• YVES LETERME ,PM BELGE , SE FELICITE DE L'ACHAT DE VOLVO PAR GEELY.

    L'achat par Geely de Volvo est un bel exemple de la mondialisation (le PM belge)

    BRUXELLES, 30 mars (Xinhua) -- Le Premier ministre belge Yves Leterme a qualifié, mardi à Bruxelles, l'achat du suédois Volvo Automobile par le constructeur automobile chinois Geely de "bel exemple" de la mondialisation.

    Dimanche dernier, un accord tripartite avait été signé en Suède sur la vente de Volvo Automobile par l'américain Ford à Geely pour 1,3 milliard d'euros. La Belgique constitue en effet la plus importante base de production de Volvo en dehors du territoire suédois.

    "Nous tirons résolument la carte de la mondialisation, et cette mondialisation, c'est l'achat par Geely de Volvo, c'est un bel exemple", a dit M. Leterme lors d'une interview accordée à Xinhua.

    "Geely a choisi Volvo pour renforcer sa position dans le marché européen, en particulier Geely choisit une importation belge très performante, c'est très positif", a-t-il ajouté.

    Après la signature de l'accord de rachat, le président de Geely, Li Shufu, a déclaré qu'il voyait Volvo comme un tigre.

    "Le coeur du tigre se trouve en Suède et en Belgique, mais sa puissance doit être projetée partout dans le monde et je vois la Chine comme un des marchés où Volvo doit montrer sa capacité à lâcher les chevaux ... C'est la philosophie de cet accord, nous voulons défendre nos marchés en Europe et aux Etats-Unis et développer Volvo dans les pays émergeants, surtout la Chine", a dit le patron du plus grand constructeur automobile privé en Chine.

    M. Leterme a souligné à cette occasion l'ouverture et la compétitivité de l'économie belge. Le fait que les investisseurs étrangers, dont chinois, s'intéressent aux industries d'assemblage d'automobiles en Belgique, "c'est un élément très positif, c'est la preuve de notre compétitivité", a-t-il ajouté.

    Le Premier ministre belge a noté la situation géographique de son pays, qui est une porte d'entrée vers l'Union européenne qui compte 450 à 500 millions de consommateurs avec un pouvoir d'achat très important, aussi bien que des mesures prises par le gouvernement belge pour attirer les investissements étrangers.

    Il a enfin souhaité qu'un investisseur puisse reprendre l'usine Opel de l'américain GM dans le port belge d'Anvers.

  • GEELY , VOLVO , 2 DESTINS.

    Parcours croisés de Geely et Volvo

    Au départ, Geely n'était qu'un fabricant de pièces détachées de réfrigérateur, avant de devenir le plus grand constructeur automobile privé chinois.

    La marque entre dans l'industrie automobile en 1997. Aujourd'hui, Geely détient 6 centrales d'assemblage de véhicules et de moteur en Chine. Sa capacité de production atteint 300 mille unités par an, et l'objectif est fixé à 400 mille pour 2010. Son volume de vente s'est élevé de 60% l'an dernier. De son côté, Volvo est une marque très renommée, riche d' une histoire de 86 ans. Depuis la cession de la branche automobile à Ford en 1999, les ventes ont fait l'objet d'une baisse progressive durant une décennie. Volvo Cars a enregistré des pertes nettes, 1,5 milliards de dollars américains en 2008, et 530 millions en 2009.

    Volvo - Geely : énorme marché promis au constructeur suédois

     

    Avec ce mariage entre Volvo et Geely, c'est l'occasion de résumer les apports positifs de cet accord historique entre une marque suédoise de luxe et un constructeur privé chinois.

