• LES TIBETAINS ONT UN BEL AVENIR AU SICHUAN

    Les jeunes Tibétains profitent de l'enseignement professionnel gratuit pour s'assurer un bel avenir
     

    Zhaxi, qui était un demandeur d'emploi et vivait sans rien faire il y a un an, a beaucoup changé selon ses proches, après une année d'études à l'école secondaire professionnelle de rites de Chengdu, chef-lieu de la province du Sichuan.

    Originaire de la préfecture autonome tibétaine de Ganzi de la province du Sichuan, Zhaxi affirme que s'il n'allait pas de nouveau à l'école, il pourrait toujours cultiver la terre et faire paître un troupeau, vivre de sa force physique comme ses ancêtres.

    En effet, Zhaxi a profité de l'enseignement gratuit « 9+3 » pour les zones tibétaines lancé en septembre 2009 par la province du Sichuan. Grâce à ce programme, un grand nombre de jeunes Tibétains ont eu l'occasion d'aller prolonger leurs études dans des écoles nationales, pour maîtriser ainsi un savoir-faire utile.

    L'enseignement « 9+3 » veut dire que sur la base de l'instruction obligatoire de neuf ans, une éducation professionnelle secondaire de trois ans est offerte gratuitement aux enfants tibétains. Il s'agit d'une initiative de la province du Sichuan dans l'exploration du développement de l'éducation des régions peuplées par les ethnies minoritaires. En 2009, la province y a alloué 200 millions de yuans de fonds spéciaux.

    Les élèves tibétains sont dispensés des frais de scolarité à hauteur de 2 000 yuans par an, et au cours des deux premières années, se voient accorder une allocation de 3 000 yuans, 1 500 yuans la troisième année. De plus, ils reçoivent une subvention individuelle de 1 500 yuans pour les transports, le logement et les manuels, et 300 yuans consacrés aux vêtements d'hivers pour les nouveaux élèves. Par ailleurs, les élèves tibétains qui font des études dans des écoles professionnelles secondaires sont tous inscrits à l'assurance maladie des habitants urbains locaux.

    « Le programme ''9+3'' offre une voie sur mesure pour les enfants des familles agricoles et pastorales, et les aide à trouver un bon emploi », affirme Aduo, un paysan du bourg de Xinduqiao, dans le district de Kangding. À l'annonce du plan d'enseignement « 9+3 », il a tout de suite inscrit son enfant.

    À la rentrée automnale de 2009, plus de dix mille élèves tibétains issus des préfectures autonomes tibétaines de Ganzi, des ethnies tibétaines et Qiang d'Aba, ou de l'ethnie Yi de Liangshan, ont commencé leurs études dans 85 écoles professionnelles secondaires de dix-huit villes du Sichuan.

    Le manque de qualifications est à l'origine du retard économique des zones tibétaines de la province du Sichuan. « L'enseignement ''9+3'' vise non seulement à donner aux enfants tibétains une compétence professionnelle pour aider leurs familles à sortir de la pauvreté, mais également à former des personnes qualifiées pour les régions peuplées par les ethnies minoritaires », souligne Fu Ming, directeur du bureau de l'enseignement « 9+3 ».

    Les écoles professionnelles établissent des spécialités selon les besoins des zones tibétaines et du marché, comme l'électronique, le tourisme, la logistique, ou encore la réparation automobile.

    « Durant la troisième année, l'école recommande les élèves dans des entreprises pour faire un stage. L'école fait en sorte que chaque diplômé maîtrise un savoir-faire et trouve du travail », explique Tian Xiaogang, directeur adjoint de l'école professionnelle secondaire du district de Tianquan à Ya'an.

    À la rentrée 2010, plus de dix mille nouveaux élèves tibétains se rendront dans les écoles professionnelles de l'intérieur du pays. Selon leurs besoins, la province du Sichuan a établi cinq nouvelles écoles « 9+3 », avec de nouvelles spécialités comme la construction de ponts, la technique agricole, la confection, la formation d'infirmier, et l'enseignement des enfants, qui offrent de belles perspectives professionnelles.

