Des exportations à la demande intérieure

    La Chine va stimuler sa demande domestique et maintenir un développement économique équilibré

    La Chine va maintenir sa stratégie d'expansion de la demande domestique, en particulier de la consommation, et rechercher une nouvelle phase à la croissance économique, stimulée par la consommation, les investissements et les exportations, a-t-on appris d'un document officiel publié mercredi

    La Chine met l'accent sur l'expansion de la consommation intérieure

    La Chine va développer un mode de croissance porté à la fois par la consommation, l'investissement et les exportations, tout en améliorant ses structures d'investissement et en établissant un mécanisme à long terme pour stimuler sa consommation intérieure", précise le communiqué.



    L'innovation autonome et les industries émergentes stratégiques

    La construction d'un pays innovant

    Les 7 nouvelles industries stratégiques entre 2011 et 2015

    Selon ce document, ces industries porteront sur les nouvelles générations de technologies de l'information, l'économie d'énergie et la protection de l'environnement, les nouvelles énergies, la biologie, la fabrication d'équipements haut de gamme, les nouveaux matériaux et les voitures à énergies nouvelles.


    12e plan quinquennal : Shanghaï s'efforce de promouvoir l'industrialisation des hautes et nouvelles technologies


    Sont notamment ciblés les secteurs des véhicules à carburants alternatifs, des nouvelles énergies, des réseaux électriques intelligents et de l'internet des objets, a révélé Shang Yuying, directrice adjointe de la Commission sur l'économie et les technologies de l'information de la mairie de Shanghaï, lors d'un séminaire pour présenter les résultats des enquêtes sollicitées par les députés de la ville à l'APN (Assemblée populaire nationale).



    Le bien-être du peuple

    La Chine va relever le niveau de son seuil de pauvreté

    La Chine s'engage à réduire le fossé entre les riches et les pauvres de 2011 à 2015

    La Chine augmentera les revenus des habitants, promouvra l'emploi, élèvera le seuil du salaire minimum, assurera le paiement en temps des salaires aux travailleurs et renforcera le rôle des taxes dans la régulation des revenus excessifs, indique ce document.



    « faire un plus grand gâteau des revenus et bien le partager »

     Des percées historiques ont été obtenues dans la garantie et l'amélioration des conditions de vie de la population durant les cinq ans du 11e plan quinquennal », déclare Chi Fulin, directeur du Centre de recherches sur la réforme et le développement de la Chine à Hainan. « Par exemple, l'objectif d'égalisation des services publics de base dans les villes et les campagnes a été réalisé avec une année d'avance. Les frais de scolarité durant la période d'enseignement obligatoire ont été supprimés dans les régions rurales. Le niveau de vie de la population s'est réellement amélioré à travers l'augmentation des revenus, l'élargissement des garanties sociales et l'allègement du poids démographique », précise-t-il.



    Réduire l'écart entre urbains et ruraux, l'une des priorités pour « enrichir le peuple »

     Pour résoudre les problèmes de l'écart entre villes et régions rurales, il faut saisir un point essentiel. Si l'accent n'est mis que sur l'inégalité de richesse, il est difficile de résoudre la question de fond sur l'assimilation des travailleurs migrants aux citadins », analyse l'économiste Hua Sheng. « Actuellement, de grands efforts doivent être déployés pour réduire l'écart de biens entre les habitants urbains et ruraux, et élaborer des politiques macroéconomiques à ce sujet ».




    L'ouverture économique

    La Chine va s'ouvrir davantage vers le monde extérieur

    La Chine va optimiser sa structure du commerce extérieur tout en stabilisant et stimulant la demande extérieure à travers l'amélioration de la structure du secteur des exportations et le développement de la compétitivité en matière de technologie, de marque, de qualité et de services, précise le document.

    Les importations doivent aussi être encouragées afin de poursuivre un équilibre du commerce, maintenir un équilibre macro-économique et faire progresser la reconstruction de l'économie, selon le document.



    L'ouverture économique au cours du 12e Plan quinquennal


    De l'urbanisation à l'intégration des travailleurs migrants

    La Chine va mieux protéger les droits des travailleurs entre 2011 et 2015

  • TGV CHINOIS LE PLUS RAPIDE DU MONDE

    Le réseau ferré à grande vitesse chinois s'étend encore
     

    Deux trains à grande vitesse ont quitté simultanément la gare de Hongqiao à Shanghai et la gare de Hangzhou dans la province du Zhejiang mardi matin à 9h, inaugurant ainsi la toute dernière ligne ferroviaire chinoise à grande vitesse.