    La Chine, le plus grand marché automobile au monde, sera bientôt le nouveau foyer de Volvo. Cette affaire donne non seulement à Geely 100% des actions de Volvo, elle permet aussi à la société d'acquérir les principales technologies et équipements manufacturiers, ainsi que le réseau de ventes mondial du constructeur suédois. Selon Li Shufu, le président de Geely, sa firme entend préserver les filiales actuelles de Volvo en Suède et en Belgique, tout en explorant les opportunités d'assemblage des véhicules de la marque en Chine, pour le marché local. Selon les officiels chinois, le rachat pourra aider l'industrie automobile du pays à absorber des technologie de pointe et promouvoir les marques chinoises dans le monde. Ils s'attendent aussi à ce que les automobiles et pièces détachées chinoises prennent une part de marché plus importante aux Etats-Unis, en Europe et au Japon. Pour Volvo, l'avenir paraît également très prometteur. Selon Alexander Klose, le directeur-général de Volvo Chine, l'offre de Geely est très bénéfique au constructeur suédois. Il estime que les modèles de Volvo gagneront du soutien chez les consommateurs et le gouvernement chinois, étant donné que Volvo est maintenant la seule marque automobile haut de gamme détenue par une société chinoise.


  • UNICOM ABANDONNE GOOGLE.

    China Unicom abandonne le moteur de recherche de Google.

     

    La deuxième plus grande compagnie de téléphonie mobile China Unicom, a renoncé au projet de coopération avec Google, le géant de l'internet se retirant du marché chinois.

    Unicom et son partenaire de fabrication Motorola, ont décidé de supprimer le moteur de recherche de Google de ses nouveaux smartphones fonctionnant sur la plate-forme <i>Android</i> de Google. Les plates-formes seront conservées sur le téléphone.

    Unicom a reporté le lancement de ses nouveaux téléphones portables, développés par Motorola et Samsung, fonctionnant avec la plate-forme <i>Android</i>, après l'annonce de Google concernant la fermeture en janvier de son site chinois, google.cn. Unicom devra décider quel moteur de recherche remplacera Google.

    « Nous sommes prêts à nous associer avec des entreprises qui respectent les lois chinoises », a déclaré Lu Yimin, le président de China Unicom.


    Bien que les revenus de Google en Chine aient été influencés par cette décision, <i>Android</i> n'a pas eu d'impact concret sur le marché chinois.

    Les fabricants de portables ont indiqué que le différend entre Google et la Chine n'a pas eu d'influence réelle sur le développement d'<i>Android</i> en Chine. Sony-Ericsson a présenté hier son produit X10i, basé sur la plateforme <i>Android</i> – un geste stratégique, qui pourrait être très important pour l'entreprise cette année.

    La plus grande entreprise chinoise de téléphonie mobile China Mobile, qui utilise le moteur de recherche Google sur sa page d'accueil, n'a fait aucun commentaire sur la coopération avec la compagnie américaine.



    « Si Google fournira le support technique nécessaire à China Mobile, leur coopération n'en sera pas affectée », a déclaré Liu Bin, analyste de l'industrie des télécommunications chez Macquarie Securities.

    Le total des revenus de Google ne serait pas beaucoup affecté par le retrait des activités du géant américain du marché chinois, car elles ne représentent qu'une très petite partie de ses revenus. Cependant la compagnie risque de passer à côté des revenus potentiels et d'autres opportunités commerciales sur le marché florissant des services mobiles en Chine.

    Selon le Ministère de l'Industrie et de la Technologie de l'information, la Chine compte en tout 384 millions d'internautes et 745 millions d'utilisateurs de téléphones mobiles.

  • 33 VILLES CHINOISES ONT ETEINT LEURS LUMIERES POUR LA PLANETE.

    Des villes chinoises participent à l'Heure de la Terre

    F201003290859351684820949

    Dans la ville de Xi'an, capitale de la province du Shaanxi (nord-ouest), des volontaires se sont rassemblés samedi soir dans la cour nord de la Grande Pagode de l'Oie sauvage, dont les lumières s'éteindront pendant l'Heure de la Terre (Earth Hour).

    L'Heure de la Terre, initiée par le Fonds mondial pour la nature (WWF) en 2007, appelle les citoyens du monde entier à éteindre toutes les lumières pendant une heure le dernier samedi du mois de mars, afin de promouvoir les activités à faible intensité carbonique.