  • LA GRANDE REUSSITE DE LA CHINE

    La Chine mérite le respect et ses réussites doivent faire l'objet d'une analyse rationnelle
     
    W020100205723559229198.jpg
     

    Le dernier numéro de « Die Zeit » (en français : Le Temps), un hebdomadaire allemand d'information et d'analyse politique qui paraît tous les jeudis, vient de publier un article sur une interview exclusive accordée le 7 juillet dernier par la Vice Ministre chinoise des Affaires étrangères Fu Ying à un journaliste de « Die Zeit ». Lors de l'entretien, Fu Ying a indiqué que la Chine a obtenu de remarquables succès et a fait de grands progrès au cours des trente dernières années, c'est pourquoi elle mérite qu'on la respecte et ses réussites doivent faire l'objet d'une analyse objective et rationnelle. Elle a insisté sur le fait que l'Occident ne doit surtout pas essayer de lui imposer ses propres critères.

     

     

    Madame Fu Ying a quitté son poste d'ambassadeur à Londres pour ses nouvelles fonctions de Vice-ministre des Affaires Etrangères tout en gardant son franc parler , marqué d'une grande sagesse et d'une grande intelligence. Ce qu'elle dit est une parole d'or qui s'adresse à ceux qui nient les progrès évidents de la Chine dans tous les domaines. Comment nier les progrès de la démocratie , de la liberté , de l'amélioration du niveau de vie de chaque Chinois devant cette révolution pacifique qui a propulsé la Chine parmi les grandes nations du monde depuis trente ans.

    La Chine qui doit résoudre le problème de la pauvreté due à des siècles d'exploitations par un pouvoir impérial sclérosé , l'exploitation honteuse et scandaleuse des puissances occidentales et d'un pouvoir national corrompu et à la solde des étrangers , a su grâce au Parti Communiste rétablir un ordre social , faire diminuer le nombre de pauvres et favoriser l'émergence d'une nouvelle classe moyenne et amener la prospérité depuis une trentaine d'années.

     

  • LE TGV CHINOIS EST LE PLUS SUR ET LE PLUS PERFORMANT AU MONDE

    Le réseau ferroviaire à grande vitesse chinois va doubler de taille d'ici 2012
     
     

    La Chine va dépenser 800 milliards de Yuans (120 milliards de Dollars US) dans le cadre d'un plan amibitieux visant à doubler la taille de son réseau ferroviaire à grande vitesse, a annoncé mercredi le Ministère des Chemins de Fer.

    Cette somme sera investie pour poser plus de 6 000 km de nouvelles voies ferrées à grande vitesse dans le pays, ce qui amènera la longueur totale des lignes ferroviaires à grande vitesse à 13 000 km d'ici 2012, a dit Yu Bangli, Chef économiste au Ministère des Chemins de Fer, lors d'une conférence de presse.

    La Chine abrite à l'heure actuelle plus de voies ferrées à grande vitesse -6 920 km, pour des trains circulant à des vitesses situées entre 200 et 350 km/h- que n'importe quel autre pays au monde.

    M. Yu a réfuté les allégations selon lesquelles ces dépenses massives feraient grimper le taux dettes-actifs du Ministère à 70% en 2012, contre 55% actuellement, comme un rapport de la banque chinoise Minsheng l'a laissé entendre cette semaine.



    « Je peux vous dire que notre bilan financier est très bon », a dit M. Yu, sans pour autant donner de chiffres concernant la dette.

    He Huawu, l'ingénieur en chef du Ministère, a de son côté déclaré que la Chine établirait un nouveau record en faisant rouler des trains à 380 km/h sur la ligne Beijing-Shanghai, qui doit être achevée avant 2012. Ce train circulant à 380 km/h a été développé par la Chine elle-même, en se basant sur une plateforme technologique importée.

    Il a également précisé que, en aucune manière, la Chine n'a « forcé » les entreprises étrangères à transférer leurs technologies de train à grande vitesse vers la Chine.

    Au contraire, la Chine a apporté sa pierre en innovant et en améliorant les technologies, a-t-il dit.

    Qui plus est, avec 946 brevets pour ses voies ferrées à grande vitesse, la Chine souhaite à présent exporter sa propre technologie à grande vitesse, et de nombreux pays, dont les Etats-Unis, la Russie, le Brésil et l'Arabie Saoudite, ont exprimé leur intérêt.



    D'après Zheng Jian, Planificateur en chef du Ministère, les avantages de la Chine résident en deux points. « Nous avons obtenu la maîtrise d'une série complète de technologies, et nous avons l'avantage en termes de temps et de coût pour la construction », a-t-il dit.

    Les principaux compétiteurs de la Chine sont l'Allemagne, la France et le Japon. La vitesse d'exploitation est de 320 km/h en France, tandis qu'elle est de 300 km/h en Allemagne et au Japon.