    Cette nouvelle ligne à grande vitesse entre ces deux villes de l'Est du pays constitue aussi la dernière étape en date dans les efforts de la Chine pour construire le réseau ferré le plus rapide du monde.

    Les trains mis en service sur cette ligne circuleront à une vitesse moyenne de 350 km/h, réduisant de 33 minutes le temps nécessaire à parcourir les 202 km, qui était jusque là de 78 minutes.

    Le prix d'un billet de première classe pour ce voyage comportant neuf arrêts est de 156 Yuans (23,4 Dollars US), tandis qu'un siège en seconde classe coûte 98 Yuans (9 euros).

    Cette nouvelle ligne porte la longueur totale du réseau à grande vitesse chinois à 7 341 km, le plus long du monde, et plus de trois fois plus grand que celui du Japon.

    Le mois dernier, la ligne à grande vitesse Shanghai-Hangzhou a étonné le monde lorsqu'un train a atteint la vitesse de 416,6 km/h lors d'essais, établissant un record du monde.

    « La mise en service de cette nouvelle ligne ferroviaire contribuera à réduire la pression sur la circulation dans la région du Delta du Fleuve Yangtsé », a dit le Ministre des Chemins de Fer Liu Zhijun lors de la cérémonie d'inauguration.

     



    Le Ministère prévoit que les passagers feront 3,05 milliards de voyages de ou vers le Delta du Fleuve Yangtsé en 2010, le chiffre augmentant jusqu'à 5,5 milliards en 2020.

    La Chine a pour objectif de faire de son réseau ferroviaire à grande vitesse le plus long du monde. D'après le Ministère, le réseau ferré chinois aura une longueur de 110 000 km d'ici 2012, dont 13 000 seront des lignes à grande vitesse.

    Ce plan comprend une ligne ferroviaire à grande vitesse entre la capitale, Beijing, et le centre financier du pays, Shanghai. Actuellement en construction, ce projet de 220,9 milliards de Yuans devrait ouvrir en 2012 et réduire le temps de trajet de moitié, à moins de cinq heures.

    De nombreux passagers du voyage inaugural de mardi entre Shanghai à Hangzhou ont été émerveillés par la vitesse du train.

    Ainsi de Zhou Caoying, âgée de 61 ans, qui a désigné avec enthousiasme le petit panneau affichant la vitesse de 356 km/h atteinte par le train. « Je me sens très fiere de cette réalisation de la Chine », a-t-elle dit.

    Mais ce progrès ne fait pas plaisir à tout le monde. Car avec le développement des trains à grande vitesse, les options pour des transports meilleur marché et moins rapides diminuent.

    Ainsi, une enquête menée par la plateforme d'enquête smmail.cn de Shanghai a montré que 84% des 2 500 personnes ayant répondu ont déclaré trouver le prix du voyage sur la nouvelle ligne à grande vitesse trop élevé, tandis que seuls 10% considéraient la grille des prix comme « juste et acceptable ».

    Le prix d'un billet de première classe sur un train régulier ne coûte que 64 Yuans (6 euros), soit à peine la moitié du prix de celui sur la ligne à grande vitesse, cela bien que le voyage ne demande que 33 minutes de plus.

    « Ca me coûtera 6 000 (575 euros)Yuans de plus par an si je prends le train à grande vitesse chaque fois que je voyage », a dit Wu Sheng, âgé de 26 ans, qui fait un voyage aller-retour entre Shanghai et Hangzhou toutes les deux semaines.

    « J'apprécie ce concept de train à grande vitesse parce que ça fait gagner du temps, mais le coût supplémentaire, pour un voyage aussi court, n'en vaut pas la peine », a-t-il dit.

    C'est un point de vue que partagent beaucoup d'agences de voyage proposant des voyages courts entre les deux villes. « Nous avons calculé les coûts avec soin, et il s'avère que ce n'est intéressant de prendre un train à grande vitesse que si le trajet entre les deux villes est long d'au moins 400 km », a ainsi précisé un membre du personnel de la Shanghai Travel Agency.

    80 trains font l'aller-retour chaque jour entre Shanghai et Hangzhou, dont 50 roulent sur des lignes à grande vitesse.