    L'année 2010 marque la deuxième participation de la Chine à cette activité. Un total de 33 villes chinoises ont rejoint cette année plus de 4 000 villes du monde entier.

    Dans la ville de Nanjing, capitale de la province du Jiangsu (est), plus de 400 bâtiments ont été plongés dans l'obscurité pendant une heure samedi soir, selon Liu Guoqiang, responsable local chargé de l'éclairage de la ville.

    "L'événement doit se faire à plus grande échelle cette année. Nous souhaitons que toutes les familles sachent que nous sommes entrés dans une époque à faibles émissions", a indiqué Liu Guoqiang.

    Beijing, la Cité interdite participe pour la première fois à l'Heure de la Terre, en collaboration avec d'autres sites célèbres des quatre coins du monde tels que la Tour Eiffel à Paris et l'Empire State Building à New York.

    A Hangzhou, capitale de la province du Zhejiang (est), une "soirée sombre" a été organisée près de la pagode de Leifeng, célèbre site touristique sur les rives du lac de l'Ouest.

    "Le but de cette activité est de faire comprendre aux gens que l'électricité n'est pas toujours indispensable", a expliqué Yang Dongwen, du bureau de gestion de la pagode de Leifeng.

    F201003290857073125190352


    La porte nord de la Cité interdite avant l'Heure de la Terre à Beijing, le 27 mars.
    F201003290857071725628929

    F201003290855021119281493

    Hôtel de ville avant (en haut) et pendant (en bas) l'Heure de la Terre à Hefei, capitale de la province de l'Anhui (est), le 27 mars.
    F201003290859353820174433
    Une jeune fille allume une bougie pendant l'Heure de la Terre à Changchun, dans la province du Jilin (nord-ouest), le 27 mars.

  • LEVER DE DRAPEAU AU TIBET 51 ANS APRES LA LIBERATION DES SERFS TIBETAINS.

    Tibet : cérémonies de lever du drapeau pour marquer le 51e anniversaire de l'émancipation des serfs

    13227978_11n

     Des cérémonies de lever du drapeau national ont eu lieu dimanche 28 mars dans toute la région autonome du Tibet pour marquer le 51e anniversaire de l'émancipation des serfs.

    Le drapeau national a été hissé devant le palais du Potala dimanche matin à 10 heures, accompagné par l'hymne national chanté par plus de 3 000 représentants de tous les milieux sociaux.

    "On constate un fort contraste entre le Tibet d'aujourd'hui, où la population locale vit sur un pied d'égalité, et le Tibet ancien, où les droits de l'Homme étaient cruellement bafoués", a déclaré Qin Yizhi, chef du Comité du Parti communiste chinois pour la ville de Lhassa, après la cérémonie de lever du drapeau qui a duré 20 minutes.

    "La réforme démocratique a aboli le servage, accordant aux Tibétains droits et intérêts légitimes. Nous avons organisé cette cérémonie pour que les gens se souviennent du passé, chérissent le présent et travaillent pour l'avenir", a-t-il fait remarquer à cette occasion.

    Un grand nombre d'organisations, de sociétés, d'écoles, de quartiers résidentiels et d'individus des zones urbaines et rurales ont assisté à la cérémonie de lever du drapeau samedi matin.

    13227978_21n

    Pour la centenaire Cering Qoezhoen, hisser le drapeau national est une habitude depuis 45 ans.

    "Je veux exprimer de cette façon ma gratitude sincère au Parti communiste chinois et à l'Armée populaire de Libération", a affirmé Cering Qoezhoen, ancienne serve.

    Le 28 mars 1951, environ un million de serfs tibétains, soit 90% de la population tibétaine, ont été libérés.

    L'année dernière, la Chine a désigné le 28 mars comme journée annuelle de l'émancipation des serfs pour marquer cet événement historique.