    « Les équipements, des trains aux voies et des systèmes de signalization aux systèmes d'alimentation en énergie, tous se sont montrés stables et fiables », a dit He Huawu, ajoutant qu'aucune victime n'a jamais été enregistrée dans le système de trains à grande vitesse chinois.

    Dans son dernier effort en date pour étendre l'influence de la Chine, le Ministère envisage de parrainer le congrès mondial des trains à grande vitesse, qui aura lieu à Beijing du 7 au 9 décembre prochain, avec l'organisateur, l'Union Internationale des Chemins de Fer.

    Plus de 1 500 experts, fonctionnaires gouvernementaux et entreprises devraient participer au congrès pour sa première édition en dehors d'Europe, a précisé He Huawu.



  • POUR LE RESPECT DES PROSTITUEES EN CHINE

    La Chine va interdire les « défilés de la honte » pour les prostituées
     

    La Chine va mettre fin à l'humiliation publique des prostituées, qui consistait à les faire défiler dans les rues, à la suite de controverses à propos de cas où des travailleuses du sexe avaient été exhibées en public.

    Le Ministère de la Sécurité Publique a ordonné en effet à la police de cesser de faire défiler les suspects en public et demandé aux services locaux d'appliquer la loi d'une « façon rationnelle, calme et civilisée », dit l'article.

    La prostitution est illégale en Chine, et la police utilise parfois des méthodes comme faire défiler les prostituées en public à titre de dissuasion. Cependant, des affaires récentes ont déclenché la polémique sur internet.

    Un peu plus tôt ce mois-ci, des médias locaux de la ville de Dongguan, dans la province méridionale du Guangdong, avaient ainsi publié les photos de deux prostituées présumées et de deux proxénètes qui avaient été arrêtés par la police. Les deux filles avaient été montrées marchant dans la rue pieds nus, menottées et attachées par une corde autour de la taille.

    Dans une autre affaire intervenue ce même mois, la police de Wuhan, capitale de la province du Hubei, au centre de la Chine, avait publié un avis public à propos d'une descente dans le milieu de la prostitution, où figuraient entre autres les informations personnelles des prostituées et de leurs clients.

  • LES JEUNES CHINOIS AMBASSADEURS DE LA CULTURE CHINOISE

    Xi Jinping appelle les jeunes d'origine chinoise à faciliter la communication entre les différentes cultures
     

    La diaspora chinoise a cette qualité que partout où elle s'installe , elle participe à l'enrichissement du pays ou de la contrée . La démarche des autorités chinoises est louable et je suis certain portera ses fruits , à savoir le rapprochement des cultures et des peuples.

    Le vice-président chinois Xi Jinping a appelé dimanche les jeunes d'origine chinoise participant à une tournée "A la recherche de la racine" à hériter des traditions de leurs ancêtres, à enrichir leur esprit en s'inspirant de l'histoire et de la culture chinoises pour faciliter la communication entre les différentes cultures.

    Devant plus de 6 000 jeunes gens d'origine chinoise venus de 51 pays et régions dont Hong Kong, Macao et Taïwan, Xi Jinping les a invités à promouvoir les échanges culturels.

    Il a encouragé les jeunes gens à participer activement à toutes sortes d'activités d'échanges culturels, à faire connaître la richesse de la culture chinoise à davantage de personnes et à devenir "ambassadeurs civils" de la Chine là où ils habitent.

    Xi Jinping a fait ces remarques dans un discours prononcé au Grand palais du Peuple lors de la cérémonie d'ouverture du camp d'été "Tournée 2010 en Chine à la recherche de la racine".

    Ce voyage permettra de faire reconnaître à ces jeunes gens un fort "sentiment de familiarité" pour leur pays d'origine et leurs liens du sang, ainsi que de mettre en valeur leur volonté d'hériter de la culture chinoise plusieurs fois millénaire, a indiqué le vice-président chinois.

    "La Chine est le seul pays au monde dont l'ancienne civilisation s'est transmise sans interruption pendant 5 000 ans. Ses traditions culturelles uniques constituent une richesse commune pour tous les Chinois à l'intérieur comme à l'extérieur du pays", a-t-il souligné.

    La Chine adhère toujours à la voie de "développement, paix et coopération" et continue à se dévouer aux progrès de la civilisation humaine, a-t-il déclaré.

