• CARREFOUR,TOUT VA BIEN ...EN CHINE

    Chine : Carrefour va ouvrir un magasin au Shanxi

    Le distributeur français Carrefour a annoncé la semaine dernière qu'il allait ouvrir son premier magasin dans la province du Shanxi, dans le nord de la Chine, ce qui portera le nombre de ses magasins à 159 dans la partie continentale de la Chine.

    Ce nouveau supermarché s'installera à Taiyuan, la capitale provinciale du Shanxi, et il sera équipé d'un matériel d'éclairage permettant d'économiser 25% d'énergie.

    Le supermarché se trouvera sur la Place Qianxishiji au centre ville de Taiyuan, où se trouve déjà un magasin Walmart.

    "Le supermarché occupera une superficie de 19 000 m² et entrera en activité au début de l'année prochaine. Il offrira 500 emplois aux habitants de la ville", a déclaré Gu Feiya, un responsable du groupe Carrefour pour la Chine.

    Le groupe Carrefour a déjà ouvert 15 000 magasins dans plus de trente pays et régions. Entré sur le marché chinois en 1995, il a connu une grande expansion et compte ouvrir plus de trente magasins chaque année dans la partie continentale de la Chine.
    Entrée du magasin

  • LA RUSSIE LOUE DES TERRES DE CULTURE A LA CHINE

    Le Heilongjiang loue des terres en Russie pour cultiver des céréales

    La province du Heilongjiang (nord-est) loue 426 667 hectares de terres en Russie pour y cultiver des céréales, a déclaré vendredi la commission provinciale de l'agriculture du Heilongjiang.

    Province située à l'extrême-nord de la Chine, le Heilongjiang partage une frontière de 3 038 km avec la Russie.

    La province coopère avec la Russie dans le domaine de l'agriculture, dont l'exploitation des terres, l'élevage des animaux et le traitement des produits agricoles, a fait savoir la commission.

    Mudanjiang, ville frontalière située dans le sud de la province, loue à elle seule 146 667 hectares de terres en Russie, en hausse de 42% sur base annuelle.

    Le Heilongjiang est la plus grande base de production de céréales alimentaires de la Chine et sa production céréalière a totalisé 43,5 milliards de kilogrammes en 2009.

  • ACCORDS ENTRE LA CHINE, LE JAPON ET LA COREE DU SUD

    Beijing, Tokyo et Séoul définissent une feuille de route pour la coopération dans la prochaine décennie

    13323013_11n

     

    JEJU (Corée du Sud), 29 mai (Xinhua) -- La Chine, le Japon et la Corée du Sud ont publié samedi un document définissant la feuille de route de coopération entre les trois parties dans les dix ans à venir.

    Le Premier ministre chinois Wen Jiabao, le président sud-coréen Lee Myung-bak eAt le Premier ministre japonais Yukio Hatoyama, se réunissant à la station balnéaire de Jeju, du sud de la Corée du Sud pour un sommet trilatéral annuel, ont convenu de renforcer la coopération trilatérale dans les domaines tels que l'économie, la sécurité, la protection de l'environnement et l'échange culturel.

    Les dirigeants des trois nations ont souligné qu'après avoir clarifié les objectifs détaillés et ceux à long terme en dix ans, toutes les parties ont besoin de concentrer les efforts pour promouvoir la coopération trilatérale à un nouveau plus élevé, afin de consolider davantage le partenariat, de profiter plus de la coopération à bénéfice mutuel dans tous les aspects et de renforcer l'amitié entre les peuples des trois pays.

    Les trois leaders se sont mis d'accord pour établir un mécanisme plus coopératif visant à accroître la confiance mutuelle stratégique, qui implique la création d'un secrétariat de coopération trilatérale en Corée du Sud en 2011 afin de faire face conjointement aux catastrophes naturelles, de discuter de la possiblité d'un mécanisme du dialogue défensif trilatéral pour renforcer les contacts de sécurité, de renforcer le dialogue politique et la coopération dans les affaires policières, et de promouvoir les échanges de gouvernements locaux entre les trois nations.