    Le Tibet s'est remarquablement développé depuis 1951. Aucune force réactionnaire ne peut entraver les progrès de la région, a noté samedi le président du gouvernement de la région autonome du Tibet, Padma Choling.

    "Les Tibétains chérissent leur vie heureuse et stable et feront tout pour préserver la stabilité sociale, l'unité ethnique et l'unification nationale. Toute tentative de séparer le Tibet de la Chine est vouée à l'échec", a-t-il souligné lors d'un discours télévisé.

  • 51 ANS DE LA LIBERATION DES SERFS AU TIBET.

    Tibet : 51e anniversaire de l'émancipation des serfs

    13227276_11n

     

    LHASSA, 27 mars -- La réforme démocratique visant à émanciper les serfs du Tibet, initiée il y a 51 ans par le Parti communiste chinois (PCC), était noble et juste, a déclaré le président du gouvernement de la région autonome du Tibet, Padma Choling.

    Le Tibet s'est remarquablement développé depuis 1951. Aucune force réactionnaire ne peut entraver les progrès de la région, a-t-il affirmé à la veille de la Journée de l'émancipation des serfs.

    Le 28 mars 1951, environ un million de serfs tibétains, soit 90% de la population tibétaine, ont été libérés.

    L'année dernière, la Chine a désigné le 28 mars comme journée annuelle de l'émancipation des serfs pour marquer cet événement historique et pour que le peuple se souvienne des souffrances causées par le servage et chérisse la vie d'aujourd'hui.

    "Les Tibétains chérissent leur vie heureuse et stable et feront tout pour préserver la stabilité sociale, l'unité ethnique et l'unification nationale. Toute tentative de séparer le Tibet de la Chine est vouée à l'échec", a-t-il souligné.

    Le PIB régional du Tibet s'est élevé à 44,1 milliards de yuans (6,5 milliards de dollars) en 2009, en hausse de 12,4% sur un an. Les revenus nets par tête des agriculteurs et des gardiens de troupeau ont augmenté de 11,2% pour atteindre 3 532 yuans.

    La culture traditionnelle a été maintenue et se développe. La préservation des vestiges culturels se déroule bien. L'opéra tibétain et l'épopée de Gesar ont été inscrits sur la liste du patrimoine culturel intangible mondial, a fait savoir Padma Choling.

    Selon lui, les Tibétains jouissent d'une complète liberté de culte et l'environnement écologique du plateau est protégé.

    Serfs tibétains sous la férule des partisants sanguinaires de dalai lama

  • NANJING AU PRINTEMPS.

    La foire aux fleurs de pommiers sauvages à Nanjing

    F201003261515517254488620

     

    Les fleurs de pommiers sauvages s'épanouissent à la foire aux fleurs de pommiers sauvages qui a lieu récemment dans le parc de lac de Mochouhu à Nanjing, dans la Province du Jiangsu, ce qui a attiré un grand nombre d'habitants. Avec plus de 10 000 arbres de pommier sauvage de 10 races plantés dans le parc de lac de Mochouhu, ce dernier accueille chaque printemps des milliers de touristes avec ses beaux paysages de fleuraison.


    F201003261515512958625792 

     F201003261515519101716425

  • LES CHINOIS ONT RAISON D'ETRE FIERS DE LEUR PATRIE.

    Li Yining : L'héritage des générations passées

    F201003260939531007871612
    Li Yining, né en 1930 à Yizheng, dans la province du Jiangsu, est un économiste renommé qui a participé au processus de réforme économique de la Chine. Il a étudié à l'Université de Pékin de 1951 à 1955 et y enseigne depuis cette dernière date. Il a également présidé le Collège de gestion Guanghua qui fait partie de l'institution. M. Li a introduit le concept de sociétés par actions dans les stratégies pour réformer l'économie chinoise. L'idée a germé et est largement pratiquée de nos jours dans les restructurations des entreprises.

