24/08/2010

LE MADE IN CHINA GAGE DE QUALITE

Les produits chinois montent sur la chaîne des valeurs
 
 
 
 
 

Le rythme d'industrialisation de la Chine se révèle être plus rapide que celui du Japon, et les produits chinois montent sur la chaîne des valeurs, d'après le PDG de Ernest & Young, James Turley, qui s'est exprimé lors d'un entretien par courriel avec Xinhua.

« Quand j'étais gamin, aux Etats-Unis, 'Made in Japan', ça voulait dire des produits manufacturés bon marché, à faible valeur ajoutée. Mais à l'époque où mon fils est né, le ‘Made in Japan' c'était devenu quelques-uns des tous meilleurs produits manufacturés de haute technologie du monde. Et ça, c'est arrivé en l'espace d'une génération. Le rythme d'industrialisation de la Chine, et sa montée sur la chaîne des valeurs, est allé encore plus vite que pour le Japon », a-t-il dit.

Le « Made in China » avance

Pour le patron de Ernest & Young, l'une des quatre plus grosses entreprises d'audit, il faudra du temps pour que le « Made in China » passe du bas au haut de la chaîne mondiale des valeurs, mais aujourd'hui, il y a des entreprises chinoises qui peuvent rivaliser avec n'importe qui s'agissant de techniques de fabrication, et il y en a de plus en plus chaque année.

Le PIB de la Chine a dépassé celui du Japon pour devenir la deuxième plus grande économie du monde, et on trouve le « Made in China » partout dans le monde, mais la faible valeur ajoutée des produits, le manque de marques de classe mondiale de technologie sont toujours un problème pour la Chine.

Dans le même temps, les exportations et les investissements chinois à l'étranger rencontrent, depuis ces dernières années, barrières commerciales et protectionnisme.

Et en dépit du rachat réussi de Volvo par Geely Auto, il y a eu un certain nombre d'échecs dans les tentatives de prise de contrôle par des géants chinois des ressources et par Huawei, leader des fournisseurs d'équipements de télécommunications en Chine, aux Etats-Unis.

Le gouvernement chinois a récemment fait de la publicité à l'étranger pour le Made in China, sur le thème « fabriqué en Chine, fabriqué avec le monde », afin de partager sa conception du gagnant-gagnant avec les autres pays.

D'après M. Turley, la façon dont la Chine et d'autres pays émergents et en développement sont en train de produire leurs propres entreprises de classe mondiale est l'une des grandes histoires de la décennie passée, et il devrait y en avoir de plus en plus dans les années qui viennent.

« Geely, par exemple, a été le vainqueur de notre concours 2009 'Entrepreneur de l'année' pour la Chine, et c'est un bel exemple d'une société en train de réussir ».

« La politique est parfois un facteur qui joue dans les acquisitions transfrontières, peu importe quelle frontière est franchie ou qui la franchit. Les entreprises chinoises acquérant davantage de sociétés à l'étranger, je suis sûr qu'elles vont devenir plus expérimentées pour gérer ce facteur. Mais je ne crois pas que ce soit devenu un risque majeur », a dit M. Turkey.

Ernest & Young est présent en Chine, à Hong Kong, depuis près de quarante ans, et a ouvert son premier bureau sur le continent chinois il y a trente ans. Elle compte actuellement plus de 9 000 employés en Chine. Afin d'étendre ses activités en Chine, elle vient également d'ailleurs d'inaugurer ce mois-ci un nouveau bureau dans le plus haut bâtiment de Chine, le Shanghai World Financial Center.

09:12 Écrit par wang dans Actualité, economie, Général, TECHNOLOGIE | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : made in china, shenzhen, geely, erhu | |  Facebook | | |  Imprimer |

Écrire un commentaire