    En ce qui concerne la coopération pour l'économie durable et la prospérité commune, ils ont dit s'efforcer d'achever d'ici 2012 une étude de faisabilité conjointe sur l'accord de libre-échange trilatéral, lancée en mai 2010, et d'élargir le volume d'échanges commerciaux d'ici 2020 en faveur de la croissance économique et de l'intégration régionales.

    Les trois pays asiatiques devront également achever les négociations globales sur l'accord de l'investissement et offrir un environnement favorable à l'investissement afin de faciliter l'opération des entreprises dans la région, ont-ils indiqué.

    Entre-temps, ils ont réitéré l'importance de la coopération douanière, promettant de poursuivre la coopération dans les secteurs financier, scientifique et technologique, et de l'innovation.

    "Un système de commerce multilatéral ouvert, juste et libéralisé est non seulement favorable à la Chine, au Japon et à la Corée du Sud, mais aussi important pour le monde. Nous devons nous opposer à toute forme de protectionnisme afin de sauvegarder et consolider le système", selon le document.

    Sur la coopération dans la protection de l'environnement, les dirigeants ont souligné que les trois pays devront oeuvrer conjointement pour des réalisations au sommet sur le changement climatique prévu cette année en Mexique.

    Quant à la paix et la stabilité régionales, ils ont affirmé que la dénucléarisation dans la péninsule coréenne est propice à une paix durable, à la sécurité et à la prospérité économique de l'Asie du nord-est.

    Le sommet tripartite devra prendre fin dimanche.

  • lLA CHINE ET LA COREE DU SUD POUR UNE ZONE DE LIBRE ECHANGE

    Le Premier ministre chinois Wen espère un prompt lancement des discussions sur une ZLE avec la Corée du Sud

    13322088_21n

     

    SEOUL, 28 mai (Xinhua) -- Le Premier ministre chinois Wen Jiabao, en visite à Séoul, a indiqué vendredi que les négociations sur une zone de libre échange (ZLE) entre la Chine et la Corée du Sud débuteraient au plus tard cette année ou au debut de l'année prochaine dès la fin d'une étude de faisabilité.

    Wen a fait ces déclarations lors des discussions avec le président sud-coréen Lee Myung-bak au palais présidentiel à Séoul.

    "Lorsque l'étude de faisabilité menée par les gouvernements et les cercles académiques et industriels sera achevée avec succès, les deux pays pouront lancer les négociations sur la zone de libre échange Chine-Corée du Sud dans la seconde moitié de cette année ou au premier semestre de l'année prochaine," a indiqué Wen.

    A l'issue des discussions, Wen a assisté également à la signature de quelques documents de coopération, notamment un Protocole d'entente sur l'étude de faisabilité de l'accord de libre échange Chine-Corée du Sud.

    Wen a démarré sa visite en Corée du Sud plus tôt vendredi, la seconde du genre dans le pays depuis 2007. Lee a assisté à la cérémonie d'accueil de Wen et les deux personnalités ont discuté à l'issue des pourparlers d'une heure en groupe restreint.

    M.Wen a souligné le développement solide des liens commerciaux entre la Chine et la Corée du Sud, recommandant vivement aux deux pays de faire des efforts conjoints pour surmonter les difficultés causées par la crise financière mondiale et porter la coopération bilatérale à une nouvelle dimension.

    Il faut que la Chine et la Corée du Sud s'efforcent pour que le volume commercial atteigne l'objectif de 200 milliards de dollars d'ici 2012 et 300 milliards de dollars d'ici 2015, a déclaré Wen.

    13322088_41n

    Wen a également suggéré que les deux pays matérialisent leurs orientations de coopération commerciale à moyen terme et explorent de nouveaux secteurs de coopération commerciale, approfondissent la coopération dans les domaines comme la haute technologie et l'économie circulaire, combattent le protectionnisme commerciale, étendent les échanges commerciaux et entre jeunes, intensifient la coordination dans le cadre du Groupe des 20 (G20), assurent la promotion de la réforme du système de gouvernance économique internationale en vue de le rendre plus juste et plus rationnel.