    Lorsque Londres a accueilli la première exposition universelle il y a plus de 150 ans, la Chine venait de subir une défaite désastreuse dans la guerre de l'Opium et avait dû signer un traité inégal, céder des territoires et payer des indemnités dans des conditions humiliantes. À cette période, portée par huit décennies de Révolution industrielle, la Grande-Bretagne était devenue le premier pays industrialisé du monde, et ses navires sillonnaient les eaux de la planète, y compris les régions côtières et intérieures de la Chine.

    Depuis, le monde a connu des changements considérables en matière de politique et d'économie. Le prestige international de la Chine et son poids économique ont augmenté de manière constante depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949. Cette progression pacifique a captivé la scène internationale. En mai 2010, l'Exposition universelle de Shanghai sera inaugurée en grande pompe. En se replaçant dans le contexte historique depuis la guerre de l'Opium, les Chinois ont raison d'être fiers de leur patrie.

    L'organisation de l'Exposition universelle en Chine illustre ce progrès sans précédent. Sans la libération de 1949, la réforme économique et les politiques d'ouverture, ainsi que le travail acharné du peuple dans son ensemble, la Chine n'aurait jamais pu tant accomplir en si peu de temps. Lors de l'Expo, la Chine présenta ce succès splendide au monde entier.

    L'Expo de Shanghai sera une plateforme pour promouvoir la communication internationale et pour étendre le champ d'intégration de la nation avec le reste du monde. Les expositions universelles ont toujours servi aux pays d'accueil de vitrine sur leur caractère unique. L'Exposition de Shanghai, qui est déjà une métropole de renommée internationale, marquera certainement l'avènement d'une nouvelle étape dans le développement de la Chine et la marche de Shanghai pour devenir un centre financier mondial. Cet événement amènera de nombreuses opportunités d'expansion internationale aux entreprises. Il nous donnera également la chance d'apprendre à partir des expériences d'autres pays en termes de développement économique et social, gestion commerciale et mise en œuvre des technologies appliquées.

    Le thème de l'Exposition universelle de Shanghai 2010 est « Meilleure ville, meilleure vie », qui complète parfaitement les efforts de ces dernières années de tout un peuple pour l'établissement d'une société plus harmonieuse. « Meilleure vie » signifie que nous devrions nous concentrer sur la qualité de vie à travers notre croissance économique, en soulignant l'importance de l'emploi, de l'éducation et des autres services sociaux qui influencent la vie quotidienne. « Meilleure vie » illustre le principe de la « priorité au peuple » et la nécessité d'adopter des approches durables pour le développement. Les villes sont l'héritage des générations passées et l'espoir des générations futures. Améliorer la vie urbaine exige de l'innovation dans les décisions concernant l'aspect de nos villes, l'assurance d'un environnement propre et l'enrichissement de la vie spirituelle des habitants.

    Shanghai n'appartient pas exclusivement aux résidents locaux. Il s'agit d'une ville profondément enracinée dans la nation dans son ensemble et qui attire le monde entier. L'amélioration de la qualité de vie à Shanghai servira de modèle au développement urbain des villes chinoises et, de fait, à travers le monde.

    Ni la libération spirituelle ni l'innovation indépendante ne connaissent de limites. Pour assurer une meilleure vie urbaine, les villes doivent s'engager vers l'innovation, l'éducation et le savoir. L'Exposition universelle marquera un nouveau départ dans ces domaines.

    Je souhaite sincèrement à l'Exposition universelle de Shanghai 2010 de connaître une réussite parfaite.

  • TOUTES LES DIFFERENTES CUISINES CHINOISES PRESENTES A L'EXPO DE SHANGHAI.

    Les cuisines chinoises seront rassemblées dans le parc de l'Exposition universelle de Shanghai

    F201003260915312180252372
    Le plat proposé par Tongqinglou, le restaurant représentant la cuisine de l'Anhui.