  • Pour une réforme politique étape par étape en Chine

      Le Quotidien du peuple souligne une réforme politique étape par étape

    Un article signé publié mercredi par le Quotidien du peuple indique qu'il faut procéder à la réforme politique étape par étape dans le cadre du système socialiste et sous la direction du Parti communiste chinois (PCC).

    L'article, écrit par Zheng Qingyuan, indique que la réforme politique chinoise doit être conduite en accord avec le développement économique, historique et culturel du pays.

    Cet article a été publié par le journal officiel du Comité central (CC) du PCC, après la clôture d'une réunion importante du PCC, lors de laquelle la nécessité d'une réforme politique a été soulignée.

    "De grands efforts seront déployés pour la restructuration économique, tandis que des efforts vigoureux et fermes doivent être faits pour promouvoir la restructuration politique," souligne le communiqué rendu public à l'issue de la 5e session plénière du 17e CC du PCC.
    Photo : Du peuple local accueilli la Flamme Olympique devant le portait de Deng Xiaoping
    L'article commence par noter que le type de système politique choisi par un pays "dépend de la volonté de la majorité écrasante de sa population, de ses conditions nationales spécifiques, ainsi que de son contexte historique et culturel."

    Il cite des remarques du dirigeant chinois Deng Xiaoping à propos de trois indicateurs clés pour évaluer le système politique d'un pays, à savoir : si la situation politique est stable; si le système peut promouvoir l'union du peuple et améliorer son niveau de vie; et si la productivité du pays peut être développée de façon constante.

    Depuis 1979, le PCC a proclamé une politique de réforme globale comprenant une réforme politique cohérente au cours des trois dernières décennies, indique l'article en ajoutant que la Chine a déjà obtenu pas mal d'expérience dans sa réforme politique.

    La Chine ne doit pas adopter aveuglement les pratiques occidentales dans sa réforme politique, notamment le pluripartisme et la séparation des pouvoirs, conclu l'article.

  • CANDIDATES DE MISS MONDE SUR UNE DES PLUS BELLES PLAGES DU MONDE EN CHINE

    Des candidates du concours Miss Monde sur la plage de Sanya
     

    Le 25 octobre, des candidates de la finale du concours Miss Monde 2010 se sont amusées sur la plage de la baie de Yalong à Sanya, profitant du soleil et du sable fin.120 candidates au total se disputeront le titre de Miss Monde 2010 lors de la finale qui aura lieu le 31 octobre à Sanya, dans la province de Hainan.

     

    Photo de Sanya prise le 23 décembre , température 28°

     

     

     

     

     

     

     

     

     

  • FMI :le total des quotes-parts des quatre pays constituant le bric : la Chine, l'Inde, la Russie et le Brésil augmentera jusqu'à 14,18%.

    La quote-part de la Chine dans le FMI va passer au 3ème rang mondial

    Selon le communique publié par le Fonds monétaire international (FMI) le 24 octobre, au cours de la réunion des ministres des Finances et des banquiers centraux des pays du G20 qui vient de se terminer à Gyeongju en Corée du sud, les pays participants sont parvenus à un « accord historique » sur la réforme de leur quote-part dans le FMI et plus de 6% des droits de vote passeront des pays développés aux nouvelles entités économiques et aux pays en voie de développement.

    Les chiffres ont révélé qu'après cette réforme, la quote-part que détiendra la Chine passera de moins de 4% à 6,19%. Ce qui placera la Chine au 3ème rang, avant l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne. Et le total des quotes-parts des quatre pays constituant le bric : la Chine, l'Inde, la Russie et le Brésil augmentera jusqu'à 14,18%. Mais ce pourcentage ne dépassera pas celle des Etats-Unis (17,67%). Les Etats-Unis demeurent le seul pays membre possesseur du droit de veto au FMI.

    Dominique Strauss-Kahn, directeur général du FMI, a dit que les 10 plus grands « actionnaires » du FMI sont les 10 pays ayant un poids important dans l'économie mondiale de nos jours. Outre les pays développés traditionnels : les Etats-Unis, le Japon, la Grande-Bretagne, l'Allemagne, la France et l'Italie, les 10 pays comprennent encore la Chine, l'Inde, le Brésil et la Russie.