    "La Chine soutient les efforts de la Corée du Sud pour accueillir le sommet du G20 dans la seconde moitié de cette année, " a affirmé Wen.

    Wen et Lee ont convenu de promouvoir davantage les relations sino-sud-coréennes de coopération et de partenariat stratégiques établies en 2008.

    La Chine et la Corée du Sud, deux pays importants d'Asie de l'Est, partagent de vastes intérêts, et la Chine accorde de l'importance aux relations avec Séoul, espérant que les deux nations pourraient améliorer la communication et la coopération pour qu'elles profitent aux deux peuples, renforcent la paix et la stabilité dans la région, a déclaré Wen.

    Les deux pays ont maintenu une coopération étroite dans le processus de gestion de la crise financière mondiale et ont sauvegardé les intérêts communs, a estimé Wen.

    Le président Lee a indiqué que la Corée du Sud et la Chine sont tous les deux engagés dans le développement des relations de coopération et de partenariat stratégiques et que leur coopération bilatérale a enregistré des progrès rapides dans divers domaines.

    Les deux pays, qui ont travaillé ensemble pour faire face à la crise financière et s'opposent au protectionnisme commercial, maintiennent le cap de la croissance commerciale bilatérale et apportent une contribution importante à la relance économique mondiale, a affirmé Lee.

    Il a indiqué que la Corée du Sud est disposée à travailler avec la Chine pour maintenir des échanges de haut niveau et le dialogue politique, renforcer le commerce bilatéral, accélérer la construction de la ZLE et accroître la coopération dans les secteurs comme l'énergie propre, la protection de l'environnement et le développement d'une économie verte.

    Lee a indiqué que la Corée du Sud travaillera en coordination avec la Chine dans des mécanismes multilatéraux tels que le G20.

    Lee a briefé Wen sur les résultats de l'enquête sur le naufrage de la corvette "Cheonan" et les considérations sur la façon d'aborder l'incident.

    Lee a espéré que la Chine jouera un rôle important pour faire avancer une vraie gestion de l'incident, et préserver la paix et la stabilité sur la péninsule coréenne.

    Wen a qualifié de malheureux le naufrage de la corvette sud- coréenne Cheonan. Il a indiqué que la Chine comprend les chagrins des familles éplorées ainsi que celles de ceux du peuple sud- coréen en général. Il a présenté des condoléances aux familles des victimes et au peuple sud-coréen.

    Le Premier ministre chinois a indiqué qu'en tant que nation responsable, la Chine prend serieusement note des résultats de l'enquête menée par la Corée du Sud et certains autres pays, ainsi que les réactions de toutes les parties.

    La Chine jugera de "façon objective et juste" et adoptera sa position sur la base des faits relatifs à l'incident, a indiqué Wen.

    La Chine est toujours attachée au maintien de la paix et de la stabilité sur la péninsule coréenne et a travaillé constamment dans cette optique. La Chine rejette et condamne tout acte qui nuit à la paix et à la stabilité sur la péninsule, selon Wen.

    Il a invité toutes les parties impliquées à rester calme et à faire preuve de retenue afin d'éviter une escalade de la situation. Des efforts spéciaux devraient être fournis pour éviter les conflits afin de maintenir la paix et la stabilité chèrement acquises sur la péninsule, a-t-il déclaré.

    Le dirigeant chinois a aussi demandé à toutes les parties de considérer les choses sur une longue perspective, de promouvoir le processus des discussions à Six afin de résoudre la question nucléaire sur la péninsule coréenne pour le bien d'une paix et d'une stabilité durables.

    La Chine espère que le gouvernement sud-coréen gèrera convenablement l'incident sur le naufrage du bâtiment de guerre, et maintiendra une étroite communication avec la Corée du Sud sur la question, a indiqué Wen.