    A l'approche de l'Exposition universelle de Shanghai, l'enthousiasme des habitants chinois des différentes villes s'accroît de jour en jour. Selon les prévisions, l'exposition accueillera chaque jour 400 000 visiteurs en moyenne. Pendant les jours de pointe, le nombre de visiteurs atteindra 600 000, et 75% d'entre eux vont prendre leur repas dans le parc de l'exposition universelle. Pour répondre aux besoins des visiteurs, le parc a créé un lieu de restauration de 85 000 m2 dans la zone publique.

    Dans la zone publique du parc d'exposition universelle, on comptera environ 90 restaurants, a-t-on appris. En plus des restaurants installés par chaque pavillon, le nombre de places dans ces restaurants atteindra 40 000. Parmi les 90 restaurants dans la zone publique dont la plupart sont à la chinoise, ceux qui proposeront de la cuisine occidentale représentent un tiers, et ceux qui proposeront de la cuisine japonaise en occupent 16%. On y trouvera également la gastronomie de l'Asie du sud-est.

    L'objectif n'est pas simplement de nourrir les touristes, mais d'exposer le charme de la culture gastronomique de la Chine. L'organisateur a spécialement créé une zone qui expose les « huit cuisines chinoises », située près du pavillon Chine, construction symbole de l'exposition universelle de Shanghai. Considérés comme le symbole de la culture gastronomique chinoise, les « huit cuisines chinoises » comprennent la cuisine du Guangdong, la cuisine du Shandong, la cuisine du Fujian, la cuisine du Sichuan, la cuisine du Zhejiang, la cuisine du Jiangsu, la cuisine de l'Anhui et la cuisine du Hunan.

    Les « huit cuisines chinoises » se présenteront sous la forme de huit restaurants, qui se trouveront sur la place gastronomique entre le centre de l'exposition universelle et les pavillons, qui occupe une superficie de 15 000 m2. Ces huit restaurants qui représentent les huit cuisines chinoises ont été recommandés par les groupes de travail de l'expo universelle des provinces concernées, et ont été évalués et choisis par le bureau de l'exposition universelle de Shanghai, a-t-on appris. Les normes de la sélection comprennent non seulement le goût et le service, mais aussi les efforts et l'influence des restaurants sur la promotion de la culture gastronomique des huit cuisines.

    F201003260915281621515283

     

    Le plat proposé par l'hôtel de Nanxinya, le restaurant représentant la cuisine du Fujian

    Les huit restaurants finalement élus sont : la cuisine du Guangdong – Chaofu Jiujia. La cuisine du Fujian – l'hôtel de Nanxinya. La cuisine du Shandong – Qiluwanyi. La cuisine de Sichuan – Baguobuyi. La cuisine de Zhejiang – Zhiweiguan. La cuisine du Jiangsu – Deyuelou. La cuisine du Hunan – Huatian du Hunan. La cuisine de l'Anhui – Tongqinglou.

    En plus de la section des « huit cuisines chinoises », la place gastronomique abrite 4 autres sections, appelées respectivement « les collations traditionnelles chinoises », « les célèbres marques de Shanghai », « la cuisine populaire de Shanghai » et « les gastronomies du monde ». Après la recommandation des bureaux de coordination de l'expo universelle des provinces, de Hong Kong, de Macao et Taiwan, et l'évaluation du bureau de l'exposition universelle de Shanghai, 33 restaurants chinois ont été autorisés à entrer sur la place gastronomique, dont « Quanjude » de Beijing (canard laqué), « Goubuli » de Tianjin (petit pain farci cuit à la vapeur) et « Xiaofeiyang » (fondue) de la Mongolie-intérieure.

    Par rapport à ces huit restaurants très délicats, la rue gastronomique chinoise proposera des collations populaires chinoises, où les touristes pourront choisir à l'aise les aliments qui seront préparés sur place devant eux. On y trouvera le yaourt du Qinghai, les collations de Wuhan, les raviolis aux crevettes de Dalian, les nouilles au bœuf de Taiwan, etc.