    Depuis 1999, six camps d'été "Tournée en Chine à la recherche de la racine" ont été organisés avec succès par le Bureau du Conseil des Affaires d'Etat pour les Affaires des Chinois d'outre-mer et l'Association chinoise des échanges avec l'étranger. Durant les trois prochains jours, les jeunes gens vont visiter des sites historiques et pittoresques à Beijing et rencontrer des gens locaux.

  • LUSHAN , LA MONTAGNE ENIGMATIQUE

    Lushan, un mont de nuage

    Le site du mont Lushan, dans le Jiangxi, constitue l'un des foyers spirituels de la civilisation chinoise. Temples bouddhistes et taoïstes et hauts lieux du confucianisme, où enseignèrent les plus grands maîtres, s'y fondent harmonieusement dans un paysage d'une saisissante beauté dont s'inspirèrent d'innombrables artistes qui consacrèrent l'approche esthétique de la nature propre à la culture chinoise.

  • TREMBLEMENT DE TERRE DE TANGSHAN

    Chine : recettes record pour un film sur le tremblement de terre de Tangshan
     

    Les recettes de "Réplique" ("Aftershock" en anglais), un film portant sur le tremblement de terre de Tangshan en 1976, a totalisé plus de 160 millions de yuans (23,5 millions de dollars) depuis le début de sa projection en Chine le 22 juillet, a annoncé lundi l'Administration d'Etat de la radiodiffusion, du cinéma et de la télévision.

    Ce chiffre n'inclut pas les recettes des salles de cinéma IMAX. Il s'agit de la première fois qu'un film chinois est mis en scène en IMAX.



    Le film a généré plus de 100 millions de yuans trois jours après sa sortie, battant le record chinois du film "La fondation d'une république", dont les recettes aux guichets ont cumulé 100 millions en trois jours et demi en septembre 2009.

    "Réplique" a également battu un record en terme de recettes lors de la première d'un film chinois. Il a rapporté 36,2 millions de yuans le premier jour de sa projection.

    Le réalisateur du film, Feng Xiaogang, l'un des réalisateurs les plus connus en Chine, a indiqué lundi à l'agence Xinhua (Chine Nouvelle) que les recettes des guichets du film étaient proches de ce qu'il avait prévu, tout en se déclarant confiant qu'elles s'établirait entre 350 et 400 millions de yuans dans les deux prochaines semaines.

    Le film sur le séisme de Tangshan bat les records du box-office chinois
    A propos de son objectif de 500 millions de yuans, un seuil qu'aucun film chinois n'a jamais dépassé, Feng Xiaogang a admis que ce résultat dépendrait de la capacité du film d'attirer ou non trois à quatre millions de spectateurs supplémentaires durant les 20 jours après sa sortie.


     

     

     

  • RENCONTRE CHINE - UNION EUROPEENNE SANS TABOU

    La prochaine rencontre Chine-Union Européenne devrait aussi aborder des sujets qui fâchent
     

    Les fréquents conflits entre la Chine et l'Union Européenne sur le commerce, dont les lois anti-dumping et les déséquilibres commerciaux, devraient être abordés durant la rencontre entre les dirigeants de la Chine et de l'Union Européenne qui aura lieu au mois d'octobre prochain, d'après un haut fonctionnaire du Ministère du Commerce.

    « En plus de discuter de la crise de la dette actuelle en Europe, les dirigeants des deux bords devraient aussi avoir d'utiles consultations sur le commerce sino-européen et sa direction future », a dit Sun Yongfu, Directeur du Département des Affaires Européennes au Ministère du Commerce.

    M. Sun s'exprimait lors du Séminaire Chine-Union Européenne sur le Commerce et le Développement, qui s'est tenu le week-end dernier au Pavillon Belgique-Union Européenne, dans le Parc de l'Expo.

    D'après lui, le volume du commerce sino-européen allant en grandissant, les frictions devraient également augmenter.

    « Mais ce genre de problèmes peut être résolu par le biais de discussions amicales et de coopération entre les deux parties, car l'une comme l'autre sont en faveur d'un commerce libre et ouvert », a-t-il dit.

    L'Union Européenne impose des restrictions anti-dumping aux importations chinoises depuis quelques années déjà, mesures qui devraient devenir un problème de plus en plus important désormais, la Chine étant devenue le plus grand partenaire commercial de l'Union Européenne.

    D'après le Ministère du Commerce, à l'heure actuelle, l'Union Européenne compte plus de 50 mesures anti-dumping en vigueur contre la Chine.

    Et ces dernières années, le fort déséquilibre des échanges commerciaux entre l'Union Européenne et la Chine est également devenu plus visible.