    En plus de sa visite officielle en Corée du Sud, Wen assistera au sommet trilatéral Chine-Japon-Corée du Sud à Jeju, une station balnéaire du sud de la Corée du Sud.

    La Corée du Sud est la première étape de la tournée asiatique de Wen, qui le mènera aussi au Japon, en Mongolie et à Myanmar.

  • COREE , LA CHINE PLAIDE POUR LA PAIX

    Le PM chinois appelle toutes les parties concernées à prévenir la détérioration de la situation sur la Péninsule coréenne

    13322088_51n

    SEOUL, 28 mai (Xinhua) -- Le Premier ministre chinois Wen Jiabao a appelé vendredi toutes les parties concernées à prévenir une détérioration de la situation, notamment les conflits éventuels, dans le cadre des efforts visant à maintenir la paix et la stabilité sur la Péninsule coréenne.

    M. Wen, qui est arrivé vendredi matin à Séoul pour une visite officielle de trois jours, a fait ces commentaires lors d'une rencontre avec le président sud-coréen Lee Myung-bak.

    Toutes les parties concernées doivent adopter une perspective à long terme, promouvoir activement le processus des pourparlers à six avec pour objectif de régler la question nucléaire sur la Péninsule coréenne et parvenir à la paix et la stabilité durable sur la Péninsule, a souligné M. Wen.

  • LE CHINOIS A LA PORTEE DE TOUS (lien vers un skynetblogs littéraire

    http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/post/7919748/le-chinois---ce-n-est-pas-si-chinois-que-ca-

    Cliquez sur ce lien d'un blog skynet qui présente un livre pour apprendre le chinois.

    J'en remercie l'auteur

    Wang

    Bescherelle Le chinois pour tous

  • LE PAVILLON DE L'AFRIQUE A L'EXPO DE SHANGHAI

    Expo 2010 Shanghai : on ne doit pas rater l'occasion de visiter le Pavillon collectif de l'Afrique

    Entrée du Pavillon d'Afrique (Photographe: Li Zhijian)

    Le mercredi 19 mai 2010 à 9 h 43 à l'Expo 2010 Shanghai, le Pavillon collectif de l'Afrique a reçu son millionième visiteur et l'heureuse élue Zhang Gennuan a été accueillie à l'entrée par les 43 représentants des pays du pavillon collectif et a reçu des mains de Nadir Merah, président tournant du pavillon collectif et commissaire général de l'Union africaine, un sceptre plaqué or d'un mètre de haut.

    Un million de visiteurs qui se pressent pour « faire une promenade en Afrique » suffisent à démontrer amplement que le Pavillon collectif de l'Afrique qui regroupe les expositions de quarante deux pays africains et de l'Union africaine est en fait l'un « des points brillants et des centres d'attraction » de l'Exposition universelle de Shanghai. Avec une superficie de 26 000 m², soit 3,5 terrains de football, et les quatre façades ayant une surface totale de 9500m², la hauteur intérieure du pavillon atteignant 9 mètres, le Pavillon collectif de l'Afrique est le plus grand pavillon des onze pavillons collectifs de l'Expo 2010 Shanghai et également le plus grand et le plus important de toute l'histoire de l'Exposition universelle. Dès qu'on y entre, on a l'impression de flâner et de se complaire au doux spectacle du passé et du présent de la culture africaine.