    Sous le même nom « cuisine chinoise », les plats de chaque région chinoise ont leur couleur, leur apparence et leur goût unique, car ils ont hérité de la vie, de la culture des mœurs et des coutumes des habitants locaux. L'activité « huit cuisines chinoises exposées à l'expo universelle » sera une opportunité de changer l'impression des étrangers sur la cuisine chinoise.

    F201003260915181046931570

    Le plat proposé par Hunanhuatian, le restaurant représentant la cuisine du Hunan
    F201003260915065101153941
    Le plat proposé par Deyuelou, le restaurant représentant la cuisine du Jiangsu.


    F201003260915048282200433

     

    Le plat proposé par Qiluwanyi, le restaurant représentant la cuisine du Shandong

    F201003260915012892324109

     

    Le plat proposé par Baguobuyi, le restaurant représentant la cuisine du Sichuan.

    F201003260914511634113190

     

    Le plat proposé par Zhiweiguan, le restaurant représentant la cuisine du Zhejiang

  • LA CHINE EST LE PREMIER INVESTISSEUR DANS LES ENERGIES PROPRES!!!

    La Chine dépasse les Etats-Unis en investissant plus dans les énergies propres

    La Chine a battu les Etats-Unis pour la première fois l'année dernière en matière d' investissements dans les énergies à bas taux de carbone comme l'énergie éolienne ou l'énergie solaire, mentionne le rapport publié jeudi par le Pew Charitable Trusts.

    En 2009, la Chine a investi 34,6 milliards de dollars dans les énergies propres, alors que les Etats-Unis ont investi 18,6 milliards de dollars, arrivant en deuxième place, selon le rapport intitulé, « Qui est en train de gagner la course à l'énergie propre? ».

    Phyllis Cuttino, directrice de la campagne US Global Warming Campaign de Pew Environnement Group, a indiqué que les Etats-Unis ne possèdent pas de mesures politiques nationales vigoureuses pour soutenir les énergies renouvelables.

    « Je crains que nous ne risquions de tomber encore plus bas dans la liste l'année prochaine », a-t-elle indiqué. « Nous avons vraiment besoin d'adopter des nouvelles politiques ».

    Globalement, les investissements dans les énergies propres ont diminué d'environ 6,6% en 2009 à 162 milliards de dollars dans le monde entier en raison de la récession économique, mentionne le rapport. Il prévoit que les investissements pourront augmenter de 200 milliards de dollars en 2010.

    La Chine a adopté des objectifs nationaux pour l'énergie renouvelable, notamment des mandats de 30 gigawatts chacun pour l'énergie éolienne et l'énergie de la biomasse d'ici 2020. Elle a également introduit des tarifs fixes pour les parcs éoliens, ce qui garantit un prix minimal pour l'électricité de cette source, supérieur à celle, qui provient des sources d'énergie traditionnelles comme les combustibles fossiles.

    Beaucoup d'états américains possèdent des taux requis d'énergie renouvelable, qui exigent des services publics de générer une certaine quantité d'électricité à partir des sources d'énergie propre.

    Mais suite aux retards dans la mise en place de la législation sur le climat, Washington n'a pas élaboré de normes nationales dans ce domaine. Les Etats-Unis ne possèdent pas de tarifs de rachat pour les énergies propres.

    Les pays qui participent à des marchés où ces règles de rachat sont obligatoires, comme l'Espagne, l'Allemagne où le Royaume-Uni, sont parmi ceux, qui sont le plus énergiques et ceux qui connaissent une croissance rapide des programmes en matière des énergies propres, indique le rapport.

    Les sénateurs américains, dont le démocrate John Kerry, la républicaine Lindsey Graham et l'indépendant Joseph Lieberman, espèrent de faire passer un projet législatif de compromis sur le climat le mois prochain. Certaines sources ont indiqué, que ce projet imposerait un système de plafonnement et d'échange pour les centrales électriques et les raffineries en 2012 et les fabricants industriels en 2016. Mais ce projet de loi pourrait être contesté par les députés issus des états américains, qui sont riches en combustibles fossiles.