      « En tant que le plus grand pays en développement et le pays dont la quote-part est la plus basse relativement, la Chine devra voir augmenter sa quote-part et son droit de parole dans le FMI », a dit M. Strausse-Kahn.

    Selon le Communiqué, les pays développés détiennent environ 60% des quotes-parts dans le FMI ; les pays émergents et les pays en voie de développement détiennent au total 40% des quotes-parts. Cette réforme des quotes-parts du FMI vise à faire passer une partie des droits de vote des pays développés aux pays émergents et aux pays en développement, des pays ayant le plein droit de parole aux pays qui manquent de droit de parole. Le FMI accomplira ce travail avant la réunion annuelle de 2012 sur ce sujet.

  • LA CHINE ET LA CONQUETE SPACIALE , OBJECTIF MARS

    La Chine procèdera à une exploration indépendante de Mars en 2013

    L'Institut de recherche sur la technologie spatiale de Chine a lancé un projet de technologie d'exploration contournant Mars, a-t-on appris du 3ème Forum chinois sur la technologie spatiale, vendredi 22 octobre.

    Les experts ont dit que la Chine a atteint un niveau relativement élevé en terme de capacité de charge, de précision de l'exploration et d'objectifs scientifiques, par rapport aux dispositifs d'exploration de Mars de l'étranger, tels que Mars Global Surveyor et Mars Odyssey.

    L'exploration chinoise de Mars, qui s'effectuera en même temps que l'exploration lunaire, sera inévitable pour améliorer la capacité de la Chine à explorer les grandes profondeurs de l'espace.

     


     

    Chine : la seconde sonde lunaire devrait avoir suffisamment de combustible pour retourner sur Terre
     
     


    La seconde sonde lunaire inhabitée chinoise, Chang'e-2 devrait avoir suivant les prévisions suffisamment de combustible pour retourner sur Terre, a déclaré mardi le concepteur en chef adjoint du Centre de contrôle aérospatial de Beijing (CCAB).

    Chang'e-2 a été placée en orbite lunaire par une fusée, et n'a corrigé sa trajectoire qu'une fois en passant de l'orbite terrestre à l'orbite lunaire. Il restera donc une grande quantité de combustible disponible après sa mission, a expliqué Zhou Jianliang, le concepteur en chef adjoint du CCAB.

    Zhou a expliqué qu'il y avait trois "destins" possibles pour Chang'e-2 après la fin de sa mission de six mois: alunir, voler vers l'espace profond ou retourner sur Terre. Le destin de Chang'e-2 sera décidé selon son état lorsque la mission est terminée.

    La fusée porteuse Longue Marche-3C a envoyé le 1er octobre la sonde Chang'e-2 dans l'espace depuis le sud-ouest de la Chine. La sonde a achevé sa décélération finale le 9 octobre et opère actuellement autour de la Lune sur une orbite placée à 100 kilomètres d'altitude

     

     

  • NOUVEAU GAZON EN CHINE ECONOME EN EAU

    La Chine développe un gazon plus économe en eau pour ses espaces verts

     

     

    HOHHOT, 22 octobre (Xinhua) -- La Chine a développé 30 variétés d'herbes résistantes à la sécheresse pour les espaces verts de ses villes.

    Yun Jinfeng, le président de la Société des prairies de Chine, a indiqué que les chercheurs de la région autonome de Mongolie intérieure (nord) avaient utilisé la bio-ingénierie transgéniques pour sélectionner des gènes issus de divers chiendents, de Lilium Concolor strictum (aussi appelée Morning Star Lily) et de deux types de lavandes.

    Environ 95% des graines de gazon en Chine (soit 10 000 tonnes par an) sont importées des Etats-Unis et des pays européens.

    "En comparaison avec les graines de gazon importées, les graines d'herbes domestiques s'acclimatent mieux à un environnement sec. Elles ont besoin de dix fois moins d'eau que les graines importées", a fait savoir Yun.

    "Les villes chinoises créent de plus en plus d'espaces verts, dont l'irrigation nécessite beaucoup d'eau", a rappelé Wang Linhe, un professeur à l'Université de l'Agriculture de Mongolie intérieure et un chercheur spécialisé dans les graines d'herbe.

    Selon lui, le gazon nouvellement développé n'a besoin d'être arrosé que trois fois par an, et il est capable de s'acclimater facilement à un environnement aride où les chutes de pluie ne dépassent pas 500 ml par an.