    La réussite et le succès du Pavillon collectif de l'Afrique ont pour raison principale la conformité de celui-ci avec le thème de l'Expo Shanghai « Meilleure ville, meilleure vie » en présentant les caractéristiques particulières et les réussites des villes africaines. Le Soudan, qui a choisi le titre "Ville et paix", mélange l'architecture traditionnelle au sable doré du Sahara et rafraichisse cette architecture dans le plus pur style traditionnel soudanais en réunissant simplicité, raffinement et splendeur ; l'Ethiopie présente l'ancienne cité musulmane Harar dont les murailles hautes et majestueuses laissent une forte et lourde impression historique ; le Tchad laisse entrevoir le style architectural de la steppe du désert Sahel, ; le Cameroun choisit de présenter la maison d'un chef de tribu avec une cour intérieure ; et la République centrafricaine préfère montrer des maisons à toit rond revêtant un profond caractère du style de l'architecture traditionnelle africaine;

    F201005241713388956532123


    D'autre part, pour aider le monde extérieur, et surtout l'Occident, à rectifier ses méprises et ses erreurs sur l'Afrique, le Pavillon collectif de l'Afrique reflète et présente de façon véridique et approfondie les éléments de la culture africaine qui dispose de trois traits particuliers : long passé ; diversité et mille facettes ; et remplie de vitalité et de dynamisme. L'Afrique est en réalité le berceau du genre humain et la colossale sculpture à visages humains qui se dresse à la porte d'entrée du pavillon collectif – appelée « Sourire de l'Afrique » -- fait allusion en fait au visage tout souriant de la vieille grand-mère de l'être humain « Lucy ». Les danses et les chants frénétiques, pleins d'allant et débordants d'enthousiasme font partie de la vie quotidienne des peuples africains et c'est pourquoi on donne tous les jours, sur la scène dressée au centre du pavillon collectif, des représentations, des spectacles et des numéros artistiques vraiment merveilleux, admirables et magnifiques qui attirent beaucoup de spectateurs : exécution de l'orchestre du Mali, danses de l'équipe royal de l'Uganda, numéro exécuté par un village culturel du Kenya, danses du sabre du Djibouti, dans au masque du Togo, musique au tambour du Djibouti, danse à la musique du Cameroun, défilé de mannequins du Niger, … etc. Tout cela augmente l'envie des visiteurs et des spectateurs de recueillir encore plus d'informations, de données et de documents sur l'Afrique afin de pouvoir mieux la connaître.

    Enfin, le Pavillon collectif montre pleinement le respect envers l'Afrique. Ce palais a été construit et réalisé avec l'aide de la Chine qui a tout fait pour communiquer le mieux possible avec les pays africains quant au sujet et à l'exposition de chacun d'entre eux et de faire en sorte que ce soit une « assistance » et non pas une « substitution ». Le commissaire adjoint du stand d'exposition de la Côte d'Ivoire Camille a fait part de sa satisfaction à des journalistes en disant : « L'Afrique n'a jamais fait l'objet d'un tel respect ! »

    La Chine et les pays africains entretiennent depuis de longues années une amitié traditionnelle excellente et profonde alors qu'il existe certaines insuffisances dans leurs échanges culturels populaires. Les échanges culturels et le sentiment populaire constituent une base solide et importante pour le développement durable des relations sino-africaines. Les échanges et les inspirations réciproques sur le plan culturel, l'égalité et la confiance mutuelles sur le plan politique et la coopération double-gagnante sur le plan économique constituent le principal contenu du nouveau type de relations de partenariat stratégique entre la Chine et l'Afrique.

    L'Expo 2010 Shanghai durera six mois et il est prévu qu'une dizaine de millions de Chinois visiteront le pavillon collectif en question, ce qui permettra au peuple chinois d'approfondir énormément et considérablement ses connaissances sur les peuples africains et sur la culture africaine. Le maintien et la préservation de la diversité culturelle, ainsi que la poursuite et le développement des échanges et de l'apprentissage les uns après des autres sur le même pied d'égalité sont en fait la quintessence de l'idée du monde harmonieux préconisée par la Chine.

  • LA MONGOLIE INTERIEURE A L'HONNEUR A L'EXPO DE SHANGHAI

    Semaine culturelle de la Mongolie intérieure : les traditions autour du cheval à l'honneur

    F201005261600091485284263

    La semaine promotionnelle de la culture de la Mongolie intérieure a débuté le 24 mai au Parc des expositions et durera jusqu'au 28 mai. Il s'agit de la 5e semaine spéciale d'une province chinoise à l'Expo. Plusieurs maîtres de la région présenteront, durant la semaine, les techniques traditionnelles de fabrication artisanale, notamment d'instruments musicaux, de sculptures en bois, ou de sellerie.