    La Chine a cherché à traiter le sujet de son excédent commercial en croissance rapide en augmentant ses importations en provenance de l'Union Européenne, et en particulier depuis le début de la crise financière mondiale. Depuis lors, la Chine a envoyé six délégations de commerce et d'investissement en Europe, qui ont signé des accords pour une valeur de 23 milliards de Dollars US.

    Ces mesures ont montré leur efficacité, et le fossé commercial entre la Chine et l'Union Européenne s'est rétréci. Ainsi, l'excédent commercial de la Chine dans son commerce avec l'Europe s'est réduit de manière substantielle, passant à 108,52 milliards de Dollars US en 2009, soit une baisse de 32,3%. Les experts pensent que ce fossé va se réduire davantage encore en 2010.

    « Nos recherches ont démontré qu'une grande partie des excédents commerciaux de la Chine avec l'Europe est le résultat du développement économique des deux côtés, ainsi que des structures industrielles, des modèles commerciaux, de la sélection stratégique des sociétés internationales et de politiques diverses », a dit Zhang Yansheng, chercheur à la Commission Nationale du Développement et de la Réforme, le principal organisme de planification économique du pays.

    « La balance commerciale favorable de la Chine par rapport à l'Union Européenne, calculée par les règles actuelles de l'origine seule, ne saurait refléter pleinement les conditions réelles des bénéfices commerciaux et de l'équilibre commercial », a dit M. Zhang.

    D'après M. Zhang, la Chine et l'Union Européenne ont des relations de commerce complémentaires, et l'Union Européenne devrait traiter le problème du déséquilibre commercial de façon objective, sans exiger de la Chine de faire des concessions unilatérales.

    Lors du séminaire, fonctionnaires et experts de la Chine et de l'Union Européenne sont tombés d'accord pour dire que les bénéfices mutuels des relations commerciales entre la Chine et l'Union Européenne surpassaient les différences qui existent entre elles.

  • L'OUEST DE LA CHINE SE PORTE DE MIEUX EN MIEUX

    Les régions de l'ouest de la Chine en forte croissance économique
     

    Le produit intérieur brut (PIB) des régions de l'ouest de la Chine a augmenté de 13,5% sur un an en 2009, bien plus que le taux de croissance moyen de 9,1% du pays, indique samedi un rapport publié par l'Académie des Sciences sociales de Chine.

    Selon le rapport portant sur le développement économique des régions de l'ouest de la Chine, c'est la huitième année consécutive où ces régions enregistrent un taux de croissance à deux chiffres. Et ce, depuis le lancement il y a dix ans par le gouvernement central de la campagne de développement de l'ouest du pays.

    Le rapport attribue principalement cette croissance du PIB aux mesures visant à stimuler la demande intérieure et à l'augmentation des investissements malgré la crise financière mondiale.

    XINING,CAPITALE DU QINGHAI

    Cinq provinces, régions ou municipalités dans l'ouest ont connu une hausse de plus de 10% du revenu disponible des habitants en zones urbaines en 2009, et l'écart des revenus entre l'ouest et l'est de la Chine a commencé à s'amoindrir.

    Le revenu disponible annuel par habitant dans les zones urbaines des régions de l'ouest était de 12 971 yuans (environ 1 918 dollars) en 2008.

    Le développement économique des régions de l'ouest restant largement tributaire des ressources naturelles, davantage d'efforts sont nécessaires pour améliorer la capacité de ces régions d'assurer un développement durable, tout en établissant une industrie à faibles émissions de carbone

    LHASA EST L'EXEMPLE TYPIQUE DE LA REUSSITE DE L'OUEST DE LA CHINE

  • LA POPULATION DE BEIJING EGALE A DEUX FOIS CELLE DE BELGIQUE

    La population de Beijing approche des vingt millions d'habitants
     

    L'Assemblée Populaire Municipale de Beijing a révélé cette semaine que la capitale chinoise comptait désormais 19,72 millions d'habitants, ayant connu une croissance de plus de 3% ces deux dernières années.

    Les estimations précédentes avaient prédit que la population de la ville atteindrait ce niveau dix ans plus tard. En effet, d'après les directives sur le développement de Beijing entre 2004 et 2020 fixées par le Conseil des Affaires d'Etat, le nombre d'habitants permanents vivant dans la capitale aurait dû être limité en dessous de 18 millions jusqu'à la fin de 2020.