    Le premier opéra moderne de Mongolie intérieure, « Le cœur d'amour » sera présenté chaque jour jusqu'au 28 mai, à 10 h et 15 h, sur la scène Baosteel de la zone Pudong du site de l'Expo.

    F201005261600091280517531

    F201005261600097758783161

     

    F201005261600092729112225

    F201005261600102420615941

  • UN TRAIN A SUSTENTATION MAGNETIQUE A 4000KM/h

    Un train à sustentation magnétique circulant à une vitesse fulgurante dans un tunnel sous vide

    Le quotidien « Shanghai Morning Post » rapporte que des spécialistes et scientifiques chinois et américains viennent de révéler que le train souterrain à sustentation magnétique, circulant dans un tunnel sous vide d'air – un nouveau type de moyen de transport dont la vitesse horaire minimum peut atteindre 4.000 kilomètres, dont la consommation de combustible est le dixième d'un avion de l'aviation civile et dont la pollution de bruit et de gaz usé ainsi que le taux d'accident sont près de zéro – n'est plus un rêve, car il pourra être réalisé dans un proche avenir. Circulant dans un tunnel sous vide d'air et soutenu a 2 cm du sol par un champ électromagnétique ce train aurait l'avantage de ne pas occuper d'espace en surface et il peut relier Beijing et Washington, en passant sous le Pacifique, en deux heures. Le voyage autour de la Terre en quelques heurtes seulement est devenu un objectif pour les scientifiques concernés qui pensent déployer tous leurs efforts pour pouvoir l'atteindre prochainement. A l'heure actuelle, la Chine est aux premiers rangs du monde quant aux recherches scientifiques et techniques menées dans ce domaine.

    La réalisation de ce moyen de transport à grande vitesse dans un tunnel sous vide nécessite la construction d'un tunnel complètement et totalement isolé de l'air de l'extérieur et il doit être absolument sous vide à l'intérieur, ce qui permettra la circulation sous vide de moyens de transport, dont le train à sustentation (lévitation) magnétique. Etant donné la disparition d'obstacle dû au frottement de l'air, le train peut circuler à une vitesse fulgurante et incroyable, ce qui peut diminuer considérablement la séparation de temps et d'espace de n'importe quel point de la surface de notre Terre vers un autre point. Vu que le tunnel est complètement étanche et hermétique, c'est pourquoi le train à sustentation magnétique peut circuler sous la surface de la mer et de l'océan, tandis que les intempéries n'ont aucun effet sur lui.



    Shen Zhiyun, qui est en même temps membre des « deux académies » (Académie des Sciences de Chine et Académie d'Ingénierie de Chine), a indiqué que la Chine doit fixer comme objectif principal la conception et le développement de moyen de transport à vitesse supersonique au sol dont la vitesse horaire atteindra 600 à 1.000 kilomètres. Il sera lancé à cet effet un programme à quatre phases dont la réalisation est prévue pour 2020 à 2030.

    Zhang Yaoping a été le premier à introduire en Chine l'idée de la réalisation du train à sustentation magnétique circulant dans un tunnel sous vide.

    Il a dit que les premiers du monde à à concevoir et à formuler l'idée de ce genre de moyen de transport à vitesse fulgurante sont des spécialistes et scientifiques américains de RAND Corporation (Research and Development) et de Massachusetts Institute of Technology.