    Cependant, un rapport récemment publié par l'équipe de recherche et d'enquêtes de l'Assemblée du Peuple a montré qu'à la fin de 2009, quelque 12,46 millions de personnes vivant dans la capitale détenaient un « hukou » de Beijing (résidence permanente). 7,26 autres millions de personnes étaient des travailleurs migrants qui ont habité dans la ville pendant plus de six mois, et qui par conséquent sont aussi classifiés comme résidents permanents.

    Après avoir analysé les changements dans la population entre 2006 et 2009, l'équipe a découvert que la population de Beijing avait connu une forte croissance durant les quatre premières années du 11e Plan Quinquennal de Développement, principalement du fait d'une explosion de la population flottante.

    Les naissances ont contribué pour 482 000 personnes supplémentaires durant les quatre années passées, tandis que l'augmentation de la population flottante représentait 1,52 millions d'habitants de plus

     

    Beijing.jpg



    Le rapport pointe aussi le fait que la taille totale de la population flottante de la capitale aurait même pu dépasser les dix millions de personnes, si l'on avait pris en compte le personnel des forces armées déployé à Beijing, les travailleurs migrants non enregistrés et les personnes restant pour une courte durée.

    Cette croissance massive de la population de Beijing, essentiellement composée de jeunes adultes, joue un rôle important dans le développement bouillonnant de la ville. Mais malheureusement, disent les critiques, cela crée inévitablement une pression supplémentaire sur les ressources naturelles de la ville.

    Ainsi de Wang Jian, spécialiste de l'eau chez Green SOS, une ONG basée à Beijing, qui a déclaré que les réserves d'eau actuelles à Beijing ne peuvent suffire qu'à la moitié environ de ses habitants, et pas aux près de vingt millions de personnes qui vivent dans la ville.

    Cette explosion de la population ne pèse pas seulement sur l'environnement, mais aussi sur toutes les infrastructures de la ville, le système de services publics et la gestion de la société, disent les experts.

    Wu Shoulun, professeur à la retraite de l'Université Beihang, qui est également membre de l'équipe de recherche de l'Assemblée, a déclaré dans un article de presse que chaque aspect de la vie quotidienne des gens peut être influencé par cette immense population, car cela conduit à des logements très chers, du chaos dans les transports publics et des défis pour le système éducatif. Maya Reid, une Canadienne âgée de 25 ans, a remarqué la forte hausse de la population depuis qu'elle est arrivée à Beijing il y a quatre ans.

     

    m-place-tiananmen---beijing-visoterra-28609.jpg


    « Mon pays natal a une population totale de 30 millions d'habitants. Je ne dirai pas que nous pouvons trouver un siège dans le métro à chaque fois, mais au moins, ça n'a jamais été aussi bondé et vous pouvez toujours trouver un endroit pour respirer », dit Maya, qui prend chaque jour le métro de Beijing pour aller travailler.

    Les chiffres montrent que près de 32,3% des appartements commerciaux vendus entre 2005 et 2009 l'ont été à des personnes qui ne possèdaient pas de titre de résidence permanente à Beijing. Et en 2008, 40% des élèves présents dans le système d'éducation obligatoire à Beijing provenaient de la population flottante. Tout cela laisse suggérer que la population flottante grossit massivement.

    « Il est temps que le gouvernement songe à un contrôle de la population digne de ce nom », a dit mercredi le professeur Wu au Beijing Daily.

    Son équipe a suggéré que le gouvernement change la structure industrielle actuelle de Beijing, par l'ouverture de davantage de sociétés de haute technologie et en attirant plus de personnes de niveau supérieur vers Beijing, plutôt que des ouvriers.

    Cependant, Mu Guangzong, professeur à l'Institut de Recherche sur la Population à l'Université de Beijing, a un point de vue différent.

    « Je crois que c'est le marché qui peut contribuer à l'ajustement de la population. Les personnes de niveau supérieur auront aussi besoin de quelqu'un pour les aider à tenir leur maison et faire d'autres choses », a-t-il déclaré jeudi.

    « Les personnes utiles à la société resteront, et celles qui ne le sont pas partiront probablement petit à petit ».

    D'après le professeur Mu, ce qui fait que Beijing attire davantage de personnes que les autres villes, c'est parce que la capitale est un meilleur endroit pour vivre que bien d'autres villes.

    « La racine est dans l'énorme différence de niveau de vie entre les grandes villes et les petits villages. Et cette différence s'accroit encore », a-t-il dit.

     

    tiananmen01.jpg