    D'après lui, les technologies sont déjà mûres pour ce qui est de la réalisation de ce projet. « En réalité, les concepteurs et les chercheurs ont dès le début fixé quatre mille kilomètres comme vitesse horaire du fonctionnement normal de ce nouveau moyen de transport et la vitesse horaire de six mille cinq cent kilomètres comme objectif à atteindre à moyen terme. Ces derniers temps, a-t-il poursuivi, j'ai discuté de cela avec un savant accompagné de ses disciples. Il a suggéré que la vitesse théorique de limite du train à sustentation magnétique circulant dans un tunnel sous vide est proche de la première vitesse cosmique, ce qui veut dire qu'il est possible que la vitesse horaire de ce train atteigne théoriquement vingt mille kilomètres. »

    Il a conclu en disant que pour le moment, le seul besoin de ce projet d'études scientifiques c'est que l'Etat procède à la planification générale de la construction de la première ligne d'essai expérimental.

  • LES DEFIS DE LA CHINE

    De lourdes tâches s'annoncent à l'horizon pour la Chine

    F201005250946011892574744

    La Chine, dans ses efforts pour le progrès économique et social, se retrouve avec de nombreux défis sur les bras, d'une ampleur rarement vue, vient de déclarer lundi un haut responsable chinois.

    « Notre population compte 300 millions de personnes de plus que la population totale des 60 pays les plus riches du monde », a déclaré Li Changchun, membre du Comité Permanent du Bureau Politique du Comité Central du Parti Communiste Chinois.

    « Cela montre combien il est difficile pour nous d'atteindre la prospérité commune », a dit M. Li lors de l'ouverture du Forum Chine-Europe de Haut Niveau des Partis Politiques auquel participent plus de 50 dirigeants de partis européens.

    Bien que la Chine ait connu lors des dernières décennies une expansion économique rapide, environ 100 millions de personnes vivent toujours dans la pauvreté, selon les critères des Nations-Unies, a précisé M. Li. Le revenu par tête de la Chine est environ au 100e rang mondial, quand bien même le pays est déjà la troisième économie du monde, derrière les Etats-Unis et le Japon.

    Cependant, M. Li a aussi déclaré que la Chine avait acquis une expérience précieuse et développé une voie bien adaptée à ses propres conditions. Même après la crise financière, qui a secoué le monde en 2008, la Chine a redressé la tête avec des contre-mesures et son économie a connu une croissance de 8,7% en 2009.

    D'après M. Li, la Chine a aidé le monde à sortir de la tourmente financière, mais, a-t-il prévenu, le climat économique mondial demeure encore plutôt compliqué.

    La crise financière a enseigné à la Chine qu'elle devait transformer son modèle de développement, qui dépend fortement des exportations et des investissements, a-t-il dit.

    « Nous sommes déterminés à construire une civilisation écologique et durable en abandonnant l'ancien modèle. Le reste du monde, comme il l'a fait lors des décennies précédentes, bénéficiera des opportunités que ce changement apportera », a dit M. Li.

    D'après Reinhard Butikofer, Vice-président du Groupe des Verts au Parlement Européen, tant les pays en développement que les pays riches doivent changer le modèle de croissance.

    « Nous sommes à la veille d'une nouvelle révolution industrielle. Le concept de civilisation écologique que la Chine soutient peut nous conduire dans cette direction », a dit M. Butikofer.

    Wang Jiarui, ministre du Département international au Comité Central du PCC, a insisté pour que la Chine et l'Europe « dépassent leurs barrières idéologiques » et renforcent leur compréhension mutuelle, tout en reconnaissant que les différences sont inévitables.

    « Dans ce monde, personne ne peut résoudre les problèmes globaux tout seul, et tant qu'il y aura entre nous du respect mutuel, nous pouvons construire une relation saine », a dit M. Wang.

    Adrian Severin, Vice-président du Groupe de l'Alliance progressiste des socialistes et des démocrates au Parlement européen, a pour sa part dit que la Chine était, s'agissant de trouver des solutions aux problèmes mondiaux, prête à discuter avec le reste du monde.

    Citant la naissance de l'Union Européenne comme une prevue que l'Europe a tiré les enseignements des erreurs passées comme des conflits et des guerres, M. Severin a déclaré, au sujet de sa nouvelle voie de développement, que « la Chine peut apprendre de nos propres erreurs ».